• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Réforme territoriale : le foutage de gueule

Réforme territoriale : le foutage de gueule

Vous pensiez que cette réforme était faite pour le citoyen ? Grave erreur !

Voilà ce qu’on peut toujours lire sur le site du gouvernement consacré à la réforme territoriale http://www.gouvernement.fr/action/la-reforme-territoriale

« Aujourd’hui, la France compte quatre échelons administratifs locaux qui se partagent des compétences : commune, intercommunalité, département et région. Cet empilement des échelons d’administration, les compétences partagées et les financements croisés sont souvent résumés par l'expression "millefeuille territorial". Cette organisation est souvent illisible pour le citoyen et nuit à l’efficacité de l’action publique des territoires.

Une importante réforme territoriale portée par le chef de l’État entend transformer pour plusieurs décennies l’architecture territoriale de la République. En jeu, la baisse des dépenses publiques et une meilleure prise en compte des besoins citoyens ».

Les textes concernant cette « importante réforme » ont été votés depuis 2014 et il est temps de vérifier si les objectifs de baisse de la dépense publique et de meilleure prise en compte des besoins des citoyens ont été tenus ou le seront et si l’organisation est devenue plus lisible.

Où en sommes-nous au moment où les textes s’appliquent ?

Le non choix, les tergiversations de Hollande (je supprime ou pas le Conseil Général ?), avec en prime les déclarations contradictoires des Ministres Lebranchu et Vallini caractérisent cette réforme qui n’en n’est pas une. On a juste fait bouger certaines lignes en prenant soin de ne pas heurter les élus locaux. Quant à la baisse des dépenses publiques, seul l’Etat, qui a décidé unilatéralement de diminuer les dotations versées aux collectivités locales, a fait quelques bénéfices mais pas le contribuable qui alimente indifféremment les budgets de l’Etat et des Collectivités territoriales, la fiscalité locale étant en augmentation constante.

Un jeu de bonneteau, rien d’autre !

Une meilleure lisibilité par le citoyen ?

Disons-le tout net, le citoyen lambda avait déjà beaucoup de mal à s’y retrouver dans le mille-feuille et pour trouver la fève il fallait être patient tant les intérêts des différentes collectivités imbriquées les unes dans les autres et les divergences politiques empêchaient une lecture simple. Quelles étaient les compétences des communes, des intercommunalités, des Départements et des Régions ?

Ces questions se posaient essentiellement au moment d’effectuer une démarche administrative (Permis de construire, transports scolaires, accès à l’aide sociale, inscription dans un collège ou dans un lycée, voirie, accès à la culture…) et faute de lisibilité, c’était avant tout la débrouille ou les réseaux, les plus débrouillards étant bien entendu avantagés.

Alors, aujourd’hui ? C’est la même chose…

 Le transfert de compétences d’une collectivité à l’autre complexifiera un peu plus la lecture de ceux qui avaient réussi à assimiler le système précédent. Les transports scolaires et interurbains passent du Département à la Région, la gestion de la voirie passe du Département aux Métropoles (là où il y en a) à l’intérieur de leur aire, le Département gardant la gestion du reste du territoire. Quelques compétences, notamment dans le social, la prévention ou bien la gestion des collèges sont susceptibles de passer également du Département aux Métropoles (mais cela peut varier d’une Métropole à une autre…) et le Département perd ses compétences économiques et en matière de gestion des déchets qui sont confiées également à la Région.

Ce sont désormais les Métropoles et les intercommunalités qui exerceront en lieu et place des communes qui les composent la gestion de la compétence urbanisme.

On l’aura compris, les communes perdront une partie de leur autonomie au profit des intercommunalités, mais le grand perdant de la réforme, c’est le Département qui sort laminé de cette réforme au point que la question de son utilité est fortement posée.

Petite sucette pour consoler le Département : l’élaboration d’un schéma départemental d’amélioration de l’accessibilité des services publics (en coresponsabilité avec l’Etat, pour éviter les dérapages…). Cela nous promet de bien belles réunions.

Au final, toujours quatre échelons administratifs, toujours des compétences partagées et sans doute encore des financements croisés et une collectivité croupion (le Département) essentiellement axée sur le social.

Où sont les économies annoncées ?

Ne vous faites pas d’illusions, il n’y en aura pas et il faut prévoir plutôt des surcoûts qui viendront plomber un peu plus vos feuilles d’impôts locaux.

Des exemples ?

Prenons les nouvelles Régions dans lesquelles les nouvelles dépenses seront nombreuses (Augmentation des indemnités d’élus et des fonctionnaires et des frais de déplacements, dépenses nouvelles de communication et de logistique et surtout des surcoûts immobiliers générés par la construction de nouveaux « palais régionaux »).

Prenons les intercommunalités dans lesquelles les regroupements ou les modifications des périmètres vont aboutir au regroupement des personnels des anciennes structures et parfois à la création de « plateforme techniques » éparpillées sur le territoire, pour la gestion desquelles on va recruter des personnels supplémentaires et investir dans de nouveaux équipements.

Pour les communes qui vont fusionner, c’est à peu près la même chose, c’est-à-dire qu’on garde tout le monde, sans regarder si des économies d’échelles sont réalisables (il est vrai que le maintien provisoire des dotations d’Etat pour ces communes nouvelles n’incitera pas aux économies).

Rappeleons-nous que lors de la création des intercommunalités dans la fin des années 90, les personnels territoriaux des communes qui auraient dû être transférés dans ces nouvelles structures ne l’ont pas été comme il aurait fallu et que de nombreux recrutements ont été opérés par les Présidents des intercos pour lesquels le prestige reposait également sur des troupes conséquentes. On n’a rien appris ou plutôt, on ne veut rien voir, pour éviter des problèmes sociaux. Les doublons existent déjà et on va vraisemblablement vers des « triplons ».

Enfin pour le Département qui perd pas mal de ses compétences au profit, soit de la Région, soit des Métropoles, les transferts de personnels se font à minima, ce qui induit des postes en surnombre qui seront conservés et d’autres qui seront créés dans les collectivités bénéficiaires des transferts de compétences.

Le foutage de gueule annoncé est là et bien là !

Si vous aviez quelque espoir d’une rationalisation des compétences au lieu d’un éparpillement, d’une diminution du mille-feuille et au final d’une meilleure lisibilité par le citoyen, comme annoncé sur le site gouvernemental, oubliez !  

Cette réforme n’a pas été faite pour vous, mais pour les élus et par les élus (on n’est jamais si bien servi que par soi-même).

Le but était de conserver les quatre échelons existants pour conserver autant que possible les mandats existants et les élus qui vont avec qui font aujourd’hui la force des partis politiques, à défaut d’adhérents.

Mission accomplie, pourrait-on dire puisque les quelques 550 000 mandats de parlementaires et de conseillers divers et variés des collectivités territoriales (et toutes les petites mains qui gravitent autour de ce beau monde) n’ont pas ou peu été touchés (à part les délégués communautaires qui seront moins nombreux – mais ils sont toujours élus dans leurs communes).

D’ailleurs, Mme Gâtel, Sénatrice d’Ille et Vilaine et Vice-Présidente de l’association des Maires de France, déplore le fait que « des communes vont perdre des élus communautaires en cours de mandat, ce qui est une aberration ».

Je ne partage pas ce point de vue qui consiste à plaindre les élus avant de s’occuper de la situation des citoyens et des territoires.

Une fois de plus le lobby des élus et des partis politiques a très bien fonctionné, au détriment de la démocratie locale.

Continuez de payer vos impôts locaux… Et surtout ne soyez pas étonnés s’ils augmentent !

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.96/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

97 réactions à cet article    


  • ENZOLIGARK 16 janvier 08:31

    ... $ouquez les pOOOves cons et sans dents frOncais ... ! $ouquez les pOOOves cons et sans dents frOncais ... ! $ouquez les pOOOves cons et sans dents frOncais ... ! . ... E CORSICA * LIBERTA SERA ... A FRANCIA FORA ( АФФ ) . ...


    • ENZOLIGARK 16 janvier 08:40

      @ENZOLIGARK ... , ... allez voir sur corsematin . com  les SUPERBES PHOTOS di Corsica * .... sous la neige ! . ... Bonghjornu per tutti *** di Corti * ... . ... АФФ ИСС ...


    • Michel DROUET Michel DROUET 16 janvier 09:36

      @ENZOLIGARK
      C’est beau la neige !


    • ENZOLIGARK 16 janvier 09:44

      @Michel DROUET ... , Priviette ... ; ... plus y ’ en a , plus elle cache les monstruosites que l ’ Homme inflige a Dame Nature ... , c ’ est ce que je repete a mes amis russes ( et a tous d ’ ailleurs ... ) depuis mon exil chez eux ... ! . ... Et en montagne , ... ca doit envoyer du GROS avec les guns en queue d ’ hirondelle en ce moment ! . ... Aloha * per tutti *** ... . ... АФФ ИСС ...



      • Michel DROUET Michel DROUET 16 janvier 09:34

        @jesuisdesordonne
        Agitons les peurs au lieu d’expliquer....
        La disparition du Conseil départemental (assemblée délibérante) avec sa cohorte de copains politiques des cabinets payés par les contribuables ne veut pas dire la fin des compétences départementales. Les compétences restantes et le personnel de terrain (et elles ne sont plus très nombreuses) seraient réparties entre les autres collectivités (commune, intercommunalités, ou Région), ou bien vers les CAF.
        Rappelons enfin que la confusion entre Département et Conseil Départemental est toujours très bien entretenue par ceux qui ne veulent rien bouger.
        Le Département, circonscription territoriale de l’Etat, dirigé par un préfet qui commande aux fonctionnaires de l’Etat en poste dans les Départements n’est en aucun cas concerné par la disparition du Conseil Départemental, assemblée élue, qui coûte très cher pour pas grand chose.


      • jesuisdesordonne 16 janvier 09:41

        @Michel DROUET
        Je ne pense pas qu’on puisse reprocher à l’UPR de ne rien vouloir bouger puisqu’ils veulent supprimer 4200 postes d’élus.


      • Michel DROUET Michel DROUET 16 janvier 10:11

        @jesuisdesordonne
        Lesquels ?
        et puis, 4200 sur 550 000 environ, c’est de l’ordre du symbole...


      • jesuisdesordonne 16 janvier 10:45

        @Michel DROUET
        Lesquels ? C’est dans la conférence « Comment sortir la France du désastre » dont une partie avait été mise en ligne en direct sur facebook.
        Sous réserve d’erreurs car je cite de mémoire, il s’agit des élus qui coûtent le plus cher, donc ce n’est pas anecdotique, ce sont les élus européens, des sénateurs, les élus régionaux et des députés.
        Les élus dans les communes, notamment, sont conservés.


      • Michel DROUET Michel DROUET 16 janvier 13:39

        @jesuisdesordonne
        Pas convaincu du tout ! Si on garde tous les niveaux, les problèmes persistent (financements croisés, cumul de mandats locaux, emplois politiques, etc...)


      • jesuisdesordonne 16 janvier 16:22

        @Michel DROUET
        L’UPR supprime le niveau UE, réduit le niveau région à une représentation symbolique comme au début et garde les niveaux nation, département et communes.
        Mais je suis ni membre ni mandaté par l’UPR.
        Je vous invite donc à regarder cette conférence à l’occasion.
        Sinon félicitations pour votre article.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 janvier 19:01

        @Michel DROUET
        Il ne s’agit pas de finances, mais de faire disparaître à terme les Etats. Vous ignorez d’où vient cette réforme ? Elle vient de l’Union européenne qui veut supprimer des échelons administratifs.
        « fixer un calendrier clair pour le processus de décentralisation en cours »


        La première étape a été de diminuer le nombre de régions, c’est ce qu’a fait Hollande.
        La suite sera de supprimer les communes et les départements.
        Puis de faire gérer les euro-régions directement par Bruxelles.
        Les pays européens seront tous découpés en morceaux.
        Et enfin, de supprimer la France, en mettant des euro-régions à cheval sur toutes les frontières.

        Ce que Hollande n’a pas fait, le suivant le fera.
        Il ne s’agit pas de faire des économies, vous l’avez très justement pointé, mais de savoir si les Français sont d’accord pour laisser disparaître la France ??

        « La destruction programmée de la France par les euro-régions. »

        Vous avez aussi un article du Monde Diplomatique sur le même sujet :
        « L’Etat en miette dans l’ Europe des Régions »

        Ou bien une analyse des Econoclastes :
        « Le démantèlement des Etats »


      • baldis30 16 janvier 20:38

        @Fifi Brind_acier
        bonsoir

        totalement d’accord .... faire du neuf avec tout ce qu’il y a de plus vieux : baillages, duchés, comtés, et principautés !

        et les impôts qui vont avec ... cens, aides, gabelle, octroi ( c’est fait pour les voitures en ville...) , portes et fenêtres,....

        rien que du vieux remis en place ...


      • Michel DROUET Michel DROUET 16 janvier 20:46

        @baldis30
        Beau programme en effet !


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 janvier 21:59

        @baldis30
        C’est cela, on revient aux Duchés, aux Comtés d’avant la Révolution, en leur donnant des pouvoirs locaux, alors que les décisions importantes se prennent ailleurs...
        J’ai mis longtemps à comprendre pourquoi on finançait des « Hôtels de Région » gigantesques, de vrais palais parfois, alors que les compétences des régions étaient peu nombreuses... maintenant, j’ai compris.


      • RICAURET 16 janvier 22:48

        @Michel DROUET
        Les départements et les communes doivent disparaitre un point c est tout
        les véreux se place ou ils peuvent mais leurs disparations se feront tôt ou tard
        c est une questions de temps nos élus ont vue (comme d habitude pas plus loin que le bout de leurs nez ) seul leurs salaires et primes les intéresses .
        vous et moi ne sommes des roupies de sansonnets des ignares , des incultes eux seuls savent se qui est bon pour nous


      • jesuisdesordonne 17 janvier 11:19

        @Michel DROUET
        Le passage de la conférence de François ASSELINEAU où il parle de « simplifier le millefeuille » est ici sous
        https://youtu.be/-XExGuNkO8s?t=5016
        à partir d’ 1H 23 minutes 36 secondes.
        Vous constaterez que ma mémoire n’est pas complètement fidèle....
        Je ne doute pas que vous visionnerez la conférence complète sont sous
        https://youtu.be/LyPGTqbYXBU
        et
        https://youtu.be/-XExGuNkO8s


      • Michel DROUET Michel DROUET 17 janvier 15:16

        @jesuisdesordonne
        Pour quelqu’un qui n’est ni membre ni mandaté par l’UPR, vous êtes drôlement précis : 1 h 23 mn 36 s. Bravo ! Je suis en train d’écouter....


      • Michel DROUET Michel DROUET 17 janvier 18:03

        @jesuisdesordonne
        A propos du mille feuille administratif, Asselineau ne parle que de diminution du nombre d’élus et de la suppression des régions et un retour aux EPR, sans dire ce que cela entraîne en matière de gestion des compétences et d’agents qui les assurent : un peu faiblard !
        Cela voudrait sans doute dire que l’Etat assurerait lui même les compétences sociales, de transports scolaires ou bien de voirie,... lui même ? Quid des fonctionnaires ? Certaines compétences seront-elles supprimées ?, dans quels domaines ?

        On a déjà vécu cela avant la décentralisation et on a vu ce que cela donnait : des collèges en piteux état, des routes également et des transports en milieu rural inexistants.
        Le programme présenté (en 2 h 46 mn et 36 s, quand même) est un retour aux années 70, la France de Pompidou (comme l’évoque lui même l’intervenant), bien jacobine.
        Pas sûr du tout que les Français qui ont gouté à la proximité des centres de décisions apprécient ce grand bond en arrière.
        On ne peut pas se contenter de dire que la suppression de 4210 postes d’élus se traduira, je cite "par des centaines de millions, ou de milliards d’euros d’économies" parce que c’est totalement faux, à moins de supprimer des actions et les fonctionnaires qui vont avec.
        Dans mon département, la suppression du Conseil Départemental, c’est à dire des élus et des petites mains politiques qui les assistent au quotidien entraînerait au mieux 15 Millions d’économies par an : faites le calcul, on arrive au mieux à 1 Milliard d’euros pas an au niveau du pays.
        Autant vous dire que je ne voterai jamais pour un tel programme fourre tout, imprécis, de repli sur soi, de retour au franc (sans doute à l’ancien) de retour à la bonne vieille France rurale avec ses communes, ses clochers et ses départements sans doute remis sous la tutelle préfectorale comme au bon vieux temps.


      • jesuisdesordonne 17 janvier 21:39

        @Michel DROUET
        Le programme ne fait pas 2 h 46, il fait 5 heures, me semble-t-il de mémoire (celui de 2012)
        https://www.upr.fr/presidentielles-2012/le-programme-de-l-upr
        Celui de 2017 n’est pas encore sorti.
        Donc effectivement vous pouvez encore approfondir, si vous le souhaitez.
        Quant à la répartition des moyens et des compétences, que je ne connais pas en détails, ce que je sais, c’est que selon qu’on veut promouvoir une organisation ou la supprimer on lui donne des moyens ou on les réduit, on la perfectionne ou on l’accuse de tous les maux.
        J’ai aussi vécu au « bon vieux temps » dans une ruralité que j’aime bien et observé les évolutions.


      • Michel DROUET Michel DROUET 18 janvier 11:56

        @Fifi Brind_acier
        Plus besoin de s’exciter avec l’UPR, Trump va se charger de flinguer l’Europe et les euros-régions qui de toutes façons n’avaient aucune chance de voir le jour dans des délais brefs surtout depuis le Brexit....


      • Michel DROUET Michel DROUET 19 janvier 09:48

        @jesuisdesordonne
        Ces liens sur youtube ne sont plus accessibles, ils ont été clôturés pour « atteinte aux droits d’auteur ». Bizarre, non ?
         


      • Michel DROUET Michel DROUET 19 janvier 11:34

        @jesuisdesordonne
        Vous avez du vous faire engueuler par l’UPR. En tout cas la réaction a été immédiate : retrait des vidéos sur youtube pour « atteinte aux droits d’auteurs ».
        Il est vrai que ces vidéos ne donnaient pas une très bonne image de votre patron.


      • jesuisdesordonne 21 janvier 00:40

        @Michel DROUET
        On trouve toujours la conférence sur d’autres vidéos avec un moteur de recherche.
        Pour la qualité, voire poser des questions, il y a des réunions un peu partout en France en ce moment. Voir le site UPR.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 janvier 12:16

        @Michel DROUET
        A ma connaissance, personne ne sait quelles seront à terme les compétences des euro-régions chargées de remplacer les communes et les départements...
        Pour l’instant, comme vous le faites remarquer, ces feuilles s’ajoutent au millefeuille précédent !


      •  
         
        Pour bétonner librement pour le Glands Remplacement,

         
        il faut supprimer le dernier échelon démocratique, la commune.
         


        • Abou Antoun Abou Antoun 16 janvier 09:51

          Prenons les nouvelles Régions dans lesquelles les nouvelles dépenses seront nombreuses (Augmentation des indemnités d’élus et des fonctionnaires et des frais de déplacements, dépenses nouvelles de communication et de logistique et surtout des surcoûts immobiliers générés par la construction de nouveaux « palais régionaux »).
          Exact, mais il y a plus. Le nombre des conseillers régionaux ne diminue pas dans la mesure où le nouveau conseil régional est la somme des conseils des anciennes régions, pour être clair le nombre des élus régionaux reste le même, sans tenir compte du regroupement, mais en plus les émoluments de ces conseillers liés à la population globale de la région, augmentent en proportion.
          Vous pensez bien qu’une telle réforme n’allait rencontrer aucune résistance de la part des élus.


          • Michel DROUET Michel DROUET 16 janvier 10:10

            @Abou Antoun
            Bonjour

            Tout à fait exact ! Il avait été question de plafonner à 150, le nombre d’élus des nouvelles régions.
            Proposition rejetée, comme il se doit....
            Exacte également, l’augmentation des indemnités des élus en fonction de la population
            Le beurre et l’argent du beurre !


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 janvier 12:21

            @Michel DROUET
            J’ai découvert récemment pourquoi de Gaulle, dans la Constitution, n’avait pas interdit le cumul des mandats... Debré avait proposé à de Gaulle le non cumul, mais de Gaulle aurait considéré que pendant que les élus étaient occupés à plusieurs endroits, ils ne lui cassaient pas les pieds... !


          • Onizuka 16 janvier 10:26

            Illisibilité, complexification, surcoût, jacobinisme .... Voici ce qui caractérise les réformes territoriales récentes, en tout cas pour ma part. C’est tellement évident, et seul le « marketing » qui entoure les politiques publiques dont les 1000 et 1 réformes de la « décentralisation » permet d’envisager des améliorations futures.

            La question du transfert des compétences est d’une telle complexité si l’on prend en compte les transferts de ressources diverses induits. Il s’agit d’un véritable casse tête pour les agents territoriaux qui en ont la charge. Les lois ne sont pas toujours bien rédigées, tandis que les décrets d’application et certains textes de droit souple n’arrangent pas grand chose. Ce transfert de compétence présente un coût considérable aux CT eu égard aux dépenses en matière d’ingénierie nécessaires.

            Et, comme vous le précisez si bien, les réformes touchant les CT et leurs groupements sont régulières, ce qui ne laisse le temps à personne, y compris aux premiers concernés (élus et techniciens) de s’habituer.

            .... bref, la liste est longue. L’avis des administrés/citoyens dans tout ça .... un peu à l’image de la pseudo démocratie française.


            • Michel DROUET Michel DROUET 16 janvier 14:00

              @Onizuka
              C’est vrai que les réformes territoriales n’ont jamais été abouties, ne serait-ce que parce que l’Etat à toujours tenu plus ou moins les cordons de la bourse (dotations, règles fiscales,...).
              Je ne partage pas tout à fait votre point de vue sur la complexité du transfert de compétences. J’en ai connu plusieurs qui se sont relativement bien passé du point de vue des agents territoriaux qui n’ont que rarement perdu au change.
              Par contre, la complexité venait souvent des structures administratives et des ministères concernés (perte de pouvoir) ou de élus eux-mêmes, quelles que soenit leurs étiquettes.
              Enfin, je partage votre point de vue sur le fait que le citoyen est toujours tenu à l’écart de ces réformes...


            • Trelawney Trelawney 16 janvier 11:15

              Supprimez les départements qui ne servent à rien et vos 500 000 fonctionnaires à supprimer sont tout trouvés.

              La réduction des dépenses publiques n’a jamais été une volonté politique et c’est pour cela que la France s’endette année après année

              • Michel DROUET Michel DROUET 16 janvier 13:47

                @Trelawney
                Mon propos est de supprimer les structures politiques (élus et collaborateurs politiques) pas les administrations qui font le boulot sur le terrain tous les jours (travailleurs sociaux, personnel des cantines des collèges ou d’entretien des RD, et personnels administratifs qui gèrent le quotidien.

                Pour être encore plus clair, il y a plus de 4000 conseillers territoriaux qui ne servent plus à rien si on réorganise les compétences avec les autres collectivités et sans doute deux fois plus de conseillers, petites mains, chargés de com ou bien encore directeurs de cabinet.

                Ce sont ces mandats et ces postes politiques qui doivent disparaître pas les postes de ceux qui se coltinent le travail sur le terrain au jour le jour et qui sont au contact des usagers.

                Pour info, j’ai estimé à plus de 12 Millions par an, les économies qui seraient faites.

                Ai-je été plus clair ?


              • Pere Plexe Pere Plexe 16 janvier 16:03

                @Trelawney
                Vous voulez supprimez les SDIS ?
                Supprimer le personnel des Collèges ?
                Supprimer les personnels qui s’occupent des aides sociales (handicape, vieillesse,RSA...) ?


              • Michel DROUET Michel DROUET 16 janvier 20:49

                @Michel DROUET
                12 millions : je précise : dans mon département !


              • Trelawney Trelawney 17 janvier 15:13

                @Pere Plexe
                Il ne faut pas se voiler la face, dans les régions, départements et collectivités territoriales, il y a des doublons partout.

                Par exemple : chaque région s’est dotée d’une DRAC (Direction des affaires culturelles), est-ce qu’au ministère de la culture les effectifs ont baissé ? Non ils ont même augmenté pour pouvoir créer des interfaces avec les DRACS qui sont sensées faire leur travail
                Dans la région Hauts de France, les élus sont en paniques car tous les directeurs de services demandent un supplément d’effectifs pour compenser le surcroît de travail du à la réunification des 2 régions.

                On peut toujours cité l’infirmière à l’hôpital ou la madame des cantines, mais ce n’est pas de là que provient l’hémorragie


              • Pere Plexe Pere Plexe 17 janvier 19:37

                @Trelawney

                Vous voulez supprimer les départements donc je vous demande si à cette occasion vous voulez supprimer les pompiers et l’ensembles des personnels qui sont gérés par ces départements ?
                Au cas ou ce ne serait pas votre intention il faudra bien que ces gens soient payés par une autre collectivité.Ou serait l’économie ?
                La plupart des départements arrivent à 80% de dépenses contraintes (aides sociales et autres obligations légales).

                Les économies possibles sont marginales sauf à supprimer ces obligations



              • Trelawney Trelawney 18 janvier 08:26

                @Pere Plexe
                les SDIS, cantines, collège font parti de la partie visible de l’iceberg. 

                Dans le Nord le nouveau pouvoir en place s’occupe ardemment de réduire son personnel. En 2 ans, il a libéré un étage complet de l’hôtel du département (qui est loué maintenant à des entreprises privées)
                Et les mutations continuent
                Est-ce que le département fonctionne mal depuis ? est-ce qu’il manque de pompiers ?
                Dans le Maine et Loire, des villages d’un canton se sont regroupés en une seule commune qui couvre maintenant tout le canton. Que devient le Sivom et les employés qui vont avec ? Et bien il ferme tout simplement et les employés sont mutés vers d’autres Sivom. Et le petit village de 500 habitants qui avait un cantonnier et une secrétaire, n’a plus qu’une secrétaire à mi-temps, car les services ont été mutualisé. C’est aussi cela faire des économies


              • Pere Plexe Pere Plexe 19 janvier 16:26

                @Trelawney
                Je ne connais pas le cas du Nord mais la recette pour afficher une gestion « rigoureuse » et simple.
                Il suffit d’externaliser.
                Mais ça ne fait rien gagner


              • Michel DROUET Michel DROUET 19 janvier 16:53

                @Pere Plexe
                Et en général, ça coûte même plus cher

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès