Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Crèche de l’horreur : la vidéo de la honte

Crèche de l’horreur : la vidéo de la honte

Ces images ont choqué l’Italie. Et le monde entier. On y voit une employée de la crèche Cip e Ciop, à Pistoia (Toscane), maltraiter une petite fille de 14 mois. Des images d’une rare violence.

L’enfant refuse de manger. Quel parent ou quel personnel de crèche n’a vécu ça ? Rien de plus banal. Parfois cela peut énerver. Mais jamais cela ne doit déboucher sur une telle violence. Par deux fois la nounou frappe cette petite fille sous les yeux médusés des enfants terrorisés. Mais ce n’est pas fini. Après avoir tiré la fillette par les cheveux elle lui fait avaler son vomi.

L’abject est atteint lorsqu’elle s’apprête à donner une claque au bébé et qu’elle arrête son geste, juste au moment où un adulte pénètre dans la salle. Selon la presse locale, rapporte le Figaro, « une autre scène montre un petit garçon de 10 mois frappé à la tête lorsqu’il refuse, lui aussi, de s’alimenter ».
 
Ces scènes étaient apparemment habituelles. Marina Pardi, une maman qui a confié sa fille pendant neuf mois raconte dans le Parisien qu’elle « n’était pas changée comme elle aurait dû l’être. Sur place, ils nous ont répondu que nous étions les seuls à nous plaindre. Et puis, quand nous voulions jeter un œil à l’intérieur, tout était fait pour nous en empêcher ». La mère précise que son enfant est marquée à vie par cette expérience et que la police a pris ses coordonnées pour la recontacter après avoir entendu les parents des enfants qui fréquentaient cette crèche, jusqu’à la semaine dernière.

Avec la multiplication des plaintes il semble que les autorités se soient décidées à agir. C’est la police qui en effet a décidé d’installer une caméra de vidéo-surveillance avec le résultat que l’on connaît maintenant.

Une enquête est en cours. La directrice de la crèche et son employée sont incarcérées depuis mercredi dernier. Victimes de violences en prison, précise Le Figaro, Anna-Laura Scuderi, 41 ans, et Elena Pesce, 28 ans, ont dû être transférées dimanche dans une autre maison d’arrêt.

Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès