Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > L’immigration n’est ni un bienfait ni une calamité

L’immigration n’est ni un bienfait ni une calamité

 Il y a de plus en plus de débats sur l’immigration dans nos sociétés. Certains prétendent qu’elle est indispensable, d’autres contestent ce point de vue. Ce problème se pose autant pour le Québec que pour la France, car l’immigration n’est pas une simple affaire économique, elle est aussi au coeur de la question identitaire.

L’intégration de « l’Autre » dans la collectivité québécoise est un sujet piégé qu’on n’aborde qu’avec prudence, parce qu’il touche aujourd’hui à la culture et aux valeurs identitaires. En parler crûment, requiert de sortir de la langue de bois de la bienpensance politique, dont le dernier avatar est le rapport de la commission Bouchard/Taylor.

Tout d’abord, il faut rappeler que les mouvements de population ont toujours existé et sont constitutifs de la plupart des sociétés humaines. L’Australie, le Canada et les Etats-Unis sont trois pays récemment construits par des immigrants ; plus près de nous, le Québec est une nation bâtie initialement par des français expatriés. Dans chacun de ces cas, l’édification s’est faite en subjuguant les premiers habitants au prix de féroces nettoyages ethniques, puisque les diverses nations indiennes, inuit d’Amérique du Nord et aborigènes d’Australie sont réduites aujourd’hui à vivre assez misérablement dans des réserves si elles veulent maintenir leurs coutumes ancestrales, ou bien à vivre dans la société de l’homme blanc au prix d’une mise à l’écart de leurs modes de vie et de leurs cultures.

Les choses étant ce qu’elles sont, oublions pour un moment ce péché originel.

La plupart des pays développés connaissent depuis quelques décennies un fort accroissement de leur diversité ethnique du fait d’importants courants migratoires. De nombreuses études confirment qu’à long terme, l’immigration a généralement des impacts substantiels et bénéfiques pour les pays d’accueil. Les floraisons artistiques et scientifiques des pays d’accueil ont été considérablement enrichies par la diversité des provenances migratoires si on inclut les immigrants de deuxième et troisième générations. Passés les ajustements initiaux, les apports culturels viennent ajouter des tresses nouvelles à la trame identitaire du pays hôte ; le Québec d’aujourd’hui est culturellement très différent, en mieux je crois, de ce qu’il était il y a à peine quarante ans et ce en bonne part grâce aux immigrants. Quant au développement économique, bien qu’il y ait des controverses à ce sujet entre économistes, la majorité de ceux-ci concluent qu’à moyen et long terme, la balance des coûts et des bénéfices de l’immigration est favorable au pays d’accueil. Toutefois le facteur central qui guide aujourd’hui les politiques d’immigration des pays occidentaux, c’est la nécessité pour la majorité de ceux-ci d’assurer par une immigration si possible choisie, que leur pyramide démographique demeure équilibrée en termes de ratio actifs/oisifs. Et ce du fait que leur faible taux de natalité est insuffisant pour le renouvellement des générations et menace donc à long terme, leur dynamisme économique ainsi que leur stabilité sociale et politique. C’est soit plus d’enfants, soit la chute du niveau de vie, soit l’appel à l’immigration !

Si les avantages de l’immigration pour le pays d’accueil sont si clairement établis, pourquoi cette question crée-t-elle alors tant d’anxiété dans de nombreux pays occidentaux et pas seulement au Québec ?

Une phrase d’un dirigeant politique allemand dans les années 90, commentant la difficulté d’intégrer les résidents turcs en Allemagne me revient en mémoire, « On avait importé des travailleurs turcs pour faire tourner la machine économique ; trente ans après, on se rend compte que ce sont des êtres humains avec une identité et une culture différentes des nôtres, et ils sont là pour rester ; que doit-on faire ? » C’est le dilemme de toutes les sociétés d’accueil qui n’ont aucune raison de mettre entre parenthèses leur identité propre pour accueillir et intégrer l’immigrant, mais qui doivent en même temps pour des raisons morales, accommoder la différence du nouveau venu, dans la mesure du possible. Comment concilier l’obligation de demeurer soi-même tout en s’ouvrant à la différence de l’autre est une question qui ne cesse pas d’être à l’ordre du jour des pays d’accueil. La première solution fut imaginée par les Etats-Unis. Pour tenir compte de la diversité des treize colonies fondatrices, le congrès américain lors de la création des Etats-Unis avait adopté une devise, E Pluribus Unum, « Un à partir de plusieurs » parce qu’ils savaient que leur unité ne pouvait être basée ni sur une origine ancestrale commune ni sur une unique religion. Ce qui devait assurer idéalement l’unité de la collectivité nationale américaine ne pouvait dès lors qu’être un ensemble de valeurs universelles partagées, non négociables, formant le socle de l’identité nationale commune ; tout le reste étant laissé à la liberté de chacun. Liberté, égalité absolue de l’homme et de la femme, laïcité, et non ethnicité ou religion, constituent aujourd’hui la promesse affichée des états occidentaux.

La nation québécoise moderne s’est donnée elle aussi depuis la révolution tranquille, un ensemble de valeurs similaires exprimant les aspirations de son peuple fondateur. Certains politiciens et intellectuels, dont le plus éminent fut le Premier Ministre Trudeau, ont voulu que l’arc en ciel canadien et donc québécois repose sur une simple juxtaposition de multiples cultures, ethnies et mouvances identitaires, au motif que toutes les communautés qui les composent, y compris celles des immigrants de fraîche date, auraient une égale valeur et une égale légitimité à définir le cadre de vie commun, c’est-à-dire l’espace public de la nation. Une telle approche reflète, soit un idéal désincarné et absurde puisqu’il remettrait constamment en question le socle identitaire du pays avec chaque inclusion d’une nouvelle communauté culturelle, ethnique ou religieuse ; soit plus probablement un processus politique visant d’autres fins que celles proclamées de son discours. Une vision quelque peu similaire mais surement sincère de ce qui devrait fonder le Québec inspirait Gérard Bouchard en 1999. Robert Leroux professeur à l’université d’Ottawa rapporte dans le devoir du 5 juin 2008, que « Gérard Bouchard avait confié en 1999 à Michel Lacombe dans un ouvrage d’entretiens qu’il fallait concevoir la société québécoise comme un assemblage de groupes ethniques, les canadiens français ou franco-québécois, les autochtones, les anglo-québécois, toutes les communautés culturelles... ». Cette égalité ontologique qui accorde à chaque groupe ethnique ou religieux le même poids et la même légitimité pour infléchir le destin collectif est une négation de l’Histoire et de la réalité. Elle n’est même pas moralement acceptable. Aucune collectivité nationale n’a jamais laissé l’Autre, le nouveau venu, redéfinir son socle identitaire, à moins d’avoir été écrasée militairement. C’est pourtant cette même logique d’accommodement irréaliste et excessif de l’autre qui a amené au Canada comme au Québec, des intellectuels et des politiciens bien intentionnés à laisser croire aux immigrants, aux communautés culturelles ethniques et religieuses, que la préservation de leur identité pouvait se faire en ignorant ou en contournant si nécessaire l’obligation de respecter le socle de valeurs fondamentales communes (Charles Taylor avait décrié la décision de l’Ontario de refuser la mise en place de tribunaux islamiques basés sur la charia, contournant de ce fait la loi du législateur). Cette vision d’un Québec patchwork de Bouchard et la position "d’excessive ouverture accommodante" à la différence de l’autre de Taylor, sont les exemples mêmes des errements à l’origine des tensions sociétales ayant amené le Gouvernement québécois à créer la commission sur les « accommodements raisonnables ». Après toutes les bavures qu’ont connues plusieurs pays occidentaux européens dans leurs politiques de laisser-faire vis-à-vis de certaines pratiques culturelles inacceptables ou même illégales de la part de certains groupes d’immigrés refusant le dénominateur commun propre à l’occident, on s’attendrait à ce que tout le monde soit conscient aujourd’hui, que complaisance et laisser-faire ne peuvent amener que des dérapages toxiques pour tous.

Le Québec ne peut être qu’enrichi par la diversité des multiples groupes d’immigrants, si ceux-ci au travers d’un vrai processus d’interculturalité, c’est-à-dire de convergence avec les valeurs essentielles du peuple québécois, comprennent et acceptent que ce pays a une culture commune, une langue commune et des idéaux communs qui structurent son espace public, la Res Publica de tous, gouvernée par une seule loi et assise sur les valeurs déjà citées de liberté, d’égalité de l’homme et de la femme et de laïcité. La responsabilité de ce processus d’interculturalité incombe d’abord au gouvernement du Québec, lequel doit préciser sans équivoques les règles pour venir s’épanouir dans ce pays et qui doit mettre en œuvre les voies et les moyens pour favoriser la convergence culturelle.

Quant-à-moi, je pense qu’en dépit des bonnes intentions de tous, sans une véritable conscience historique de ce que représente le bien public pour tous et chacun, ce que l’école publique fait mal, l’ambigüité ne disparaitra pas du rapport de l’immigrant avec sa nouvelle terre d’accueil, car il aura peu de raisons d’inscrire son parcours personnel dans une vision citoyenne du désir de parfaire sa collectivité d’adoption. Le civisme est pourtant à ce prix.

Léon Ouaknine


Moyenne des avis sur cet article :  3.24/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • mike57 19 novembre 2008 10:48

    Ce qui vous attend à court terme et si vous vous demander encore si l’immigration est un bienfait :
    Je suis libraire au Bourget (93)
    et voilà ce que je subis depuis 2004
    Extraits - Cliquer ici pour le lire le texte intégral sur Riposte Laïque.

    Je suis libraire dans le 93, sur la commune de Le Bourget depuis 1978, soit plus de trente ans à ce jour au service des Bourgetins. Ma boutique se situe dans le centre-ville, près de la gare et de l’Hôtel de Ville. J’ai d’abord tenu cette librairie avec mon père, puis seule depuis sa mort en 1995. J’ai une fille de 22 ans, que j’ai élevée seule. J’ai la réputation d’avoir un caractère peu facile à manier, une personnalité que l’on adore ou que l’on déteste !

    Les gros ennuis ont commencé pour moi en janvier 2004, par un braquage à main armée dans ma librairie et une série d’agressions qui ont fait la une du journal “Le Parisien” à cette époque. J’ai eu le « malheur » d’avoir reconnu dans les braqueurs le chef de la bande d’une des cités de la ville, qui n’était même pas masqué, sans doute certain de son impunitié. J’ai déposé plainte.
    librarire bourget

    Le 22 juin 2004, j’ai été agressée dans ma boutique par quatre individus, en plein jour, qui m’ont entraînée de force dans l’arrière-boutique, puis dans mon appartement, situé au-dessus de la librairie. J’ai subi un viol, dont le seul but était de me faire retirer ma plainte du mois de janvier. Faute de preuves jugées suffisantes, le coupable, qui n’a jamais donné le nom de ses complices, bénéficiera d’un non-lieu par le juge d’instruction. Par la suite, on va dénombrer 21 agressions en tout genre avec une séquestration en avril 2007 et une brûlure à l’acide le même mois.

    Je vous restitue certaines de ces agressions.

    Séquestration en avril 2007

    Au moment d’ouvrir ma boutique, par une porte située dans la cour, à 16 heures, deux individus cagoulés me sautent dessus, et me « saucissonnent » avec du gros scotch, des genoux jusqu’à la bouche. Je suis transformée en momie, et je commence à étouffer. J’ai la force de me traîner jusqu’à la porte, et de taper avec mes pieds, alertant les passants, qui appellent les policiers, qui me sauvent de justesse. Les enquêteurs me diront que cela ressemble à un contrat, suite à mon témoignage pour le braquage subi en 2004. Les coupables ne seront jamais retrouvés.

    Ramadan 2007

    Les panneaux publicitaires sur le coté de la boutique affichent une pub jugée indécente par mes voisins du Taxiphone et sa clientèle. Il faut savoir que ce n’est pas moi qui décide de la nature de ces affichages, mais la société inser. Malgré tout, ces images sont jugées, en plein ramadan, provocatrice de la part de ressortissants du quartier.

    Un jour, j’ai vu ma boutique envahie par un groupe de femmes musulmanes, qui, venant d’ accompagner les enfants à l’école, me sont tombées dessus, de nouveau à cause de l’affichage, appuyant leurs paroles de menaces physiques et “de me faire tout sauter” pour cause de ramadan.

    J’étais terrorisée, mais n’ai pas voulu le montrer. Personne ne va considérer cette intimidation comme un fait important, même si j’ai fait un courrier au commissariat et un mail au Préfet

    Quelques jours après…

    Un couple pénètre en la boutique, rien d’extraordinaire, voir normal puisque jour de marché. Ils me demandent le coran. Tout en moi se met à trembler.

    Je dis, que je ne fais les livres que sur commande, le plus neutre possible dans ma voix.

    « Ah oui, et tu l’as lu le coran toi », me demande l’homme.

    « Parcouru monsieur », lui dis-je.

    « Parce que si tu arraches pas les filles nues que t’as mises partout, nous on va te le lire et te le faire répéter, tu craches sur le coran en plein ramadan,tu sais ce qu’ on lui fait au mouton ? », poursuit l’homme.

    Avec sa femme, ils vocifèrent de plus en plus, je fais pipi sur moi. J’ai si peur, je surveille ses mains, il est si près de moi, le reste se poursuit en arabe, la femme se bouge enfin de la porte, je peux passer telle une anguille, dehors, je me réfugie au café d’à coté je ne dis rien, juste ” un café“. Je me retiens de ne pas pleurer, ne pas dire, j’attends, je leur ai laissé la boutique. Au bout de 5 minutes, je me hasarde, ils sont partis et je reprends mon commerce comme s’il ne s’était rien passé .

    … Encore quelques jours plus tard

    Un bel après midi d’octobre, un dimanche où tout me semble calme et détendu autour de moi…

    Au soleil, les vitres de la boutique paraissent totalement crasseuses, méritant une intervention style tornade blanche. Je m’y colle, avec mon sceau, mes chiffons et mes produits, je fais donc le ménage.

    Perdue dans mes pensées, je frotte, astique en tout sens, quand soudain, alors que je suis penchée pour tordre la serpillière, des mains me saisissent, me retournent et me collent le long de la vitrine. Mon sang se glace, mon regard se voile, prend du recul et permet à mon instinct de survie de se mettre en place.

    Ils sont quatre ou cinq, issus de nulle part. Pourtant, celui qui me maintient, je le connais, c’est celui du “coran” et de sa commande, les femmes arrivent et font ce cri qui leur est propre. Elles s’agrippent à mon pantalon, le tirant vers le bas, tandis que d’autres s’en prennent à mon pull pour le relever. Je sens l’air fendre mon corps, je me débats, me tortille comme une anguille, ce qui facilite mon déshabillage. La haine m’envahit, je ne peux crier, j’en veux à la terre entière de me laisser subir cela, un attroupement s’est formé, seule la langue arabe est usitée. Alors je me mets moi aussi à prononcer des phrases dans cette langue ; j’ignore ce que j’ai dit, je sais juste que papa n’avait jamais voulu me les traduire, mais qu il s’en servait souvent lorsque nous étions à Tanger quand j’étais petite et que nous traversions la ville à pied.

    Maintenant , je réalise peu à peu, j’ai froid, peur, et vais me blottir au fond de mon lit. Cette fois, il n’y a pas eu viol, mais nouvelle intimidation, et humiliation. Je n’en suis pas fière, mais je n’ai pas eu le courage d’aller déposer plainte, cette fois.

    Ramadan 2008

    Pour le ramadan 2008, la méthode a été différente, mais tout aussi nuisible et destructrice. Une personne restait devant ma boutique, et signalait mon « racisme » à l’ensemble de ma clientèle. En panique, j’avais joint le journaliste Ivan Rioufol sur son portable. Voilà ce que je lui ai dit.

    Merci d’avoir répondu tout de suite et d’être présent ; je vous joins la photo de la personne qui harcèle ma clientèle depuis vendredi soir en faisant le siège de la boutique et notifiant mon racisme à ma clientèle. Elle me menace de fermeture de mon magasin, de me gazer à la bombe lacrimo si je tente de sortir de la boutique. Nous allons tenter de l’enregistrer, avant toute chose demain, s’il venait à m’arriver quelque chose de grave, c est la seule preuve que j’ai. Merci

    Je n’ai pas pu enregistrer la personne pour le moment.

    Je suis désemparée et me terre en ma boutique. Il est a noter que je suis la dernière librairie française.

    Cette pression a duré quinze jours.
    Tout ceci m’a conduit à un immense isolement au sain d’une ville qui privilégie “la diversité” au “souchien” ; une ville qui préfère les commerces communautaristes récents, aux vieux commerçants ayant des idées autres et osant les exprimer. Ainsi, en quelques années, les boucheries traditionnelles ont disparu, au profit des boucheries « hallal ». Il n’y a plus de charcuterie, plus de poissonnerie, plus aucun commerce traditionnel dans le centre ville. Par contre, on trouve de la restauration rapide kebab, des pizzas « hallal », et une sandwicherie où le seul jambon qu’on vous serve est du jambon de dinde. Si vous réclamez du jambon de porc, on vous dit d’aller en chercher ailleurs, chez les « Français ».

    Je reste donc, dans ce centre-ville, avec une toute petite boucherie, l’ultime commerçante dans la pure tradition de librairie-presse-papeterie et je sais que l’on va TOUT me faire pour que je cède d’une manière ou d’une autre ; car aujourd’hui je peux affirmer que je suis entrée en résistance.

    Marie-Neige Sardin


    • Gazi BORAT 19 novembre 2008 12:43

      Votre source vous êtes sûre que c’est bien Riposte Laïque ?

      On dirait du National Hebdo !

      gAZi bORAt


    • snoopy86 19 novembre 2008 13:03

      Comme d’habitude la dialectique gazeuse se met en route pour nier l’évidence :

      http://www.ripostelaique.com/Je-suis-libraire-au-Bourget-93-et.html

      Selon Gazi cette femme ne saurait être une victime ; il va bientôt nous expliquer que c’est une pétainiste qui s’en prend aux pauvres CPF comme son père s’en prenait aux juifs...


    • Gazi BORAT 19 novembre 2008 14:00

      @ SNOOPY86

      Cette histoire sent plus le conflit personnel de voisinages que la guerre culturelle et le ton outrancier me rappelle trop celui de la pseudo victime d’aggression dans le RER..

      Mais Riposte Laïque n’est jamais très regardant sur ces sources... On y trouve même des officines du FLN algérien.

      gAZi bORAt


    • Je suis Fantomas 19 novembre 2008 15:07

      C’est dingue...

      Il y a un nouveau scandale "musulman" par jour, mais ca n’est jamais eux  !

      De temps en temps des gamins tagguent une croix gamée et c’est le retour du 3 eme reich...

      Gazi, votre objectivité m’a toujours étonnée LOL  smiley


    • Yohan Yohan 19 novembre 2008 15:29

      Gazi
      C’est de la langue de bois, si ce n’est langue de vipère. 


    • Yohan Yohan 19 novembre 2008 15:30

      commentaire adressé à toi. Passer sous silence ce genre de débordement revient à approuver


    • Gazi BORAT 19 novembre 2008 16:48

      @ Yohan

      Ce type de témoignages "vécus" me laissent toujours sceptiques, désolé. Quant à "passer sous silence revient à approuver" c’est une tactique de terrorisme intellectuel.

      On pourrait vous rétorquer que votre silence à propos de la vivisection (ou tout autre chose révoltante dont vous n’auriez jamais parlé) vous en fait le "complice objectif".

      Je ne retire rien de mes propos sur "Riposte Laïque", que je considère de plus en plus comme une filialme spécialisée du MNR...

      Au boulot, les "moinsseurs "nationaux-laïcistes", wach auf ! Haut les cours, hardis les doigts sur vos petits claviers !

      gAZi bORAt


    • snoopy86 19 novembre 2008 17:11

      Gazi

      Votre ego et votre scepticisme selectif souffrent-ils à ce point de ce moinssage ?

      Je sens que sous peu vous allez nous expliquer que les moinsseurs sont des collabos en puissance...


    • Gilles Gilles 19 novembre 2008 17:49

      Effectivement Gazi, j’ai tout lu..... et au début je compatissais, scandalisié.

      Seulement il y pas mal de propos qui font tilt dans ce témoignage. Entre cette solidarité musulmane de, semble t-il, tous les riveraisn, ces ramadans de chaque année ponctuant le récit, les flics impuissants.... ça pue la propagande d’extrême droite surfanbt sur les clichés les plus classiques

      Bref, récit douteux, bien que je n’en soit pas à le renier. Juste douteux....


    • Gilles Gilles 19 novembre 2008 17:55

      Lire les commentaires de ce Mike

      http://www.agoravox.fr/auteur.php3?id_auteur=7640

      Islamo obsédé


    • armand armand 19 novembre 2008 18:05

      Il n’empêche que si ces faits sont avérés, c’est intolérable. Imaginerait-on, en Turquie, pays laïc à culture musulmane, les habitants d’un quartier ’chrétien’ terroriser des commerçants musulmans et les contraindre à se plier à leurs usages ?
      Alors la France, pays laïc de culture chrétienne, se doit de réagir contre ces zones de non-droit.

      Mais j’avoue un certain scepticisme - connaissant un groupe de gars qui se sont rendus plusieurs fois rue Jean-Pierre Timbaud à l’heuire de la prière dans la rue pour prendre des photos, ostensiblement, et qui ont fini, à force de scandale, par faire cesser ce phénomène, je ne doute pas que la libraire en question ne puisse trouver des "témoins", nombreux et aguerris, pour dissuader ses persécuteurs.


    • appoline appoline 19 novembre 2008 18:57

      @ Gazi
      Vous êtes vraiment lourd dans vos commentaires ; le premier était particulièrement déplacé. Si votre inspiration ne vous donne que ce genre de déchets, pitié, ne vous vengez pas sur agoravox.


    • Gazi BORAT 20 novembre 2008 07:07

      @ APPOLINE

      Le post auquel je répondais était, lui aussi particulièrement lourd.

      Il y autant d’outrances dans ce récit que dans une déposition d’Outreau. On y cite un viol - classé comme crime, dans la législation française - et nul ne s’étonne que, dans l’atmosphère répressive et le discours sécuritaire qui sévissent actuellement, Mr Sarkozy, si prompt à réagir habituellement, Mme Dati à lui emboiter le pas, ne soient venus au chevet de cette victime exemplaire ?

      De plus, la classe politique en son presqu’ensemble s’est déjà mobilisée par le passé, "comme en 14", pour des faits encore plus douteux que ceux ici évoqués (la mythomane du RER).

      Ce témoignage, correspond tellement, avec une construction parfaite, à ce qu’a envie d’entendre une certaine frange de l’opinion, que je ne peux qu’être sceptique...

      gAZi bORAt


    • Gazi BORAT 20 novembre 2008 07:53

      @SNOOPY86

      L’ego est tout de même le moteur principal de tout commentateur d’Agoravox et votre réflexion est tout à fait pertinente.

      Je note qu’une commentatrice est plus coutumière de ce type de réflexions sur le "moinssage" et que vous ne vous êtes jamais permis de la renvoyer à son ego. Ego que, pour ma part, je juge évidemment mille fois plus démesuré que le mien...

       gAZi bORAt


    • Gazi BORAT 20 novembre 2008 08:08

      @GILLES

      Sur cette affaire "Marie Neige Sardin", je viens de googler le nom, et je retrouve le témoignage sur tous les types de forums identitaires, "laïcistes", etc... y compris celui du MNR.

      Sur ce dernier, je lis avec stupeur que le nouveau webmaster s’appelle... "COPERNIC"

      En référence à la rue du même nom au célèbre attentat contre sa synagogue ?

      Mieux vaut éviter de cliquer sur ce type de site, on finit par devenir parano..

      gAZi bORAt


    • Je suis Fantomas 20 novembre 2008 09:44

      Gazy et gilles, vos propos, qui nient continuellement le probleme de l’inciviste et de l’intolerance des certains musulmans, me font penser de plus en plus à de la propagande integriste !!  smiley

      Si c’est le cas , dites vous bien que la france ne deviendra pas une "republique musulmane", il y aura la guerre civile bien avant et nous la gagnerons !  smiley


    • Gilles Gilles 20 novembre 2008 10:30

      Ah bon ? QUe nie t-on au juste ?

      Non, on est juste suffisament intelligent et alerte pour détecter les manipulations. C’est ça l’esprit critique tandis que toi tu hurles avec la meute en suivant le dominant

      Cet article est ou faux, ou au mieux en partie véridique puis largement exagéré pour rassembler tous les poncifs que tu souhaites lire sur l’islam. Et pas les plus fins.....

      Il s’adresse à ceux qui on le poil qui se hérisse à la seule mention du mot musulman

      Etant moi même laïc, anticlérical et volontier moqueur envers les religions révélées et les religieux, le site de Riposte Laique me donne des boutons....ils font une fixation sur les musulmans et insultent à tire larigot tout organisme défendeur de la liberté d’expression, contre le racisme, contre les discriminations....... que ce soit une émanation d’extrême droite ne m’étonnerait pas, car on y retrouve la même réthorique, noyée sous des articles soit disants bien pensants


    • hihoha 19 novembre 2008 11:02

      Le problème est en effet une bombe à retardement pour certains départements Français, il n’est pas inconcevable que ces régions constituées principalement d’étrangers finissent par demander une autonomie culturelle voir cultuelle, le pire est à venir.

      Le problème du Québec est bien différent, terre d’immigration depuis la colonisation et même avant... 
       Bien à vous.


      • Medkorp Medkorp 19 novembre 2008 13:36

        Salut !

        Peux etre que parquer des immigrés dans des getthos, ou ils ne recontrent que des personnes avec les memes problèmes n’aide pas à l’intégration !

        Vivre en voyant d’autre culture, d’autres personnes, vous aide à grandir et à ne pas vous enfermer dans une vision pleine de préjugé, un peu comme la votre...

        Pour finir, peux t’on savoir depuis quelle colonisation le Quebec est une terre d’accueil ? Et pourquoi et surtout comment meme avant ?


      • appoline appoline 19 novembre 2008 19:02

        Le Québec n’accueille pas tous les traîne-savates de la terre ; seuls les qualifiés y sont accepter. En France, nous allons droit dans le mur et nous ne voyons rien venir.


      • Gazi BORAT 20 novembre 2008 07:56

        @ Hihoha

        • il n’est pas inconcevable que ces régions constituées principalement d’étrangers finissent par demander une autonomie culturelle voir cultuelle,
        Avant celà, Californie, Nouveau Mexique, Colorado et Texas outre Atlantique seront redevenus mexicains !

        gAZi bORAt

      • Gazi BORAT 19 novembre 2008 12:47

        Une guerre civile me paraît inévitable, on est assis sur une poudrière

        Mr Rex, vous annoncez inlassablement la guerre civile, tout comme les Témoins de Jeovah la Fin du Monde..

        Nulle doute qu’elle arrivera bien un jour.. mais pas sous la forme du pogrome généralisé qui vous fait tant saliver !

        gAZi bORAt


      • Je suis Fantomas 19 novembre 2008 11:44

        Article debile !! smiley

        Ouais c’est tellement bien l’immigration musulmane !

        On en parle justement sur agoravox : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=47428


        • Je suis Fantomas 19 novembre 2008 14:07

          Salut chat !!

          Tiens, info rigolo que j’ai pu verifer chez mon voisin :
          L’islam est très present sur la chaine "tv perso freebox", le canal de free ou chacun peut mettre ces videos.

          On y trouve notamment bcp de prieres en videos, des initiations à l’islam et au coran, des emissions coraniques et meme certaines interviews plutot limites... de membres du FIS (front islamiste du salut !).

          Et tout cela spammé à mort. Nul doute que certains sont payés pour faire cela de leur journée.

          Sympa l’ambiance sur free. smiley


        • LE CHAT LE CHAT 19 novembre 2008 14:41

          @ SEB
          près de chez toi à Amiens
          http://www.juif.org/blogs/10539,grand-meeting-islamiste-a-amiens-samedi.php

          et à Lille si tu veux habiller décemment ta fatma ! smiley
          http://www.mejliss.com/showthread.php?p=3334031

          et il y a m^me une piscine halal à Lille
          http://www.atheisme.org/piscines.html



        • LE CHAT LE CHAT 19 novembre 2008 14:43

          @seb

          il y a même Patrick Bruel , vu qu’il chante" y’a bibi à Lille "


        • Gazi BORAT 19 novembre 2008 15:29

          @ SEB59

          Tout d’abord, un rectificatif :

          On dit "NAPALM".

          Ensuite, pourquoi Patrick Bruel vous provoque-t-il de telles pulsions ?

          gAZi bORAt


        • LE CHAT LE CHAT 19 novembre 2008 15:45

          @gazi

           c’est pas patrick Bruel , c’est les piscines halal ! smoke on the water ......... smiley


        • Je suis Fantomas 20 novembre 2008 09:53

          @gazi

          J’avais fait une erreur d’orthographe ?

          Désolé, je ne vois plus rien, la "moderation selective islamiste" est passée par là !


          • Bois-Guisbert 19 novembre 2008 18:36

            Il sort d’où ce guignol ? smiley

            Il se prépare à l’assaut de l’Elysée ?


          • hihoha 19 novembre 2008 14:45

            Fiat ,

            merci pour cette vidéo, à faire entendre dans toutes les écoles et pas simplement dans le 93.


            • Bois-Guisbert 19 novembre 2008 18:00
              Pas une calamité ?!?!?!?!
              On en reparlera le jour – très proche, s’il n’est déjà levé - où les tiers-mondiques qui affluent au Québec tourneront le dos à sa langue.
              Ce sera la mort de la Belle-Province en tant que Belle-Province. Et cela n’aurait rien d’une calamité ?
              Que croyez-vous, cher Monsieur, qui soit le plus gratifiant pour ces Subsahariens, ces Arabes et ces Hispaniques qui vous envahissent : s’accoutumer à ce qui leur apparaît comme un patois de péquenots – le français - ou adopter le sabir simpliste du clinquant voisin du sud ?

              • Annie 19 novembre 2008 19:45

                GaZi/Gilles, le premier témoignage est peut-être un vrai témoignage que beaucoup de médias ne reprendront pas, de peur d’être assimilés à des organes d’extrême droite. Si les faits sont vrais, ils méritent d’être exposés, que ce soit par des médias de droite ou de gauche ; cela me rappelle un peu Sartre qui ne voulait pas parler des camps en Russie parce que cela fournirait des munitions aux anticommunistes. Je choisis Camus à tous les coups. Si ce premier témoignage est réel, le fait qu’il ne soit repris que par quelques journaux politiquement très colorés ou par un site internet d’après vous tendancieux a tendance à le discréditer. Et cela équivaudrait à nier la réalité de ce qu’a vécu cette femme, si elle l’a vécue. Vous qui vous élevez et avec raison contre l’instrumentalisation des faits divers, le moment est venu de dire qu’il s’agit soit d’une affabulation, ou bien un scandale dont toute la presse devrait parler. Ou bien la réalité est plus compliquée que cela ; Mais l’ignorer parce que cela risque d’apporter de l’eau au moulin de vos détracteurs n’est pas une option.
                Je vais peut-être découvrir que je me suis faite avoir par naïveté ; mais je préfère encore faire confiance que me méfier de tout.
                 


                • Gazi BORAT 20 novembre 2008 07:13

                  @ ANNIE

                  Vous ne regardez jamais la télévision ?

                  Les medias raffolent de ce genre de faits divers. Si ils ne dérapent pas dans l’antisémitisme, nul n’assimilera ceux qui publieraient ce type de récits à des officines d’extrème droite.

                  La France est actuellement sociologiquement à droite. L’élection du président actuel, qui a bati toute sa carrière sur une attitude de matamore sécuritaire, en est la preuve..

                  gAZi bORAt


                • Je suis Fantomas 20 novembre 2008 09:57

                  Bien sur gazi !

                  Et tu connais bien la methode :

                  Un policier francais immobilise un voyou "franco-immigré" c’est le retour des fascistes ...

                  Une bande de racailles brulent des voitures, violent une femme ou attaquent un passant, c’est l’expression du désarroi de ces jeunes face au rejet de la société...


                • Gazi BORAT 20 novembre 2008 12:27

                  Ooohhh !!!

                  C’est le JT de quelle chaine que vous regardez tous les soirs ?

                  gAZi bORAt


                • daniel 19 novembre 2008 20:47

                  @ L’auteur
                  Votre titre est bien trouvé.
                  L’immigration est un bienfait pour qui ?
                  Elle est un bienfait pour tous ces dictateurs africains qui ont trouvé là le moyen de se débarrasser de leurs citoyens les plus remuants...
                  Elle est un bienfait pour tous ces négriers qui voient là un moyen de casser le tissu social et humain de toute une nation...
                  Elle est un bienfait pour ces fausses bonne âmes qui voient là un moyen de cracher sur le peuple français tout en faisant semblant de soutenir ce pauvres gens dont ils font souvent leurs larbins les plus serviles...
                  Elle est un bienfait pour ces nouveaux bourgeois qui veulent remplacer les "sabre et le goupillon" par le "cimeterre et l’islam".
                  ...
                  L’immigration est elle une calamité en soi ?
                  Certainement non.
                  Le probléme ce ne sont pas les immigrés, c’est nous.
                  Si nous laissons l’immigration devenir une veritable souffrance aussi bien bien pour les nouveaux venus que pour les "sous-chiens" c’est que nous sommes devenus véritablement autistes....Nous laissons un marché du travail laisser 5 millions de personnes sur le pavé et des crétins viennent nous expliquer (tel Royal ou Hamon ) qu’il faut faire entrer 70 millions d’immigrés en Europe et en France pour régler le probléme des retraites...
                  C’est devenu tellement absurde qu’il est des simplons pour s’étonner avec cet air stupide qu’on prête aux vaches , qu’il y a plus de chômeurs immigrés que sous-chiens...
                  Le probléme n’est pas qu’il y ait des chômeurs immigrés, mais qu’il y en ait des "sous chiens" puisque soi-disant les immigrés prennent les emplois dont (parait il) personne veut, ou que les sous chiens sont trop cons pour occuper.
                  Quant à l’identité , les politiques d’aujourd’hui, ne consistent pas à en fabriquer une commune, mais à liquider celle qui était la nôtre (aussi tocarde soit elle , elle n’en est pas moins notre moteur social...) pour laisser la place à des identités étrangéres survalorisées ou largement mythifiées (pour ne pas dire plus) ...Pourquoi pas ? Mais où est le débat ? La moindre esquisse de critique engendre des accusations de nazisme et de racisme...



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès