Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Moi, Président !

Moi, Président !

JPEG

Moi, président.

Tour d'horizon de la fonction …

Vous avez peut-être suivi les difficultés de l'une de mes associations dans le remarquable billet « Ma chorale déchante ». Quand il faut dénouer une situation tendue, le plus simple est de se retrousser les manches et de passer à l'action. Quand tant d'autres ne font rien, je ne suis pas de ceux qui comptent éternellement sur les autres. C'est donc ainsi, avec ma grande gueule et mon sens de la formule qui fait mouche, que je me retrouve Président. La belle affaire pour quelqu'un qui chante tout juste mieux qu'une casserole et qui est totalement béotien en solfège.

Mais de tout ça, balayons d'un grand geste méprisant les chausse-trapes et les inévitables tracas qui vont se présenter devant moi pour aller plus avant dans les différents profils de président que j'ai eu l'occasion de croiser dans ma longue carrière associative. Le mieux pour moi serait de ne pas suivre les mauvais exemples et de tirer le meilleur des rares sujets d'exception en ce domaine. Mais je sais par expérience qu'il y a toujours un grand écart entre les promesses et la réalité, aussi je me garderai bien de fanfaronner, tel notre pauvre François, en déclarant, péremptoire et solennel « Moi, Président, … » pour finalement n'en tenir nul compte.

Des présidents, donc, j'en ai vu beaucoup et pas souvent du meilleur acabit. Il y a d'abord celui qui régente tout, occupe la première place sur la photographie comme à table, qui veut tout savoir et qui dit « Moi, je » en parlant de l'association. Celui-là est le plus détestable. Incontournable, il veut tout contrôler, ne délègue rien, décide de tout, ordonne plus qu'il n'exécute, prend seul la parole lors des réunions et est d'un ennui mortel. Il décourage les bonnes volontés, il fait fuir ceux qui aiment leur liberté. Il est l'association à lui seul …

Il y a encore cet autre qui se pense indispensable. Son travail est exemplaire, son implication sans faille. Il fait tout et même beaucoup plus encore. Il abat un tel ouvrage que personne ne songe à lui disputer la place. L'association est son enfant, sa chose, son bien propre. Après lui, le déluge ; les autres ayant pris l'habitude de se reposer sur ce stakhanoviste de l'organisation et du détail qui tue. Pourtant, après son départ, l'association continuera à vivre, de manière fort différente mais elle continuera quand même. Il se peut même que nul alors ne songe à lui dire merci pour tout ce qu'il avait fait.

Il y a celui qui n'est jamais là. Le président suprême, celui qui dispose d'une bonne raison pour jouir ainsi d'un prestige absolu. Il jouit d'une fortune personnelle qu'il met modestement au service de son association ou bien il a un nom qui sert de vitrine, de référence pour faire briller tous ceux qui se placent sous sa bannière. Celui-là est une sorte de Dieu le père ; un mot suffit à faire disparaître un gêneur, il ne fait rien mais a tous les pouvoirs. Quand il vient à se lasser, quand il tire sa révérence, c'est souvent la fin des haricots et rien ne résiste à sa trahison.

Le président historique est aussi une curiosité. Il fait tellement partie des murs qu'il se confond avec l'association. Ses qualités, son savoir-faire l'ont installé dans une fonction à vie qui ne présage rien de bon. Il agit souvent avec justesse, il délègue, prend en compte l'avis de tous. Il serait parfait, s'il ne s'était créé un mausolée de son vivant. À ne pas forcer la main d'un éventuel successeur, il a conforté chacun, bien malgré lui, dans la certitude que, lui seul, pouvait tenir la baraque. Et s'il vient à partir, si la mort l'emporte ou bien un raz-de-marée, c'est le tsunami, l'accident industriel et l'association ne s'en relève pas.

Le président fantoche n'est pas mal non plus. Celui-là ne dispose d'aucun pouvoir. Il n'est que le faire-valoir de quelques malandrins qui font leurs petites affaires en sous-main, se servent parfois copieusement, se couvrent grâce à ce brave homme qui signe et ne contrôle rien. Il va inaugurer les chrysanthèmes, se farcir les réunions de la mairie et les défilés pompeux, signer les yeux fermés et ne rien comprendre à ce qui se trame réellement dans la maison. C'est lui qui aura les ennuis quand le pot aux roses sera découvert ; en attendant il coule des jours heureux sans se douter qu'il est assis sur une bombe à retardement.

Il faut mentionner , mais c'est plus rare heureusement , le président roublard qui a créé une association de papier pour tromper le fisc et profiter d'une couverture factice. Personne ne peut adhérer à son association : c'est un paravent, un leurre qui ne trompe personne. Il profite de la complicité de ceux qui ont quelques avantages à fermer les yeux sur ses manigances. Il bénéficie de la bienveillante mansuétude des notables ; dans ce pays frauder est un devoir pour les gens de la bourgeoisie et un crime de parasite quand ce sont des pauvres qui le font. Celui-là ne défend rien que ses intérêts, a les doigts crochus et ne dit jamais merci.

Fort heureusement il est des présidents qui annoncent la couleur. Font un mandat ou bien s'engagent pour une durée déterminée. Ils ne phagocyteront pas l'association ; ils organisent le débat, permettent la contradiction, délèguent et confient des responsabilités à chacun. Il ne font jamais de rétention d'information et agissent seulement pour le strict nécessaire. Une association n'est pas une entreprise : elle a besoin de fédérer toutes les énergies autour d'une activité qui lui confère sa légitimité et est l'essence même de son âme. Ce président-là n'est qu'une courroie de transmission qui sera remplacée quand son tour passera.

Présidentiellement vôtre.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Robert GIL Robert GIL 11 janvier 11:30

    Le doute n’est malheureusement plus permis. François Hollande choisit de poursuivre dans une voie qui n’a contribué, depuis le début des années 1980, qu’à accroître les inégalités entre pays riches et pauvres, mais aussi entre riches et pauvres d’un même pays, à exacerber le ressentiment, minant par là même la confiance des sociétés dans leur propre avenir.
    .
    voir :
    MOI, FRANCOIS HOLLANDE, PRESIDENT LIBERAL


    • C'est Nabum C’est Nabum 11 janvier 13:00

      @Robert GIL

      Le billet ne parle pas de ce triste personnage, chez d’orchestre qui ne regarde que du côté des balcons


    • rocla+ rocla+ 11 janvier 11:41

      je sais pas ce que vous avez contre Hollande , il a marié les hommes 

      avec les hommes les femmes avec les femmes d’ accord le chômage 
      a augmenté mais on a quand-même un super ministre de l’ Intérieur .

      Que voulez vous donc de plus ? 

      • Shawford Naoh 11 janvier 11:57

        @rocla+

        Et pour y parvenir, il a « marié » des hommes avec des femmes... de ménage, quand même !!!!


      • C'est Nabum C’est Nabum 11 janvier 13:01

        @rocla+

        Je hais la médiocrité

        Nous ne serons donc jamais en phase avec ce pauvre pantin


      • rocla+ rocla+ 11 janvier 11:59

        Des femmes qui déménagent il y en a plein . 


        • Shawford Naoh 11 janvier 12:11

          @rocla+

          Tu tiens une forme olympique aujourd’hui, captain !!!

          Et je suis pas le seul apparemment à te dresser des couronnes de lauriers.

          Pourvu que ça dure smiley


        • rocla+ rocla+ 11 janvier 12:36

          @Naoh


          T’ as vu , depuis que j’ ai ach’té un miroir je reufleuchis ...

        • Shawford Naoh 11 janvier 12:37

          @rocla+

          A défaut d’être tantrique, c’est symétrique


        • juluch juluch 11 janvier 12:10

          les président d’associations, les Secrétaires généraux des syndicats, ceux des Ce etc....


          Dur de trouver des gens idéals.....le mieux c’est de s’occuper de rien.

          Une référence ambiguë avec celui qui est à l’Elysée Nabum ?,

          Vous n’oseriez pas quant meme.....  smiley

          • Shawford Naoh 11 janvier 12:32

            @juluch

            Je suis pas de vin, mais les effluves de Na Boom ne sont jamais seulement d’aussi basse engeance, à tout le moins elles atteignent toujours tous les étages possibles de l’alambic smiley


          • C'est Nabum C’est Nabum 11 janvier 13:03

            @juluch

            Faire mieux que ce guignol

            Cela ne fait aucun doute !


          • Pyrathome Pyrathome 11 janvier 12:29

            Moi président, je vais sucer à fond les barbares coupeurs de têtes Saoud et livre des armes aux terroristes « modérés » en Syrie tout en affirmant qu’ils font du « bon boulot »...


            • C'est Nabum C’est Nabum 11 janvier 13:04

              @Pyrathome

              Nous bifurquons un peu du sujet initial


            • hervepasgrave ! hervepasgrave ! 11 janvier 13:28

              Bonjour,
              Je ne comprends pas cet article,ou alors est-ce les commentaires ? De quel genre de présidence parlez-vous ? D’ailleurs quelques soit le sujet ,« moi président » c’est être propriétaire d’une chose ou son objet ? Créateur d’une chose ou d’un objet ?
              Alors moi président parait-être bien maigre. Un centre ,une image comme d’ailleurs tu l’écris ,mais tu veux en venir ou ? Je ne saisi pas la chose !


              • C'est Nabum C’est Nabum 11 janvier 18:34

                @hervepasgrave !

                J’ai joué de l’ambiguïté et je me prends un coup de règle sur les doigts


              • petit gibus 11 janvier 14:38
                Je pense que tous ceux qui lorgnent sur...,et décrochent un jour
                le titre de président qu’il soit de nature économique politique ou associative
                possèdent les caractéristiques, sont les clones plus ou moins fidèles
                de toutes les catégories que tu évoques smiley
                Dans une structure, c’est pas le président qui mérite considération et merdaille

                c’est son ou sa secrétaire
                Mais pourquoi écris-tu qu« une association n’est pas une entreprise »
                de nos jours quelles différences ?
                Perso j’y vois en elles beaucoup plus les défauts que les avantages

                • Abou Antoun Abou Antoun 11 janvier 14:49

                  @petit gibus
                  Dans une structure, c’est pas le président qui mérite considération et merdaille c’est son ou sa secrétaire.
                  Un peu comme dans une mairie, une université, un rectorat, quoi ?


                • C'est Nabum C’est Nabum 11 janvier 18:36

                  @petit gibus

                  J’écris cette phrase car l’association dont je prends la présidence a été gérée comme une entreprise et je vais demander à chacun de revenir à l’esprit associatif ...

                  Il y a pour moi grande différence et partage des responsabilités


                • Old Dan Old Dan 12 janvier 00:55

                  Vu la déliquescence politique, la financiarisation et l’effritement démocratique
                  c’est par la société civile, le bénévolat individuel et par les associations
                  que la vie sociale s’entretient, s’amplifie... ou parfois survit.
                  .
                  [ et c’est pas près de s’arranger ! ]


                  • C'est Nabum C’est Nabum 12 janvier 18:58

                    @Old Dan

                    C’est l’ultime espace pour l’espoir


                  • zygzornifle zygzornifle 12 janvier 13:34

                    après le « casse toi pauv con » de Paul bismuth on a le « moi président » .... la France a vraiment un mauvais Karma ......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès