Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > #LGBT : les socialistes contre l’égalité

#LGBT : les socialistes contre l’égalité

Hier, ce n'est pas la Manif pour Tous qui aurait dû manifester dans la rue, mais les électeurs de François Hollande, notamment ceux qui tiennent à l'égalité entre couples hétérosexuels et homosexuels. Explication. 

Puisque la lutte contre la délinquance est en berne, (mais surtout "parce que le précédent gouvernement a mal fait son boulot"(1)), et comme l'actuelle équipe au pouvoir a transformé la promesse d'inversion de la courbe du chômage en simple "volonté de s'engager sur la voie de la stabilisation", revenons sur les fameux sujets de société, ceux que le PS agite de temps à autre pour distinguer les bons (la gauche, les républicains) des super gros méchants de droite, ces sales fascistes. 

 
Parmi ces sujets, il y a toute une liste de sigles (IVG, PMA, GPA) et de mots (euthanasie). Mais s'il y a un sujet qui fait "rire", c'est sur les hésitations de la gauche socialiste sur l'égalité.

En effet, d'où vient tout ce débat sur le mariage pour tous qui agite tant depuis 2 ans ?
Dans la vision classique des choses (vision "rétrograde", diront certains), l'altérité sexuelle est la base de la constitution de la famille  : un homme et une femme font des enfants, dans le cadre du mariage ou de plus en plus hors mariage.

Or, il se trouve que la réalité actuelle est plus diverse. Des couples homosexuels, dont les choix privés, qu'ils soient génétiques ou culturels sont de leur ressort strictement personnels et que personne n'a à juger, ont également des enfants. Comment ? Pourquoi ?

  • Soit parce qu'un des partenaires anciennement hétérosexuel et parent dans son précédent couple a amené son enfant dans un couple homosexuel
  • Soit parce que l'une des partenaires hétérosexuelles a rencontré un géniteur, d'un soir ou pas, de diverses façons (après tout, le phénomène des "mères célibataires" est-il rare ?)
  • Soit par adoption initiée par un des deux partenaires, puisque de part la loi ou de par la tradition, dans la plupart des pays, n'adoptent que des couples, ou des célibataires hétérosexuels.
Le fait est que des parents gays élèvent des enfants. Or, sur le plan juridique notamment, la situation n'était pas très satisfaisante pour les personnes concernées, tout comme la situation des beaux parents est, sur le plan juridique, peu satisfaisante, ceux-ci n'ayant aucun droit. On peut penser, notamment, au cas des sorties d'école, quand le nouveau parent, beau-père ou belle mère, vient chercher l'enfant.

Hollande, poussé par les militants gays, est arrivé avec un projet simple : assurer l'égalité de droits entre adultes consentants voulant se marier civilement tout en sortant de l'hypocrisie qui consiste à laisser adopter des enfants par des adultes célibataires mais pas par des adultes gays.
 


Nous sommes à présent en Février 2014. La loi no 2013-404 du 17 mai 2013 ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe dite "Taubira" est adoptée. Les couples gays peuvent se marier et adopter.
 


La loi n'a pas encore modifié la biologie : deux homosexuels ne peuvent avoir d'enfants ensemble. Mais la science permet de pallier cet inconvénient. Deux hommes doivent adopter (trouver une génitrice), ou deux femmes doivent trouver un géniteur (un papa au sens classique du terme). C'est la gestation pour autrui, et la procréation médicalement assistée. Ces deux techniques ne sont d'ailleurs pas liées à la communauté gay. Elles existent, en France pour la PMA, pour les couples qui rencontrent des problèmes de fertilité, ou à l'étranger pour la GPA, pour les couples hétérosexuels dont la femme ne veut pas ou ne peut pas porter un enfant pendant 9 mois.

C'est pourquoi l'égalité entre couples gays et couples hétéros passe par l'ouverture de la PMA et de la GPA, et c'est une demande des associations militantes. Par exemple : Homosexualité Et Socialisme (HES) propose de dépénaliser la gestation pour autrui (3).

Mais la GPA est un point de discussion entre les différentes composantes de la gauche (4). Pourquoi ? Parce que la gauche se défini aussi comme étant "anti capitaliste" et ne veut donc pas voir, pour une partie d'entre elle, de "marchandisation du corps des femmes".

C'est pourquoi le gouvernement a fait évoluer le statut du mariage mais pas celui des accès médicalisés à l'enfant.
 


Autrement dit, le gouvernement, qui a porté le projet de loi du mariage pour tous, ne veut pas aller au bout de la logique de l'égalité, celle que Pierre Bergé ou Elisabeth Badinter (5) ont décrit.



Il n'y a pas de projet de loi sur la table qui propose d'introduire la PMA ouverte aux couples gays et la GPA dans le droit français. La Manif Pour Tous d'hier a donc manifesté contre une virtualité, certes possible (de nombreux élus veulent changer cela) mais pour le moment non avérée.

En revanche, le gouvernement, par le biais de Valls, Bertinotti ou Belkacem, a dit et répété que la quête d'égalité s’arrêtait la, pour le moment.

Autrement dit : ce sont les électeurs de François Hollande, notamment ceux qui tiennent à l'égalité entre couples hétérosexuels et homosexuels qui auraient du manifester, hier, dans les rues de Paris. 


Sur le même sujet : 

Le Parisien Libéral Gestation pour autrui (GPA) : ils font rire, ces socialistes ..., un post du 30 Janvier 2013

 
(1) Le Monde Délinquance : la méthode Valls mise à l'épreuve 23 Janvier 2014
(2) Le Monde Selon Michel Sapin, le chômage est en voie de « stabilisation » 27 Janvier 2014 
(3) HES France 20 propositions pour l’égalité réelle
(4) Le Nouvel Obs Mariage homo : l'accès à la procréation médicalement assistée divise 13 septembre 2012
(5) Elle Elisabeth Badinter : Je suis pour une GPA éthique 

Moyenne des avis sur cet article :  1.51/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • bernard29 bernard29 3 février 2014 16:17

    Oui sans doute, mais en tout cas Valls aurait du manifester hier avec « la manif pour tous », puisqu’il vient d’annoncer que le gouvernement s’opposera aux amendements PMA et GPA. C’est donc qu’il les craint aussi.


    • bernard29 bernard29 3 février 2014 16:20

      ce qui prouve une fois de plus, que Valls « la valse » dit absolument n’importe quoi, mais avec des cordons de CRS derrière lui.

      « les ananas sont cuits » ; http://www.youtube.com/watch?v=5HdQQTu4vXE 


    • A. Nonyme A. Nonyme 3 février 2014 16:48

      Les socialistes sont les champions des inventions bizarres, comme « l’augmentation de la baisse » par exemple. Emmené par un Président qui trompe tout le monde - ces femmes, ses camarades socialistes, ses électeurs et l’ensemble des Français - il est impossible de faire confiance aux élus du PS. La manifestation « préventive » d’hier avait du sens.

      Voici un petit extrait de 20mn.fr qui fait un focus sur les déclarations de divers protagonistes de l’égalitarisme et tout prix :

      -------------------------------------------------------------------------------
      "...différentes déclarations de responsables PS. Il rappelle par exemple une tribune du 13 décembre 2010 signée de « Najat Vallaud-Belkacem, Aurélie Filippetti et Alain Vidalies, avec d’autres figures du PS comme François Rebsamen ou André Vallini », réclamant « une légalisation de la GPA ».

      Valls a été pro-GPA

      Il cite le candidat François Hollande assurant à Grazia le 24 février 2012 puis à Têtu en avril qu’une femme doit pouvoir recourir à la PMA « parce qu’elle ne souhaite pas avoir une relation avec un homme ». « Manuel Valls s’est dit pour la GPA dans Têtu du 20 avril 2011 », relève-t-il.

      En décembre 2012, le groupe socialiste à l’Assemblée avait voté par 126 voix contre 61 « pour que l’amendement sur la PMA soit introduit dans le projet de loi sur le mariage pour tous ». Sébastien Huyghe enchaîne avec la ministre Marisol Touraine pour une PMA « accessible à tous » (14 octobre 2012, dans Metronews, dit-il).

      Il cible Jean-Marc Ayrault expliquant le 9 janvier 2013 « que la PMA figurerait dans le projet de loi famille », suivi le 28 janvier par Najat Vallaud-Belkacem lançant sur BFMTV : « Je suis pour, le PS est pour, le gouvernement s’est exprimé en faveur ».

      « Fantasme » = « projet » ?

      « Après cela, la gauche explique que les inquiétudes sur l’ouverture de la PMA aux couples de même sexe et de la légalisation de la GPA sont des « fantasmes ». Dans la novlangue socialiste il faut croire que le mot « fantasme » doit être compris comme « projet » », tacle Sébastien Huygues.

      -------------------------------------------------------------

      Voilà, voilà. Quand à la pleine égalité que vous semblez appeler de vos vœux entre hétéros et homos, comment vous expliquer... Vous connaissez l’histoire de la petite graine ?...


      • Anaxandre Anaxandre 3 février 2014 16:51

         Le droit à « l’enfant pour tous » arrivera, soyez en sûr ; tout comme le PACS aura été suivi du mariage homosexuel. Le problème c’est que cet « enfant pour tous » ce sera bien évidemment strictement pour ceux qui auront les moyens de s’en payer.
         Ah !, c’est beau l’Égalité et le Progrès !... smiley


        • A. Nonyme A. Nonyme 3 février 2014 17:02

          L’enfant pour tous ? Peut-être... Mais, de quel genre ? smiley


        • Anaxandre Anaxandre 3 février 2014 17:16

           Ce sera aux Bergé,Fourest & Co. d’en décider... smiley


        • Anaxandre Anaxandre 3 février 2014 17:20

           (Fourest n’étant que le poisson-pilote des véritables requins/décideurs ; ne lui donnons pas l’importance qu’elle n’a pas.)


        • Daniel Paruzzi 4 février 2014 14:53

          Vous avez probablement raison, depuis que le droit aux formules ineptes a été instauré, la vie est devenue magique : Tout est possible ! L’ « enfant pour tous », oui, mais il faudra strictement encadrer le marché de l’adopton, pour éviter les fraudes et les contrefaçons :


          Nous établirons donc des benchmarks pour évaluer les probabilités d’avenir de chaque adopton d’un contingent, où chacun pourra choisir son adopton selon des critères précis, sans risque d’être trompé sur la marchandise.

          L’origine de l’adopton devra être traçable et garantie. Nous empêcherons les marchés parallèles d’enlèvement d’enfants ou de fabrication de nouveaux-nés dans des fornicopoles clandestins où des professionnelles irresponsables se font engrosser sans même connaître le génotype de leur partenaire, produisant alors des adoptons sans véritable traçabilité, dont la qualité s’avèrera forcément décevante.

          Dans un deuxième temps, quand le marché se sera bien développé, nous passerons des partenariats avec des pays du tiers-monde, gros producteurs d’adoptons, pour les aider à améliorer la qualité et la fiabilité de leur production, et nous assurer des filières d’approvisionnement stables et performantes.

          Par souci de moralité, les contingents d’adoptons pédophilisables seront réduits à des quotas stricts : la pédophilie doit être strictement réglementée, afin de ne pas excéder un taux de traumatisme raisonnablement acceptable, qui ne doit pas excéder 10%, en tout état de cause.

          Cette filière nouvelle sera une chance pour la France, car elle entraînera le développement de nouveaux emplois dans la médecine, la biologie, la chimie, l’assistance sociale et bien d’autres secteurs d’activité.



        • vesjem vesjem 4 février 2014 23:04

          oui anaxandre , et sans doute que 2 vieux débris pourront bientôt adopter un « petit jouet » pour faire « mumuse »


        • Yohan Yohan 3 février 2014 18:37

          Les droits façon socialio de quoi je me mêle, ça ressemble plus à un droit au caprice.


          • François-xavier 3 février 2014 18:52

            @l’auteur, toujours pas d’accord, vous dites que des homosexuelles ont déjà des enfants :

            ex de relations hétéro précédentes= l’enfant à donc un père et une mère qu’il connait et qui sont identifié.

            par relation hétéro uniquement pour avoir un enfant= personnellement, je trouve le procédé abominable, privant de ce fait l’enfant de pouvoir un jour savoir d’où il vient, par exemple il me semble que dans le cas d’une adoption classique, l’enfant devenu adulte pourra faire la démarche, mais je vais me renseigner tout de même je ne voudrais pas trop m’avancer.

            Nous faire croire qu’un enfant ne fera pas la démarche de savoir qui est son géniteur ou sa génitrice ( je préfère les termes de père et de mère mais bon...), me laisse perplexe... 


            • François-xavier 4 février 2014 11:10

              @vlalesnouvelles, désolé je n’ai pas dis que mon opinion était la plus forte, juste que je ne suis toujours pas convaincu comme la majorité de mes concitoyens. Votre exemple sur la majorité qui décide me plait puisque dans ce cas présent ça n’est pas le cas, une minorité agissante (Lgtb) veut imposé son point de vu à une majorité à travers le lobbying, ils utilisent l’amalgame en permanence en traitant toute opposition à leur vision d’ homophobe et de sexiste ou bien d’obscurantiste religieux. Mais non ne débattons en aucun cas sur le fait d’être homo ou athé, mais sur le droit des enfants à avoir un père et une mère, pour un développement de l’individu qui aura les deux références. Si des couples homo contourne la loi, je pense que ça n’est pas une raison de modifier la lois uniquement pour eux. Dans c’est cas là toute minorité pourra le faire, ça s’appelle du communautarisme.


            • ahtupic ahtupic 3 février 2014 21:41

              Hollande, Valls, Peillon, ces arrivistes qui n’ont même pas réussi dans leur vie privée car incapables de resister à leurs pulsions, que voulez vous que ca donne dans la vie publique ?


              • bourne 3 février 2014 21:55

                N’importe quoi ... hi hi hi .... personne ou si peu a demandé si un gamin déterminait avec sa maitresse ( institutrice ) son ’genre ’

                c’est une idée d’enculé ... soyons clairs !

                Une idée de LGBT.

                Peillon , Belkacem ....

                Vous les homos si vous continuez .... on va vous courir après !

                vous comprenez ?


                • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 3 février 2014 22:57

                  Autant le mariage, qui est un droit entre adultes responsables, me paraît légitime, autant revendiquer le droit à l’enfant lorsque les choix aboutissent par nature à l’impossibilité d’en faire me semble absurde.

                  Cela signifie que des couples exigent que la société se charge de ce qu’ils ne peuvant réaliser.

                  Mais cela signifie aussi qu’il y a un tiers exclu, le donneur ou la donneuse, mais surtout que celui qui va naître sera a priori lésé.

                  Ceci n’est pas comparable à un couple qui, stérile, se fait aider, car il y a équivalence. L’ordre naturel est respecté, comme dans le cas de l’adoption, que d’ailleurs certains animaux pratiquent.

                  Certes, la nature de l’homme est contre-nature, sinon nous n’aurions ni médecine, ni maisons, ni fusées...

                  Mais une chose est de poursuivre la voix en l’étendant, une autre de prendre le chemin inverse.

                  Tout ce qui est manipulation génique, touche des contrées immaîtrisées, qui peuvent avoir des effets destructeurs incaculables, comme la bombe atomique. Tout simplement car nous ne comprenons pas encore assez bien l’évolution.

                  L’apprenti sorcier, c’est celui qui croyant connaìtre une technique n’en maìtrise pas les fondements, et commet des erreurs fatales qu’un vrai scientifique auraît évité.

                  Nous ne sommes pas des escargots, qui choississent leur sexe avant le coït. Nous devons tout simplement l’accepter, et faire du choix que l’on n’a pas fait, un déterminant que nous devons assumer.

                  Être libre n’est pas le fait de pouvoir faire ce que l’on veut, c’est d’assumer les choix qu’on n’a pas fait pour leur donner un sens.


                  • drakkar22 4 février 2014 01:22

                    « Ceci n’est pas comparable à un couple qui, stérile, se fait aider, car il y a équivalence. L’ordre naturel est respecté » Si l’ordre naturel était respecté le couple (je pense que vous voulez dire hétérosexuel) n’aurait pas d’enfant. Que voulez-vous dire par « équivalence » ?


                  • JL JL 3 février 2014 23:26

                    ’’le gouvernement, par le biais de Valls, Bertinotti ou Belkacem, a dit et répété que la quête d’égalité s’arrêtait la, pour le moment.’’

                    C’est justement cette précision ’pour le moment’ qui jette les gens dans la rue.

                    L’égalité républicaine est une égalité individuelle et de principe : elle est laïque, ignore les communautés et ne connait en la matière que la Nation.

                    L’égalité revendiquée au nom des communautarismes n’est qu’un égalitarisme : l’égalitarisme c’est ’l’égalité à la carte’ : on ne l’accepte que si et seulement si elle nous est plus favorable que l’équité..

                    Exemple d’égalitarisme néolibéral : c’est la flat-tax, suppression de la progressivité de l’IR.
                    Exemple d’égalitarisme sociétal : le mariage pour tous, la PMA, la GPA.
                    L’égalitarisme est à l’égalité ce que le moralisme est à la morale.

                    Maintenant ils en sont à réclamer la PMA et la GPA un nom de l’égalité des enfants entre eux !

                    On marche sur la tête.


                    • legrind legrind 4 février 2014 06:57

                      Un jour il faudra bien que les fascistes « lgbt » ( et leurs complices « verts », socialistes) rendent des comptes.


                      • Onecinikiou 4 février 2014 08:24

                        Rassurez-moi, ce texte est écrit au second degré n’est-ce pas ?


                        • Onecinikiou 4 février 2014 08:25

                          Voir un dogmatique libéral fait l’apologie de l’égalitarisme, est toujours un plaisir de fin gourmet.


                          • JL JL 4 février 2014 08:46

                            ’’Voir un dogmatique libéral faire l’apologie de l’égalitarisme, est toujours un plaisir de fin gourmet.’’

                            Ne pas confondre égalitarisme et égalité :

                            Exemple d’égalitarisme néolibéral : c’est suppression de la progressivité de l’IR, la flat-tax.
                            Exemple d’égalitarisme sociétal : le mariage pour tous, la PMA, la GPA.
                            L’égalitarisme est à l’égalité ce que le moralisme est à la morale.


                          • je n’ai pas compris votre exemple d’égalitarisme libéral.


                          • JL JL 4 février 2014 09:20

                            Vous avez remarqué sans doute, que l’IR, l’impôt sur les revenus est un impôt à taux progressif ?

                            Pour moi cela est équitable. Mais un libéral y voit une inégalité insupportable et fera tout pour que ça cesse.

                            Pour arriver à ses fins, il dispose de deux stratégies : obtenir (*) l’instauration de la Fat-tax ou bien la réduction pour tous de l’IR au détriment des taxes sur la consommation.

                            La première stratégie provoque un tollé dans les classes dites moyenne et basse ; la seconde est aussi efficace que pernicieuse et inique, puisque qu’elle renverse une équité en son contraire : les taxes sur la consommation sont injustes puisqu’elles frappent plus fort ceux qui n’ont aucune capacité d’épargne.

                            Excepté dans les cas manifestes d’abus de position dominante, la violation de l’équité se fait toujours au détriment des plus faibles.

                            La flat-tax, à l’instar de la déliquescence délibérée de l’IR, relève de l’égalitarisme et non pas de l’égalité parce qu’elle se présente sous les traits séduisants de l’égalité : le même taux pour tous est une forme d’égalité, c’est indéniable.

                            L’égalitarisme est à l’égalité ce que le moralisme est à la morale : un hommage du vice à la vertu.

                            (*) Si j’ai dit ’obtenir’ et bon pas ’instituer’ c’est parce que je sais et le libéral sait que le libéralisme ne peut avancer que masqué.


                          • JL JL 4 février 2014 12:44

                            C’est vous, le libéral, qui avez moinssé ?

                            Mdr !


                          • certainement pas, cher lecteur


                          • JL JL 4 février 2014 13:29

                            est-ce que vous avez compris ma leçon, cher posteur ?


                          • Je la comprends mais je ne pas en partager la pertinence niveau raisonnement. 


                            Vous partez du principe que les impots sont la pour faire du nivellement, les libéraux s’en tiennent au corpus constitutionnel français, et à l’article XIII de la DDHC http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/dudh/1789.asp

                          • JL JL 4 février 2014 13:57

                            Non,

                            je ne pars pas du principe que les impôts sont la pour faire du nivellement, je pars des deux principe suivants :

                            D’une part il est juste que chacun contribue à l’édification de la chose commune (pour le faire court) à hauteur de ses moyens,

                            d’autre part, si l’impôt progressif n’a pas vocation à ’niveler’ comme vous dites, il s’avère être un excellent outil pour corriger les dénivellements excessifs générés par la loi naturelle rédhibitoire et qui fait que irrésistiblement, l’argent va à l’argent.

                            Sans garde fou, cette loi économique est mortifère. Et c’est ce que l’on observe.


                          • JL JL 4 février 2014 18:35

                            Article XIII : Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable. Elle doit être également répartie entre tous les Citoyens, en raison de leurs facultés.

                            Je doute que ce que rapporte l’IR aujourd’hui, la seule contribution des citoyens qui calculée soit en raison de leurs facultés, rapporte suffisamment pour couvrir l’entretien de la force publique et les dépenses d’administration.


                          • c’est bien pour cela que les libéraux veulent limiter la dépense publique ! l’Etat ne devrait s’occuper que des missions régaliennes : police, justice, armée et diplomatie, de préférence gérés au niveau fédéral Européen. 


                          • JL JL 4 février 2014 20:19

                            ’’c’est bien pour cela que les libéraux veulent limiter la dépense publique !’

                            Ce que je comprends que dit le libéral : c’est parce que l’IR ne rapporte pas assez qu’il faut réduire les dépenses qu’il doit couvrir !!!

                            J’appelle ça se prévaloir de ses turpitudes, en l’occurrence la turpitude c’est la fraude, l’évasion fiscale et le lobbying pour dire que l’IR ne rapporte rien et que par conséquent il faut réduire les dépenses.

                            Si vous voulez un État qui ne dépense pas, allez vous installer en Somalie !

                             smiley


                          • En fait c’est l’inverse : partons des dépenses utiles et necessaires (fonctions régaliennes de l’Etat) pour ensuite lever les taxes et impots.


                          • Onecinikiou 4 février 2014 08:45

                            « Des couples homosexuels, dont les choix privés, qu’ils soient génétiques ou culturels sont de leur ressort strictement personnels et que personne n’a à juger »


                            Propos d’une rare indigence : on ne choisit pas son orientation sexuelle. Pas plus qu’on ne choisit son genre ou son sexe (sauf pathologie clinique). Il n’y a donc pas de culture ici, autre qu’épiphénoménale :



                            Vous le dites vous même : si la cause d’une orientation est génétique, comment concevoir qu’elle soit le produit d’un choix conscient. C’est insensé.

                            Evidemment cela ne va pas sans mettre à mal la vision utopiste des libéraux qui nient généralement les déterministes sociaux, culturels, religieux, idéologiques, génétiques donc, pour leurs substituer une fantasmagorie directement tirée de la notion purement transcendantale de libre-arbitre chère à la prédestination calviniste - cette liberté émergeant dans l’esprit de manière ex-nihilo - qui n’est autre qu’une tentative vaine de dépasser le judaïsme, ou plus exactement d’étendre et de s’approprier les idées d’élection divine et de peuple élu pour les goyim, jaloux de ne pas en être originellement. 

                            Voilà qui préside fondamentalement au corpus idéologique de nos dogmatiques libéraux, beaucoup plus religieux qu’ils ne veuillent bien le dire t le montrer. A rapprocher de l’affirmation aberrante selon laquelle on pourrait être athée-juif.

                            • « Pas plus qu’on ne choisit son genre ou son sexe »


                              j’ai bien écrit : culturel OU génétique.

                            • Onecinikiou 4 février 2014 09:47

                              Je le redis donc : il n’y a pas de culture, pas d’acquis, ou alors tout à fait marginalement, dans ce qui constitue les attributs sexuels (une évidence) mais aussi l’orientation sexuelle ou le genre, comme parfaitement démontré scientifiquement par les liens que j’ai fournis.

                              L’idéologie du genre est et restera une idéologie. Au même titre que le marxisme-léninisme et ses avatars, dont le lyssenkisme.


                            • eric 4 février 2014 11:18

                              Je pense que c’est un message subliminal a ses troupes.

                              Il a « tenu » bon contre des millions de manifestant contre la loi Taubira, et il céderait contre 80 000 (chiffre police) sur un « point de detail ». ?

                              J’ai du mal a y croire.

                              Il me parait plus vraisemblable qu’il veuille donner a ses troupes les plus extrémistes l’image d’un pouvoir menace par la rue et le fascisme, pour mobiliser un peu sur la manif qu’il ne peut plus ne pas organiser.

                              Il ne peut pas ne pas manifester quand il hulule au danger fasciste tous les jours. Ou a—ton vu que la gauche reste chez elle quand les nazis sont aux portes ? Ne pas « y aller » apporterait un démentit aux « rumeurs » qu’il cherche a propager.
                              Il ne peut pas durablement laisser aux « conservateurs » le monopole de la rue puisque, historiquement, il croit a cette rue et il croit qu’elle est le peuple. Pour des raisons « identitaires aussi, il doit manifester.

                              Mais comme son ineptie générale est peu mobilisatrice pour les »forces de progrès« , il lui faut trouver un moyen de raviver une polarisation droite gauche. Surtout a la veille d’élections qui pourraient etre marquees par l’abstention de gauche.

                              Pares ses récents échecs pour créer un sentiment de »danger fasciste"Dieudo, JdC, MPT, on peut s’attendre dans un futur très proche a une nouvelle opération, genre Carpentras, Meric, Observatoire, que sais je.


                              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 février 2014 11:20

                                « Que ceux qui ont voté Hollande descendent dans la rue aussi.. »

                                Pardi, l’auteur doit trouver que la confusion actuelle n’est pas suffisante ?
                                Une petite guerre civile, peut-être, vous arrangerait ?

                                Les question sociétales divisent aussi bien la droite que la gauche.

                                Le Gouvernement n’a pas dit qu’il retirait le projet, mais qu’il le repoussait à la St Glinglin. Lier dans le même texte sur la famille, le statut des beau pères, avec la PMA et la GPA, est le meilleur moyen de faire perdurer le conflit...

                                Cela va permettre aux uns et aux autres de continuer le cirque au moins jusqu’aux élections... . Puisque tel est le but.

                                Ce n’est pas la victoire des manifestants, c’est l’entente tacite des deux côtés, pour continuer le cirque.

                                « Agiter le peuple avant de s’en servir ! » et « Diviser pour mieux régner ! »

                                Il faut bien démontrer aux électeurs, que la Gôche, à défaut de créer des emplois, est « progressiste et égalitaire », pas comme ces Extrémistes de droite, « rances et moisis, ennemis du progrès et de la République ».

                                La décision du gouvernement est donc bien de continuer à transformer l’extrême-droite et une partie de la droite, en épouvantail à moineaux, je veux dire, à électeurs, pour des sujets qui ne concernent qu’une infime partie de la population.

                                Tout cela n’est que du théâtre électoral pour éviter au PS une branlée aux élections et salir l’idée de souveraineté par l’extrême-droite.

                                Le FN, pour qui tous ces biens pensants de l’extrême-droite, pardon, de la « dissidence », finissent par voter, (quand ce n’est pas pour la droite de l’ UMP que câline Marion Le Pen), est l’épouvantail consentant dans cette entreprise de diabolisation.


                                • Onecinikiou 4 février 2014 12:38
                                  Je rajouterai un élément de compréhension qui me semble essentiel : il n’y a pas d’antinomie, pas de paradoxes, bien au contraire, entre les sujets évoqués. 

                                  Entre d’une part la montée en puissance des revendications sociétales de minorités agissantes au nom de l’idéologie libertaire (qui est incontestable), et d’autre part l’accroissement voire l’explosion des inégalités de revenus et de patrimoine pendant le même laps de temps, justifié socio-économiquement (et chapeauté moralement par le judéo-protestantisme) au nom d’un libéralisme poussé au bout de ses limites, et même de ses contradictions.

                                  Pour preuve, les césures fondamentales dans l’un et l’autre cas sont parfaitement identifiables à partir du tournant des années 70. Regardons les graphiques donnés en liens, c’est tout à fait éclairant et évident. 



                                  Tous les déséquilibres, la remise en cause des règles politiques et macro-économiques édictées le lendemain du bain de sang de la seconde guerre mondiale, pour justement éviter qu’une crise d’une ampleur semblable à celle des années 30 ne se reproduise, de même causes entrainant de mêmes effets désastreux, sont à dater à partir de cette période déterminante. C’est très clair.

                                  Une période de lente mais progressive régression sociale, sans précédent puisque mêmes les références pré-crise de 1929 sont enfoncées, accompagnée systématiquement des revendications sociétales évoquées, jouant le rôle de substitut palliatif, de cache-misère, dans le but de masquer la politique menée, et ses conséquences redoutables. 

                                  Et rallier aussi, surtout je dirai même, les déçus et les perdants - je n’ose dire les cocus - de cette politique de dérégulation, de défiscalisation, de désétatisation, et de ses effets mortifères sur la répartition des richesses produites, derrière la bannière du « camp du Bien et du progrès ».

                                  il y a donc une conjonction d’intérêt manifeste entre l’un et l’autre de ces processus, aussi complémentaires que cumulatifs, plus que jamais d’actualité pour la France à travers l’orientation socio-économique d’une part, et sociétale d’autre part, du gouvernement socialiste actuel.

                                  N’oublions pas que ces thèses sur le genre, le « féminisme » exacerbé, l’égalitarisme abstrait, la lutte contre les stéréotype et les discriminations, viennent toutes des milieux sociétaux américains (comme le rappelle à juste titre B. Debré ici http://www.bernarddebre.fr/actualites/la_th__orie_du_genre), et plus exactement californiens. Une Californie qui est dors et déjà aujourd’hui en faillite avancée, et le plus endetté de tous les Etats américains.

                                  Il n’y pas là de hasard : il y a une logique et une cohérence globales qu’il convient d’identifier pour ce qu’elles sont : un projet de domination mondial d’une oligarchie par la dette et l’usure, ce qui réclame préalablement, aussi bien pour maintenir l’opinion dans l’ignorance des réels enjeux en brandissant la notion de « Progrès nécessaire » susceptible de manipuler les âmes en peine (désargentées, au chômage et qui voient leur niveau de vie baisser), que pour détruire tout ce qui constitue - et est en mesure de constituer : langues, frontières, nations, traditions, homogénéité et intégrité des peuples et des cultures, cellule de base familiale etc... - un obstacle à l’extension de la logique de prédation libérale-libertaire. Logique qui ne fait définitivement qu’Un.

                                  C’est pour cela que de prétendre s’attaquer aux causes des dérèglements actuels, chercher à réorienter le balancier de la redistribution, fustiger les dogmes libéraux en vigueur, « révolutionner le capitalisme » mondialisé, tout en continuant de valider son pendant libertaire culturel et sociétal, est d’une rare indigence intellectuelle qui ne peut qu’aboutir au fiasco le plus complet et malheureusement prévisible. Et discréditer ses auteurs et partisans comme opposants sérieux au Système de domination dudit capitalisme. 

                                  Des auteurs et partisans finalement identifiés, répétons-le, comme ses alliés objectifs et sinon ses idiots utiles par une part toujours plus grandissante de nos concitoyens.

                                • tf1Groupie 4 février 2014 12:23

                                  Encore l’argument stupidement crasse : « quand on vote pour un Président on vote pour l’intégralité de son programme » ...

                                  Ben non !!
                                   Et c’est entre autres pour ça qu’il y a un parlement.

                                  Quand on est à ce niveau de réflexion on n’écrit pas un article, on reste couché, parce qu’on n’a rien compris ni à la démocratie, ni à la société, ni à l’égalité et on se permet de donner des leçons moralité / modernité / progressisme à 2 balles.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès