Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Mot « race » : la solution ingénieuse de Charles de Courson

Mot « race » : la solution ingénieuse de Charles de Courson

« La diversité humaine a entraîné une classification raciale sur les critères les plus immédiatement apparents : leucodermes (Blancs), mélanodermes (Noirs), xanthodermes (Jaunes). Cette classification a prévalu, avec diverses tentatives de perfectionnement dues à l’influence des idées linnéennes, tout au long du XIXe siècle. Les progrès de la génétique conduisent aujourd’hui à rejeter toute tentative de classification raciale. » ("Le Petit Larousse", édition de 1992, au mot "race").



Dans la séance du mardi 9 février 2016 dans la soirée au Palais-Bourbon, les députés ont continué de débattre du projet de loi constitutionnelle.

Par exemple, l’ancienne ministre Delphine Batho a expliqué son opposition, non pas au principe de déchoir la nationalité des terroristes, mais de l’inscrire dans la Constitution : « Je suis obligée de regarder cette proposition de révision de la loi fondamentale de la République avec une certaine inquiétude pour l’avenir. Parce que c’est la loi fondamentale que nous mettons entre les mains des majorités futures, avec peut-être le meilleur mais aussi, peut-être, le pire. Or je ne souhaite pas que la loi fondamentale de la République puisse autoriser la déchéance de nationalité de Français de naissance, par une loi simple modifiant le code pénal. » (9 février 2016). Elle a raison, ce texte serait un énorme chèque en blanc pour une majorité future qui sombrerait dans le populisme.


La boîte de Pandore constitutionnelle furtivement ouverte

Les deux premiers articles (et les deux seuls du projet) ayant été adoptés, sur l’état d’urgence et sur la déchéance de la nationalité, la discussion s’est donc focalisée sur les nombreux amendements qui proposent de rajouter un article 3.

La raison ? Comme c’est une révision constitutionnelle, c’était l’occasion en or, pour les parlementaires, de proposer d’autres modifications de la Constitution, même si ces modifications pourraient être considérées comme des "cavaliers", c’est-à-dire sans rapport avec l’objet du texte (et en ce sens, pourraient être anticonstitutionnels si c’était une loi simple, mais comme c’est une révision constitutionnelle, si elle était adoptée dans les règles, le Conseil Constitutionnel, dont le rôle est de veiller au respect de la Constitution, ne pourrait évidemment pas les invalider).

Ainsi, la boîte de Pandore a été ouverte durant cette longue soirée et nuit (la séance s’est achevée à une heure cinq du matin), avec des amendements pour donner le droit de vote aux étrangers (ce qui serait cocasse dans le même texte où l’on peut retirer la nationalité), ou rappeler les "racines chrétiennes" de la France (un amendement présenté par le député Jean-Frédéric Poisson, l’héritier politique de Christine Boutin, et soutenu par la députée Valérie Boyer : « C’est le christianisme qui nous a permis d’envisager l’homme comme un individu à part entière. La protection de la dignité humaine repose sur ces valeurs chrétiennes. La France est certes aujourd’hui une République laïque, mais d’influence et de valeurs chrétiennes. D’ailleurs sans le christianisme, il n’y aurait pas de laïcité : la laïcité n’existe que dans des pays de racines chrétiennes, comme la démocratie d’ailleurs. »), etc.


Le refus catégorique de toute autre modification immédiate

Le gouvernement et la majorité, par la voix du nouveau Garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas et du nouveau président de la commission des lois (et successeur de Jean-Jacques Urvoas), le sympathique député Dominique Raimbourg (le fils de Bourvil !), ont systématiquement rejeté ces amendements, même ceux sur lesquels ils pouvaient être en accord sur le fond, afin de ne pas polluer le texte qui doit ensuite être adopté par les sénateurs.

Pour chacun de ces amendements, la réponse de Dominique Raimbourg fut celle-ci : « Cette discussion est intéressante en soi. Toutefois, le choix a été fait de se restreindre à l’essentiel : c’est la condition de l’unité. Je ne dis pas que votre préoccupation n’est pas essentielle, mais elle s’éloigne du sujet principal. De ce fait, je ne peux donner qu’un avis défavorable, et je donnerai les mêmes explications à l’ensemble des amendements portant article additionnel après l’article 2. ».

Et celle de Jean-Jacques Urvoas fut de la même tonalité : « L’avis du gouvernement est identique. (…) Nonobstant cette argumentation, le gouvernement donnera évidemment un avis défavorable à toute les propositions de création d’un article additionnel, qui ne correspondent pas à l’intitulé et à l’objectif de la révision constitutionnelle. ».




Supprimer le mot "race" de la Constitution

Parmi les amendements, les amendements n°192, n°201 et n°231, proposés par les députés Jean-Luc Laurent, Alexis Bachelay et Yann Galut, visent à supprimer de l’article 1er de la Constitution la mention de la "race". L’explication d’Alexis Bachelay est assez simple : « Nous craignons de ne pas avoir, au cours de cette législature, une autre occasion de réviser la Constitution, et donc d’en supprimer ce mot, conformément à l’engagement qui avait été pris lors de la campagne présidentielle par celui qui est aujourd’hui Président de la République. Il est vrai que les mots prononcés lors du Congrès de Versailles étaient forts, m ais pas davantage que ceux qui avaient été prononcés alors, notamment au Bourget. En l’occurrence, ce serait un honneur de notre majorité que de procéder à cette suppression. ».

Effectivement, François Hollande s’était engagé à Paris le 11 mars 2012 à supprimer le mot "race" dans la Constitution : « Il n’y a pas de place dans la République pour la race. Je demanderai au lendemain de la présidentielle au Parlement de supprimer le mot race de notre Constitution. ».


Problèmes juridiques insolubles

Dans les problèmes juridiques que poserait la suppression du mot "race" de la Constitution (dans l’article 1er  : « sans distinction d’origine, de race ou de religion »), il y a le fait que la Constitution de la Ve République du 4 octobre 1958 renvoie aussi au préambule de la Constitution de la IVe République du 27 octobre 1946 qui lui-même mentionne deux fois le mot "race" (« sans distinction de race, de religion ni de croyance », puis, plusieurs lignes plus bas, « sans distinction de race ni de religion »). Or ce texte ne peut plus être modifié, puisque c’est un texte historique.

Une proposition de loi déposée par le député Alfred Marie-Jeanne avait été adoptée le 16 mai 2013 par l’Assemblée Nationale, qui a recensé tous les documents législatifs où le mot "race" était cité pour les modifier, mais elle n’est toujours pas à l’ordre du jour au Sénat, et elle ne concerne pas la mention dans la Constitution puisque ce serait une simple loi (et pas une révision).


La solution de Jean-Jacques Urvoas

La réponse sur le fond du ministre Jean-Jacques Urvoas, qui a rappelé les difficultés juridiques de supprimer le mot "race", a été celle-ci : « Chacun, ici, sait que la suppression du mot "race" soulèvera des difficultés parce que ce terme figure dans d’autres codes. Le moment venu, et il doit venir, je suggère plutôt au Parlement d’écrire dans la Constitution que la France combat le racisme sous toutes ses formes. L’idée que vous défendez serait ainsi affirmée sans déstabiliser l’ensemble des codes, et nous atteindrions l’objectif fixé. ».

_yartiRaceConstitution02
Néanmoins, cette solution ne paraît pas reprendre à son compte la raison principale de vouloir supprimer le mot "race".


La solution de Charles de Courson

C’est, me semble-t-il, le député centriste Charles de Courson qui a trouvé la meilleure formulation pour garder l’idée et éviter les problèmes juridiques : « Il est vrai que la présence du mot "race" dans notre Constitution laisse entendre que notre texte fondamental reconnaît l’existence de races, au pluriel. Il me semble que la vraie réforme de la Constitution, mais elle fera peut-être l’objet d’un autre texte, un jour, consisterait à affirmer l’unicité de la race humaine. C’est comme cela que nous parviendrons à contourner le problème. ».

Et d’ajouter (après une exclamation de Noël Mamère) : « Ou de l’espèce humaine, oui, mais le mot "race" est couramment utilisé. L’essentiel est d’en souligner l’unicité, ce qui fonde la lutte contre le racisme, lequel existe bel et bien, quant à lui. Mais tout cela fera l’objet d’un débat ultérieur. ».

Cette solution semblait en tout cas avoir l’approbation des groupes de l’opposition, UDI et LR (Christian Jacob : « Oui, c’est mieux. »), mais aussi du président du groupe communiste, André Chassaigne : « En effet, il n’y a qu’une race humaine. Il est inutile de s’étendre là-dessus, tous les travaux des scientifiques en attestent. ».

Ainsi, en conservant le mot "race", ce qui couperait l’herbe sous les pieds de ceux qui ne manqueraient pas d’affirmer que ce n’est pas en supprimant le mot "race" qu’on supprimerait le racisme, le constituant ferait œuvre utile en disant haut et fort qu’il n’y a qu’une seule race humaine, et que chaque être humain doit bénéficier, à ce titre, du principe d’égalité en droit et en fait, et qu’il ne peut être classé dans aucune classification aussi subtile soit-elle. L’être humain est à la fois unique et égal.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (17 février 2016)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Le mot "race".
Charles de Courson.
La déchéance de la nationalité.
Chaque être compte.
L’histoire de l’être humain.

_yartiRaceConstitution03
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.65/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

67 réactions à cet article    


  • César Castique César Castique 17 février 10:42

    « ...consisterait à affirmer l’unicité de la race humaine. »


    Toutes ces gesticulations sont ineptes, et symptomatiques d’un temps déboussolé qui va, c’est dire, jusqu’à marier, ensemble, des personnes de même sexe,.

    Et quoi qu’on fasse du mot « race », rien ne supprimera jamais les insurmontables clivages entre les *NOUS* et les *EUX* dans un sens, entre les *EUX* et les *NOUS* dans l’autre sens.

    • Jade4230 Jade4230 17 février 10:44

      @César Castique

      Ah bon parce que c’est toi qui décide, blaireau ?


    • César Castique César Castique 17 février 11:03

      @Jade4230

      « Ah bon parce que c’est toi qui décide, blaireau ? »


      Pas du tout. Si t’es un *NOUS* blanc, tu peux pas être un *NOUS* noir, et tu ne le seras jamais. Et l’inverse est tout pareillement vrai. Personne ne décide rien, c’est un fait acquis.


      Comme, par exemple, tu ne peux pas être en même temps un *NOUS* omnivore et un *NOUS* végétarien ou -lien. 


      Il y a plein de trucs comme ça, qui en nous classant dans une catégorie, nous excluent d’une ou de plusieurs autres catégories.


      D’autres questions ?

    • Shawford Shawford 17 février 11:05

      @César Castique

      On se connaît réciproquement IRL ?


    • César Castique César Castique 17 février 11:30

      @Shawford


      Allez savoir... Si ça se trouve, on est voisins de palier... smiley

    • Shawford Shawford 17 février 11:39

      @César Castique

      Ah bon ?

      je regarde... rien dans le jardin, rien dans les vignes : MYTHO !


    • Shawford Shawford 17 février 11:41

      @César Castique

      Ah et bien sûr :

      .. pshitt ... Cesar castique a désormais complétement disparu de ma mémoire

      Bon karma, man !


    • César Castique César Castique 17 février 11:55

      @Shawford

      « . Cesar castique a désormais complétement disparu de ma mémoire... »



      Putain d’Alzheimer smiley

    • Jade4230 Jade4230 17 février 12:07

      @César Castique

      Surtout de quel cluster tu parles ? Blaireau !


    • César Castique César Castique 17 février 16:03

      @Shawford


      « Surtout de quel cluster tu parles ? »


      La génétique des populations n’a rien à voir avec le clivage dont je parle et qui sépare des états ne pouvant exister simultanément en une même personne, dans la mesure où ils sont incompatibles et/ou contradictoires.


      Une autre question ?

    • Shawford Shawford 17 février 16:06

      @César Castique

      Non, juste bon courage pour assurer le salut de ton âme vis à vis de Kylo et de jade

      @+


    • julius 1ER 18 février 07:51
      Comme, par exemple, tu ne peux pas être en même temps un *NOUS* omnivore et un *NOUS* végétarien ou -lien.

      @César Castique
      Ave César ..... oui mais ce sont des clivages qui ne reposent sur rien et sont spécieux !!!!
       
      c’est culturel parceque l’on ne nait pas « végétarien » on peut le devenir et puis changer dans le cours de sa vie ... il n" y a rien d’inscrit dans le marbre !!!

      alors que l’on ne peut pas changer de couleur (hormis Michael Jackson ) si tant est qu’une couleur de peau est une race ce que je ne crois pas un seul instant !!!!!!!!!!

    • César Castique César Castique 18 février 20:15

      @julius 1ER

      « c’est culturel parce que l’on ne nait pas « végétarien » on peut le devenir et puis changer dans le cours de sa vie ... il n » y a rien d’inscrit dans le marbre !!!"


      Ben oui, c’est culturel, et tu peux changer, mais il demeure que tu ne peux pas être, en même temps, un *NOUS* omnivores et un *EUX* végétariens : c’est l’incompatibilité des deux états qui fait le clivage, ce n’est ni la culture ni le marbre ni même ce que tu bouffes ou ne bouffes pas, et cette incompatibilité, ce n’est pas rien, et ce n’est pas spécieux non plus, puisque c’est insurmontable.


      Même Hyde ne peut pas être simultanément Jekyll : il cesse d’être l’un pour devenir l’autre, et inversément.


      Et si tu comprends pas ça, je jette l’éponge smiley




    • CoolDude 17 février 11:58

      Ils sont fous ces politiques !

      Ce n’est pas en niant l’existence des races que l’on lutte contre le racisme.
      De mème, pour les sexes, etc...

      Ça en presque contre productif et extrêmement risible tout cela.

      Bientôt, ils vont t’expliquer que l’on a le droit de choisir sa couleur de peau et celles de ses enfants.
      Enfin...


      • César Castique César Castique 17 février 12:58

        @CoolDude


        « Ce n’est pas en niant l’existence des races que l’on lutte contre le racisme. »


        De toute manière, on ne peut pas lutter contre le racisme. On peut lutter contre les expressions publiques de racisme, mais personne ne peut vous empêcher de penser pis que pendre de telle ou telle communauté, de ses moeurs, habitudes, croyances et coutumes.


        De Gaulle, qui ne s’embarrassait pas des tartes à la crème au goût du jour, disait, rapporte son fils Philippe. dans De Gaulle, mon père :


        « Si une communauté n’est pas acceptée, c’est qu’elle ne donne pas de bons produits, sinon elle est admise sans problème. Si elle se plaint de racisme à son égard, c’est parce qu’elle est porteuse de désordre. »

        Or, à en juger par le white flight, il y a, en France, des communautés qui ne sont pas bien acceptées, que cela plaise ou non au politiquement correct et à la bien-pensance bobo.

      • CoolDude 17 février 13:53

        @César Castique

        Si, par « l’Éducation »... des sciences sociales.
        Le racisme, le sexisme, etc... Font pour moi parti des erreurs fondamentales d’attribution.

        Via des biais d’égocentrisme et de mégalomanie, n’importe quel crétin non éduqué va rapidement utiliser tout un arsenal de préjugés et de jugements de valeur pour justifier une supériorité hiérarchique, qu’il n’a sûrement pas (ex : en caricaturant à peine... Moi homme viril -> Toi idiot -> Toi soumettre). Enfin, c’est comme ça.

        Mais pour la classe dirigeante, ce genre de science est trop dangereuse et elle n’aura jamais comme objectif d’en éduquer et d’illuminer le monde... Car le sens de supériorité en serait modifié.


      • César Castique César Castique 17 février 15:37

        @CoolDude

        « Si, par « l’Éducation »... des sciences sociales. »



        L’éducation des communautés « porteuses de désordre », j’imagine. Parce que si vous parlez de celles qui ne supportent pas le désordre porté par les autres, ça me paraît pour le moins aventuré.


        « ...tout un arsenal de préjugés et de jugements de valeur pour justifier une supériorité hiérarchique... »


        Le white flight ne repose sur aucune supériorité hiérarchique, et pas plus sur des préjugés que des jugements de valeur, il est l’expression d’un refus de promiscuités difficilement supportables.


        Et quand des Corses réagissent brutalement à une agression perpétrée contre des pompiers, ce n’est ni à partir de préjugés, de jugements de valeur et de sentiment de supériorité, mais pour rappeler qu’ils sont chez eux par rapport à des gens dont les racines sont ailleurs.


        Il faut bien voir que le racisme, de nos jours, c’est tout autre chose que ce que recouvrait l’« antique » définition : "Système qui affirme la supériorité d’un groupe racial sur les autres, en préconisant, en particulier, la séparation de ceux-ci à l’intérieur d’un pays (ségrégation raciale)." Petit Larousse illustré, éd 1960.

      • CoolDude 17 février 16:27

        @César Castique

        J’ai une définition plus personnellement du mot racisme : Idéologie qui pense que la couleur de peau conditionne les aptitudes et attitudes.


      • Griffon Jaune Kylo Ren 17 février 16:31

        @CoolDude

        Et donc toi man sinon, tu as des aptitudes à comprendre quoi que ce soit de ce qui se dit entre les lignes sur AV ?


      • CoolDude 17 février 16:45

        @César Castique

        Le problème avec ce genre de pensées qui lie un comportement à une couleur de peau (par exemple), c’est que l’on peut voir des ennemis, là ou il y en n’a pas...
        Et surtout voir des personnes comme amis, alors quelles ne le sont pas.

        La ressemblance physique ne signifie pas ressemblance morale, etc...


      • CoolDude 17 février 16:51

        @Kylo Ren

        Ça dépend de quelles lignes vous parlez. Je ne maîtrise pas tous les sujets et je n’ai pas d’avis sur tout.


      • Griffon Jaune Kylo Ren 17 février 17:04

        @CoolDude

        Vis ta vie man, désolé de l’avoir perturbé


      • César Castique César Castique 17 février 17:21

        @CoolDude

        « La ressemblance physique ne signifie pas ressemblance morale, etc... »



        J’aurais dû préciser tout de suite que je ne m’intéresse pas aux relations entre individus - qui ne sont significatives de rien -, mais uniquement à la cohabitation des différentes communautés.




      • CoolDude 17 février 17:57

        @César Castique

        Oui, le Moi, l’intra-groupe et hors/exo-groupe, etc...
        C’est presque de l’arithmétique.

        La cohabitation est possible si les différentes communautés font parti d’un même groupe de valeur supérieur qui est une construction sociale... Par définition. Une Nation par exemple.

        Mais, en allant plus loin dans la réflexion, si tu maîtrises bien ces concepts et ces mécanismes, tu transcendes cela. Et les communautés ne sont plus ressenti comme un danger.

        C’est pour ça que je dis que l’éducation de ce genre de chose est très importante.
        Mais elle ne se fera pas car ça remettrai en cause par d’autre mécanisme, notre mode de gouvernance.

        La théorie des groupes en science sociale, c’est la base et elle est bien documentée.


      • César Castique César Castique 17 février 18:11

        @CoolDude


        « La cohabitation est possible si les différentes communautés font parti d’un même groupe de valeur supérieur qui est une construction sociale... »


        Mais cela suppose que toutes les communautés aspirent à la même construction sociale. 


        Je n’y crois pas. Ne serait-ce déjà qu’en raison de l’incompatibilité de l’Islam avec la démocratie et la République, où la légitimité du pouvoir politique vient du peuple - à tout le moins en théorie - et non de Dieu lui-même.

      • Et hop ! Et hop ! 17 février 18:35

        @CoolDude : donc il faut supprimer le mot peau.


      • CoolDude 17 février 18:36

        @César Castique

        En faite pour moi, le problème n’est pas la gueule de mon voisin...
        Mais plutôt qui nous dirige et comment ils nous dirigent.

        L’Islam « problématique » est une construction sociale moderne. Un épouvantail qui permet d’écarter les responsabilités sociales et économiques de nos dirigeants.

        Pendant que l’on regarde par là...
        Ils sont tranquilles.


      • CoolDude 17 février 18:44

        @Et hop !

        Ça, ça sera dans la prochaine mouture de la reforme de l’Orthographe. Tu les mots « emmerdant » dehors... Vu que le bon peuple est trop bête pour comprendre la notion de racisme, on supprime le concept de race... Le sexisme, idem... Le fachisme, idem... Etc...

        Je pense que nos dirigeants nous prennent vraiment pour tous pour des « idiots utiles » comme on dit ! Et il faut qu’on le reste.


      • César Castique César Castique 17 février 20:12

        @CoolDude

        « En faite pour moi, le problème n’est pas la gueule de mon voisin... »



        Comme je vous ai dit, ma réflexion ne porte au niveau des individus. Moi, du moment que mon voisin boit le coup et mange comme tout le monde, je ne me soucie ni de son apparence ni de ses racines :


        « L’Islam « problématique » est une construction sociale moderne. »


        Peut-être, mais quand il y a moins de cent musulmans qui participent à une manifestation de désolidarisation après les crimes de Mohammed Merah, quand les musulmans sont « remarquablement » absents de la manifestaion du 11 janvier 2015, et quand les musulmans ne sont toujours pas cent à se réunir au Trocadéro après le massacre du 13 novembre, malgré l’appel de leurs leaders, je me dis qu’il y a effectivement un problème. 


        Et croire « faire communauté » - pour parler comme les cuistres - avec ces gens-là est une faute d’autant plus grave qu’elle pourrait nous entraîner à faire des concessions irréversibles.


        « Pendant que l’on regarde par là...Ils sont tranquilles. »


        Et pendant que certains regardent du côté des dirigeants français, ce sont les eurocrates qui sont tranquilles.

      • CoolDude 17 février 20:34

        @César Castique

        "Peut-être, mais quand il y a moins de cent musulmans qui participent à une manifestation de désolidarisation après les crimes de Mohammed Merah, quand les musulmans sont « remarquablement » absents de la manifestaion du 11 janvier 2015, et quand les musulmans ne sont toujours pas cent à se réunir au Trocadéro après le massacre du 13 novembre, malgré l’appel de leurs leaders, je me dis qu’il y a effectivement un problème.« 

        Je ne peux pas répondre pour eux...
        Mais c’est vrai qu’il manque un vrai leader et porte parole Français chez eux.
        Ça leur a toujours été reproché d’ailleurs.

        Les Catholiques ont un pape, une figure représentative...
        Ce qui n’est pas forcement bien aussi.

        C’est leurs foi, pas la mienne.
        Je ne peux parler pour eux.

        Franchement, je ne peux pas répondre.
        La, il faut enquêter sur place.

        Mais je suis sur qu’il y avait des musulmans dans la manifestation.
        Mais invisible...

        En tout cas, ce que je constate, c’est que l’on converge.

        PS :
        Sans rentrer dans le complotisme primaire...
        Qui représente Islam »Dangereux" dans le monde et en France.

        Qui...
        Hein, qui... !?
        Etc...


      • CoolDude 17 février 20:42

        @César Castique

        Bref...
        C’est bien un sous-groupe des musulmans !

        On se moque beaucoup avec « le pas d’amalgame », mais effectivement, il faut réfléchir avant d’agir.
        Après ça sera trop tard.

        Il n’y a pas de replay possible.


      • philouie 17 février 20:57

        @CoolDude
        je pense que beaucoup de musulmans ont compris que les attentats sont en réalité des attentats dirigés contre les musulmans.
        Manifester reviendrait à manifester aux cotés de leur bourreaux.


      • CoolDude 17 février 21:13

        @César Castique

        Hyperprototypé ce sous groupe d’ailleurs...
        Enfin, je me comprends !

        C’est fou quand même cela.

        Bref, pas d’idée préconçu, pas de jugement de valeur... C’est de la merde ! Style open. L’ennemie est partout ! Hihi...


      • CoolDude 17 février 21:22

        @philouie

        Tu confirmes mes doutes...

        Mais vu que la tempête est passé, ami Musulman, il n’y a plus de « Si Dieu le veut ». Il faut que vous vous bougiez un peu.

        Bon, ok...
        Les médias ne sont pas la !!!
        Mais, il y a AgoraVox.

        Merci à tous.

        Le dialogue avant tout.


      • philouie 17 février 21:39

        @CoolDude
        La tempête est passé ?
        moi je là vois qui vient.
        Et elle prend la forme d’un rouleau compresseur que rien ne pourra arrêter.
        Tu dis, il faut que vous vous bougiez. Qu’est-ce à dire ?


      • CoolDude 17 février 21:52

        @philouie

        Ben ce... Rouleau ! On est la pour ça... Et un peu d’aide serait pas de refus n’est ce pas !?


      • CoolDude 17 février 21:58

        @philouie...

        Enfin, ça dépend qui écrase quoi, ou évite d’être écrasé.
        Les idées : BIEN !!!
        Les gens : PAS BIEN !!!

        Enfin...


      • CoolDude 17 février 22:07

        @philouie

        La tempête, n’est ni passé, ni avenir... On est dedans à 100% ! Et tout le monde à part peut être nous deux, est très serein. C’est peut etre pas si vrai... Mais je trouve que c’est quand même que c’est très très calme... Mais qui suis-je, je ne suis pas la pour faire une liste !


      • julius 1ER 18 février 08:05
        Or, à en juger par le white flight, il y a, en France, des communautés qui ne sont pas bien acceptées, que cela plaise ou non au politiquement correct et à la bien-pensance bobo.
        @César Castique

        c’est sûr que lorsque l’on dévoie le développement économique uniquement en faveur d’un certain groupe en concentrant la richesse sur celui-ci .... on peut déplorer à la manière de César qu’il y ait des « bantoustans » à la périphérie des villes !!!! 

        c’est l’ultime insulte à une minorité de dire qu’elle est "différente de nous !!!!

      • César Castique César Castique 18 février 18:38

        @julius 1ER

        «  on peut déplorer à la manière de César qu’il y ait des « bantoustans » à la périphérie des villes !!!! »


        T’as pas compris, tu connais manifestement pas le sujet. 


        Le white flight, ce sont les indigènes - les Blancs comme qui dirait - qui, progressivement, foutent le camp sous la poussée allogène et qui, au fur et à mesure de leur exode, sont remplacés par d’autres allogènes, en vertu du principe « Qui se ressemble, s’assemble ». 


        Ça se vérifie au centre de certaines villes, comme à Mulhouse, dans des arrondissements de Marseille et de Paris, à Montpellier où, dans certaines écoles, les petits blonds et les petits rouquins sont des espèces disparues. Ailleurs aussi, bien sûr, ce que les grands médias occultent avec soin.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès