Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Chronique d’un éveil citoyen – Episode 5 : L’influence du (...)

Chronique d’un éveil citoyen – Episode 5 : L’influence du Capital

Résumé l’épisode précédent : L’étude des lobbies m’avait conduit jusqu’au plus nébuleux d’entre eux (le lobby financier) et jusqu’à un mensonge d’ampleur historique et culturel (la démocratie). Après une série de plaidoyers au sujet cette mystérieuse démocratie, je dois cheminer le long de notre parcours historique pour comprendre la dimension du lobby financier, le Capital dirait Marx, et l’effroyable mensonge sémantique qu’il porte en son sein, le mensonge de la démocratie « moderne ».

Suite aux conseils d’Etienne Chouard, la voix d’Henri Guillemin a guidé ma relecture de l’histoire. Ce conférencier, qui se qualifie lui-même de « catholique de gauche », permet redécouvrir les rapports de forces politiques qui sont soigneusement gommés des manuels scolaires et des documentaires historiques. La mise en perspective d’Henri Guillemin donne à l’histoire une réelle profondeur politique et économique.

Sur l’épisode de la Commune (Première partie sur treize) :

http://www.youtube.com/watch?v=dMGNcmx_bEg&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=45

Sur l’épisode de l'autre avant guerre - 1871-1914 (Première partie sur treize) :

http://www.youtube.com/watch?v=d65aVl7s6RA&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=82

Sur l’épisode de l'affaire Dreyfus (Première partie sur trois) :

http://www.youtube.com/watch?v=fOS15c03yFw&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=58

Les visioconférences d’Henri Guillemin permettent également de dresser des portraits rigoureux de personnages historiques trop souvent déformés par le système éducatif.

Sur Jean-Jacques Rousseau (Première partie sur deux) :

http://www.youtube.com/watch?v=Re6ij1QfrhY&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=17

Sur Voltaire :

http://www.youtube.com/watch?v=21wbMNUzHzw&index=16&list=PL3FE0F0801FEAED00

Sur Blaise Pascal (Première partie sur deux) :

http://www.youtube.com/watch?v=S04w8pBBoCA&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=64

Sur Robespierre (Première partie sur trois) :

http://www.youtube.com/watch?v=bLS33mS78ls&index=19&list=PL3FE0F0801FEAED00

Et enfin sur Napoléon (Première partie sur dix-huit) :

http://www.youtube.com/watch?v=HulrS2WHYP4&index=26&list=PL3FE0F0801FEAED00

D’autres visioconférences d’Henri Guillemin sont disponibles sur la chaîne YouTube de xXxEdithPiafxXx : http://www.youtube.com/channel/UCcuXQ_oZ4REyjjf4e39hyew

Elle traite notamment de personnages tels que Jules Vallès, Marie Antoinette, Danton, Alphonse de Lamartine, Arthur Rimbaud, Charles Péguy, Émile Zola, Chateaubriand, Gustave Flaubert, Victor Hugo, Jean Jaurès, Lénine, Trotsky, Satline, Pétain, Charles De Gaulle, Louis-Ferdinand Céline, Léon Tolstoi…

Dans l’interview « Henri Guillemin Intime », ce dernier répond à la question « D’où vous vient ce besoin de démystification ? »

« J’ai été furieux en grandissant de m’apercevoir que l’on m’avait mis dans la tête des idées fausses et pas seulement sur les écrivains. […] Ça m’a rendu fou furieux, c’est vrai. Alors je me suis déchaîné contre les gens qui vous « montent sur la cervelle ». C’est pas une expression de moi, c’est une expression de Victor Hugo : « on pourra toujours me monter sur le dos (il y aura toujours des gens plus fort que moi) mais on ne me montera jamais sur la cervelle ! ». Alors, le fond de mon travail, c’est ça : c’est me battre contre les idées fausses que l’on m’a mis dans la tête. Et elles courent partout ces idées fausses, surtout en histoire. Quand je regarde les fameuses revues historiques, qui ont une grande clientèle aujourd’hui, il y en a plusieurs... Quand je regarde ce qu’elles disent ces revues ! C’est exactement monstrueux ! C’est une histoire de « bonne compagnie », une histoire « convenable », une histoire « officielle ». Celle dont Simone Veille disait « L’histoire officielle, c’est l’histoire raconté par les assassins. » Je voudrais essayer de dire au gens : « Attention, on vous ment. ».

Puis Henri Guillemin répond à la question : « Pour réaliser cette démystification, comment travaillez-vous ? »

« Avec des documents, avant tout avec des documents. Je sais bien que l’on me reproche de mal interpréter les documents mais c’est une question d’interprétation. Quand je pars dans une histoire, dans une étude sur quelqu’un : je vais à la base. C’est-à-dire, quels sont les documents de base ? Qu’est-ce qu’on connait, qu’est-ce qu’on a comme source d’information ? »

Malgré les années qui me séparent de lui, je partage sa fureur pour les idées fausses que l’on a déposé dans ma tête. De plus, j’apprécie énormément sa démarche factuelle. Son travail, auquel je rends hommage, m’a notamment permis de comprendre et mesurer :

  • Que la rivalité qui opposait Voltaire et Rousseau n’était pas strictement « philosophique » comme on nous l’enseigne mais nettement politique (Rousseau soutenant la souveraineté populaire et Voltaire soutenant la souveraineté d’une oligarchie bourgeoise.)
  • Que la révolution française n’est pas une victoire populaire mais une victoire de la bourgeoisie.
  • Que la Commune de Paris est une révolte d’essence populaire matée dans le sang par le pouvoir bourgeois en s’appuyant sur le pouvoir germanique.
  • Que Robespierre était probablement le plus républicain des révolutionnaires et non le personnage fanatique que l’on nous dépeint.
  • Que l’ascension de Napoléon est moins lié à ses talents de général militaire qu’à ses accointances avec les milieux financiers et son ambition dévorante.
  • La guerre 14-18 était essentiellement liée à des raisons économiques et de politique intérieure.

Pour reprendre à mon tour l’expression d’Hugo, je suis fondé à penser que les « démocraties modernes » sont des « totalitarismes soft » qui ont abandonné notre dos pour nous « monter sur la cervelle ».

On peut monter sur la cervelle d’un individu jusqu’à lui donner l’illusion de sa propre liberté d’opinion. Cette illusion est mise en lumière par Noam Chomsky dans la « la fabrication du consentement » [ Partie 1 : http://www.youtube.com/watch?v=TjIGPD-6QBk et Partie 2 : http://www.youtube.com/watch?v=fUR28bl1y28 ]

Ce « totalitarisme soft » et sa « fabrication du consentement » raisonne avec la sinistre vision que déploie Aldous Huxley dans son roman « Le meilleur des mondes » :

« Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Les méthodes du genre de celles d’Hitler sont dépassées. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes. L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées.

Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif. Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser.

On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux. En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté.

Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclu du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur. L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu.

Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutienne devront ensuite être traités comme tels. On observe cependant, qu’il est très facile de corrompre un individu subversif : il suffit de lui proposer de l’argent et du pouvoir. »

Un jeune avocat français, nommé Adrien Abauzit a produit trois conférences majeures traitant de cette manipulation de l’opinion publique à des fins politiques :

La première s’intitule : « Qu’est-ce-que l’anti-France ? »

http://www.youtube.com/watch?v=k5aMq7sBNbQ

La seconde s’intitule : « Déracinement et surmoi : Chaines de l'esclavage contemporain. »

http://www.youtube.com/watch?v=SaJpNfGRmvY
La troisième s’intitule : « Sortir la France de la matrix. »

http://www.youtube.com/watch?v=CX65FquLEJ0

Dans sa conférence « Déracinement et surmoi : Chaines de l'esclavage contemporain. », Adrien Abauzit distingue deux piliers, deux têtes de l’idéologie dominante : le libéralisme-libertaire et le libéralisme-identitaire :

« Il y a donc une rivalité qui est réelle entre les deux têtes de l’idéologie dominante. Ce n’est pas parce qu’il y a une rivalité entre elles que réellement ces deux têtes défendent des intérêts qui sont différents. Il y a un petit parallèle historique qui peut nous aider à comprendre : c’est la cour sous Louis XV. Sous Louis XV, il y avait deux partis à la cour. Il y avait le parti des philosophes et le parti des dévots qui se sont menés une guerre à mort. Mais quel que soit le vainqueur de ce combat, c’était les intérêts de la cour qui inévitablement seraient défendus et les intérêts profonds du peuple français qui seraient marginalisés. Et bien aujourd’hui, c’est exactement pareil, quel que soit le vainqueur entre le libéralisme-identitaire et le libéralisme-libertaire, ce seront les intérêts de l’oligarchie mondialiste qui seront défendus et les intérêts du peuple français qui seront marginalisés. C’est une fausse opposition en somme, c’est une opposition qui est complètement factice. Donc, nous avons cette idéologie dominante qui est bicéphale et qui fait intérioriser un ordre des choses aux individus et qui s’attaque d’une certaine façon à leurs esprits. »

Si je ne suis pas d’accord avec l’exhaustivité des positions défendues lors de ses conférences, j’adhère sans réserve à cet extrait dans lequel il décrit le théâtre politique français. Ainsi, que la morale des « identitaires » ou des « libertaires » avance ou recule, c’est toujours le libéralisme qui est défendu. Or, c’est dans le dogme du libéralisme que se niche le « néolibéralisme économique » déployé dans les années 1980 sous l’influence de Reagan et Thatcher.

Dans l’épisode 4, j’annonce que le raisonnement qui me conduit à penser que le lobby financier est le plus puissant sera présenté dans cet épisode. Les racines de ce lobby sont présentes dans la philosophie des lumières et s’illustrent par la phrase de Voltaire : « L’esprit d’une nation réside toujours dans le petit nombre, qui fait travailler le grand, est nourri par lui et le gouverne. »

Ma conviction que le lobby financier/bancaire, c’est-à-dire le Capital, est le lobby dominant repose sur deux éléments :

  • Le premier, largement illustré par Henri Guillemin, est l’idée que la puissance du Capital réside dans son ancienneté mais, surtout, dans sa stimulation des conflits armés et la résolution sanglante des révoltes populaires (Cf la Commune) au cours de l’histoire. Dans une conférence conjointe avec Etienne Chouard, Laurent Henninger, historien de la guerre déclare : « Cette question de dire quel est le temps de guerre et quel est le temps de paix : c’est le point central de la notion (avec un S majuscule) de Souveraineté. » [Cf : http://www.youtube.com/watch?v=k0fHC0iyouU ]
  • Le second est illustré par la conférence d’Adrien Abauzit : « Déracinement et surmoi : Chaines de l'esclavage contemporain. ». L'hyper-dominance du Capital s’incarne dans l'invulnérabilité politique du dogme de néolibéralisme économique. Car ce « dogme du néolibéralisme économique » (libre circulation des capitaux ; nivellement par le bas des salaires ; suppression de services publics…) n’est rien d’autre que la condition d’une croissance transnational du Capital jusqu’à l’appropriation des services publics et l’accroissement de l’endettement public tout en limitant l’influence du facteur Travail…

Pour conclure sur une touche humoristique, je vous recommande ce dessin animé qui cadre relativement bien avec le sujet des lobbies financiers/bancaires : http://www.youtube.com/watch?v=QNbCAzzXw14

Victor Hugo disait : « L’enfer des pauvres est fait du paradis des riches. »

J’ajoute en écho : « Les enfers sociaux sont fait des paradis fiscaux. »

Si vous avez apprécié cet article, je vous invite à parcourir les articles précédents.


Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • xmen-classe4 xmen-classe4 1er juillet 2014 08:59

    la révolution française c’est le jour ou la campagne n’a plus travaillé que pour la ville.

    Robespierre comme napoleon a maté les régions qui ne voulaient pas payer d’impôts, il devais se prendre pour un romain.


    • pissefroid pissefroid 1er juillet 2014 10:07

      Voir aussi les conférences de henri guillemin sur rts.ch :
      http://www.rts.ch/archives/recherche/?q=henri%20guillemin


      • lsga lsga 1er juillet 2014 10:14

        c’est pas mal, mais un peu trop complotiste. L’analyse mise tout sur l’influence de groupes sociaux sur d’autres, et passe totalement à côté des rapports de force qui se modifient au fur et à mesure de la modification de l’appareil de production. 

         
        Une bonne analyse matérialiste est bien plus efficace.
         
        Au passage, une petite correction :
        « Que la révolution française n’est pas une victoire populaire mais une victoire de la bourgeoisie. »
         
        Le « peuple » à l’époque (entendu comme la majorité de la population) était la bourgeoisie : artisan, commerçant, petits propriétaires, et agriculteurs rêvant de devenir propriétaires.
         
        Le prolétariat en herbe, c’est à dire les premiers salariés de la manufacture naissante, c’était les sans-culottes. Malheureusement, ces travailleurs dans les nouvelles technologies de l’époque était très fortement minoritaire. 
         
        Sur Rousseau : il ne faut pas exagérer. Le vieux rousseau était beaucoup plus réactionnaire que le jeune rousseau, qui lui était totalement idéaliste. 
         
        Pour la Commune, je conseille ce livre là :

        • non667 1er juillet 2014 14:30

          pour isga les agriculteurs rêvant de devenir propriétaires.= bourgeois ?

          les agriculteurs rêvant de devenir propriétaires était des fermiers ou des métayers
          les propriétaires était des saigneurs = « bourgeois »
          même actuellement les agriculteurs propriétaires travaillant seul ( n’exploitant pes de travailleur ne peuvent être traités de bourgeois ! ( voir l’amour est dans le prés ) smiley smiley smiley
          c’est dire la couche du personnage ! tout ses com sont du même tonneau ! formatés coco !


        • lsga lsga 1er juillet 2014 14:34

          ils sont devenus propriétaires avec la révolution, c’est pour cela qu’ils se sont engagés. Un peu comme les « sin tierras » sud américains, qui veulent devenir propriétaires des terres agricoles sud-américaines sur la base de critère raciaux. 

           
          Bourgeois != de riche. 

        • nonnon nonnon 1er juillet 2014 15:12

          C’est moi qui aurai dû écrire cet article... lol


          • nonnon nonnon 1er juillet 2014 15:24

            Human Ist,
            Ciel !!!! 

            Vous m’avez volé mon article !!

            C’est moi la véritable groupie de cet illustre historien iconoclaste qu’est Henri Guillemin.
            Bien sûr je plaisante, je suis ravie de voir que quelqu’un s’intéresse à son travail qui fut fastidieux qui plus est.
            Félicitations !!!!


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 1er juillet 2014 18:09

              @ nonnon.


              L’important est que cela ait ete dit. Il n’est pas sans intéret, toutefois, ques de gens commes vous apprécient Guillemin, car on fera tout pour le faire oublier. Déjà, sur Radio Canada, les archives des conferences de Guillemin deviennent introuvables...

              Et pour cause.... ! dans les années "60 - j’étais jeune et impulsif- Guillemin incarnait pour nous, contestataires, le tribun que nous aurions voulu sur les barriccades. Si le Québec eut produit un Guillemin nous aurions suivi.

              Quand Human ist diffuse aujourdui du Guillemenin dans ce cloaque qu’est devenu la politique française, il est DANGEREUX. Tout ce que dit Humanist est dangereux. J’hesite è dire tout le bien que j’en pense - et je ne le commente jamais directement, car je suis moi-mème identifié comme un mauvais garçon, - mais j’espere que tous ses textes et lui-meme sont bien protégés et que touts ceux qui sont d’accord en gardent une copie en noir sur blanc et sur papier.
               
              Une hirondelle ne fait pas le printemps et Humanist ne suffit pas faire reverdir Agoravox, mais des articles comme ceux de cette serie justifient qu’on y vienne encore


               

            • nonnon nonnon 1er juillet 2014 18:46

              Pierre JC Allard,

              Je suis ravie de constater qu’une personne telle que vous apprécie cet homme remarquable.
              Je pense vous compter parmi les rares rédacteurs de qualité d’avox.


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 2 juillet 2014 05:25

              Merci, ca fait toujours plaisir . Mais essayons surtout d’encourager la lecture des commentaires de Humanist, lesquels semblent passer bien au-dessus de la tête du lecteur moyen. 


              PJCA

            • Alban Dousset Human Iste 2 juillet 2014 12:26

              @ nonnon et @ Pierre JC Allard,

              Tout d’abord, je vous remercie pour vos encouragements et vos félicitations.

              Je ne me sens pas encore menacé… Pour ce qui est de la surveillance : nous y sommes tous soumis.

              L’intimidation à laquelle je pourrais être sujet n’éteindra pas ma détermination, pour ne pas dire ma fureur : Cf Guillemin : « Ça m’a rendu fou furieux, c’est vrai. Alors je me suis déchaîné contre les gens qui vous « montent sur la cervelle »).

              Pour l’instant, des personnages comme Dieudonné (Cf http://www.lemonde.fr/societe/article/2005/03/02/agression-de-dieudonne-a-fort-de-france_400003_3224.html) ou des acteurs de l’information dissidente tels que Jonathan Moadab (Cf http://www.youtube.com/watch?v=3Jkkb4uXe-U) sont bien plus en première ligne que je ne le suis.

              J’ai le sentiment que, depuis quelques années, la peur a changé de camp. Ce sentiment est fondé sur plusieurs éléments :

              • Des personnalités telles que Dieudonné, Soral ou Chouard sont encore vivantes tandis que d’autres ont été « supprimées » par le passé (Coluche, Balavoine…). Si le système estime que ces derniers sont plus dangereux morts que vivants… c’est probablement le cas.

              • Des politiques, tels que Valls, s’enlisent dans des croisades contre-productives. Cette médiocrité est, selon moi, un témoin de la panique qui règne chez nos « élites ».

              • La médiocrité intrinsèque de ces « élites » est également un témoin que l’intelligence (permettant notamment la lucidité) se dissipe au profit de la stricte ambition personnelle. Cela me conduit à penser que les plus lucides sont conscients que le pouvoir de la « Ve république » est comme une patate chaude, une bombe à retardement, c’est-à-dire un couperet au-dessus du pouvoir et de ceux qui prétendent l’incarner et le mettre en œuvre.


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 juillet 2014 14:13

              @ Human ist


              Je ne perd aucune occasion de défendre Dieudonné qui est en première ligne et reçoît les horions. Mais je crois qu’il est important aussi que soit maintenue la ligne de defense idéologique en profondeur qui garantit que toute le dispositif de résistance au neoliberaisme ne puisse pas etre emporté par un seul assaut brutal. En ancrant cette ligne de défenses sur des éléments historiques, comme Guillemin l’a fait - et vous-meme en faisant le rappel à ce dernier - vous faites un travail qui me parait necessaire... et qui sera donc attaqué. Plus insidieusement que l’on ne s’attaque à Dieudonnné, qui travaille immédiatement sur le demos, mais aussi impitoyablement. 

              Bonne chance... et, éparpillez des copies de vos écrits, comme je le fais moi-meme. Le Systeme est entré en guerre contre les dangereux vestiges de dissidence... et efface....




            • ablikan 6 juillet 2014 22:30

              @nonnon : il n’y aura jamais assez de d’article sur Guillemin, il reste du contenu, envoyez la sauce !


            • MuslimADieu MuslimADieu 1er juillet 2014 16:48

              @l’auteur

              Guillemin est un grand homme.

              Mais vous auriez peut être du retenir des ses conférences que « les biens nés » savent manipuler les mots.
              De liberté c’est très bien à libéralisme c’est très méchant, il y a comme de la corruption quelque part dans la dérivation..

              Dommage que Guillemin n’est plus là pour nous donner sa version de comment on nous fait prendre des vessies pour des lanternes de nos jours. J’aimerais tant discuter un jour avec un type de gauche qui ne confond pas capitalisme et libéralisme.

              PS : Rien compris à cet histoire de libéralisme-libertaire et de libéralisme-identitaire. Mais à première vue, de la façon dont vous en parlez, ça paraît très méchant.

              • ablikan 6 juillet 2014 22:35

                La progression est tellement remarquable que j’ai du mal a croire que vous etiez vierge en partant... normalement, on s’egare en bien des endroits sur le chemin, vous non, je sais pas si c’est uniquement le fait de votre sagacité ou l’amelioration de l’acces au contenu ou l’aiguillage des internautes (ou un melange de tout ca), mais ca va drolement vite ! Vous faites en quelques mois ce qui m’a pris des années...


                • Alban Dousset Human Iste 7 juillet 2014 11:05

                  Bonjour albikan,

                  Effectivement, ma prise de conscience a été relativement fulgurante (environ 6 mois). A ce titre, l’image de « débranché de la matrix » est particulièrement adaptée à mon vécu.

                  Etais-je « vierge » avant l’affaire Dieudonné ? Je crois.

                  Selon moi, la rapidité de mon « éveil » est liée à deux facteurs :

                  • Je suis quelqu’un de très exclusif et j’ai eu la possibilité de consacrer l’essentiel de mon temps à la compréhension des problématiques « dissidentes ».

                  • Avant mon éveil, j’étais intéressé par les sujets politiques et économiques. Pour prendre une métaphore, j’étais au premier rang et suivais le « théâtre de l’actualité médiatique » avec attention. Il m’arrivait de percevoir quelques « fausses notes » (déclarations douteuses de Christophe Barbier, contre-documentaire étrange sur le 11/09 trouvé au hasard sur internet…) mais le système éducatif m’avait suffisamment conditionné dans la foi du Marché et du Droit pour demeurer relativement hermétique et apathique. Avec l’affaire Dieudonné, comprendre que l’actualité, pour laquelle j’avais un véritable intérêt, n’était qu’une mise scène a transformé cet « intérêt » en une passion furieuse pour l’envers du décor.


                • L'enfoiré L’enfoiré 19 novembre 2014 15:41

                  Très bonne idée de remonter dans l’histoire du capital et ... du capitalisme.

                  L’histoire des grands empires m’a obligé à remonter encore plus haut en deux épisodes 
                  (1) qui comprenait la maîtrise du commerce, le génie de l’innovation et la passion de construire
                  (2) qui comprenait la stratégie de la conquête et la création d’un ordre mondial 

                  A vous de choisir ce que vous préférez

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès