• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Mot « race » : la solution ingénieuse de Charles de Courson

Mot « race » : la solution ingénieuse de Charles de Courson

« La diversité humaine a entraîné une classification raciale sur les critères les plus immédiatement apparents : leucodermes (Blancs), mélanodermes (Noirs), xanthodermes (Jaunes). Cette classification a prévalu, avec diverses tentatives de perfectionnement dues à l’influence des idées linnéennes, tout au long du XIXe siècle. Les progrès de la génétique conduisent aujourd’hui à rejeter toute tentative de classification raciale. » ("Le Petit Larousse", édition de 1992, au mot "race").



Dans la séance du mardi 9 février 2016 dans la soirée au Palais-Bourbon, les députés ont continué de débattre du projet de loi constitutionnelle.

Par exemple, l’ancienne ministre Delphine Batho a expliqué son opposition, non pas au principe de déchoir la nationalité des terroristes, mais de l’inscrire dans la Constitution : « Je suis obligée de regarder cette proposition de révision de la loi fondamentale de la République avec une certaine inquiétude pour l’avenir. Parce que c’est la loi fondamentale que nous mettons entre les mains des majorités futures, avec peut-être le meilleur mais aussi, peut-être, le pire. Or je ne souhaite pas que la loi fondamentale de la République puisse autoriser la déchéance de nationalité de Français de naissance, par une loi simple modifiant le code pénal. » (9 février 2016). Elle a raison, ce texte serait un énorme chèque en blanc pour une majorité future qui sombrerait dans le populisme.


La boîte de Pandore constitutionnelle furtivement ouverte

Les deux premiers articles (et les deux seuls du projet) ayant été adoptés, sur l’état d’urgence et sur la déchéance de la nationalité, la discussion s’est donc focalisée sur les nombreux amendements qui proposent de rajouter un article 3.

La raison ? Comme c’est une révision constitutionnelle, c’était l’occasion en or, pour les parlementaires, de proposer d’autres modifications de la Constitution, même si ces modifications pourraient être considérées comme des "cavaliers", c’est-à-dire sans rapport avec l’objet du texte (et en ce sens, pourraient être anticonstitutionnels si c’était une loi simple, mais comme c’est une révision constitutionnelle, si elle était adoptée dans les règles, le Conseil Constitutionnel, dont le rôle est de veiller au respect de la Constitution, ne pourrait évidemment pas les invalider).

Ainsi, la boîte de Pandore a été ouverte durant cette longue soirée et nuit (la séance s’est achevée à une heure cinq du matin), avec des amendements pour donner le droit de vote aux étrangers (ce qui serait cocasse dans le même texte où l’on peut retirer la nationalité), ou rappeler les "racines chrétiennes" de la France (un amendement présenté par le député Jean-Frédéric Poisson, l’héritier politique de Christine Boutin, et soutenu par la députée Valérie Boyer : « C’est le christianisme qui nous a permis d’envisager l’homme comme un individu à part entière. La protection de la dignité humaine repose sur ces valeurs chrétiennes. La France est certes aujourd’hui une République laïque, mais d’influence et de valeurs chrétiennes. D’ailleurs sans le christianisme, il n’y aurait pas de laïcité : la laïcité n’existe que dans des pays de racines chrétiennes, comme la démocratie d’ailleurs. »), etc.


Le refus catégorique de toute autre modification immédiate

Le gouvernement et la majorité, par la voix du nouveau Garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas et du nouveau président de la commission des lois (et successeur de Jean-Jacques Urvoas), le sympathique député Dominique Raimbourg (le fils de Bourvil !), ont systématiquement rejeté ces amendements, même ceux sur lesquels ils pouvaient être en accord sur le fond, afin de ne pas polluer le texte qui doit ensuite être adopté par les sénateurs.

Pour chacun de ces amendements, la réponse de Dominique Raimbourg fut celle-ci : « Cette discussion est intéressante en soi. Toutefois, le choix a été fait de se restreindre à l’essentiel : c’est la condition de l’unité. Je ne dis pas que votre préoccupation n’est pas essentielle, mais elle s’éloigne du sujet principal. De ce fait, je ne peux donner qu’un avis défavorable, et je donnerai les mêmes explications à l’ensemble des amendements portant article additionnel après l’article 2. ».

Et celle de Jean-Jacques Urvoas fut de la même tonalité : « L’avis du gouvernement est identique. (…) Nonobstant cette argumentation, le gouvernement donnera évidemment un avis défavorable à toute les propositions de création d’un article additionnel, qui ne correspondent pas à l’intitulé et à l’objectif de la révision constitutionnelle. ».


Supprimer le mot "race" de la Constitution

Parmi les amendements, les amendements n°192, n°201 et n°231, proposés par les députés Jean-Luc Laurent, Alexis Bachelay et Yann Galut, visent à supprimer de l’article 1er de la Constitution la mention de la "race". L’explication d’Alexis Bachelay est assez simple : « Nous craignons de ne pas avoir, au cours de cette législature, une autre occasion de réviser la Constitution, et donc d’en supprimer ce mot, conformément à l’engagement qui avait été pris lors de la campagne présidentielle par celui qui est aujourd’hui Président de la République. Il est vrai que les mots prononcés lors du Congrès de Versailles étaient forts, m ais pas davantage que ceux qui avaient été prononcés alors, notamment au Bourget. En l’occurrence, ce serait un honneur de notre majorité que de procéder à cette suppression. ».

Effectivement, François Hollande s’était engagé à Paris le 11 mars 2012 à supprimer le mot "race" dans la Constitution : « Il n’y a pas de place dans la République pour la race. Je demanderai au lendemain de la présidentielle au Parlement de supprimer le mot race de notre Constitution. ».


Problèmes juridiques insolubles

Dans les problèmes juridiques que poserait la suppression du mot "race" de la Constitution (dans l’article 1er  : « sans distinction d’origine, de race ou de religion »), il y a le fait que la Constitution de la Ve République du 4 octobre 1958 renvoie aussi au préambule de la Constitution de la IVe République du 27 octobre 1946 qui lui-même mentionne deux fois le mot "race" (« sans distinction de race, de religion ni de croyance », puis, plusieurs lignes plus bas, « sans distinction de race ni de religion »). Or ce texte ne peut plus être modifié, puisque c’est un texte historique.

Une proposition de loi déposée par le député Alfred Marie-Jeanne avait été adoptée le 16 mai 2013 par l’Assemblée Nationale, qui a recensé tous les documents législatifs où le mot "race" était cité pour les modifier, mais elle n’est toujours pas à l’ordre du jour au Sénat, et elle ne concerne pas la mention dans la Constitution puisque ce serait une simple loi (et pas une révision).


La solution de Jean-Jacques Urvoas

La réponse sur le fond du ministre Jean-Jacques Urvoas, qui a rappelé les difficultés juridiques de supprimer le mot "race", a été celle-ci : « Chacun, ici, sait que la suppression du mot "race" soulèvera des difficultés parce que ce terme figure dans d’autres codes. Le moment venu, et il doit venir, je suggère plutôt au Parlement d’écrire dans la Constitution que la France combat le racisme sous toutes ses formes. L’idée que vous défendez serait ainsi affirmée sans déstabiliser l’ensemble des codes, et nous atteindrions l’objectif fixé. ».

_yartiRaceConstitution02
Néanmoins, cette solution ne paraît pas reprendre à son compte la raison principale de vouloir supprimer le mot "race".


La solution de Charles de Courson

C’est, me semble-t-il, le député centriste Charles de Courson qui a trouvé la meilleure formulation pour garder l’idée et éviter les problèmes juridiques : « Il est vrai que la présence du mot "race" dans notre Constitution laisse entendre que notre texte fondamental reconnaît l’existence de races, au pluriel. Il me semble que la vraie réforme de la Constitution, mais elle fera peut-être l’objet d’un autre texte, un jour, consisterait à affirmer l’unicité de la race humaine. C’est comme cela que nous parviendrons à contourner le problème. ».

Et d’ajouter (après une exclamation de Noël Mamère) : « Ou de l’espèce humaine, oui, mais le mot "race" est couramment utilisé. L’essentiel est d’en souligner l’unicité, ce qui fonde la lutte contre le racisme, lequel existe bel et bien, quant à lui. Mais tout cela fera l’objet d’un débat ultérieur. ».

Cette solution semblait en tout cas avoir l’approbation des groupes de l’opposition, UDI et LR (Christian Jacob : « Oui, c’est mieux. »), mais aussi du président du groupe communiste, André Chassaigne : « En effet, il n’y a qu’une race humaine. Il est inutile de s’étendre là-dessus, tous les travaux des scientifiques en attestent. ».

Ainsi, en conservant le mot "race", ce qui couperait l’herbe sous les pieds de ceux qui ne manqueraient pas d’affirmer que ce n’est pas en supprimant le mot "race" qu’on supprimerait le racisme, le constituant ferait œuvre utile en disant haut et fort qu’il n’y a qu’une seule race humaine, et que chaque être humain doit bénéficier, à ce titre, du principe d’égalité en droit et en fait, et qu’il ne peut être classé dans aucune classification aussi subtile soit-elle. L’être humain est à la fois unique et égal.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (17 février 2016)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Le mot "race".
Charles de Courson.
La déchéance de la nationalité.
Chaque être compte.
L’histoire de l’être humain.

_yartiRaceConstitution03
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.65/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

63 réactions à cet article    


  • César Castique César Castique 17 février 2016 10:42

    « ...consisterait à affirmer l’unicité de la race humaine. »


    Toutes ces gesticulations sont ineptes, et symptomatiques d’un temps déboussolé qui va, c’est dire, jusqu’à marier, ensemble, des personnes de même sexe,.

    Et quoi qu’on fasse du mot « race », rien ne supprimera jamais les insurmontables clivages entre les *NOUS* et les *EUX* dans un sens, entre les *EUX* et les *NOUS* dans l’autre sens.

    • César Castique César Castique 17 février 2016 11:03

      @Jade4230

      « Ah bon parce que c’est toi qui décide, blaireau ? »


      Pas du tout. Si t’es un *NOUS* blanc, tu peux pas être un *NOUS* noir, et tu ne le seras jamais. Et l’inverse est tout pareillement vrai. Personne ne décide rien, c’est un fait acquis.


      Comme, par exemple, tu ne peux pas être en même temps un *NOUS* omnivore et un *NOUS* végétarien ou -lien. 


      Il y a plein de trucs comme ça, qui en nous classant dans une catégorie, nous excluent d’une ou de plusieurs autres catégories.


      D’autres questions ?

    • LEELOO Shawford 17 février 2016 11:05

      @César Castique

      On se connaît réciproquement IRL ?


    • César Castique César Castique 17 février 2016 11:30

      @Shawford


      Allez savoir... Si ça se trouve, on est voisins de palier... smiley

    • LEELOO Shawford 17 février 2016 11:39

      @César Castique

      Ah bon ?

      je regarde... rien dans le jardin, rien dans les vignes : MYTHO !


    • LEELOO Shawford 17 février 2016 11:41

      @César Castique

      Ah et bien sûr :

      .. pshitt ... Cesar castique a désormais complétement disparu de ma mémoire

      Bon karma, man !


    • César Castique César Castique 17 février 2016 11:55

      @Shawford

      « . Cesar castique a désormais complétement disparu de ma mémoire... »



      Putain d’Alzheimer smiley

    • César Castique César Castique 17 février 2016 16:03

      @Shawford


      « Surtout de quel cluster tu parles ? »


      La génétique des populations n’a rien à voir avec le clivage dont je parle et qui sépare des états ne pouvant exister simultanément en une même personne, dans la mesure où ils sont incompatibles et/ou contradictoires.


      Une autre question ?

    • LEELOO Shawford 17 février 2016 16:06

      @César Castique

      Non, juste bon courage pour assurer le salut de ton âme vis à vis de Kylo et de jade

      @+


    • julius 1ER 18 février 2016 07:51
      Comme, par exemple, tu ne peux pas être en même temps un *NOUS* omnivore et un *NOUS* végétarien ou -lien.

      @César Castique
      Ave César ..... oui mais ce sont des clivages qui ne reposent sur rien et sont spécieux !!!!
       
      c’est culturel parceque l’on ne nait pas « végétarien » on peut le devenir et puis changer dans le cours de sa vie ... il n" y a rien d’inscrit dans le marbre !!!

      alors que l’on ne peut pas changer de couleur (hormis Michael Jackson ) si tant est qu’une couleur de peau est une race ce que je ne crois pas un seul instant !!!!!!!!!!

    • César Castique César Castique 18 février 2016 20:15

      @julius 1ER

      « c’est culturel parce que l’on ne nait pas « végétarien » on peut le devenir et puis changer dans le cours de sa vie ... il n » y a rien d’inscrit dans le marbre !!!"


      Ben oui, c’est culturel, et tu peux changer, mais il demeure que tu ne peux pas être, en même temps, un *NOUS* omnivores et un *EUX* végétariens : c’est l’incompatibilité des deux états qui fait le clivage, ce n’est ni la culture ni le marbre ni même ce que tu bouffes ou ne bouffes pas, et cette incompatibilité, ce n’est pas rien, et ce n’est pas spécieux non plus, puisque c’est insurmontable.


      Même Hyde ne peut pas être simultanément Jekyll : il cesse d’être l’un pour devenir l’autre, et inversément.


      Et si tu comprends pas ça, je jette l’éponge smiley




    • CoolDude 17 février 2016 11:58

      Ils sont fous ces politiques !

      Ce n’est pas en niant l’existence des races que l’on lutte contre le racisme.
      De mème, pour les sexes, etc...

      Ça en presque contre productif et extrêmement risible tout cela.

      Bientôt, ils vont t’expliquer que l’on a le droit de choisir sa couleur de peau et celles de ses enfants.
      Enfin...


      • César Castique César Castique 17 février 2016 12:58

        @CoolDude


        « Ce n’est pas en niant l’existence des races que l’on lutte contre le racisme. »


        De toute manière, on ne peut pas lutter contre le racisme. On peut lutter contre les expressions publiques de racisme, mais personne ne peut vous empêcher de penser pis que pendre de telle ou telle communauté, de ses moeurs, habitudes, croyances et coutumes.


        De Gaulle, qui ne s’embarrassait pas des tartes à la crème au goût du jour, disait, rapporte son fils Philippe. dans De Gaulle, mon père :


        « Si une communauté n’est pas acceptée, c’est qu’elle ne donne pas de bons produits, sinon elle est admise sans problème. Si elle se plaint de racisme à son égard, c’est parce qu’elle est porteuse de désordre. »

        Or, à en juger par le white flight, il y a, en France, des communautés qui ne sont pas bien acceptées, que cela plaise ou non au politiquement correct et à la bien-pensance bobo.

      • CoolDude 17 février 2016 13:53

        @César Castique

        Si, par « l’Éducation »... des sciences sociales.
        Le racisme, le sexisme, etc... Font pour moi parti des erreurs fondamentales d’attribution.

        Via des biais d’égocentrisme et de mégalomanie, n’importe quel crétin non éduqué va rapidement utiliser tout un arsenal de préjugés et de jugements de valeur pour justifier une supériorité hiérarchique, qu’il n’a sûrement pas (ex : en caricaturant à peine... Moi homme viril -> Toi idiot -> Toi soumettre). Enfin, c’est comme ça.

        Mais pour la classe dirigeante, ce genre de science est trop dangereuse et elle n’aura jamais comme objectif d’en éduquer et d’illuminer le monde... Car le sens de supériorité en serait modifié.


      • César Castique César Castique 17 février 2016 15:37

        @CoolDude

        « Si, par « l’Éducation »... des sciences sociales. »



        L’éducation des communautés « porteuses de désordre », j’imagine. Parce que si vous parlez de celles qui ne supportent pas le désordre porté par les autres, ça me paraît pour le moins aventuré.


        « ...tout un arsenal de préjugés et de jugements de valeur pour justifier une supériorité hiérarchique... »


        Le white flight ne repose sur aucune supériorité hiérarchique, et pas plus sur des préjugés que des jugements de valeur, il est l’expression d’un refus de promiscuités difficilement supportables.


        Et quand des Corses réagissent brutalement à une agression perpétrée contre des pompiers, ce n’est ni à partir de préjugés, de jugements de valeur et de sentiment de supériorité, mais pour rappeler qu’ils sont chez eux par rapport à des gens dont les racines sont ailleurs.


        Il faut bien voir que le racisme, de nos jours, c’est tout autre chose que ce que recouvrait l’« antique » définition : "Système qui affirme la supériorité d’un groupe racial sur les autres, en préconisant, en particulier, la séparation de ceux-ci à l’intérieur d’un pays (ségrégation raciale)." Petit Larousse illustré, éd 1960.

      • CoolDude 17 février 2016 16:27

        @César Castique

        J’ai une définition plus personnellement du mot racisme : Idéologie qui pense que la couleur de peau conditionne les aptitudes et attitudes.


      • CoolDude 17 février 2016 16:45

        @César Castique

        Le problème avec ce genre de pensées qui lie un comportement à une couleur de peau (par exemple), c’est que l’on peut voir des ennemis, là ou il y en n’a pas...
        Et surtout voir des personnes comme amis, alors quelles ne le sont pas.

        La ressemblance physique ne signifie pas ressemblance morale, etc...


      • CoolDude 17 février 2016 16:51

        @Kylo Ren

        Ça dépend de quelles lignes vous parlez. Je ne maîtrise pas tous les sujets et je n’ai pas d’avis sur tout.


      • César Castique César Castique 17 février 2016 17:21

        @CoolDude

        « La ressemblance physique ne signifie pas ressemblance morale, etc... »



        J’aurais dû préciser tout de suite que je ne m’intéresse pas aux relations entre individus - qui ne sont significatives de rien -, mais uniquement à la cohabitation des différentes communautés.




      • CoolDude 17 février 2016 17:57

        @César Castique

        Oui, le Moi, l’intra-groupe et hors/exo-groupe, etc...
        C’est presque de l’arithmétique.

        La cohabitation est possible si les différentes communautés font parti d’un même groupe de valeur supérieur qui est une construction sociale... Par définition. Une Nation par exemple.

        Mais, en allant plus loin dans la réflexion, si tu maîtrises bien ces concepts et ces mécanismes, tu transcendes cela. Et les communautés ne sont plus ressenti comme un danger.

        C’est pour ça que je dis que l’éducation de ce genre de chose est très importante.
        Mais elle ne se fera pas car ça remettrai en cause par d’autre mécanisme, notre mode de gouvernance.

        La théorie des groupes en science sociale, c’est la base et elle est bien documentée.


      • César Castique César Castique 17 février 2016 18:11

        @CoolDude


        « La cohabitation est possible si les différentes communautés font parti d’un même groupe de valeur supérieur qui est une construction sociale... »


        Mais cela suppose que toutes les communautés aspirent à la même construction sociale. 


        Je n’y crois pas. Ne serait-ce déjà qu’en raison de l’incompatibilité de l’Islam avec la démocratie et la République, où la légitimité du pouvoir politique vient du peuple - à tout le moins en théorie - et non de Dieu lui-même.

      • Et hop ! Et hop ! 17 février 2016 18:35

        @CoolDude : donc il faut supprimer le mot peau.


      • CoolDude 17 février 2016 18:36

        @César Castique

        En faite pour moi, le problème n’est pas la gueule de mon voisin...
        Mais plutôt qui nous dirige et comment ils nous dirigent.

        L’Islam « problématique » est une construction sociale moderne. Un épouvantail qui permet d’écarter les responsabilités sociales et économiques de nos dirigeants.

        Pendant que l’on regarde par là...
        Ils sont tranquilles.


      • CoolDude 17 février 2016 18:44

        @Et hop !

        Ça, ça sera dans la prochaine mouture de la reforme de l’Orthographe. Tu les mots « emmerdant » dehors... Vu que le bon peuple est trop bête pour comprendre la notion de racisme, on supprime le concept de race... Le sexisme, idem... Le fachisme, idem... Etc...

        Je pense que nos dirigeants nous prennent vraiment pour tous pour des « idiots utiles » comme on dit ! Et il faut qu’on le reste.


      • César Castique César Castique 17 février 2016 20:12

        @CoolDude

        « En faite pour moi, le problème n’est pas la gueule de mon voisin... »



        Comme je vous ai dit, ma réflexion ne porte au niveau des individus. Moi, du moment que mon voisin boit le coup et mange comme tout le monde, je ne me soucie ni de son apparence ni de ses racines :


        « L’Islam « problématique » est une construction sociale moderne. »


        Peut-être, mais quand il y a moins de cent musulmans qui participent à une manifestation de désolidarisation après les crimes de Mohammed Merah, quand les musulmans sont « remarquablement » absents de la manifestaion du 11 janvier 2015, et quand les musulmans ne sont toujours pas cent à se réunir au Trocadéro après le massacre du 13 novembre, malgré l’appel de leurs leaders, je me dis qu’il y a effectivement un problème. 


        Et croire « faire communauté » - pour parler comme les cuistres - avec ces gens-là est une faute d’autant plus grave qu’elle pourrait nous entraîner à faire des concessions irréversibles.


        « Pendant que l’on regarde par là...Ils sont tranquilles. »


        Et pendant que certains regardent du côté des dirigeants français, ce sont les eurocrates qui sont tranquilles.

      • CoolDude 17 février 2016 20:34

        @César Castique

        "Peut-être, mais quand il y a moins de cent musulmans qui participent à une manifestation de désolidarisation après les crimes de Mohammed Merah, quand les musulmans sont « remarquablement » absents de la manifestaion du 11 janvier 2015, et quand les musulmans ne sont toujours pas cent à se réunir au Trocadéro après le massacre du 13 novembre, malgré l’appel de leurs leaders, je me dis qu’il y a effectivement un problème.« 

        Je ne peux pas répondre pour eux...
        Mais c’est vrai qu’il manque un vrai leader et porte parole Français chez eux.
        Ça leur a toujours été reproché d’ailleurs.

        Les Catholiques ont un pape, une figure représentative...
        Ce qui n’est pas forcement bien aussi.

        C’est leurs foi, pas la mienne.
        Je ne peux parler pour eux.

        Franchement, je ne peux pas répondre.
        La, il faut enquêter sur place.

        Mais je suis sur qu’il y avait des musulmans dans la manifestation.
        Mais invisible...

        En tout cas, ce que je constate, c’est que l’on converge.

        PS :
        Sans rentrer dans le complotisme primaire...
        Qui représente Islam »Dangereux" dans le monde et en France.

        Qui...
        Hein, qui... !?
        Etc...


      • CoolDude 17 février 2016 20:42

        @César Castique

        Bref...
        C’est bien un sous-groupe des musulmans !

        On se moque beaucoup avec « le pas d’amalgame », mais effectivement, il faut réfléchir avant d’agir.
        Après ça sera trop tard.

        Il n’y a pas de replay possible.


      • philouie 17 février 2016 20:57

        @CoolDude
        je pense que beaucoup de musulmans ont compris que les attentats sont en réalité des attentats dirigés contre les musulmans.
        Manifester reviendrait à manifester aux cotés de leur bourreaux.


      • CoolDude 17 février 2016 21:13

        @César Castique

        Hyperprototypé ce sous groupe d’ailleurs...
        Enfin, je me comprends !

        C’est fou quand même cela.

        Bref, pas d’idée préconçu, pas de jugement de valeur... C’est de la merde ! Style open. L’ennemie est partout ! Hihi...


      • CoolDude 17 février 2016 21:22

        @philouie

        Tu confirmes mes doutes...

        Mais vu que la tempête est passé, ami Musulman, il n’y a plus de « Si Dieu le veut ». Il faut que vous vous bougiez un peu.

        Bon, ok...
        Les médias ne sont pas la !!!
        Mais, il y a AgoraVox.

        Merci à tous.

        Le dialogue avant tout.


      • philouie 17 février 2016 21:39

        @CoolDude
        La tempête est passé ?
        moi je là vois qui vient.
        Et elle prend la forme d’un rouleau compresseur que rien ne pourra arrêter.
        Tu dis, il faut que vous vous bougiez. Qu’est-ce à dire ?


      • CoolDude 17 février 2016 21:52

        @philouie

        Ben ce... Rouleau ! On est la pour ça... Et un peu d’aide serait pas de refus n’est ce pas !?


      • CoolDude 17 février 2016 21:58

        @philouie...

        Enfin, ça dépend qui écrase quoi, ou évite d’être écrasé.
        Les idées : BIEN !!!
        Les gens : PAS BIEN !!!

        Enfin...


      • CoolDude 17 février 2016 22:07

        @philouie

        La tempête, n’est ni passé, ni avenir... On est dedans à 100% ! Et tout le monde à part peut être nous deux, est très serein. C’est peut etre pas si vrai... Mais je trouve que c’est quand même que c’est très très calme... Mais qui suis-je, je ne suis pas la pour faire une liste !


      • julius 1ER 18 février 2016 08:05
        Or, à en juger par le white flight, il y a, en France, des communautés qui ne sont pas bien acceptées, que cela plaise ou non au politiquement correct et à la bien-pensance bobo.
        @César Castique

        c’est sûr que lorsque l’on dévoie le développement économique uniquement en faveur d’un certain groupe en concentrant la richesse sur celui-ci .... on peut déplorer à la manière de César qu’il y ait des « bantoustans » à la périphérie des villes !!!! 

        c’est l’ultime insulte à une minorité de dire qu’elle est "différente de nous !!!!

      • César Castique César Castique 18 février 2016 18:38

        @julius 1ER

        «  on peut déplorer à la manière de César qu’il y ait des « bantoustans » à la périphérie des villes !!!! »


        T’as pas compris, tu connais manifestement pas le sujet. 


        Le white flight, ce sont les indigènes - les Blancs comme qui dirait - qui, progressivement, foutent le camp sous la poussée allogène et qui, au fur et à mesure de leur exode, sont remplacés par d’autres allogènes, en vertu du principe « Qui se ressemble, s’assemble ». 


        Ça se vérifie au centre de certaines villes, comme à Mulhouse, dans des arrondissements de Marseille et de Paris, à Montpellier où, dans certaines écoles, les petits blonds et les petits rouquins sont des espèces disparues. Ailleurs aussi, bien sûr, ce que les grands médias occultent avec soin.

      • SPQR Sono Pazzi Questi Romani stux 17 février 2016 12:28

        Ouais... Bof !


        L’homo sapiens né immature, c’est après que ça s’aggrave !

        Juif, Musulman, Chrétien, Franc-Maçons, Chinois, Africains ou Européens..etc...Tous ont tort à 100%.

        L’homo sapiens est un animal culturellement compatible à 100%.


        • docdory docdory 17 février 2016 13:30

          @ Sylvain Rakotoarison 

          La biologie ne reconnaît rien entre l’espèce et l’individu. Il n’y a donc pas de race humaine ( et encore moins de races humaines ), mais une espèce humaine, dont l’unité peut être effectivement affirmée. 
          La définition d’une espèce ( dans le cas des espèces sexuées ), c’est un ensemble d’individus pouvant se reproduire entre eux tout en ayant une descendance féconde. Un âne et une jument peuvent se reproduire, mais leur descendance ( mule ou mulet ) sera stérile. L’espèce « cheval » ( equus caballus ) est donc différente de l’espèce « âne » (equus asinus ) . 
          Tout au plus peut-on parler dans certains cas de « sous-espèces » lorsque des populations ont acquis, par l’éloignement et par le temps, des caractéristiques morphologiques et génétiques très différentes, mais qui peuvent néanmoins encore se croiser. L’exemple type, c’est l’homo sapiens sapiens ( nous ) et l’homo sapiens neanderthalensis ( l’homme de Néanderthal ), dont on a récemment démontré qu’ils avaient pu, dans le passé, s’hybrider et avoir des descendants féconds malgré leurs fortes différences génétiques et morphologiques.
          Donc, la proposition de Charles de Courson, si elle pourrait superficiellement être considérée comme intéressante d’un point de vue politique, n’a aucun sens d’un point de vue scientifique.
          Or, seule la science permet de décrire et de comprendre le réel...





          • Et hop ! Et hop ! 17 février 2016 18:45

            @docdory : Oui, effectivement, l’homme n’est pas une race mais une espèce, il ne s’agit pas de la race humaine mais de l’espèce humaine. Donc quand le député de Courson est complètement à côté de la plaque quand il dit :

            " Il me semble que la vraie réforme de la Constitution, mais elle fera peut-être l’objet d’un autre texte, un jour, consisterait à affirmer l’unicité de la race humaine. "

            D’autre part, comme toutes les espèces de mammifères, comme les les chiens, comme les vaches, etc.. l’espèce humaines comprends des races, et à l’intérieur des races des variétés : les Peules, les Maoris, les Bantous, les Berbères, etc... C’est un fait, nous sommes une espèce animale comme les autres, ça n’oblige pas du tout à développer des idéologies politiques racistes du genre : le Peuple juif doit être l’éducateur des autres nations.


          • Phalanx Phalanx 17 février 2016 22:38

            @docdory

            « La biologie ne reconnaît rien entre l’espèce et l’individu. » Si on parle de race pour les animaux on doit pouvoir en parler pour les humains. Théoriquement.


            Maintenant, d’un point de vue évolutioniste, on peut même dire que parler d’espece humaine ou animale n’a aucun sens puisque par définition il n’y a que des formes de vie individuelles en évolution (ne me remerciez pas pour celle là les gauchistes, je vous l’offre).

            C’est d’ailleurs la vision platonicienne de l’essentialisme (il y’a une essence immuable du lapin, du chien, de l’huitre, du gauchiste), autant que la religion, qui a freiné la reconnaissance de la théorie de l’évolution.

          • révolQé révolQé 17 février 2016 13:35

            Ou comment sont payés à ne rien foutre de gros bourges déjà gavés de fric.

            Qu’est ce qu’on en a à cirer de tel ou tel mot ???
            Le jour où ces mange mer.. devront courir en zig zag et bouffer des racines (s’ils vivent encore... smiley ) ils comprendront enfin peut être que manger,dormir et parfois rire sont essentiels à la vie,contrairement à leur branlette intellectuelle sur des mots et autres conneries,tout ça pour se croire indispensable à la société.
            Le balayeur de rues et la boulangère par exemple sont 10 000 fois plus important pour les humains que (nous) nous sommes que ces blaireaux bardés de diplômes plus inutiles les uns que les autres.


            • Attilax Attilax 17 février 2016 13:39

              Dire que les humains sont tous les mêmes sur tous les continents est une absurdité. Évidemment qu’un blanc, qu’un noir et qu’un jaune ne sont pas foutus pareils, une bonne paire de lunettes peut vous aider à le voir. Alors, que le terme de « race » soit impropre, peut être, mais qu’est-ce que ça change ? Vous voulez le changer par « espèce », « sous-espèce » ? Il y aura donc les « specistes » et les « sous-especistes » qui remplaceront les « racistes » d’aujourd’hui ? La belle affaire...
              Ce n’est pas en supprimant un mot ou en le remplaçant bêtement par un autre plus « acceptable » qu’on peut supprimer une idée. Tout comme vouloir changer les couplets de la Marseillaise, jugés trop « violents » par nos chers bien-pensants de représentants, cela s’assimile à une négation de notre Histoire, qui je crois n’a pas été retenue par Disney comme scénario pour son prochain dessin animé...


              • César Castique César Castique 17 février 2016 17:00

                @Attilax

                « Dire que les humains sont tous les mêmes sur tous les continents est une absurdité. Évidemment qu’un blanc, qu’un noir et qu’un jaune ne sont pas foutus pareils, une bonne paire de lunettes peut vous aider à le voir »

                On peut aussi se référer aux travaux du professeur Luigi Cavalli-Sforza, spécialiste mondialement connu de la génétique des populations, qui a établit une classification des populations à partir de leur ADN (en comparant des groupes d’allèles) :

                Papous de Nouvelle-Guinée et Aborigènes d’Australie /// Habitants des îles du Pacifique (Polynésiens, Canaques de Nouvelle-Calédonie, etc) /// Habitants du Sud-Est Asiatique (Khmers, Thailandais, Indonésiens, Malais, Philippins…) /// Asiatiques du Nord (Mongols, Tibétains, Coréens, Japonais, Chinois du Nord) /// Peuples de l’Arctique /// Indiens d’Amérique (du Nord, centrale et du Sud) /// Européens blancs /// Caucasoïdes non-Européens (Nord-Africains, habitants du Proche-Orient, Iraniens, Indiens, Pakistanais, etc) /// Africains.

                Et comme c’est un antiraciste à chaux et à sable, il contourne la difficulté en parlant de « clusters » (groupes en anglais), Il y en a qui disent que « races » et "clusters* c’est la même chose... Je leur laisse la responsabilité de leur affirmation.


              • gaijin gaijin 17 février 2016 13:52

                n’importe quoi qui finit en apothéose : «  L’être humain est à la fois unique et égal. »
                personne pourvu d’ yeux ne s’abstiendra jamais de faire une différence entre un leucodherme et un mélanoderme ......
                c’est stupide mais c’est mécanique
                c’est l’histoire d’un petit garçon qui a deux perroquets on lui demande de les emmener mais il n’en prend qu’un lorsque qu’on lui demande pourquoi il dit : j’ai laissé le vert il n’était pas mur .....

                pas mur .....telle est la question
                tant que nous ne comprenons la véritable nature du moi et du nous alors le problème existera tant que l’on croira que celui sur le barreau du dessus d’une échelle est supérieur alors le problème existera

                c’est moi contre les autres
                ma famille contre les voisins
                mon club de foot .....
                mon parti politique.........
                mon pays ......
                ma race ( et là soudain alors qu’on trouve le reste normal il faut pas .....)
                et demain si on rencontre ET ça sera l’humanité contre les aliens ....
                et forcément moi je suis mieux ou en tout cas normal .....pas les autres
                ma famille c’est les meilleurs
                mon club de foot aussi ( ils jouent dans le même club )
                etc

                mais on est tous égaux sauf que comme nous sommes les meilleurs c’est nous qui devons diriger ......

                alors bien sur dans tout ce barnum seul le racisme pose un problème ......

                bon courage pour les prochains 10 000 ans de guerre .....


                • Diogène diogène 17 février 2016 15:02

                  L’emploi du mot « race » n’a rien de « raciste ». Ce qui est raciste, pour l’espèce humaine, tant que eugénisme ne sera pas la règle générale (comme pour les animaux d’élevage), c’est de prétendre qu’une race est supérieure à une autre.

                  Dire qu’un pays est peuplé par plusieurs races n’est pas raciste.
                  Dire qu’il existe un peuple « élu » (c’est-à-dire choisi par un dieu, donc supérieur aux autres parceq ue résultat d’un tri), est profondément raciste.

                  • Phoébée 17 février 2016 15:09

                    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

                    ....................Merde ! Merde, merde et re-merde  !

                    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^


                    • DanielD2 DanielD2 17 février 2016 15:19

                      Dire qu’il n’y a pas de races humaines, c’est aussi con que de dire qu’il n’y a pas de différence entre un grizzly et un ours polaire ( qui je le rappelle, peuvent se reproduire sans problème entre eux ).


                      Pourquoi les scientifiques classent par race ( ou plutôt en sous-espèce mais ça revient au même, c’est juste une question de vocabulaire ) tous les animaux de la terre dès qu’il y a une toute petite différence entre la galinette cendré et la galinette à crête, et par contre chez l’être humain un Pygmée c’est comme un Suédois ? Et cela, comme par hasard, depuis 45 ? 

                      Bref, c’est de la science idéologisée, ça n’a aucun sens. 

                      • Phalanx Phalanx 17 février 2016 15:28

                        @DanielD2

                        D’ailleurs, les « pizzly » deviennent de plus en plus nombreux a cause du réchauffement de l’artique. 

                        Et effectivement, dans le règne du politiquement correct, les nouveaux nazis changent les mots quand ils ne peuvent changer les choses (c’est trés Orwellien, typique des sociétés totalitaires)

                      • Phalanx Phalanx 17 février 2016 15:21

                        Donc si les races n’existent pas, comment vous expliquez que dans les pays de blancs ... pardon, ca n’existe pas les pays de blancs (génocide oblige). Donc, comment vous expliquer par exemple qu’en Corée il ne naissent que des coréens vraiment typés asiatiques et pas des noirs, des blancs, des jaunes, des aborigènes, des berbèbre, des esquimaux etc ... de manière aléatoire ?


                        Parce que si il ne nait que des humains typés asiatiques, cela signifie que c’est due a des composantes environementales (terres, geographie, climat, alimentation etc ...) comme nous l’enseigne la théorie de l’évolution. Ce qui signifierait que les humains sont une espèce animale divisable en race plus ou moins éloignées.... comme tous les animaux.

                        C’est marrant comme les nazis de l’époque avaient « scientifiquement » prouvé l’existence d’une race supérieure pour justifier le génocide d’autres races comme les nazis d’aujourd’hui prouvent « scientifiquement » que les races n’existent pas pour justifier leur propre génocide.

                        Plus que le génocide des indigènes européens, le coeur de cette propagande libérale est l’idée que les humains doivent être coupés de leur racines (terre, geographie, climat etc ....) pour etre des atomes individuels seuls face au marché.

                        • Pyrathome Pyrathome 17 février 2016 18:49

                          @Phalanx
                          le coeur de cette propagande libérale est l’idée que les humains doivent être coupés de leur racines (terre, geographie, climat etc ....)
                          .

                          Oui et c’est une absurdité sans nom car les différenciations du genre humain sont justement adapté depuis des milliers d’années au type d’environnement et au climat dans lequel il vit..........
                          Par exemple, un blanc en Afrique noire a beaucoup de mal à s’adapter, tant au point de vue climat qu’à la flore bactérienne ou virale, l’inverse étant tout aussi vrai....il en est de même évidemment et à fortiori pour la faune et la flore !


                        • Et hop ! Et hop ! 17 février 2016 18:55

                          @Phalanx : " comment vous expliquer par exemple qu’en Corée il ne naissent que des coréens vraiment typés asiatiques et pas des noirs, des blancs, des jaunes, des aborigènes, des berbèbre ? "

                          Parce que les Coréens ont des préjugés racistes et sexstes, ils ne savent pas encore que les races n’existent pas. Dès qu’ils seront rééduqués, les enfants d’un couple de Coréens qui ne sera plus forcément composé d’un homme et d’une femme, seront de toutes les r**** possibles, certains seront noirs avec des cheveux crêpus, d’autre blonds et longilignes avec des yeux bleus, etc... La race ne sera plus imposée, elle deviendra une orientation : chaque individu choisira sa race et son sexe, il pourra d’ailleurs changer quand il voudra, il pourra aussi changer de nom, de nationalité, de profession, de partenaire, de domicile tous les jours, il sera indéfini et nomade.


                        • izarn izarn 17 février 2016 19:45

                          Je me fous que le mot race soit dans la Constitution.
                          Il y a des noirs, des asiatiques, des indiens, des ceci et cela....On nomme cela race.
                          Bon et alors ?
                          Le fond du texte constitutionnel est de dire justement qu’ont ne doit pas faire de difference !
                          OU EST LE PROBLEME ?
                          Ou ça ? No comprehendo. Esta débilos.

                          Si je sais : Hollande est fou....
                          Il ne sait pas lire...Il vit sur une autre planète. Est-il un alien ?
                          Ces gens qui parlent de ça sont fous....
                          Je suis dans un hopital psychiatrique !
                          Et ces gens parlent sur Agoravox !
                          Au secours ! Les aliens sont parmis nous !
                          David Vincent.


                          • CoolDude 17 février 2016 22:22

                            @izarn

                            Si, c’est important... C’est l’histoire est pour les gens avertis, dire qu’aucune différence n’est raison... C’est beau ! C’est un jugement de valeur... Mais j’aime ça.


                          • CoolDude 17 février 2016 22:26

                            @izarn

                            Enfin, pourquoi je justifie cela... C’est tellement pathétique. Modifier la constitution pour ça... Elle s’effondre d’elle même à l’entendre.


                          • cassandre4 cassandre4 17 février 2016 20:06

                             Bien sur que si, les races existes, et elles sont inclues dans une seule et même catégorie « l’espèce humaine » et il en est de même pour tous les êtres vivants sur cette planète, qu’il s’agisse d’humain, de canin, d’équin, de porcin, de bovin , ovin, caprin, etc..etc.. toutes les ESPECES sont composées d’une foultitude de RACES différentes, et ce n’est pas les coupeurs de cheveux en quatre, où les enculeurs d’insectes, et autres chieurs-carré qui y changerons quoique ce soit.
                             Mais le problème, car, oui, il y a un problème, et il survient lorsqu’une PHOBIE est attachée à l’une, quelconque, de ces races, et rien d’autre !
                             La polémique, qui déferle actuellement, et qui est soigneusement et constamment entretenue par une castre soucieuse de nous voire nous entretuer, (diviser pour régner), ce principe, vieux comme la merde, se vérifie chaque jour, et tant que nous ne l’aurons pas compris, ces nuisibles domineront le monde !
                             "Ite missa est !


                            • Ruut Ruut 17 février 2016 20:29

                              Un Extra Terrestre qui naît en France est Français par le droit du sol mais d’espèce différente, voir hybride.
                              Comment ce texte gérerait ce cas ?


                              • CoolDude 17 février 2016 22:12

                                @Ruut

                                Bienvenu, c’est la merde...
                                On a besoin de vous !

                                Comme d’hab. quoi.

                                Après dés qu’ils deviendront « inutile », enfin c’est un bien grand mot... Veillez reprendre vos plasma... Vos rayons gamma est bon vent.

                                MAD in France.


                              • aldous II aldous II 17 février 2016 21:21

                                en anglais race est synonyme de course comme la F1, l’homme fait sa course par example vers son amelioration, raison pour la quelle ce l’amplitude de discernement qui est la clef de l’intelligence et de se maintenir en tete de la course.


                                • Bombe Bombe 17 février 2016 22:30

                                  Ce n’est pas le mot race qu’il faut supprimer de la constitution, mais c’est la constitution elle même qu’il faut supprimer, avec toute l’idéologie de merde qui va avec. L’espece humaine est une espèce et non une race, l’espèce humaine se divise en races, il n’y aura jamais d’unité de l’espèce humaine. La science et la génétique ne nient pas les races. Puis peu importe, leur régime universaliste, colonialiste, mondialiste, est de la merde qui nous nie pour mieux nous détruire et la seule distinction qui compte ne pourra être combattue, celle entre indigènes et allogènes. Ces gens ne sont pas humanistes, leur combat est celui de l’unification de l’espèce humaine et non celui de l’humanisme. Des dizaines de millions de gens partiront de l’hexagone, la nationalité Française sera retirée à tout le monde et sera donné aux indigènes leurs vraies nationalités, Corses, Bretons, Auvergnats etc... Ces gens ne veulent pas que les peuples de France puissent se défendre, ce régime, structurellement colonialiste et mondialiste ne peut accepter des peuples se réclamant héritiers des territoires qu’il occupe, on vous le dit dès le début : sans distinction de race, d’origine etc.. la république n’est pas le régime des peuples de France mais celui de maçons mondialistes dont l’état nation france ne fut qu’une étape unifiante dans un processus d’unification mondial plus large.


                                  • franc 18 février 2016 02:28

                                    n’importe quoi cette proposition du député Charle de Courson d’inscrire dans la constitution qu’il n’ya qu’une seule race ;

                                    D’abord c’est faux scientifiquement et sémantiquement ,il ya déjà un autre mot qui désigne l’unicité du genre humain c’est d’après le dictionnaire de l’Académie française ,le mot espèce ,l’espèce humaine est unique ,donc dire qu’il n’ ya qu’une seule race n’ajoute rien si ce n’est d’ajouter un autre mot pour désigner l’espèce humaine ,le mot espèce est alors synonyme de race .Mais comme on ne supprime pas le mot race ni la définition classique du mot race du dictionnaire il y aurait alors un double sens au mot race ,l’un qui désigne l’espèce humaine et l’autre des sous-espèces humaines ,ce qui est contradictoire ou à tout le moins porteur de confusion ;

                                    -

                                    et cela ne diminue en rien le phénomène du racisme ,il y aura toujours des gens qui disent qu’il existe des races différentes en tant que sous-espèces de l’espèce humaine ou reportent la notion de races différentes sur la notion de d’ethnie différente ou groupes différents ,de sorte qu’il ya aura des ethnicistes ou des groupistes de la m^me teneur que les anciens racistes ,on change de mot mais le phénomène reste identique ;Il y aura des ethnie blanches qui se pensent supérieures aux ethnies noires tout en disant qu’il n’existe q’une seule race humaine , et par là ne peuvent m^me plus être accusé s de racisme on est bien avancé après ça. C’est ridicule.

                                    -

                                    Stupidité et imbécillité que tout ça 


                                    • Hannibal GENSERIC Hannibal GENSERIC 18 février 2016 06:41
                                      Il y a 8.000 ans, les Européens étaient noirs de peau
                                      L’arrivée en Europe de l’Homme moderne (Homo sapiens) se situe vers -40.000 ans. Les comparaisons entre différentes populations humaines actuelles des séquences de l’ADN mitochondrial et du chromosome Y suggèrent fortement que tous les humains actuels ont une origine commune située en Afrique. Le plus ancien Homo sapiens connu jusqu’à présent a été découvert dans le gisement d’Omo Kibish (Ethiopie) daté de -195.000 ans. Les sites archéologiques découverts dans la péninsule arabique attestent que des Homo sapiens l’ont habitée aux environs de -125.000 ans. 75.000 ans plus tard, ils atteignent l’Indonésie, et 85.000 ans plus tard, ils sont en l’Europe. Leur représentant européen le plus connu est l’Homme de Cro-Magnon. Voici qu’aujourd’hui la science affirme que, non seulement l’homo sapiens d’origine négro-arabe a peuplé l’Europe à partit de -40.000 ans (-40 ka) environ, mais que, jusqu’à -6000 ans environ, ce qui très récent, les Européens  étaient noirs de peau.
                                      http://numidia-liberum.blogspot.com/2015/04/lhomme-blanc-nexiste-en-europe-que.html

                                      • julius 1ER 18 février 2016 08:52

                                        lorsque j’ai entendu le Maurras par Charles .... j’ai crû d’abord qu’on exhumait les vieux fantômes ...


                                        mais il n’ en était rien, on allait simplement reprendre le débat éternel entre les racistes pour qui tous ceux qui sont loin de leurs « critères » sont une autre race .... et les autres gens « normaux » ceux-là qui pensent que race humaine et espèce humaine c’est la même chose ... 

                                        c’est juste une querelle sémantique tant il y a des gens qui aiment cliver et diviser, toujours par convenance personnelle tant il est bien de s’intéresser au sexe des anges pour ne pas parler des vrais problèmes !!!!

                                        le « cheval de Troie » quel est -il ???? la déchéance de nationalité pour quelques individus indignes... 

                                        alors que en 1945 après 6 ans de guerre dans un pays ravagé qui venait de subir 2 conflits mondiaux en moins de 31 ans, avait perdu la « fleur de sa jeunesse » pendant ces années terribles, ....

                                        eh bien les tribunaux n’avait prononcé qu’une « déchéance de citoyenneté » certes assortie de la peine de mort pour certains d’entre-eux , déchéance de citoyenneté donc à l’encontre des pires individus que la société aie pu porter à cette époque ... mais pourquoi pire ??? parceque ces gens étaient des gens brillants et puissants ( je pense surtout à Laval en écrivant ceci ) mais simplement cette brillance et cette puissance dévoyée mise au service d’une oligarchie et pas du pays contrairement à l’idée répandue ....

                                        or aujourdhui l’on veut totalement dissoudre quelques individus psychopathes dans l’espace, en faire des apatrides car ceux qui ne sont pas morts finalement sont coupables de ne pas s’être suicidés !!!

                                        plus prosaïquement qu’est-ce qu’’être apatride dans la France de 2016 ???

                                        si l’on est « un terroriste » et que l’on est emprisonné, c’est être extradé vers son pays d’origine mais si l’ont est citoyen français , on ne peut être extradé vers son pays d’origine ce qui est un non-sens total 
                                        alors reste à dire qu’il appartient à une autre « race » et à l’extrader vers un pays raciste pour le coup !!
                                        à conditions que le pays raciste en question veuille bien que ce cas de racisme
                                        rentre dans ses critères ......sic 

                                        mais tout cela devient vite Kafkaïen, et démontre que cette « déchéance de nationalité » est aussi absurde que ceux qui défendent cette idée là !!!!

                                        mais quand on a rien à proposer d’autre, dans un désert d’idée, cela occupe l’opinion en attendant d’enfoncer un « coin » dans la constitution histoire de pouvoir la tripatouiller dans d’autres situations d’urgence .....


                                        • Jean Guillot meslier 19 février 2016 21:29


                                          moi je suis blanc caucasien issu de la sélection naturelle des pays faiblement ensoleillés et j’y peux rien ...

                                          Quand il y a sélection il y a race ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès