Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Qui veut la peau de Renaud Van Ruymbeke ?

Qui veut la peau de Renaud Van Ruymbeke ?

Une grande partie de la presse se faisait hier, 1er février, l’écho du rapport interne de l’Inspection générale des services judiciaires remis au Garde des sceaux, Pascal Clément, qui épinglerait les méthodes de Renaud Van Ruymbeke (RVR), magistrat instructeur dans l’affaire Clearstream. Hier, avant de connaître la décision du ministre de la Justice, le juge contre-attaquait en dénonçant une présentation tendancieuse d’extraits choisis. Depuis, le Garde des sceaux a indiqué que sur la base du rapport il saisissait, à des fins disciplinaires, le Conseil supérieur de la magistrature (CSM). Renaud Van Ruymbeke se déclare non surpris par une décision qu’il qualifie de politique et directement liée à son différend avec Nicolas Sarkozy dans le dossier Clearstream.

A 54 ans, Renaud Van Ruymbeke est considéré en France et à l’étranger comme l’un des meilleurs de sa profession, incorruptible et tenace, insensible aux pressions et aux embûches. Des qualités révélées très tôt par un dossier déjà médiatique mettant en cause classe politique et milieux financiers : l’affaire Robert Boulin, demeurée non élucidée. Autre affaire toute aussi mystérieuse à ce jour, Clearstream. Seule certitude dans le dossier, la tentative d’instrumentalisation de la justice pour des règlements de compte au sommet de l’Etat. Après l’avoir mise en route, les principaux protagonistes ont tout fait pour tenter d’arrêter une machine devenue folle. Comme souvent, le meilleur moyen pour étouffer une affaire devenue gênante consiste à désigner des lampistes et à retourner les accusations contre ceux qui les ont initialement lancées. Ce n’est donc pas un hasard si hier un journaliste, Denis Robert, et aujourd’hui un juge, RVR, se trouvent voués aux gémonies.

Dans le cas de RVR, le rapport annoncé comme le mettant en cause avait été commandé en juin 2006 par le ministre de la Justice après que le magistrat ait reconnu dans la presse avoir rencontré en avril 2004 Jean-Louis Gergorin, le corbeau de l’affaire Clearstream.Trois reproches seraient formulés à RVR : l’accomplissement d’auditions hors procédure, la non-révélation d’informations utiles à des procédures pénales et la transmission d’éléments d’instruction à une personne extérieure.

Si le magistrat est bien parvenu à démontrer que les listings de Clearstream sont des faux, on préfère lui reprocher la façon dont il y est parvenu. A l’évidence, la culture du résultat prônée par le ministre de l’Intérieur à ses troupes ne saurait s’appliquer au ministère de la Justice quand elle risque de l’égratigner. En vérité, les éléments fournis anonymement à la presse et repris par une partie de cette dernière sont des extraits choisis sortis de leur contexte et qui omettent sciemment de préciser que l’Inspection contrebalance ses observations en estimant que le juge “a agi dans le souci exclusif de la recherche de la vérité” et que “les manquements, au demeurant isolés dans le déroulement de sa carrière, doivent également être envisagés en considérant les appréciations particulièrement élogieuses dont M. Van Ruymbeke fait l’objet”.

Pour sa part, le quotidien gratuit 20 Minutes rappelait dans son édition du 1er février que Nicolas Sarkozy avait peu apprécié les commissions rogatoires internationales, lancées à son encontre par RVR pour vérifier si le ministre disposait de comptes à l’étranger, ainsi que l’audition de l’un de ses proches, Jacques Heyer, fin 2005. Nicolas Sarkozy n’avait pas hésité alors à attaquer publiquement sur TF1 le magistrat.

Personne donc ne s’étonne aujourd’hui, surtout pas l’intéressé, que le ministre de la Justice, Pascal Clément, inféodé au président de l’UMP, ait décidé de renvoyer le juge devant le Conseil supérieur de la magistrature (CSM). La manœuvre était cousue de fil blanc, la décision opportunément fondée sur le principal grief du rapport de l’Inspection générale des services judiciaires (IGSJ), à savoir la non-révélation d’informations utiles à des procédures pénales en cours ainsi que la transmission d’éléments d’instruction à une personne extérieure. Renaud Van Ruymbeke, considéré par beaucoup comme un exemple, encourt une sanction pouvant aller du blâme à la révocation. Sa demande de promotion comme président de chambre de la cour d’appel de Paris apparaît sérieusement compromise. A l’évidence, on ne met pas en cause impunément Nicolas Sarkozy.


Moyenne des avis sur cet article :  4.68/5   (334 votes)




Réagissez à l'article

102 réactions à cet article    


  • Rocla (---.---.7.29) 5 février 2007 10:38

    Un pour tous , tous pourris . La loi du plus fort , comme d’ hab . Aux urnes citoyens .

    Rocla


    • (---.---.114.144) 5 février 2007 10:57

      Je ne sais pas ce qu’on peut attendre de la « révolution des urnes ». Comme le souligne l’article de mercredi :

      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=18423

      tous les partis semblent rechercher le soutien des corporations de magistrats. Même José Bové, qui appelle à une « insurrection électorale », etc... est loin d’être net par rapport à la Justice. Voir l’article paru hier sur le blog de De ço qui calt ? :

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt

      Le candidat José Bové court-circuite royalement le courant alternatif

      Quoi qu’en dise l’intéressé, la candidature présidentielle de José Bové représente une nouvelle force d’appoint pour Ségolène Royal. Ce n’est sans doute pas ce qu’auraient voulu nombre de militants qui espéraient trouver enfin un candidat indépendant de la « gauche unie » ou « gauche plurielle » chapeautée par le Parti Socialiste. Les intéressés se retrouvent peut-être, en ce moment, dans un avion pour lequel ils n’avaient pas forcément acheté un billet. Le nouveau candidat « antilibéral » a bien affiché sa position favorable à Ségolène Royal, malgré les critiques qu’il lui a adressées et les nuances de façade qu’il a par la suite émises à propos du second tour. Au premier tour, Bové pourra déjà faire campagne contre Nicolas Sarkozy ou empêcher François Bayrou de capter des voix à la recherche d’un « candidat nouveau ». Certes, ce sera fâcheux pour Marie-Georges Buffet ou Dominique Voynet. Mais pour le reste, quel programme propose José Bové ? Saura-t-on enfin ce que signifie la formule magique « un(e) autre » ?

      (...)

      Quant au cinquième point, sur la réforme institutionnelle, son manque de contenu concret a de quoi choquer. Quelle réforme des institutions et de l’appareil d’Etat préconise José Bové ? L’allusion à une « sixième république » a été le faux-fuyant classique pour certains qui, par exemple, ne souhaitaient rien changer en matière de Justice après une affaire comme celle d’Outreau. Faute d’autres précisions de la part d’un Bové qui est prêt à soutenir Ségolène Royal au second tour, il faudra en conclure que, par défaut, c’est le programme du Parti Socialiste qui se substitue au sien.

      Globalement, on pourrait adresser au programme de José Bové un commentaire analogue à celui formulé dans mon article du 11 janvier sur celui de Marie-George Buffet : « Qui pouvait penser, dans la France des années 1970, qu’en 2007 la « gauche de la gauche » proposerait d’éradiquer le chômage, de relever en urgence les salaires et les minima sociaux, de garantir un toit pour tous, de garantir le droit à la santé pour tous... ? Pour la grande majorité des Français de l’époque, le pays était censé avoir résolu ces problèmes bien avant la fin du XXe siècle... » On a bien régressé. Et comment le nouveau candidat antilibéral propose-t-il de redresser cette évolution ? Rien de très précis, souvent une totale absence de réponse. Nous restons sans savoir ce que signifient vraiment les solgans « un autre monde », « une autre Europe »... Comme pour la candidate du Parti Communiste, on pourrait penser à une entreprise charitable pour alléger les souffrances prévisibles, plus qu’à un programme politique destiné à nous les épargner.

      (...)


    • (---.---.114.144) 5 février 2007 10:59

      Van Ruymbeke a dérangé quelques politiques. Mais, dans les autres cas, c’est le contraire qui se produit en ce moment.


    • (---.---.114.144) 5 février 2007 11:06

      Curieusement, le programme en 125 points des « antilibéraux » :

      http://www.alternativeunitaire2007.org/spip/article.php3?id_article=448

      intitulé « Ce que nous voulons » et mis au point en octobre dernier ne contient presque rien sur la Justice. C’est vraiment très mince par rapport à l’ensemble des 125 points du texte, mais aussi par rapport aux débats publics de l’époque. Rien de bien précis. Pas un mot sur la responsabilité des magistrats, pas grand-chose sur les gardes à vue, rien sur les problèmes institutionnels de la Justice... Juste un bout de paragraphe dans le point 100 :

      « Nous nous engagerons à entreprendre pendant la législature : une réforme de la justice avec la programmation de moyens adéquats et les objectifs suivants : garantie de la présomption d’innocence ; stricte limitation de la détention provisoire ; présence de l’avocat dès la première heure de garde à vue ; collégialité de toutes les décisions [à préciser] ; garantie de la spécificité de la justice des mineurs ; . une réforme pénitentiaire dont les objectifs immédiats seront de mettre la France en conformité avec les recommandations du Conseil de l’Europe sur les conditions de détention. »

      Fin de citation. Sauf méprise, c’est tout. Quand au morceau sur la réforme pénitentiaire, c’est tout aussi léger.

      Si l’on pense à Outreau et au rapport d’Alvaro Gil-Robles sur les prisons françaises...


    • Thomas (---.---.113.247) 5 février 2007 13:44

      De l’UMP jusqu’aux « antilibéraux », les corporations de magistrats exercent une influence certaine dans cet univers bipartidiste de fait.

      On trouve l’ex-président de l’USM Dominique Barella dans l’entourage de l’énarque, ex-juge administrative et avocate Ségolène Royal. Clément, qui soutient Sarkozy et qui est comme lui avocat d’affaires, défend à fond les intérêts de la magistrature. Bayrou se garde bien d’indisposer cette dernière. « Très à gauche », les alliés du Syndicat de la Magistrature, membre fondateur d’ATTAC, ne manquent pas. Lire l’article de mercredi déjà cité : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=18423 .

      Dans l’entourage de Chirac, c’est pareil. Par exemple, voici un extrait de la biographie du président de l’Assemblée Nationale Jean-Louis Debré :

      http://www.assemblee-nationale.fr/presidence/jean-louis_debre.asp

      « Né le 30 septembre 1944 à Toulouse, M. Jean-Louis Debré est magistrat. Docteur en droit public, titulaire d’un diplôme d’études supérieures de droit public et d’un diplôme d’études supérieures de sciences politiques, licencié en droit, ancien élève de l’Institut d’études politiques de Paris et ancien élève de l’École nationale de la magistrature, M. Jean-Louis Debré a été nommé substitut du procureur de la République à Évry et chargé des mineurs de 1975 à 1977. Juge d’instruction à Paris de 1977 à 1986, il a été, après avoir eu la responsabilité pendant un an d’un cabinet d’instruction spécialisé dans la délinquance économique, chargé d’un cabinet d’instruction spécialisé dans la criminalité organisée et le terrorisme. Avant de devenir magistrat, M. Jean-Louis Debré a été assistant à la faculté de droit de Paris, entre 1971 et 1974, et chargé de conférence à l’IEP de Paris. »

      Et ainsi de suite...


    • (---.---.30.190) 5 février 2007 18:55

      Et le syndicat du conseiller de Ségolène Royal Dominique Barella, l’Union Syndicale des Magistrats, vient d’interpeller tous les candidats aux présidentielles pour les proposer un « Pacte pour la Justice » de façon à s’assurer qu’il n’y aura pas d’autres tentatives de réforme :

      http://usm2000.free.fr/article.php3?id_article=136


    • (---.---.30.190) 5 février 2007 18:56

      « Aux urnes citoyens »

      La voie des urnes est complètement verrouillée. Surtout pour la Justice.


    • dégueuloir (---.---.44.168) 5 février 2007 19:05

      aux burnes citoyens,la dictature est en danger,boutons les pseudos hongrois hors de France,notre république sent la pourriture..... smiley


    • (---.---.114.144) 5 février 2007 10:48

      Au juste, où en est la procédure disciplinaire à l’encontre de Burgaud et Lesigne pour l’affaire d’Outreau ? Autant on fait des histoires à Van Ruymbeke, autant pour le reste tout semble avoir été verrouillé, voire pire.

      Voir l’article de mercredi :

      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=18423

      ou celui du 27 décembre :

      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=17009


      • (---.---.13.106) 5 février 2007 11:24

        Tu n’as vraiment rien compris !

        Outreau, c’est de petites gens qui ont été mises en cause abusivement, pas vraiment d’intérêt.

        Clearstream, les frégates de Taiwan, c’est tout autre chose, cela risque de mettre en cause des puissants !

        C’est depuis un certain Jean de la Fontaine que l’on sait que :

        « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de Cour vous rendront blanc ou noir. »


      • T.B. T.B. 5 février 2007 11:30

        Selon Wikipédia :

        Dans son rapport rendu public fin janvier 2007, l’Inspection générale des services judiciaires, qui en juin 2006 avait dédouané de toute faute le juge Burgaud dans l’affaire d’Outreau, se montre rude pour Van Ruymbeke dans l’affaire Clearstream 2.

        L’IGSJ retient trois griefs susceptibles de constituer « un manquement aux devoirs de son état de magistrat et de son devoir de loyauté » :
        - Il n’aurait pas dû entendre, hors procédure, Jean-Louis Gergorin, l’ancien vice-président d’EADS.
        - Il aurait dû informer ses collègues Henri Pons et Jean-Marie d’Huy, saisis de l’affaire Clearstream 2, que Jean-Louis Gergorin était le corbeau de l’affaire des Frégates de Taiwan.
        - Il n’aurait pas dû montrer des pièces de sa procédure à un autre acteur de l’affaire, l’informaticien Florian Bourges. Un épisode que Renaud Van Ruymbeke a toujours contesté.

        Selon l’IGSJ, ce comportement serait de « nature à faire suspecter l’objectivité des magistrats ». Et si l’Inspection concède que Renaud Van Ruymbeke a agi par seul souci de la vérité, et qu’il n’a prêté son concours à aucune manoeuvre, le rapport ne souligne pas qu’il a lui-même démonté, dès l’automne 2004, la manipulation que constituaient les listings falsifiés.


      • dégueuloir (---.---.44.168) 5 février 2007 19:06

        et avec le gnome à talonnette ce n’est pas près de s’arréter..... smiley


      • (---.---.38.189) 5 février 2007 11:00

        N’est ce pas l’affaire des frégates à Taiwan qui est principalement en cause ? Affaire autrement plus « sensible » que toutes les autres.


        • Gnole (---.---.192.187) 5 février 2007 15:55

          Le pire c’est que pas forcément, Clearstream reste une société sacrément obscure et ce qui se passe la dedans pourrait bien être autrement plus génant pour les politiques (pas que français d’ailleurs que quelques malheureux milliards de rétro-commission lors des ventes de frégates !

          Qui sait ? smiley


        • Sceptique (---.---.27.61) 5 février 2007 11:03

          Mouais. Sauf qu’évidemment, l’affaire est cousue de fil blanc parce qu’elle s’en prend à Sarko. Un modèle d’intégrité comme RVR ne peut en aucun cas avoir laissé interférer ses convictions personnelles dans sa recherche de la vérité.

          « A l’évidence, la culture du résultat prônée par le ministre de l’Intérieur à ses troupes ne saurait s’appliquer au ministère de la Justice quand elle risque de l’égratigner. »

          A l’évidence aussi, la culture de l’impeccabilité juridique suivie par RVR ne saurait s’appliquer au ministre-candidat de l’Intérieur quand elle risque de l’égratigner. S’interroger sur le zèle particulier affiché par RVR dans cette affaire ne peut évidemment qu’être assimilé au fruit d’un bas calcul politicien, mais pour ma part j’attendrai l’avis du CSM avant de me jeter sur ce nouvel os à ronger, qui tombe très bien, semble-t-il.


          • Ronny Ronny 5 février 2007 11:04

            @auteur

            Merci pour l’article. J’avais envie d’en rédiger un équivalent, mais vous m’avez devancé smiley.

            Je m’y collerai peut être mais avec davantage d’infos sur les affaires que RVR a suivi.

            Si l’on s’en tient à l’affaire Clearstream, le résultat de l’enquête est étonnant, non ? Parce que si on excepte RVR et Denis Robert en procès récurrents, les gros poissons se sont échappés, voire ont été recompensés. C’est le cas de l’ancien PDG de Clearstream, certes licencié mais avec des indemnités colossales, c’est le cas des ministres luxembourgeois plus ou moins complices de n’avoir rien fait... En France, c’est le cas de De Villepin, et des services secrets qui savaient au moins autant de choses que RVR, et qui pour le moment s’en tirent au mieux. N’oublions pas d’ailleurs que si l’on reproche a RVR d’avoir rencontré Gergorin hors procédure (ce qui n’est pas une faute professionnelle), on devrait aussi le reprocher à DDV, dont l’un des enfants a pour parrain ledit Gergorin...

            Et dans l’affaire des frégates de Taiwan, 5 milliards de retrocommission ont disparu, et ni DDV, ni le petit Nicolas, ni MAM (ni les prédécesseurs socialistes) ne lèvent le petit doigt pour soutenir les investigations judiciaires menées par RVR. On nous parlera d’augmenter nos impôts ensuite, ou de cotiser plus pour les retraites...

            Mais quelle république de tricheurs et d’empapaoutés : on a découragé Halphen, Eva Joly, et maintenant on cible RVR. Attention, ceux qui font cela ne réalisent pas qu’ils donnent des atouts aux extrêmes, FN en premier, sur la base de l’arguement « tous pourris, tous solidaires »...

            La poursuite de RVR est évidemment politique : le message est pas touche aux circuits financiers, pas touche à l’argent sale, et pas touche à Sarko. Si RVR dit que le petit Nicolas est derrière, il ne le dit pas sans billes ! Mais en l’espèce, le petit Nicolas pourrait être un des Sarko-phages de la démocratie. Je m’en souviendrai aux prochaines élections !


            • (---.---.114.144) 5 février 2007 11:08

              N’oubliez pas, non plus, les « affaires » de la « gauche ». Ces gens se valent tous, et Ségolène Royal a fait toute sa carrière politique à l’ombre de Mitterrand.


            • (---.---.38.189) 5 février 2007 11:09

              A Ronny,

              Le coup des frégates vaut à lui seul un article.... smiley


            • (---.---.100.48) 5 février 2007 11:58

              Les frégates sont une affaire ou des politiques de « droite » et de « gauche » sont intervenus. Et n’oublions pas qu’avant « Chirac et les 40 menteurs », Montaldo avait écrit « Mitterrand et les 40 voleurs ».


            • (---.---.38.189) 5 février 2007 12:05

              IP 100.48

              L’appat du gain ainsi que les méthodes pour s’enrichir sont apolitiques.

              En revanche, la politique est un moyen de produire de la richesse, et la richesse un moyen de produire du pouvoir.


            • Ronny Ronny 5 février 2007 16:07

              Erreur de ma part : les retro commissions s’élèvent à 500 millions d’euros, pour une vente estimée de 2,5 Milliards d’euros.

              Désolé.


            • maxim maxim 5 février 2007 11:27

              quelques affaires rangées sagement dans les placards de notre republique.....

              ben barka....

              markovic...

              jean de broglie....

              joseph fontanet....

              robert boulin...

              rene lucet....

              beregovoy...

              françois de grosrouvre...

              rene bousquet...

              l’affaire elf....

              le prefet bonnet....

              le sang contaminé...

              les fregates...l’un de nous l’a cité......

              et puis le reste,en fouillant un peu ...on peut en trouver d ’autres.....

              c’est comme la poussiere qu’on pousse sous le tapis....c’est un secret,personne ne doit soulever le coin du tapis........


              • Aurélien (---.---.64.234) 5 février 2007 13:02

                Tchernobyl 1986.

                Rappelons quand même que c’est Sarkozy (encore lui ?!) qui est chargé de mission du gouvernement en 1987 en ce qui concerne les risques chimiques et radioactifs, par le Ministère de l’Intérieur !

                1987, oui ! L’année où les nuages radioactifs s’arrêtent aux frontières.

                Voir le CRIIAD qui dénonce depuis de nombreuses années les mensonges sur cette affaire, qui a soigneusement été étouffée et qui l’est encore aujourd’hui par les lobbies nucléaires.

                Le gouvernement a menti sur la contamination et n’a pris aucune mesure pour protéger les citoyens.

                Rappelons que des centaines de malades de la thyroïde ont porté plainte contre X dans cette affaire.


              • Thomas (---.---.113.247) 5 février 2007 13:47

                Et Ségolène Royal était chargée de mission de Mitterrand depuis 1982...


              • jujubinche (---.---.235.222) 5 février 2007 14:14

                « Et Ségolène Royal était chargée de mission de Mitterrand depuis 1982... »

                Et ?


              • (---.---.24.4) 5 février 2007 19:07

                Elle a donc été bien proche de la source de tous les scandales. Y compris celui du Rainbow Warrior. Elle doit toute sa carrière à Mitterrand.


              • (---.---.105.23) 5 février 2007 11:32

                « A 54 ans, Renaud Van Ruymbeke est considéré en France et à l’étranger comme l’un des meilleurs de sa profession, incorruptible et tenace, insensible aux pressions et aux embûches. »

                Vous insinuez donc que tous les autres juges sont corrompus ?

                « l’accomplissement d’auditions hors procédure, la non-révélation d’informations utiles à des procédures pénales et la transmission d’éléments d’instruction à une personne extérieure. »

                Voila, encore un juge qui ne connait pas le droit. Embétant pour un juge (« l’un des meilleurs » !). Une sanction s’impose donc. D’ailleur le jour où c’est sur vous que le juge ne respectera pas la Loi, vous serez bien content qu’il existe des gens comme Sarkozy, avocat, pour le faire sanctionner.


                • (---.---.124.129) 5 février 2007 14:29

                  « D’ailleur le jour où c’est sur vous que le juge ne respectera pas la Loi, vous serez bien content qu’il existe des gens comme Sarkozy, avocat, pour le faire sanctionner. »

                  ==> Stupide !! Sarkozy est avocat, pas juge d’instruction...


                • mcm (---.---.121.69) 5 février 2007 11:34

                  Trop fort ! Dès qu’une enquête est tentée contre un des barons de la politique ce sont les juges et enquêteurs qui se retrouvent suspects !

                  Du coup se sont les même médias qui d’un côté nous parlent de justice à deux vitesses et qui d’un autre, censurent méthodiquement pour accroitre l’inégalité !!!

                  La politique c’est simple, escroquer et assassiner le plus possible, puis alerter la foule des crimes qui menacent l’ordre public. Pour finir lancer une vigoureuse action en justice après la prescription des faits.

                  La France est un pays ou l’artiste fils d’artiste, le dirigeant fils de dirigeant, le journaliste fils de journaliste, chantent à l’unisson les vertus de l’ascenseur social qu’ils s’appliquent à bloquer.

                  Pire encore, l’artiste pacsé avec le journaliste et le journanaliste pacsé avec le dirigeant ne vont pas sans rappeler les clans de la cosa nostra sicilienne, ou les familles de la cour de la dynastie des Médicis.

                  La seule différence entre les anciens et les nouveaux aristocrates c’est que leurs perruques ne sont plus poudrées !

                  Si ni la révolution de 1789, ni celle bolchévique n’ont mis le peuple au pouvoir, toute deux cependant ont remplacé un roi par des princes.

                  Quand à la justice, c’est dans les palais de justice qu’elle est la plus faussée, pour la bonne raison qu’un gueux ne saurait entrer au palais sans se courber devant le prince.

                  Rien de nouveau sous le soleil !


                  • (---.---.105.23) 5 février 2007 13:19

                    Puisque tu sais lire et écrire, l’ascenseur social fonctionne.

                    Pour le reste, crés ton entreprise.


                  • clairette (---.---.171.225) 5 février 2007 13:57

                    @ mcm : bien d’accord avec vos propos (plutôt que de voter je préfère vous le dire, c’est un peu plus long, mais plus convivial !)


                  • panda (---.---.243.114) 5 février 2007 13:57

                    « ... l’artiste pacsé avec le journaliste et le journaliste pacsé avec le dirigeant ne vont pas sans rappeler les clans de la cosa nostra sicilienne, ou les familles de la cour de la dynastie des Médicis. »

                    S’appelle aussi un réseau où s’exerce la confiance et le control, où l’incompétence à une valeur. smiley

                    A lire l’approche de la mafia développé par Diego Gambetta dont un débat est retranscrit dans le libellio n°2 d’AEGIS de février 2006 ( crg.polytechnique.fr/reseaux/aegis/Libellio1.pdf )

                    C’est fou les parallèles que l’on peut faire avec son approche. smiley


                  • clairette (---.---.171.225) 5 février 2007 14:02

                    @ px.....23 « crés ton entreprise »

                    C’est le seul critère pour réussir dans la vie : « créer son entreprise » ?


                  • vienne (---.---.12.242) 5 février 2007 11:37

                    Il est pour le moins étonnant qu’un juge se soit prêté à des rencontres secrètes avec un corbeau et encore plus étonnant qu’après avoir découvert la supercherie de ce dernier n’en ait pas averti ses collègues qui recherchaient ce corbeau. Que de temps perdu et probablement des preuves évaporées dans l’intervalle ...

                    Comme constaté dans d’autres affaires de ce genre, il semblerait que la sur médiatisation et la « gloire » qu’entraîne ce genre d’investigation peut amener même un très bon juge à perdre quelque peu l’extrême rigueur indispensable...

                    Il faudrait peut-être que cette corporation admette d’avoir à rendre des comptes et ne se comporte pas comme une vierge effarouchée quand on se permet de mettre le doigt sur des manquements avérés et préjudiciables à la bonne marche de la justice.


                    • Piki (---.---.184.177) 5 février 2007 14:09

                      Il n’y a rien d’étonnant ... bien au contraire ... la justice a certaines limites empêchant la vérité de se faire ...

                      Aussi pourquoi un juge ne traiterait-il pas en secret certaines chose dans la mesure ou sinon les informations pourraient ne pas être recueillies ... ou alors recueillies pour être mieux espionnées par ceux qui ont le pouvoir d’ouvrir certains placard, ou poser des écoutes comme ce fu le cas il n’y pas si longtemps dans un tribunal de l’ouest de la france ...

                      Ce genre de procédure est malheureusement utile ... et n’est qu’a comparé avec la police qui utilise des « cousins » alors même que les douanes peuvent en toute légalité faire passez ses agents pour des acheteurs ou autre ...

                      Il ne faut pas oublier qu’il est facile en france d’étouffer des affaires ... notre pays ne fait en effet pas parti des pays les moins incorruptibles ... et quand un incorruptible tente d’agir la corruption en tout genre se dresse contre lui ... il ne faut donc pas s’étonner qu’il use de ses prérogatives qui plus est prévues par la loi ... qui permet ce type de rencontres secrêtes ...

                      Mais bizarrement si la loi l’autorise une telle pratique pour le besoin de faire jaillir la vérité ... un ministre de tutelle lui semble ne pas admettre qu’un juge qui enquête sur des proches utilise ce qui est autorisé ...

                      Et bizarrement, depuis déjà un moment, l’utisateur de procédure qui semblent bizarres à certains, avait dénoncé un montage histoire de faire passer sous silence une autre affaire ...

                      Vous avez dit bizarre ... comme c’est étonnant smiley


                    • Patrick (---.---.0.73) 5 février 2007 15:10

                      Encore un c.. qui n’a rien compris. Franchement, on trouve de plus en plus de crétins sur ce forum. Excusez-moi pour ma vulgarité mais la coupe est pleine.


                    • patrick patrick 5 février 2007 11:53

                      @ l’auteur

                      En général, l’un des critères de publication d’article ici paraissait être une argumentation appuyée sur des faits qui peuvent certe être appreciés ou contesté mais ne representant pas uniquement l’opinion de l’auteur.

                      Qu’on veille bien m’excuser mais cet article (sic) n’est qu’une opinion nn argumentée et oserais je dire presque puerile dans sa façon de vouloir demontrer avec rien !

                      C’est bien ce coté vierge effarouchée d’une certaine gauche qui s’épuise à chercher par tous les moyens à mettre Sarkozy en dificulté même quand il est etranger au sujet.

                      Heureusement cette stratègie est en train de se retourner contre ses turifereres et il suffit de lire les commentaire sur les blogs plutot a gauche ( nouvelobs, libé, etc...) pour se rendre compte que les élécteurs socialistes disent qu’il serait temps de parler de choses serieuses et particulièrement de programme !!!!

                      Le maniement du boomrang est assez délicat....


                      • Jojo2 (---.---.222.117) 5 février 2007 12:20

                        Faisons donc comme si tout ça n’existait pas...


                      • Sceptique (---.---.27.61) 5 février 2007 13:41

                        Et faisons donc comme si la notation des commentaires reflétait leur constructivité et non l’opinion du lecteur par rapport à l’avis exprimé. Amusant tous ces commentaires descendus en flèche parce qu’ils osent parler de l’autre point de vue possible sur cette affaire. M. Revelli, à quand une modification de « commentaire constructif » en « partagez-vous cette opinion » ?

                        Bref, au loup, au loup.


                      • jujubinche (---.---.235.222) 5 février 2007 14:20

                        @ Patrick.

                        Suivant ce que vous affirmez, Sarkozy n’aurait donc rien à voir avec cette affaire ? C’est une opinion .. hum .. audacieuse.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès