Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Pédophilie : l’ambiance est à la tolérance

Pédophilie : l’ambiance est à la tolérance

Faisons le point sur l’ambiance du moment, si tolérante envers les pédophiles, contrairement à ce qui est clamé haut et fort. Parce que oui, aujourd’hui les pédophiles sont très à l’aise. Ils ont leurs forums, leur journée internationale, des « scientifiques » qui les défendent… On n’est pas encore revenus à leur grande période revendicative des années 70, mais on en prend le chemin.

Contrairement à ce qu’on croit, les pédophiles ne sont pas honteux, au contraire ils revendiquent. Ils ont même crée une journée pour cela, qui s’appelle International Love Boy Day[1] pour ceux qui préfèrent les petits garçons, et Alice Day pour ceux qui préfèrent les petites filles.

Crée en 1998 pour rendre « honneur et reconnaissance » aux « amoureux des garçons qui, dans leur quête d’amour et d’acceptation qu’ils ne pourront trouver nulle part ailleurs, choisissent de défier les règles artificielles et malicieuses qui interdisent un tel amour », nous dit-on. On reconnaît là la phraséologie classique des pédos, qui n’aiment rien tant que de se faire passer pour des victimes du système.

Ils ont même leur logos, leurs slogans etc. Une vraie stratégie de communication…

Leur jour, c’est « le premier samedi après le solstice d’été dans les hémisphères nord et sud  ». Un peu ésotérique, mais passons. La « prochaine célébration » aura donc lieu le 24 décembre 2011.

 

Forums ultra sécurisés

Ils ont aussi de nombreux forums, francophones ou anglophones, sur lesquels ils se rassurent mutuellement de leurs penchants, sans jamais aucune considération pour les enfants, qui sont vus comme des adultes dans un corps d’enfant. La notion de mineur n’a pour eux aucun sens, en fait.

Sur ces forums, les modérateurs sont très stricts et effacent les messages appelant à commettre des actes sexuels sur les enfants, ou donnant des liens pour télécharger des images d’abus sexuels sur les enfants.

Mais il existe d’autres forums, où l’accès est très restreint : il faut envoyer un mail au modérateur, pour lui dire comment on vit sa pédophilie. Il y a même une case à remplir dans l’un d’eux, pour préciser à quel âge les petites filles les attirent le plus !

Depuis quelques mois, l’un d’eux a mis en place, par exemple, un système d’hébergement sécurisé pour les sites et forums pédos. Ca s’appelle le web bleu et ça a été créé spécialement pour les pédos francophones.

 Sur la page d’accueil, on peut lire ceci : « WebBLeu veut agir pour servir et pour améliorer la situation individuelle et collective des pédophiles et des pédérastes là où ils vivent mais en commençant par le Québec et les francophones. WebBLeu veut aussi favoriser une connaissance et une compréhension plus objectives de la pédophilie et de la pédérastie afin que les personnes pédophiles et pédérastes puissent participer à l'amélioration de leur société comme n'importe quel autre citoyen respectueux des Chartes (Constitution) et des Lois du pays ».

« Les principaux objectifs et leviers de la stratégie militante de WebBLeu sont : l'ouverture, le dialogue et la coopération avec les personnes non-pédophiles ni pédérastes ; l'information, l'éducation et le débat au sujet de la pédophilie et de la pédérastie ; la maitrise des outils informatiques de communication, d'information et de prise de parole (débat) ; les services de communication, d'information, de référence, de support et d'entraide aux pédophiles et aux pédérastes ; la solidarité des BL et des GL dans le respect de leurs différences personnelles, sociales et organisationnelles ; une perspective et une vision humaniste, éthique, historique, interculturelle et internationale ».

 predators_paedophiles_parishpriests_5473_l

On aura compris qu’Hadopi est déjà complètement dépassé pour les pédos qui étaient censés en être la cible. Enfin, on le savait déjà avant, avec la confession d’un informaticien pédophile qui a expliqué comment la sécurité avait été améliorée par les mafias qui gèrent les serveurs sur lesquels les pédos s’échangent des images et des adresses.

D’ailleurs, certains estiment déjà que les lois Hadopi ont au contraire favorisé le développement de la pédophilie sur le web. Le bouquin « Confessions d’un pédophile, l’impossible filtrage du web  » ne dit pas autre chose. Car il faut comprendre une chose : le marché de la pédopornographie est considérable, et peut rapporter énormément d’argent. Du coup, certains ont investi de gros moyens dans les serveurs qui hébergent ces trafics, et plus les lois style Hadopi destinées à filtrer Internet seront restrictives, plus ce marché sera juteux.

Dans le livre que je viens de citer, le pédophile qui témoigne explique : « J’ai en ma possession les statistiques de consultation de l’année 2001 d’un site web qui contenait des photos d’enfants et d’ado­lescents nus. Durant le mois de juin, ce site a reçu 6,5 millions de visiteurs uniques par jour. L’outil utilisé à l’époque ne permet pas de le calculer avec précision, mais selon mes estimations, et compte tenu du très grand nombre de visiteurs récurrents, ce site a accueilli plus de 15 millions de visiteurs par mois durant l’année 2001 ». Et ce n’était qu’en 2001. Il faut aussi savoir que les pédophiles fonctionnent beaucoup par spams, et reçoivent les portails où ils peuvent aller en toute sécurité pour choisir et payer des contenus pédophiles. Les spams, eux, sont envoyés via des ordinateurs infectés par des trojan.

Depuis 2001, nombre de solutions ont été trouvées en matière de sécurité. L’utilisation de proxys est devenue le B-A BA du pédo sur Internet, et les systèmes de paiement qu’ils utilisent empêchent toute traçabilité. Ils sont donc très bien organisés, et pour cause : beaucoup d’argent est en jeu.

Les défenseurs et autres appuis des pédos

  1. 1. Propagande scientifique

Mais surtout, nous avons à faire à une propagande dite « scientifique », qui consiste à dire que les enfants se sentent tellement épanouis grâce à la sexualité avec les adultes. Evidemment, ils y vont par petites touches. Mais en filigrane, le message est bien celui-là.

Ainsi, on a eu droit le 17 août, grâce à B4U-ACT, une association US destinée à amener une collaboration entre professionnels de la santé et pédophiles, à une conférence au cours de laquelle des scientifiques (psychiatres et sexologues) et psychologues se sont demandé si la pédophilie avait sa place dans la liste des maladies mentales[2]. Bref, il s’agit ni plus ni moins que d’une action de lobbying qui a eu beaucoup de succès auprès des pédophiles, si l’on en juge par leur enthousiasmes sur les forums.

Dans la même mouvance, un certain Bauserman a rédigé en 1998 un rapport sur les abus sexuels sur les enfants[3], rapport qui sert encore aujourd’hui de base d’argumentation à moult pédophiles. Car, l’auteur considère que les rapports sexuels avec les enfants ne sont pas systématiquement nocifs pour le mineur, surtout, dit-il, s’il s’agit d’un garçon. Ce qui, dans leur logique, excuserait de passer à l’acte avec des garçons, évidemment. D’aucuns ont considéré que ce rapport n’était qu’un « article militant qui utilise la science de façon inappropriée pour essayer de légitimer ses vues ».

Un des grands enjeux pour la propagande pédophile dans le domaine « scientifique » est de minimiser les conséquences de ces actes sur les enfants. Pour eux, l’enfant n’a pas obligatoirement de problèmes à la suite d’un viol, et quand il y en a ils ne sont pas forcément graves. Mais, d’autres études ne cherchent qu’à montrer que les gosses ont une sexualité, ce qui permet aux pédos de dire qu’ils sont prêts à les aider à la développer.

Mais on ne peut pas terminer ce volet sur la propagande « scientifique » sans parler du SAP, ou « syndrome d’aliénation parentale  », un machin inventé dans les années 80 par un ardent défenseur des pédophiles sans aucun fondement scientifique. Qui permet cependant à la justice de déclarer qu’un enfant qui évoque des abus sexuels de la part de son père est forcément manipulé par sa mère.

Ce truc est décrit en 1986 par Richard Gardner, comme étant un désordre psychologique chez l’enfant quand un parent (presque toujours la mère) opère sur lui un lavage de cerveau contre l’autre parent. Pour élaborer cette théorie, Gardner a observé 700 cas de divorces « hautement conflictuels » durant 12 ans, ce qui l’a amené à conclure que le SAP était présent dans de nombreux cas (90% disait-il[4] d’abord, avant de parler de 40%).

D’aucuns estiment que cette thèse ne se base sur aucun fondement scientifique, ce qui n’a pas empêché Gardner de publier moult bouquins sur le sujet à compte d’auteur (sans jamais être publié dans une revue avec un comité de lecture). Aujourd’hui, même la Cour Européenne des Droits de l’Homme se base sur cette théorie pour confier un enfant à l’un de ses parents[5]. Même si évidemment, certains parents manipulent leurs enfants dans un but ou dans un autre, Gardner va très loin en affirmant qu’un enfant qui dénonce des abus sexuels dans le cadre d’une séparation ment la plupart du temps. Ou 40% du temps.

Ledit Gardner a également milité pour supprimer l’obligation de signaler les agressions sexuelles sur les mineurs, ou pour supprimerbaby_that_need_protection_from_anglo_paedophiles_LM40wYdjyR7m la protection des professionnels qui signalent ces cas. Il a dit lui aussi que les enfants ne souffrent pas des abus, et même qu’ils entraîneraient une sexualité exacerbée des enfants, ce qui est très bien puisque cela favorise la procréation quand ils seront adultes, tout cela comme le voudrait Dieu, soi-disant. Pour ce type, on baigne dans un « climat d’hystérie » en matière d’agressions sexuelles sur les enfants.

Parmi ses disciples, Ralph Underwager, autre ardent défenseur des pédophiles, qui a déclaré à un journaliste hollandais que « Les pédophiles doivent acquérir une attitude plus positive ; ils doivent revendiquer la pédophilie comme mode d’expression acceptable de la volonté divine d’amour et d’unité entre tous les êtres humains », et qui considérait qu’il fallait limiter les pouvoirs de la protection de l’enfance. Ou encore Hubert Van Gijseghem, psychologue et expert auprès des tribunaux qui a introduit le SAP en Belgique, en Suisse et en France via des conférences et autres formations auprès des magistrats aussi bien que des professionnels de l’enfance. Pour lui, le SAP doit être intégré dans le DSM, la liste des maladies mentales, et c’est également un adepte du phénomène des « faux souvenirs ». Car, un autre créneau de Gardner et de ses adeptes est le phénomène des « fausses allégations », encore une fois appliquées au cadre précis des abus sexuels.

On a pu lire dans le Figaro un point de vue critique sur le SAP : « Pour Me Catherine Perelmutter, auteur de l'article « On achève bien les enfants », paru dans La Gazette du palais en mars 2010, le SAP est une théorie dangereuse. « L'instrumentalisation existe bien entendu, mais dans une minorité de cas, souligne-t-elle. Or les théoriciens de ce syndrome - qui est présenté comme un phénomène prouvé, alors qu'il ne fait pas partie de la classification internationale des maladies mentales - le brandissent systématiquement, faussant totalement l'appréciation des différents cas de conflit. » 

Selon cette spécialiste, on aurait trouvé là une « terminologie séduisante et commode » pour « expliquer simplement des problèmes complexes aux juges saturés par les conflits intrafamiliaux ». Une solution pragmatique « clé en main », mais aussi une arme idéologique qui viserait à « discréditer la mère et réhabiliter le père » pour obtenir, par exemple, la garde exclusive ou alternée. L'avocat met en garde : « Après les “fausses allégations”, on a trouvé le “syndrome d'aliénation parentale”, dit-elle. Les modes se succèdent, mais la victime reste : l'enfant. Avec une nouvelle fois le mépris de sa parole. Ce qui conduit inévitablement à de nombreux dénis de justice. » Car en effet, comme toujours dans les débats amenés par les pédophiles, la parole de l’enfant est complètement ignorée, de même que sa sensibilité. Logique : pour eux les enfants ne sont que des objets sexuels, même quand la pédophilie se pare de beaux atours rhétoriques et circonvolutions aussi mielleuses que malsaines.

 

  1. 22. Propagande médiatique

Sur le plan politique, il existait jusqu’à récemment un parti pédophile aux Pays Bas, où un parti pédophile et zoophile a été autorisé en 2006. Dénommé « Parti de la Charité, de la Liberté et de la Diversité » (PNVD), il a été créé par les membres d’une association pédophile appelée Martijn[6], dont le fondateur a été arrêté en 2011 pour avoir stocké du matériel pédopornographique. Du coup, l’association a enfin fini par s’auto dissoudre. La justice n’a pourtant jamais pu la rendre illégale, semble-t-il.

Une des revendications de ce parti était d’abaisser la majorité sexuelle à 12 ans, pour que les enfants puissent avoir des rapports sexuels avec des adultes, tourner dans des films porno, tandis qu’ils pourraient se prostituer dès 16 ans. Le PNVD demandait aussi que des films pornographiques soient diffusés à la télé l’après-midi. Tout cela au nom de la liberté individuelle, peut-être parlent-ils de la liberté des enfants de se faire sodomiser à longueur de journée par des pervers ?

En matière de lobbying, par contre, il y a plus de monde. L’association pédophile la plus puissante est la North American Man/Boy Love Association, créée à la fin des années 70 aux Etats Unis. Si l’association elle-même n’a jamais été poursuivie en justice, certains de ses membres l’ont été, pour des faits de pédophilie ou détention d’images. C’est la NAMBLA qui a inspiré le jour de la fierté pédophile, l’International Love Boy Day.

Au niveau international, il y a l’International Pedophile and Child Emancipation (IPCE), qui chapeaute plusieurs associations à travers le monde.

 

  1. 3. Propagande judiciaire

Sur le plan judiciaire, les pédophiles tentent de revenir sur les notions de mineur et de majorité sexuelle, qui impliquent celle du consentement. En droit, un mineur ne peut être consentant puisqu’on considère qu’un mineur est directement influencé par son environnement immédiat. En gros, même si un mineur « accepte » un rapport sexuel, on considère que c’est impossible. Ce qui est logique : un enfant ne sait pas ce que c’est, et ne peut accepter en connaissance de cause, et s’il le fait c’est parce qu’il vient d’un milieu dans lequel on ne l’a pas protégé. Cependant, les pédophiles sont largement aidés dans cette manœuvre par sarko et son gouvernement qui n’ont de cesse de nier la notion de mineur en voulant les rendre pénalement responsables de plus en plus jeunes. Au passage, il est intéressant de noter qu’au Vatican, la majorité sexuelle est une des plus basses du monde, fixée à 12 ans. 

Enfin, bref, les attaques contre la majorité sexuelle ont justement été l’objet de pétitions dans les années 70, publiées dans Libération et d’autres journaux. Ainsi, en 1977 sort une pétition demandant au Parlement d’abroger différents articles de la loi sur la majorité sexuelle, ainsi que la dépénalisation de toute relation sexuelle entre un adulte et un mineur de moins de 15 ans. Des personnes en vue de ce qu’on appelait l’intelligentsia telles que Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Michel Foucault, Guy Hocquenghem, Jacques Derrida, André Glucksman, Roland Barthe, Alain Robbe Grillet, Françoise Dolto ou Philippe Sollers l’ont signée.

La même année, une lettre ouverte est publiée dans le Monde, pour demander la clémence envers trois pédophiles[7] qui ont abusé de mineurs et se sont amusés à prendre leurs prouesses en photos. Les auteurs de cette lettre ouverte évoquaient « une simple affaire de ‘mœurs’ où les enfants n’ont pas été victimes de la moindre violence », avant de conclure que « trois ans de prison pour des baisers et des caresses, cela suffit ». Parmi les signataires, Louis Aragon, Francis Ponge, Roland Barthes, Simone de Beauvoir, docteur Michel Bon, Patrice Chéreau, Gilles et Fanny Deleuze, Bernard Dort, Jean-Pierre Faye, André Glucksmann, Guy Hocquenghem, Bernard Kouchner, Françoise Laborie, Jack Lang, Georges Lapassade, Gabriel Matzneff, Catherine Millet, Jean-Paul Sartre, René Schérer, Philippe Sollers. A la suite de cette lettre ouverte, des lecteurs de Libération ont crée le Front de Libération des Pédophiles (FLIP),

Mais, on atteint le sommet en 1979, quand Jacques Dugué publie une tribune dans Libération[8], sur une page entière, deux jours de suite. Le journal est d’ailleurs très conciliant avec lui, qui évolue « dans l’univers des couples échangistes qui se passent des photos d’enfants », a des « thèses sur la pédophilie » et défend la sodomie sur les enfants. Accessoirement, cet éducateur sportif était poursuivi pour avoir livré des enfants à la prostitution et abusé d’eux[9].

Pour lui, les lois de protection des enfants « vont contre leurs désirs » et font souffrir les adultes. Il écrit ainsi « tous les garçons que j’ai connus m’ont aimé. Ils ont toujours aimé et voulu, tout ce que nous avons fait ». Il évoque ensuite des gens qu’il connait, comme ces « couples avec des enfants, qui sont comme moi, et qui vivent très heureux et amis, parce que justement chez eux, le sexe n’est pas tabou, mais au contraire une belle et saine chose », ou « ce couple » dont le mari « faisait l’amour avec sa femme, mais aussi avec les garçons et surtout avec celui de 11 ans, et pas en catimini, dans le lit conjugal » en précisant que gamin avait droit d’être sodomisé, et qu’il « demandait de lui-même la sodomisation et y prenait un réel plaisir, qui était physique mais aussi affectif ». Ledit Dugué a été à nouveau condamné –à 30 ans de prison- par la Cour d’Assises de Chambéry en 2002, pour avoir abusé de jeunes garçons et trafiqué des images pédo pornos, enfants dont il avait déjà abusé du père quand il était enfant. D’après l’AFP, « Jacques Dugué avait déjà été condamné trois fois pour des atteintes aux mœurs concernant des mineurs en 1981, 1983. Et la dernière fois, en 1990, il avait été condamné à 8 ans de prison ».

Je parlais d’une sorte d’atmosphère pédophile dans les années 70, mais parfois on sent quelques relents aujourd’hui, dans certains Sexual_Abusediscours, formations ou conférences. Il existe des associations qui répandent la bonne parole au sujet du SAP, le « syndrome d’aliénation parentale », auprès des professionnels de l’enfance qui se rendent à leurs stages etc. Moult intervenants y participent, comme des psychiatres, des médecins, des juges… Il y a même une journée pour ça aussi, le 25 avril paraît-il.

Et moult associations qui pensent probablement se battre pour une bonne cause, mais hélas sans beaucoup de discernement. Ainsi, l’ACALPA (association contre l’aliénation parentale), qui « travaille en partenariat avec tous les intervenants institutionnels, privés ou associatifs concernés par la protection des enfants lors des divorces et des séparations, pour proposer : une plate-forme d’information, un espace d’accueil pour les familles, une passerelle d’échange pour les professionnels ». Une autre association dans le Var, Anthea, organise des formations pour les professionnels de l’enfance, les magistrats ou les avocats, notamment sur l’aliénation parentale. On a aussi une obscure « association de défense des thérapeutes et citoyens victimes de fausses allégations d’abus sexuels »

Des psys on aussi fait leur fonds de commerce avec le SAP[10], et sont parfois experts auprès des tribunaux, où ils « diagnostiquent » des « syndromes d’aliénation parentale » par-ci par-là…

Même si le SAP existe, ce qui n’est pas certain[11], il semble, au regard de certaines affaires, judiciaires servir de prétexte pour retirer les enfants à un parent dès que celui-ci dénonce des faits de viol, et particulièrement si l’enfant évoque des viols en réunion, filmés, voir des meurtres d’enfants.

Bref, si le SAP existe, il doit être manié avec modération. Or, le lobbying mené par certaines associations auprès des professionnels de l’enfance ou de la Justice ne semble pas vraiment emprunt de nuances.

On observe que le même microcosme a tendance à s’exciter sur les « fausses allégations », comme ce Bensussan, qui a contribué à un documentaire d’Anthea destiné aux professionnels de l’enfance et intitulé : « Fausses allégations d’abus sexuels : une autre forme de maltraitance ». Le point commun à toutes ces théories est de relativiser et même pourquoi pas, aller jusqu’à nier la parole des enfants[12], qui ne semblent mentir ou être manipulés que dans moins de 6% des cas.

Je ne vais pas m’étaler sur le « syndrome des fausses allégations », qui a d’abord été fondé sur des raisonnements des plus scabreux, et a été véhiculé par les militants pour le droit des pères US. Quoi qu’il en soit, nombre d’avocats défendant des pédophiles n’hésitent pas à recourir à cet argument massue…

L’association SOS papas conseille carrément ses membres sur les démarches à suivre afin d’accuser leur ex de fausses allégations ou d’aliénation parentale. Le problème, c’est que l’association ne cherche pas à savoir si les allégations sont vraies ou pas : pour elle, tous ses membres sont innocents et doivent récupérer la garde de leurs enfants.

Dans la panoplie, on a aussi le « syndrome des faux souvenirs », particulièrement adaptés aux cas d’abus sexuels sur les enfants, alors que la plupart des victimes ont plutôt tendance à « oublier » lesdits souvenirs[13].Encore une fois, la théorie des « faux souvenirs » est née dans les années 80 aux Etats Unis, et la false memory syndrome foundation a même été créée en 1992 notamment par Ralph Underwager, ce pédophile dont on a déjà parlé, et qui a longtemps fait partie du « comité scientifique » de la fondation… C’est d’ailleurs lui qui a lancé la mode de la « false memory ».

En France, on a eu dès 2005 l’association « alerte faux souvenirs induits  », qui considère que, comme les victimes ne se rappelaient pas des viols dans leur enfance, ils mentant quand ils les dénoncent à l’âge adulte, et c’est qualifié de « dérives psychosectaires ». Doit-on encore rappeler que l’esprit humain a cette capacité à occulter les souvenirs douloureux ? Bref, avec les « faux souvenirs » également, le lobbying a pour but de faire inscrire ce « syndrome » dans la liste des maladies mentales de l’American psychiatric association, qui en débat encore malgré sa propension à ajouter n’importe quel syndrome dedans, pourvu que ça fasse vendre des médicaments.

Enfin voilà, quel hasard que les théories en vogue qui dédouanent les pires pédophiles soient justement l’invention des pédophiles.

 

----------------------

Pour conclure, il faut arrêter de se voiler la face. Pendant qu’on pense à autre chose, les pédos gagnent du terrain, on vient de voir comment.

Pour contrer cette dérive qui mènera immanquablement à blanchir des tarés et à nier le statut de victimes de nombre de gamins, il faut se poser des questions, mener des études sérieuses sur le sujet, et arrêter de croire que la psychologie humaine rentre dans des cases ou se résume à des schémas aussi simplistes. Surtout, oserais-je dire, quand on à affaire à des pédophiles, qui sont d’excellents manipulateurs quand ils dépassent 3 de QI.

Il faut voir les choses au cas par cas, et cesser d’imposer des théories pseudo scientifiques dans des procès où la vie de gamins est en jeu.

 


[1] Je ne mets pas le lien de leur site pour ne pas mâcher le travail à d’éventuels pédos.

[2] Il s‘agit de la liste (qui s’allonge tous les quatre ans) des maladies mentales dite DSM (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) établie par l’American Psychiatric Association, et qui fait référence pour les psychiatres du monde entier. Fort critiquable car elle cède aux laboratoires en ajoutant régulièrement des maladies qui n’en sont pas, elle a quand même raison d’y mettre la pédophilie.

[3] A meta-analytic examination of assumed properties of childsexual abuse using college samples. (Méta-analyse des conséquences de l'abus sexuel sur enfants, à partir de cas non cliniques, par Bruce Rind, Philip Tromovitch et Robert Bauserman, dans la revue Psychological Bulletin.

[4] Sans étayer cette affirmation par des données scientifiques, cf. Carol S. Bruch, "Les concepts de syndrome d’aliénation parentale (SAP) et d’enfants aliénés (EA) : sources d’erreur dans les conflits de garde d’enfants."

[5] Arrêt Elsholz du 13 juillet 2000.

[6] Qui avait clairement pour but de promouvoir la pédophilie, y compris en menant un lobbying auprès des politiques.

[7] Bernard Dejager, Jean-Claude Gallien et Jean Burckardt, accusés d’attentats à la pudeur sans violence sur mineurs de moins de 15 ans, qui avaient déjà passé 3 ans en détention préventive en attendant les Assises, où ils risquaient 5 à 10 ans de réclusion criminelle.

[8] Un journal qui semble encore prompt à défendre les pédophiles et la pédophilie, jusqu’à l’affaire Cohn Bendit plus récemment.

[9] En 1978, Dugué aurait été inculpé pour avoir prostitué 17 enfants et alimenté des magazines pédos en photos. On a retrouvé celles-ci dans de nombreux magazines du genre aux Pays Bas notamment. L’accusation de proxénétisme est tombée lors du procès, on n’a retenu que des attentats à la pudeur. Des gens comme Matznef ou Schérer sont venus témoigner en sa faveur.

[10] Comme un certain Bensussan, psychiatre de son état (et pas pédopsychiatre), qui fait le tour de France avec ses conférences sur l’aliénation parentale et est aussi « expert national »

[11] D’ailleurs le concept est des plus mouvants, et chacun peut y aller de sa petite définition pour se différencier des délires de Gardner.

[12] A ce sujet, des études ont été réalisées aux Etats Unis et au Canada notamment, pour évaluer l’ampleur des mensonges des enfants dans les cas de divorce, ou quand ils dénoncent des abus. Au final, les mensonges restent très marginaux. En France, on n’étudie pas cela, ce qui n’empêche pas la croyance populaire d’estimer qu’environ la moitié des enfants mentent dans ces cas-là. On parle de 1 à 9% de faux signalements (mais 9% est un chiffre extrême) dans le cas d’enfants victimes violences sexuelles avec des parents séparés. Une étude Française portant sur 10.000 dossiers a compté deux fausses allégations pour 1.000 cas, soit 0,2%, alors que « En revanche, la pression qu'un parent exerce sur un enfant pour qu'il ne révèle pas l'existence d'authentiques agressions sexuelles reste fréquente ». Certaines études mentionnent aussi que les pères ont largement plus tendance à mentir que les mères (21,3% de fausses allégations des pères contre 1,3% chez les mères). Apparemment, le chiffre avancé de 50% de fausses allégations a été véhiculé par les associations de pères aux Etats Unis dans les années 80.

[13] D’après une étude US, 38% des femmes victimes ne se rappelaient pas du viol 17 ans plus tôt.


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (100 votes)




Réagissez à l'article

254 réactions à cet article    


  • Krokodilo Krokodilo 1er octobre 2011 11:27

    Bon boulot, des extraits, de nombreux liens, sur un sujet difficile. C’est pas toujours le cas sur AVox.
    Manque peut-être un chapitre sur la complaisance des états eux-mêmes, le tourisme sexuel qui certes existe entre adultes consentants, (ou des anciens boxeurs de quarante ans ! Mitterrand n’a pas été démissionné... ) disons entre touristes friqués et prostitué(e)s, mais aussi souvent avec des jeunes. De même que certains pays tolèrent l’hébergement des sites pédophiles de leurs mafias.
    Manque aussi un chapitre sur les différences entre civilisations : dans nombre de pays, on peut marier les fillettes dès 12 ans.
    J’ai lu le lien qui concerne Libé ; à cette époque-là, j’étais dans les études et je ne suivais guère que les gros titres de l’actu. Il faut replacer ça dans l’ambiance libertaire, post-soixante-huitarde, militantisme en faveur de la contraception, de l’avortement, la libération sexuelle, les sujets jadis tabous qui émergeaient (recherches sur la sexualité féminine, par exemple) une réaction à la période précédente.etc Les pédophiles sont aussi profité des études sur la sexualité infantile (qui était autrefois niée, ou réprimée par la menace religieuse ou d’autres superstitions sur les effets de l a masturbation)
    Tout ça montre surtout les grandes variations historiques et sociales quant à la façon de voir la sexualité, et l’enfance, variations dont les lois sont le reflet. Evidemment, comme vous le montrez bien, les pédophiles ont beau jeu en puisant des références historiques et sociales en leur faveur. De plus, toute éducation est un conditionnement : à la limite, il faudrait aussi protéger les enfants de toute éducation religieuse (!) comme on les protège maintenant de la sexualité adulte, pour qu’ils choisissent librement ensuite leur destin.


    • Kalki Kalki 1er octobre 2011 12:33

      Contre la prostitution, la pédophilie, ou les problèmes en prisons

      Les androids sexuels !!!


    • Ceri Ceri 1er octobre 2011 12:40

      bonjour,
      vous avez raison sur l’ambiance soixante huitarde. Mais quand même, libé a recommencé avec l’affaire polanski, et avec la défense de Cohne Bendit quand il a été attaqué par Bayrou, et de nouveau par le Pen (que je ne supporte pas mais qui sur ce coup là a eu raison).
      Il y a des variations historiques, mais en général on a toujours nié la parole des enfants, et après une petite amélioration dans les années 80, 90, on revient en arrière avec le lobbying pédo actuel, repris sans aucun recul par ces assos et psy.


    • boycott11 boycott11 1er octobre 2011 11:45

      Merci de souligner le lobbyisme de ses associations pédophages. Il est urgent que cela devienne un débat de société. Je ne crois pas à la théorie de l’enfant abusé heureux, c’est monstrueux de le prétendre.
       Je participe à des groupes de paroles sur les dépendances de toutes sortes et dans bien des cas la source du mal-être provient de gestes déplacé de la part d’adultes ayant autorité...ou l’absence totale d’affection des parents.
       Un ami qui a souffert d’inceste de la part de sa mère avec un conditionnement lui affirmant que les femmes sont des victimes et les hommes des salauds aura mis 50 ans à faire la part des choses et ne pas devenir bourreau à son tour.....
      Quel est le prix d’une vie brisée ? Je précise qu’il n’a pas constitué de famille n’a pas achevé de cursus professionnel, très intelligent il a sauvé son « âme » mais n’a rien pu achever... La mère, elle vit tranquillement dans le déni et juge son fils rétrograde...

      Une précision, comme pour les jeux vidéo violents la profusion d’images pornos habitue le cerveau et banalise ces faits. On est loin du défoulement qui empêcherait le passage à l’acte...Mensonges !

      Comme notre société a besoin de croissance mais que la seule démographique n’y suffit plus on l’a substitué par le conflit....mondial, inter-ethnique et là individuel. On implante le conflit dans la tête des gens. « On » je ne parle pas de complot mais d’état d’esprit généralisé. Désinformation, abrutissement et lavage de cerveau sont les nouveaux outils de promotion économique.
      Entendu lors d’une conférence internationale sur la peine de mort. « the hatred as a political tool » « la haine comme outil politique » prononcé par un Américain à Genève en 2002. On a vu la suite....
      Je pense que le combat pour une société démocratique et juste commence par l’individu expurgé de ses conflits et ce qui en découle... et non par les politiques simple gestionnaires de la « cité ». Mais quelle cité, composée de quels individus ? Soyons nous des modèles d’intégrité. Je ne vois que rarement le concept de « qualité » mis en œuvre ....Peu mais bien

      Voilà pour le futur, pour l’instant l’humanité en pleine crise d’adolescence, détruit tout. Survivrons nous à cette sensation de « toute puissance » ?....à suivre


      • Naja Naja 1er octobre 2011 12:00

        Bonjour,

        Bravo pour votre article ! Il est clair et bien documenté.
        Notons que si le syndrome des faux souvenirs peut être utilisé contre toutes les victimes qui dénoncent une fois devenue adulte les sévices subis dans l’enfance, le SAP protège uniquement les auteurs d’actes incestueux dans le cas où l’enfant parle à son parent protecteur et que celui-ci réagit en sa faveur. Les lenteurs et négligences du système judiciaire ainsi que les préjugés collectif et l’ignorance qui entourent la réalité des violences sexuelles assurent de toutes façons l’impunité de l’immense majorité des agresseurs sexuels.


        • NeverMore 1er octobre 2011 12:03

          Dans la presse mainstream, il n’y a que les prêtres qui soient pédophiles, en oubliant TOUS les autres.

          La voie du relativisme, de la déstructuration, bref du délitement, est décidément bien tracée.


          • DSKprésident 1er octobre 2011 21:02

            Oui, bien vu : il n’y a que les affaires concernant les prêtes qui intéresse les médias.

            cela fait partie de la propagande judéo-maçonnique de laminer les prêtes et les chrétiens.

            Comme les juifs tiennent les médias, c’est plus facile de faire le tri.
            http://www.youtube.com/watch?v=u65dbLXysRY
            http://www.youtube.com/watch?v=pwsP4XeInUA


            D’ailleurs en ce moment dans nos médias sionsites on entend que :
            - prêtre pédophile
            - arabe réactionnaire
            - ou Syrie : l’abominable tyran tue son peuple.

            Propagande, propagande...


          • GLANDU 1er octobre 2011 21:05

            tout à fait NeverMore...mais il ne faut surtout pas STIGMATISER, DISCRIMINER... smiley


          • GLANDU 1er octobre 2011 21:17

            on a bouffé du polanski, du madoff, du dsk...pendant des mois mais rien sur les violeurs agréés sous couvert de culture...
            il ne faut pas DISCRIMINER, STIGMATISER...
            viol, excision, polygamie...c’est culturel, on vous le dit smiley 


          • Ariane Walter Ariane Walter 1er octobre 2011 12:13

            Superbe travail.
            C’est énorme. Les bras m’en tombent. mais évidemment, si ça rapporte !
            Pauvres enfants qui ont dû être tant de fois abusés dans l’Histoire , proie facile d’une sexualité qui finit par écœurer.

            Vraiment bravo pour ce super article. Très riche. Malheureusement.


            • maddle maddle 1er octobre 2011 12:16

              La gerbe...c est désespérant...


              • Montagnais Montagnais 1er octobre 2011 12:34

                Bel article, qui risque pas d’être repris par lemondelacroixbobo


                Mais.. Vous seriez pas un peu obscurantisse rétrograde fâchisse humanophobe vieux-jeu vous.. côté tradition-réaction-franchouillon ?

                ..

                Bon Dieu.. ! Continuez !

                IGWT - KYPD

                • Yakaa Yakaa 1er octobre 2011 12:53

                  Article fort documenté et réellement incroyable !
                  -
                  Faut dire qu’avec l’actuel ministre de l’inculture dans ce gouvernement de raclures,
                  les pédos médiatiques ou fortunés ont la belle vie !
                  -
                  Le plus gerbant, ce sont tous ces « intellectuels » bien pensants qui font l’opinion en nous servant à longueur d’année leur catéchisme de gauche bourgeoise et qui défendent avec une totale assurance leurs immondes copains pédos.


                  • Ceri Ceri 1er octobre 2011 13:49

                    Il y a de gros débats à ce sujet, mais les études les plus sérieuses, je les ai mentionnées :
                    des études ont été réalisées aux Etats Unis et au Canada notamment, pour évaluer l’ampleur des mensonges des enfants dans les cas de divorce, ou quand ils dénoncent des abus. Au final, les mensonges restent très marginaux. En France, on n’étudie pas cela, ce qui n’empêche pas la croyance populaire d’estimer qu’environ la moitié des enfants mentent dans ces cas-là. On parle de 1 à 9% de faux signalements (mais 9% est un chiffre extrême) dans le cas d’enfants victimes violences sexuelles avec des parents séparés. Une étude Française portant sur 10.000 dossiers a compté deux fausses allégations pour 1.000 cas, soit 0,2%, alors que « En revanche, la pression qu’un parent exerce sur un enfant pour qu’il ne révèle pas l’existence d’authentiques agressions sexuelles reste fréquente ». Certaines études mentionnent aussi que les pères ont largement plus tendance à mentir que les mères (21,3% de fausses allégations des pères contre 1,3% chez les mères). Apparemment, le chiffre avancé de 50% de fausses allégations a été véhiculé par les associations de pères aux Etats Unis dans les années 80.


                  • lsga lsga 1er octobre 2011 14:31

                    quelques soient les chiffres, des affaires comme celles d’Outreaux montrent bien qu’en aucun cas la parole de l’enfant ne serait suffire. 


                    Comme dit l’adage : mieux vaut des coupables en liberté que des innocents en prison (ou dans les couloirs de la mort aux US). 

                  • Mmarvinbear Mmarvinbear 1er octobre 2011 15:09

                    Ni, d’ailleurs, celle de femmes de chambres.


                    Surtout si leur compte en banque est étrangement alimenté.

                  • lsga lsga 1er octobre 2011 15:37

                    non, indépendamment de l’alimentation du compte en banque. 


                    C’est le fondement même du système judiciaire républicain : l’innocence ne se prouve pas ; et en cas de doute, on pose un non lieu.

                    Bien entendu, beaucoup de salopards profitent de ce système. Mais l’expérience historique de la veille Europe a largement démontrée qu’il est plus ’agréable’ de vivre dans un pays remplis de violeurs en liberté plutôt que dans un pays où n’importe qui peut envoyer n’importe qui d’autre à l’abattoir avec de fausses accusations.

                  • Jean_R Jean_R 3 octobre 2011 13:06

                    DSK au travers de son affaire nous a livré sa vérité toute nue : il a un train de vie de grand bourgeois pour un homme de « goche ». Alors si sa comptabilité passe le fisc, moralement et politiquement, c’est plus bizarre, c’est du grand n’importe quoi.


                  • Dominitille 3 octobre 2011 15:20

                    Bonjour M. Russel Nash Bertrand
                    Avez-vous apporté tous vos dossiers, statistiques à un ou des députés, ministre concerné ?
                    En dehors de mon exaspération face à vos articles répétitifs, il devient urgent après avoir lu certains témoignages éprouvants de pères, que vous portiez cette injustice faite aux pères en place publique ;
                    Mais je vais vous sembler un tantinet bien innocente face à ma demande car vous l’aurez sûrement fait.
                    Pourtant, je ne peux admettre cet état de fait. C’est absolument scandaleux que la justice soit aussi aveugle.
                    Que la justice soit à sens unique, est parfaitement inique.
                    Mais peut-être ne faites vous que placer des articles sans rien de concret ?
                    Que faut-il faire en France pour faire avancer la justice ?
                    Un article sur ce sujet particulier serait bien-venu.
                    Bonne journée
                    PS : commentaire tout à fait honnête attendant réponse idem.


                  • lsga lsga 1er octobre 2011 14:00

                    Superbe article qui permet de bien comprendre l’ensemble de l’argumentation des défenseurs de la sexualité juvénile. 


                    Toutefois, l’article est un peu ’oldschool’. Bien que vous abordiez la question des nouvelles technologie, vous le faites sous l’angle très 90’s. 

                    Par exemple :
                    - Vous ne parlez pas du phénomènes des sextos et autres webcams (aux US, la majorité de la pédopornographie est désormais produite par les pré-pubères eux mêmes)
                    - Vous ne parlez pas des phénomènes PedoBear, JailBait et 4chan (les Teens US qui revendiquent leur droit à la sexualité)
                    - Vous n’analysez pas le choc culturel produit par Internet dans la rencontre Asie / Occident ; en effet, en Asie, la pornographie est orienté vers les mineurs (Lolicon, Japans Idols, etc.) et la pré-adolescente représente le summum de l’érotisme ; alors qu’en Occident il s’agit du plus grand des tabous. La rencontre entre ces deux mode de représentation de la sexualité juvéniles sur Internet a été explosive depuis les années 2000.
                    - Enfin, vous ne parlez ni de Freenet, ni de TOR, ni de I2P, ni de bitCoin...

                    Sinon, très bel article, il ne manque qu’à le remettre un peu au gout du jour.

                    • Numero 19 Numero 19 1er octobre 2011 22:20

                      « PedoBear, JailBait et 4chan »

                      Vous savez au moins ce que ces termes veulent dire ?

                      Sur 4chan, qui est une sorte de forum très libre, la pédopornographie est l’une des rares choses modérées.

                      Jailbait (appât pour prison) est utilisé pour qualifier ce genre de contenu.

                      Pedobear est une sorte de personnage comique utilisé dans ce genre de contexte. Exemple : une gamine qui court apeurée, et hop, magie photoshop, un pedobear qui lui court derrière.

                      Freenet, tor... ce sont des protocoles destinés à échapper à la surveillance grandissante, sous couvert de défense de liberté, ils sont notamment créés pour diffuser du contenu P2P, et utilisés par les pédos.

                      On a des gouvernements qui cherchent stupidement à se réapproprier le réseau, des chevaliers qui viennent défendre la veuve et l’orphelin, et au final l’orphelin se fait enculer.


                    • lsga lsga 2 octobre 2011 16:41

                      @newfag Vous savez au moins ce que ces termes veulent dire ?


                      ░░░░░░░░░░░░░▲
                      ░░░░░░░░░░░░▲ ▲
                      ░░░░░░░░░░░▲ ▲ ▲
                      ░░░░░░░░░░▲ ▲ ▲ ▲
                      ░░░░░░░░░▲ ▲ ▲ ▲ ▲
                      ░░░░░░░░▲ ▲ ▲ ▲ ▲ ▲
                      ░░░░░░░▲ ▲ ▲ ▲ ▲ ▲ ▲
                      ░░░░░░▲░░░░░░░░░░░░▲
                      ░░░░░▲ ▲░░░░░░░░░░▲ ▲
                      ░░░░▲ ▲ ▲░░░░░░░░▲ ▲ ▲
                      ░░░▲ ▲ ▲ ▲░░░░░░▲ ▲ ▲ ▲
                      ░░▲ ▲ ▲ ▲ ▲░░░░▲ ▲ ▲ ▲ ▲
                      ░▲ ▲ ▲ ▲ ▲ ▲░░▲ ▲ ▲ ▲ ▲ ▲
                      ▲ ▲ ▲ ▲ ▲ ▲ ▲▲ ▲ ▲ ▲ ▲ ▲ ▲
                      ░░░░░▓▓░░░░░░░░░░░░▓▓
                      ░░░░░▓▓▓░████████░▓▓▓
                      ░░░░░▓▓░█▓▓▓▓▓▓▓▓█░▓▓
                      ░░░░░▓▓░░░██░░██░░░▓▓
                      ░░░░░▓▓░░░▓▓░░▓▓░░░▓▓
                      ░░░░░▓▓▓░░░░░░░░░░▓▓▓
                      ░░░░░▓▓▓██░░▓▓░░██▓▓▓
                      ░░░░░░▓▓███░▓▓░███▓▓
                      ░░░░░░▓████████████▓
                      ░░░░░░░████████████
                      ░░░░░░░████████████
                      ░░░░░░░████▓▓▓▓████
                      ░░░░░░░▓▓▓▓▓██▓▓▓▓▓
                      ░░░░░░░████▓▓▓▓████
                      ░░░░░░░████████████
                      ░░░░░░░░▓▓▓░░░░▓▓▓
                      ░░░░░░░░▓▓▓░░░░▓▓▓


                    • louviellas louviellas 2 octobre 2011 17:02

                      « Freenet, tor... ce sont des protocoles »

                      Non, Numero 19, vous mélangez tout.

                      Révisez donc un peu vos cours de réseau .

                      Freenet est un réseau dans le réseau.

                      TOR est un logiciel qui ne garantit en rien votre anonymat s’il n’est pas couplé à un proxy (ou à plusieurs). et peut s’avérer être la pire des choses si vos paramètres vous instituent « nœud de sortie le l’oignon », quel que soit le sous-protocole tcp/ip (http, udp, ftp) utilisé.

                      L’échange de fichiers de pair à pair n’est pas illégal dès lors que leur contenu ne contrevient pas aux lois en vigueur et, pour si peu que vous portiez le moindre intérêt à HADOPI, LOPPSI & co, vous devriez savoir tout cela.

                      Vous devriez éviter de faire l’amalgame entre la préservation de l’anonymat qui concourt à la liberté d’expression citoyenne et ce que vous supposez être les moyens mis en œuvre par les réseaux pédophiles.

                      N’ajoutez pas la désinformation au lobbying et penchez-vous davantage sur les effets pervers de tout ce qui est défini sous l’appellation générique de « réseau social », où l’adolescent(e) de 12 ans affirme en avoir 20 et le détraqué qui veut parvenir à ses fins prétend en avoir 18.

                      Pour ce qui est du sort que je réserve aux pédophiles et à leurs chantres, fiez-vous à mon avatar...


                    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 1er octobre 2011 14:07

                      Bonjour et merci d’ouvrir ce débat de belle façon,

                      « D’ailleurs, certains estiment déjà que les lois Hadopi ont au contraire favorisé le développement de la pédophilie sur le web. » La loi avait pour alibi de lutter contre la p&dophilie sur le net, en plus de la défense des stars qui ont fait allégeance à la sarkozye, je lui avais attribué un autre but pervers : http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/un-tapis-rouge-pour-la-mafia-du-54674

                      « le lobbying a pour but de faire inscrire ce « syndrome » dans la liste des maladies mentales de l’American psychiatric association » le lobbying ne serait il pas lui même une forme d’obsession pouvant se révéler dangereuse à l’usage intensif ?

                      La liste de personnalités que vous évoquez plus haut me rappelle celle ci ayant participé à répandre la pornographie il y a deux siècles  : " La photographie est la plus formidable méthode de reproduction instantanée et répétitive, trame sur laquelle s’illustre également la pornographie, et quand en 1888 George Eastman lance le Kodak, un appareil photo portatif très maniable et doté d’une pellicule, c’est un certain Pierre Louÿs qui s’illustra et s’insinua immédiatement dans ce domaine étroit. En effet, cet écrivain rencontre son condisciple André Gide à l’école Alsacienne de Paris, avec qui il restera très lié toute sa vie. Proche également de Stéphane Mallarmé, José-Maria de Heredia (dont il épousa l’une des filles) ou Paul Valéry, il crée la revue La Conque en 1891. Elle publiera les textes des poètes parnassiens et symbolistes : Mallarmé, mais aussi Moréas, Leconte de Lisle ou Verlaine. "

                       Pierre Louÿs a légué son œuvre érotique parmi les plus importantes du 20e siècle, sous le manteau et de façon posthume. il en va de même avec la pédophilie, les images foisonnent sous le manteau et attendent une légalisation pour apparaitre et constituer un réel marché juteux, si je puis dire...

                      Le véritable rôle de la loi devrait être d’effacer ces images du net et de poursuivre les auteurs.


                      • ottomatic 1er octobre 2011 14:16

                        Oh merde, il existe encore une journaliste qui fait son boulot ! Félicitation.


                        Ayant moi même eu accès à des informations de première main sur le sujet quand je travaillait dans la presse papier, je peux rajouter un autre aspect à ces horreur : les réseaux de l’horreur.
                        Pouvoir, argent, pédophilie, torture et meurtre. Le pire étant qu’un certains nombres des menbres de ces réseaux ont des postes clé chez nous, des gens au gouvernement précédent mais aussi dans le gouvernement actuel.

                        @ L’auteur : vous n’avez qu’éffleurer l’aspect ésotérique de la chose. Vous n’imaginez pas l’ampleur de cet aspect ainsi que les croyances et les « dieux » cornus en tout genre... Le pire c’est que ce sont les gens qui pratiquent ce genre de chose là qui se disent défendre la laïcité ou même expliquer au musulman comment vivre correctement leur religions...

                        • Ceri Ceri 1er octobre 2011 18:45

                          ne vous inquiétez pas, je pense que le sujet des réseaux où on tourne des snuff movies dans la france d’aujourd’hui ne tardera pas smiley


                        • BARTH 1er octobre 2011 14:23

                          Et en prime un véritable scoop (pour moi) :

                          Au passage, il est intéressant de noter qu’au Vatican, la majorité sexuelle est une des plus basses du monde, fixée à 12 ans.

                          Les bras m’en tombent et que la queue leur tombe !


                          • ottomatic 1er octobre 2011 14:31

                            Même si je refuse de nourrir l’idée que le seul nid de pédophile soit l’église, bien souvent les monstres se cachent sous « des habits de moines ». En Belgique, bon nombre des marches blanches étaient organisé par des pédophiles...


                          • lsga lsga 1er octobre 2011 14:39

                            12 ans : Comme au Japon (obligée d’instaurer une majorité sexuelle sous la pression internationale en 1997), ou en Espagne (passé à 13 ans récemment sous la pression de l’EU), ou au Mexique... cartographie de l’age de consentement :



                            Mais rassure toi, aux USA, les néo-conservateurs sont également très choqués qu’en France la majorité sexuelle soit à 15 ans. Tout comme toi, les bras leur en tombent : c’est immoral, c’est inacceptable, c’est mal, . Heureusement, si Sarko est réélu, nul doute qu’il modifiera ça... Il a déjà changé l’age de la nubilité. Non, à 13 ans, on a le droit de travailler, d’aller en prison, mais de JOUIR ! Mon dieu, quelle Horreur... surtout pas.

                          • BARTH 1er octobre 2011 15:15

                            13 ans, c’est un peu vieux pour toi ?

                             

                            Le travail serait légal, en France, dès 13 ans , tu as vu ça où ?


                          • Mmarvinbear Mmarvinbear 1er octobre 2011 15:26

                            En fait en lisant le lien, on apprend que les lois vaticanes suivent de facto les évolutions du Droit italien, sauf lois spéciales édictées par le Pape.


                            Donc, au Vatican, la limite légale est de 14 ans.

                          • lsga lsga 1er octobre 2011 15:29

                            http://fr.wikipedia.org/wiki/Centre_d’apprentissage


                            Les gamins de 13ans ont le ’droit’ de travailler, et même de nuit grâce au gouvernement Sarkozy (pourtant, comme toi, les membres du gouvernement Sarkozy sont tous très choqués à l’idée qu’un gamin de 13ans puissent avoir envie de sauter sa responsable de stage...)

                          • BARTH 1er octobre 2011 15:50

                            Je suis allé voir ton lien : et en plus tu ne sais pas lire !

                            Et arrête de me gonfler avec sarko, j’ai justement étudié au centre d’apprentissage section ’antisarkozysme primaire" et j’en suis sorti avec mention.

                             


                          • BARTH 1er octobre 2011 16:25

                            Tiens, cela te changera de Wikipédia :

                            http://vosdroits.service-public.fr/F1649.xhtml#N1008A

                             


                          • lsga lsga 1er octobre 2011 16:49

                            14ans, autant pour moi... 13 ans cété un projet du gouvernement Sarko.


                            Et puis 13ans, c le cas dans beaucoup de pays dans le monde. Aux USA par exemple, où ils sont encore plus choqué que toi par les jeux de touches pipi des gamins de 12-13ans, cela ne les dérange pas de laisser de gamins de 9ans bosser dans les champs d’oranger...

                            Rajoute un brevet anti-néocons à ton brevet anti-sarko ; tu verras que les questions sur la sexualité sont très loin d’être anodines. C’est pas pour rien que la majorité des révolutions sont accompagnées par une révolution sexuelle (et pas que mai 68...).

                          • BARTH 1er octobre 2011 17:04

                            Il s’agit pas de touche pipi ici entre mômes comme tu le sous entends.

                            C’est quoi, ton truc, tu es pour, eh bien dis-le et assumes !

                            Je crois comprendre que pour toi si on est contre la pédophilie, on est neocon et sarkozyste.

                            Tu pourrais par contre être sarkophile, il est pas bien grand, en tout cas, tu n’es pas néo, pour le reste j’ai un vrai doute.

                             


                          • lsga lsga 1er octobre 2011 17:37
                            Quand on parle de la sexualité des plus de 12 ans, on ne parle pas de ’pédophilie’. A 12 ans, on a des poils, et les pédophiles, les poils, ça n’aiment pas ça. 


                            Si le Japon, l’Espagne, le Mexique et le Vatican ont une législation permissive pour les plus de 12ans, ce n’est pas parce que ce sont ’d’affreux pédophiles’. Personelement, à 12 ans je me masturbais 6 fois par jour et j’aurais adorer me faire sucer par 3 ou 4 des mères de mes potes et 2 ou 3 de mes profs. 

                            Par contre, la répression absolument délirante de la sexualité des 12ans et plus aux USA est très symptomatique de l’approche ’anti-sex’ des néocons. La lutte contre la ’pédophilie’ est leur cheval de troie pour fliquer Internet et rétablir une approche morale de la sexualité. 

                          • lsga lsga 1er octobre 2011 20:59

                            Bon, je me suis fais censurer alors je vais me répéter de manière moins cru :


                            Quand on parle de la sexualité des plus de 12 ans, on ne parle pas de ’pédophilie’. A 12 ans, la puberté a commencée (poils, seins, etc.), et les pédophiles n’aiment pas ça.

                            Si le Japon, l’Espagne, le Mexique, le Vatican et bien d’autres ont une législation permissive pour les plus de 12ans, ce n’est donc pas parce que ce sont ’d’affreux pédophiles’. Ils ont développé une approche plus médicale que morale de la sexualité : quand la puberté commence, on a le droit d’avoir des relations sexuelles si on le souhaite. 

                            Personnellement, à 12 ans (voir 11...) je me masturbais 6 fois par jour. J’ai ’énormément souhaité’ avoir des relations sexuelles avec des femmes bien plus âgées (professeures, mère de mes camarades de classes, copines de mes frères, etc.). Cela a même failli se produire une fois, mais l’acte étant illégale, la cougar de mes rêves a été obligée de réfreiner nos envie... (une maîtresse de mon père qui me gardait). Voilà comment à cause de vieux conservateurs frustrés j’ai du attendre 4 années supplémentaires pour perdre ma virginité (16ans : illégale aux USA). D’ailleurs, mon obsession pour les cougars vient certainement de là.

                            On remarquera enfin que la répression absolument délirante de la sexualité des 11-21ans aux USA est très symptomatique de l’approche ’anti-sex’ des néo-conservateurs. La lutte contre la ’pédophilie’ est leur cheval de Troie pour instaurer un contrôle de l’Internet et rétablir une approche moraliste de la sexualité. 

                            ça va ? j’ai été moins vulgaire ? Je ne serais pas censuré ?

                          • Lorelei Lorelei 1er octobre 2011 21:14

                            vous avez un probleme vous la pédophilie est un crime avant 18 ans on devrait interdire à toute adulte d’approcher un non majeur car ce n’est pas normal qu’un adulte puisse avoir une emprise sexuelle sur un non majeur et chez nous la majorité est au bon âge 18 ans on pourrait parfois même se poser la question s’il ne faut pas l’a remettre à 21 ans en y apportant une progressivité pour empecher les tordus de s’approcher des plus jeunes


                          • Mmarvinbear Mmarvinbear 2 octobre 2011 01:55

                            A voir ton écriture, je pense même que 35 ans serait trop tôt pour toi...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès