Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Les Indignés de Bruxelles : qui sont-ils ?

Les Indignés de Bruxelles : qui sont-ils ?

Visite du campement bruxellois des Indignés - Procès-verbal d'intérêt général

Hier, j'ai décidé de faire un arrêt du côté du carré de Moscou à Saint-Gilles dans l’idée de rencontrer des membres de ce mouvement dit des Indignés. Comme la plupart d'entre vous j'imagine, je me suis posé pas mal de questions sur cet étrange phénomène. Qui sont ces gens ? Pourquoi se sont-ils délibérément installés sur une place au beau milieu de la capitale de l'Europe ? Que veulent-ils ? Quelles sont leurs intentions ? Quels sont les intérêts qu'ils défendent ? Est-ce un groupe, une organisation de militants ? Quelles sont leurs revendications ?

Arrivé sur les lieux, j'ai d'abord constaté que l’endroit avait des airs de festival d'été, avec ses chapiteaux et ses stands. Mais au fur et à mesure que je me rapprochais du coeur de la place, je ressentais le genre d'impression de découverte et d'étonnement que l'on peut avoir lorsque l'on pose le premier pas dans un univers nouveau. La place était littéralement occupée, mais pas seulement. Une société parallèle semblait s'y être formé au sein même de la cité. Des tentes, des tables, des chaises, des fauteuils, des matelas, des échoppes, un potager. Une cuisine au centre, avec une pancarte indiquant que le prix de la nourriture est celui que décidera de lui accorder l'acheteur. Des activités ludiques, des ateliers divers, des jeunes femmes sur des échasses, une bibliothèque à ciel ouvert, des groupes de citoyens formés un peu partout sur la place, qui échangent activement, dans une ambiance cordiale, décontractée mais sérieuse. Des notes se prennent, des coordonnées s'échangent, des solutions s'inventent. C'est le royaume de la débrouille, une espèce de laboratoire où les chercheurs ne sont autres que les citoyens qui s'y retrouvent, se rencontrent, s'écoutent et se parlent. Inutile de préciser que j'ai vite compris qu'il y planait autre chose qu'une simple brise de printemps. 

Sous le plus grand des chapiteaux se tenait une assemblée composée d'une cinquantaine de personnes de tout âge, de toutes origines, des chômeurs, des enfants avec leurs parents, des étudiants, des employés, des ouvriers, des fonctionnaires, des retraités, des gens du voisinage. Du bobo à l'altermondialiste, tous semblaient être intéressés par ce qui se déroulait. Symboliquement, ils se passaient la parole en faisant circuler un bout de bois, en guise de micro. Au choix, chacun avait l'opportunité de s'exprimer, de faire part des raisons de ses indignations et de ses réflexions. Des valves avaient été installées et le procès-verbal de la précédente Assemblée Générale y avait été affiché. La tendance m'a semblé être à la création de structures spécifiques aux divers domaines qu'ils souhaitent couvrir. Ces dernières se matérialisent sous la forme de commissions. A ce jour, ont commencés à être formés des cellules de communication, un site web ainsi qu'une logistique opérationnelle et sanitaire appréciable. Par ailleurs, les décisions prises par les activistes sont actées et les potentiels de coordinations nationales et internationales sont envisagés et commentés.

J'en profite donc pour rassurer la bourgmestre de la commune, qui d'après certaines sources serait inquiète quant aux conséquences d'un tel rassemblement et je tiens à lui adresser les salutations les plus pacifiques que les débats auxquels j'ai assisté m'obligent à relayer. Une multitude de messages et de banderoles ont d'ailleurs été accrochés partout sur la place. Ils invitent à l'éveil des consciences et à la mobilisation citoyenne. A noter que plusieurs d'entre elles sont en espagnol ou en anglais. 
 
J'avoue que plongé dans ce microcosme bouillant d'énergie positive, j'étais quelque peu intrigué. Faut dire que ce genre d'espace de partage spontané n'est pas courant. Personnellement, je n'ai jamais vu ça de ma vie en Belgique. Ces gens - venus de partout, partout en Europe et ailleurs dans le monde - qui délibérément se réunissent sur des places, les occupent jour et nuit et y réorganisent une vie sociale, embryonnaire certes mais effective. C'est absolument remarquable. Ce que je veux exprimer c'est que le fait même que ces gens agissent de la sorte - s'inscrivant dans une démarche constamment en mouvement vu que telle est sa raison d'être - est une révolution en soi. Ce sont avant tous les mentalités et les modes de vie en société qui sont ici repensés.
 
J'insiste cependant sur le fait qu'il faut raison garder et éviter de se laisser happer par je ne sais quelle tentation passionnée. Selon moi, dans l'état actuel, le mouvement naissant dont je témoigne n'est qu'un vecteur de prise de conscience pour les citoyens qui s'y identifient et y contribuent. Néanmoins, leurs intentions et leurs actions n'en sont pas moins profondes et sincères. Ce que ces gens ressentent, l'énergie qu'ils investissent, leurs idées, leur créativité et leurs rêves d'équité sont tout sauf anodins et peu en parle, voire pas du tout. Les quelques journalistes qui ont daigné faire référence à ces mouvements jaillissants sous la bannière d'une démocratie réelle un peu partout dans le monde, oublient ou taisent l'essentiel. Au-delà de la finalité, du potentiel d'expansion et de réalisation de ces mouvements, le fait que ces gens en arrivent à descendre dans les rues et les places et à les occuper pour pouvoir exister et avoir la possibilité de s'exprimer et de se faire entendre, est une illustration grandeur nature du constat d'échec permanent de nos sociétés actuelles. Et vouloir présenter cette réalité comme une simple grogne de chômeurs ou de jeunes en situation de précarité est d'autant plus réducteur et intellectuellement malhonnête. 
 
D'un point de vue factuel, les systèmes économiques, politiques et institutionnels ne répondent plus aux attentes des populations et ont, je le répète, prouvé leurs incompétences. La confiance dans la classe politique en place est à son plus bas niveau et ce qui rend ce phénomène citoyen d'autant plus important selon moi, c'est paradoxalement sa mondialisation. Ces citoyens qui se mobilisent sont tout sauf des illuminés. Ils ont toute leur raison et leurs raisons et ils tendent à porter la voix de Monsieur Tout Le Monde. Et ce qui me touche profondément, c'est l'idée qu'ils le fassent vraiment dans l'intérêt de Monsieur Tout Le Monde. D'après les discussions que j'ai pu avoir avec certains activistes, l'unique prétention qui les anime à ce stade est de créer et de développer cet espace de dialogue, d'expression et de débat. Toutes les pensées, toutes les tendances de la population sont amenées à y être représentées. En un mot, c'est un mouvement qui s'ouvre à tous et qui constitue une possibilité pour tout un chacun de prendre part aux activités ou de prendre l'initiative d'en élaborer. C'est une plate-forme de libre choix et de libre pensée, ce que les institutions aux commandes sont manifestement incapables de proposer.
 
Vous serez sans doute tous d'accord avec ce constat : tous les indicateurs sont au rouge. Signal que nous sommes arrivés à une étape charnière dans l'évolution du déséquilibre mondial. Les fossés dont nous avons criblé notre espace de vie sont devenus tellement grands que l'émergence de mouvements citoyens deviendra de plus en plus difficile à contenir. Je pense donc que comme toute manipulation, l'aliénation et l'injustice démontreront leurs limites elles aussi, ce qui m'oblige à saluer tous les hommes et toutes les femmes qui ont décidé que leur destin était entre leurs mains, que le monde peut être autre chose qu'un espace de concurrences féroces et immorales et qu'en face des politiques et de la finance privée il y des êtres humains qui ont en commun les mêmes volontés de pacification de la planète. Nul doute que les efforts soient à fournir sur les plans du fond et du long terme, mais le défi en vaut la chandelle. Je souhaite de ce fait aux indignés d'ici et d'ailleurs d'avoir la force de garder l'espoir que je partage avec eux de reconquérir notre souveraineté populaire. Gardons à l'esprit que chacun de nous est une énergie potentielle et chaque particule d'énergie positive, d'intelligence, d'expertise et de force de travail que nous pourrons canaliser seront bénéfiques.
 
Je tiens également à souligner que bien que la naissance du mouvement des Indignés bruxellois soit survenue dans la foulée de ses voisines européennes, sa particularité me semble être à l'image de ces citoyens : positifs, bon vivants et à des années lumières de tous les clichés de violence ou de désordre que certains oiseaux de mauvais augures colportent. Le besoin qu'ils ont de tout remettre à plat et de vouloir refondre les bases d'une nouvelle vie en société devrait, il me semble, être encouragé, soutenu et renforcé. Contrairement à ce qui se lit dans la presse ou sur les prompteurs, leur démarche n'est pas apolitique, au contraire elle est pleinement politique : se réunir, débattre, échanger, se mobiliser et agir pour le bien de la cité et de ses habitants, n'est-ce pas l'essence même de l'acte politique ?

Ce soir, je suis retourné au campement pour assister à l'Assemblée Générale qui s'y tient quotidiennement. Je fus à la fois surpris et excité de m'apercevoir que le nombre des participants avait quasiment triplé depuis la veille. D'ailleurs, pour répondre au succès des débats, le petit bout de bois qui servait de micro avait entre-temps été troqué contre un mégaphone. Je tiens à témoigner que j'y ai rencontré des gens exceptionnels, des citoyens conscients et pleinement en accord avec eux-mêmes. L'émotion que j'y ai ressentie et la sincérité de leurs actions auront, quoi qu'il arrive, marquer mon esprit. Assister à une telle manifestation d'humanité et de partage est tout simplement bon pour le moral. Il est rassurant et réconfortant de se dire qu'il existe encore des êtres humains si fortement attachés à leurs idéaux de liberté et de solidarité.

Néanmoins, il faut aussi reconnaître que la survie de cet élan de citoyenneté dépendra de sa capacité à occuper l'espace, à mobiliser les masses et à démultiplier les initiatives intelligentes. Par le biais de ce libre buvard, je ne peux que vous inviter à vous joindre à cette merveilleuse aventure humaine, qui je l'espère, n'en est qu'à ses balbutiements. L'idée débattue ce soir de former un campement itinérant de commune en commune semble suivre son petit bonhomme de chemin. Et de nombreuses activités sont prévues sur la place du carré de Moscou tout au long du week-end, n'hésitez donc pas à y faire un saut pour vous faire votre propre idée de ce qu'est cette communion de citoyens dont le rêve à partager est de contribuer à la construction d'un monde dans lequel les gouvernements représenteraient et défendraient réellement les intérêts des électeurs, d'un monde moderne où l'humain pourrait enfin être au centre des préoccupations.

A bon entendeur,
 
Badi BALTAZAR
www.lebuvardbavard.com

Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • gaijin gaijin 5 juin 2011 07:49

    enthousiasmant compte rendu  !
    je tiens a en souligner un aspect :
    l’auteur nous décrit des citoyens responsables qui s’ auto organisent .
    qu’est ce que cela signifie ?
    que des citoyens responsables ne sont pas des moutons qui ont besoin d’ un berger pour les guider et de chiens de garde pour les diriger
    pour la première fois dans l’histoire moderne nous assistons a la naissance d’un mouvement sans leader ni idéologie

    comment définir un citoyen responsable ?
    je vais tenter un début de définition que vous n’hésiterez pas j’en suis sur a améliorer
    un citoyen responsable cherche a agir dans le respect de son environnement ( dans tout les sens du terme : social écologique culturel etc )
    il a le soucis des conséquences de ses actes a moyen et long terme
    voilà qui me parait un bon début
    ça sous entend qu’il a renoncé ( ou au moins qu’il essaie ) a imposer sa vision aux autres
    et qu’il n’essaie pas de manger dans l’assiette de son voisin quand il y a suffisamment a manger dans la sienne
    ça sous entend qu’il est conscient ( au moins la plupart du temps ) que son intérêt individuel est subordonné a l’intérêt collectif ( pas dans le sens ou il est secondaire mais dans le sens ou il est une partie du collectif )
    voilà pour l’instant
    a vous ......


    • Croa Croa 5 juin 2011 11:39

      Intuitivement le « citoyen responsable » se défini aussi en opposition aux marionnettes élues qui font la classe politique (par définition irresponsables puisque aux ordre des « marchés ») !


    • Elisa 5 juin 2011 11:01

      Compte-rendu intéressant d’un phénomène passionnant.
      Encore faut-il qu’on ne se contente pas de s’indigner et de débattre en rond. S’indigner n’a de sens qu’à deux conditions au moins :

      -mettre en oeuvre un processus qui fasse partager cette indignation au delà des « indignés convaincus ». En particulier se donner des moyens divers médiatiques, culturels, pour reléguer aux oubliettes les solutions démagogiques et racistes des problèmes actuels.

      -proposer des axes de lutte précis pour sortir de l’ornière de la seule attente des différentes échéances électorales.

      D’aucuns me rétorqueront que je suis dans le « y faut ya qu’à ». Pourtant sans une réflexion sur ses deux points, je crains fort que le printemps des indignés ne s’échouent dans un été de désertion.


      • Elisa 5 juin 2011 14:47

        @ Marc Gelone

        Réfléchissez un peu, le malaise dans lequel se trouve une grande partie de la population française a bien plus à voir avec la situation économique, le chômage et les menaces qui pèsent sur les retraites et la santé qu’avec la question des minarets, de la peine de mort et de la double nationalité.

        Aucune statistique sérieuse ne prouve que l’immigration serait à l’origine de tous nos maux. Mais le FN a intérêt à entretenir cette fiction pour se conquérir une place électorale dans le pays. Si Madame Le Pen était élue et si elle est aussi efficace aux affaires que les maires FN qui ont déjà sévi dans quelques villes importantes ou moyennes, on peut effectivement craindre le pire !


      • rastapopulo rastapopulo 5 juin 2011 17:40

        1° L’immigration doit être stoppé pour le bien des pays d’origine qui voient partir toute leur classe moyenne !!!

        Ne reste dans les pays pauvres que l’hyperclasse et les pauvres... Trop facile d’imposer une dictature dans ces conditions.

        2° Nous sommes bassinez de leçon de moral sur la décroissance et la dépopulation obligatoire au niveau mondial. C’est une pensée de petit dictateur mondialiste.

        Le minimum serait de prouver d’abord ici que si un peuple se stabilise (voir décroît) avec élévation du niveau de vie, c’est jouable aussi économiquement pour la sécurité sociale et notre santé financière.

        3° Pas d’aveuglement. La gauche veut de l’immigré pour ses voix (c’est encore pire à Bruxelles puisque c’est pour renforcer la francophonie). La droite pour faire pression sur les salaires.

        Comment occulter des faits de base dans son discours ? C’est comme le vote des femmes qui était freiné par les socialistes parce qu’elles allaient voté chrétien. Le new age pense toujours que le passé ne compte pas.

        >>> N’obstant ces 3 énormes remarques, oui acceullir des immigrés n’est pas un problème en soit. Reste encore la haine de la nation et de l’occident qui est encouragé alors que nous vivons dans les pays les moins raciste du monde !!!! Un comble tout de même ?

        Pour le FN, si il redonne le crédit publique sans intérêts à la France et qu’ainsi il investi dans des plans de savoir industriel, il aura sauvé la France ! Si en plus il dévelloppe des accord biétatique pour le partage de technologies avec des nations pauvres, il aura fait plus pour le monde que 30 ans de privatisation de l’aide au développement.

        Je dirai que Dupont Aignant ou Cheminade seraient plus enclin à faire ça mais jamais le « gentil » PS ne le fera. Le FN le fera peut être, c’est déjà énorme.

        Alors les bons, les méchants,... c’est relatif.


      • Prometheus Jeremy971 5 juin 2011 19:32

        Qui lave plus blanc que blanc, le FN ! Lessive magique qui fait tout disparaite, la dette, l’euro, les immigrés.


      • djonzs 5 juin 2011 11:19

        Je suis aussi passé hier (habitant pas loin). Je ne m’y suis pas attardé plus que ça, mais ce que j’y ai vu : des jeunes bohémiens (beatnik, alternos, bobo - appelez les comme vous voulez), des zonards et des semi-clodos, sirotant des bières 50cl (Gordon à 9°) ou tétant des clopes ou des joints, couchés dans des chaises longues ou assis à même le sol. La bouffe commune et les séances de discussion, c’est toujours sympa, je l’avoue. Le camping improvisé en ville aussi, c’est bien - ça fait se réunir les gens et le plein air ça fait du bien. Par contre, faire passer cet amas (humain et matériel) bordélique, traversé par des relents de pisse, pour une expérience sociale alternative et embryonnaire d’une organisation sociale nouvelle - non, désolé.

        L’article d’ailleurs ne répond nullement à sa propre question : qui sont-ils ?


        • gaijin gaijin 5 juin 2011 12:34

          quoi pas de mecs en costumes gris et cravate pda a la main ?
          c’est vrai ça ne peut pas être sérieux !
          on ne va pas laisser des sous citoyens en tongs avoir un avis tout de même ......


        • Prometheus Jeremy971 5 juin 2011 19:29

          Faut lui dire qu’avant les révolutionnaires étaient des paysans et qu’ils composaient 95% de la population !

          Pour la révolution en ARMANI et DOLCE&GABANA !


        • rastapopulo rastapopulo 5 juin 2011 11:30

          Un mouvement pareil dans un pays qui a connu les 30 glorieuses anti-29 n’a pas de sens.

          Les solutions sont toutes connues !!!

          Nous les avions déjà avant l’UE ; Glass Steagall avant 1993 (depuis 1934 en Belgique, depuis 1945 en France) pour empêcher les to big to fail et mettre en faillite le système financier comme Roosevelt le voulait au lieu de le renflouer comme veut Keynes, crédit publique via le recours à la banque national mais uniquement pour l’investissement (productif), plan industriel type Monnet qui avait vécu le New Deal de l’intérieur, unité national pour se protéger de l’impérialisme (a améliorer vu le naufrage de post-70),... 

          C’est surtout des cours d’histoire que les pays des 30 glorieuses devrait prendre.

          Et savoir se sacrifier pour que la nation est de nouveau un rôle dynamique sans sombrer dans le communisme !

          Vu les barrières mentales mises en place, c’est pas gagné.

           


          • gaijin gaijin 5 juin 2011 12:29

            « C’est surtout des cours d’histoire que les pays des 30 glorieuses devrait prendre. »

            l’histoire ne commence pas en 1920 ni en 1850

            elle ne se limite pas non plus a l’ europe et aux états unis


          • rastapopulo rastapopulo 5 juin 2011 16:30

            C’est clair qu’il ne faut pas se baser sur les lois financière qui empêchaient les to big to fail avant l’UE et ne pas voir que les plus grandes avancés sociales dans l’histoire de l’humanité sont arrivé pendant les 30 glorieuse !

            En plus je sens poindre ce délire comme quoi ce serait mieux ailleurs (la merveilleuse haine de l’occident... en occident même !!!!).

            Pour rappel, vous pouvez toujours chercher une société moins raciste que la France ou la Belgique. 


          • rastapopulo rastapopulo 5 juin 2011 16:37

            Tiens combien de drapeaux belge (premier pays a avoir mit en faillite les banques sur le modèle de Roosevelt dès 1934... soit 11 ans avant la France) ? 


          • gaijin gaijin 6 juin 2011 08:52

            rastapopulo
            ce n’est pas que l’on ne soit pas bien en france ou que vous vous n’ayez pas raison sur un plan économique ( je n’en sait fichtre rien ce n’est pas de mon domaine de compétence )
            ce que je veut dire c’est que ce que l’on a besoin de changer c’est la structure même de notre société
            pour cela il faut se placer dans une perspective beaucoup plus vaste


          • robin01 5 juin 2011 12:04

            « Comme la plupart d’entre vous j’imagine, je me suis posé pas mal de questions sur cet étrange phénomène : »

            Pas moi : leur venue à l’existence est même non seulement logique mais inévitable. Quand tout les partis et les syndicats « fluidifiés » (c’est à dire qui se sont fait graisser la patte) ont trahis leur électeurs et adhérents en se faisant acheter par les banksters rien de plus logique que les gens cherchent un soufle de vérité et d’honnêteté ailleurs.

             

             


            • jef88 jef88 5 juin 2011 12:06

              Il ya déjà eu une culture de l’utopie : Fourrier et autres....

              Resultats ?????


              • gaijin gaijin 5 juin 2011 12:25

                la plupart des choses que vous trouvez normales aujourd’hui ont commencé par être des utopies
                certaines n’ont même pas eut le temps d’en être ( internet par exemple et les logiciels libres par exemple )
                j’ai même entendu dire que des gens travaillaient bénévolement aux sein d’associations pour aider les autres .......
                mêmes si les utopies ne voient jamais le jour en tant que telles elles demeurent un des plus formidable moteur de progrès qui soit


              • cameleon29 cameleon29 5 juin 2011 12:31

                Sauf qu’ici le phénomène est grandissant et j’ai envie d’y croire car l’occasion est RÉELLE ..... et c’est vrai aussi que tout le monde a déjà entendu son entourage dire que le système est pourri.
                Alors actions-réactions et vraies informations pour tous !!

                Une question : comment vont réagir nos « dirigeants » au cas ou le mouvement prendrait une ampleur qui les obligerait à prendre une décision ? Répression, référendum ou autre .... ????

                ça parait très utopique il est vrai mais il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis !!

                (Le con n’est pas pour vous Jef)


              • rastapopulo rastapopulo 5 juin 2011 17:22

                C’est très bien d’être contre l’austérité MAIS qui va remettre en cause le système financier et risquer de perdre son assistanat et/ou son héritage pour que la nation soit de nouveau responsabilisée ?

                 L’UE a acheté notre silence contre l’endettement des nations, nous sommes devenu trop chère à payer, soit.

                Mais c’est pas pour ça, nous accepterons pas une solution de façade si on nous laisse gueuler. 


              • Antoine Diederick 5 juin 2011 21:13

                ah Fourier et la culture de l’utopie....c’est vrai Fourier cela n’a pas marché....pas plus que les ateliers nationaux...


              • kéké02360 6 juin 2011 08:44

                << MAIS qui va remettre en cause le système financier et risquer de perdre son assistanat et/ou son héritage pour que la nation soit de nouveau responsabilisée ? >>

                Eh bien les Grecs pour commencer, notre tour arrive smiley


              • zelectron zelectron 5 juin 2011 12:23

                une seule et unique mesure exigée jusqu’à son aboutissement (trop de revendications tuent les revendications !)
                 
                Et si, au lieu de prôner des milliers (et plus encore) de mesures élucubrées par « des » uns et « des » autres qui s’enchevêtrent, se contredisent, se discutent (se discutaillent ?) sempiternellement, une seule et unique pouvait voir le jour, celle-ci consistant dans le choix d’un comité d’assistance(de surveillance) d’un élu (à l’instar d’un jury, c.à.d. tiré au sort) pouvant contrôler éventuellement les frasques de ce digne représentant du peuple et l’envoyer en prison si nécessaire (après ou simultanément à la confiscation de ses biens directs et indirects). Vous verriez d’une part une très forte défection d’un certain personnel politique opportuniste et sans idéaux (ou les ayant perdus) et d’autre part l’éveil de candidats prêts à la dévotion au pays avec des qualifications hautes (et même très hautes).
                J’ajoute que bon nombre de revendications, suggestions, modifications des lois et décrets seraient alors considérés et validés sans qu’il soit besoin d’attendre la Saint Glinglin*.

                en résumé : chaque élu aurait sa « garde rapprochée » (le gardant de lui-même)

                *équivalent des calendes grecques.
                nb fi des « exigences abracadabrantesques et autres billevesées »
                trop de revendications tuent les revendications !


                • Prometheus Jeremy971 5 juin 2011 19:27

                  Lisez les cahiers de doléances de 1789, vous vous demandez ce qu’ils voulaient vraiment ces gens là avec leurs problèmes ?


                • Néo-Résistant Néo-Résistant 5 juin 2011 13:37

                  De plus en plus de citoyens de tous les pays se sont rendu compte de deux choses :

                  1 - Nous vivons une fin de cycle, la démocratie représentative qui a été dévoyée par le libéralisme est au service d’une oligarchie économico-financière aux dépends de l’intérêt général (expression horrible pour les libéraux !)
                  2 - Quelques citoyens courageux et surtout non-violents, en « jouant collectif » ont prouvé qu’ils pouvaient briser le silence des médias « aux ordres » pour dénoncer efficacement les plans de casse sociale de leurs « élites politiques » alors que pendant ce temps quelques privilégiés baignent dans l’abondance, pour peu qu’une fraction importante la population se mobilise, c’est tout le système qui pourrait s’effondrer !

                  Tout l’équilibre de notre démocratie représentative résidait dans une équation très simple : le monde économique, financier et social est régi par des lois promulguées par le pouvoir politique, si ce pouvoir politique est indépendant du pouvoir économique, financier et social et que les médias indépendants font correctement leur travail d’information les problèmes éventuels peuvent être réglés par de nouvelles lois pour le plus grand bien de l’intérêt général (pouah, le gros mot pour les libéraux !)et la démocratie fonctionne à la satisfaction de toutes les composantes de la société.

                  Par contre, s’il y a collusion entre les financiers, les médias et les hommes politiques (ce qui semble le cas actuellement !), la démocratie dérive progressivement en faveur des intérêts particuliers (les convives du Fouquet’s ?) qui en ont pris le contrôle et le système démocratique vidé de toute sa substance devient virtuel.

                  C’est l’imagination qui essaie de revenir au pouvoir, mais accrochez-vous, ça risque de tanguer !


                  • melody vers melody vers 5 juin 2011 16:00

                    @Néo RésistPar contre, s’il y a collusion entre les financiers, les médias et les hommes politiques (ce qui semble le cas actuellement !), la démocratie dérive progressivement en faveur des intérêts particuliers (les convives du Fouquet’s ?) qui en ont pris le contrôle et le système démocratique vidé de toute sa substance devient virtuel.
                    --------------------
                    J’ajouterai que quand tous les partis confondus s’assoient sur la volonté de tout un peuple qui dit NON à l’Europe néolibérale alors les citoyens perdent toute illusion quant à leur « représentativité » au Parlement.


                    • LE CARDINAL 5 juin 2011 19:29

                      nous retrouverons bientôt les indignés sur les plages de France et d’ Espagne avec fausses ray ban, faux lacoste mais vrais quicksilver sans oublier le dernier portable que maman finance avec l’argent du ménage ....quoique...la mode ultra chic tendance bobo est le retour à la nature, en taï chi et autres arts...
                      il faut bien que jeunesse se fasse
                      j’espère qu’elle se lave et utilise des préservatifs smiley


                      • Antoine Diederick 5 juin 2011 21:16

                        Bonsoir,

                        Je fais un sondage sur la consommation des préservatifs auprès des clients utilisateurs.

                        Je constate que vous en connaissez un bout ( c’est le cas de l’écrire) , voudriez-vous répondre à un sondage - marketing ?


                      • Antoine Diederick 5 juin 2011 21:20

                        Pensez-vous que le clergé doit défendre le latex et l’hévéa ou poursuivre la pédophilie ?

                        ou encore

                        Pensez-vous que l’Etat doit poursuivre les pédophiles ou le latex au motif que ces addictions détruisent les familles ?

                        enfin, Fessebouque et Twitt sont-ils politiquement correct , plus ou moins corrects ?


                      • tanguy 5 juin 2011 23:03

                        "les systèmes économiques, politiques et institutionnels ne répondent plus aux attentes des populations et ont, je le répète, prouvé leurs incompétences« 

                        Ces systèmes ne sont pas faits pour répondre aux attentes des populations mais aux responsables des dits systèmes ! Et en ce sens ils fonctionnent fort bien : concentration des richesses et du pouvoir,manipulations et contrôle sans faille des populations, etc, etc

                        Effectivement, les populations »aimeraient que cela change« , mais pour cela elles devront prendre des risques (liens vers guerres secretes de l’OTAN et attentats sous fausse bannière) car la »contre-révolution suit TOUJOURS la révolution (les exemples historiques sont trop nombreux pour être cités) et, comme il est signalé plus haut, un prérequis est de connaître leur histoire et les principaux leviers de la domination.

                        Une petite note : un système sans leader n’est pas nouveau, cela s’appelle l’anarchie... Qui n’est pas synonyme de KO quoiqu’en dise la propagande !


                        • gaijin gaijin 6 juin 2011 09:07

                          marc
                          on peut être pacifique sans être pacifiste ni timoré ni impressionnable
                          ce qui pourrait être nouveau c’est que justement les gens soient déterminés a ne plus se laisser manipuler par la loi du plus fort

                          quand a dire que l’anarchie c’est la loi du plus fort contrairement a quoi ?
                          on a remplacé la massue par le dollar c’est la seule différence
                          les motivations au sein de nos sois disant civilisations sont les mêmes qu’il y a cent milles ans
                           : sortir de sa caverne pour bouffer baiser ou se foutre sur la gueule
                          que ce soit en masérati ou a pied ne change rien a l’histoire


                        • BA 6 juin 2011 08:44

                          Deuxième renflouement  : l’aide à la Grèce pourrait dépasser 100 milliards d’euros.

                           

                          Le premier renflouement organisé voici un an par l’UE et le FMI représentait 110 milliards d’euros, dont 24,4 milliards apportés par l’Allemagne. Un deuxième renflouement est évalué à 65 milliards d’euros, mais il pourrait dépasser 100 milliards d’euros parce qu’il faudra aux emprunts d’Etat grec un suivi financier en 2014, explique Der Spiegel dans son édition du lundi 6 juin 2011.

                           

                          /fr.reuters.com/article/businessNews/idFRPAE75408A20110605">http://fr.reuters.com/article/businessNews/idFRPAE75408A20110605

                           

                          110 + 100 = 210 milliards d’euros foutus en l’air (la Grèce ne remboursera jamais ses dettes).


                          La photo de l’année 2011.

                          Le 30 mai 2011, des dizaines de milliers de Grecs sont dans la rue.

                          A Athènes, les manifestants grecs comparent l’Union Européenne à l’Allemagne nazie :

                           

                          http://www.spiegel.de/wirtschaft/soziales/0,1518,766645,00.html

                           

                          Cette photo des manifestants grecs est très révélatrice.

                          Cette photo montre que l’idée européenne est morte.

                          En Europe, les années qui viennent seront explosives.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès