Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Cameroun Vers un conflit interreligieux ?

Cameroun Vers un conflit interreligieux ?

Le Projet Renforcement du Dialogue Interreligieux et Cohésion Sociale (REDICOS) tire la sonnette d’alarme sur la floraison d’églises qui menace la paix au Cameroun. Près d’une cinquantaine de jeunes d’obédience religieuses diverses viennent de se réunir à Yaoundé dans la capitale politique camerounaise. Objectif : Epargner le Cameroun du pire !

De notre correspondant à Yaoundé, Nestor Nga Etoga .Email : nestorngaetoga(a)yahoo.fr

Le Cas du Nigeria, pays voisin du Cameroun démontre que le dialogue interreligieux doit être mis en avant de cette cohabitation afin de cultiver la paix.

A travers REDICOS, Dynamique Mondiale des Jeunes veut davantage valoriser la cohabitation pacifique entre différentes religions, notamment l’interaction entre Musulmans et Chrétiens au Cameroun, dans un contexte africain et mondial où l’actualité montre une cohabitation minée par des conflits récurrents.

 La finalité du projet REDICOS est de conscientiser les jeunes croyants musulmans et chrétiens (Catholiques et Protestants) sur les causes éventuelles des conflits religieux et ses conséquences afin de les amener à œuvrer et plaider en faveur de la paix durable autour d’eux, au sein de leur quartier et communauté de vie.

L’objectif visé à travers le Projet REDICOS est que les croyants Musulmans et Chrétiens

(Catholiques et Protestants) soient conscients des causes des conflits religieux et ses conséquences pour œuvrer et plaider pour la paix durable.

La cible du projet REDICOS, ce sont les jeunes. C’est pour cela que, du Samedi 27 au Dimanche 28 juillet 2013 dernier, l’Organisation non gouvernementale a réuni  à son siège à Yaoundé au Cameroun, près d’une cinquantaine des jeunes autour d’un atelier sur «  l’approche et la transformation constructive des conflits interreligieux » .

La stratégie du projet REDICOS consiste à amener les jeunes de ces différentes confessions

religieuses à travailler ensemble, autour des activités communes et conjointes sous l’éclairage du Coran et de la Bible.

Cette approche amène les jeunes à s’enrichir mutuellement des trésors contenus dans la Bible et le Coran pour voir comment ces deux bases de la foi encouragent la participation citoyenne aux affaires publiques.

L’atelier de Yaoundé était le troisième de la série, qui faisait suite à celui de mars 2013, qui a porté sur la connaissance des religions chrétiennes (catholique – protestant) et musulmane, dans le but de susciter une interaction non-violente pour une dynamique de construction et de transformation positive de leur milieu de vie, puis à celui de mai 2013 qui a outillé les jeunes des différents groupes religieux pour les rendre effectivement opérationnels face aux éventuels conflits et leur prévention.

Les participants ont appris à développer les capacités d’intervention génératrices d’intégration, de respect, de négociation et de médiation, à contextualiser la définition de la paix, à imaginer des astuces pour prévenir les conflits en pratiquant des stratégies de communication adaptées et à développer des aptitudes propres à la résolution et à la transformation des conflits religieux.

Les formations offertes dans le cadre du projet REDICOS se déroulent en présence des leaders religieux et des personnes ressources du projet afin de garantir le lien entre les textes religieux et les modules qui sont abordés et de canaliser les échanges.

DMJ a vocation de mobiliser les jeunes pour la pleine réalisation de leur potentiel au plan local, la promotion de l’intégrité et le développement du sentiment national. Elle envisage une jeunesse capable de s’assumer devant toute épreuve sociale en préservant l’esprit civique et le sentiment national ; Une jeunesse dont les préoccupations et potentialités sont intégrées dans les processus de prise de décision et de développement. DMJ repose son action sur l’édification des communautés de solidarité novatrice basée sur le partenariat, l’interdépendance, le droit et la dignité. Elle conçoit son rôle dans son environnement comme étant un rôle de transfert de leadership et d’influence social.

En rappel, quarante et neuf églises sont officiellement reconnues au Cameroun. Mais, sur le terrain, on dénombre des centaines d’églises dites réveillées qui ont pris le Cameroun en otage.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • volpa volpa 29 juillet 2013 16:51

    Apprendre dans des bouquins où sont écrites des conneries ne fait pas avancer l’humanité.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès