Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Embrouillaminis footballistiques

Embrouillaminis footballistiques

Allez, disons que tout se passe à peu près en même temps. Ashley Cole, n’oublions pas qu’il est en campagne de promotion de son livre My Defence, vient de beaucoup parler à la presse, au Sun en particulier. Il exprime dans l’ensemble de ses messages son amertume à l’égard des responsables des Gunners, qui « ont fait en sorte que Thierry Henry se sente désiré, à part, le courtisan, lui faisant la cour, exprimant publiquement, dans une offensive de charme délibérée, à quel point ils voulaient qu’il reste », regrettant :  « Moi, je n’ai pas eu le droit à un seul dîner, à un seul rendez-vous, à un seul coup de fil de qui que ce soit. Ce n’est pas de l’amertume, [ah bon...] c’est juste la vérité. La vérité, c’est que durant toute la saison, les Gunners n’ont rien fait pour me retenir. ». Ashley Cole en veut aussi aux fans des Gunners, qui l’ont délaissé : « Mes craintes ont été confirmées quand après la finale de la Ligue des Champions perdue contre le FC Barcelone, Thierry et moi nous sommes assis dans le rond central. Quand les chants en son honneur ont commencé à diminuer, nous avons attendu pour le mien. Et nous avons attendu. Et il n’y a rien eu pour moi. Ils se foutent de moi, me suis-je dit résigné. C’était comme si j’étais l’homme invisible ». Mais le transfert était déjà en projet début 2005...

 Dans son livre, Cole explique autrement son départ pour Chelsea : le compte n’y était pas à Arsenal, il voulait 60 000 livres par semaine, le club donnait son accord pour 55 000, « Les dirigeants n’ont rien fait pour me garder, ils ont préféré économiser 5000 livres par semaine. »

Mais l’international anglais dit aussi que c’est une motivation purement sportive qui l’a poussé à changer de club : « Je sais très bien que je ne suis pas quelqu’un de gourmand. Je ne suis pas venu ici pour l’argent. Je suis venu ici parce que je veux gagner des titres et j’ai une grande chance d’en gagner à Chelsea. »  La route n’est pas facile, mais il le sait : « J’ai un dur combat qui m’attend avec Wayne [Wayne Bridge]. Beaucoup de fans m’ont dit combien il est fort mais je suis ici pour me battre. Je ne suis pas là comme ça et j’espère m’imposer », dit-il avec la dernière énergie sur footmercato.

Dans cette opération de transfert, il y a Gallas, qui rejoint Arsenal. Ambiance... Qui a dit : « De toutes façons, depuis que la saison a commencé, je n’ai jamais disposé de Gallas dont je ne considère pas avoir perdu un joueur avec ce transfert »  ? José Mourinho, l’entraîneur du club. Depuis il « ne souhaite pas » revenir sur la polémique. Juste pour faire comprendre que Gallas fait partie de ces joueurs qui menacent de marquer contre leur camp s’ils ne sont pas contents. Pas content par exemple d’être obligé de revenir jouer en équipe nationale. Là, c’est Raymond Domenech qui défend son joueur et déclare ces propos absolument « scandaleux ».

Les relations humaines peuvent être épuisantes...


Moyenne des avis sur cet article :  2.75/5   (32 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès