• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Politiques & citoyens > Un plan de relance qui n’en est pas un

Un plan de relance qui n’en est pas un

Le plan de relance que Nicolas Sarkozy a annoncé hier à Douai est décevant. Est-il d’ailleurs véritablement un plan de relance ? En réalité, le chef de l’État a uniquement fait preuve de son talent de communicant. Car tout cela donne d’abord l’impression d’une compilation de mesures déjà annoncées, sans stratégie ni cohérence.

Tout d’abord, comme beaucoup l’ont dit, on est surpris de constater une telle absence de mesures concernant le pouvoir d’achat en direction des classes les plus démunies et moyennes. Ce plan s’appuie sur l’offre alors qu’il devrait aussi relancer la demande. Pour cela, une baisse ciblée de la TVA sur certains produits comme ceux de première nécessité aurait pu être envisagée.

Mais le plus grave est sans doute que Nicolas Sarkozy, à l’image de certains grands patrons, n’a rien su anticiper et à l’évidence navigue toujours à vue. Tout cela arrive bien trop tard (d’au moins six mois) alors que les pires choix ont été fait aux pires moments. L’exemple du paquet fiscal est celui le plus parlant mais la méthode de l’aide aux banques est aussi révélatrice.

Comme l’a rappelé Ségolène Royal, la suppression du paquet fiscal (un coût de 15 milliards d’euros chaque année pour la collectivité) nous donnerait de nouvelles marges de manœuvres et permettrait le versement d’un treizième mois à des millions de Français ayant de faibles revenus ou l’augmentation immédiates des petites retraites. De même, la suppression des niches fiscales donnerait la possibilité de verser avant Noël un chèque énergie de 1 000 euros à 20 millions de personnes aux revenus modestes.

Enfin, on peut regretter que depuis 2002 les gouvernements de droite n’aient pas pris la dette au sérieux. Dans le cas inverse, nous disposerions aujourd’hui de davantage leviers d’actions. Des dépenses d’investissement bien plus en amont auraient été utiles. Il en est ainsi du soutien scolaire ou de l’investissement dans la formation des jeunes, etc.

Pas plus qu’hier qu’aujourd’hui, le gouvernement ne sait que faire. Aucune refonte globale d’un système pourtant malade ne semble envisagée. On fait du replâtrage là où il faudrait entamer une reconstruction globale.

Jean-Louis Bianco


Moyenne des avis sur cet article :  3.15/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Yvance77 5 décembre 2008 17:14

    Bonjour Monsieur Bianco,

    Votre constat est en partage par de nombreux intervenants ici (pas tous certes une bonne droite reactionnaire veille aux interets de Pipole 1er).

    Si votre pouliche a la vision juste sur la paquet fiscal (et bien d’autres choses par ailleurs), je ne suis pas certains que bonne tranche de PS puisse faire mieux, dans ce contexte de crise qui nous depasse tous.
    Nos mains ne sont pas aussi libres que cela, menottees qu’elles sont par un appareil bruxellois protegeant non pas les peuples mais des groupes de pressions ( chez les Americains on nomme cela lobby)

    Cette Europe le PS a vote pour en partie. Notre Europe est le bloc le plus ouvert aux regles de commerce, qui nous assassinent.

    Il nous faut une Europe de protection des interets qui sont notres, rien de moins. Le PS est tout autant liberal sur bien des aspects que le parti du conducator Frenchy.

    Pour memoire de combien Madame Royal voulait augmenter le smic sur 5 annes et brut. Juste de quoi panser des plaies et avoir deux miches de pain en plus par semaine.

    Le changement de cap doit etre radical, et je ne suis pas convaincu que cela soit possible avec le PS des Strauss Khan et autres.

    Misez sur les hommes et pas sur les machines, et cela sera different.

    Cordialement

    Ps sous clavier british pas d’accents


    • Alpo47 Alpo47 6 décembre 2008 16:04

      Depuis son élection, Sarkozy nous a fait la démonstration qu’il n’avait pas de "vision" à long terme. Il réagit à l’actualité, s’efforçant, plutôt mal que bien, de jouer les pompier de service.
      Pour ce qui est du paquet fiscal, c ’est une erreur , tant politique qu’économique. Revenir dessus serait un désaveu, que je ne vois pas Sarkozy accepter. Nos riches seront donc toujours plus riches, pendant que le reste de la société devra s’efforcer de survivre.

      Quand à S.Royal, si je ne trouve pas qu’elle ait capacité et personnalité pour cette tâche, il est toutefois certain, selon moi, qu’elle ferait infiniment moins de dégats à notre société que le locataire actuel de l’Elysée.
      Hélas ....


    • maxim maxim 5 décembre 2008 17:40

      primo ,pour baisser la Tva ,il faudrait que Bruxelles l’accorde ,souvenez vous des promesses faites aux restaurateurs de la plafonner à 5,5% ,pas seulement par Sarkozy mais par Chirac également ...

      l’Allemagne et d’autres pays veulent même la relever !

      en ce qui concerne la crise actuelle ,comment auriez vous fait si votre formation avait été aux commandes ,étant donné que c’est un phénomène Mondial ,et que des pans d’industries entiers risquent de disparaître ,aussi bien aux Usa,qu’en Chine ,qu’en Europe ,..

      prenez le cas de l’Espagne qui avait été à un moment en pleine croissance ,et soudain se retrouve en pire difficulté encore que chez nous ,et pourtant dirigée par une majorité Socialiste !

      personne n’a la solution et navigue à vue ,où sont les vraies propositions du PS ?,actuellement je ne constate que des critiques ,ou alors " il faudrait et y’a qu’a ! "

      et puis la dette ,cette fameuse dette ,elle vient bien des fonctionnements de l’état depuis plus de 30 ans !

      c’est certain qu’il va falloir l’épurer ,mais actuellement ,les rentrées fiscales couvrent à peine les interêts !

      et comme des rentrées fiscales il y en aura de moins en moins vu la vague de chômage qui s’annonce ,que ce soit Pierre Paul ou Jacques au pouvoir,le problême restera le même ,et risque au contraire d’empirer !


      • Artius 5 décembre 2008 18:16

        Nous vivons dans un monde féodal : la cupidité est en la Reine et même si le gueux que je suis la conspue et rêve de la voir renversée, son règne est sans partage.

        Ces mesurettes ne sont que des cautères sur une jambe de bois.


        • appoline appoline 5 décembre 2008 18:40

          Sans trop de sous dans les poches, les choix sont vite limités. Seule une gestion rigoureuse peut éventuellement endiguer ce raz de marée. Le problème est que nos dirigeants sont bien trop mal formés et peu motivés pour se serrer la ceinture ; car un bon gestionnaire d’état se doit d’être désintéréssé pour prendre les bonnes décisions et qu’elles soient acceptées par toute une nation.


          • Yohan Yohan 5 décembre 2008 19:22

            Ce gouvernement n’a pas jugé bon d’anticiper, persuadé qu’il pouvait se satisfaire de regarder le chômage reculer, en laissant faire la nature et en espérant bientôt parvenir rapidement au plein emploi (dixit Lagarde il y a qq mois encore).
            Certes, la crise boursière, bancaire couvait et nul gouvernement ne pouvait prétendre y échapper. 
            En revanche, il était prévisible, sans être économiste de formation, que le chômage allait remonter, car le recul des mois précédents ne reposait aucunement sur un véritable regain économique, mais seulement sur un correctif naturel, celui du départ en retraite d’une génération.
            Ce n’est d’ailleurs pas la crise des subprimes à elle seule qui a conduit à la situation ou nous sommes ? Crise ou pas, on y allait tout droit de toute façon, et les chiffres prometteurs masquaient bien la réalité de la situation, celle d’un pays qui se désindustrialise et qui perd en compétitivité à l’echelle mondiale..
            La réalité, c’est qu’il n’y avait et qu’il n’y a toujours pas de véritable plan de relance économique, juste un plan d’urgence en réaction, un pansement provisoire, voire peut-être un placebo...


            • La Taverne des Poètes 5 décembre 2008 21:06

              Ce n’est pas un plan de relance, c’est une relance plan-plan. Les mauvaise langues diraient : "des mesurettes sur talonnettes". Oui, de mauvaises langues mais pas moi... :->
              Ah ! M... je l’ai dit... !


              • La Taverne des Poètes 5 décembre 2008 21:07

                Ben !!! et le diablotin ? Je refais... :->



                • maxim maxim 5 décembre 2008 23:58

                  il y aurait peut être une chose à faire ,c’est relocaliser les entreprises chez nous ,avec suppression ou allègement de la taxe professionnelle le temps de se refaire une santé ...

                  je pense aussi bien au secteur automobile bas de gamme genre Logan ,que l’électro ménager ,le textile ,tous ces secteurs qui avaient fuit à l’étranger quand le travail revenait à un coup insupportable ,tant son prix de revient était prohibitif ....

                  si l’on veut remettre des pans entiers de l’industrie en route ,du travail à nouveau pour des régions sinistrées ,il va falloir revoir tout le système actuel ,et limiter aussi bien la gourmandise de l’état que celle des actionnaires !

                  ce n’est qu’une idée ,je ne suis pas économiste !


                  • Gül, le Retour II 6 décembre 2008 00:09

                    @ Maxim,

                    Tu sais à quel point je t’estime....Mais, là, tu rêves, mon p’tit coeur !!!! smiley

                    Tu crois vraiment que les riches patrons et leurs riches actionnaires vont mettre la main à la pâte de cette façon pour sauver l’état actuel de l’économie et de la société française ? Tu crois que leur ami Nicolas va les embêter avec ce genre de propositions ?

                    Non, mais franchement !!! Allez avoue !!! Tu sors d’un bon gueuleton, là ? smiley

                    J’en profite pour te faire un bisou ! smiley


                  • maxim maxim 6 décembre 2008 01:01

                    salut ma Belle ....

                    ben oui ,je rêve !

                    en fait ,je suis inquiet pour l’avenir de deux de mes enfants qui bossent dans le privé ,avec des salaires corrects ,mais pour combien de temps ?

                    jamais je n’aurais cru qu’on en arriverait à cette situation !


                    moi aussi je te fais un gros bisou !


                    • garibaldi15 6 décembre 2008 08:19

                      @ l’auteur,

                      Inutile de venir geindre sur Agoravox. Vous seriez aux affaires que vous ne feriez pas mieux que l’actuelle majorité ! Lionel Jospin privatisant à tout va, Jacques Delors manoeuvrant pour l’approbation du honteux traité de Maastricht, Pascal Lamy organisant les délocalisations sous couvert de réguler la moins disance sociale, ça vous dit quelque chose ?

                      Pourquoi le PS n’était-il pas dans la rue quand le ’’mini-traité’’ a été approuvé par le congrès en bafouant le vote populaire ? Un pétainiste déni de démocratie.

                      L’Europe qui aide au transfert de nos industries vers l’Est, qui subventionne les faux miracles économiques espagnols et irlandais, montrés à tous comme les exemples à suivre, le PS n’en est-il pas un peu coresponsable ?

                      Les courbettes à Tony Blair, vous vous en rappelez ?

                      Pouvez-vous me citer un grand article d’un dirigeant PS ayant lancé l’alerte sur l’arrivée d’une terrible crise économique mondiale ? Pas un article disant que l’orage arrivait alors que nous avions déjà les pieds dans l’eau ! Non, un article ayant ANTICIPé ?

                      Vous avez eu le pays en main pendant très longtemps, le peuple vous soutenait et attendait sagement en espérant des lendemain meilleurs. Il a fini par se lasser. Dame, le ’’on ne peut rien faire’’ d’un Lionel Jospin interpellé par des salariés angoissé pour leur avenir, nous en avons tiré les conséquences !

                      Il est grand temps que le PS ouvre son dictionnaire et se rafraîchisse la mémoire en relisant la définition du mot SOCIALISME.


                      • toubakouta 6 décembre 2008 08:28

                        @ l’auteur

                        Aidez plutot sEGOlène à s’occuper de son prochain show avec Mr Besnehard.

                        Avec toutes vos jérémiades, vous sous préparez un avenir perdant-perdant


                        • alberto alberto 6 décembre 2008 14:00

                          Inutile de vous adresser à l’auteur : il n’est pas venu pour dialoguer, mais simplement poster son tract !
                          Il en arrive comme ça de temps en temps sur AV : poste...and forget !

                          A l’équipe d’AV  : la notoriété d’un auteur l’autorise-t-elle à voir son article publié quelle qu’en soit sa teneur ?
                          Car nous sommes ici devant le cas d’un politicien professionnel qui nous livre un article de propagande à l’usage des simplets sur le sujet du plan de relance gouvernemental sans aucune volonté de dialogue.
                          Un tel auteur ayant publié plusieur fois sans répondre à ses débatteurs peut-il continuer de poster sa propagande ?

                          Bien à vous.


                        • ZEN ZEN 6 décembre 2008 17:37

                          @ Alberto

                          En phase avec toi.
                          L’auteur (ou son secrétaire parlementaire ) nous a déjà fait le coup
                          Aucun débat possible
                          Agoravox n’est pas une boîte à lettres !


                        • alberto alberto 6 décembre 2008 21:41

                          Merci, Zen : mais à cette heure, (21H du 6/12/2008) le tract à bizarement disparu de la liste des articles...
                          Attention, ça sent le pâté !


                        • sisyphe sisyphe 6 décembre 2008 10:39

                          Tous ces débats sont hors sujet. 

                          La crise endémique du système capitaliste néolibéral était l’occasion unique d’une refonte entière du système ; en supprimant le pouvoir de création de l’argent aux banques privées, en régulant les opérations financières, en organisant la transparence, en supprimant les paradis fiscaux, en donnant aux organismes internationaux (FMI, Banque Mondiale, OMC) une vraie fonction de controle, de régulation, de redistribution. 

                          Or, évidemment, rien de tout ça n’a été fait. 
                          On applique de pauvres sparadraps sur une fracture ouverte, ce qui ne résoudra évidemment rien. 

                          De même pour la gauche. 
                          Tant qu’au niveau mondial, une modification fondamentale du système monétaire et financier ne sera pas opérée, tant qu’on essaiera de bricoler au lieu de s’attaquer aux fondations, les mêmes causes reproduiront les mêmes effets, et la politique ne pourra que règler à la marge, de plus en plus étroite, les problèmes systémiques d’un ultralibéralisme dévastateur imposant sa loi financière à l’économie mondiale. 

                          Autant essayer de surfer sur un tsunami. 

                          Désespérant. 


                          • maxim maxim 6 décembre 2008 10:46

                            tiens ...

                            comme on parle crise ,relance et drames sociaux ....

                            les députés ,toutes tendances confondues ,grâce à JL Debré ,qui a fait voter une loi stipulant qu’un parlementaire non réelu percevrait pendant 60 mois ,une indemnité mensuelle de 6952 € bruts ,

                            donc en 5 ans 417,180 € par député ...

                            faites le calcul !

                            c’est pour ça que les atermoiements des politiques me font bien marrer !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires