Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Ils ne sont pas des numéros !

Ils ne sont pas des numéros !

Les opérations militaires en Afghanistan ont encore touché le contingent français au début du mois. Retour sur une mauvaise manie des médias, celle de numéroter les victimes.

L’Afghanistan était à la Une des actualités il y a quinze jours et de nouveau cette semaine.

Vous avez peut-être entendu parler de l’assassinat de Burhanuddin Rabbani.

Cela s’est passé ce mardi 20 septembre 2011 au cours d’un attentat suicide à Kaboul. Rabbani était un moudjahidin du peuple qui résista contre l’occupant soviétique et fut le premier Président afghan à la victoire de ses troupes. Il fut chassé par les talibans quatre ans après. Proche à l’époque du Commandant Massoud, il était ces derniers temps le principal opposant au Président Hamid Karzaï et le plus apte à négocier la paix avec les talibans. Probablement que cet événement aura un impact important dans la poursuite de la guerre.

Les informations sont généralement données au compte-gouttes concernant l’Afghanistan et généralement, c’est pour apprendre la mort de soldats.

Alors, je désire exprimer un petit coup de gueule et protester contre certaines attitudes journalistiques.

yartiRabbaniJ’en ai franchement marre d’entendre sans arrêt, à chaque nouveau mort de soldat français en Afghanistan, un titre du genre : « 75e soldat français tué en Afghanistan » (titre du journal "Le Parisien" du 7 septembre 2011).

Certes, cela insiste bien sur le nombre total de victimes… du côté français, mais cela n’apporte aucune information ni sur le nombre de victimes parmi toutes les forces de l’OTAN, ni a fortiori sur le nombre total de victimes du côté afghan. Bref, cette information ne traduit aucune indication fiable sur la gravité de la guerre en Afghanistan.

Elle a en plus un petit côté franchouillard (il n’y aurait que les soldats français qui mériteraient une pensée) et un côté très robotisé. En fait, le journaliste qui écrit ou prononce un tel titre a tout l’air bien se moquer de cet être humain, un jeune homme, qui vient de perdre sa vie et qui laisse derrière lui des parents, des frères, peut-être une compagne voire des enfants complètement traumatisés.

J’aurais préféré que soient diffusés son nom, son histoire, qu’il soit reconnu comme une véritable personne humaine, et pas seulement « un lieutenant parachutiste de Montauban ». Dans l’article, il y a aussi référence aux précédentes victimes (« le 74e », « le 73e » etc.) qui ne sont que « un lieutenant de Colmar » (le 14 août 2011), « un caporal-chef » (le 11 août 2011) et « deux légionnaires de Calvi ».

Le pire, c’est que dans l’article du même journal (pris en exemple parmi tant d’autres puisque la plupart des journaux ne font que reprendre des dépêches prêtes à l’emploi), il est question aussi d’une journaliste de TF1. Et là, pas de souci, on donne son nom parce qu’elle « a été légèrement blessée au cours de l’action par des éclats de vitres ».

Alors, c’est vrai, le communiqué de l’Élysée n’indiquait pas, lui-même, le nom du lieutenant tué, mais c’est aussi le travail des journalistes d’aller chercher les informations.

Alors, considérons donc ce soldat comme une véritable personne, racontons-le brièvement : ce lieutenant, nommé capitaine à titre posthume, s’appelait Valéry Tholy ; il était affecté en Afghanistan depuis le 1er août ; il allait avoir 36 ans le 3 novembre ; il était marié et père de trois enfants, de 5, 7 et 9 ans.

Voici ce qu’en disait le Ministère de la Défense, son employeur depuis quatorze ans : « Officier solide et déterminé, soldat particulièrement aguerri et expérimenté, possédant un sens tactique développé, il commande avec charisme et justesse une équipe soudée et extrêmement performante. ».

Gérard Longuet (son ministre) évoquait le 15 septembre 2011 à Montauban : « Que les plus jeunes prennent conscience de la gravité et de la beauté de cet engagement, qu’ils se souviennent de ce qu’ils doivent à ces indéfectibles serviteurs de la Nation, à ces hommes d’honneur comme l’était le capitaine Tholy. ».

Il est tombé parce que c’était dans les risques de ses missions qu’il a accomplies non seulement en Afghanistan mais aussi en ex-Yougoslavie, en Côte d’Ivoire, à Djibouti et en République centre-africaine.

Il n’était peut-être pas le héros qu’on voudrait idéaliser, mais il n’était pas qu’un simple numéro attribué par paresse journalistique, pas plus que certaines jeunes femmes victimes de pervers n’étaient que des "joggeuses".

Hommage à lui et à tous ses camarades.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (22 septembre 2011)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Chasseur alpin en Afghanistan.
Mourir "joggeuse".
Mort de Rabbani.

Documents joints à cet article

Ils ne sont pas des numéros !

Moyenne des avis sur cet article :  2.27/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • James James 22 septembre 2011 09:15

    Vos braves soldats sont des occupants qui massacrent et terrorisent des populations civiles.
    Les soldats Français n’ont rien à foutre en Afghanistan, ils servent seulement de chair à canon aux actionnaires majoritaires des cartels de l’énergie .

    « On ne meurt pas pour la patrie, on meurt pour les industriels »
    Anatole France


    • Hermes Hermes 22 septembre 2011 11:33

      @James,

      Entièrement d’accord. Mais ça peut être intéressant de nommer les jeunes gens qui sont tués, c’est d’abord en prenant conscience de l’absurdité de la mort des proches (fils, neveux, frères, etc.) qu’un mouvement contre la guerre du vietnam est né aux US....
      A méditer (indépendemment de l’opinion de celui qui a écrit l’article).


    • ZEN ZEN 22 septembre 2011 10:11

      Ben oui, brave Sylvain, les guerres c’est comme ça, des hommes meurent, et pas seulement des soldats..
      Prochain article : De la légitimité de cet engagement ?


      • ZEN ZEN 22 septembre 2011 10:14

        Même des galonnés ne mâchent pas leurs mots


        • ottomatic 22 septembre 2011 10:15

          Aussi triste que ce soit, quand on s’engage à être soldat, il faut s’attendre à avoir plus de chance de mourir au travail qu’en étant derrière un bureau.


          Pour cette guerre :
          - prétextes fallacieux
          - 10 ans de guerre et un résultat qui se passe de commentaire
          - comme toujours, des intérêts pétroliers
          - reprise de la production d’héroïne en quantité astronomique depuis que nous sommes là bas et qui inonde l’europe et la France, là ça en génère du malheur humain et des morts. L’ensemble passe par la base de l’otan au kosovo gérer par notre si sympathique docteur il y a encore peu...

          • Spip Spip 22 septembre 2011 14:03

            "Aussi triste que ce soit, quand on s’engage à être soldat, il faut s’attendre à avoir plus de chance de mourir au travail qu’en étant derrière un bureau.« 

            Pas si sûr, ça dépend où... A la manière dont sont menés les conflits actuels (drones, frappes de loin, etc.) un employé de bureau afghan a peut-être plus de »chance"...


          • pastori 22 septembre 2011 10:47

            les guerres ont pour origines essentielles (de nos jours du moins) les religions et l’existence de soldats, et d’armes.

            sans armes et sans soldats, pas de guerres possibles, c’est à dire pas de gens armés payés pour aller tuer les pauvres gens du pays d’a coté pour leur prendre ce qu’ils ont .

            par contre tous les jours des requins internationaux prennent en toute légalité et impunité aux pauvres gens de tous les pays tout ce qu’ils ont, protégés justement par les soldats des différents pays, qui se sont mis à la solde de ces requins par gouvernements complices interposés. 


            nos soldats meurent pour défendre les intérêts de bouygues, dassault , total ;............

            je préférerais vider les égouts tous les jours pour un smic.que faire volontairement un tel métier.

            • Rounga Roungalashinga 22 septembre 2011 11:20

              les guerres ont pour origines essentielles (de nos jours du moins) les religions et l’existence de soldats, et d’armes.

              sans armes et sans soldats, pas de guerres possibles, c’est à dire pas de gens armés payés pour aller tuer les pauvres gens du pays d’a coté pour leur prendre ce qu’ils ont .

              Argument parfaitement fallacieux, puisqu’il prend la réalité à l’envers : c’est parce que la guerre existe depuis l’aube de l’humanité que les armes ont été développées.
              Vous avez également essayé de glisser une petite quenelle aux religions, mais là encore c’est à l’envers : c’est parce que le pouvoir a corrompu les religions, qu’il se les a accaparées, que des religions se sont retrouvées mêlées aux guerres. C’est la logique même du pouvoir qui pousse à faire des guerres pour des intérêts, pas les principes religieux !

            • ottomatic 22 septembre 2011 11:30

              « les guerres ont pour origines essentielles (de nos jours du moins) les religions »


              LOL, elle est bien bonne celle là !

              Les guerres ont pour origines essentielles la volonté de contrôle d’une oligarchie et de ses valets. La carte des guerres est une belle réplique de la carte des matières premières... que c’est ty pas mignon comme hasard !

            • Rounga Roungalashinga 22 septembre 2011 11:33

              Faut pas lui en vouloir, à pastori, c’est un bisounours « qui se trompe de colère ».


            • foufouille foufouille 22 septembre 2011 14:04

              c’est de la faute a satan, cree par dieu omnoscient


            • eric 22 septembre 2011 15:25

              A Pastori : si c’est une vocation, je comprends mieux....


            • Bovinus Bovinus 22 septembre 2011 15:45

              juluch  :
              [...] métier des armes...

              Tout est dit. Les armes sont à présent un métier, ceux qui choisissent de le faire savent à quoi s’attendre. Il arrive parfois que cela devienne un devoir, le plus souvent par la faute de quelques salopards, manipulant un immense troupeau d’imbéciles, mais en l’occurrence, ce n’est pas le cas : on n’a rien à faire en Afghanistan, et si l’on se fait tuer là-bas, il faudrait au moins que cela soit pour les Afghans. Je ne pleurerai pas pour ce soldat, mort pour Halliburton, Exxon et Boeing, mais j’ai mal pour ses enfants, et ceux qui l’ont élevé.


              • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 22 septembre 2011 12:59

                On peut juste espérer que son sacrifice ne sera pas vain en ce qui concerne les Afghans et que ceux ci auront le courage de rejeter les Talibans - les harkis décérébés du « GROSS » Pakistan - une bonne fois pour toutes.

                Mais ça n’a pas l’air dans la poche à ce stade.




                • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 22 septembre 2011 13:23

                  Non parce que c’est un ordre illégal , c’est un crime de guerre et la jurisprudence internationale en la matière exclut l’excuse de l’ordre.

                  Donc, tuer volontairement des civils - et même des non combattants - est un crime de guerre en cas de guerre et un crime contre l’humanité dans les autres cas. ( Cfr Nuremberg et le tribunal spécial pour la Yougoslavie )

                  Par contre il est admis qu’on puisse exécuter sur le champ des combattants sans uniforme.

                  Il est en outre considéré que de tuer les civils lors d’une frappe d’un objectif militaire ne constitue pas un crime de guerre : ce sont les fameux dommages collatéraux.

                  Et dans un conflit comme en Afghanistan où les civils sont dans la zône des combats, il y en a beaucoup.

                  Notez qu’autour des usines d’armement allemandes de la seconde guerre mondiale il y avait aussi beaucoup de civils et ça n’a pas l’air d’émouvoir grand monde.

                  Donc ...

                  Normalement tout le monde sait ça.

                   smiley smiley smiley


                • eric 22 septembre 2011 15:28

                  Le coup de gueule est sans doute superfétatoire, un journaliste français ne pouvant pas être grand chose d’autre qu’un journaliste français, en revanche je m’associe à votre hommage.


                  • maddle maddle 22 septembre 2011 17:17

                    Respects à nos soldats et à leurs familles.


                    Soldats dévoués qui n’ ont rien a faire en Afghanistan que d’ y mourir.Ils obéissent à des ordres qui vont complètement à l’ encontre des intérêts Français.Ordres, eux même donnés au dessus des 1.60 m du tenancier de la France .Nous faisons la guerre pour les intérêts d’ un autre pays qui n’ est pas les US .Le donneur à d’ ordre « 3 bandes » de la France s’ est incrusté par la tyrannie autour du bassin méditerranéen.

                    Ce n’ est plus tolérable.Cherchez par vous même et recoupez si vous n ’ avez pas la trouille.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès