Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Chronique d’un éveil citoyen – Épisode 2 : De Dieudonné (...)

Chronique d’un éveil citoyen – Épisode 2 : De Dieudonné jusqu’au sionisme

Résumé de l’épisode précédent :

Une explosion médiatique au sujet d’un humoriste diabolisé par les journalistes et pris en chasse par les politiques résonne dans l’actualité. Si je n’avais pas eu de compte Facebook assorti de quelques contacts dissidents, j’aurais certainement suivi le troupeau… Mais avec Internet, la vérité est à portée de « clique » et le mensonge médiatique devient synonyme de suicide politique. Comme un virage totalitaire, le Conseil d’État statue en quelques heures pour annuler le spectacle, contrevient à 80 ans de jurisprudence et renonce à la liberté d’expression. C’est le point culminant de l’affaire Dieudonné, un bug dans mon logiciel libéral-libertaire. Ce bug me débranche de la Matrix, me fait traverser le miroir d’Alice, ou, pour prendre une métaphore plus personnelle, ce bug fait comprendre à Truman* que sa vision du monde est factice, qu’elle ne se résume qu’à un décor et des acteurs : un gigantesque mensonge.

* Cf film : The Truman Show

Dieudonné

Épisode 2 :

Mon sentiment de révolte se mesure à la passion d’un cocu fraîchement trahi. « Que faire ? » Se demande le cocu. Ce sont les mots de Baruch Spinoza, le juif excommunié, qui lui répondront et ouvriront sa voie : « Ne pas railler, ne pas déplorer, ne pas maudire mais comprendre. »

Comprendre donc… Pour comprendre la censure, le meilleur moyen est de lire ou écouter le censuré. Il n’y avait rien de plus simple, ses vidéos foisonnaient sur internet. Au menu ? Beaucoup de quenelles mais surtout la dénonciation du sionisme.

Etonnamment, la page « Sionisme » de Wikipédia donne une vision relativement complète de ce qu’est le sionisme « en théorie » : http://fr.wikipedia.org/wiki/Sionisme

Après quelques échanges avec mes contacts Facebook, l’un d’eux me recommande un documentaire sur ce qu’est le sionisme « en pratique » et le lobby Israélien. Ce documentaire est réalisé par un jeune Israélien nommé Yoav Shamir :

http://www.dailymotion.com/video/xqsz41_defamation-un-film-documentaire-de-yoav-shamir-1de2_school?start=2

http://www.dailymotion.com/video/xqsyoy_defamation-un-film-documentaire-de-yoav-shamir-2de2_webcam

Si vous ne devez regarder qu’un seul documentaire sur l’idéologie sioniste et que vous n’y connaissez pas grand-chose : commencez par celui-là.

Pour ceux qui ne le connaisse pas et qui n’ont pas 1h30 à lui consacrer, je fais un bref résumé :

Ce documentaire explique que trois termes reviennent de manière récurrente dans la presse Israélienne : Holocauste, Nazi et Antisémite.

L’ADL, agence visant à lutter contre l’antisémitisme aux Etats-Unis, ouvre chaleureusement ses portes au jeune Yoav Shamir afin qu’il puisse réaliser son enquête.

Parallèlement, lorsqu’il interroge sa grand-mère au sujet de l’antisémitisme, cette dernière à des propos très durs sur les juifs qui sont à l’étrangers. Elle raconte en substance que s’il y avait réellement de l’antisémitisme, ces juifs pourraient venir vivre en Israël mais que s’ils sont à l’étranger, c’est parce qu’ils aiment gagner de l’argent sans vraiment travailler.

Puis, le reportage accompagne une classe de lycée Israélienne en voyage de classe (en Pologne). Elle montre comment ces jeunes juifs sont conditionnés pour redouter la Shoah et redouter le reste du monde. Leur guide, un membre du Mossad, les accompagne pendant la visite en leur expliquant que tous les pays d’Europe sont antisémites, qu’il est là pour les protéger et qu’il ne faut surtout pas parler aux gens du pays. Ils sont conditionnés pour se sentir détester par le reste du monde. Certains enfants expliquent (d'eux-mêmes !) que cette perception peut engendrer de la haine à l’égard du reste du monde.

Enfin bref, ce reportage explique les ressorts du sionisme : la propagande autour de l’antisémitisme mondial sur la population Israélienne, l’endoctrinement des nouvelles générations pour redouter la Shoah et avoir peur de l’étranger, l’instrumentalisation excessive de la Shoah par les lobbyistes sionistes, la mise à l’écarts des juifs ayant une vision critique du sionisme…

A ce documentaire, succède un autre (produit et diffusé par des médias officiels) qui date de 2003 : « Un Oeil Sur La Planete - Sionisme - Israel : Questions interdites ». Ce documentaire est également disponible sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=F6MKLBRYrkM

Ce documentaire dresse la situation entre Israéliens et Palestiniens. Cette fois encore, les faits et les images sont accablants… mais le plus angoissant est de songer que ce documentaire date de plus de 10 ans…

Parallèlement à ces découvertes, mon activisme sur Facebook me conduit dans de vifs débats avec des individus « plus que jamais branchés à la Matrix ». L’un de ces débats porte sur un article interdit de Dieudonné : http://metatv.org/dieudonne-voici-l-interview-interdite-de-l-humoriste-realisee-recemment-en-suisse

Mon contradicteur est un fidèle lecteur de Rue 89 qui me recommande un article qui « résume sa pensée », http://rue89.nouvelobs.com/2014/01/03/les-idees-a-con-progressent-grace-a-ceux-pretendent-les-combattre-248755

L’article de rue 89 est relativement long mais ne s’engage jamais sur le fond. Il se contente de tourner en dérision, caricaturer, faire des procès d’intention et axe sa problématique sur « Comment juguler le phénomène ? » et non sur « Pourquoi ce phénomène existe ? »

Enfin, j’arrive à entrainer mon contradicteur dans un débat sur l’article interdit de Dieudonné. (Si vous essayez vous-même, vous mesurerez à quel point il est ardu d’entrainer un individu « conditionné » à dialoguer sur un sujet « interdit ».)

Ses propos sont les suivants :

Ce que je retiens de l'interview, c'est qu'il n'a aucun problème à voir chez "les sionistes" (c'est qui, précisément, ces fameux Sionistes ? ) une "compétition victimaire" dans la première partie de l'interview, sans manquer de rappeler peu après qu'il est (ou pas, d'ailleurs, je n'en sais rien) descendant d'esclaves (il est peut-être noir pour des blancs, mais garanti il est blanc pour des noirs), ce qui revient à faire exactement la même chose que ce qu'il reproche aux sionistes. Moi je trouve ça hypocrite et malhonnête intellectuellement. Même constat quand il commence par dire qu'il a un rôle de grand méchant, ce que je comprends comme une façon légitime, et avec laquelle je me sens d'accord, de dénoncer le manque de nuance des jugements prononcés à son égard dans les medias. Soit. Mais que lis-je quelques paragraphes plus loin ? Que le Pen est un gentil. Allons bon, voilà que la classification entre gentils et méchants est finalement acceptable quand ça l'arrange ! Là encore, c'est malhonnête. Et les quenelles, antisémites ou pas, ben j'en sais rien, ça dépend de qui la fait, j'imagine. Mais par curiosité je viens de faire Google images "quenelle" et si j'en vois plusieurs devant des endroits symboliquement juifs, aucune devant une église ou une mosquée. Alors il a beau jeu de se poser là en grand justicier, à demander pourquoi personne ne dit rien pour une querelle devant une église ou une mosquée. Euh... peut-être parce que personne n'en fait ?

Étrangement, je songe que les arguments qu’il m’oppose sont identiques aux arguments de l’article de Rue 89 et des médias mainstream : Ils portent sur l’intention et jamais (ou presque) sur le fond des propos.

Pour éviter de se faire avoir par ce type de procédé dialectique, c’est-à-dire d’argumentation, (fuyant et désespéré puisque esquivant le débat de fond), il faut impérativement rester factuel et s’en tenir au sujet.

Ma réponse fut la suivante :

1) « C’est qui ces fameux sionistes ? »

Les sionistes sont les partisans, les supporters, les défenseurs du « sionisme ». L’origine de cette idéologie remonte vers 1880, extrait de Wikipédia :

« Sous la pression de l’antisémitisme européen et sous l’influence des idéologies nationalistes et d'indépendance nationale, une partie de la population juive européenne (surtout en Europe centrale et orientale, où l'intégration est difficile) transforme à la fin du XIXe siècle ce désir religieux en un projet politique : le sionisme. Les premières organisations (Amants de sion) apparaissent en 1881. À partir de 1882, le baron français Edmond de Rothschild achète de la terre en Palestine ottomane et finance le premier établissement à Rishon LeZion. L'Organisation sioniste mondiale est créée en 1897. »

Le sionisme est donc une idéologie à la frontière du « désir religieux » et du « projet politique ». Il revendique un terre « biblique » (Israël) et entends mettre en œuvre une conception judaïque de la politique ou politique du judaïsme.

Cette idéologie soulève certaines problématiques :

- Si l’on considère la diaspora juive comme une communauté religieuse (c’est mon cas), peut-on accepter qu’une religion et ses pratiquants revendiquent un territoire spécifique pour leur usage ? Quand est-ce qu’une communauté culturelle devient une religion ? Pourquoi l’église de scientologie ne pourrait-elle pas revendiquer Hollywood et les témoins de Jéhovah la Bretagne ?

- Si une communauté religieuse revendique un territoire pour son usage, quel droit a-t-elle sur les populations indigènes ? Peut-elle interdire le mariage civil pour proscrire le brassage inter-religieux/ethnique ? http://www.youtube.com/watch?v=Unopb9HK6BI Peut-elle mettre en œuvre un régime d’apartheid (restriction des droits civils, des accès aux services publiques en fonction de l’appartenance religieuse/ethnique…) Peut-elle réprimer les manifestations contre cette ségrégation en faisant usage d’armes chimiques telles que le phosphore blanc ? http://www.lefigaro.fr/international/2009/07/31/01003-20090731ARTFIG00462-israel-reconnait-avoir-utilise-du-phosphore-blanc-a-gaza-.php

Bref, cela soulève de nombreuses questions légitimes, bien que nettement ostracisées par les médias mainstream.

2) Il dénonce une « compétition victimaire »

Dans le texte, il dénonce la vente « d’une souffrance unique, une compétition victimaire organisée, structurée ».

D’après moi, il ne dénonce pas la compétition victimaire en tant que telle, ce qu’il dénonce, c’est le fait qu’elle soit « organisée et structurée ». Ainsi, dans notre éducation et notre référentiel culturel, la Shoah est devenue le « pire crime contre l’humanité », le Nazisme incarne l’enfer sur terre et la folie sociopolitique à l’état pure. [De mon point de vue, cela a l’avantage de nous vacciner contre le fascisme.] Cependant, faisons quand même l’exercice cynique de cette compétition victimaire :

- Le bilan du génocide des Juifs : au total environ 5 100 000 morts, dont 2 700 000 dans les chambres à gaz. [Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Shoah]

- Le bilan des traites négrières : au total 42 000 000 de victimes pour trois traites négrières [Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Traites_n%C3%A9gri%C3%A8res]

Voilà pour la quantité, pour la qualité, on peut quand même se poser la question, est-ce-que tu préfères :

- Te faire gazer/fusiller

- Te faire enchainer, traverser l’atlantique à fond de cale pour une vie de servitude pour toi et les quelques générations qui suivent

Vis-à-vis de la morale, est-il mieux de tuer ou d’emprisonner :

- Parce que ta religion se prend pour une race (supérieure puisqu’élue par Dieu) qui n’est pas la bonne d’après les fous qui viennent de prendre le pouvoir.

- Parce que ta race (qui n’est cette fois pas en lien avec ta religion) a été décrétée inférieure par une autre race qui décide que ta race a vocation à la servir (ou périr).

J’admets être très provocateur dans la manière de présenter cette « compétition victimaire » mais, ce que cela peut nous montrer, c’est qu’aucun peuple, aucune race, aucune religion n’a le droit de revendiquer le monopole de la souffrance humaine. Et que, objectivement, le régime Nazi n’est pas pire que l’occident lorsqu’il orchestrait les traites négrières.

3) Le Pen est un gentil.

Là encore, je dois te corriger, il ne dit pas « gentil », mais « résistant français » pour l’opposer à « nazillon ». Je pense qu’il dit cela en référence à l’attitude de Le Pen pendant la seconde guerre mondiale : « En novembre 1944, à 16 ans, il demande au colonel Henri de La Vaissière (alias Valin) à s'engager dans les FFI (Forces françaises de l'intérieur) » [Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Marie_Le_Pen ]

Mais je ne prendrai pas plus la défense de Le Pen. Le rôle d’épouvantail que joue ce dernier sur l’échiquier politique est détestable. (Dérapages racistes calculés pour discréditer la ligne patriote/eurosceptique de la droite française…)

4) Les quenelles devant certains monuments commémoratifs ou judaïques.

Doit-on prendre ces manifestations comme de l’antisémitisme ? Peut-être, on ne sait jamais vraiment ce que les gens ont dans la tête mais je ne le crois pas.

Je crois qu’il s’agit surtout de provocation. Si ce n’était pas de la provocation, pourquoi les auteurs ne l’assumeraient pas ? (notamment Soral) Pourquoi ne dirait-il pas : "Oui, j’ai fait ça et je suis antisémite !" ?

Parce qu'ils sont de gros menteurs/manipulateurs/hypocrites/nazi-en-puissance... Peut-être.

Parce qu’une provocation abjecte est le seul moyen de se rendre audible (sans se faire ostraciser des médias mainstream) pour dénoncer les injustices et l’intégrisme intrinsèque au sionisme… Peut-être aussi, en tout cas, c’est mon opinion.

Enfin, pour les quenelles je ne sais pas, mais les Femen ont simulé un avortement sur l’autel d’une église catholique… alors bon, après ça, je peux comprendre que les quenelles passent inaperçues devant les églises.

Peut-être prendra-t-il le temps de me répondre un jour ? Mais pour les êtres humains, la vérité est plus difficile à entendre qu’à démontrer.

Bref, je m’efforce de creuser encore le sujet et trouve ce plateau TV qui débat sur la situation Israélo-palestinienne : http://www.youtube.com/watch?v=YKBD2qnDgJY

Comme preuve de l’influence du lobby israélien sur les politiques français, je découvre cette vidéo ou Elisabeth Levy met en défaut le président du CRIF devant les caméras : http://www.youtube.com/watch?v=ZlLIZuh8yJw

Je déniche également des propos très durs à l’encontre d’Israël et de son lobby. L’homme qui tient ces propos est un juif nommé Jacob Cohen : http://www.youtube.com/watch?v=QIX_XoC4GuI

Une fraction de cette vidéo sera reprise dans un documentaire dissident qui s’intitule « L’oligarchie et le sionisme » : http://www.youtube.com/watch?v=pD3qgpfOSUs

Ce film est celui qui me fera basculer dans ce qui est vulgairement qualifié comme « la théorie du complot » par les médias officiels.

Ce documentaire, plus ou moins factuel, désigne diverses manipulations médiatiques et politiques. Si l’affaire Dieudonné ne m’avait pas démontrée d’elle-même l’influence du lobby sioniste, je serais certainement resté sceptique devant cet amas de complots. Ayant la conviction de l’influence de ce lobby dans les médias et la politique, ne pas prêter attention aux autres lobbies dénoncés par ce documentaire ne se résumerait pas à du scepticisme mais à de la lâcheté.

J’avais taillé cette nouvelle tranche de vérité dans le gâteau du mensonge officiel… loin, très loin d’imaginer l’ampleur de ce gâteau ainsi que les désillusions et les espoirs qu’il recelait.


Moyenne des avis sur cet article :  4.74/5   (76 votes)




Réagissez à l'article

107 réactions à cet article    


  • bartneski bartneski 16 avril 2014 16:26

    Esclave, choisis ton maître.


    • Hermes Hermes 17 avril 2014 14:33

      Dieu donné à tous : c’est une hérésie !

       smiley


    • egos 16 avril 2014 17:46

      Si les femmes sont supposées venir de Venus, l’auteur débarque carrément de Mars

      prenez cela pour 1 compliment, votre naïveté est touchante.
      Quant à l’affaire Dieudo montée en épingle après que les media l’eussent reclu depuis + années et renvoyé au même sort une fois l’opération bouclée, cela dégage tt de m^me de très forts remugles de grosse manip mal ficelée : 
      Valls promo, décret liberticide du Cons Cons, attaques redoublées du web.
      ressasser des vérités ou bien des évidences se nomme habituellement prêcher,
      à vs d’en juger la pertinence, 
      idem cette fumeuse prise de conscience et ses effets immédiats aux plan des municipales
      l’extrême droite israélienne a préempé le sionisme, celui-ci le judaïsme, qui lui même a préempté l’holocauste, l’holocauste la morale publique
      tentez donc de découvrir quels intérêts sert l’extrème droite israélienne et vs y verrez un peu + clair

      sans rancune

      • Alban Dousset Human Iste 16 avril 2014 18:08

        Rassurez-vous, je suis très rarement sujet aux rancunes.

        J’ignorais que la naïveté était spécifiquement martienne.

        J’admets être tombé de très haut avec l’affaire Dieudo et c’est une chose que j’assume parfaitement. Cependant ma propre naïveté m’a tellement sidéré que je préfère m’en amuser et grossir le trait pour donner du rythme et un peu d’ironie à cette série d’article.

        Je vous remercie pour les indices que vous me suggérez mais je confesse déjà connaître la suite de mes propres aventures. smiley


      • egos 16 avril 2014 20:18

        « J’ignorais que la naïveté était spécifiquement martienne »


        c’est pourtant connu

      • Giordano Bruno 17 avril 2014 09:03

        Il est intéressant de remarquer que cette affaire Dieudonné ouvre les yeux de certains comme les mensonges au sujet du 11 septembre 2001 ont pu ouvrir les yeux à d’autres.

        Finalement, les excès de mensonges des médias jouent de plus en plus contre eux.


      • Leroi 17 avril 2014 10:38

        @Pierre JC Allard

        J’ai bien apprécié votre article « Dieudonné et les antisémites » et partage l’essentiel de vos idées.
        Une remarque cependant, vous n’abordez pas la question fondamentale : qu’est-ce qu’un juif ?
        Ce n’est pas une race puisque nombreux sont des convertis ; ce n’est pas un peuple puisqu’il n’y a ni langue commune, ni culture commune, ni même religion commune (bon nombre de juifs se disent laïques où athées)... L’État d’Israël lui même a du mal à reconnaitre les siens (cf.Olivier Roy L’aube des religions globalisées) et sa définition du juif n’est pas celle de Jean-Paul Sarte (cf. Réflexions sur la question juive), par exemple.
        Bref, l’antisémitisme a ceci de particulier : il beaucoup de mal à identifier son objet. Pourquoi ? Le terme est en tout cas aujourd’hui un instrument de lutte idéologique et politique utilisé par les sionistes pour manipuler l’opinion au profit d’Israël.


      • bourrico6 17 avril 2014 12:16

        Finalement, les excès de mensonges des médias jouent de plus en plus contre eux.

        En fait non, car le temps passe, les générations passent, les souvenirs s’estompent, et on est déjà passé aux suivants.
        Qui se souvient des scandales des années 70-80 ?
        Personne, pourtant ils n’ont rien à envier à ceux de maintenant.

        Votre phrase fait penser qu’il existe un temps 0 ou une sorte de « time stop » le temps de dénoncer le dit mensonge.
        C’est faux, tout ceci n’est qu’un instant fugace, le roue tourne, et d’autres mensonges sont proférés, ainsi de suite.

        C’est pour ça qu’aux USA on peut tout déclassifier, de toute façon les responsables ne le sont plus, ils ne sont plus en poste et ne peuvent être poursuivi.
        Voyez le nombre de dossier crasseux qu’il rendent public, les aveux des bidonnage des entrées en Guerre au Viet Nam ou en Irak sont des mensonges qui ont fait des milliers de victimes... mais ça intéresse qui ? Qui a été jugé ? Qui a été condamné ?


      • Alban Dousset Human Iste 17 avril 2014 19:10

        @bourrico6

        « En fait non, car le temps passe, les générations passent, les souvenirs s’estompent, et on est déjà passé aux suivants. »

        Je serais totalement de votre avis si nous n’avions pas un nouvel outil avec nous : Internet.

        Je vous recommande cette conférence : http://www.youtube.com/watch?v=yBmz29_5ffA

        Les fruits du mensonge que portent les branches de l’humanité tomberont, c’est pour moi une conviction déterminée par cette conférence… et quelques autres.

        D’une certaine manière, mon éveil (et celui de beaucoup d’autre en est la preuve) :

        Sans internet, l’affaire Dieudonné serait passée comme une lettre à la poste...

        Avec internet, les consciences s’éveillent, plus ou moins rapidement certes, mais inéluctablement.


      • bourrico6 18 avril 2014 09:24

        Je serais totalement de votre avis si nous n’avions pas un nouvel outil avec nous : Internet.

        Bof, effet positif, les infos se diffusent largement et rapidement.
        Effet pervers, le désinfo en fait autant, on fini noyé sous le nombre, et faire le tri est une gageure.
        Autre effet pervers, quand on réalise qu’on se fout de nous en permanence, à tous les niveaux et sur tous le sujets, cela donne corps au « tous pourris ».

        Un exemple concret est arrivé il y a peu, la conclusion du « scandale de la vache folle ».
        Quelqu’un a eu un écho ? Cela a t-il suscité quelques réactions dans votre entourage ?
        L’amiante ? le Diésel ? Les vaccins à la cons ?

        Les responsables sont ailleurs et personne n’est coupable.
        Ca fait du bruit en moment, de grands procès, de grands mots, de grands changements, et au final... l’oubli.
        .


      • Alban Dousset Human Iste 18 avril 2014 12:43

        @bourrico6

        On peut effectivement rester sceptique et pessimiste en considérant que Dieudonné n’est qu’un épiphénomène (comme la vache folle, les vaccins, l’amiante, le diésel…) qui s’évanouira avec le flux et le reflux de l’actualité médiatique.

        Pour ma part, je pense que ce scandale est sensiblement différent. Si dans les commentaires du premier épisode de nombreuses personnes se sont reconnues dans mon témoignage, c’est que cette affaire heurte de manière frontale l’idéale « libéral/libertaire » revendiqué officiellement par la gauche « moderne ». Cette affaire est une fracture entre les valeurs revendiquées par le PS et la politique mise en œuvre.

        En cela, c’est très différent d’un scandale financier/politique VS sanitaire/santé publique.

        Comme le remarque Benjamin Bayart dans sa conférence, Internet est un média horizontal (c’est-à-dire que tout le monde peut parler à tout le monde) contrairement à la télévision qui est un média vertical (nombre d’émetteurs réduits pour beaucoup d’auditeurs). Or, un média absolument horizontal forme des citoyens contrairement à un média vertical, comme la télévision ou l’éducation nationale, qui produit des individus dont les schémas de pensée sont standardisés par l’idéologie dominante.

        En réalité, son point de vue consiste à penser que les modèles sociopolitiques sont fortement déterminés par les médias. Ce fut le cas avec l’imprimerie qui détermina la sécularisation de l’église catholique, l’apparition des protestants, de philosophes dissidents et, plus tard, l’apparition de la philosophie des lumières… Philosophie des lumières dont est issue la révolution française.

        C’est pourquoi je pense que le changement sera, peut-être long, mais de toute manière inévitable.


      • smilodon smilodon 18 avril 2014 15:14

        @ human iste : Y’a du « sang bleu » dans votre plume !.. En totale adéquation avec votre avatar !.. Votre lecture est très belle !......Adishatz.


      • Alban Dousset Human Iste 18 avril 2014 16:13

        Merci beaucoup pour ce compliment. (Cependant, je crois et espère que le sang n’a rien à voir là-dedans ! smiley)

        Vos commentaires témoignent d’un fort sentiment de colère et de révolte. Je ne la critique pas car elle est légitimée par la décadence et la corruption de notre société.

        Néanmoins, je fais le souhait que cette colère sourde qui ne semble pas attendre de réponse laissera bientôt la place à une recherche de vérité par le débat contradictoire.


      • CASS. CASS. 18 avril 2014 18:46

        impérialisme colonialisme sioniste (protocole de sion de jésuites révisés par les rothschilds ( issus de kazars .. pharisaÏsés très prosélytes à partir du 8 émé siécle de notre ére, voir par un certain flavius joseph qui employa le terme judaîsme pour expliquer le pharisaïsme,( noter que le dit jésus éniéme sauveur né d’une mére vierge comme Mithra etc avant lui et la philo de zoroastre avant lui), ayant vécu en même temps que le dit juda = judaïsme le judAisme ne date donc pas de 5000ans etc de toute façon pas d’hébreux ? virés d’egypte par contre des hyksos en effet en ont été virés) jew terme inventé par les english windsordiens angles saxons usuriers vers 1776, au lieu d’employer judéens et samaritains, puis introduit dans la bible, ce terme n’existait pas avant.bref religions trafiquées et retrafiquées érites et réécrites , inventions plagiats etc en fonction des politiques colonialistes montrueuses à mener depuis les romains.Le sionisme est la pire des religions impérialo colonialiste ,mise en place par de gros bourges et leurs héritiers, issue de mensonges d’impostures et d’escroqueries.mensonges barbaries vols pillages usure.


      • France Europe République Fulbert de Chartres 16 avril 2014 19:10

        Dieudonné a le mérite de faire réagir et de susciter des débats...


        • appoline appoline 16 avril 2014 19:56

          Je vois surtout l’énorme masse d’argent payé par le contribuable il a fallu pour censurer à ce point Dieudonné. Nous voyons à quel point l’appareil politique et les médias sont à la botte de la communauté juive ; rien que de l’écrire peut amener des problèmes alors pour Dieudonné, je n’imagine même pas les moyens de le faire taire. Mais n’oubliez pas l’antériorité, on ne m’empêchera pas de penser que ceux qui gênaient, ont été victimes soit d’un accident ou se sont suicidés, ben voyons c’est tellement facile


        • Alban Dousset Human Iste 16 avril 2014 20:57

          Je crois sincèrement qu’il est incorrect et dangereux de parler de « communauté juive » pour qualifier ce groupe de pression. Ce lobby est ultra sioniste et fortement minoritaire dans la communauté juive. La communauté des juifs de France subit autant les acteurs de ce lobby que l’ensemble des français subit ses hommes politiques (…et quand bien même certains « y croient », ils le subissent autant que les autres…)

          Comme le remarque très justement Jacob Cohen (ou peut-être est-ce Jean Bricmont ?), la maladresse et la férocité de ce lobby sont telles que l’on peut se demander s’il ne souhaite pas stimuler l’antisémitisme à l’étranger afin d’encourager la diaspora juive à immigrer en Israël.

          D’après moi, il ne faut surtout pas tomber dans la haine ou le mépris d’une communauté religieuse car cela ferait le jeu d’Israël et, surtout, on sait où cela peut conduire un peuple.

          Condamner une idéologie extrémiste et déviante : Oui.

          Se laisser emporter par l’amalgame antisionisme = antisémitisme : Non.


        • philouie 16 avril 2014 21:06

           Je crois sincèrement qu’il est incorrect et dangereux de parler de « communauté juive ».

          C’est une difficulté.
          Personnellement j’en suis arrivé à parler des juifs en tant que juifs. ce qui est effectivement la base de l’antisémitisme.
          Mais si j’en suis arrivé là, c’est parce qu’il me semble que ce sont d’abord les juifs eux-mêmes qui se pensent comme juifs, comme peuple, comme race. (ce qui n’est pas le cas ni d’un chrétien ni d’un musulman). De sorte que quelque part, l’antisémitisme qui n’est pas - vous en conviendrez - un racisme ordinaire mais bel et bien un racisme spécifique est consubstantiel au judaïsme : le problème de la « race juive » est que le juif se pense comme race.


        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 16 avril 2014 21:08

          @ l’auteur

          Beaucoup de lucidité dans cette réponse.
          Un soupçon de naïveté aussi (évoquer une maladresse me paraît en effet relever de la naïveté)


        • philouie 16 avril 2014 21:13

          Evidement, je comprends que ce point de vue est source de haine. Mais, j’ai souvent l’impression qu’il y a chez ce peuple une forme de solidarité - donc parce que juif - qui fait que la guerre qu’ils mènent là-bas ee palestine, se trouve importé chez nous en France.
          Il suffit de voir comment, sur agoravox, des intervenants comme Massada ou Jonas viennent aux quotidien propager la haine de l’arabo-musulman.
          Alors je veux bien tout entendre, mais il faudrait qu’ils cessent. Le problème c’est qu’eux ont tous les droits et nous rien.
          Alors ça suffit.


        • philouie 16 avril 2014 21:15

          la maladresse et la férocité de ce lobby sont telles que l’on peut se demander s’il ne souhaite pas stimuler l’antisémitisme à l’étranger afin d’encourager la diaspora juive à immigrer en Israël.

          L’antisémitisme c’est la justification du sionisme.
          alors oui, les antisémites sont leurs meilleurs alliés.


        • Alban Dousset Human Iste 16 avril 2014 21:20

          C’est peut être de la naïveté... mais lorsque j’observe les attitudes et les propos de Valls ou BHL... il font preuve d’un tel amateurisme, d’une telle inconscience.
          Ma conviction est qu’ils ne mesurent pas l’exaspération populaire, ils semblent jouer avec le feu comme des gamins avec un bâton de dynamite.
          C’est pour cette raison que je parle de maladresse... d’ailleurs, le lapsus de Valls m’incite à penser que je ne suis pas si loin du compte.
          http://www.dailymotion.com/video/x1bdruu_le-lapsus-de-valls-sur-dieudonne-si-c-etait-a-refaire-je-ne-le-referais-pas_news


        • philouie 16 avril 2014 21:38

          Sauf qu’en réalité, l’antisémtisme, il faut le créer, y faire croire, le mettre en avant, l’instrumentaliser donc.
          je ne sais plus lequel se désolait de la baisse des actes antisémites en prétendant que les chiffres étaient faux et que c’était bien pire.

          Alya, Alya Alya.

          Instaurer la peur chez le juif pour qu’il immigre, projet sioniste.

          alors ça stop, ça suffit.


        • philouie 16 avril 2014 21:58

          c’te bonne blague.

          mais ça veut dire quoi « ils ont ça dans la peau depuis des siècles »

          il y aurait un gène de l’antisémitisme ?

          Faut pas déconner non plus, il a certainement des croyances érronées qui peuvent conduire à des positions antisémites mais non, ça n’est pas inscrit dans la peau.

          il faut arrêter de nous faire croire que l’homme ne sait que haïr, alors qu’il lui suffit de peu pour qu’il apprenne à aimer.


        • Alban Dousset Human Iste 16 avril 2014 22:22

          @ philouie

          Vaste et épineux problème :
          Selon moi, les juifs doivent absolument être considérés comme une communauté religieuse et culturelle. A ce titre, il est normal que les membres manifestent une forme de solidarité vis à vis des autres membres. Cependant, je ne suis pas certain que la majorité des juifs français cautionne les déviances du sionisme.

          A mon sens, nous deviendrions aussi « fous » qu’eux si nous les considérions comme une race. En fait, les considérer comme une race, c’est les surtout les considérer comme une race supérieure (puisque élue de Dieu). C’est le premier « piège » dans lequel ne pas tomber. Même le mot « peuple » devrait être contesté dans leur cas (puisque sans territoires) —> Les français, les allemands, les israéliens, les palestiniens sont des peuples : pas les juifs.

          Quant au judaïsme, vu l’extrême minorité de ses pratiquants et le caractère douteux de certaines pratiques*, il est légitime de se demander s’il n’est pas plus judicieux de le classer parmi les sectes.

          *Cf Vin Casher à la 19e minute de http://www.youtube.com/watch?v=f-KKDITYgP0


        • philouie 16 avril 2014 22:43

          les palestiniens sont des peuples : pas les juifs

          sauf que si c’était vrai, c’est à dire que si les juifs ne se considéraient pas comme un peuple, il n’y aurait pas de sionisme.
          Donc voila, qu’ils cessent, eux.
          et je cesserai, moi.
          tant qu’ils continuent, je dirais « les juifs ».


        • egos 16 avril 2014 22:59

          l’habileté et le souci de la nuance ds le déroulement du sujet peuvent prêter à confusion sur la nature des sentiments qui animent cette réflexion


          a dessein ?

          tant il est vrai que rancune (dont l’auteur parait dépourvu) et naïveté paraissent liées par une relation de causalité

          évoquer ex abrupto le terme secte et non comportements sectaires ns amène au coeur du sujet

          manoeuvre talentueuse

        • Alban Dousset Human Iste 16 avril 2014 22:59

          ... et tant que tu continueras à dire « les juifs » pour dire "les sionistes", ils pourront continuer à faire l’amalgame entre antisionisme et antisémitisme…

          C’est sans fin.

          Et au jeu de la provocation et de la surenchère, c’est toujours les extrémistes qui gagnent.


        • Alban Dousset Human Iste 16 avril 2014 23:07

          @ egos

          Cela n’était pas une manœuvre mais une question que l’on est en droit de se poser :

          Sur quels critères une communauté qui partage des croyances et une culture peut être qualifiée de secte ou de religion ? A partir de quel taille ? Qu’est-ce qu’un comportement sectaire ?

          Je n’ai pas les réponses mais j’affirme que ces questions sont légitimes.


        • philouie 17 avril 2014 00:40

          .. et tant que tu continueras à dire « les juifs » pour dire "les sionistes", ils pourront continuer à faire l’amalgame entre antisionisme et antisémitisme…

          C’est possible. Mais il faut aussi un langage de vérité. si les juifs se considèrent comme un peuple, il faut les considérer comme un peuple. En parler comme un groupe religieux n’a pas de sens. Nombreux sont ceux qui ne croient pas en Dieu et qui sont quand même juifs. S’il y a des problèmes, on les mets sur la table. on fait pas semblant qu’ils n’existent pas. vous tournez le dos. Et eux seront toujours en position de vous dominer parce que vous ne les reconnaissez pas pour ce qu’ils sont. et vous parlez dans le vide pendant que eux se pensent comme un peuple, agissent comme un peuple. vous êtes dans une position dissymétrique et vous avez perdu. Tant qu’on ne fait pas ce travail de reconnaissance on peut pas discuter. après oui, parce qu’on peut aborder les vrais questions : qu’est-ce qu’un peuple, qu’est-ce être croyant. pourquoi une terre ? pourquoi la communauté, le sens de la communauté, la communauté attaché à la terre etc... l’état nation a-t’il un sens ? etc... Il y a plein de vrais questions liées au sionisme, mais ces questions on ne peut les aborder si on ne pense pas les juifs comme peuple et non comme religion.
          A mon avis.


        • egos 17 avril 2014 00:47

          @ Human iste


          Wikipedia propose une définition neutre et cohérente à la notion de secte ds l’introduction de la page consacrée à ce sujet.
          Le critère de taille en tant que tel n’apparaît pas déterminant, 
          celui de taille relative à un ensemble plus large ainsi que les relations d’interdépendance semblent par contre s’inscrire ds le sens de votre questionnement.
          Interviennent aussi lorsque l’on aborde ce type de problématique liée à la formation de groupes humains fondés autour de thèmes tels que les croyances ou l’appartenance leur nature, ie ouverte (les confessions de type prosélytes) ou fermée
          (confession à composante endogamque)
          Si votre question ne peut en effet être récusée se attendus sont out à la fois essentiels et détonnants.
          D’aucun sont déjà posé la question que vous soulevez et y ont apporté leur propre réponse.

          take care !

        • bourrico6 18 avril 2014 09:26

          je ne croit pas que les antisémites aient besoin qu’on les instrumentalise. Ils ont ça dans la peau, depuis des siècles.

          Oui, la bête immonde, les mangeurs d’enfants, le couteau sanglant entre les dents.

          Tu fais du BHL dis moi ?

          Sinon moi je crois surtout que t’es un âne.


        • Alban Dousset Human Iste 18 avril 2014 13:21

          @ philouie :

          « vous parlez dans le vide pendant que eux se pensent comme un peuple, agissent comme un peuple »

          Je ne dis pas qu’une partie des juifs ne se considère pas comme un peuple (ou même, pour certains, une race). Certains se considèrent effectivement comme tels…

          Mon point de vue est que : ils ont tort de le faire et nous avons tort de les « laisser faire ».

          Ainsi, quand un juif dit « Les juifs sont un peuple. » ou « Les juifs sont une race », il ne faut pas dire « Oui, oui… », il faut dire « Non, si tu dis ça, on a vrai problème dans la définition de ce qu’est une race et de ce qu’est un peuple… ou alors c’est pas la peine de discuter. » Car pour moi, « on parle dans le vide » si on laisse déformer le vocabulaire par le contradicteur

          Pour moi, l’une des erreurs à ne pas commettre c’est de laisser des contradicteurs s’approprier et déformer le sens des mots : c’est exactement le même problème avec le mot « démocratie »*.

          Je ne nie pas qu’il y a une forte solidarité communautaire (et de par leur histoire, on peut le comprendre) mais cette solidarité existe chez toutes les communautés religieuse et/ou culturelle (Par exemple, hier, je suis tombé sur un clip de 10min qui incitait les musulmans francophones à faire des dons « spécifiquement » pour les musulmans persécutés en Centrafrique.) De plus, la notion de « juif laïque » peut éventuellement se comprendre si tu admets qu’il y a une culture « juive » (ou une culture « musulman », ou une culture « chrétienne ») indépendante de la religion qui se retrouve notamment dans les valeurs.

          Cependant une religion, une culture ainsi qu’une « forte solidarité communautaire » ne suffit pas caractériser un peuple : Penser cela, c’est tomber dans le panneau.

           

          *Cf Etienne Chouard.


        • Alban Dousset Human Iste 18 avril 2014 14:12

          @egos :

          C’est vrai : les juifs ont l’aura des victimes historiques et les sectes sont diabolisées : ce sujet est donc particulièrement sensible.

          Le terrain est miné mais un jour nous devrons être capables d’ouvrir un débat public, dépassionné et objectif.

          Les mormons ou les témoins de Jéhovah ne sont pas « tous » des fanatiques guidés par des gourous pervers.

          Certains juifs peuvent être des extrémistes religieux ou identitaires.

          Donc, soyons prudent mais osons parler : Une injustice silencieuse est le pire des terreaux politiques.


        • CASS. CASS. 18 avril 2014 19:03

           « La communauté des juifs de France subit autant les acteurs de ce lobby que l’ensemble des français subit ses hommes politiques (…et quand bien même certains « y croient », ils le subissent autant que les autres…) » en attendant pour avoir multiples passes droits et priviléges devenez jew, et surtout anti goy ,ça c’est devenue la réalité en france, dans certains pays les judAistes anti sionistes se mobilisent assez souvent, puisque le judAîsme est totalement contraire à l’impérialisme coloniale et totalitaire sionistes ( (s).MAIS PAS en france justement comme par hazard et pour cause.


        • philouie 18 avril 2014 19:39

          Human iste,

          je ne pense pas être anti-sioniste en tant que tel, en ce sens que je trouve le projet sioniste légitime : ces gens veulent une terre à eux, pourquoi pas. c’est l’aspect colonial qui pose problème et c’est l’impasse où conduit ce choix qui le rend impossible.
          Que les juifs se pensent peuple ou race ne me dérange pas plus que ça : mon point de vue est identitaire et communautariste et je respecte le droit de chacun de se définir comme il veut.
          cela étant, de nombreux problèmes surgissent et l’on voit bien que « la terre promise » qui serait un territoire accordé à un peuple de manière exclusive n’est pas la solution. qu’elle le fut à l’époque de la sédentarisation de l’homme, lorsqu’il fallait tenir la terre, protéger les cultures et les femmes, pourquoi pas. Aujourd’hui il faut une autre approche. si l’on accorde une terre aux juifs, ce qui est comme je l’ai dit une demande parfaitement légitime, il faut aussi donner une terre aux basques, aux bretons, aux frisons, aux kurdes et à tous les peuples qui hantent la terre. On comprends bien que ce n’est pas la solution et je crois que les formes de structure politique qui associe territoire et peuple sont des structures caduques et les guerres que nous avons menés les uns contre les autres en sont la preuve manifeste. Aussi à mon sens , il faut que les peuples parviennent à l’autonomie politique indépendamment de l’autonomie territoriale.
          le sionisme repose sur un paradigme dépassé. Nous sommes aujourd’hui face à autre chose sans doute encore a inventer.


        • Alban Dousset Human Iste 18 avril 2014 21:33

          @ philouie :

          Les raisons qui te conduisent à penser que tu n’es pas « antisioniste », je les partage. Par ailleurs, il m’est impossible de me déclarer « pro-sioniste » en raison des problématiques coloniales que cela soulève. (Elles sont partiellement abordées dans l’article.)

          Une autre raison (en plus des tiennes) qui m’incite à ne pas me réclamer « antisioniste » est le fait de rejeter les étiquettes clivantes qui donnent un aspect manichéen au débat. (Les bons « pour » VS les mauvais « contre »)

          « On comprend bien que ce n’est pas la solution et je crois que les formes de structure politique qui associe territoire et peuple sont des structures caduques et les guerres que nous avons menés les uns contre les autres en sont la preuve manifeste. Aussi à mon sens, il faut que les peuples parviennent à l’autonomie politique indépendamment de l’autonomie territoriale. »

          Désolé, mais je ne te suis pas là-dessus. Dans ma définition, la notion de peuple reste attachée à la notion de territoire :

          http://www.toupie.org/Dictionnaire/Peuple.htm

          Excuse ma rigidité, mais j’ai la conviction que pour éviter de se faire enfumer par les concepts et les idéologies, il faut tenir bon sur les définitions où, pour le dire pompeusement, sur la sémantique.


        • Massada Massada 16 avril 2014 19:35

          Amusant, mais très naïf.


          Apprenez Monsieur que Dieudonné travaille pour le Mossad depuis 2003.

          Comme il l’explique dans ses confessions :

          « Fin 2002 j’ai découvert par hasard que j’étais l’un des descendants des Falashas, ces juifs éthiopiens. J’ai mis un an à m’en remettre… Puis je l’ai accepté et j’ai finalement décidé de savoir comment je pouvais aider ma communauté, mon peuple. C’est à ce moment que le Mossad m’a contacté pour me proposer un CDI. »

          L’agence de renseignement israélienne réfléchit à un moyen d’utiliser cette nouvelle recrue. Quelques semaines plus tard, le Mossad propose à l’humoriste de devenir « un aimant à antisémites » en se faisant lui-même passer pour une personnalité anti-juive sous couvert d’anti-sionisme.

          Le Mossad récolte alors un nombre impressionnant d’informations grâce au système de billeterie du Théâtre de la Main d’Or ou via les réseaux sociaux : « C’est notre meilleur élément. En l’espace de 10 ans on a récolté plus de données exploitables sur les réseaux antisémites qu’en un demi-siècle. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès