Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Chorus : qui veut gaspiller des centaines de millions ?

Chorus : qui veut gaspiller des centaines de millions ?

Le ministère des Finances et du Budget se débat avec son informatique et ses procédures, et notamment avec un projet à cinq cents millions, dont le retour sur investissement menace d’être négatif ! « Accord », puis « Chorus » : en avant la musique !

« Chorus », c’est quoi, d’abord ? Comme tous les « machins » administratifs, l’exercice de présentation est difficile. Essayons toutefois, ce qui va nécessiter de faire un peu d’histoire administrative.
- Au sein du ministère des Finances (« Minefi »)...
- la « comptabilité publique » exerce les fonctions comptables et financières de l’Etat...
- à l’aide d’une jungle de procédures qui tiennent de Courteline et de Kafka, et les applications informatiques qui vont avec ; leur maintenance coûte chaque année environ 65 millions au seul Minefi (les autres ministères ont aussi quelques frais).

Avec la mise en place de la LOLF il a été décidé de profiter de l’occasion pour mettre de l’ordre là-dedans (sachant que de toute façon, la question était posée indépendamment de la LOLF). Comme d’habitude, le Minefi a décidé de se servir lui-même, et de ne surtout pas faire appel à l’ADAE, Agence pour le développement de l’administration électronique, dont c’était pourtant une compétence et une prérogative. Mais l’ADAE, malgré (ou à cause de ?) une compétence reconnue, avait un défaut majeur : elle ne dépendait pas du Minefi. Exit donc l’ADAE, qui, pour la petite histoire, sera proprement exécutée en 2005, lors de l’absorption de la « réforme de l’Etat » par le Minefi. Et place au « service à compétence national » Accord, du nom de l’application intégrée capable de faire la comptabilité en même temps que la dépense, sans nécessiter de ressaisies multiples des mêmes données (Accord 2, sachant qu’il existe déjà « Accord 1 » et « Accord 1 bis »). Gain de temps, gain de personnel, gain d’argent, et en bonus passage en mode LOLF : tout bénéfice... sur le papier !

En 2004, il faut se rendre à l’évidence : malgré plusieurs années de travail (débuté bien avant 2001), et une quantité de crédits déjà considérable (et top secret) le projet « Accord 2 » est un fiasco complet. Environ un an avant l’échéance, les spécifications techniques sont encore dans les limbes, le marché (de plusieurs centaines de millions d’euros) pour la réalisation n’est toujours pas concrétisé, et le dossier est tellement mal ficelé que malgré la pression du Minefi la commission spécialisée des marchés informatiques a rendu un avis négatif : le projet conduit immanquablement à un contentieux perdu, avec retard et grosse amende. La question technique et administrative menace même de se transformer en une bombe politique. Outre l’ardoise déjà considérable (des dizaines de millions d’euros) qui peut toujours attirer l’attention, on évoque même l’inimaginable : le report de la mise en oeuvre de la LOLF ! Les connaisseurs du dossier admirent alors la maestria du ministre qui évacue le problème sans dommage pour lui : N. Sarkozy liquide le projet, en deux coups de communiqué de presse, en s’appuyant sur le coût faramineux. Fin du premier acte, mais déjà la pièce s’annonce excellente http://www.minefi.gouv.fr/lolf/13_1_3.htm .

Début 2005, la machine administrative se remet alors en route. Accord 2, qui la veille était présenté comme l’indispensable clef de voûte de la LOLF, devient d’un coup une question annexe. On se contente d’injecter quelques dizaines de millions (quand même) pour toiletter et adapter l’existant pour l’échéance du 1 janvier 2006. Le service Accord devient l’AIFE, les anciens chefs sont promus : Accord est mort, vive Chorus, dont voici une présentation officielle : http://www.minefi.gouv.fr/lolf/downloads/320_si_etat_octobre_2005.pdf.

Chorus, c’est le même projet qu’Accord, géré de la même façon par la même boutique, avec pratiquement les même personnes. Qui peut être surpris que les même causes produisent les même effets ? Deux ans de plus se sont écoulés, on a encore dépensé un peu plus d’argent en études préliminaires, et on est a peine plus avancé. En juin, on lance un audit interne, piloté par un poids lourd parmi les plus notables : Henri Guillaume. Il connaît le dossier, et a été mis à contribution pour traiter le premier fiasco.

En octobre 2006, le rapport est prêt. Mais pas encore publié, et quand on le lit, on n’est pas surpris : c’est encore une autre bombe.

La conclusion retient quatre scénarios, en supposant qu’on lance l’opération Chorus (une affaire d’environ 500 millions d’euros) et que tout se passe bien, ce qui, après tout, est possible...
1) on fait ça sans rien changer d’autre : au total, on a gaspillé 700 millions, car non seulement on a payé l’application nouvelle, mais en plus le fonctionnement coûte plus cher qu’avant !
2) on rationalise un peu ; pour les auteurs, c’est déjà une « hypothèse forte » (sic) qui n’est « aucunement assurée » (re-sic), et donc, pour eux, au mieux on ne perd globalement « que » 400 millions, grâce à quelques menus gains de fonctionnement.
3) on profite de Chorus pour modifier en profondeur toutes les procédures : là, on gagnerait assez pour compenser les coûts initiaux, et l’ensemble du projet serait bénéficiaire de 200 millions.
4) enfin dans l’idéal, si on réussit à mette en place l’organisation qui semble le plus performante et qu’elle tienne ses promesses (no comment), on pourrait gagner 800 à 1100 millions.
Le second acte se termine, sur un superbe suspense.

Prêt pour la roulette budgétaire ? A vous de jouer : qui veut gaspiller des centaines de millions ? A quelques mois des échéances électorales, M. Copé saura-t-il gérer la crise avec la même aisance que son prédécesseur ? Les paris sont ouverts pour le troisième acte qui commence maintenant.

Ah oui, au fait, un petit extrait de la LOLF (article 30) : "Les règles applicables à la comptabilité générale de l’Etat ne se distinguent de celles applicables aux entreprises qu’en raison des spécificités de son action." Autrement dit : depuis 2001, plus rien ne justifie les procédures spécifiques de la comptabilité publique, et jusqu’à preuve du contraire, n’importe quel logiciel standard de comptabilité et facturation peut faire l’affaire...


Moyenne des avis sur cet article :  4.61/5   (62 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Bill Bill 6 décembre 2006 11:19

    Bravo Gem !

    A défaut d’en pleurer, j’ai bien ri ! Et quand on pense à la complexité du système des impots, qui pour la moindre broutille, ou si tu déménages, te contraint à téléphoner dans plusieurs services de plusieurs régions de France, c’est affligeant !

    Les fonctionnaires sont là pour servir l’état, on se demande parfois s’ils ne s’en servent pas plutot ! Gem, ne le prenez pas mal, je suis convaincu que ce n’est pas votre cas et qu’il y a des fonctionnaires très efficaces et très utiles !

    Bien à vous

    Bill


    • LE CHAT (---.---.75.49) 6 décembre 2006 11:30

      salut Bill , s’il n’y avait que les impots ! moi qui est moulte fois déménagé , changer de CAF ou de sécu est un vrai cauchemar. Je vais encore me faire replier , mais que ceux qui nous enmerdent avec l’europe s’alignent aussi sur les autres avec l’impot sur les revenus à la source , on est encore à la ramasse comparativement aux autres pays européens !


    • LE CHAT (---.---.75.49) 6 décembre 2006 11:38

      excellent article , Gem ,l’informatique du ministre des finances nous donne les mêmes joies que celle de la SNCF . Tu vas faire peter le compteur de Jean Pierre Pernaud !


    • Jade Jade 8 décembre 2006 22:11

      tu as raison LE CHAT de prendre la CAF comme exemple... j’ai connu cet organisme du temps où j’était étudiant et effectivement quand tu changes de région c’est l’horreur tout simplement parce qu’il n’y a pas de communication meme entre département ! en fait la caf du département où j’étais redoutait que je perçoive encore des alloc de la caf de mon département de résidence précédent !.. J’avais du lutter pour demander les documents par courrier postal ! Dire qu’avec l’informatique on peut faire tellement de chose pour échanger (surtout qu’on est référencé avec le numéro de sécu)... Pourquoi un organisme comme la caf ne s’appuie pas plus sur un outil informatique commmun à toute la France pour échanger plus rapidement que par courrier postal ?


    • Marsupilami Marsupilami 6 décembre 2006 11:26

      Excellent article. A pisser de rire en se tapant la tête contre les murs. Ahurissant emprunt franc-Chorus.


      • Marie Pierre (---.---.207.33) 6 décembre 2006 11:44

        Excellent et j’apprécie votre humour sceptique en lisant cette phrase : « en supposant qu’on lance l’opération Chorus et que tout se passe bien, ce qui, après tout, est possible... »


        • Nicolas (---.---.63.176) 6 décembre 2006 13:46

          Bien jeté Léon, comme on disait à l’haltérophile de la place de la Bastille... C’est du grand spectacle. On se tord de rire ! Une question subsiste : y a-t-il un responsable dans la salle ? Heureux Français qui peuvent se permettre de jeter ainsi leur pognon par la fenêtre... Je me doutais bien que ça finirait par faire des jaloux...


          • bj33 (---.---.47.132) 6 décembre 2006 15:53

            Et en plus, il y a dans d’autres ministères le DMP (Dossier Médical Personnalisé) qui se fait avoiner dans les revues professionnelles informatiques. Il semble que le dossier soit aussi mal ficelé....


            • Grouik (---.---.167.65) 6 décembre 2006 21:57

              Il y a un GIP DMP pour gérer (mal) le bousin.

              Les spécifications qui devraient être terminées sont encore en discussion molle... en revanche, la recherche d’un bouc émissaire pour expliquer le dérapage qui ne manquera pas de se produire est activement lancée : je mise sur ceux en bout de chaîne, quasiment les seuls, à ma connaissance, qui se décarcassent pour le projet.


            • Jaimz (---.---.101.8) 6 décembre 2006 17:28

              Outre l’escroquerie d’Etat ainsi constaté, qui ne sera jamais punie d’ailleur, on remarque que dans notre pays il est interessant de proposer des logiciels de gestion aux administrations de notre pays : quoiqu’il advienne ça va capoter donc pas la peine d’investir trop dans un projet qui va rapporter plusieurs centaine de millions d’euro même si ça marche pas !

              Autre chose que l’on peut remarquer, dans cette histoire l’Etat n’a pas respecter la LOLF, une loi. Comment voulez vous après que les citoyens respectent les lois quand l’Etat ne le fait pas...


              • gem gem 7 décembre 2006 10:34

                bon et bien merci. Le seul ennui avec ce consensus (positif), c’est que comme d’habitude, sans polémique, point de réactions, peu de votes, et peu de visibilité... smiley

                Ne reste plus qu’à esperer que les lecteurs contents feront un peu de pub à ce rapport...

                J’en profite pour donner un complément d’analyse : l’objectif du rapport n’était évidemment pas de flinguer chorus, mais plutôt de pousser le scénario 4, celui qui est censé rapporter beaucoup. L’idée c’est « Il ne faut pas rester au milieu du gué, il faut franchir hardiment car sinon on perd la mise ». Comme d’habitude, le vice du truc c’est qu’aucune solution alternative type « réformons d’abord nos procédures » n’a été évaluée.


                • Lullabie (---.---.120.8) 7 décembre 2006 10:49

                  La mal français n’est pas de jeter l’argent par les fenêtres en réalisant des projets sans RSI. Le mal français, c’est de passer son temps à critiquer toute tentative de changement. L’AIFE (qui à l’opposée de ses consoeurs ministérielles et autres organisations, vient de déménager à Noisy pour réduire les couts) regroupe quelques 200 personnes qui bossent sans compter les heures afin de faire avancer la modernisation de l’état. Eux au moins auront essayé.


                  • gem gem 7 décembre 2006 15:18

                    Ha merci, Lullabie, enfin une voix discordante dans ce concert !

                    Le mal français, c’est plutôt, par exemple, de faire bosser 200 personnes sans compter leur heures dans le but affiché de de faire avancer la modernisation de l’état, alors qu’en réalité toute cette organisation n’a pour but et pour fonction que de maintenir l’existant : procédures comptables obsolètes, emplois inutiles, frais exorbitants, informatique délirante, pouvoir arbitraire et « fromages de la République ».

                    L’AIFE ne devrait tout simplement pas exister, ça ferait beaucoup moins de coûts que son existence, même en banlieue. Ce qui, par parenthèse, ne fait pas des économies mais au contraire des frais inutiles, puisqu’il y a bien assez de place à Bercy !


                  • gem gem 7 décembre 2006 15:07

                    ouahh ... alors ça c’est grandiose !

                    Je suis flatté que mon article a été repris sur Yahoo.

                    Ce qui est grandiose, c’est que si vous cliquez aujourd’hui sur la page ad hoc, http://fr.news.yahoo.com/blogs.html, vous pourrez consulter toutes les autres nouvelles reprises d’agoravox de mardi ou de mercredi, mais pas mon article ! à la place, vous trouverez « page inconnu » :

                    http://fr.news.yahoo.com/06122006/326/chorus-qui-veut-gaspiller-des-centaines-de-millions.html

                    Faut-il croire que, 1) qu’on a lu mon article au minefi, 2) que cette lecture a eu un impact sur yahoo ?

                    Bigre, voilà qui serait encore plus flatteur


                    • Jade Jade 8 décembre 2006 22:07

                      « les applications informatiques qui vont avec ; leur maintenance coûte chaque année environ 65 millions au seul Minefi (les autres ministères ont aussi quelques frais). »

                      Et encore pense que les ministères commencent a faire des max d’économie coté soft et O.S. en passant à Open Office/Thunderbird/Firefox et Redhat/Fedora... imagine sinon la note que ça peut donner quand t’achètes du kro$oft (perso pour une « petite boite » de 3000 personnes et juste en prenant open office on fait deja 200 000 euros d’économie par an)


                      • ssii (---.---.146.34) 20 décembre 2006 23:41

                        Je suis tombé par hasard sur cet article en essayant de trouver qui a été choisi comme intégrateur à cet intéressant projet.

                        C’est comme d’habitude, des critiques des critiques sur quelques choses qu’on ignore ou qu’on comprend pas.

                        De toute façon, il n’y a que les francais qui ralent de tout et de rien... c’est génétique je pense....

                        Sinon, coté projet, c’est vrai que c’est un énorme défit difficile à réaliser mais pas impossible. le produit choisi (en l’occurence SAP) a déjà fait ses preuvent dans le monde et en France (la majorité les entreprises du CAC40 l’utilisent) dans le privé et surtout dans le publique.

                        La difficulté de ce projet réside en fait non pas dans le produit ou l’application de la LOLF mais plutot dans la résistance des futures utilisateurs à changer leur méthodes de travail et surtout leur implication dans la construction du système.

                        Je pense que tous les détracteurs de ce projet vont être bien surpris au début de l’année 2008 lorsque le site pilote sera en production....


                        • Swing Bob (---.---.73.39) 27 décembre 2006 11:29

                          Réaction sur les propos de Lulabie ....

                          « Le mal français, c’est de passer son temps à critiquer toute tentative de changement. L’AIFE (qui à l’opposée de ses consoeurs ministérielles et autres organisations, vient de déménager à Noisy pour réduire les couts) regroupe quelques 200 personnes qui bossent sans compter les heures afin de faire avancer la modernisation de l’état. Eux au moins auront essayé. »

                          Euuuh, quand on parle de dizaines de millions d’€ , je pense qu’on est en droit d’attendre autre chose que de simples tentatives !!

                          Se cacher derrière l’excuse :« nous au moins on a essayé » est non seulement facile, mais surtout ahurissante !! Te rends tu comptes que pour tes « essais », des milliers de personnes dont toi,ont donné le fruit de leur travail... Cet argent n’est pas tombé du ciel, il vient de la poche de miliers de contribuables . Ils payent de grosses sommes comparativement à leurs revenus, et tout ça pour quoi ?? Pour de simples « essais » qui ont lamentablement echoué mais dont on devrait en plus vous féliciter ??

                          Du résultat, c’est ce que souhaite les français.... Et il n’y a vraiment pas de mal à ça...


                          • Daniel DiRezze (---.---.3.74) 11 février 2007 12:55

                            Bonjour,

                            en tant qu’utilisateur quotidien d’Accord-Lolf et des « services » associés de l’AIFE, je peux vous assurer qu’on ne voit vraiment pas où est passé l’argent qui a servi à la création de ce logiciel.

                            Pour ne pas faire trop long je dirais que je ne souhaite à personne d’avoir à utiliser ce truc pas fini, lourd, lent, compliqué, anti-ergonomique, en panne 2/3 jours par mois etc...

                            Le point positif est qu’on va tellement lentement à faire des opérations simples qu’il nous faut beaucoup plus de personnels pour tenir les délais légaux. Maigre consolation.


                            • hatake 14 décembre 2009 12:12
                              Bonjour à tous,
                              Quelques mots, pour résumer.
                              Vous n’avez pas tort, mais vous n’avez pas tout à fait raison. En fait, vous avez, dans l’ensemble, plutôt faux.
                              M. Sautter, alors ministre des finances de M. Jospin, voulait réformer ce(s) ministère(s) & cette(ces) administration(s) (MINEFE & autres) pour offrir de vrais services aux CLIENTS (M. B. Bruhnes a d’ailleurs fait un exposé très intéressant, sur ce sujet, au cours d’une rencontre de « fonctionnaires » au Palais des Congrès, il y a quelques années ) que nous sommes. Leurs salariés, qui sont plus intéressés par leurs avantages que par la notion de « service de la Nation » (plutôt que service de l’Etat), de service des gens, ou de « services » tout court, ont refusé les changements proposés. La réforme, oui ! Mais pour les autres. On connait la suite. & exit M. Sautter.
                              Cependant, cette réforme a été mise en place, quand même, quelques années plus tard par le RPR.
                              Concernant les contacts avec les diverses entités ’administratives’ (DGIFP, CAF, SS, préfectures, gendarmeries, mairies, paroisses, Croix Rouge, écoles, collèges, facs., conseils généraux, caisses de retraite, associations d’aides aux autres, .......NDA : n’oublions pas qu’il n’y a pas que des organismes qui nous subventionnent & nous assistent), pour ne pas avoir de problèmes en cas de changement de situation, il suffit de les informer par courrier &, surtout, par courrierS.
                              A propos de Chorus (attention. Chorus, c’est du budgétaro-comptable, du financier. & ça traite des dépenses de l’Etat &, aussi, des recettes (ou de certaines recettes)), les études de ROI (retour sur investissement(s)) ont bien été faites (savoir si elles ont été bien faites est une autre histoire). A terme, nous ferons bien des économies (cf. ’réingénérie’ des processus, par exemple). Ca nous permettra donc d’économiser des tonnes & des tonnes de services et de gens qui ne serviront plus à rien (ce qui était & est déjà le cas, d’ailleurs), car fonctions en double, en triple, etc ........ Il faudra donc supprimer ces multiples services inutiles, car redondants. & au niveau, non pas d’une administration/d’un ministère, mais en inter-ministériel. 
                              Le problème, c’est que les chefaillons (les pseudo-cadres, que l’on appelle ’niveau 1’ ou ’catégorie A’ ou équivalent) n’ont rien compris, pour 85 % d’entre eux, à cette réforme. & que, eux-aussi, s’accrochent à leurs statuts & avantages. Quant à tous les salariés (sous-chefs ou pas, exécutants ou penseurs), les immobiles, ceux qui s’accrochent à leurs ’4 Murs & à leur pelouse’ & qui se moquent éperdument du reste du monde, il faudra qu’ils comprennent que leur nouveau job (s’ils l’acceptent. Cf., sur le sujet, les énormes avantages consentis), se situant dans un endroit à 6,547 KM de leur ancien lieu de travail, sera une chance pour eux.
                              Certes, Chorus a couté & va encore couter cher. Mais, comme tout nouveau S.I. (voir définition), rien à dire. De plus, nous en avons pour au moins 25 ans. Tant mieux !
                              Avec Accord, la LOLF (adieu l’ordonnance de 1959) & son palier, & Chorus, on essaye enfin de sortir de cette vieille administration remplie de sinuosités chronophages & inutiles, & de salariés non serviables qu’il était temps de bouster (ou booster ?). & ça, c’est très bien.
                              Maintenant, plutôt que de râler, interrogeons-nous, corporatistes ! Qui est coupable ? 
                              Ce qui nous permettra de prendre une leçon & de transmettre de bonnes paroles à nos enfants, pour qu’ils ne commettent pas les erreurs de nos aiëux.
                              En attendant, soyons prêts pour Chorus V4 qui démarre le 01/01/2010 (dans quelques jours), puis pour la V5 qui sera mise en place en 07/2010.
                              & quoiqu’en dise (ou écrive Le Canard Déchaîné ou autres journaux de la vraie presse), ça ira. Même si certains [vrais] fonctionnaires inutiles & incapables seront promus.
                              & d’autres mis en retraite. & d’autres employés « placés » en 2ème. section. Sic !
                              PS : allez voir le site du Main-Déf. Le 31/12/09, les commissariats de certaines armées (trois) sont détruits &, le 01/01/2010, un commissariat, dépendant de l’état-major des armées est créé (conséquences : un seul directeur au lieu de trois, etc......., jusqu’aux petits de base). C’est ça la vraie réforme : du plus gradé au plus petit. Comme dans une bank suisse.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès