• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Vraie et fausse réalité

Vraie et fausse réalité

La réalité, c'est quand on se cogne, disait Lacan. Il faut croire que nos dirigeants occidentaux sont particulièrement insensibles aux chocs, si l'on en juge par leur conscience de la réalité.
Elle est nulle. Impavides, inébranlables dans leurs certitudes, Obama et son entourage de néocons butés poursuivent les yeux fermés leur croisade d'hégémonie américaine, fondée sur l'élimination de toute velléité d'indépendance chez leurs vassaux. Bétonnés dans une effrayante absence d'identité, leurs satellites européens se fossilisent dans leur aval du libre échangisme et leur soumission à Washington. De l'aveugle du Bureau ovale à la tête de l'empire au demeuré de l'Elysée en queue du peloton, ils ne voient rien, n'entendent rien, ne reviennent sur rien.
Pour eux, la réalité n'existe pas.

Elle existe d'autant moins qu'ils l'ont remplacée par un monde artificiel, fabriqué de toutes pièces, où les Etats-Unis sont la nation dominante et indispensable, où le libéralisme est la seule économie possible, où le pouvoir des banques et le profit de la grande industrie sont la règle, et où une désinformation organisée est articulée autour de la prétendue mission divine de faire triompher le bien du mal et d'établir la démocratie.

Cette bulle imaginaire s'est bardée d'un écran opaque. Derrière lequel un mélange de cyniques calculateurs, d'imbéciles et d'idéalistes naïfs prétend diriger un univers qu'il a inventé. Au moyen de prises de position chimériques et du conditionnement mensonger du public destiné à les faire avaler.

Illustrons ce constat.

1) Quatre consultations populaires (élections ou référendums) se sont déroulées récemment, dans des pays agités et des contextes difficiles. En Egypte, le maréchal Abdel Fatah al Sissi a été solidement installé à la tête de l'Etat par 96,4 % des voix. En Syrie, Bashar al Assad a consolidé sa gouvernance en bénéficiant de 88 % des suffrages. En Ukraine de l'est, la Crimée s'est prononcée massivement pour le retour à la Russie, et des scrutins locaux ont donné forme à des mini-républiques de la "Novorussie" réclamant leur indépendance. En Ukraine de l'ouest, le chocolatier milliardaire Petr Poroshenko a été reconnu maître à Kiev par 57 % des électeurs.

Les médias occidentaux ont déchaîné leur partialité. Une seule élection a été considérée comme valable, celle du pion américain Poroshenko. Toutes les autres ont été décrites comme des "farces" ou des "mascarades". Sissi a été qualifié de "nouveau Moubarak" et Assad de "boucher de Damas". Poutine – le choix des Ukrainiens – de "nouvel Hitler". Les résultats ont été balayés dans l'inexistence. Pourtant, qu'est-ce qui permet de dire qu'élire Poroshenko à l'instigation de la CIA est plus démocratique qu'elire Sissi soutenu par les généraux égyptiens ? Ou qu'élire Assad en passe de remporter son combat contre l'étranger avec l'appui de la majorité de son peuple est moins démocratique que légitimer la guerre civile de Poroshenko contre une partie du sien ? Et quelle est la différence de nature entre le référendum d'autonomie de la Crimée et la déclaration d'indépendance en 1776 de la colonie britannique des Etats Unis ? Ce tri dans les opinions exprimées ne correspond à aucune réalité. Il n'est que le reflet des ordres de la bulle. Pour nos médias, mettre un bulletin dans une urne est un geste différent selon que l'acte convient ou non à Washington.

2) Ce "remplacement de réalité" – c'est-à-dire la narration d'événements différente de l'observation des faits véritables – n'est peut-être nulle part aussi frappant qu'à l'occasion du cas ukrainien. Tout y est filtré par la russophobie. Une russophobie passionnée, infantile, irrationnelle. A l'image de l'ex-première dame de France Valérie Trierweiler se déclarant sur Twitter "heureuse de ne pas avoir à saisir la main de Poutine". (1) Ou du Nouvel Observateur qui consacre trois pages de son numéro du 29 mai-4 juin à un prétendu soutien par Poutine de tous les partis d'extrême-droite d'Europe, sous le titre "Le grand frère des fachos". Selon cette réalité inventée, Poutine a agressé la Georgie (alors qu'il a été attaqué par Saakashvili), a envahi la Crimée (qui appartenait déjà à la Russie), a l'intention d'annexer l'Ukraine (dont il ne veut en aucun cas se charger), projette d'envahir la Pologne, la Moldavie ou les Pays Baltes (qu'il n'a jamais menacés mais qu'une l'OTAN renforcée doit "protéger" contre sa rapacité). Bref, un récital d'absurdités.

Le danger de cette déformation est qu'elle permet à Obama de pérorer comme il l'a fait le 28 mai dernier devant les cadets de l'Académie militaire de West Point. "Les Etats-Unis se serviront de la force militaire, unilatéralement si nécessaire, quand nos intérêts fondamentaux l'exigent ; quand notre peuple est menacé ; quand nos vies sont en jeu ; quand la sécurité de nos alliés est en danger". Cela sert de prétexte, sauf que, comme le remarque Srdja Trifkovic, dans Chronicles du 4 juin, que rien de tout cela ne s'appliquait en Bosnie, au Kosovo, en Afghanistan, en Irak ou en Libye. Et que rien de tout cela ne peut être imputé aujourd'hui à Poutine, de quelque manière que ce soit.

Peu importe, "l'agression expansionniste" russe est comparée, par la machine de propagande US, à celle d'Hitler s'emparant de la Tchécoslovaquie et de la Pologne. Et Diana Johnstone note très justement que cette fausse réalité justifie la mainmise américaine sur l'Europe par une prétendue mise à l'abri de l'ouest du continent derrière un nouveau Rideau de fer.

3) Le délire de la "fausse réalité" en Ukraine ne fait que prolonger une aberration qui remonte loin. Depuis des décennies, toutes les interventions occidentales ont été fondées sur des mythes. Celui de Milosevic et de sa Grande Serbie, celui des armes de destruction massive de Saddam Hussein, celui des projets sanguinaires de Kadhafi, celui de la "libération" de l'Afghanistan, celui de la dictature insupportable de Bashar al Assad, celui des intentions impériales de Poutine. Tout cela n'a été et n'est que fantasmagorie, voulue par certains, prise pour argent comptant par les autres. Le résultat se voit aujourd'hui. La Yougoslavie démantelée en mini-Etats à la dérive (dont deux musulmans au cœur de l'Europe). L'Afghanistan à la veille de revenir aux Talibans. La Libye en plein chaos. L'Ukraine pratiquement en guerre civile. La Syrie luttant difficilement pour son intégrité. Et surtout la déflagration en Irak. Comme le dit le ministre russe des Affaires étrangères, Segueï Lavrov, cité par le Figaro du 13 juin, cette déflagration est "l'illustration de l'échec total de l'aventure qu'ont engagée avant tout les Etats-Unis et la Grande Bretagne, et dont ils ont définitivement perdu le contrôle".

Un fouillis incontrôlable en effet – pourtant facilement prévisible avec le minimum de lucidité qui a fait défaut à nos dirigeants – qui désarçonne nos fulgurants stratèges. Les voilà confrontés à la désintégration de l'Etat de Nouri al Maliki qu'ils alimentent en milliards depuis des années, à l'explosion de la guerre entre sunnites et chiites, au renforcement des Kurdes opposés à l'allié turc de l'OTAN, à la nécessité de combattre aux côtés de leur ennemi iranien les intégristes qui ont profité de l'aide apportée aux adversaires d'Assad. Autrement dit, Washington doit faire ami-ami avec son cauchemar de Téhéran contre les assaillants de Bagdad qu'il a armés en soutenant la rébellion contre Damas qui bataillait pour en venir à bout (2). Vous n'avez pas compris ? Demandez des explications à Obama.

4) Il est évident que les illusions (ou les calculs) de l'Occident ont des conséquences. L'acharnement mis par Washington à affaiblir la Russie – en la ceinturant de bases militaires et en lui arrachant l'Ukraine – en a une, redoutable. Elle a poussé Moscou vers l'est.
Les deux principaux jalons de cette orientation ont été la visite de Poutine à Shanghaï les 20-21 mai et le Forum économique international (la réponse russe à Davos) réuni à Saint-Petersbourg à partir du 24 mai. Toujours dans l'optique russophobe, la première à fait l'objet de comptes rendus incomplets dans les médias et le second a été plus ou moins passé sous silence.

La presse a en effet parlé (après voir nié puis reconnu sa signature) de l'accord de 30 ans passé entre Poutine et Xi Jinping, d'un montant de 400 milliards de $, sur la livraison de gaz à la Chine et la construction d'un nouveau pipe-line. Mais la nouvelle entente recèle des développements beaucoup plus vastes, qu'on s'est gardé de souligner. Compte tenu de la complémentarité des deux pays – la Russie a un excès de richesses naturelles et un manque de main d'œuvre alors qu'en Chine, c'est le contraire ; la Russie est forte en technologies militaires, aéronautique et software informatique, alors que la Chine excelle et hardware électronique et en production de masse de biens de consommation – les deux présidents ont envisagé une collaboration considérablement élargie. Selon le vice-président chinois Li Yuanchao, ", nous projetons de combiner le programme de développement de l'extrême-orient russe avec la stratégie de développement du nord-est de la Chine dans un concept intégré." (3) Cela va de l'achèvement du réseau ferroviaire Chongking-Xinjiang-Europe, rajeunissant la fameuse Route de la soie et promis à devenir la plus importante liaison commerciale du monde, et d'importants investissements chinois en Crimée, à la création d"une union militaire et politique pouvant rivaliser avec l'OTAN. L'objectf est clairement défini dans la "Déclaration conjointe de la Fédération Russe et de la République Populaire de Chine sur une nouvelle étape de partenariat entier et de relations stratégiques." De plus, il est spécifié que cette association est ouverte à d'autres membres bienvenus, comme l'Inde (4) et l'Iran. Comme on le voit, ces dispositions, détaillées et confirmées trois jours plus tard au forum de Saint-Petersbourg, ouvrent de larges perspectives en marge et affranchies de la domination américaine.

5) Il y a plus. Les ineptes sanctions économiques infligées à la Russie à la suite de la récupération de la Crimée ont obligé Moscou à réagir en vendant des titres de Gazprom en yuans chinois au lieu de les négocier sur le marché du dollar. La décision marque l'intention de la Russie, de la Chine, de l'Iran et d'autres pays d'abandonner progressivement le dollar (socle du pouvoir US depuis Bretton Woods en 1944) comme monnaie de réserve. Une intention qui s'est déjà matérialisée. Un récent rapport du Fonds monétaire international (FMI) révèle que déjà 23 pays déclarent des réserves officielles en yuans, sans compter 12 autres qui ont investi en yuans sans le déclarer officiellement. Certes le dollar demeure la plus importante monnaie de réserve pour le moment. Mais alors qu'en 2000, 55 % des réserves mondiales étaient en dollars, la proportion n'est plus que de 33 %. Et elle continue à diminuer.

Le yuan n'est pas encore convertible. Mais au cours des années récentes, la Banque centrale de Chine a acheté de grandes quantités d'or pour en préparer la convertibilité. Et des géants économiques russes comme Gazprom ou Norilsk Nickel, se tournant vers le marché asiatique, vont en accélérer la disponibilité.

Est-ce la mort du dollar ? Sans doute pas tout de suite, car Washington riposte par les Partenariats transpacifique (Trans-Pacific Partnership, TPP) et transatlantique avec l'UE. Mais une immense zone où les transactions se feront en roubles, en renminbi ou en or se dessine. Une zone qui était déjà en 1997 la hantise de Brzezinski. "La façon dont l'Amérique gèrera l'Eurasie est critique, écrit-il dans son Grand échiquier. La puissance qui dominera l'Eurasie contrôlera deux des trois régions les plus avancées et économiquement productives. Un simple coup d'œil à la carte montre que le contrôle de l'Eurasie entraînerait presqu'automatiquement la subordination de l'Afrique, marginalisant ainsi l'hémisphère occidental et l'Australie. Environ 75 % de la population mondiale vit en Eurasie, et on y trouve la plus grande partie de la richesse physique du monde, à la fois dans ses entreprises et dans son sous-sol. L'Eurasie détient environ trois quarts des ressources énergétiques connues de la planète." (5)

Ca c'est une réalité à laquelle nos dirigeants feraient bien de se cogner.

6) Dernier regard sur la manipulation occidentale des faits : l'anniversaire du débarquement allié, le 6 juin 1944. Nos prestigieuses feuilles de chou, que Paul Craig Roberts appelle les "presstituées", ont rivalisé dans une assourdissante glorification de l'armée anglo-saxonne, baptisée "la plus grande force de libération que le monde ait jamais connu". Certes l'hommage aux héroïques soldats qui se sont lancés à l'assaut des falaises de Normandie était amplement mérité et la réussite de l'opération a été un tournant de la guerre en Europe. Mais en faire la victoire décisive sur le nazisme est une grossière falsification.

En juin 1841, la plus énorme force d'invasion qu'ait connue la planète a pénétré en Russie sur un front de plus de 1.500 km. 3 millions d'hommes des troupes d'élite allemandes, 7.000 unités d'artillerie, 19 panzerdivisions avec 3.000 chars et 2.500 avions ont pilonné le pays pendant 14 mois. La bataille de Stalingrad a duré du 23 août 1942 au 2 février 1943, et a abouti à la reddition de la 6e armée allemande et à la capture de 22 généraux. C'était le prélude à la fin d'Hitler. La victoire a coûté à la Russie 27 millions de morts dont 12 millions de militaires et 15 millions de civils. Les Américains et les Anglais sont intervenus après l'affaiblissement de la Wehrmacht. Qu'on s'en réjouisse ou qu'on le déplore, lors du débarquement du 6 juin, l'Armée Rouge avait déjà gagné la guerre.

Devant les fastes de la commémoration de 2014, visiblement conçue pour la promotion des Etats-Unis et de son traité transatlantique, il ne faut pas oublier que de Gaulle a par quatre fois – pour les cinquième, dixième, quinzième et vingtième anniversaires du fameux débarquement – catégoriquement refusé de participer à une célébration qu'il considérait comme humiliante pour la France. Sa fierté ne supportait pas que son pays n'ait pas été associé à l'offensive d'Eisenhower et que les anglo-saxons aient projeté de transformer la France libérée en colonie par l'AMGOT. (6) Un exemple d'indépendance que n'est pas près de suivre l'ectoplasme de l'Elysée.

Sa servilité est même affichée par Fabius avec un zèle qui déborde parfois les hésitations d'Obama. Mais on reste fidèle à l'imagerie occidentale. Avec des résultats incohérents. Les médias ne cessent de s'inquiéter du retour dans leurs pays de jihadistes formés au fanatisme au sein de la rébellion syrienne, mais ils continuent à idéaliser l'opposition à Damas et à diaboliser l'Iran, les seuls bastions antiterroristes restant dans la région. Ils prétendent vouloir défendre la démocratie en Ukraine et, après avoir expulsé par un putsch le chef de gouvernement démocratiquement élu, ils appuient le remplacement de son équipe par une bande de néonazis. Ils s'indignent de voir les militaires égyptiens réprimer les Frères musulmans qui sont un vivier d'islamistes militants, au lieu de les remercier de nous en débarrasser. Ils couvrent d'un épais rideau de silence la complicité intéressée en affaires avec les monarchies du Golfe qui sont les commanditaires des attentats. Et ainsi de suite. Une logique parallèle, complètement déréalisée. 

Voilà un rapide tableau du monde artificiel fabriqué par l'Occident et de ses mensonges médiatiques. Chapeauté par la "communauté internationale" qui justifie tout. Mais qu'est ce qu'elle est, cette "communauté internationale" ? Tout simplement le G 7. Sept pays (sur les 193 membres de l'ONU) – Etats-Unis, Canada, Grande-Bretagne, Allemagne, France, Italie et Japon – qui s'arrogent le droit à l'autorité universelle. Vivant dans la bulle étanche d'une irréalité qu'ils ont secrétée au profit de leur premier de cordée américain.

Qu'ils prennent garde. La vraie réalité risque de crever leur bulle brutalement.

Louis DALMAS. 

(1) Nous, nous sommes heureux de ne pas l'avoir comme première dame !
(2) Pour ajouter à la confusion, le fondamentaliste Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL ou ISIS en anglais), qui mène l'offensive contre Bagdad, a recruté des chefs militaires du parti Baas de Saddam Hussein, et des personnalités de son entourage comme l'ex-vice-président laïque Izzat al Douri qui était un de leurs plus virulents ennemis. Les extrêmes s'unissent contre l'occupant américain et sa marionnette locale.  
(3) Cité par Pepe Escobar, Asia Tribune, The Roving Eye, 29 mai 2014.
(4) Le nouveau chef d'Etat indien, Narendra Modi, a même des raisons personnelles de se détourner des Etats-Unis. Lors d'une vague de violences anti-musulmanes en 2002 dans l'Etat de Gujarat dont il était gouverneur, à la suite d'un attentat islamiste contre un train de pèlerins qui avait fait 53 morts, Washington, toujours perspicace, a saisi le prétexte d'une répression jugée excessive pour lui refuser en 2005 son visa pour les Etats-Unis. 
(5) Cité par William Engdahl, "Dollar Dying ; Multipolar World in the Offing", 18 avril 2014.
(6) AMGOT : Allied Military Government of Occupied Territories (Gouvernement militaire allié des territoires occupés). Roosevelt et Churchill, qui détestaient le nationalisme gaullien, avaient imaginé de transformer la France en une véritable dépendance et avaient même imprimé sa nouvelle monnaie.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    



    • doctorix doctorix 16 juin 2014 23:54

      « capable d’aider les Ukrainiens à résoudre leur crise interne et ensemble capable également de se défendre contre tous les autres dangers du monde. »

      Sauf que si les USA arrêtaient de faire chier tout le monde, ce monde ne serait plus en danger. Pas plus l’Ukraine que tout autre pays.
      Mais bon discours quand même.

    • cevennevive cevennevive 16 juin 2014 16:44

      Oui, Monsieur Damas, bonjour,


      Je suis heureuse et en même temps très malheureuse de devoir crier avec vous mon indignation et mon incompréhension devant cet aveuglement inepte. Les dirigeants de nos Pays occidentaux semblent inconscients ou tout simplement idiots.

      La seule chose qui me pousse à être fière de mon Pays, c’est qu’il n’est pas complice de ce qu’il se passe actuellement en Irak et dont nous avions soupçonné, en son temps, l’évolution maléfique (merci à Monsieur Chirac...).

      A ce propos, les pays où nous avons mis la pagaille menacent d’en venir aux mêmes désordres. Ne le voient-ils pas ? Ne comprennent-ils pas qu’ils sont en partie responsables de la montée des intégrismes et du terrorisme ?

      Pourtant, des années de colonialisme avide auraient dû leur donner des leçons...

      Bien à vous.


      • doctorix doctorix 16 juin 2014 23:37

        Avez-vous entendu ce matin, chère Cevennevive, ce salopard de Bernard Guetta (à 8h16 :http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=178573 ) oser prétendre qu’Assad ménage et appuie systématiquement les djihadistes sur son sol, que son armée ne bombarde pas leurs positions mais qu’elle pilonne les positions des groupes laïques ou plus modérés, qui doivent se battre sur deux fronts.

        On croit rêver.
        La nomination de Philippe Val a sonné la fin d’une infrmation de qualité sur France Inter (c’est lui qui a viré Stéphane Guillon et Didier Porte, qui faisaient tâche au milieu de ce sinitre petit monde sioniste).
        Quant à Patrick Cohen (que Dieudonné n’avait finalement pas mal jugé), il se régale à 7h43 en répétant à l’envie un slogan en vigueur dans les milieux nazis de Kiev : Poutine est un connard, Poutine est un trou du cul, au choix du traducteur.
        Ces deux ordures, pérorant avec assurance sur nos ondes, avec leurs propos mielleux et paternalistes, devraient être considérés comme des criminels contre l’humanité. Cela fait des années qu’ils ramollissent nos cerveaux et nous poussent à la guerre et à la haine.

      • cevennevive cevennevive 17 juin 2014 09:27

        Ah Doctorix,


        Guetta, Cohen, quelle affiche de publicité pour nos politiques menteurs, de quelle obédience qu’ils soient !

        Ils en ont de la « chance » les bilderberg, les crif, etc, d’avoir des guignols pareils pour appuyer leurs mouvements !

        Finalement, ils me font plutôt rire. Leur acharnement bête et méchant n’est justifié que par leur volonté de rester assis sur leurs prérogatives, comme tant d’autres.

        Ce matin encore...

        Bonne journée Doctorix !


      • Abou Antoun Abou Antoun 17 juin 2014 10:00

        merci à Monsieur Chirac
        Bonjour Cevennevive,
        Oui, cela décrit bien le personnage. Il restera à son actif ce qu’il n’a pas fait (suivre les occidentaux dans leur folle aventure en Irak).
        Mais il est vrai que depuis, nous avons eu de tels guignols que nous pouvons à juste titre regretter Chirac, qui, à côté d’eux et c’est un comble, apparaîtra comme un sage.
        Va-t-on atteindre le fond ?


      • clermontparis 16 juin 2014 16:47

        d’accord avec l’ensemble de l’article .
        mais j’aime bien vous lire en inversant les rôles : « la réalité c’est quand on se cogne disait Lacan » . Il faut croire que nous peuples occidentaux sommes particulièrement insensibles aux chocs , si l’on en juge par notre conscience de la réalité « 
        La réalité des dirigeants occidentaux est bien concrète , sans faille . ils suivent et suivrons le chemin qu’ils se sont tracés . C’est nous qui semblons insensibles aux chocs qu’ils nous font subir si nous avons conscience de ce qu’ils nous font subir .
        - vous continuez : » pour eux la réalité n’existe pas " Mais si ... leur réalité , la leur , existe . c’est nous qui semblons ne pas la voir — Eux et leur réalité passent , certains aboient ( vous , moi et beaucoup sur A Vox ) mais leur réalité passe et passera .



          • lsga lsga 16 juin 2014 18:25

            contre l’UE, mais pour l’Eurasie : où est la cohérence de l’UPR ? Dans les subventions secrètes de Poutine....


          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 juin 2014 18:27

            Isga,
            La cohérence de l’ UPR est d’être opposée à l’impérialisme américain, pas comme vous !


          • lsga lsga 16 juin 2014 18:29

            ah bas c’est à dire que je suis opposé à l’Impérialisme tout court, à commencer par l’impérialisme français :

             

          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 juin 2014 18:30

            Isga,
            Sans doute l’impérialisme français sur la Corse ... ??


          • lsga lsga 16 juin 2014 18:32

            Sur l’Afrique, demandez donc à votre mentor Asselineau qui bossait avec Pasqua le roi de la France-Afrique :

             
            Il en dit quoi Asselineau de la France Afrique ? 


          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 juin 2014 18:36

            Isga,
            « Les esprits d’élite discutent des idées, les esprits moyens des évènements et les esprits médiocres discutent des personnes. » Jules Romain.


          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 juin 2014 18:39

            Isga,
            Il n’en dit rien, vu qu’il n’y a pas participé et que vous n’avez aucune affaire à lui accrocher aux basques.


          • lsga lsga 16 juin 2014 18:41

            oui : et qui parle de Poutine contre Obama ? Asselineau.

             
            Franchement, en quoi l’Impérialisme Russe est-il « meilleur » que l’Impérialisme américain ? Vous avez trouvé la guerre en Tchétchénie plus esthétique que celle en Irak ? C’est ça ? 
             
            Il faut lutter contre l’Impérialisme, tout court. Celui qu’on a porté de main, c’est l’Impérialisme Français, c’est celui-là que l’on doit s’efforcer de renverser. 

          • lsga lsga 16 juin 2014 18:44

            et pour info, Asselineau s’est largement exprimé pour une continuation du rapport colonial de la France vis à vis de l’Afrique :

             
             
             
             
            Vous n’êtes pas contre l’Impérialisme Américain, vous êtes américanophobe, pour l’Impérialisme Russe, et pour l’Impérialisme Français. 

          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 juin 2014 19:16

            Isga
            L’impérialisme russe n’existe que dans votre imagination fertile de troll euro-atlantiste, vous dites toujours la même chose que les Américains !

            Mais ce n’est pas du tout ce que dit Poutine ! Texte complet, avec les parties censurées par TF1.

            Ce n’est pas non plus ce qu’il a dit dans son discours de Munich en 2007.  !!


          • lsga lsga 16 juin 2014 19:21

            donc, la guerre en Tchétchénie, ce n’est pas de l’impérialisme ? 



            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 juin 2014 19:23

              Isga,
              La francophonie, ce sont des liens culturels que la France a gardé dans le monde, comme l’ Espagne et le Portugal avec les pays d’ Amérique du sud, et qui n’impliquent nullement des projets impérialistes, mais des accords de coopération dans le futur.

              Vous devriez regarder cette vidéo sur la France et l’ OMC, vous comprendriez de quels accords il est question.

              Mais en quoi l’ UPR vous concerne, à part justifier votre salaire de troll, puisque vous ne voulez pas sortir de l’ UE ??


              • lsga lsga 16 juin 2014 19:27

                oui oui, des accords de coopération à la Charles Pasqua, on a vu ce que ça a donné.

                 
                Plus sérieusement : Asselineau compte faire quoi pour relancer l’économie Française dans un contexte où l’essentiel de l’industrie à tendance à la relocalisation (relocalisation : dans les pays où sont les matières premières) ? 
                 
                Il compte faire quoi Asselineau pour relancer la croissance ? C’est à dire pour lutter contre la chute tendancielle du taux de profit à échelle nationale ? 

              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 juin 2014 19:52

                Isga
                ET si vous lisiez le programme de l’ UPR au lieu de poser des questions idiotes ?


              • lsga lsga 16 juin 2014 20:17

                demandez ce que Asselineau compte faire contre la chute tendancielle des profits, qui se traduit par une chute de la croissance dans les économies nationales, c’est une question stupide ? 


              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 17 juin 2014 05:30

                Non Isga, ce n’est pas une question stupide.
                Il vous suffit de passer plus de temps sur le site de l’ UPR, et moins de temps sur Agoravox à raconter vos idioties :
                « L’euro et la compétitivité » expliqué en 5 minutes par Asselineau.


              • lsga lsga 17 juin 2014 13:53

                toujours pas compris :

                 
                Si les salaires augmentent, comment Asselineau va faire revenir les investisseurs sur le marché français ? 

              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 juin 2014 19:51

                isga,
                Il me semble que la guerre en Tchétchénie, avec un Doubaiev soutenu par le Secrétaire d’ Etat américain James Baker, son compère Boris Bérézovsky qui pillaient allègrement les réserves monétaires et pétrolières de la Russie, associés à la mafia tchétchène à Moscou, n’avaient rien d’enfants de coeur... et se souciaient assez peu des intérêts des Russes et de la Russie...

                Cette guerre était liée au souci de Doubaiev de contrôler les ressources pétrolières en transit dans la région. En fait, des pratiques assez semblables à celles des guerres pétrolifères et gazières des USA.... 

                Il semblerait même que les services secrets américains aient reconstitué un vaste GLADIO B en Asie Centrale..


                • lsga lsga 16 juin 2014 20:29

                  Donc quand Obama bombarde des populations civiles, c’est de l’Impérialisme ?

                  Quand Poutine bombarde des populations civiles, c’est à cause des USA ?
                   


                • doctorix doctorix 16 juin 2014 23:49

                  Obama bombarde largement des populations civiles, et c’est bien au nom de l’impérialisme.

                  Par contre, Poutine (tout comme Assad) ne bombarde que des jihadistes tchétchènes qu’Obama finance et instrumentalise pour lui nuire, au mépris de tout ce qu’il professe..
                  Poutine ne cherche pas l’expansion mais des alliances, tout comme les chinois d’ailleurs.
                  Obama ne vit que pour son expansion et exploite ses alliés dans cet unique but.
                  Fifi, Isga l’a très bien compris, et il est vain de discuter avec lui, puisqu’il sait déjà qu’il ment. Autant pisser dans un violon.

                • lsga lsga 17 juin 2014 13:56

                  Ah ? Vous êtes sérieux ?

                   
                  Quand les USA mettent à feu et à sang des pays pour assurer le transport du pétrole et du gaz, c’est de l’imépiralisme ?
                   
                  Quand la russe met à feut et à sang des pays pour assurer le transport du pétrole et du gaz (ex : tchétchénie ), c’est à cause des USA ?
                   
                  Dites : vous vous rendez compte à quel point vous êtes stupides ? Vous n’êtes pas contre l’impérialisme (puisque vous n’êtes pas contre les impérialismes Russe et Français), vous êtes américanophobes. C’est très différent. 

                • Bergegoviers Bergegoviers 17 juin 2014 04:25

                  « ... où le libéralisme est la seule économie possible ».


                  Si vous voyez du libéralisme dans l’économie mondiale actuelle vous êtes probablement victime de la répugnante propagande gauchiste qui sévit depuis tellement longtemps que ses paradigmes mensongers ne sont plus jamais remis en question même par ceux qui se prétendent de droite.

                  Car le libéralisme c’est l’absence de contrôle de l’Etat sur l’économie (comme sur la vie privée d’ailleurs) et la situation actuelle lui est totalement opposée : 

                  Quand les USA imposent des sanctions économiques contre un pays ce n’est pas du libéralisme mais de l’étatisme.

                  Quand les Etats ont offert aux banques privées le monopole de la création de monnaie ce n’était pas du libéralisme puisque celui-ci ne tolère pas de monopole économique imposé par l’Etat.

                  La TVA, la redistribution des richesses pour les assistés, les lois limitant la liberté d’expression, l’imposition par l’Etat de l’ouverture des frontières et de la prise en charge financière de millions d’immigrés par les citoyens, l’interdiction de commercer librement, etc..., ne sont en rien du libéralisme.

                  L’économie mondiale est au contraire soumise à un étatisme forcené qui, hé oui, nous rappelle fortement les heures les plus sombres de notre histoire, celles où un Etat corporatiste tout-puissant et tentaculaire imposait par la violence une absence totale de liberté de commerce comme de pensée.

                  Que l’Etat se nomme lui-même « démocratie libérale » ne change rien au fait avéré qu’il n’est ni démocrate, ni libéral.



                  • Captain Marlo Fifi Brind_acier 17 juin 2014 05:26

                    Bergegoviers,

                    Supprimer l’ Etat, et même supprimer les Etats Nations européens, est bien le projet de l’ UE et de l’euro : empêcher les peuples de se défendre, en empêchant les Gouvernements d’utiliser les moyens monétaires et budgétaires keynésiens pour sortir de la récession.

                    C’est Mundell, l’inventeur de l’ euro qui l’explique :
                    « L’euro mettra la politique monétaire hors de portée des hommes politiques. »

                     L’UE et l’euro, c’est Reagan + Thatcher.

                    Explications détaillées et citations de Mundell :
                    « Les ravages sociaux de l’euro, une stratégie délibérée. » article du Guardian


                    • Abou Antoun Abou Antoun 17 juin 2014 10:08

                      Monsieur Dalmas,
                      J’approuve sans réserve la totalité de votre article. Que les USA mènent une politique folle dans la poursuite de ce qu’ils croient être leur intérêt, c’est une chose, mais que certains dirigeants européens leur emboîtent le pas allant à l’évidence contre leurs intérêts c’est inadmissible.
                      On nous dit que le crime de haute trahison n’existe plus et c’est bien dommage. Je verrai bien la traduction de Sarkozy et Hollande devant un tribunal pour ce motif.
                      Hier Hollande était prêt à bombarder la Syrie, et qui sait l’Iran pour objectivement favoriser l’avance des djihadistes, aujourd’hui ils sont prêts à s’allier à l’Iran. Les djihadistes français, encouragés par Hollande, partent guerroyer en Syrie, mais on arrêtés par la police de Hollande à leur retour. Quand va-t-on mettre fin à ces incohérences, à ces absurdités ?
                      Quand la France va-t-elle retrouver une politique étrangère et, disons le, une politique tout court ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès