Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > L’Individu-éthisme : une solution à la résignation ambiante

L’Individu-éthisme : une solution à la résignation ambiante

L’individualisme est une réalité. Le développement durable dans son sens large en est une autre. Propositions pour les concilier.

Des partis politiques "verts" au bloggeurs fous de citoyenneté, en passant par les ONG ou assos et organismes publics ou non, les mises en garde et suggestions environnementales, sociales ou tiers-mondistes font partie de notre quotidien, et c’est un bien. Si on fait le compte de toutes ces belles énergies, il s’avère malheureusement que ce nombre de personnes "conscientes et concernées" ne dépasse pas 10% d’entre nous, si tout va bien. Nous vivons aujourd’hui une vraie crise de motivation. La résignation règne en maître et peut être aisément représentée par le Roi Aquoibon Ier qui réduit ses pauvres âmes solitaires (nous) à l’inaction face aux défis du 21e siècle. La bonne nouvelle, il y en a toujours une, c’est que si nous sommes résignés, cela signifie par essence qu’il existe bel et bien une vraie envie de changement.

Plusieurs éléments sont responsables de cette résignation. Ils sont autant de solutions :

  • Morosité médiatique qui participe à l’impression que nous sommes entourés d’indifférents, de voleurs, d’égoïstes, et j’en passe.
  • Notre éducation méfiante. L’adage " L’homme est un loup pour l’homme" inculqué par nos parents issus de la période matérialiste, où le bonheur se mesurait aux signes distinctifs de richesse.
  • L’ostracisme ambiant des "bien pensants" reléguant les autres aux rangs de mécréants. Les bouffeurs de Mac Do, buveurs de Coca, actionnaires petits ou grands, automobilistes, sont autant d’ennemis. Mai 68 a déclenché de très belles choses, mais a scindé aussi la société en deux catégories, les bourgeois pansus et les autres. Ce qui est comique, c’est que ceux qui étaient sur les barricades sont passés de l’autre côté, mais ont laissé une espèce de traînée sur laquelle surfent toutes les générations au passage de leurs vingt ans et ainsi de suite.
  • Le monopole de pensées dont se sont targués les différents courants politiques ou philosophiques. C’est une conséquence de l’ostracisme : les visions environnementales aux écolos, sociales aux socialos, capitalistes aux fachos...
  • L’estime de soi qui fait tant défaut pour se sentir appartenir à la société dans laquelle on vit. Pour beaucoup de raisons personnelles, la peur, et la pudeur, sont des causes d’inertie.
  • Et enfin notre culture chrétienne altruiste qui est la cause de deux phénomènes qui participent à notre résignation :
    1. Le sens du sacrifice, du partage, de la solidarité s’oppose à notre individualisme.
    2. Découragement. N’est pas l’Abbé Pierre qui veut !

Je passerai rapidement sur le problème de la presse qui nous enferme dans la mauvaise nouvelle, négatiogène. les journalistes souffrent aussi du syndrôme de la résignation. Pour ce qui est de s’inscrire dans la vie sociale de façon citoyenne et éthique, je propose une solution :

"L’INDIVIDU-ETHISME"

  • Le développement durable dans son sens large est une nécessité...
  • L’individualisme est une réalité.
  • L’attitude éthique et bienveillante participe au bien-être personnel.

C’est nouveau, c’est une piste de réflexion à mettre sur la place publique, dont l’objectif est, je le rappelle, de combattre avec efficacité le Roi Aquoibon Ier. Ce pourrait être L’arme de Motivation Massive. Car il est nécessaire d’emmener le plus grand nombre possible de citoyens dans cette dynamique.

Pour conclure, sans provocation aucune, je propose un exemple clarificateur :

  • La privatisation de GDF a mobilisé 3 250 000 petits porteurs en 2 semaines de communication.
  • Le "Défi pour la Terre" de Nicolas Hulot, qui ne manque pas de leviers médiatiques, a recueilli à peine 260 000 signatures en 4 mois.

Les premiers ne peuvent pas être tous pré-jugés non bienveillants, ils sont trop nombreux, et Nicolas Hulot défend une trop belle cause. A méditer.

Toutes ces réflexions peuvent être trouvées sur www.smily.be, sur lequel il y a un sondage "Vous sentez-vous vecteur de changement ?".


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • julialix (---.---.119.30) 6 novembre 2005 12:12

    Cette semaine je suis allée voir le film sur l’affaire Ben Barka. Le co réalisateur marocain était là pour un débat. J’ai appris qu’il y a dans ce pays 50 % d’analphabétisme et 68 % pour les filles. Et seulement 4 ans d’école obligatoire.

    Quand à l’avant première officielle du film au Maroc, elle a été annulée la veille et remplacée in extémis par une projection organisée par l’association des droits de l’homme marocaine.

    Ici, en France c’est un pays « relativement beaucoup démocratique » où il existe une petite proportion d’analphabète ; ce qui veut dire que la grande majorité à les moyens linguistiques de s’exprimer et peut le faire à l’aide des courriers de lecteur, des émissions de radio, des associations, en écrivant aux députés ou aux maires, en s’inscrivant dans des associations etc..............

    Ne pas le faire un minimum, dans un pays où la majorité des gens travaillent 35 heures, est plutôt signe d’égoïsme ou d’indifférence coupable, à moins que le phagocytage de la télévison nous ai ramenés à l’état de légume.

    Donc, c’est un devoir civique (et gaulois) de protester quand les choses ne vont pas. Quand nos élus ne nous écoutent pas, promettent mais ne font rien, votent mais ne font pas les décrets d’applications, font les décrets d’applications mais ne donnent pas les moyens humains ou financiers de les appliquer, ou pire détournent notre argent, utilisent moults passes droits, avantages en nature ou savoirs d’initiés.

    Nous avons tous un petit peu de temps à donner aux autres, un petit peu de savoir spécifique à faire partager aux autres, un petit peu de conscience civique pour dénoncer les folies dangereuses de certains irresponsables(

    les gamins de 14-15 ans qui voulaient incendier un camion,cette nuit ; les propos incendiaires donc irresponsables de certains responsables politiques ; le numéro à 3 chiffres de la surface habitable de nos élus alors qu’un autre ministre voulait faire passer la suface habitable minimum de 9 à 7 m2 etc.......j’en passe et des meilleurs)

    La démocratie est un DROIT et pour en avoir un USAGE le plus large possible, nous avons le DEVOIR en tant que CITOYEN d’en défricher tous les chemins.

    Nous sommes les artisans de notre propre morosité. Si la vie vous déprime, supprimez les ingrédients nocifs (moins de journal de 20 heure ou même moins de télé) et donnez un peu de temps à ceux qui ont moins que vous. Vous verrez c’est plus gratifiant.

    Le soleil à ma fenêtre et 30 minutes pour m’exprimer !!!! je crois que j’ai bien commencé ma journée et je vais reboire un petit thé à la santé de ceux qui me liront.


    • Sylvio (---.---.19.252) 6 novembre 2005 23:11

      Tout à fait d’accord avec l’article et le 1er commentaire. Quelle société morose dans laquelle nous vivons en ce moment...

      Mais il ne faut pas baisser les bras et se bouger pour éveiller les masses et ne pas les laisser tomber dans la peur, le replis sur soi et la fatalité (qui entraine communautarisme/extremisme/fondamentalisme, etc).

      Le roi aquoibon 1er, je le connais bien, autour de moi (milieu étudiant et post-étudiant) j’entend « tu ne vas pas changer le monde », « je ne veux pas entendre parler de ça », « tu es un rebel de la société, un alter-mondialiste ? », « la société est ainsi-faite », etc... Heureusement, il y’a quand même des gens qui se préoccupe de tout ça.

      Je crois et j’espère :
      - en l’effet papillon : une petite idée, un discours, un message peut donner naissance à une réflexion partagée puis à un mouvement plus général, etc.
      - au bouche à oreille : Il faut s’informer et faire passer de bouche à oreille les informations, idées, faits autre que celle des médias, des politiques et du monde marketing.
      - à la citoyenneté par internet (agoravox par ex.) : qui permet d’avoir un média « alternatif », des actualités moins « spectacle » et plus analysé, de nouvelles reflexions qui sont indépendantes, non censurées.

      Gardons espoir, changeons cette démocratie, cette société qui s’empètre dans les traffic d’intérêt, d’influences, dans ces luttes politiques politiciennes, dans sa passion maladive pour l’argent...


      • Jean-Phi Jean-Phi 7 novembre 2005 21:42

        Bien sûr, l’effet papillon. C’est la théorie du Chaos Romantique. J’aime bien aussi l’image de la Boule à Facette, en-dessous de laquelle on se met avec de chouettes idées, une bonne énergie et qui se propagent en autant de facettes.

        Quand aura t’on atteint la Masse Critique ? Pas si loin je pense...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès