Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > L’Etat n’est pas la Belle Etoile des migrants de Calais. (...)

L’Etat n’est pas la Belle Etoile des migrants de Calais. Enquete

Après avoir offert plus de 20 millions de repas aux migrants vers l’Angleterre, l’association la Belle Etoile, à Calais, exsangue, met fin à ses services afin de les remettre entre les mains de d’un Etat qui ne veut n’y en entendre parler. Ni, surtout, en parler.

Ce dernier semble avoir définitivement abandonné tant les malheureux candidats à la traversée que les bénévoles qui leur viennent en aide. L’évènement souligne la dégradation de la situation du monde associatif en France à qui l’assèchement des subventions coupe les vivres. Très risqué.

« C’est terminé », résume à Agoravox.fr Monique Delannoy, la présidente de la Belle Etoile. Depuis plus de cinq ans, l’association demande de l’aide à l’Etat sans rien voir venir. Elle nourrissait quotidiennement plus de 200 personnes.

Les gouvernements se sont suivis mais, à droite comme à gauche, aucun n’a mis la main à la poche pour venir en aide à la foule des migrants en espoir de partance pour le Royaume-Uni.

La « fermeté » se veut la seule réponse opposée par les pouvoirs publics aux Afghans, Irakiens, Iraniens ou encore Soudanais ou Erythréens qui errent, sans moyens, dans la région de Calais dans des camps de fortune. Et attristent, ou inquiètent, la population locale. C’est selon.

Alors que la Belle Etoile prend la décision d’arrêter son activité afin d’inciter l’Etat et les collectivités à prendre le relais aucune réaction n’est disponible à la préfecture du Pas-de-Calais. A la mairie de Calais (Natacha Bouchart, UMP) on ne fait « aucun commentaire » à ce sujet. En résumé, on fait le mort …

Le maire de Calais, Natacha Bouchart

« Nous faisons le boulot à la place de l’Etat et sans son aide nous ne pouvons plus le faire », explique Monique Delannoy. L’association jette l’éponge mais entend continuer « à militer activement pour que les pouvoirs publics assument leurs responsabilités ».

Sous la gestion de Nicolas Sarkozy - au ministère de l’Intérieur - le centre de la Croix Rouge de Sangatte avait fermé ses portes en 2002. Un immense hangar au bord de la mer qui devait accueillir 200 personnes mais dans lequel s’en entassaient plus de 1.500. Selon l’organisation, se sont plus de 67.000 migrants qui ont transité par ce camp depuis 1999.

Evidemment, la fermeture de Sangatte n’avait pas fait disparaître par enchantement les exilés qui y avaient trouvé refuge. La destruction du hangar n’a rien « réglé » contrairement à ce qu’affirmait Sarkozy. Les migrants se sont dispersés dans des camps encore plus précaires et encore moins officiels, autour des lieux de partance pour les ports anglais.

D’ailleurs, sept ans plus tard, alors qu’il était passé de la place Beauvau à l’Elysée, Nicolas Sarkozy se voyait contraint de demander à son ministre de l’immigration, Eric Besson, de démanteler ce qu’on appelait alors la « jungle » de Calais.

Même peine, même punition. Aussitôt « débroussaillée » la « jungle » s’est reconstituée dans de nouveaux campements de plus en plus misérables. On applaudit bien fort.

 

ABUS ET GASPILLAGES

A Paris, les abords de la gare du Nord ou de la gare de l’Est sont devenus autant de lieux de transit. Evacués maintes fois, reconstitués dès après et dans des conditions d’hygiènes épouvantables où se mêlent sacs plastiques et détritus et, en cet hiver 2013, dans un froid qui ne lâche pas prise. Sous Valls après Hortefeux, Guéant et Sarkozy avant eux.

La France, dont le littoral constitue une frontière de l’espace Schengen, ne parvient pas à trouver les solutions humaines et décentes à ce problème.

Par ailleurs, l’Etat en faillite, ainsi que les collectivités locales, coupent à tour de bras dans les subventions allouées aux associations. Mais restent soulagés de voir le travail continuer à se faire.

Si des abus, voire des gaspillages ont pu être enregistrés pendant des périodes de vaches grasses, ce sont à présent clairement des missions d’intérêt public assurées par les associations qui pâtissent de la fermetures des guichets …

L’emploi associatif est donc en repli depuis 2010. Il y a en France plus de 180.000 associations employeuses soit 1,8 millions de salariés (8% de l’emploi global) sur un total de plus d’un million d’associations représentant 16 millions de bénévoles permanents ou occasionnels.

Les Restos du Cœur, le Secours Populaire Français se sont émus également des coupes supra nationales, décidées par Bruxelles, effectuées dans l’aide alimentaire.

Traitées avec désinvolture, celles qui se débrouillent comme elles le peuvent dans l’humanitaire – un peu moins d’un millier de « sérieuses », selon un spécialiste du secteur – risquent d’emboîter le pas de la Belle Etoile afin de faire pression pour tâcher d’améliorer leurs conditions d’exercices. Et de ranger leurs gamelles.

Ce qui aurait pour effet immédiat de perturber sérieusement l’ordre public. C'est qui est fâcheux, tant sur le plan humain que... politique 

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.22/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • non667 1er mars 2013 11:06

    lepen vite ! smiley smiley smiley


    • LE CHAT LE CHAT 1er mars 2013 11:13

      « ...Et attristent, ou inquiètent, la population locale. 

      la population locale , elle en a marre , plus que marre de ces hordes qui s’abattent sur la ville comme des nuages de sauterelles ! les gens ne se sentent plus du tout en sécurité , et
      il y a de quoi !!!!! .
      mes parents , agés ,qui habitent à Calais nord , n’osent plus sortir le soir de peur de se faire agresser !

      je me réjouis de la fermeture de cette association qui nourrit en toute illégalité des migrants illégaux , aidés parfois par des no borders allemands ! ras le bol ! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès