Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > L’affaire Snowden dévoile-t-elle l’acceptation d’un (...)

L’affaire Snowden dévoile-t-elle l’acceptation d’un totalitarisme sournois ?

L’afflux permanent de révélations concernant Edward Snowden dépasse de très loin celles fournies par Wikileaks. La première différence est que la diffusion des informations est progressive, différence du scandaleux Wikileaks. Ceci entretient un perpétuel traumatisme mais, paradoxalement, ces révélations semblent n’étonner que les hommes politiques. Pourtant, l’ampleur internationale de l’événement semble inégalée depuis le 11 septembre 2001. Il est bon de se demander quels traumatismes individuels ou sociétaux ces révélations ont produit. Existe-il des recours politiques et juridiques ?

Commençons par un bref rappel historique.

Les écoutes de grande ampleur datent des années 1970, mais ici avec la NSA elles sont beaucoup plus intrusives et si elle n’est pas la seule, c’est la NSA (National Security Agency) qui est la première impliquée.

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/10/21/comment-la-nsa-espionne-la-france_3499758_651865.html

 

Laurent Chemla {JPEG}En France, Laurent Chemla est le premier informaticien français à avoir été inculpé puis relaxé pour piratage informatique « depuis un Minitel ! », en 1986. Nous avons beaucoup progressé depuis et son piratage en fait aujourd’hui un enfant de chœur.

http://www.pcinpact.com/news/81882-projet-caliop-pour-laurent-chemla-le-fondamental-cest-cryptographie.htm

 

Déjà en 2002 il écrit le livre Confessions d'un voleur : Internet, la liberté confisquée, où il décrit sa vision d'Internet : « Je me souviens qu’à cette époque, quand je disais “Internet”, mes amis me regardaient comme si je débarquais d’une autre planète. J’avais beau leur dire que ce bidule allait révolutionner le savoir humain, ils me regardaient d’un air apitoyé et retournaient à leur travail. » Ce livre est gratuitement consultable sur Internet.

(Source Wikipédia).

 

1) De quelle façon cet espionnage systématique est-il réalisé et qui est concerné ?

La NSA procède en accédant aux données des grandes plates-formes, accès aux mails, surveillance des citoyens du monde entier, surveillance des dirigeants, des ambassades, des institutions internationales, avec l’aide d’autres services de renseignements. Elle installe des back-doors (portes dérobées des chevaux de Troie), dans les logiciels qui siphonnent les informations. Et l’utilise la DPI (deep packet inspection), technologie qui pénètre dans les paquets d’informations circulant sur les réseaux, ainsi que des données qui circulent dans ces réseaux, les routeurs, les câbles etc. Elle procède parfois aussi par requêtes légales auprès des opérateurs et des plates-formes.

http://www.qosmos.com/french/

 

Ces révélations ont d’abord porté à notre connaissance la surveillance du grand public, avec comme alibi le Patriot Act censé nous protéger contre le terrorisme international (sic). Mais par la suite c’est la surveillance des entreprises, des administrations et des hommes politiques qui ont été révélées et là, il semble que nous ayons accédé à un autre degré de prise de conscience.

 

2) Quelle est la réaction du public, des entreprises et en quoi et-ce différent ?

En général notre réaction de personne privée est de se dire « Je m’en moque puisque je n’ai rien à cacher ». Et c’est là le drame car nous acceptons, de facto, de sortir de la démocratie pour entrer dans une ère sécuritaire aux motivations douteuses. Le grand public a-t-il la volonté d’avoir une vie privée ?

Au niveau européen, de l’intérieur, avant ces dernières révélations concernant l’écoute des entreprises et des milieux financiers, tant que ce n’était que des personnes privées cela n’avait pas la même importance. La prise de conscience de l’écoute politique n’a pourtant pas amené à des prises de décision en rapport avec la gravité des faits. Rappelons-nous la réaction stupéfaite du premier ministre Jean-Marc Ayrault, disant ne pas comprendre comment un allié, un ami (re-sic) comme les États-Unis pouvaient nous surveiller. L’affirmation est tellement ridicule que l’on ne peut que se demander « Y a-t-il complicité ? »

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique/espionnage-de-la-nsa-le-premier-ministre-francais-choque_1292746.html

 

Les personnalités, politiques à commencer par Barack Obama et Angela Merkel n’ont pas changé leurs habitudes et ont gardé leurs téléphones portables non sécurisés mais il est vrai, moins ludique et moins ergonomiques. La DGA (Direction générale de l'armement) a fourni aux hautes autorités de l'Etat et aux forces armées un nouveau téléphone portable capable de chiffrer les conversations mais il navait évidemment pas de liste de contacts !

In fine, n’allons-nous pas avoir deux usages du numérique, l’un pour utiliser des grandes plates-formes et l’autre, privé ? Mais cela ne correspondrait-il pas déjà à notre nouvelle manière de vivre avec le numérique ?

 

3) De quels moyens de défense disposons-nous ?

Comment réagir, n’est-il pas trop tard déjà, on ne peut plus rien faire maintenant ? Qu’est-ce que la vie privée maintenant ? Mais au-delà peut-on en reculer l’échéance ? Un futur où le citoyen n’aurait plus le contrôle de sa vie intime correspond à la définition de la dictature.

Que peut la CNIL française contre la NSA ? Le combat est devenu incertain car la confiance envers Internet est remise en cause. Les industriels de l’Internet se font de plus en plus intrusifs et les données personnelles du point de vue de l’économie sont constamment piratées. Ne faudrait-il pas protéger sa vie privée à la façon de droits d’auteur ? Le levier juridique est-il suffisant à cet égard ?

Techniquement le service sécurisé Calliope est une approche et il en a existé aux États-Unis comme chez nous et il en existera d’autres. Mais cela suffira-t-il à éviter l’espionnage de masse ? Une messagerie sécurisée qui ne concernerait que quelques milliers d’utilisateurs ne fait pas peur à la NSA.

Aujourd’hui on utilise le protocole PIP qui a plus de 40 ans. C’est une tentative pour changer le réseau. On se dirige vers des centaines de milliards d’objets connectés. L’avenir ferait disparaître les serveurs uniques et qui seraient répartis entre les utilisateurs. Mais les Américains détiennent encore les clés du pouvoir d’architecture. Les principaux cryptologues sont formés par la N SA. Il faudrait imaginer qu’ils acceptent d’adopter une démarche démocratique !

http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_d%27IPv6

 

Traumatisme européen mais on a vu le conseil européen reporter à 2015 la législation sur les données personnelles ! Il y a des antagonismes avec nos voisins britanniques sur la vie privée le contrôle économique dans la perspective est totalement différente. De plus la France l’Espagne et d’autres ont également participé à cet espionnage avec la NSA. Fleur Pellerin ne s’est pas précipitée pour réagir, sinon pour rappeler qu’Alcatel-Lucent était une entreprise stratégique et c’est pratiquement la seule à pouvoir tirer des câbles transatlantiques.

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/08/23/les-cables-sous-marins-cle-de-voute-de-la-cybersurveillance_3465101_651865.html

Fleur Pellerin {JPEG} (Fleur Pellerin est la Ministre déléguée auprès du ministre du Redressement productif, chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l'Innovation et de l'Economie numérique).

 

La contrainte perçue de façon économique ou juridique est pourtant d’abord technologique outre-Atlantique. L’Allemagne et le Brésil souhaitent lui donner une dimension internationale.

 

Bernard Benamou {JPEG}Bernard Benhamou est un expert français d’Internet et spécialiste de la société de l’information. Il a retenu la dignité de Edward Snowden. Il est actuellement délégué aux usages de l'internet au ministère de la Recherche et de l'Enseignement supérieur, maître de conférences à l’Institut d'études politiques de Paris et chargé d'enseignement à l'Université de Paris I Panthéon-Sorbonne.

Défenseur de la neutralité des réseaux, il a été, en 2000, candidat au conseil d'administration de l'ICANN, organisme chargé de la régulation des noms de domaine.

http://www.netgouvernance.org/NG2/Accueil_Netgouvernance.org.html

 

Il nous dit : Nous laissons notre trace dans nos Smartphones etc. En cinq ans les informations ont beaucoup évolué. Sommes-nous tant touchés par cette affaire ? Jusqu’où ira-t-elle ? Le fait que les géants de l’industrie soient menacés rend l’intrusion plus importante. Qui sont les premières victimes ? Les services de renseignements sont les premiers à en souffrir.

La NSA à des budgets 10 fois supérieurs à ceux de la CIA. Le rapport des Américains avec le reste du monde se trouve délité c’est donc une dégradation de l’image américaine. Il semble que les services français ont eux-mêmes approchés des Hackers. Les grandes entreprises bien qu’elles aient largement collaboré, nous-mêmes mais semble-t-il très peu. Si les choses deviennent plus compliquées pour la protection des données ils garderont leur moteur de recherche. L’image de Google est atteinte de plein fouet, en particulier celle de ses ingénieurs.

Le chantage au départ était celui du Patriot Act. Les niveaux de sécurité de l’Internet mondial sont donc suffisamment bas pour que la NSA puisse écouter tout le monde, y compris les transactions économiques et financières en diminuant le niveau de cryptage. Mais ce qui veut dire que tout le monde peut entrer dans ces données facilement. Traumatisme aussi pour ceux qui fabriquent l’ingénierie d’Internet. Internet, lieu de la communication et de la démocratie.

La sécurité qui jusqu’ici n’attirait pas grand monde fait aujourd’hui le plein. Les concepteurs Internet sont atteints puisque leur projet, qui est de plaire à un public, se trouve saboté, à l’intérieur même de Google. La communauté Internet devient donc hostile aux USA.

 

Pour conclure, revoyons nos classiques que d’aucun jugeront certainement trop anti-américains.

http://www.nybooks.com/articles/archives/2003/may/01/anti-americans-abroad/

 

Rappelons-nous de cette formule que François Mitterrand prononça juste avant de mourir.

« La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l'Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C'est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort ».

 (Source : Le dernier Mitterrand de Georges-Marc Benamou – Date de publication : 27/1/1997 – Editeur : Plon – Omnibus).

http://sos-crise.over-blog.com/article-fran-ois-mitterrand-la-france-est-en-guerre-avec-l-amerique-video-russie-109520860.html

 

L’autre extraite d’un article du Monde Diplomatique. « Quand les Américains voulaient gouverner la France. » Ajoutons… et maintenant, le monde !

http://www.monde-diplomatique.fr/2003/05/LACROIX_RIZ/10168

 

Hubert Beuve-Méry {JPEG}Et pour terminer Hubert Beuve-Méry en 1944, créateur du journal Le Monde :

« Les Américains constituent un véritable danger pour la France. C'est un danger bien diffèrent de celui dont nous menace l'Allemagne ou dont pourraient éventuellement nous menacer les Russes. Il est d'ordre économique et d'ordre moral. Les Américains peuvent nous empêcher de faire une révolution nécessaire, et leur matérialisme n'a même pas la grandeur tragique du matérialisme des totalitaires. S'ils conservent un véritable culte pour l'idée de liberté, ils n'éprouvent pas un instant le besoin de se libérer des servitudes qu'entraîne leur capitalisme. Il semble que l'abus du bien-être ait diminué chez eux la puissance vitale de façon inquiétante. »

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 18 novembre 2013 10:36

    On ne sait pas tout , merci de nous éclairer 


    Philippe 

    • Hervé Hum Hervé Hum 18 novembre 2013 11:00

      Cher auteur, internet doit son label démocratique de par la liberté d’expression et de la transparence qui la conditionne.

      Ce qui vous échappe, comme à beaucoup malgré l’évidence de la chose, c’est qu’il n’y a transparence véritable que s’il y à liberté d’expression. Et vice versa, il n’y à de liberté d’expression que s’il y a transparence entre les instances gouvernementales et les citoyens.

      On peu donc affirmer « je n’ai rien à craindre parce que je n’ai rien à me reprocher » uniquement s’il y à transparence avec ceux qui dirigent l’Etat, car c’est à partir de là qu’on peut être sûr de ne rien avoir à se reprocher. Mais dès que les gouvernements utilisent le secret d’Etat pour couvrir, cacher certaines actions ou stratégies politique, il n’y à plus de transparence véritable et on peut alors craindre des écoutes de ceux chargés de défendre ces politiques secrètes.

      En résumé, si la démocratie est la souveraineté du peuple, tout ce qui lui est caché viole sa souveraineté et donc la démocratie.

      Vouloir restaurer ou instaurer le secret n’est pas défendre la démocratie, mais la réduire voir la détruire.

      Quel st le problème posé par ces agences comme la NSA ? Le fait de leur opacité, non de leurs écoutes.


      • Hervé Hum Hervé Hum 18 novembre 2013 11:03

        J’oubliais, dans une dictature, la transparence est à sens unique, du gouvernement sur les citoyens, dans une démocratie elle est à double sens.


      • bakerstreet bakerstreet 18 novembre 2013 11:00

        Ors il s’avère que tous ces gadgets 

        Qu’on nous vantait d’être comme des montgolfiers
        Ne sont en vérité
        Que de tristes boulets
        Qu’on nous a fixé aux pieds !




        • bakerstreet bakerstreet 18 novembre 2013 11:02

          Il existe des chaines encore plus solides

          Que celles dont on attache les chiens à leur niche
          Ce sont celles qu’on se fabrique
          Et dont on refuse de se démettre !

        • Pepe de Bienvenida (alternatif) 18 novembre 2013 11:53

          Dépourvu, cher bakerstreet, de ton talent poétique, je me contente d’un copié/collé :

          Un Loup n’avait que les os et la peau,
          Tant les chiens faisaient bonne garde.
          Ce Loup rencontre un Dogue aussi puissant que beau,
          Gras, poli, qui s’était fourvoyé par mégarde.
          L’attaquer, le mettre en quartiers,
          Sire Loup l’eût fait volontiers ;
          Mais il fallait livrer bataille,
          Et le Mâtin était de taille
          A se défendre hardiment.
          Le Loup donc l’aborde humblement,
          Entre en propos, et lui fait compliment
          Sur son embonpoint, qu’il admire.
          "Il ne tiendra qu’à vous beau sire,
          D’être aussi gras que moi, lui repartit le Chien.
          Quittez les bois, vous ferez bien :
          Vos pareils y sont misérables,
          Cancres, haires, et pauvres diables,
          Dont la condition est de mourir de faim.
          Car quoi ? rien d’assuré : point de franche lippée  :
          Tout à la pointe de l’épée.
          Suivez-moi : vous aurez un bien meilleur destin. "
          Le Loup reprit : "Que me faudra-t-il faire ?
          - Presque rien, dit le Chien, donner la chasse aux gens
          Portants bâtons, et mendiants ;
          Flatter ceux du logis, à son Maître complaire :
          Moyennant quoi votre salaire
          Sera force reliefs de toutes les façons :
          Os de poulets, os de pigeons,
          Sans parler de mainte caresse. "
          Le Loup déjà se forge une félicité
          Qui le fait pleurer de tendresse.
          Chemin faisant, il vit le col du Chien pelé.
          "Qu’est-ce là ? lui dit-il. - Rien. - Quoi ? rien  ? - Peu de chose.
          - Mais encor ? - Le collier dont je suis attaché
          De ce que vous voyez est peut-être la cause.
          - Attaché ? dit le Loup : vous ne courez donc pas
          Où vous voulez ? - Pas toujours ; mais qu’importe ?
          - Il importe si bien, que de tous vos repas
          Je ne veux en aucune sorte,
          Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor. "
          Cela dit, maître Loup s’enfuit, et court encor.


        • bakerstreet bakerstreet 18 novembre 2013 13:08

          Merci Pepe


          On en dira jamais merci au loup, si sauvage et si beau, et qui a inspiré si bien à propos La fontaine, qui jamais ne coule si bien que quand on parvient à le remettre dans la modernité.

           C’est ce qui fait la qualité des gands auteurs, de ne jamais se démoder. 

          Ce Snowden est bien un loup gris, quoique avec des qualités de renard. 

        • bakerstreet bakerstreet 18 novembre 2013 13:57

          Moralité :


          Est ce parce qu’on est forgeron
          Qu’il faut s’attacher des chaines aux pieds ?

        • claude-michel claude-michel 18 novembre 2013 11:10

          Pourquoi se perdre dans des méandres sans fin.. ?

          C’est de l’espionnage tout simplement...Depuis la nuit des temps un pays cherche a savoir ce qui se passe chez son voisin...NSA..CIA..DGSE..(RATP..EDF)....etc !
          Comme vous dites..les seuls outragés sont les politiciens...Pensez donc on livre à la vindicte populaire leurs magouilles...Inacceptable..et pourtant tout individu normalement constitué est au courant de ces tripatouillages des politicards..
          Un grand merci quand même à ceux qui oeuvrent a la découverte de ces nouvelles croquantes.. !

          • rotule 18 novembre 2013 18:26

            Non, pas simplement, cela va bien au delà !
            Pourquoi ces sociétés privées (Google, Amazon, Yahoo, Facebook, ...) ont-elle mis en place une système qui n’efface, qui n’oublie jamais rien ?
            Pourquoi collecter les positions des utilisateurs de téléphone, tous, tout le temps ? Pourquoi passer aux technologies de reconnaisse faciale, partout, pour tous, ....
            Pourquoi le faire l’ insu des personnes, en dehors des lois ?

            Non, il y a bien l’intention de nuire, un jour ... intention de donner un sens à votre prochaine cotisation à Amnesty international, .... et de s’en servir un jour ....
            Relisez « Le procès » de Kafka.


          • Nemrod Nemrod 19 novembre 2013 08:22

            claude-michel. Non ce n’est simplement de l’espionnage. Quand on s’attaque à la vie privée c’est du totalitarisme. C’est bien au delà.


          • claude-michel claude-michel 19 novembre 2013 09:32

            Par Nemrod ...

            Totalitarisme.. ?
            mais sans espionnage il n’existerait pas...il est partie prenante..il en est le fondement.. !
            Comment voulez vous avoir le pouvoir sur les autres sans connaître leur vie.. ?

          • diverna diverna 18 novembre 2013 13:05

            Pour pouvoir critiquer les autres il faut avoir une position claire chez soi mais nous avons nous HADOPI qui, faut-il le rappeler, a le droit officiel de pénétrer dans votre ordinateur, chez vous, ce que les américains prétendent encore s’interdire (Obama s’est fendu d’excuses). Où est le vrai contrôle de ce que fait HADOPI ? Je veux dire la publication de l’activité HADOPI, pas un tout petit groupe de personnes acquises d’avance qui jettent un oeil distrait sur un rapport.
            Dans l’histoire Snowden, moi je retiens surtout la chasse à l’homme et le fait que dans le monde clos qui maintenant le nôtre seul la Russie lui a offert un refuge. Là est le véritable scandale. Il a « volé les voleurs » et ceux-ci ne font pas du tout leur mea culpa.


            • Hermes Hermes 16 juin 2014 15:54

              Bonjour,

               Le monde est en guerre économique, reflet du sommeil appeuré et possessif de l’humanité dans les pays dits civilisés et quelquefois en guerre tout court. La différence entre un citoyen et un sauvage de l’amazonie est que le premier a été « domestiqué » et ne passe jamais à l’age adulte. Il reste enfant et se laisse fasciner par les guignols de la politique, les héros du stade, les guides spirituels (rarement très marrants), l’idée des méchants qui lui veulent du mal.... Les enfant les plus « terribles » essaient d’écraser les autres dans la cour de récréation pour avoir plus de pouvoir ou d’argent....

               Dans cette situation de guerre globale il faut que les états, au service des plus « terribles », aient accès à l’information.

               La situation est bien pire que ce que décrit Snowden, et en France avec un Opérateur historique d’infrastructure telecom anciennement public, on n’est pas mieux loti.

               A titre d’exemple, sachez que depuis lontemps, tous les téléphones sont « retournables » (je vous laisse deviner ce que cela signifie). Le SMS système (que vous ne voyez jamais) peut le commander à distance. C’est défini dans la norme SMS elle même (Wikipedia en parle mais édulcore la chose).

               De la même façon tous les ordinateurs portables sont désormais livrés avec un programme espion en ROM, totalement ineffaçable, même par réinstallation du système, activable même ordinateur éteint. Bien sur ce n’est pas un virus ! A l’origine c’était conçu pour aider au dépannage de certains modèles. Sauf que désormais, on ne sait même plus qui l’installe et qui l’utilise et quasiment tout le parc est concerné. Cette charmante chose a été découverte par les laboratoires Karpesky récemment. Il y a des parades, lisez les articles.

               smiley


            • lsga lsga 16 juin 2014 15:57

              @Hermes

               
              La parade ? L’abolition de la propriété privée bourgeoise des moyens de production intellectuel... plus communément appelé : LINUX.
               

            • Hermes Hermes 16 juin 2014 16:06

              Désolé, ça fonctionne aussi avec Linux, car c’est dans un espace privé de la ROM, ineffaçable même par flashage du BIOS. Il faudrait des BIOS libres sur les Hardware libres pour s’en débarasser, mais (pour le moment) la parade est plus simple....


            • lsga lsga 16 juin 2014 16:08

              ce qui revient au même : ouverture du code source, soit : abolition de la propriété privée des moyens de production intellectuels.

               
              Remplacer le marché par la démocratie : voilà ce qu’est le communisme. 

            • NOSMO NOSMO 18 novembre 2013 13:24

              On voudrait nous faire croire que l’affaire Snowden relève d’affaires d’espionnage banales, puisque partagées, comme l’affirmait un ancien ministre des affaires étrangères, M. Kouchner... Or, cela n’a rien de banale, pour un état dit démocratique de voir la vie privée de ses sujets et citoyens libres et égaux, espionnée. Merci Nemrod pour cet article.


              • volt volt 18 novembre 2013 14:21

                belle citation finale.

                en somme, si rien ici n’est faux, alors plus aucun homme politique libre n’est possible nulle part, puisque son smartphone suivi depuis des années constitue un brut de chantage inconnu dans l’histoire à ce jour.
                à propos de 11 septembre, des spécialistes de la langue arabe ne manquent pas de rappeler que al-qaëda signifie aussi surtout la « base de données », dont une des plus vastes et rougeoyantes dort encore sans doute dans la masse inouïe des messages privés de facebook.
                il y a peu, un bug sur 2009 avait fait remonter à la surface une partie de cette base,
                qui oublierait cette panique...
                on pourrait imaginer la remontée en surface, intégrale, 
                de tous les râles cachés au fond de fb,
                what a day...
                ce serait vraiment, mais alors vraiment l’apocalypse.
                et à mon sens, on peut presque tenir assange et snowden pour prophètes de cette glissade où tout le privé soudain virant public, 
                s’ouvre la grande terre de la honte, 
                comme dans ces cauchemars d’arrivée à poil en classe...

                • volt volt 18 novembre 2013 15:05

                  je reste prudent avec le début de votre réponse car le refoulement sera toujours à l’oeuvre 

                  avec les défenses qui s’ensuivent, en individuel ou social.
                  par contre la fin oui, changement sur cette histoire de culpabilité, 
                  mais je conçois les choses par accidents ou à-coups sur un continuum, 
                  malgré le fantasme de l’apocalypse, ça n’empêche pas de continuer à parler...
                  il faut calculer la France, c’est-à-dire le toupet.

                  cette histoire de prouver son innocence est déjà bien là, 
                  rien que manquer à fb est suspect, 
                  l’autre jour petit flash avec une actrice américaine, je la recroise une semaine plus tard :
                  - I googled you and I found nothing about you ! you’re so weird...
                  j’étais déjà accusé classé, archivé, 
                  mais encore la carte intrigant quoi.
                  je ne précisai pas qu’un soudain chanteur célèbre portant mon patronyme 
                  avait relégué aux pages les plus lointaines mes cachoteries les plus inintéressantes.

                  I googled you... il faut le texas pour ça. sauf que le texas est partout.

                  enfin si owen, je suis certain que l’eden de la mise à nu 
                  comme jugement est infernal dans un premier temps, mais après ? 
                  donc est le problème...
                  sans doute nul paradis sans ce firewall à franchir d’abord, partout,
                  puis un couple en évolution c’est ça :
                  jouer aux barrières qui tombent.

                  partons d’un principe genre mystico-je-ne-sais, 
                  comme quoi la conscience est universelle 
                  et donc tout le monde sait déjà tout de tout le monde, en détails, 
                  mais que la construction même des individualités 
                  dépend encore du refoulement de ce savoir, 
                  alors on apprend quoi ?
                  ben rien, sinon le mensonge.


                  • tinga 18 novembre 2013 15:23
                    Les solutions
                    Destructions des données accumulées par la nsa et autres sous surveillance internationale
                    Arrestation des dirigeants de microsoft, google facebook et autres, pour activités illégales.
                    Sécurisation du réseau
                    Dans tous les domaines, la perte de crédibilité des usa est totale, game over, tilt.




                    • rotule 18 novembre 2013 18:29

                      Hélas, le protocle IPv6, qui se met en place, réduit encore la discrétion des connectés ... technologie aux mains de nuisibles .... faudra adapter la parade TOR ..


                    • Ruut Ruut 18 novembre 2013 15:44

                      Je pense que snowdown, c’est la partie visible de l’iceberg.
                      En informatique l’anonymat as toujours été un mythe.
                      Sur internet c’est pire car nous passons tous par une seule et même porte, notre fournisseur d’accès.
                      Il est donc facile de contrôler les surfeurs.
                      Pire nous n’avons aucuns outil national dans le domaine de l’IT, donc nous subissons sans rien maîtriser.
                      L’utilisateur n’a en fait aucuns choix.
                      Les experts peut de choix, soit ils ont des machines très chères, donc ils sont listés dés l’achat, soit ils ont du matos standard, donc vulnérable.

                      les failles sont a plusieurs niveaux.
                      Matériel, nous ne produisons rien, donc nous ne pouvons rien garantir.
                      Pilotes, c’est la faille la plus simple a exploiter.
                      le système d’exploration, une fois encore, aucune maîtrise sur les mises a niveaux etc...
                      les logiciels (seul semblant de contrôle offert aux utilisateurs pour les rassurer, mais qui permet aussi de les culpabiliser)
                      L’accès internet est aussi le meilleur point de flicage par les autorités.
                      Etc...

                      Normal que l’utilisateur accepte le contrôle, il n’as aucun choix.


                      • rotule 18 novembre 2013 18:32

                        Vous avez accès , à cout nul, à PGP, TOR, Linux, .... que demander de plus ?
                        Si vous continuez à vous ruiner, vulnérable face aux prédateurs, vous en êtes au moins partiellement responsable.


                      • Stof Stof 19 novembre 2013 00:36

                        Il y a le choix de la lutte. Naviguez sur Tor, utilisez Linux, soyez toujours anonymes, payez tout en cash, possédez de l’or plutôt que des chiffres sur des ordinateurs etc.
                        Ils comptent sur votre résignation, alors montrez leur que vous dressez la tête. Râler ou geindre ne suffit pas.


                      • Nemrod Nemrod 19 novembre 2013 08:30

                        rotule Si vous utilisez Linux ou autre, vous c’est pour aller sur des sites, faire des achats en ligne ou simplement lire vos messages. Trop tard vous être dedans...


                      • paul 18 novembre 2013 18:08

                         Le problème n’est pas que les fournisseurs d’accès à internet (FAI) puissent communiquer nos coordonnées à qui le leur demande, mais plutôt de savoir dans quel cadre judiciaire et législatif cela est possible .
                        Et ce cadre existe avec la loi relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés du 6 janvier 1978 :
                         
                        Article 1 : L’informatique doit être au service de chaque citoyen .Son développement doit s’opérer dans le cadre de la coopération internationale . Elle ne doit porter atteinte ni à l’identité humaine, ni aux droits de l’homme, ni à la vie privée, ni aux libertés individuelles ou publiques .

                        Article 12 : Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires ,dans sa vie privée, sa famille,son domicile ou sa correspondance, ni atteinte à son honneur ou à sa réputation . Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes .

                        Article 226-1 du code pénal : Est puni d’un an d’emprisonnement et de 45.000 E d’amende,le fait, au moyen d’un procédé quelconque, volontairement de porter atteinte à l’intimité de la vie d’autrui en captant, enregistrant ou transmettant, sans le consentement de leur auteur, des paroles prononcées à titre privé ou confidentiel .

                        Le parlement européen explique lui même dans un récent rapport (9/7/13) que ce qui différencie une démocratie d’un État policier , c’est la surveillance de masse (dans laquelle la France s’est engagée) : allusion au réseau français de surveillance « Lustre » coordonné au système de surveillance anglo-saxon NSA - Échelon .
                        L’une des raisons de l’échec de l’usine à gaz Hadopi est que les coupures d’accès au réseau internet devaient être précédées d’une action judiciaire pour chaque cas .

                        Progressivement , chacun finit par admettre comme inéluctable la surveillance généralisée de tous nos faits et gestes : c’est le sens du Discours de la servitude volontaire écrit par un jeune homme de 19 ans en 1549, Étienne de le Boétie .

                        Merci pour l’article .


                        • Werner Laferier Werner Laferier 18 novembre 2013 18:20

                          L’affaire Snowden est exagéré, un traitre qui a volontairement trahie son pays pour d’autres pays ne mérite que le mépris, les traitres ne peuvent être toléré et doivent être passé en court martial.


                          • Pepe de Bienvenida (alternatif) 18 novembre 2013 18:28

                            Ces intivitus zont bires gue les derroristes !


                          • Stof Stof 19 novembre 2013 10:22

                            Un Troll Yankee ! C’est rare.


                          • neurone 18 novembre 2013 21:53

                            L’affaire Snowden ... c’est l’affaire d’un prix Nobel de la Paix qui pourchasse un pourfendeur de la Liberté - au passage personna non grata pour le droit à l’asile sur les terres de Fronce, mais dont on nous fait tout un pataques avec une étrangère Léonarta pschitt pschitt


                            • Pepe de Bienvenida (alternatif) 18 novembre 2013 22:18

                              Le raccourci est très parlant !


                            • Pepe de Bienvenida (alternatif) 18 novembre 2013 22:12

                              J’apporte le dessert. Ça se passe en Belgique :

                              Prélever l’ADN des nourrissons pour lutter contre la criminalité

                              Telle est l’idée soutenue samedi par le procureur général d’Anvers Yves Liégeois dans De Standaard et Het Nieuwsblad : faire enregistrer l’ADN de tous les nouveaux-nés pour créer d’immenses bases de données génétiques, utiles à la lutte contre la criminalité. Dans sa course à la sécurité, le procureur veut par ailleurs généraliser les caméras de surveillance. La Commission de la vie privée tempère les propos du magistrat.

                              La Commission ne rejette pas, elle tempère. L’idée fait son chemin.


                              • Pepe de Bienvenida (alternatif) 18 novembre 2013 22:18

                                Ps le lien : http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_enregistrer-l-adn-des-nouveaux-nes?id=8136591
                                parce que l’article recèle d’autres perles comme celle-ci « Pour cette protection, il faut oser en payer le prix. Notre loi sur la protection de la vie privée va beaucoup trop loin. »


                              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 novembre 2013 22:20

                                Pas assez cette mesure ,il faut prendre l’ADN « in utero » et si le bébé fait mourir la mère en couches ,direct prison à vie !

                                Nan mais !


                              • reneegate 19 novembre 2013 08:21

                                Et rappeler que LUCENT qui a pris le controle d’ALCATEL est sur le point de céder ses brevets à .....GOLDMAN SACHS. Melenchon http://www.jean-luc-melenchon.fr/2013/10/08/alcatel-la-france-martyrisee-hollande-complice/ s’époumone sur le sujet en vain.


                                • Stof Stof 19 novembre 2013 10:42

                                  Pour ne plus être tracé dans ses paiements internet il existe ce système : http://www.wexpay.com/decouvrir-wexpay


                                  • Langlemort Bonneteau 21 novembre 2013 00:04
                                    Dès l’introduction, il y a des affirmations qui me dérangent, je m’arrêterai à la première :

                                    « La première différence est que la diffusion des informations est progressive, différence du scandaleux Wikileaks. » 

                                    Les scandales révélés par Wikileaks et Snowden ont ce point commun : l’État des É.U viole les valeurs dont il se réclame. Les fichiers diplomatiques de Wikileaks ont été remis aux grands médias, et ce n’est qu’au fur et à mesure qu’ils en ont distillé leur analyse au public. Idem pour Snowden. 


                                    • christophe nicolas christophe nicolas 24 novembre 2013 18:00

                                      Mais le gars qui croit qu’il n’a rien a craindre est un rêveur. Vous n’avez rien à craindre si vous faites de mots croisés, si vous jouez du saxo, si vous êtes un râleur sans influence, etc... bref, si vous ne les intéressez pas.

                                      Si vous les interressez relativement peu, il se contenteront d’observer

                                      Si vous avez des responsabilités importantes et que vous ne faites pas parti du sytème, vous serez bien observé pour commencer à savoir comment vous influencer.

                                      Si vous faites comme moi et que vous avez dans votre escarcelle les principes de l’antigravité, les sources d’énergie, les voyages spatiaux, les moteurs et que vous êtes incorruptible alors ils chercheront, ils utiliseront votre femme, vos amis, votre famille, votre entourage, tout y passe. Votre réputation sera détruite pour préparer une totale influence...

                                      Oui mais c’est l’apocalypse et dans la bible le dragon, c’est l’esprit de haine contre les croyants, la bête est l’esprit d’asservissement par la force ou par l’argent, la deuxième bête c’est l’esprit de manipulation.... et là , il n’y a aucune échappatoire à cause de ça : Théorie de l’intrication . L’apocalypse n’a jamais bine été interprétée, les lutte sont d’abord celles de la forme intentionnelle de l’esprit (lutte dans le ciel qui se traduisent également par des influences des civilisations de l’espace selon le mérite de l’humanité en terme d’état d’esprit) puis comportementalement (sur terre).

                                      Nul ne peut gagner contre la vérité, vous allez voir comment la vérité détruit Babylone où si vous préférez, comment elle enlève toute justification théorique au système spéculatif mondial.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès