Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Les apparatchiks du tourisme à Mayotte / Retour sur infos

Les apparatchiks du tourisme à Mayotte / Retour sur infos

Des irresponsables oublieux de l’état d’urgence et incitant des personnes à se mettre en danger osent mettre en avant un salon du tourisme et des loisirs servant avant tout leurs intérêts.

Ils se gargarisent, soit dit entre nous, du succès de l’opération alors que le tourisme n’alimente sur l’île qu’une nomenklatura de planqués politiques, leurs familles et leurs affidés !

Pour ceux qui n‘ont pas oublié ce que l‘agression de ce croisiériste senior allemand (février 2013 / col du fémur fracturé) avait de choquant, j’avais déjà souligné combien il était indécent de faire la promo de Mayotte en Allemagne.

http://www.quotidiendutourisme.com/site/destination-un-touriste-allemand-agresse-a-mayotte-70947.html

Pour ceux qui souhaitent la paix entre les hommes et la sérénité indispensable à la découverte d’une île et de ses habitants, j’avais déjà souligné le mépris de ces organes opportunistes qui ne veulent pas voir la saleté chronique de Mayotte !

Que ne se salissent-ils pas les mains à ramasser les déchets avant d’inviter les touristes à venir ? « La charrue avant le zébu », ils connaissent ?

Que ne tempèrent-ils pas leurs incitations coupables, à l’exemple du préfet ? 

« Le préfet Frédéric Veau déclinait ainsi brièvement les premières avancées du Plan Sécurité, et se posait en conseiller touristique : "Pratiquez les randonnées en groupe, ne portez pas d’objets de valeur, d’originaux de titres officiels et en cas de mauvaise rencontre, ne résistez-pas." » (1)

Ou en écoutant un haut fonctionnaire de l’Éducation :

« Stéphane Planchand, Directeur de cabinet du Vice-rectorat : "Vous serez aussi confrontés aux barrages ou aux blocages de route". Stéphane Planchand concluait ce tableau peu engageant, mais réaliste, par des recommandations anti agression : "Ne laissez pas votre porte ouverte et ne téléphonez pas dans la rue." » (1)

En proie aux extrémismes, notre pays doit se défendre aussi contre ces prêcheurs de bonnes paroles pourtant responsables sinon appointés par la République, à commencer par le premier ministre prétextant qu’il faut s’habituer et ceux qui veulent taire absolument la gravité de la situation. Comment peut-on d’un côté prolonger l’état d’urgence et de l’autre faire comme si, soi-disant pour ne pas alimenter la psychose ?

(1) http://mayotte.orange.fr/actu/mayotte/seminaire-d-accueil-des-nouveaux.html


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Alren Alren 6 septembre 13:57

    Comment ça, il y a des barrages routiers, avec extorsion de péage je suppose, à Mayotte ?
    L’auteur peut-il nous donner des précisions, à nous les métropolitains ?


    • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 6 septembre 18:07

      @Alren
      bonjour. Les gouvernants n’étant sensibles qu’à l’épreuve de force, ici, pour se faire entendre, ils barrent les routes. Les délinquants (et c’est étrange comme une période trouble les fait sortir de partout) mettent la situation à profit pour monter un barrage parallèle avec « péage » obligé. Aujourd’hui nous en sommes aux « coupeurs de routes » qui montent carrément une souricière (impossible de faire demi-tour) et dépouillent la file de voitures non sans violence.
      La période est calme en ce moment mais tout peut basculer très très vite (grève et blocage au Conseil départemental, cambriolages et vandalisme à Acoua, aux infos).
       Les 80 % en dessous du seuil de pauvreté, la population étrangère majoritaire et pour une bonne part illégale, la vie chère alors que les importateurs se gavent, l’impéritie des politiques « bien français » en ce domaine, y sont pour beaucoup.   


    • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 7 septembre 06:11

      @Alren
      Aux infos ce matin : reprise de la grève des enseignants (ancienneté générale de service avant le statut départemental non prise en compte pour la retraite). rien n’a avancé depuis avril-mai (engagement éludé de la part du gvnmt... qui doit examiner sérieusement mais ne donne pas de délai).
      « Nous ne croyons pas aux bonnes paroles du prêtre directeur de cabinet... /... on se fait tellement bananer : ils nous ont dit pareil le 29 sept 2015 pour nous redire la même chose en juin... on reconnaît encore une fois le « bananement » ! »
      La grève restera-t-elle tranquille sans tomber dans le principe des barrages qui ont mis à mal Mayotte en mai dernier, demande le journaliste (Kwezi ? 
      « Les promesses n’engagent que ceux qui les croient... » conclut le syndicaliste (Rivo).  


    • Rincevent Rincevent 6 septembre 15:23

      Mon beauf’ part à Mayotte aujourd’hui, pour voir des copains à lui. J’aurai, peut-être, des nouvelles fraiches de ce qui s’y passe.


      • zygzornifle zygzornifle 6 septembre 16:52

        « Pratiquez les randonnées en groupe, ne portez pas d’objets de valeur, d’originaux de titres officiels et en cas de mauvaise rencontre, ne résistez-pas. » »


        Déjà on le pratique en France si par malheur on est obligé de traverser certains quartiers ( a Niça la Bella capitale de la cote d’azur et de la burqa il y en a 3)

        • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 6 septembre 19:43

          @zygzornifle
          Et Estrosi, et Luca... et Ciotti alors ???


        • zygzornifle zygzornifle 7 septembre 10:36

          @Jean-François Dedieu


          Et Estrosi, et Luca... et Ciotti alors ???


           ils comptent leur pognon et préparent la campagne de leur divinité Sarkozy-Bismuth.....

        • Wilemo Wilemo 7 septembre 13:51

          Merci pour ce petit retour de la situation mahoraise.

          Je pense aller dans votre sens en racontant brièvement mes 2 ans de « service militaire adapté » (c’est un engagement court) dans ce qui était encore une collectivité territoriale, devenue depuis département.
          Pour rappel, et de mémoire, les mahorais ont voté massivement l’adhésion à la France en 1976. Ils voulaient être français.
          Je suis arrivé de métropole en 2001. Mon salaire métropolitain était d’env. 7000 francs ( le smic), mais les diverses primes m’ont fait touché plus du double par mois. Parallèlement, il existait un smic local qui était d’environ la moitié du smic de métropole. Ca ne semblait choquer personne... en tout cas pas les métro ou les réunionnais, qui possédaient la plupart des entreprises, et monopolisaient les services territoriaux. Les métro. vivaient plutôt entre eux, qu’ils soient militaires, enseignants ou travaillant à la préfecture, fréquentaient les memes bars (les mahorais sont musulmans... ca aide !, s’autorisaient le supermarché flambant neuf pour acheter des produits métropolitains hors de prix).
          Et la substance des échanges de ces soirées d’entre-sois - dans des quartiers presque réservés (loyers élevés, donc ça trie pas mal), possédés par des metro. mais sécurisés et entretenus par des autochtones - c’était que le local n’était pas assez compétent, fainéant... et tous les poncifs raciaux du bon évangélisateur, appliqués tant au mahorais qu’à l’anjouannais, tandis que le mahorais tendait à se disculper en rejetant la faute sur l’anjouannais illégal. Le fameux « diviser la communauté d’humains pour mieux régner ».
          A l’époque, on blâmait ces pauvres hères qui ne comprenaient pas notre apport culturel, et qui devenaient de plus en plus anti-blancs...
          Pendant 2 ans, j’ai vécu dans une région colonisée, en tant que colonisateur, non par la formation que j’apportais, mais par les différenciations salariales et l’entre-soi permanent, et lorsque je suis rentré, les amis et collègues niaient ce truc comme un inconscient collectif qu’on ne souhaite absolument pas voir. J’en ai été malade, et je redoutais déjà ces jours où les plus jeunes trouveraient des motifs d’exclusions à leur portée. Tous les jours, mes stagiaires de 18 ans avec qui je parlais me disaient : « les français, vous êtes racistes ! »... et c’était vrai. 
          Qu’est devenue aujourd’hui Mayotte, quel est le taux de salaire horaire, qui possede les intérets économiques, quelles sont les possibilités réelles des mahorais de « s’émanciper » socialement, etc..., je ne sais pas, mais si la tendance s’est poursuivie comme je l’ai vécu, je peux comprendre ce qui se joue.

          • Wilemo Wilemo 7 septembre 14:16

            @Wilemo
            A vous relire, je ne suis plus sûr que j’abonde dans votre sens smiley . Vous semblez blâmer l’inconséquence des pouvoirs publics à promouvoir une île insécure, tandis que je blâme les pouvoirs publics (de l’époque) de l’inconséquence d’une discrimination structurelle (salaires) et psychologique (l’entre-soi et les propos discriminatoires quotidiens) d’un territoire à la base désireux et fier d’être intégralement français, ce qui, de mon point de vue, a entraîné cette île dans une insécurité prévisible de longue date. 


          • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 7 septembre 15:58

            @Wilemo
            Non, je crois seulement que nous abordons de façon critique la terrible contradiction de l’universalisme français : des idéaux, de la vertu et malheureusement dans les faits, la négation complète et flagrante des principes de liberté, d’égalité, de fraternité !
            Sans parler de l’assimilationnisme jacobin de toujours qui va avec, c’est de l’inégalité de traitement entre les hommes dont il est question, à Mayotte plus qu’ailleurs...
            Certes, les Blancs sont en cause, pour le dire aussi crûment que vous mais ce serait oublier, dans le désordre, les Karans, les Créoles d’aujourd’hui, les grandes familles mahoraises qui trustent les bonnes places, les politiques de l’alternance historique, bien français pour ce qui est de profiter des avantages qu’ils se votent , et aussi une classe moyenne émergente gagnée au consumérisme libéral.
            Comment s’étonner alors d’entendre dire qu’on va vers l’égalité des droits en 2036 version umpiste ou 2025 version socio-traîtres ?
            Plutôt que d’avoir honte de traiter ainsi une petite population de 200 000 habitants à peine, la FRANCE, par passivité, les fait couler, submergés qu’ils sont par une immigration de 300 000 clandestins ! 
            Et plutôt que d’avoir mauvaise conscience, sûr que certains se félicitent en secret de la catastrophe à venir... parce qu’ils ne sont que « nos derniers petits Noirs d’Afrique », d’une sinon plusieurs cultures différentes, et musulmans qui plus est ! 
            Merci pour votre participation.


          • Wilemo Wilemo 7 septembre 19:33

            @Jean-François Dedieu
            Merci de votre réponse. Oui, j’ai abrégé mon propos en amalgamant quasiment pouvoir et blancs, j’en suis conscient, et je m’attendais un peu à ce retour smiley

            Mais outre que je n’ai pas bossé le sujet en profondeur (mon propos était un simple témoignage pour expliquer peut être l’insécurité), mes contacts hors boulot étaient essentiellement des métropolitains, et les propos paternalistes et corporatistes de certains d’entre eux m’agaçaient profondément. J’ai eu la faiblesse de croire que les enseignants seraient plus sages que les militaires... j’ai constaté une certaine concordance de vue entre les uns et les autres, dans un ensemble ethnique peu perméable (mais pas totalement clos, non plus). Des généralités donc, mais qui n’excluent pas les individualités.

          • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 7 septembre 19:55

            @Wilemo
            Ne vous flagellez pas ! Votre réflexion me semble plus qu’intéressante pour une expérience de deux ans à Mayotte... Sinon, moi aussi il m’a fallu venir dans l’île pour comprendre qu’une bonne part des enseignants... ne relevaient pas le niveau... Retenons plutôt ce « colonisateur » qu’une chanson d’Ongojou honore parce qu’il leur permit, jadis, d’avoir de l’eau à proximité.  


          • Odin Odin 7 septembre 16:07

            « Les 80 % en dessous du seuil de pauvreté, la population étrangère majoritaire et pour une bonne part illégale, la vie chère alors que les importateurs se gavent, l’impéritie des politiques « bien français » en ce domaine, y sont pour beaucoup. » 

             

            Quelques chiffres sur ce département, qui est la plus grosse maternité de France et où le droit du sol est une bénédiction pour ses voisins. 

            Mayotte compte 50 000 à 60 000 clandestins pour 186 452 habitants officiellement recensés

            La majorité des immigrants viendraient d’Anjouan et plus récemment de Grande Comore. La maternité de Mamoudzou est la plus grosse maternité de France avec 7 000 naissances annuelles. 65 à 75 % de ces naissances seraient en fait issues de l’immigration clandestine.

            https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mographie_de_Mayotte


            • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 7 septembre 16:25

              @Odin
              merci Odin pour ces précisions.
              l’État français a mis longtemps pour ne plus nier que les étrangers étaient les plus nombreux à Mayotte. Et petit à petit, ils sera bien obligé de reconnaître que le chiffre est très sous-évalué.

              Les journalistes ont eu la bonne idée de considérer la consommation de riz qui ferait de l’habitant de Mayotte le recordman mondial reléguant son suivant à seulement la moitié de son énorme ventrée !

              Pour abonder au chapitre de l’impéritie des politiques : depuis l’indépendance des Comores, pas une école n’a été construite et nous continuons de donner « la pièce » aux dirigeants corrompus (un taux de BMW incroyable dans ces îles !)... Comme nous continuons à construire pour eux à Mayotte alors que les 60 millions que coûtaient l’immigration clandestine permettraient de construire combien d’établissements tans scolaires qu’hospitaliers... on dit que les Chinois, eux, ont construit à l’époque le Palais du Peuple à Moroni avec leurs ouvriers, leurs matériaux et surtout pas en en confiant la maîtrise d’œuvre aux sultans locaux !


            • zygzornifle zygzornifle 7 septembre 17:18

              @Jean-François Dedieu


               consommation de riz de cannabis d’alcool et autres .....

            • zygzornifle zygzornifle 7 septembre 17:17

              Mayotte c’est l’avenir de ce que sera Marseille Toulon Calais dans peu de temps .....


              • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 7 septembre 18:10

                @zygzornifle
                Marseille est depuis longtemps la première ville comorienne au monde ! mais cela m’obligerait à parler des bi-nationaux... encore l’expression de l’excellence gouvernementale des dernières cinquante années !


              • thierry3468 8 septembre 17:16

                Mayotte est un échec retentissant pour nos élites qui ne voient l’intérêt de cette ile qu’en période électorale.Mayotte est loin,Mayotte est muette...Pour le tourisme,il ne faut pas rêver car les infrastructures sont médiocres et surtout chères .L’insécurité grandit ,les Mahorais quittent l’ile en grand nombre .Les Comoriens sont de plus en plus nombreux et prennent conscience de leur importance face à des individus qui les exploitent depuis des lustres.Il est étonnant que certains s’étonnent face à ces explosions de violence qui trouvent leur origine dans la misère et l’exploitation des Comoriens.Mayotte est une ile magnifique mais elle s’est transformée en poudrière car les politiques n’ont jamais œuvré pour le bien des populations .Ils n’ont cherché qu’à protéger leurs intérêts en sacrifiant les habitants de Mayotte qui sont noirs et musulmans....


                • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 8 septembre 18:31

                  @thierry3468

                  Vrai que les Comoriens sont exploités, depuis des lustres, vous le précisez justement mais l’exploitation dans l’autre sens, l’esclavagisme historique aux dépens de Mayotte, l’accaparement des bonnes terres avec la complicité avérée du colonisateur ne doivent pas être occultés.

                  Vrai que les Comoriens seraient moins nombreux à entrer si Mayotte n’était pas un sas étanche les empêchant de rejoindre la Réunion et la métropole.
                  Monsieur le préfet qui disait récemment « ce sont des enfants » pour fustiger ceux qui veulent inscrire en priorité « leurs enfants français », les bloque pareillement après le bac !

                  Sinon, votre analyse est pertinente et si notre confetti d’île focalise, au niveau national, nos « élites »sont malheureusement stériles et disqualifiées... La majorité malheureusement silencieuse et passive, plus que coupable de subir et de laisser faire tandis que les privilégiés de la politique, des corps de l’État se serrent les coudes pour faire front aux attaques et avant tout continuer à se payer sur la bête !
                  François II le Piteux n’a-t-il pas le toupet de vouloir remettre ça ? La HONTE !


                • Adrim (---.---.3.69) 8 septembre 20:51

                  Article de Cansel Nourdine Bacar :

                  Suite à la grève générale, les violences ont continué notamment entre Mahorais et migrants venus des Comores. Comment analysez-vous cette situation ?

                  En fait, nos autorités laissent Mayotte accueillir la misère des îles voisines et, maintenant que les Mahorais réagissent parce qu’ils n’en peuvent plus de cette vague de migrants, certains franco-comoriens véhiculent partout dans les forums, interviews et conférences débats qu’ils sont racistes. Aujourd’hui, les Mahorais sont traités de xénophobes dans des médias nationaux alors que, tout au long de leur histoire, ils ont accueilli des gens par solidarité naturelle et musulmane tant qu’ils pouvaient. C’est injuste ! Est-ce que les habitants de Calais qui souffrent de la présence de la « Jungle » vont être qualifiés de « racistes »  ? Tous les Comoriens, Malgaches, Africains qui sont à Mayotte en situation régulière ne doivent pas être mis dans le même sac que ceux qui ne le sont pas. Et pour ces derniers que les mesures du droit français soient prises car ce petit territoire montre ses limites. Aujourd’hui, nous craignons que la situation à Mayotte soit mal interprétée. Surtout lorsque ces qualificatifs de xénophobes sont utilisés par des sites d’extrême-droite dans l’Hexagone, ce qui tend à diviser les Français entre eux. Il faut le savoir.

                   

                  Lien : http://www.letelegramme.fr/france/mayotte-les-mahorais-veulent-que-leur-situation-s-ameliore-05-08-2016-11171202.php


                  • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 9 septembre 04:18

                    @Adrim

                    "... Surtout lorsque ces qualificatifs de xénophobes sont utilisés par des sites d’extrême-droite..."
                    Elle est forte celle-là !

                    Merci Adrim pour ce point de vue complémentaire qui doit nous ramener aussi à la perception de l’immigration en métropole et en Europe... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès