Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Favoriser la créativité

Favoriser la créativité

Nous vivons dans un monde d’apparences, où il est plus facile de tricher que d’être persuasif. Pourtant le monde ne peut changer qu’avec ceux qui cherchent la vérité, ceux qui sont capables de faire rire les autres en leur faisant prendre conscience de la réalité.

Ce soir j’ai vu différentes vidéos du groupe KINO Rennes. Ce groupe d’étudiants et de jeunes en recherche active n’est pas encore désespéré par le manque de considération envers le réel talent, celui qui consiste à faire rire avec l’énergie du désespoir pendant un quart d’heures non stop, avec un sujet aussi désespérant que Pôle-Emploi. Celui qui avait fait le plus rire était évidemment celui qui avait les yeux perçants. Pourtant cela faisait un bout de temps que le chômage durait avec lui. Mais contrairement à d’autres, il était aussi auteur au sein de l’encyclopédie WIKIPEDIA. Autrement dit, il pouvait faire face au masochisme de la société représentée par Pôle-Emploi. C’est un créatif. Il sait qu’il y a des codes à respecter. Il sait qu’il trouvera son bonheur dans des recherches ou avec des vidéos. Il sait que c’est très difficile d’être pris pour ce qu’on veut faire, mais il va de l’avant et s’adapte. Pourtant il existe une auto-censure dans les médias. Il l’a dit de lui même. Ce mercredi 13 Juin il a été montré en exemple, pour une gloire personnelle, celle d’avoir montré à d’autres que la créativité renforce l’ego et fait vivre une société, en l’occurrence le groupe KINO.

JPEG - 79.4 ko
KINO

Cette histoire est d’autant plus appréciable que ce jeune en recherche active a pourtant passé les barrières de l’école. J’ai lu dans un livre sur la lecture des enfants que les livres de lecture étaient passé de 400 mots différents à moins de 100 mots différents par livre, avec des images de plus en plus présentes. Le livre démontrait que les images étaient nocives à l’apprentissage de la lecture, et qu’un enfant a soif d’apprendre en s’amusant. Or les livres de lectures prennent les enfants pour des idiots. C’est pour cela entre autres que certains enfants n’acceptent pas le système, outre le favoritisme des professeurs envers les élèves s’exprimant selon les codes demandés par l’école. Un agrégé m’expliquait que l’orthographe prenait le 1/3 de la note pour volontairement créer une élite, malléable à merci car peut contredite.

Il existe ainsi maintenant un décalage conséquent entre les érudits et la population. Ceux qui cherchent la vérité, c’est à dire les minorités, voient que la population malléable se ment à elle même et donc se détruit. C’est pour cela qu’il faut remettre en place la recherche de la vérité à l’école, cette envie de bien faire pour le bien commun afin de combler les autres, pour s’auto-satisfaire. La population se rend compte qu’avec les musiques payantes, où certains interprètes chantent faux, on ne trouve pas son bonheur. La population se rend compte qu’il faut de nouveau comprendre comment sont fait les aliments, afin de rester en bonne santé.

Grâce aux meilleurs outils libres, comme les imprimantes 3D, Cyril Marchal, du Jardin Moderne, a fait naître le projet Créa’Kids dans les écoles de Rennes, à l’instar des Petits Débrouillards. Le projet Créa’Kids a selon moi un effet immédiat pour les enfants : Ils voient tout de suite que c’est mieux de créer plutôt que de consommer.

Je tiens à rappeler que les bibliothèques de Rennes n’ont plus le rôle d’inciter à écrire, mais d’aider à lire. Il devient très difficile pour un enfant d’aimer écrire, pour une simple raison : La société est en train de renier la performance. Les néos-libéraux nous disent que la performance ce sont des chiffres, en nous prenant pour les ordinateurs gérant la bourse. Non ! La performance ce sont des mots.

La performance c’est faire des projets le soir avec l’utopie pour améliorer le travail du lendemain. La performance d’un professeur s’atteint avec des classes de moins de quinze élèves et du temps pour corriger avec des mots, pas des notes. Ainsi le professeur corrige l’élève avec son intuition et ce qu’il sait de l’élève, pour éveiller ce dernier sur les petits efforts à accomplir, afin qu’il trouve maintenant ou plus tard son bonheur. Le bonheur favorise la créativité en renforce l’ego. En effet trouver le bonheur pour un enfant, c’est bien plus motivant que de se confronter à des barrières, comme le sont les notes élitistes. Les meilleurs professeurs sont plein d’humour ou de vérités, psychologues et philosophes avant tout. Le professeur doit aussi montrer à l’élève qu’il doit adapter sa façon de penser non seulement à la société, mais aussi au fonctionnement propre du cerveau humain. Notre cerveau est destructeur quand nous abandonnons l’envie d’avancer, car nous sommes des êtres vivants ne pouvant qu’avancer ou régresser, car tout en nous a une durée plus ou moins limitée.

JPEG - 58.2 ko
Jardin moderne

Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • tf1Goupie 14 juin 2012 17:24

    "Un agrégé m’expliquait que l’orthographe prenait le 1/3 de la note pour volontairement créer une élite, malléable à merci car peut contredite.« 

    Et vous considérez que c’est une vérité ?

    En quoi l’orthographe devient-il un outil spécifique de fabrication d’une élite ??
     Quelle que soit l’évaluation d’une compétence (ortographe, calcul, expression littéraire, vitesse de course) cela donne forcément naissance à une »élite".
    Par ailleurs pourquoi selon vous une élite qui n’est pas contredite serait-elle plus malléable ? Ce serait plutôt le contraire.

    Bref cet agrégé confond ses fantasmes ou ses convictions avec la réalité, mais ce qu’il dit n’a rien à voir avec une quelconque réalité.

    Donc si vous cherchez la vérité, selon votre article, faites attention : ce n’est pas parce qu’on est agrégé qu’on ne dit pas de stupidité.


    • matthius matthius 14 juin 2012 18:17

      Le problème sur l’orthographe c’est que ça favorise à chaque fois les mêmes individus. Ainsi celui qui est bon en orthographe et aura une belle écriture n’aura pas besoin de s’attacher au fond, puisque sa note sera acquise.

      Ainsi ces bons élèves ne se forceront pas et n’aurons pas besoin de s’adapter aux autres. Ils ne s’en remettront qu’à l’autorité permettant leurs bonnes notes.


      • tf1Goupie 14 juin 2012 21:46

        Vous connaissez assez mal les élèves : pourquoi un enfant qui est bon en orthographe ne s’intéresserait-il pas au reste ? Surtout que l’orthographe n’est pas le seul critère d’évaluation, et il est de moins en moins important au long de la progression scolaire.

        Et tout ce que vous dites est valable sur n’importe quel critère, pourquoi faire une fixation sur l’orthographe ?

        La seule solution serait alors de ne rien évaluer ...


      • matthius matthius 15 juin 2012 15:41

        Je suis pour une évaluation par les acquis avec des mots, pas pour l’abstrait d’une note.


      • Jacques Raffin Jacques Raffin 15 juin 2012 09:21

        Très intéressant. On voit que vous avez beaucoup de choses à dire et on reste un peu sur sa faim. Il manque une conclusion, une ouverture, un espoir auquel s’accrocher ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès