Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Pour la modification de l’Article premier de la Constitution (...)

Pour la modification de l’Article premier de la Constitution Tunisienne

Votre avis peut aider la réussite de notre Révolution de Jasmin.

Dans moins de quatre mois, plus précisément le 24 juillet prochain, débute l’Acte le plus important de notre Révolution de Jasmin, à savoir l’élection de l’Assemblée Constituante qui va élaborer la rédaction de la Constitution de la Deuxième République Tunisienne.

Dans ce contexte, chaque fois qu’il est question de vouloir modifier l’Article premier [i. e. « La Tunisie est un Etat libre, indépendant et souverain ; sa religion est l'Islam, sa langue l'arabe et son régime la république »] de l’actuelle Constitution Tunisienne, suspendue par la Révolution de Jasmin, ou de vouloir proposer la séparation du politique et du religieux, se pose le problème de l’Education Religieuse et de la Gérance des Lieux de Culte.

Une des solutions, pour répondre à ces interrogations fondamentales, consiste à faire partager l’Education Religieuse, comme l’Education tout court, entre l’école et la famille. Quant à la gérance des lieux de Culte, ce sera l’affaire d’un Ministère des Affaires Religieuses, toutes Religions confondues. Cela ne contredit pas l’« Article premier » de la Constitution que je propose [i. e. « La Tunisie est une République de culture arabo-musulmane »] , ni ma foi de Musulman, car, en Islam, la religion et sa pratique relèvent du privé, puisqu’il n’y a ni Concile, ni Autorité pontificale, ni Clergé, ni… : l’effort individuel (al-Ijtihad) prime sur tout et peut être considéré comme étant « le sixième pilier de l’Islam  », étant donné que c’est la prescription la plus omniprésente, à travers diverses formes, dans le Coran. Cela ne contredit pas, non plus, la séparation du politique et du religieux, puisqu’en Islam le croyant (pour ce qui concerne sa foi et sa pratique religieuse) n’a de compte à rendre qu’à son Créateur et n’a d’ordre à recevoir que de Lui.

Comparons avec ce qui se passe dans le premier pays qui a inscrit la Laïcité dans sa Constitution, à savoir, la France.

Pour commencer, l’Article premier de la dernière Constitution Française (qui date de 1958) stipule :

« La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée.

La loi favorise l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu'aux responsabilités professionnelles et sociales ».

En outre, Depuis l’adoption de la Loi de 1905 sur la Laïcité, qui a entrainé la nationalisation des biens de l’Eglise :

1. Les lieux de Culte en France sont gérés, localement, par les Communes, avec des aides de l’Etat, si nécessaire : par exemple, pour les grands travaux ou bien quand il s’agit de monuments historiques.

2. Quant à l’Education Religieuse elle se fait dans les écoles, dans des lieux à part et appropriés, par des mandataires de chaque religion, et c’est un enseignement facultatif.

Auparavant, les lieux de Culte étaient propriété propre de l’Eglise et gérés par elle.

Il convient de souligner que dans le point 2 ci-dessus, il est question de l’Education Religieuse dans les Ecoles Publiques. Les Ecoles Privés sont libres de la faire où elles le souhaitent, dans leurs écoles, même dans les salles de classe normales (avant un cours de math, par exemple).

En conclusion, l’unique contribution de l’Etat Français, dans l’Education Religieuse de ceux qui le souhaitent, est de mettre, à la disposition de toutes les religions, un local commun spécifique, dans chaque Ecole Publique, pour que chacune y assure, à tour de rôle, son propre Enseignement Religieux ; et cet Enseignement Religieux est fait par un mandataire de chaque religion.

Pour terminer, et afin d’enrichir le Débat sur ce que devrait être la prochaine Constitution Tunisienne, je souhaite vivement :

1. que des intervenants Tunisiens, surtout parmi ceux qui tiennent à conserver l’Article premier de la Constitution Tunisienne [à savoir : « La Tunisie est un Etat libre, indépendant et souverain ; sa religion est l'Islam, sa langue l'arabe et son régime la république »], m’expliquent ce que signifie, pour eux, la phrase : « la Religion de la Tunisie est l’Islam »  ;

2. que des intervenants Français confirment, infirment ou complètent ma présentation de la pratique de la Laïcité en France en ce qui concerne l’Education Religieuse et la gestion des lieux de Culte.

HORCHANI Salah

Professeur à la Faculté des Sciences de Tunis


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

43 réactions à cet article    


  • Henri François 11 avril 2011 11:15

    A l’auteur,
    De la part d’un sujet français natif de la Tunisie, revenu dans ce pays depuis une quinzaine d’années après y avoir vécu jusqu’à l’âge de 20 ans, il vous faudra pour réussir votre révolution SUPPRIMER de votre prochaine constitution TOUTE ALLUSSION à une religion d’ETAT. Ce sera pour le peuple, plus marure qu’on ne le croit, le moyen légal d’éviter le piège d’une « incuursion » malsaine dans la conduute de la Natione par des religieux purs et durs qui pour l’instant se font sages et inodores.


    • beo111 beo111 11 avril 2011 13:58

      Bonjour, et félicitations pour votre révolution, c’est pas tous les jours que l’on met son dictateur dehors !

      Je ferai juste une petite remarque sur votre processus constitutant, parce que franchement, élire l’assemblée ce n’est pas très malin : avec l’élection les riches, ceux qui ont les moyens de se faire connaitre achètent le pouvoir et écrivent les règles pour eux, c’est très grave. Nous en France c’est pour cela que nous avons un système aussi pourri.

      Sur le fond de votre question je ne me prononcerai pas, je peux juste vous conseiller de mettre un texte crédible qui traduit bien l’esprit des tunisiens à ce sujet. Si ce n’est pas le cas vous aurez la même situation qu’en France où d’une part, la république est déclarée laïque dans la constitution et où d’autre part, dans la réalité de nombreux jours fériés sont des jours de fêtes religieuses catholiques. Rien pour les autres religions bien entendu, pour un peuple où la majorité des gens sont athées.

      Evitez juste l’hypocrisie française, SVP.
       


      • the arabian 11 avril 2011 15:01

        il y a quelques points que je voudrais y répondre :

        1- vous proposez « La Tunisie est une République de culture arabo-musulmane », cela n’aura aucun sens, la culture de la république n’a aucune valeur constitutionnelle ni juridique, alors il vaut mieux l’enlever que d’essayer de prendre ceux qui tiennent au premier article pour des cons.
        2- vous dites : «  l’effort individuel (al-Ijtihad) prime sur tout », prime sur tout selon quoi ? selon votre souhait ? Non, pour savoir ce que dit l’islam si cela vous intéresse, sur un tel sujet, Il y a des règles bien précises qui relèvent de la véritable science que devrait suivre celui qui se présente à cette tâche après avoir passé autant d’années que vous voir plus sur les bancs de l’université, ainsi que d’avoir certaines aptitudes intellectuelles assez exigeantes. juste pour rappel le mot (al-Ijtihad) que vous mentionnez qui veut dire précisément : effort intellectuel, est une source entre autre de la jurisprudence islamique qui arrive juste derrière : le Qoran, le Hadith (paroles et comportements du prophète), l’Analogie et le Consensus des savants. l’effort individuel vient d’après certains Hadiths authentifiés au tout dernier recours comme Source Indépendante, il faut rappeler que cela n’exclue pas la responsabilité individuelle, si on va consulter un mauvais médecin, qui en assumera les conséquences ? pour cela à maintes reprises dans Qoran, la méditation et la réflexion individuelle est vivement conseillée.
        3- vous dites que l’effort individuelle « peut être considéré comme étant « le sixième pilier de l’Islam » , dans une science il n’y a pas de peut être, et il n’y a pas de sixième pilier, l’effort individuel c’est tout simplement le critère de jugement que chacun y devrait faire face selon l’islam, il n’a pas sa place parmi les piliers.
        4- cette comparaison de la Tunise avec la France, n’est pas juste et le modèle français n’est pas valable pour la Tunisie pour les raisons suivantes :
        * la main mise de l’église catholique sur l’état avec toutes les conséquences qui en résultent et que Galilée n’est pas le seul à en payer le prix, est une expérience historique qui n’existe pas dans le monde arabo-islamique, on sait ce que l’islam a fait de bédouins de désert qui passaient leurs temps à vanter leurs honneurs dans la poésie et s’entre-tuer pour une patte de chèvre. 
        * en tunisie, la majorité de la population est croyante (contrairement au peuple français) et veut une garantie constitutionnelle que de prochaines lois ne soient pas en désaccord avec leur croyances, la sagesse veut veut qu’on ne crée pas un conflit perdu à l’avance et qui va « extrémiser » la population, alors que vous pourrez obtenir ce que vous voulez par d’autres voies, en tout cas jetez un coup d’oeil sur la vie sur l’histoire des communautés non musulmanes dans les empires islamiques, et soyez justes !! bon je dois m’en aller...


        • Henri François 11 avril 2011 18:00

          à the Arabian,
          Certes la majeure partie du peuple tunisien croit en Dieu (Allah) et respecte le Prophète (tout come en France on croit en Dieu et respecte Jésus), mais il est bon de préciser qu’elle est beaucoup plus méditerranéenne par ses coutumes que religieuse dans ses actes. Chez elle, la tradition (familiale surtout) compte beaucoup plus que la religion. En outre elle ignore quasi totalement le Coran et ne peut donc s’en nourrir.
          Enfin, détail qui a son importance (et elle et de poids), depuis le 14 janvier dernier, les mosquées du pays sont beaucoup moins fréquentées le vendredi, jour de la grande prière.
          Amitiés.
          Je suis pourtant d’accord pour conseiller vivement aux tunisiens de ne pas s’inspirer des démocraties occidentales. 


        • tvargentine.com lerma 11 avril 2011 17:45

          Pourquoi vouloir faire état de votre religion ainsi que de la langue ?????

          Ridicule ,car un État moderne et ouvert se doit de savoir intégrer des populations non arabes et non musulmanes

          Libre au gens de prière un dieu,mais la religion ne doit pas intervenir dans la vie privée et dans la sphère public

          Bonne chance

          http://www.tvargentine.com


          • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 11 avril 2011 17:47

            J’ai le plaisir de vous annoncer la création de notre Association dont le nom est ’’Le Manifeste’’ et dont l’objectif est, d’abord, « de susciter un grand Débat National sur le contenu de la (nouvelle) Constitution  ». Comme vous le savez, cette Constitution, qui va engager le pays pour, certainement, plusieurs décennies, va être élaborée par l’Assemblée Constituante qui sera élue le 24 juillet prochain. « La base de ce Grand Débat est la rédaction du ’’Manifeste du 20 mars’’ qui a pour but de poser les grandes lignes de (cette) prochaine Constitution  ».

            Son objectif est, aussi, « de développer toutes les formes de solidarité à la Révolution Tunisienne et d’apporter un soutien à tout projet en matière de développement social, culturel, artistique ou économique conforme aux aspirations de la jeunesse et des forces vives de la Tunisie  ».

            Pour suivre en temps réel les activités de notre Association, je vous invite à consulter sa page « Facebook » :

            http://www.facebook.com/home.php?sk=group_204604102902998

            dont l’Intitulé est « Forum du Manifeste ».

            Quant à son site, c’est :

            http://manifeste20mars.org/index.php?title=Accueil

            dont l’Intitulé est :

            « L’association « Le manifeste » ».

            Bonne navigation, bonne lecture et bien cordialement,

            HORCHANI Salah


            • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 11 avril 2011 17:50

              INTERVIEW DE GLIBERT NACCACHE, CO-FONDATEUR DE L’ASSOCIATION ’’LE MANIFESTE’’, SUR TV5 MONDE :

              http://www.sentinelle-tunisie.com/videos/temoignages/item/gilbert-naccache-tunisie-une-revolution-en-marche

              HORCHANI Salah


            • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 11 avril 2011 17:57

              Dans ce contexte, je ne peux m’empêcher de citer le titre d’un article de Béchir ben Yahmed, paru dans l’hebdomadaire ’’Jeune Afrique’’ au début des années soixante, en plein Débat sur l’arabisation de l’enseignement :

              « L’avenir n’appartient pas au peuple dont la langue est la plus parlée, mais appartient au peuple qui parle le plus de langues ».

              HORCHANI Salah


              • logan 11 avril 2011 21:51

                Bonjour, ce n’est pas dutout ça la laïcité en France.

                Si des communes etc ... financent des établissements religieux c’est en contradiction avec la loi de 1905 grâce à des « biais » introduits par des amendements, notamment celui de 1942 voté sous le régime de Vichy, donc vous imaginez bien à quel point ces financements sont contestés.

                La gauche veut supprimer ces amendements et interdire tout financement public vers la religion.
                Et les raisons sont simples, le financement public doit être réservé à tout ce qui oeuvre pour l’intérêt général, il ne doit pas servir des intérêts privés.

                En france la religion est une affaire privée. Les établissements religieux doivent être financés par leurs fidèles.

                Et il serait vain de vouloir « financer » toutes les religions à égalité, déjà parce qu’il faudrait pour cela faire une liste de religions qui serait forcément injuste pour toutes les croyances et cultes qui ne seraient pas reconnus par cette liste. On se demande bien d’ailleurs sous quelle autorité quelqu’un déciderait de ce qui est une religion ou de ce qui ne l’est pas.
                Ensuite parce qu’il y a les sans religions, et ce serait injuste pour eux.

                En france il faut comprendre que nous sommes le pays où il y a non seulement le plus d’athés au monde mais aussi le plus de non pratiquants. Donc la comparaison est difficile avec un pays où les religieux sont ultra majoritaires.
                Mais je ne saurais que trop vous encourager de vous lancer dans la voie de la laïcité, car c’est le seul moyen de protéger les libertés. Un pays ne peut rester « uniculturel » qu’en baffouant les libertés des gens. A partir du moment où il s’engage dans la voie de la liberté il devient multiculturel et il se pose alors le problème du vivre ensemble dans une société composée de nombreux groupes culturels différents, et ça seule la laïcité apporte une solution.

                Sans laïcitié une société peut sombrer dans la guerre civile, dans le communautarisme ou dans le totalitarisme. Nous on est déjà passés par tout ça. Alors plutôt que de suivre le même chemin pour découvrir ensuite que la solution c’est la laïcité, autant anticiper et passer directement par la case laïcité non ? ;)


                • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 12 avril 2011 00:06

                  @ logan

                  Tout d’abord, je vous remercie pour les informations que vous m’avez communiquées.

                  Dans mon article, je n’ai pas soulevé le financement de l’Enseignement Privé par l’Etat, mais, le Financement des Lieux de Culte par les deniers publics (venant de l’Etat, des Régions, des Départements, des Communes,…). A ma connaissance, « Les lieux de Culte en France sont gérés, localement, par les Communes, avec des aides de l’Etat, si nécessaire : par exemple, pour les grands travaux ou bien quand il s’agit de monuments historiques ». Je prends un exemple : le toit de l’Eglise de Colombey-des-deux Eglises risque de s’effondrer : qui va payer la facture de sa réparation ? Un autre exemple hypothétique : compte tenu de l’influence des touristes pratiquants vers Colombey-des-deux Eglises, il devient nécessaire de procéder à la construction d’une autre Eglise : qui va payer la facture de cette construction ?

                  Si vous connaissez, les réponses, je vous saurais gré de bien vouloir me les communiquer.

                  Avec mes remerciements et Bien cordialement,

                  HORCHANI Salah


                • GHEDIA Aziz GHEDIA Aziz 11 avril 2011 22:33

                  A l’auteur

                  Je ne suis pas juriste de formation, mais je ne comprends pas pourquoi vous voulez transformer de fond en comble votre Constitution. Il suffit peut-être d’amander certains articles tel que l’article qui ne limite pas le nombre de mandats présidentiels, par exemple. Il est vrai que vous êtes encore sous le feu de l’action et l’euphorie de la révolution, si j’ose dire, mais le peuple tunisien est toujours le peuple tunisien. Il n’a pas changé entretemps.


                  • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 12 avril 2011 00:01

                    @ @ GHEDIA Aziz

                    Bonsoir,

                    Dans tous les Pays du Monde, tous les Codes Juridiques dépendent du Code-Mère qui est la Constitution. Or la Constitution Tunisienne, qui vient d’être suspendue par la Révolution de Jasmin, est incompatible avec un Code Electoral, des Partis Politiques, de la Presse, Pénal… démocratique ; d’où la nécessité de la changer de fond en comble.

                    Vous parlez dans votre Commentaire du « feu de l’action et l’euphorie de la révolution  ».

                    Eh bien, sachez, Madame, que je suis plus qu’euphorique en vous écrivant, car, aujourd’hui, vient d’être adopté Le Code Electoral pour l’Assemblée Constituante :
                    l’Instance Supérieure pour la Réalisation des Objectifs de la Révolution, de la Réforme Politique et de la Transition Démocratique a instauré, aujourd’hui, la parité homme - femme dans ledit code électoral.

                    Vous voyez bien que le peuple Tunisien est capable d’innovations inédites !

                    Bien cordialement,

                    HORCHANI Salah


                  • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 12 avril 2011 00:44

                    @ Monsieur GHEDIA Aziz

                    Bonsoir,

                    Je vous prie de m’excuser de vous avoir dit Madame, en m’adressant à vous, dans ma réaction à votre Commentaire : j’étais sous l’effet de l’euphorie causée par l’annonce de la nouvelle contenue dans ladite réaction (nous nous sommes tellement battus pour cette Parité qui nous semblait inespérée !), et j’ai confondu « GHEDIA » avec « CHEDIA », prénom d’une illustre artiste égyptienne.

                    Bien cordialement,

                    HORCHANI Salah


                  • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 12 avril 2011 00:22

                    INFORMATION URGENTE :

                    L’Instance Supérieure pour la Réalisation des Objectifs de la Révolution, de la Réforme Politique et de la Transition Démocratique, en Tunisie, a instauré, aujourd’hui, la parité homme - femme dans le Code Electoral.

                    HORCHANI Salah


                    • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 12 avril 2011 01:36

                      INFORMATION URGENTE (suite) :

                      La parité homme – femme, dans le Code Electoral qui vient d’être adoptée, exige, en plus, que les Listes des Candidats doivent alterner les hommes (H) et les femmes (F)  : autrement dit, elles doivent être du type H-F-H-F-H-F-etc., ou bien du type F-H-F-H-F-H-etc.

                      A ma connaissance, cette exigence est une innovation inédite dans les Codes électoraux, tous pays confondus.

                      HORCHANI Salah


                    • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 12 avril 2011 20:04

                      @ the arabian

                      Bonjour,

                      Dans votre commentaire, vous établissez un classement, par ordre d’importance, des sources de L’Islam, à savoir :

                      1° Le Coran,

                      2° Le Hadith,

                      3° L’Analogie et le Consensus des Savants,

                      4° L’Ijtihad

                      Pour ce qui me concerne :

                      Seul le Coran oblige : La Tradition (Le Hadith, …), lui est sujette et la Sharia est obsolète.

                      Quant aux sources du Croyant : d’abord, le Coran, ensuite, son Ijtihad.

                      Cordialement,

                      HORCHANI Salah


                      • Tahar 12 avril 2011 23:05

                        @ l’auteur

                        Bonsoir,

                        Quelques remarques :

                        1. La première question que nous devrions tous nous poser, si nous voulions vraiment débattre de la laïcité, est la suivante : pourquoi cette dernière est apparue là où l’on s’y attendait le moins ? En effet, comme vous l’évoquez vous-même, l’islam est caractérisé par l’absence d’intermédiation, mais aussi par celle de confession. Ce qui aurait dû faire des sociétés régies par cette religion les plus aptes à devenir laïques. Or il n’en est rien. Ce sont au contraire les sociétés qui sont imprégnées d’intermédiation, de confession, etc. qui y parviennent. Est-ce une ruse de l’histoire ou y aurait-il des raisons « objectives » à ce paradoxe ?

                        2. A mon avis, la référence à la laïcité française n’est pas souhaitable, non pas la laïcité telle qu’elle avait émergé pendant la révolution française et devenue loi plus d’un siècle plus tard (1905), mais celle qui est en vigueur de nos jours et que j’appellerai volontiers laïcicisme (sic) et que ses nombreux tenants appellent « laïcité positive ». Ce laïcicisme est tout sauf tolérance. A sa manière, il fonctionne comme une religion, voire un intégrisme, avec ses ayatollah, ses rites, ses anathèmes et autres exclusions. Et le tout au nom de la « République » et de la « démocratie » !

                        3. Pourtant, il nous faudra un jour nous atteler à débattre de cet épineux problème de laïcité. Et comme nous sommes désormais en démocratie -du moins je l’espère-, il n’y aurait pas mieux, pour ce faire, que le débat national, voire le référendum, avec ces deux soucis majeurs cependant : tenir compte des spécificités tunisiennes et éviter de tomber dans le mimétisme.

                        Amicalement,

                        Tahar


                        • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 13 avril 2011 01:42

                          @ Tahar

                          Bonsoir,

                          Tout d’abord, je vous remercie pour votre commentaire.

                          Il convient de souligner que beaucoup de citoyens ignorent les trésors cachés de la Laïcité ! Cette ignorance vient, souvent, de la confusion entre la Laïcité et le Laïcisme : le Laïcisme est un courant d’idées dont le but est de protéger, activement et farouchement, la vie publique de toute ingérence religieuse. Si la Laïcité applique avec une certaine souplesse la séparation de l’Etat et des Eglises, [comme pour ce qui concerne, par exemple, l’Instruction Religieuse dans les Etablissements d’Enseignement Publics, autres que les Ecoles Elémentaires], le Laïcisme, lui, vise à réduire la vie religieuse du citoyen, strictement, à la sphère privée, hors de toute manifestation sociale et publique.

                          Pendant qu’on y est, il faut remarquer, aussi, qu’il existe, souvent, une confusion entre le Laïcisme et l’Anticléricalisme : l’Anticléricalisme est un courant d’idées qui estime que l’Eglise est superpuissante et, même nuisible et doit, donc, être jugulée.

                          Cordialement,

                          HORCHANI Salah


                        • Fethi GHARBI 13 avril 2011 14:01

                          A vous lire, la future assemblée constituante finira bien par adopter dans sa totalité la constitution française. C’est certainement plus reposant, vous me direz !

                          Ne croyez-vous pas que cette prétendue laïcité si chère à Sarkozy a suffisamment empoisonné la vie des français qu’ils soient musulmans, chrétiens ou athées ?

                          Faut-il alors importer ce faux débat en Tunisie pour susciter les dissensions et détourner la population de ses vrais problèmes qui sont essentiellement la misère de la classe laborieuse et son exploitation inhumaine par une minorité de prédateurs tunisiens et occidentaux.



                          • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 13 avril 2011 16:06

                            @ Fethi GHARBI

                            Bonjour,

                            1. Votre Commentaire est réducteur : une Constitution ne se limite pas à un Article !

                            2. Quant à votre dernier paragraphe, il montre une méconnaissance complète de la Tunisie d’aujourd’hui.

                            Cordialement,

                            HORCHANI Salah


                          • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 13 avril 2011 15:47

                            Un des Trésors méconnus de la Laïcité : la liberté des Cultes et de l’Instruction Religieuse dans l’Enseignement Public :

                            1. Extrait de :
                             
                            http://credof.u-paris10.fr/spip.php?article53 :

                            La loi Debré du 31 décembre 1959 impose à l’Etat de prendre toutes les dispositions pour assurer aux élèves de l’enseignement public la liberté des cultes et de l’instruction religieuse (Art. L. 141-2 C. Educ.) (…) Par l’article 2 de la loi de 1905, les départements et les communes pourront inscrire au budget de l’Etat, « les dépenses relatives à des services d’aumôneries et destinées à assurer le libre exercice des cultes dans des établissements tels que lycées, collèges, écoles (...) ». La loi de 1905 ne prévoit pas une obligation d’instaurer des services d’aumôneries, mais la jurisprudence a considéré que les cérémonies religieuses à l’intérieur des établissements publics énumérés à l’article 2 ne pouvaient faire l’objet d’une interdiction générale, sauf à porter atteinte au libre exercice des cultes. L’Etat doit ainsi veiller à ce que des aumôneries soient créées dans l’enseignement du second degré lorsqu’il est établi qu’elles sont nécessaires au libre exercice de leur culte par les élèves. Pour le secondaire, la loi du 09 décembre 1905 oblige les établissements avec internes de créer des aumôneries (CE. Ass., 06 juin 1947, Union catholique des hommes du diocèse de Versailles ; CE. Ass., 01 avril 1949, Chaveneau et autres). (…) L’interprétation souple de la loi de 1905 s’est trouvée confortée par la loi Debré du 31 décembre 1959, puisque dans son article 1 : « L’Etat prend toutes dispositions utiles pour assurer aux élèves de l’enseignement public la liberté des cultes et l’instruction religieuse ».

                            2. Extrait de :

                            http://fr.wikipedia.org/wiki/Aum%C3%B4nerie_de_l%27Enseignement_Public :

                            « Les aumôneries sont des lieux de rencontre, de débat et d’échange sur la foi chrétienne et sur tous les sujets de la vie à la lumière de la foi chrétienne ».

                            3. Les termes d’aumônier et d’aumônerie ont évolué : ils englobent, aujourd’hui, les trois Religions Abrahamiques et concernent d’autres lieux publics tels que les prisons, les hôpitaux et les établissements de l’armée.

                            4. Quant à l’interdiction de l’Instruction Religieuse dans les enceintes des Ecoles primaires, elle est mentionnée dans l’Article L 141-2 du Code de l’Education qui stipule :

                            « Les écoles élémentaires publiques vaquent un jour par semaine en outre du dimanche, afin de permettre aux parents de faire donner, s’ils le désirent, à leurs enfants l’instruction religieuse, en dehors des édifices scolaires ».

                             

                            HORCHANI Salah


                            • Fethi GHARBI 13 avril 2011 16:47

                              Ma foi, mais c’est quoi tout ce blablabla ?

                              Si vous êtes à plat ventre face à la constitution et aux lois françaises, vous n’avez qu’à changer de pays et de nationalité au lieu d’enquiquiner les tunisiens avec un charabia qui ne les concerne en rien.

                              Les tunisiens ont une histoire et une culture millénaires capables de les inspirer et n’ont nullement besoin des lois de l’ancienne métropole coloniale ni de l’actuelle métropole néo-coloniale pour guider leurs pas vers la démocratie !

                              La démocratie ! Il faudra que les français la réussissent d’abord...Eux qui n’y croient plus doivent s’étonner de voir un étranger s’aplatir de la sorte.


                            • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 13 avril 2011 18:03

                              @ Fethi GHARBI

                              Re-bonjour,

                              Le « blablabla », les insultes et le mensonge sont une caractéristique de vos commentaires et écrits, comme le montre, par exemple, votre article :

                              « Où va la Tunisie ? »

                              http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/ou-va-la-tunisie-89357

                              où vous affirmez :

                              « Le despote (nda : Bourguiba) n’a pas hésité à commanditer l’assassinat de personnalités politiques et syndicales réfugiées en Europe tels que (…)Ahmed Tlili ».

                              Apprenez l’Histoire de la Tunisie, avant d’en parler.

                              Cordialemeent,

                              HORCHANI Salah


                            • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 13 avril 2011 19:59

                              La preuve du dit mensonge :

                              «  Tlili (…), rentré à Tunis le 25 mars 1967, son état de santé se dégrade rapidement et il décède à Paris le 25 juin. Il est ensuite rapatrié et inhumé au carré des dirigeants historiques de la Tunisie indépendante du cimetière du Djellaz de Tunis ».

                              Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ahmed_Tlili

                              HORCHANI Salah


                            • Fethi GHARBI 13 avril 2011 21:43

                              Tiens, voilà qu’on esquive le débat ! Êtes-vous à court d’arguments ?

                              Il faut reconnaitre cependant que de la France notre « mère patrie » à Bourguiba « le père de la nation » on baigne dans la même sauce...


                            • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 14 avril 2011 01:13

                              @ Fethi GHARBI

                              Bonsoir,

                              Je vous ai démontré que vous êtes un grossier imposteur.

                              Alors, faites un petit effort en essayant d’être, intellectuellement, honnête, pendant une petite seconde, laissez vos fantasmes et vos à priori et répondez à cette petite question :

                              Ahmed Tlili est-il mort de mort naturelle, ou bien a-t-il été liquidé par Bourguiba, comme vous l’affirmez dans votre Scoop ?

                              Cordialement,

                              HORCHANI Salah


                            • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 14 avril 2011 08:49

                              @ Fethi GHARBI

                              Bonjour,

                              Mon ultime réponse, devant votre non-réponse, c’est ce que vous avez, vous-même, écrit, avec votre courtoisie habituelle, dans :

                              http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/ou-va-la-tunisie-89357

                              [Fethi GHARBI (xxx.xxx.xxx.69) 27 février 11:59, en réponse @ eric], plus précisément :

                              « Pour penser de la sorte on ne peut être qu’un ignare ou un fieffé hypocrite ».

                              Et vous avez montré que vous êtes les trois, à la fois !

                              Et on ne discute pas avec un « ignare- fieffé- hypocrite ».

                              HORCHANI Salah


                            • Fethi GHARBI 14 avril 2011 11:35

                              Où en est-on donc du débat à propos de la laïcité ?...

                              Lorsqu’on est à court d’arguments, on change de sujet ou alors on opte pour la provoc et l’insulte.

                              Ce qui vous a sorti hors de vos gangs, c’est que j’ai mis a nu vos procédés :

                              Chanter les vertus de la laïcité pour semer la zizanie entre les différentes sensibilités du tissu politique qui soutient l’élan révolutionnaire

                              Un procédé de plus sorti du sac de la contre-révolution mais qui a lamentablement capoté.

                               


                            • Fethi GHARBI 14 avril 2011 13:06

                              Toutes mes excuses pour le lapsus à propos de « sortir de ses gangs » traduisez par « sortir de ses gonds », Merci

                              Il faut dire qu’avec tous ces gangs payés par la contre-révolution pour déstabiliser le pays, il y a de quoi...


                              • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 14 avril 2011 16:59

                                Ma Tunisie, tu es le premier pays arabe à… (Version actualisée)

                                Ma Tunisie, tu es

                                Le premier pays arabe à abolir l’esclavage (1847)

                                Premier pays arabe à adopter une Constitution (1861)

                                Premier pays arabe à fonder un Syndicat :

                                « Confédération Générale des travailleurs Tunisiens »

                                Créée par Mohamed Ali El Hammi (1924)


                                Premier pays arabe à promulguer un Code du Statut Personnel (1956),

                                Garantissant les Droits Inaliénables de la Femme,

                                En particulier son Droit au divorce

                                Et l’interdiction de la répudiation et de la polygamie,

                                L’unique pays arabe à octroyer le Droit de Vote aux femmes,

                                A l’année de son indépendance (1956),

                                Premier pays arabe à légaliser l’IVG (1973)


                                Premier pays arabe à proposer une solution politique

                                Au conflit Israélo-palestinien :

                                « Après une semaine, un mois, ou un an ou dix ans,

                                Il faut admettre l’existence d’Israël (…)

                                Et le jour où les Arabes et les Juifs pourront se rencontrer face à face,

                                Ce jour-là nous pourrions peut-être parler de solution »

                                (Bourguiba, 13 mai 1961)


                                Premier pays arabe à faire une Révolution Démocratique (2011),

                                Dont les mots d’ordre sont Liberté-Dignité-Démocratie,

                                Révolution dont nous avons rêvé, quand nous étions jeunes,

                                Et ce sont nos jeunes qui l’ont faîte,

                                Révolution Populaire et Civique,

                                Prise de ta destinée politique par ton Peuple,

                                Dépourvue de toute idéologie sous-jacente,

                                De tout Parti et de tout leader emblématique


                                Le premier Pays du Monde

                                À instaurer la Parité Homme - Femme dans le Code Electoral,

                                Avec la condition de Listes de Candidatures (Homme, Femme) Alternées :

                                Première Fleur de ta « Révolution de Jasmin » (11 avril 2011)


                                Et, bien que déficiente en matière d’expérience démocratique,

                                Tu sauras, ma Tunisie, j’en suis sûr, sans aucun doute,

                                Donner vie à notre « Révolution de Jasmin »

                                En premier lieu, tu seras le premier pays arabe

                                A assurer, réellement, la Citoyenneté, l’Egalité et la Justice pour tous,

                                En particulier l’Egalité-Homme-Femme,

                                A instaurer un climat de Laïcité et de Liberté Citoyenne

                                Basée sur la devise :

                                « La liberté des autres étend la mienne à l’infini » (Bakounine)


                                Et tu seras, j’en suis sûr, sans aucun doute,

                                Le premier pays arabe à abolir la peine de mort,…


                                Alors, ma Tunisie, ta Révolution sera,

                                A l’instar de ce qu’a vécu le Peuple Egyptien, hier,

                                Et ce que vivent, aujourd’hui, les Peuples

                                Libyen, Syrien, Yéménite et les autres,

                                Une source d’inspiration pour tous les Peuples opprimés,

                                Et le Souffle des flammes de Mohamed Bouazizi

                                Emportera leur Tyran


                                HORCHANI Salah

                                Professeur à la Faculté des Sciences de Tunis

                                ------------------------------------------------------

                                Note :

                                Le Texte initial est paru, le 20-01-2011, sur la page :

                                www.legrandsoir.info/Ma-Tunisie-tu-es-le-premier-pays-arabea.html


                                • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 18 avril 2011 11:24

                                  Combat de l’heure le plus urgent pour que l’Egalité –Homme-Femme soit réelle

                                  A ne pas oublier : afin que l’obligation de Listes de Candidatures alternées soit un acquis réel sans appel, il est nécessaire que la Loi exige, aussi, que le nombre de Listes où les femmes sont tête de liste soit égal à la moitié du nombre total de toutes les listes.

                                  HORCHANI Salah


                                • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 18 avril 2011 16:13

                                  Pour être plus précis, en réponse à certains intervenants et en faisant court, il faut souligner que :

                                  pour une Liste donnée, c’est, à priori, le Candidat Tête de Liste, et uniquement lui, qui a une chance d’être élu, et ce, compte tenu du mode de scrutin et du découpage des circonscriptions proposés, et de l’inflation potentielle du nombre de Listes, conséquence de l’inflation du nombre de Partis.

                                  HORCHANI Salah


                                • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 18 avril 2011 23:42

                                  A défaut de Loi sur l’obligation d’égalité du nombre de Listes où les femmes sont tête de liste à celui des Listes où les hommes sont tête de liste, il faut se battre pour que ce principe d’égalité soit un des Points d’un Pacte Républicain à faire signer par tous les Partis , Associations ou Organisation quelconque prenant part au scrutin.

                                  HORCHANI Salah


                                • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 19 avril 2011 12:40

                                  « La Révolution en Tunisie, source d’inspiration pour la Méditerranée »

                                  http://euro-mediterranee.blogspot.com/2011/01/pour-sa-liberte-et-sa-dignite-le-peuple.html

                                  HORCHANI Salah


                                • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 14 avril 2011 18:01

                                  Forum du Manifeste

                                  Une page de Débats sur l’Assemblée Constituante et la Constitution Tunisienne dont « la base est la rédaction du ’’Manifeste du 20 mars’’ qui a pour but de poser les grandes lignes de (cette) prochaine Constitution »  :

                                  http://www.facebook.com/home.php?sk=group_204604102902998

                                  HORCHANI Salah



                                  • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 14 avril 2011 18:08

                                    Association ’’Le Manifeste’’

                                    Un Think-Tank dont l’objectif est « de susciter un grand Débat National sur le contenu de la (nouvelle) Constitution » Tunisienne, tout en développant « toutes les formes de solidarité à la Révolution et » en apportant « un soutien à tout projet en matière de développement social, culturel, artistique ou économique conforme aux aspirations de la jeunesse et des forces vives de la Tunisie » :

                                    http://manifeste20mars.org/index.php?title=Accueil

                                    HORCHANI Salah


                                    • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 15 avril 2011 10:08

                                      Un exemple à ne pas suivre : quand Sarko transforme la Laïcité en Apartheid déguisé !

                                      « Pourquoi l’Elysée tolère-t-il une laïcité à deux vitesses ?

                                      La Pâque juive (Pessah) se déroulera du 18 au 26 avril. Une circulaire du 2 décembre 2010 a indiqué quelles étaient les « dates religieuses protégées  ». Ne sont pas mentionnées les fêtes religieuses juives du 20 et du 26 avril. Dans ces conditions claires, le respect du principe de laïcité ne pouvait que conduire au refus de la moindre dérogation pour ces deux dernières dates. Pourtant de grandes Écoles - Centrale, Supélec, Ponts et des Mines - qui avaient prévu des épreuves les 20 et 26 avril ont été invitées fermement à adapter les examens écrits à la Pâque juive. Il se serait agi, pour des étudiants juifs pratiquants, de demeurer confinés, sans aucun contact avec l’extérieur, durant les journées du 20 et du 26 avril pour ne concourir qu’à partir de 22 heures et jusqu’à deux heures du matin.

                                      (…)

                                      Une laïcité à la carte n’en est plus une. Si l’État ne tient pas sa parole mais joue sur un double registre, pas étonnant, alors, que la société ne s’apaise pas mais s’aigrisse ».

                                      Source :

                                      http://www.marianne2.fr/Pourquoi-l-Elysee-tolere-t-il-une-laicite-a-deux-vitesses_a205033.html?TOKEN_RETURN

                                      Dans ces conditions, communiquons à l’Elysée le calendrier des fêtes de L’Islam, du Bouddhisme,…, sans oublier celui de l’Ancestrisme, et du Naturisme, Totémisme, Zoroastrisme,…Et ceux qui ne croient à rien, qu’ils communiquent leur date de naissance, par exemple !

                                      HORCHANI Salah


                                      • Fethi GHARBI 15 avril 2011 11:58

                                        Tiens, tiens, tiens...

                                        Il semble que mes leçons commencent à porter leurs fruits !

                                        Voilà qu’on commence à comprendre que la laïcité n’est qu’un mythe. C’est un outil idéologique servant exclusivement à la discrimination et à la diabolisation d’un groupe...

                                        Bravo, continuez, vous êtes sur le bon chemin


                                      • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 18 avril 2011 11:20

                                        Cet Article a été publié, aussi, sur la Page :

                                        http://www.legrandsoir.info/Pour-la-modification-de-l-Article-premier-de-la-Constitution-Tunisienne.html

                                        du Site legrandsoir et a donné lieu à un Débat instructif et vif qui a conduit un Intervenant, connu et récidiviste sur la Toile, pour son agressivité vis à vis de ses contradicteurs et pour son ignorance, à perdre son self-control : ce qui a obligé legrandsoir à rappeler ledit Intervenant à l’ordre en l’invitant à « dialoguer sur le fond sans prise à partie du contradicteur  ».

                                        HORCHANI Salah

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès