Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Les valeurs chrétiennes de la République française

Les valeurs chrétiennes de la République française

« Pendant la lutte gigantesque de quatre années menée derrière le Général De Gaulle, la flèche de notre cathédrale est demeurée notre obsession. » (Général Leclerc à la libération de Strasbourg, le 23 novembre 1944, cité par Bernard Cazeneuve le 3 octobre 2015).

_yartiCazeneuveB01

L’hebdomadaire chrétien "La Vie" a organisé à Strasbourg du 2 au 4 octobre 2015 les États généraux du christianisme auxquels il a invité un certain nombre de responsables politiques et intellectuels à s’exprimer sur le "vivre ensemble", en particulier Philippe Richert (président LR du conseil régional d’Alsace), Jean-Christophe Fromantin (député-maire UDI de Neuilly-sur-Seine), Éric Piolle (maire EELV de Grenoble), Jean-Louis Bianco (ancien ministre PS), également Chantal Delsol (philosophe) et Laurent Bouvet (de la Fondation Jean-Jaurès)… Après les attentats de janvier 2015 et une montée des extrémismes et populismes, l’idée de ce grand "colloque" a sa pertinence dans une région où le dialogue interconfessionnel n’est pas un vain mot et où la paix se mesure comme un signe de l’amitié franco-allemande.

Pour clore tous ces travaux, le Ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a prononcé un grand discours sur la laïcité et les relations entre les religions et l’État le samedi 3 octobre 2015 en fin d’après-midi. L’ancien porte-parole du candidat François Hollande était déjà intervenu le 20 septembre 2015 dans la nouvelle cathédrale de Créteil (invité pour sa dédicace : « [saisi] par une authentique émotion à l’idée que notre pays était encore capable d’édifier de tels monuments, signes visibles de l’invisible, et de prolonger ainsi le fil d’une histoire vieille d’un millénaire ») et le voici de nouveau, deux semaines plus tard, à intervenir dans la cathédrale de Strasbourg. Le but de cet article est de présenter les grandes lignes de ce discours (dont on trouvera le texte intégral ici) auquel je souscris pleinement parce qu’il dépasse largement les clivages politiques.

_yartiCazeneuveB03


Les racines chrétiennes de la devise républicaine

Dans son introduction, Bernard Cazeneuve a d’abord évoqué l’importance de la responsabilité des religions dans le débat public national : « Je crois que les chrétiens ont en effet un rôle essentiel à jouer, aux côtés des croyants d’autres confessions, dans le traitement des maux que connaît notre société anxieuse, éreintée par le chômage, inquiète des mutations du monde qui l’entoure, profondément en quête de sens. (…) Les valeurs qu’ils défendent contribuent tout particulièrement à la cohésion sociale, car elles rejoignent celles du pacte républicain. ».

En quelques mots, le ministre a déjà tout dit : les valeurs chrétiennes sont les mêmes que les valeurs républicaines. Et c’est bien normal, car la République n’est qu’un habillage civil et laïc d’une société qui a été chrétienne pendant plus de mille cinq cents ans. Le code civil et le code pénal ne sont finalement que la traduction laïque d’une grande partie des dix commandements : tu honoreras ton père et ta mère, tu ne tueras point, tu ne commettras pas d’adultère, tu ne voleras pas, tu ne feras pas de faux témoignages, etc.

Et de décliner la devise de la République.

D’abord, la liberté : « La grande tradition chrétienne, avec saint Thomas d’Aquin notamment, avait décliné l’idée de liberté des enfants de Dieu, de l’émancipation des tyrannies, de la primauté de la loi d’amour du Christ sur les pesanteurs passées. Des figures telles que celle du pasteur Dietrich Bonhoeffer ont magnifiquement témoigné de cet amour chrétien de la liberté, acceptant de subir le martyr plutôt que d’abdiquer face à la barbarie nazie. ». Dietrich Bonhoeffer, théologien allemand, a été assassiné par les nazis au camp de concentration de Flossenbürg (en Bavière) le 9 avril 1945 (quatorze jours avant la libération du camp par les Américains) à l’âge de 39 ans pour avoir résisté à leur idéologie dès 1934.

Ensuite, l’égalité  : « Quand saint Paul écrit aux Galates : "Il n’y a plus ni Juif, ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni homme libre, il n’y a plus l’homme et la femme, car tous, vous ne faites plus qu’un", comment ne pas y voir la racine première de l’égalité républicaine de tous devant la loi ? ».

Enfin, la fraternité : « Cette fraternité, les chrétiens de tous les âges ne la vivent pas de façon abstraite. Ils constituent une communauté au service de leur prochain. Leur action (…) est animée depuis toujours par le souci de secourir les déshérités. Je veux rendre à ce titre un hommage sincère à l’action qu’ils mènent au service des sans-abri, à l’aide matérielle et spirituelle qu’ils apportent aux handicapés, aux malades, aux personnes âgées remisés aux périphéries de nos sociétés. S’il revient avant tout à l’État de lutter contre la misère, les chrétiens s’emploient au quotidien a prendre leur part de cette mission. ».

Bernard Cazeneuve a aussi rappelé l’action des chrétiens dans l’accueil des réfugiés, et je rappelle la recommandation du pape François qui avait demandé que chaque paroisse de chaque commune d’Europe prenne en charge une famille de réfugiés.


« Les valeurs républicaines sont largement celles de l’Évangile »

Pour Bernard Cazeneuve, les valeurs de l’Évangile se confondent donc avec celles de la République : « Faire vivre les valeurs républicaines, qui sont aussi largement celles de l’Évangile, constitue pour moi l’une des clefs de ce renouveau que vous appelez de vos vœux. (…) La France est historiquement un pays de tradition chrétienne. Comment donc les Français pourraient-ils faire société en négligeant cet engagement des chrétiens ? Réciproquement, comment les chrétiens français pourraient-ils vivre leur engagement sans être conscients et fiers de défendre également les valeurs de la République ? ».



En disant ces quelques phrases, le Ministre de l’Intérieur, qui est également responsable des cultes (et en Alsace, terre encore sous Concordat, cela a une signification particulière), n’a pas craint de se retrouver au centre de critiques de partisans d’une laïcité dénaturée qui voudrait faire abstraction de toute religion. Il a rappelé la conception de la loi du 9 décembre 1905, voulue par Aristide Briand et Jean Jaurès, à savoir d’adopter une loi d’apaisement : « À leur suite, je suis convaincu que la laïcité est avant tout un principe juridique de neutralité religieuse, qui s’impose à l’État et à ses représentants. Ce principe a ainsi pour finalité de garantir à chacun le droit de croire ou de ne pas croire, ainsi que, pour le croyant, le droit d’exercer son culte dans des conditions dignes et paisibles. ».


La laïcité est au cœur du pacte républicain

Bernard Cazeneuve a aussi repris la définition que le pape Jean-Paul II avait faite de la laïcité pour la France : « La laïcité laisse à chaque institution dans la sphère qui est la sienne, la place qui lui revient, dans un dialogue loyal en vue d’une collaboration fructueuse pour le service de tous les hommes. Une séparation bien comprise entre l’Église et l’État conduit au respect de la vie religieuse et de ses symboles les plus profonds, et à une juste considération de la démarche et de la pensée religieuse. ».

Partisan du dialogue entre les religions et entre l’État et les religions, il a en particulier salué l’approche salutaire d’une unité nationale : « Il me semble que la conscience de la dureté des temps, à laquelle nous ont rappelés avec fracas les attentats du mois de janvier, donne un prix particulier à ce dialogue. Dans le malheur qui l’a frappé, notre pays a vécu en effet un moment exceptionnel d’union nationale et de fraternité. (…) De nombreux responsables religieux ont su trouver les mots justes et exprimer en notre nom les sentiments mêlés de compassion, de résolution, de cohésion que nous avons tous ressentis alors. ».

Ce qui lui donnait ainsi une raison de rester optimiste : « Sans céder à aucune forme d’irénisme, je crois qu’il y a dans ce pays une richesse humaine qui ne demande qu’à s’employer et que chaque moment de crise vient révéler. Les moments les plus sombres de l’année écoulée ont ainsi été pour moi simultanément des occasions de découvrir de magnifiques figures de la fraternité, des femmes et des hommes, qui se sont signalés par leur héroïsme tranquille, leur sens du devoir, leur générosité et leur dévouement à autrui. (..) Parmi les raisons d’espérer, il y a donc la présence parmi nous de ces héros modestes, révélés par des circonstances exceptionnelles ou par le choix d’une profession où l’on accepter d’exposer sa vie au service de la collectivité. ».


Fustiger les prédications mortifères

Dénonçant les actes de "racisme" contre les religions, en grande progression ces dernières années, Bernard Cazeneuve a prévenu ce que Manuel Valls avait déjà martelé dans son fameux discours à l’Assemblée Nationale le 13 janvier 2015 : « Jamais la République n’acceptera que l’on puisse s’attaquer aux habitants de ce pays en raison de leurs origines, de leur religion ou de leurs croyances ; sans quoi elle ne serait plus la République. ».

_yartiCazeneuveB02

Reprenant son costume politique, il a ensuite fustigé les discours de haine exprimés par des personnalités politiques : « Je suis donc inquiet lorsque je constate que certains responsables politiques, ou d’autres qui portent une parole publique et qui devraient avoir pour première ambition d’apaiser les tensions qui minent notre société, choisissent de les attiser par des propos hâtifs, haineux, ou simplement stupides, qui blessent tel ou tel groupe de nos concitoyens. (…) Je suis inquiet lorsque les pratiques du discours politique font que l’approximation l’emporte sur l’observation lucide des faits, l’amalgame sur le discernement, l’arrogance sur le respect que l’on doit aux opinions d’un adversaire. ».

Et il a ajouté plus précisément : « Je suis inquiet lorsque j’observe qu’Internet, cet extraordinaire outil d’échange et de diffusion de la connaissance, sert également à l’expression sans limite des haines, des rumeurs sans fondement, des propagandes outrancières, des prédications mortifères, des agressions et des injures lâchement anonymes. Je suis inquiet, enfin, lorsque je vois délaissée cette valeur cardinale qu’est le respect. ». Il faut reconnaître que ce constat est objectif. Il suffit de lire parfois certains forums d’opinion où la bile versée peut faire penser à d’autres périodes historiques…


Être Français selon De Gaulle… mais aujourd’hui ?

Enfonçant bien le clou de l’universalité des valeurs de la République française, Bernard Cazeneuve s’est permis à juste titre, et très habilement, de citer De Gaulle sur le qu’être Français : « La citoyenneté en France est ouverte à tous ceux qui ont la volonté de la rejoindre, qui partagent ses valeurs et vivent selon ses règles. Selon cette conception, comme l’a dit le Général De Gaulle : "Est Français quiconque souhaite que la France continue". Être Français, ce n’est donc pas forcément naître en France, ce n’est pas professer une religion plutôt qu’une autre, ce n’est pas avoir le français pour langue maternelle, ce n’est pas avoir la peau d’une certaine couleur. C’est adhérer à des valeurs, à une histoire et à un projet commun. (…) Notre société a besoin d’apaisement. Elle a besoin de fraternité. Elle a besoin de respect. Elle a besoin de vérité. Elle a besoin qu’on lui fixe une ambition dans laquelle elle sache se reconnaître, parce qu’elle respectera les valeurs qui sont celles de la France depuis des siècles. Un tel projet peut réunir tous les républicains authentiques. ».

Le malheur, aujourd’hui, c’est qu’on peine à voir un responsable politique proposer ce projet commun qui fait tant défaut au peuple français. À moins que ce projet soit défini dans la dernière citation et la dernière phrase du discours du Ministre de l’Intérieur, une parole du pape Paul VI à la fin du Concile Vatican II : « Nous aussi, nous plus que quiconque, nous avons le culte de l’homme. ». Formule qui n’est pas très éloignée de celle de la philosophe Simone Weil : « Seul est éternel le devoir envers l’être humain comme tel. », une conception qui rejoint aussi les philosophes Étienne Borne et Paul Ricœur.

Ce culte de l’homme devrait être au cœur de tous projets politiques et l’incarnation de la devise républicaine de liberté, d’égalité et de fraternité. Cela semble évident qu’il y a encore du chemin à parcourir avant d’atteindre cette société apaisée et fraternelle qui semble de plus en plus polarisée et rendue binaire par des vociférateurs démagogiques qui surfent sur les ravages de la crise économique.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (16 octobre 2015)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Discours de Bernard Cazeneuve le 3 octobre 2015 à Strasbourg (texte intégral).
Discours de Manuel Valls le 13 janvier 2015 au Palais-Bourbon (texte intégral).
Le voile et la République.
La burqa et la République.
François Hollande et la laïcité.
Nicolas Sarkozy et l’islam.
Stigmatisation ?
Le pape François et les valeurs chrétiennes.
Chaque vie compte.
Les valeurs de la République.
Les valeurs du gaullisme.
L’esprit du 11 janvier.
Une chance pour la France.
Le vrai patriotisme.
Étienne Borne.
Simone Weil.
Paul Ricœur.
L’homodiversité.
Complot vs choas, vers une nouvelle religion ?
L’antisémitisme, selon Arthur.
Terrorisme et islamisme.
Peine de mort.
Guerre et peine.
Le Pardon.
La Passion.

_yartiCazeneuveB05


Moyenne des avis sur cet article :  1.53/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • fred.foyn Le p’tit Charles 16 octobre 2015 07:47

    « Bon sang » (comme dirait Fabius)...mais c’est bien sur....On sait maintenant pourquoi la France coule...Ils sont toujours en IV république.. ?


    • njama njama 16 octobre 2015 08:50

      Les « racines chrétiennes de l’Europe » sont de retour ?
      « Les États Généraux du Christianisme » à Strasbourg en terre de Concordat, à deux pas du Parlement Européen ? on pouvait facilement trouver une métropole plus neutre ! Lyon par exemple ancienne capitale des Gaules.

      Il a rappelé la conception de la loi du 9 décembre 1905, voulue par Aristide Briand et Jean Jaurès, à savoir d’adopter une loi d’apaisement : « À leur suite, je suis convaincu que la laïcité est avant tout un principe juridique de neutralité religieuse, qui s’impose à l’État et à ses représentants....  ».
      C’est parfaitement clair, et ce qui est dénaturé c’est de faire le contraire ! elle s’impose à l’État et ses représentants (sic), pas à la société civile comme les dernières tendances d’une « nouvelle » laïcité, qualifiée successivement pour mieux la vendre de « positive », « ouverte », « apaisée », « inclusive », « militante », ou d’autres qualificatifs réducteurs.



      • Julien30 Julien30 16 octobre 2015 09:49

        @njama
        En quoi est-ce nier la neutralité religieuse que de reconnaître l’évidence historique des racines chrétiennes de l’Europe ou de choisir Strasbourg ? 


      • njama njama 16 octobre 2015 14:31

        @Julien30
        l’évidence historique est de reconnaître que l’Europe a des racines politiques, tous nos monarques « investis de droit divin » comme chacun sait, étant liés à la papauté ce qui n’exclut en rien de reconnaître l’influence pour le meilleur et pour le pire du christianisme catholique particulièrement.
        Si les princes allemands ont vu dans Luther un bon moyen de de débarrasser de la tutelle du pape, le roi d’Angleterre de son côté à la même époque au XVIe siècle a coupé le cordon ombilical qui l’attachait à Rome
        Oui effectivement les structures culturelles, religieuses, et politiques de nos sociétés en Europe ont des racines chrétiennes historiques c’est incontestable  smiley


      • andromerde95 16 octobre 2015 18:41

        la laïcité que les gauchos défendent a émergé dans les pays chrétiens, comme la république, les droits de l’homme, la révolution etc... pas dans les pays musulmans


      • Le421 Le421 16 octobre 2015 20:07

        @andromerde95
        La laïcité, c’est avant tout le respect des croyances des autres.
        Or, les croyants n’ont aucun respect pour ce qui est la majorité silencieuse qu’est la mienne, celle des agnostiques.
        En parlant crûment comme certains, il serait temps que vous compreniez bien les grenouilles de bénitier et autres « Allah Akhbar » que pour nous, vous êtes sur le même podium au championnat du monde des emmerdeurs publics. Comme beaucoup de gens, gauchos ou autre, faudrait que ça vous rentre dans le petit pois qui vous sert à réfléchir, que nous autres, les non-croyants, nous ne voulons pas du bordel que vous semez pour un oui ou un non.
        Vos guerres ne sont pas les nôtres et je vous serait reconnaissant de ne jamais mêler les gens qui réfléchissent un peu et les illuminés de tout bord.
        Vous gueulez contre la GPA alors que votre idole a fait un marmot toute seule !!
        Et la marmotte, Hein !! Elle mets toujours le chocolat dans le papier ??
        Et le pont de la rivière « quouaille » aussi...


      • njama njama 16 octobre 2015 21:29

        @andromerde95
        la laïcité ... a émergé dans les pays chrétiens etc... pas dans les pays musulmans

        La Turquie est un État laïque, la Syrie une république laïque également ...
        des laïcités il y en a 36 sortes, celles de nos voisins européens ou du continent américain n’est pas un copier-coller de la notre française


      • Julien30 Julien30 17 octobre 2015 00:13

        @Le421
        « Or, les croyants n’ont aucun respect pour ce qui est la majorité silencieuse qu’est la mienne, celle des agnostiques.
        En parlant crûment comme certains, il serait temps que vous compreniez bien les grenouilles de bénitier et autres « Allah Akhbar » que pour nous, vous êtes sur le même podium au championnat du monde des emmerdeurs publics.  »


        Ils vous embêtent les croyants ? Les chrétiens aussi, ou plutôt « grenouille de bénitier » ? C’est vrai que l’on entend qu’eux. Ils vous harcèlent même à vous lire, et tous apparemment, sans exception. En faisant quoi ? Quand ils ont l’outrecuidance de s’exprimer et de donner leur avis sur des sujets sur lesquels ils sont aussi légitimes que vous à le faire ? C’est odieux en effet, je comprends votre agacement de vrai démocrate tolérant avec les opinions des autres.

      • Le421 Le421 17 octobre 2015 09:29

        @Julien30
        Faux et archifaux cher ami !!
        Et c’est ce qui vous caractérise, le mensonge.
        En effet, en répétant des litanies idiotes à longueur de journées, elles finissent par s’inscrire dans vos cerveaux enbrumés.
        Jamais, vous m’entendez, jamais un dirigeant politique agnostique et qui se présente comme tel n’aura la moindre audience dans les médias sur les sujets religieux.
        Jamais nous ne pouvons expliquer publiquement qu’il existe cette grande majorité de gens qui ne croient pas au miracle.
        On s’est même tapé des présidents qui, au nom de la nation, allaient faire la génuflexion devant le Pape.
        Pour moi, c’est un véritable scandale.


      • Julien30 Julien30 17 octobre 2015 09:47

        @Le421
        « Jamais, vous m’entendez, jamais un dirigeant politique agnostique et qui se présente comme tel n’aura la moindre audience dans les médias sur les sujets religieux. »

        Quant on est pas d’accord avec vous on est forcément un menteur ? Encore ce côté grand démocrate qui perce inévitablement chez vous...
        Par ailleurs il est évident que vous vous trompez, on pourrait croire à vous lire que nous vivions dans un pays sans séparation de l’état et du clergé avec les croyants tienant les medias et les conditions du débat public, c’est proprement délirant.

        « Jamais nous ne pouvons expliquer publiquement qu’il existe cette grande majorité de gens qui ne croient pas au miracle. »
        Par ailleurs vous ne savez pas ce qu’est l’agnosticisme, l’agnostique n’est pas celui qui ne croit pas au miracle, c’est celui qui refuse justement de se prononcer sur leur existence.

      • njama njama 16 octobre 2015 09:07

        C’est très étrange ces discours qui dénaturent l’histoire !

        L’Église a longtemps été très hostile à la République, elle n’a jamais reconnu la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen A-t-elle été un modèle d’excellence en matière de Liberté, d’Égalité, et de Fraternité ?

        « Là où la religion est bannie de la société civile, et la doctrine et l’autorité de la révélation divine rejetées, la vraie notion de la justice et du droit humain s’obscurcit et se perd, et la force matérielle prend la place de la justice et du vrai droit » (Pie IX, Lettre Encyclique Quanta Cura, Rome 8 décembre 1864, éditions Saint-Rémi, p. 7.)
        source : http://www.christ-roi.net/ ...


        • njama njama 16 octobre 2015 09:37

          même source : christ-roi.net

          « La Déclaration des droits de l’homme fut condamnée par Pie VI (pape de 1775 à 1799) et c’est d’elle que procèdent toutes les erreurs modernes : la liberté de la personne humaine à l’égard de DIEU ; puis, comme conséquences : la liberté de pensée et la liberté de la presse, la liberté de conscience et la liberté des cultes, la souveraineté de la société et son indépendance de l’Église ; la souveraineté nationale ou le droit de faire des lois qui relèvent non de Dieu mais d’une majorité parlementaire. Toutes ces »monstruosités« furent condamnées de nouveau par Grégoire XVI dans son encyclique Mirari vos et par Pie IX dans le Syllabus. nous ne disons point que ces erreurs sont expressément professées par tous et chacun des Américanistes, mais c’est sur elles que repose l’édifice américain, qu’ils présentent à l’admiration et à l’imitation de tous les peuples civilisés » (Mgr Delassus (1836-1921), L’américanisme et la conjuration antichrétienne, Société de Saint-Augustin, Desclée De Brouwer et Cie, Paris 1899, p. 94.)


        • andromerde95 16 octobre 2015 18:43

          @njama
          osef : les droits de l’homme et la république ont émergé que dans des pays chrétiens.


        • andromerde95 16 octobre 2015 18:46

          le christianisme n’est ni les droits de l’homme ni la devise fr ni la république (c’est pas la même chose en effet, bcp de divergences et différences) mais le christianisme est l’une des racines, sources et origines des droits de l’homme, de la rép et de la devise fr.


        • njama njama 16 octobre 2015 21:32

          @andromerde95
          ah ben merde alors ! les droits de l’homme auraient émergé du christianisme ! elle fort de café celle-là ! l’Église s’est toujours très bien accommodée des monarchies comme des dictatures


        • andromerde95 17 octobre 2015 12:53

          @njama
          « les droits de l’homme auraient émergé du christianisme ! »

          —c’est ce que nous apprend l’histoire, il y a que dans l’occident chrétien, qu’a émergé les « droits de l’homme » pas dans les pays d’autres religions.

          « l’Église s’est toujours très bien accommodée des monarchies comme des dictatures »
          —j’ai pas dit qu’il y avait les droits de l’homme dans le christianisme mais qu’il y a les germes des droits de l’homme dans le christianisme comme il y a les germes de l’athéisme, du marxisme, du mondialisme, du nationalisme, du libéralisme, du capitalisme, de l’individualisme, du rationalisme, du fascisme, du nationalisme, du darwinisme, du scientisme, de l’humanisme, de la laïcité, etc... dans le christianisme, toutes ces choses ont émergé seulement dans des pays chrétiens, en occident, je rappelle qu’à la base « occident » ça désigne les pays catholiques, le catholicisme est à la base du protestantisme autre religion de l’occident aussi, le catholicisme est à la base de la civilisation occidentale moderne, ce qui n’est pas forcément génial.

        • andromerde95 17 octobre 2015 12:55

          idem la franc maçonnerie qui contrôle l’occident actuel, a pour origine le christianisme, la maçonnerie c’est à la base est une dérive gnostique, ésotérique, sectaire et hérétique du christianisme.


        • andromerde95 17 octobre 2015 12:56

          @andromerde95
          donc voilà être la racine, la source, l’origine... de quelque chose=/=être ce quelque chose


        • MIchael 28 mai 12:00

          @njama

           Je me demande si vous êtes payé pour débiter autant de conneries ? A voir l’ensemble de vos commentaires haineux envers le Christianisme et l’Eglise je commence à croire que vous n’êtes là que pour spammer sans apporter aucun élément de réflexion. A tous et contrairement à ce que dit l’autre, bien entendu que le Christianisme est le FONDEMENT intellectuel des droits de l’homme actuels, qui ne sont d’ailleurs qu’une version épurée de toute référence au divin. Comment être assez bête ou menteur pour ne pas l’admettre en particulier en France au regard de la simple devise républicaine :

          1/"LIBERTE (liberté de conscience des êtres face à la Tyrannie des Hommes. Un être libre ne doit répondre de ses faits que devant Dieu et il convient de différencier la justice divine de la justice terrestre.

          Ce principe éminemment Chrétien comme très justement indiqué par notre Ministre de l’intérieur est un des socles de notre société Occidentale. Pour mémoire, voici quelques citations qui l’ont fait exister :

          -dans le nouveau testament tout d’abord :

          « Frères, vous avez été appelés à la liberté » (Ga 5,13) ;

          « Là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté » (2 Co 3,17) ;

           «  Comportez-vous en hommes libres » (1 P 2,16).

          -de grands théologiens Chrétiens (ici Saint Thomas d’Aquin) "L’homme est libre : sans quoi conseils, exhortations, préceptes, interdictions, récompenses et châtiments seraient vains"(somme théologique)

          Être libre, c’est être cause de soi, liber est, qui sui causa est (Métaphysique, I, c. 2).

           St Augustin au IVème siècle résumera cet enseignement : « Aime et fais ce que tu veux ! »

          2/ EGALITE (je ne vais que citer le nouveau testament car la période de la Révolution avec notamment le vote censitaire qui n’a été supprimé qu’avec l’impulsion de la II République montre un problème de fond au principe d’Egalité qui est bien plus difficile à analyser que de faire de simple généralité complètement fausses :

           « Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ ; vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme ; car tous vous êtes un en Jésus-Christ. » (Galates 3.26-28)

          3/ FRATERNITE (ajoutée qu’en 1848 sous le principe d’assistance -charité- chrétienne par des Catholiques car les révolutionnaires farouchement anti-cléricaux exécraient un principe de juste répartition des richesses sur la base d’une morale qui était clairement religieuse).

          Cette minuscule ébauche sur l’indissociabilité de nos sociétés, de nos valeurs, avec le Christianisme n’est faite ici que pour inviter toute personne qui s’y intéresse à se renseigner véritablement et à ne JAMAIS boire les paroles (que ce soit les miennes ou celles d’un autre) sans vérifier ce qui est dit.

          A bon entendeur, Salut ! 


        • njama njama 16 octobre 2015 09:22

          Ce qui m’étonne également dans ce discours c’est son côte plaintif, un peu jérémiades, qui laisserait entendre ou supposer à demi-mots qu’il y aurait eu une forme d’hostilité latente envers les chrétiens ou l’Église ...

          D’aussi loin que je me souvienne dans mon passé,, dans mes lectures,, je ne vois rien de pareil dans la petite poignée de décennies derrière moi.

          Les fidéles ont déserté les églises progressivement sans qu’aucun événement extérieur ne provoque cette hémorragie silencieuse. Un grave déficit de vocations sacerdotales sévissait en parallèle, et ce n’est pas la faute à mai 68, car cela avait démarré au début des années 50.


          • Le421 Le421 16 octobre 2015 20:13

            @njama
            Ce que l’église refuse d’admettre, c’est de faire la liaison entre l’évolution des connaissances et la baisse de la crédulité.
            Croire en Dieu, c’est d’abord croire au miracle. C’est le fondement de toute croyance.
            Entre nous, beaucoup espèrent gagner au loto.
            Ce n’est pas un miracle, c’est le jeu mathématique de la probabilité.
            Si Doppler avait cru en Dieu, il n’aurait pas suivi Einstein et aidé à inventer ces saloperies de radars !!  smiley


          • lahalle 16 octobre 2015 09:51

            "...En quelques mots, le ministre a déjà tout dit : les valeurs chrétiennes sont les mêmes que les valeurs républicaines. Et c’est bien normal, car la République n’est qu’un habillage civil et laïc d’une société qui a été chrétienne pendant plus de mille cinq cents ans. Le code civil et le code pénal ne sont finalement que la traduction laïque d’une grande partie des dix commandements..."

            Et ben tiens donc... On en apprend tous les jours...Vous devriez appliquer, vous-même, les principes chrétiens en laissant à la République ce qui lui appartient et à Napoléon 1er l’élaboration du code civil et du code pénal...


            • Loatse Loatse 16 octobre 2015 12:02

              Rendons à César ce qui appartient à César.....


              Voici donc (de la bouche même de notre ministre) ce vers quoi notre société est destinée selon lui, soit rendre un culte à l’Homme... (oui mais lequel ?s’écrieraient à coup sur, les futurs licenciés d’airfrance et les défunts paysans de ma vallée lorsqu’à la révolution, les terres confisquées au clergé et à la noblesse furent attribuées à la bourgeoisie...)

              Le culte de Dieu bien compris (hélas que de siècles ou la Lettre prima sur l’Esprit !) n’empêche ni la réflexion, ni le discernement (« examinez toutes choses, retenez ce qui est bon ») Ne restreint pas la liberté (« vous êtes libres, mais ne faites pas de cette liberté un prétexte de vivre selon la chair - soit égoistement (ndla)) et doit produire de bons fruits...

              Maintenant que produit le culte de l’Homme ?

              Les guerres (pour s’approprier les matières premières)
              L’éclament des familles (en valorisant le mariage jetable, et l’adultère)
              La confusion (théorie du genre)
              L’objetisation de la femme pauvre (location de ventres) et de l’enfant (devenu par là même synonyme de bien de consommation)
              Le meutre à grande échelle (banalisation de l’avortement devenu synonyme de moyen de contraception)
              L’abandon des vieillards dans des hospices (rupture du lien générationnel, mépris de l’expérience acquise)
              Des abberations telles que la reconnaissance officielle d’un »sexe neutre" (? ?!)
              et la liste n’est pas exhaustive....

              N’ayons pas peur, Utilisons le mot adequat : tout ceci n’est qu’abomination et nous mène tout droit au suicide de nos sociétés dites droitdel’hommistes, faute de Lumière (la vraie, pas l’imitation)





              • Crab2 16 octobre 2015 12:09

                Il faut apprendre aux enfants la liberté de penser par soi-même, leur montrer que la réflexion ne se réduit pas aux croyances - Elisabeth Badinter

                http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/10/contre-lintrusion-du-religieux.html

                http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2015/10/16/contre-l-intrusion-du-religieux-5700884.html


                • Gollum Gollum 16 octobre 2015 12:43

                  « Est Français quiconque souhaite que la France continue ».



                  Ouais ben là c’est mal barré… Quasi tout est fait pour que ce soit le contraire qui advienne.. smiley

                  Ensuite mettre sur le même plan les valeurs républicaines avec les valeurs évangéliques est de l’escroquerie pure et simple..

                  Car bien que ça se ressemble (c’est le but pervers du truc..) la liberté républicaine c’est avant tout celle de faire ce que je veux… l’égalité devant Dieu est devenue un égalitarisme plat où aucune aristocratie ne doit émerger, et la religion de la médiocrité… Quant à la fraternité elle est décrétée mais de moins en moins présente.. actes d’incivilités en hausse, tout ça… smiley

                  Enfin récupérer la grande Simone Weil qui posait son humanisme dans une toute autre philosophie que celle qui a cours de nos jours c’est gonflé quand même..

                  Suffit de la lire d’ailleurs.

                  • Laulau Laulau 16 octobre 2015 14:22

                    La Liberté défendue par l’église ? La liberté de culte de tous les hérétiques condamnés au bucher ?
                    La liberté de Pensée de Galilée, de Tycho Brahé ?

                    L’égalité défendue par l’église ? Le sacre des rois était fait au nom de l’égalité ?
                    « Les hommes naissent libres et égaux en droit », ça c’est l’égalité.

                     La fraternité ? Louis XIV, le roi très chrétien considérait les français comme ses sujet et pas comme ses frères.

                    Le discours de notre cher ministre « socialiste » n’est qu’un tissu de balivernes mielleuses. 


                    • Le421 Le421 16 octobre 2015 20:16

                      @Laulau
                      ...et totalement irrespectueuses de la grande majorité des agnostiques dont je fait partie !!!
                      Vous avez dit Démocratie ??
                      Tu parles Charles !!


                    • titi 16 octobre 2015 15:39

                      Faisons le bilan...

                      D’où est partie le France et où est-elle arrivée lorsque le modèle politique était : « Un roi, une foi, une loi »

                      D’où est partie le France et où est-elle arrivée lorsque le modèle politique était : « Liberté, égalité, fraternité »

                      Y’a pas photo.

                      La religion est un instrument politique indispensable à la nation.


                      • Phalanx Phalanx 16 octobre 2015 18:15

                        1/ Année 33. Le christianisme révolutionne le monde antique par ses idées nouvelles. On passe du panthéisme stoïcien (le cosmos est harmonieux est chaque chose doit y être à sa place) à l’homme libre (pas de prédestination), hors nature (la nature est inférieure), responsable (parabole des talent) et égal en droit.

                         

                        2/ Année 1968 : Après plus de 1500 ans de règne sans partage et l’évolution de ses valeurs vers l’humanisme (christianisme sans dieux), une nouvelle révolution est en marche : le Capitalisme. Ce dernier va reprendre les notions chrétiennes/humanistes de libertés pour justifier le règne sans partage du Marché. Cela implique la destruction de la Chrétienté (qui structure la société), qui l’a pourtant fait naitre.

                         

                        En mai 1968, les libéraux/libertaires s’acharnent avec succès à détruire le Catholicisme en France.

                         

                        3/ Année 2000 : L’Eglise Catholique française, consciente de sa disparition proche, change de stratégie, et décide de doubler les gauchistes (libertaires) sur leur gauche.

                        Les gauchistes veulent l’ouverture totale des frontières (destruction des nations) et l’immigration de masse (liberté de circulation des biens et des services) ? L’Eglise suit en en rajoutant une couche. Après tout, beaucoup d’immigrés sont chrétiens, ca fait des ouailles en plus. Par ailleurs, la tiers mondisation programmée renverra également des français vers l’Eglise. 

                         

                        4/ Année 2015 : La liquidation totale de la France entre en phase finale (le capitalisme est anti national). Pour annihiler toutes formes de protestation, les libertaires et l’Eglise se réconcilient pour glorifier leurs quelques valeurs communes, tentant de donner un ancrage historique, séculaire, à la catastrophe à venir.


                        • jacques 16 octobre 2015 20:03

                          les valeurs chrétiennes, quand je lis cela j’étouffe de rage de ne pas lire derrière une énumération de ces « valeurs », parlez plutôt des traditions chrétiennes, mais valeurs vous pouvez le laisser au vestiaire.


                          • Le421 Le421 16 octobre 2015 20:18

                            @jacques
                            Tout à fait...
                            Tous les grands massacres ont eu pour origine une cause religieuse.
                            Menées par des salopards bien planqués pendant que les moutons avançaient armes à la main !!


                          • TREKKOTAZ TREKKOTAZ 16 octobre 2015 20:56

                            @Le421
                            Tu as renié le Christ, donc tu bruleras éternellement dans les flammes de l’ enfer, ça te fait pas flipper ?J’ ai compris, tu ne crois pas à toutes ces conneries, tu es rationnel. Mécréant, peut être Dieu t’ accordera sa clémence, s’ il est cool et que tu n’ as pas fais trop de saloperies mais repends toi pauvre pêcheur et vraiment !


                          • Le421 Le421 17 octobre 2015 09:38

                            @TREKKOTAZ
                            Eh bé putain, ça tombe bien !!
                            Justement, tous mes proches savent que je veux me faire incinérer sur une musique de U2


                          • TREKKOTAZ TREKKOTAZ 16 octobre 2015 21:14

                            « Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, et son ode amoureuse à la communauté juive.Rappelons que le même Cazeneuve considère qu’évoquer les racines chrétiennes de la France, c’est « faire une relecture historique frelatée » qui a « rendu la France peu à peu nauséeuse«  »MPI Le terme évoquer est d’ une brutalité sans nom, c’ est du terrorisme intellectuel ! Faisons table rase du passé, devise FM, pardon Républicaine ! smiley


                            • Sozenz 16 octobre 2015 21:32

                              Ce thème vous rend complétement hystériques.
                              Arrètez vous , vous allez tous tomber malades .
                              y’a tellement de rage que vous allez avoir une crise cardiaque ou développer un cancer . y a déjà assez des merdes que l on vous fait boire et manger sans que vous ayez besoin d’en rajouter une couche .
                              Bon courage à tous dans vos démêlés.
                              y a un moment faut sortir du combat et laisser faire , hein ?
                               Je reviens pour le résultat final (ou pas )


                              • franc 17 octobre 2015 02:20

                                l’auteur a tendance à faire des récupérations avec des auteurs ou des hommes célèbres comme le Général de Gaule ou la philosophe Simone Weil en sortant des petits bouts de phrases de ces auteurs et en le s interprétant à sa manière qui n’exprime pas nécessairement la pensée de l’auteur en question .

                                -

                                ainsi ce propos du Général de Gaule « Est Français quiconque souhaite que la France continue ».

                                -

                                c’est contrairement à l’interprétation d el’auteur qui pense ouvrir à n’importe qui la nationalité française une limitation à accueilir n’importe qui ,car n’importe qui ne peut faire continuer la France ,seuls ceux qui ont l’esprit français ,corps et âme ou du moins ceux qui aime cet esprit français ,corps et âme, au point de le défendre et la protéger comme la prunelle de ses yeux et m^me jusqu’au péril de sa vie ,et cet esprit français ,le général De Gaule l’a dit expressément ,est de race blanche ,de culture gréco-latine et de religion chrétienne ;ce n’est pas tout le monde qui a un tel esprit et un amour de cet esprit ,corps et âme.

                                -

                                Quant à Simone Weil ,il faut savoir qu’elle n’est pas tendre avec la religion chrétienne ,avec le monothéisme abrahamique en général qu’elle considère comme inférieur à la religion païenne et que la philosophie hellène a déjà connu et contenu toutes les valeurs chrétiennes (voir ses livres Intuitions Préchrétiennes et la Source Grecque)

                                -

                                elle (qui est juive de naissance) disait entre autres  que «  le peuple juif est le peuple élu pour être le bourreau du Christ », que « l’Eglise Catholique (avant le Concile Vatican II) est l’église du diable ,et que  »l’islam est pire que les deux autres monothéismes ,et a achevé tous les crimes et les ignominies que les religions chrétiennes et juives n’ont pas pu ou pas encore accomplis ". C’est dire qu’elle n’ a pas la langue dans sa poche .

                                -

                                Et malgré toute l’insistance du Père Perrin,elle a refusé le baptême ,disant qu’elle voulait être la chrétienne du dehors ,pour être la témoin de toutes les richesse et trésors intellectuels et spirituels qui se trouvent en dehors de l’Eglise et qui dépassent m^me ceux qui se trouvent dans l’Eglise.

                                -

                                Simonne Weil ,n’est pas chrétienne mais christienne ,c’est à dire de l’Eglise du Christ et non des hommes.,de n’importe quel groupement d’hommes qu’elle fuit afin de respecter la liberté totale de l’intelligence


                                • franc 17 octobre 2015 02:35

                                  @franc

                                  - j’ajoute que sur le plan politique Simone Weil est plutôt pour une royauté platonicienne telle que Platon l’exprime dans sa République où les philosphes sont rois et les rois philosophes , avec comme triptyque les valeurs absolues du triptyque platonicien qu’elle considérait comme insurpassable :------------------Le Vrai ,le Juste , le Beau.


                                • Samson Samson 17 octobre 2015 02:22

                                  « Les valeurs qu’ils défendent ..., car elles rejoignent celles du pacte républicain. ».
                                  les valeurs chrétiennes sont les mêmes que les valeurs républicaines.

                                  Pas tout à fait pareil !

                                  « ... les valeurs républicaines, qui sont aussi largement celles de l’Évangile, ... »
                                  les valeurs de l’Évangile se confondent donc avec celles de la République

                                  Çà non plus ! Excès d’enthoudiasme ???

                                  Sinon, plutôt d’accord ! Difficile de faire autrement, c’est sur un tronc commun d’évangilisation que se développe tout notre référentiel occidental jusqu’à la déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen et au fondement de la République. Normalement, çà devrait laisser des traces !

                                  « ... cette société apaisée et fraternelle qui semble de plus en plus polarisée et rendue binaire par des vociférateurs démagogiques qui surfent sur les ravages de la crise économique. »
                                  On ne peut mieux dire !

                                  Merci pour le billet et les liens ! smiley


                                  • zygzornifle zygzornifle 17 octobre 2015 13:49

                                    après la case de l’oncle Tom on a la Cazeneuve ....le BTP reprend ......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès