• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Woke mit uns

Woke mit uns

 La culture ‘Woke’ se répand contre une traînée de poudre dans les campus aux Etats-Unis. Elle prône le fait qu’il faut être conscient des problèmes liés à la justice sociale et à l'égalité raciale. Nous avons rencontré Bill, de son vrai nom Achard de Leluardière Jr, à la Cité Universitaire de Neuilly/Seine où il réside. Il a créé la première cellule Woke dans les Hauts-de-Seine.

 - « Merci de me recevoir Bill. Pourriez-vous me donner le cadre idéologique de la culture Woke, si elle existe. Est-ce une approche libérale, socialisante, marxiste ? »

 - « Il n’est pas possible de faire une page blanche avec de vieux papiers. Tout est neuf dans Woke. La Justice est un concept universel qui existe indépendamment de toute théorisation. Le bébé veut la même chose que son grand-frère bien qu’il n’ait encore pas ouvert un livre. Mais il faut concrétiser ce sentiment de justice. »

 - « Par la lutte des classes ? Le degré de fortune est-il le principal déterminant du pouvoir ? »

 - « Certes, l’argent achète tout et rend tout possible mais il faut diversifier les origines ethno-sociales des gens fortunés ! Le bolchevisme voulait rendre tous les gens identiques, nous nous souhaitons au contraire qu’ils restent différents, marrons, évangéliques, musulmans, hommes, femmes, transgenres… et que dans chaque communauté une véritable compétition puisse s’instituer pour s’enrichir entre des gens qui possèdent les mêmes codes sociaux. »

 - « L’État doit alors réserver la place qui lui revient à chaque communauté, la liberté d’entreprendre impose ensuite sa propre hiérarchisation indépendamment d’une autorité centrale. »

 - « C’est tout à fait cela. Bien entendu, dans un monde futur, à une échéance peu ou pas prévisible, l’union de toutes les races… pardon de toutes les ethnies… de tous les genres, de toutes les croyances pourra régner. »

 - « Mais la vie n’est qu’un combat ! Quelles armes avez-vous à votre disposition ? »

 - « ‘La cancel culture’ ! On accuse gratuitement ou non, on dénonce publiquement les individus ou les institutions qui ne se conforment pas à nos recommandations. On organise un rejet social total grâce, en particulier, aux réseaux sociaux. On utilise également des harcèlements, des intimidations, des provocations sexuelles si la personne concernée est un homme, mais cela fonctionne de mieux en mieux aussi avec des femmes. Ensuite, la vox populi fait place aux tribunaux ordinaires. »

 - « Je comprends mieux vos motivations. Puis-je évoquer quelques unes de vos actions pour illustrer vos façons de faire ? »

 - « Oui-da… je sais c’est à la fois populaire et désuet, il faut s’adapter, personne ne doit se sentir exclu. »

 - « Par exemple, deux journalistes d’un journal numérique californien ont décelé dans l'histoire de Blanche Neige, cette malheureuse princesse victime de la jalousie d'une reine démoniaque, ‘un problème majeur’. Dans la scène finale, le geste d'amour que lui donne le prince charmant ne serait pas autre chose qu'un vulgaire ‘baiser non consenti’ et donc punissable. »

 - « Votre exemple est bien choisi. Certes la tentative de viol n’est pas complètement établie, mais l’important n’est pas là. Pour exister, il faut être vu. Et pour être vu il faut s’attaquer à des célébrités, des gloires, des textes quasiment sacrés, et les enfants sont des cibles privilégiées. L’émoi sera tel que les journaux, les médias, les réseaux relaieront notre cause, ‘la’ cause et nous serons entendus, nous serons vu, nous serons écouté et la puissance allant à la puissance, nous serons les plus forts. »

 - « Je vous comprends bien, mais les frères Grimm seraient peut-être étonnés de l’interprétation faite de son texte. C’est peut-être plus compréhensible de s’attaquer à Colbert, certes fondateur sous Louis XIV de l’administration moderne, mais également organisateur du négoce des esclaves entre les ports français et les Antilles. »

 - « Bien entendu, ce point est incontestable. Mais le bien fondé du réel est accessoire par rapport à sa portée médiatique. Toutes les grandes pensées, toutes les civilisations ont été portées par un imaginaire. Le chrétien vivait aussi bien lorsqu’il était barbare et qu’il ne souhaitait qu’exterminer les Romains, que devenu chrétien. Mais il devint heureux, il avait un but, une espérance, une transcendance à portée d’esprit. Il souffrait pareillement de misère mais il était habité par l’espoir. Le Woke sera la transcendance du siècle qui s’annonce. »

 - « Vous souhaitez remplacer le Christ, Dieu, Bouddha, la fée Carabosse… et tant d’autres. »

 - « Il faut savoir être de son temps. Je vous fais remarquer que tous les mouvement dits de gauche ont toujours été aux avant-gardes des progrès sociaux, des explorations sociétales, des nouveaux schémas de vivre-ensemble. »

 - « N’ont-ils pas échoué ? Non seulement économiquement, ce qui peut se comprendre, mais aussi socialement. Ils ont quelque peu survécu en prêchant la licence et en la transmutant en droits. Il n’y a aucune raison de penser que cette fois encore ils ne conduiront pas nos sociétés à une déliquescence irréversible.  »

 - « C’est exactement ce que me dit Père ! Il ne fait rien que me contrarier avec sa piscine à vague, sa femme ex-mannequin squelettique, sa Ferrari à boîte automatique… Il ne sait pas passer les vitesses cet endormi. »

 - « Alors pourquoi militez-vous ? »

 - « Je me suis démis une vertèbre, je ne peux pas faire de cheval, Père s’est moqué de moi, il a pouffé, je me suis révolté. Assez des conventions bourgeoises, je veux le grand air. De plus, je n’aime pas les jeux vidéos. Le rugby est trop brutal pour moi. Je suis hydrophobe, je n’aime pas l’eau, alors pas de piscine, pas de bains de mer, pas de yacht, pas même de pédalo. Il faut bien que je m’occupe, je ne vais quand même pas travailler ! Question conquête, ça traîne aussi. Les filles rient aux éclats dès que je retire mon tee-shirt… Oui, les hommes aussi, comment vous le savez... Père m’a réservé malgré tout un petit job dans une de ses usines… Non pas en France, en Thaïlande, il m’a dit que pour compter fleurette…

 - « conter ! »

 - « Non, compter m’a-t-il précisé… ce sera plus facile pour moi de compter fleurette et il m’a donné une carte Premium. Mais il ne m’achètera pas. Même si je prends des risques, je veux pouvoir exprimer mes convictions profondes et non pas mes intérêts de classe. ! »


Moyenne des avis sur cet article :  2.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Gasty Gasty 14 juin 08:21

    Commençons par réveiller le droit au respect pour les langues écrites et parlés de chaque états du monde.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 14 juin 08:28

      @Gasty
      Certes. Mais quant à moi, je ne pense pas être un modèle.



    • Gasty Gasty 14 juin 08:42

      J’en parlais justement à Charles Edouard pas plus tard qu’hier .


    • Lampion Séraphin Lampion 14 juin 08:32

      Donc, en fait, c’est une application à toutes les « communautés » (sic) du statut des réserves indiennes, le contrôle de l’état fédéral revenant par héritage culturel ancestral à la « communauté » WASP ?


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 14 juin 09:01

        @Séraphin Lampion
        C’est un bon résumé. En fait, des étudiants en proie au mal-être essaie de se distinguer.


      • babelouest babelouest 14 juin 08:39

        Quand je lis le mot « sociétal » je sors mon revolver.....

        Tous égaux, tous différents, tous ensemble.


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 14 juin 09:02

          @babelouest
          Vous avez raison pour ’sociétal’. Je vous suis pour votre devise.


        • infraçon infraçon 14 juin 10:45

          @babelouest

          Bonjour BabelOuest et Jacques-Robert,

          je crois qu’il faudrait se mettre d’accord sur ce qu’on désigne sous le terme de « sociétal ».

          Si je suis d’accord avec vous avec certaines qualifications répandues dans les media avec une connotation -parce que non définies clairement- qui ne me plaît pas du tout.

          Par contre, nous avons, sur torreDerivante.org, défini trois « domaines » :
          1. les arts (tout ce que d’aucun veut faire à la perfection quelque activité que ce soit), 3. la vie privée (car il est important de ne pas se « noyer » dans la vie collective) et 2. -oui, c’est pas dans l’ordre, mais c’est pour le suspens... Donc 3. les fonctions sociétales.

          Fonctions qui dans ce cas (et voilà la définition !) correspondent aux activités à remplir par les citoyens pour assurer les besoins fondamentaux de la société. Fonctions sociétales qui découlent des choix politiques effectués par les dits citoyens (et non pas des représentants, argh ! vont s’esclaffer ces derniers à cette lecture) concernant quels besoins fondamentaux à assumer et comment.

          J’espère que ce commentaire ne nous aura pas bouleversé...


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 14 juin 11:41

          @infraçon
          Éclairé pas bouleversé.


        • ZXSpect ZXSpect 14 juin 08:43

          .

          .

          Bravo pour cet article et notamment cette définition…

          .

           - « ‘La cancel culture’ ! On accuse gratuitement ou non, on dénonce publiquement les individus ou les institutions qui ne se conforment pas à nos recommandations. On organise un rejet social total grâce, en particulier, aux réseaux sociaux. On utilise également des harcèlements, des intimidations, des provocations sexuelles si la personne concernée est un homme, mais cela fonctionne de mieux en mieux aussi avec des femmes. Ensuite, la vox populi fait place aux tribunaux ordinaires. »


          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 14 juin 09:03

            @ZXSpect
            Merci. Pour la définition, il suffit d’ouvrir les yeux et de fermer ses oreilles.


          • J’espère que, dans un futur proche, le nom raciste Blanche Neige sera remplacée par Noire Charbon.


            • babelouest babelouest 14 juin 08:52

              @facta non verba au profil trendy ou Marronne Niée....


            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 14 juin 09:04

              @facta non verba au profil trendy
              Ou ’Pure Coke’ !


            • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 14 juin 09:21

              Jésus-Christ est contre la culture woke :

              « Laisse d’abord les enfants se rassasier ; car il n’est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens. » (Marc 7-26)


              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 14 juin 11:42

                @Daniel PIGNARD
                Il y a beaucoup à apprendre dans les évangiles.


              • Mirlababo 14 juin 11:20

                Des jeunes.

                Ignorants.

                Nourris par les délires de parasites virtuels (youtubeur), et par la pornographie, les jeux vidéos, le rap et Netflix = recette de l’atrophie cérébrale.


                • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 14 juin 11:43

                  @Mirlababo
                  Certes, mais des gens supposément sérieux les écoutent.


                • Mirlababo 17 juin 22:32

                  @Jacques-Robert SIMON

                  Monsieur, « supposément » vous le faites bien remarquer.
                  Ils ne le sont pas...sérieux. 


                • Jean Keim Jean Keim 14 juin 18:40

                  Il n’y a pas à tergiverser, soit on part d’un concept, soit on est conscient (on perçoit donc) que l’on part d’un concept, la conscience est un contenu mais la première proposition est fermée contrairement à la deuxième, les conséquences peuvent ne pas être les mêmes.

                  Parmi les grands coupables du foutoir ambiant il y a habituellement l’État, le système, la société, les gens, on, les institutions, etc., etc., des concepts donc, seulement si on veut discuter un brin avec eux, il va falloir prendre un rendez-vous au minimum avec une personne, et ainsi on perçoit effectivement que si les concepts expriment des idées, le composant élémentaire d’un concept quelconque n’est donc pas une idée mais celui qui la trimballe.

                  Nous sommes le monde comme le dit la chanson.


                  • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 14 juin 19:49

                    @Jean Keim
                    Dit autrement. Je connais des gens biens, pas des groupes ou des partis biens. Et les concepts sont toujours adoubés par des groupes, du moins en sciences humaines.


                  • Jonas Jonas 14 juin 22:17

                    La culture Woke, c’est la promotion et la suprématie des minorités, la race noire en particulier, et un militantisme contre tout ce qui représente la culture et la race blanche.
                    Ce marxisme culturel ne pourra s’imposer que par la promotion de l’égalitarisme et la liberté individuelle contre la toute puissance de l’homme Blanc, oppresseur colonialiste des minorités ethniques, des musulmans, des arabes, des noirs, des femmes, des gays, des lesbiennes et autres transgenres. L’objectif est donc de déconstruire la civilisation occidentale : c’est-à-dire anéantir le christianisme, la famille, la hiérarchie, le patriarcat, la nation, l’armée, la police, l’élite culturelle, le mérite scolaire, l’architecture, la peinture, la littérature.

                    Black Lives Matter est une organisation raciste anti-Blanc, dont le but est de promouvoir la race noire et d’éradiquer progressivement la race blanche.

                    Noël, une des plus belles fêtes chrétiennes célébrant la naissance de l’espérance, la lumière du monde venant du Sauveur, est transformée en « Black Xmas » (le mot Christ est banni du nom, pour ne plus évoquer le Seigneur), une manifestation raciste anti-Blancs.
                    Les responsables du mouvement incitent en effet la communauté noire à ne plus acheter leurs cadeaux de Noël chez les Blancs, mais uniquement dans les commerces afro-américains.


                    • Ruut Ruut 15 juin 07:08

                      @Jonas
                      Si je résume la culture woke c’est du pure racisme.


                    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 15 juin 07:41

                      @Jonas
                      Il est difficile d’obtenir la paix et la justice en prêchant la haine. Les occidentaux ont commis des atrocités mais ont fait aussi des choses merveilleuses, indissociablement.


                    • wpjo 15 juin 16:55

                      Les pauvres noirs sont les éternels victimes des méchants blancs. Petit titre de la presse étrangère d’hier : L’Éthiopie et l’Érythrée mènent une guerre et sont prêtes à faire mourir 3,5 millions de personnes de faim.

                      Que les noirs s’entre-tuent par millions, n’a aucune importance par ce qui se passe aux États-Unis. Où un voyou noir a d’ailleurs moins de chance d’être tué par un flic (mais pas par ses ’frères’) que son homologue blanc.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité