• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Y a comme un défaut...

Y a comme un défaut...

 

L'embêtant, c'est la mortalité.
                      Et si on changeait la donne ?
   Nos premiers géniteurs ont tout fait capoter, ces cons.
     Nous étions bien destinés à une vie sans fin, dans des conditions on ne peut plus idéales.
   Hélas ! Eve n'a vu que son intérêt à court terme.

 Et patatras ! Un jour notre corps nous abandonnera.
   Le Grand Architecte aurait pu anticiper cette défaillance fatale.
    A croire qu'il était en RTT, comme trop souvent depuis. désertant son ouvrage.
  Pas étonnant qu'on finisse par l'oublier, à part quelques-uns.
          Heureusement, quelques petits gars qui n'ont pas froid au yeux, veulent réparer l'erreur.
 Pas seulement en pensée, mais dans leurs laboratoires, ou plutôt devant leurs ordinateurs.
  Le numérique sortira l'humanité de l'ornière fatale, de la fameuse grande blessure narcissique dont parlait Freud. Il va falloir s'y préparer, c'est pour demain. Sans rigoler.
  L'homme éternel est presque à notre portée selon les petits génies de la Silicon Valley, reprenant avec sérieux un vieux rêve et les vaines tentatives de certains utopistes soviétiques des années 20. Il ne manque plus que quelques algorithmes à affiner.
   Le plan Ambrosia ne suffira pas. Le patron d'Amazon veut aller plus loin : Jeff Bezos a investi dans Unity Biotechnology, qui travaille sur le ralentissement des cellules humaines. Serge Brin, cofondateur de Coogle a déboursé un milliard de dollars a créé Callico, pour des recherches intensives sur l'allongement (infini ?) de la vie.
  Ray Kurzwail, directeur technique chez Google, est un précurseur du transhumanisme. Il annonce pour 2045 le saut vers l'immortalité. Comme Peter Thiel, de paypal, fervent de biotechnologie.
 Voilà qui va redonner vigueur à la notion de progrès, qui avait du plomb dans l'aile.
  Au-delà de la médecine 2.0, asservie aux big data.
 L'homme de demain est à notre portée. La posthumanité nous sourit. L'éternité est à l'horizon.
       La mort va cesser d'être un problème métaphysique pour devenir un problème technologique.
   C'est aussi simple que cela...
 Vive la régénération perpétuelle de l'espèce... à condition de s'abstenir de faire des enfants, cette source de tracas !
 Tant pis si l'éternité pourra paraître bien longue, surtout à la fin...

   On s'y fera.



Moyenne des avis sur cet article :  2.57/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • astus astus 20 juin 2018 14:49

    Bonjour Zen,

     
    Ray Kurzwail et autres transhumanistes surfent sur les peurs ancestrales qui ont fait le bonheur des religions promettant la vie éternelle, du moins pour certains. C’est le nouveau veau d’or des sociétés prétendument modernes qui traitent les êtres comme des choses et les choses comme des êtres. Car l’homme augmenté, cette idéologie dangereuse, risque plutôt d’aboutir à un homme diminué comme j’ai essayé de le monter ici :  https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/l-humain-augmente-est-il-un-etre-127358

    Cdlt

    • ZEN ZEN 20 juin 2018 17:54

      @astus


      @astus
      Bonjour ! Merci pour le lien.

      Le biologiste jacques Testard disait : 
       Les transhumanistes, puissants aux USA parmi les chercheurs les plus brillants (et bien présents mais discrètement en Europe), sont persuadés qu’à l’échéance de quelques décennies, le cerveau sera bien plus performant et aussi que l’immortalité sera possible. Les mêmes sont souvent en faveur de l’élimination de populations entières car il faudra bien faire de la place pour les surhommes inusables .Au-delà de la transgenèse et grâce à la « biologie synthétique » qui emprunte autant à l’informatique qu’à la biologie (avec un zest de physique grâce aux nanotechnologies), des perspectives glorieuses surgissent.En 2010, les médias annoncèrent que le généticien Craig Venter aurait « créé la vie » parce qu’il avait substitué un ADN de synthèse à celui contenu dans une bactérie . Sans négliger cette performance technologique on est bien loin de créer du vivant quand on se sert d’un être déjà vivant (la bactérie privée de son ADN) comme réceptacle d’une molécule inerte (l’ADN) pour reconstituer un nouvel être vivant.. Mais le délire des transhumanistes ne s’arrête pas à cette stratégie du haut vers le bas promue par C Venter, ils promettent plus fort : du bas vers le haut en assemblant des molécules inertes pour construire des organismes vivants complètement inédits, pourquoi pas des humanoïdes puisque toute frontière entre l’homme, l’animal et la machine ne pourrait que relever d’une idéologie passéiste ?... 
      La place de l’homme devient relative : on nous promet la création de machines intelligentes, combinaisons de l’humain et du machinique, libérées de la violence et du sexe, et capables de s’autoreproduire. La démesure mais aussi la déculturation à l’œuvre dans les projets transhumanistes, est évidente avec le MOP (macro organisme planétaire) dans lequel les individus, dépourvus d’identité, seraient reliés entre eux pour former un monstre unique dont le cerveau serait le réseau internet…"


    • Oceane 21 juin 2018 17:14

      @ZEN

      « Les mêmes sont souvent sont souvent en faveur de l’élimination de populations entières car il faudra bien faire la place pour les hommes inusables. »

      Avant, c’était la stérilisation forcée des populations « inutiles ».

      A voir, pour ceux qui n’ont pas regardé le « Théma » de mardi.

      https://www.arte.tv/fr/videos/070831-000-A/un-monde-sans-femmes/


    • Gasty Gasty 20 juin 2018 15:18

      Nos géniteurs n’ont rien compris ou plutôt ceux qui ce sont permis d’interprétés les propos de notre bien aimé seigneur.

      Il a dit : Vous devez apprendre à maitriser les naissances, sinon vous risquez d’avoir des difficultés dû à la surpopulation, les ressources de votre planète n’étant pas inépuisable vous pourriez bien finir par manger la poussière pour ne pas mourir de faim.

      Comme c’était des macho incultes et irresponsable c’est devenu : Le Seigneur dit ensuite à la femme : « Je rendrai tes grossesses pénibles, tu souffriras pour mettre au monde tes enfants. Tu te sentiras attirée par ton mari, mais il dominera sur toi. » Il dit enfin à l’homme : « Tu as écouté la suggestion de ta femme et tu as mangé le fruit que je t’avais défendu. Eh bien, par ta faute, le sol est maintenant maudit. Tu auras beaucoup de peine à en tirer ta nourriture pendant toute ta vie ; il produira pour toi épines et chardons. Tu devras manger ce qui pousse dans les champs ; tu gagneras ton pain à la sueur de ton front, jusqu’à ce que tu retournes à la terre dont tu as été tiré. Car tu es fait de poussière, et tu retourneras à la poussière. »


      • L'enfoiré L’enfoiré 20 juin 2018 17:38
        @Gasty
        Bonne prédiction, non ?  smiley
        Y a plus qu’à trouver une autre planète pour s’installer.
        Alors, on cherche...
        Les candidats pour y aller se sont inscrits.

      • sls0 sls0 21 juin 2018 00:26

        @Gasty
        Les ressources réguleront la population.

        3-4 milliards de personnes à l’horizon 2100 c’est possible.
        40% de la bouffe c’est du pétrole dont on se sert aussi pour transporter cette bouffe.
        La population mondiale est corrélé avec l’énergie disponible, si on retourne à un niveau des années trente coté énergétique, la population suivra avec une petite bonification due à l’efficacité énergétique acquise depuis ces années.

      • Oceane 21 juin 2018 17:21

        @sls0

        Il se que si les autres peuples consommaient les ressources planetaires autant que les Européens, il faudrait plusieurs planètes pour subvenir aux besoins de toute l’humanité.


      • VinceBLockwood 20 juin 2018 16:31

        Article d’une abyssale nullité...


        • ZEN ZEN 20 juin 2018 17:46

          @VinceBLockwood

          Puisque vous le dites...
          Je me suis juste trompé de rubrique
          L’humour à la Swift, vous n’appréciez pas ?

        • L'enfoiré L’enfoiré 20 juin 2018 17:35
          Bonjour Zen,

           Bien aimé votre billet.
           Une seule erreur, la catégorie dans laquelle il est.
           Il aurait dû se trouver dans « Parodie »
            smiley

          • MKT 20 juin 2018 17:39

            Bon l’on peut se poser des questions sur l’intérêt d’une vie éternelle notamment si celle que l’on vit aujourd’hui est peu ou pas satisfaisante.

            Toutefois l’accès à une vie très longue à défaut d’être éternelle ne sera pas proposé à tout le monde. Dan Simmons dans Endymion expliquait que les traitements allongeant la durée de vie était très onéreux et réservés aux plus aisés.

            Donc pas de risque d’avoir 6 milliards d’immortels.

            L’autre aspect qui est sous tendu par cette quête est à mon avis en lien avec l’exploration spatiale. En effet combien même la vitesse d’un vaisseau interstellaire serait proche de la lumière il faudrait des siècles voire des millénaires pour atteindre de nouvelles galaxies (je fais abstraction des trou de vers et autres concepts encore incertains). Et là une immortalité ou un durée de vie très grande sera utile.


            • sls0 sls0 21 juin 2018 00:31

              C’est souvent les gens qui ont eu une vie de merde pas intéressante qui ont peur de la mort, c’est d’un comique.

              Respirer est normal, manger et boire est normal. Ca fait partie de la vie. Mourir est normal, ça fait parti du cycle de la vie.
              Pas manger, pas mourir que ce doit être chiant.

              • HELIOS HELIOS 21 juin 2018 01:01

                @sls0

                ... en plus d’être chiant, qui va payer la retraite des immortels, disons... apres 80 ans, pour un temps tres long, voir l’eternité ?*
                Dans tous les cas cela ne peut plus etre de la redistribution !!!


                et au fait, quand les femmes seront toutes « vieilles » qui fera les enfants pour avoir de la jeunesse dans la pyramide des ages ?... vous me dite PMA, certes, mais les vieux ventres accueilleront-ils les futurs bébés éprouvettes. ... oui, oui, agrandir les eprouvettes, je sais... mais :

                Vous voyez le petit problème, hein ?


              • ZEN ZEN 21 juin 2018 07:36

                @sls0

                Bien d’accord avec vous.
                Il n’est pire perspective que ce fantasme d’éternité, recyclé aujourd’hui par certains petits « génies »du Colorado.

              • L'enfoiré L’enfoiré 21 juin 2018 08:32
                @HELIOS
                 Exact.
                 La nature a voulu que l’enfantement soit possible dans les premières années de la vie d’une femme.
                 On parvient à allonger cette période de fertilité.
                 Le problème se pose qu’un couple qui commence sa vie au travail, n’a souvent pas beaucoup de moyens d’assumer une situation de famille nombreuse sans restreindre les heures de présence pour l’éducation.
                 Avant la femme pouvait rester à la maison avec les enfants.
                 Aujourd’hui, il faut se retrouver au boulot à deux.
                 Alors, ils cherchent des grands-parents comme solution de remplacement.

                 Au sujet de la longueur de la vie et du transhumanisme, ce sont de faux problèmes.
                 Ce n’est pas la quantité d’années qui importe, mais la qualité de la vie.

              • Oceane 21 juin 2018 17:25

                @sls0

                Absolument faux ! Les pauvres n’ont rien à perdre, contrairement aux possédants, qui inventent toujours des manières de réduire le nombre de pauvres.


              • nanofi 22 juin 2018 08:43

                Auteur, une tarte aller-retour pour acharnement thérapeutique.


                Modérateurs, ca, c’est un signe de décès impossible a nier.

                Elle sera morte avant la fin de l’année, dansons encore un peu a son chevet.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès