Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Réponse au député Pascal Brindeau

Réponse au député Pascal Brindeau

Cher Monsieur le Député,

Je vous remercie d'avoir répondu à ma lettre ouverte.

Cependant, au regard des enjeux que j'évoquais, les arguments que vous avancez pour justifier les choix gouvernementaux sont au mieux contestables, au pire fallacieux. Au risque de paraître « scolaire », je me permets de vous répondre point par point.


« [...] Je voudrais vous faire remarquer que l'on met trop souvent à toutes les sauces ce beau mot [de souveraineté] qui doit être synonyme, à mon sens, de liberté et de démocratie. »

Monsieur Brindeau, vous sous-entendez ici qu'« on » pourrait utiliser le mot « souveraineté » pour promouvoir autre chose que la démocratie et la liberté : la xénophobie peut-être ? A mon sens, vous ne devriez pas utiliser le « on ». Colporter une rumeur n'est pas digne d'un député.

ConstitutionDe plus, vous vous érigez en juge capable de désigner ceux qui parlent mal et ceux parlent bien de souveraineté. Pour vous éviter cette charge, je rappelle à votre mémoire l'article 3 de la Constitution de la 5ème République : « La souveraineté nationale appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du référendum. Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s'en attribuer l'exercice. »


« Je sais le Président de la République et la majorité présidentielle à laquelle j'appartiens, profondément attachés à la souveraineté de notre Nation. »


Cette incantation facile est insultante, car ma lettre argumentée démontre clairement l'inverse.


« Dans des domaines essentiels comme la politique internationale et européenne de la France, cette volonté de préserver notre souveraineté et notre modèle social s'est illustrée. »

Les français constatent le contraire. Une nouvelle fois, votre réponse brille par son absence d'argumentation.


« Vous citez l'exemple du traité de Lisbonne. Celui-ci est une continuité de la construction européenne, singulièrement depuis le Traité de Maastricht et il me semble que, sur ce point au moins, la plupart des partis de la gauche de gouvernement et ceux de la droite républicaine partagent une vision commune. »

Carte des résultats au référendum de 2005Quelle importance accordez-vous à la volonté souveraine du peuple français exprimée lors du référendum de 2005 ? Je note avec effroi qu'à aucun moment votre réponse n'y fait allusion. Vous opposez clairement la souveraineté du peuple à la volonté d'une certaine élite politique gouvernante : UMP et PS, et leurs petits partis féodés (Nouveau Centre, etc.).

L'adoption du Traité de Maastricht en 1992 ne vous confère pas le droit de décider pour notre futur contre notre volonté, en particulier lorsqu'il est question de notre Constitution. Car il s'agit bien d'une Constitution Européenne, et non d'un simple Traité, comme vous tentez de nous le faire croire.

Vous faites aujourd'hui de l'abus de pouvoir. Parce que vous le saviez fondamentalement impopulaire, vous avez soigneusement omis d'informer le peuple français sur la nature réelle de votre projet.


« Je crois que le danger d'un tel débat est de confondre souveraineté et nostalgie de temps et de modèles révolus. »

Marianne muselée par l'europeOui, nous sommes nostalgiques d'un certain modèle social français, car il faisait l'objet d'un consensus populaire, et non, ce modèle n'est pas « révolu ». Ce que vous avez défait, nous pouvons et nous allons le refaire, en mieux. Bien entendu, cela mérité débat, mais je crois qu'en démocratie, il ne faut pas en avoir peur.


« Le retour au Franc comme le préconise l'un des parlementaires que vous avez cités en référence est un miroir aux alouettes. En quoi le retour à une monnaie qui serait soumise à une plus grande spéculation encore que l'euro, et dont la stabilité dépendrait largement non pas des choix de la banque centrale nationale mais de la santé économique du marché commun et plus globalement des flux financiers internationaux, constituerait-il un retour de souveraineté ? C'est tout le contraire qui se produirait. »

Euro et DollarL'Euro que les européistes ont mis en place, et que vous vous obstinez à défendre alors qu'il s'effondre, le voilà, le miroir aux alouettes. A ce sujet, on a pu entendre M. Jacques Attali déclarer sur BFM TV : « Quand on a fait les euros, on savait qu'ils disparaitraient dans les 10 ans si on n’y associait pas un fédéralisme budgétaire : "euro-bonds", taxation européenne, et un contrôle des déficits. On le savait ! ». Connaissez-vous le concept du pompier-pyromane ? Les européistes ont créé une monnaie commune qu'ils savaient vouée à mourir si nous n'adoptions pas leur remède miracle : un gouvernement européen. Sur la forme, c'est un répugnant passage en force !

Sur le fond, vous avez tort :
- l'Euro ne nous protège pas. Sur 10 ans, les classes moyennes et pauvres ont clairement vu leur niveau de vie baisser, avec des prix à la hausse et des salaires qui stagnent.
- l'euro est trop cher pour nos exportations.

Par ailleurs, les pays européens les plus soumis à la spéculation font partie de la zone Euro (Grèce, etc.), et l’euro ne les a pas spécialement protégés... Les pays européens en dehors de la zone euro (Angleterre, Suisse, Danemark, etc.) ne se bousculent pas pour se mettre à l'abris derrière ce « rempart ».

Retrouver notre souveraineté, à mon sens, signifie maîtriser notre destinée. Le gouvernement, avec la caution de l'Assemblée Nationale, a fait des choix qui s’avèrent mauvais pour le plus grand nombre. Nous ne sommes pas inexorablement voués à être soumis à des « flux financiers internationaux ». La spéculation n'est pas un danger forcément mortel, elle doit être maîtrisée. Et pour ce faire, la monnaie ne doit plus être créée par les banques privées, mais par la Banque de France. La dette est le fruit de la libre entreprise des banquiers rendue possible par une habile loi promulguée en 1973.

Pièce de 1 francEn effet, sans qu'aucun débat public ne soit engagé au préalable, la loi dite de Giscard-Pompidou a privé la France de son droit régalien de battre monnaie, revenant sur la volonté du Général de Gaulle de nationaliser la Banque de France en 1945. Le gouvernement français a donc obligé la France à emprunter sur le marché privé, contre l’intérêt général. Après 40 ans de budget déficitaire majoritairement induit par des réductions d’impôts illégitimes (niches fiscales, etc.) et les intérêts cumulés, la France se retrouve aujourd'hui endettée d'une somme colossale : 1700 milliards d’euros, pour le plus grand bonheur des créanciers. C’est le plus grand casse du siècle. Aujourd’hui vous voulez enfoncer le clou en finalisant sa mise sous tutelle par Bruxelles, en entrainant notre pays dans cette spirale destructrice. C’est la mort de la démocratie.


« En réalité, ceux qui préconisent l'abandon de l'euro devraient aller jusqu'au bout de leur logique, dont ils savent qu'elle est tout bonnement inenvisageable : la sortie de la France de l'Union européenne. »

Inenvisageable pour qui ? Pour ceux qui en profitent ? M. Jacques Attali a lui-même avoué : « [...] ceux qui, comme moi, ont eu le privilège de tenir la plume pour écrire les premières versions du traité de Maastricht, se sont bien engagés à faire en sorte qu’en sortir, ne soit pas possible. On a soigneusement oublié d'écrire l'article qui permet d'en sortir [rires de l'auditoire]. C'est peut-être pas très démocratique... ».

Votre argumentation se base donc sur un processus anti-démocratique.


« L'isolement n'est pas un gage de souveraineté bien au contraire, c'est dans le monde tel que nous le vivons, la certitude de la faiblesse et du déclin. »

Monsieur Brindeau, vous n’excellez pas uniquement dans la maîtrise de la langue de bois, vous maniez également à la perfection les vieilles ficelles de la peur. Pour reprendre les mots du Général De Gaulle de 1967 qui, déjà, nous mettait en garde contre les dévots de l’obédience atlantique, vous êtes un apôtre du déclin.


« Il en va de même de notre politique de défense : la réintégration dans le commandement de l'OTAN était inscrite dans le sens de l'Histoire. A aucun moment d'ailleurs, la volonté du Général de Gaulle n'a été de quitter l'organisation militaire. »

OTAN - Assemblée GénéraleL'OTAN n'avait de sens dans l'Histoire que pour contre-balancer le géant soviétique. Je vous invite à lire cet extrait de l’allocution du Général de Gaulle du 10 août 1967 qui prouve que sa volonté était bien de sortir de l’OTAN :

« [...] Pour que la France ait prise sur la paix, en ce qui la concerne elle-même et, autant que possible, en ce qui concerne les autres, il lui faut l'indépendance. Aussi se l'est-elle assurée. Dès lors que l'Amérique et l'Union Soviétique, colossales par leurs dimensions, leur population, leurs ressources, leurs forces nucléaires, sont partout et dans tous les domaines en rivalité permanente, chacune a naturellement constitué autour d'elle un bloc d'Etats qui lui sont directement liés, sur lesquels elle exerce son hégémonie et auxquels elle promet sa protection. En conséquence de quoi ces Etats conforment, bon gré mal gré, leur politique à celle de leur grand allié, lui soumettent leur défense, lui confient leur destinée.

Général De GaulleEn se retirant de l'OTAN, la France, pour sa part, s'est dégagée d'une telle sujétion. Ainsi ne se trouverait-elle entraînée, éventuellement, dans aucune querelle qui ne serait pas la sienne et dans aucune action guerrière qu'elle n'aurait pas elle-même voulue. Ainsi est-elle en mesure de pratiquer, comme elle le juge bon, d'un bout à l'autre de l'Europe, l'entente et la coopération, seuls moyens d'aboutir à la sécurité de notre continent. Ainsi peut-elle, dans un monde que beaucoup d'abus anciens ou nouveaux tiennent en effervescence, soutenir, suivant sa vocation, le droit de chaque peuple à disposer de lui-même, droit qui est aujourd'hui le fondement nécessaire de toute confédération, la condition impérative de la concorde internationale, la base indispensable d'une réelle organisation de la paix. »


« Aujourd'hui, la voix de la France est entendue et respectée. C'est une chance, et le leadership exercé par Nicolas Sarkozy n'y est pas étranger. C'est une chance aussi. Au-delà des gesticulations, des surenchères de campagne et du populisme de comptoir, notre pays a besoin de se mobiliser, de se rassembler pour affronter des changements sans commune mesure avec ce que nous avons connu. »

Notre pays se réveille, se mobilise, et agit en faveur de l'émergence d'une société nouvelle, fondée sur les principes de la Démocratie. Nicolas Sarkozy n'est respecté ni en France, ni à l'étranger. Son affligeant : « casse toi, pauv' con ! », son discours de Dakar, son arrogance envers les autres chefs d'état, la stigmatisation des Roms (et j'en passe...) ont réellement sali la fonction de président et l'image de la France dans le monde.

Paul Ricoeur donne une bonne description de ce à quoi nous voulons œuvrer : « Est démocratique, une société qui se reconnaît divisée, c’est-à-dire traversée par des contradictions d’intérêt et qui se fixe comme modalité, d’associer à parts égales, chaque citoyen dans l’expression de ses contradictions, l’analyse de ces contradictions et la mise en délibération de ces contradictions, en vu d’arriver à un arbitrage ».

C'est ce que je souhaite et c'est le sens de mon engagement citoyen en politique.

Je vous remercie de l'attention que vous porterez à cette analyse exhaustive de votre réponse.

Bien cordialement,


Jennifer Cingouin et Raphaël Berland, du Cercle des Volontaires.

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (55 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 4 janvier 2012 09:17

    Bonjour aux auteurs,

    De votre missive (magnifique au demeurant), n’attendez aucune réponse sincère de la part de ce député ni de ses collègues. La raison en est simple, vous êtes dans la vérité et eux dans le faux, et ils le savent. Ils utilisent à merveille la dialectique afin de façonner des discours creux dans le seul but d’endormir l’électeur. De la souveraineté tout comme de la démocratie, ils n’en n’ont que faire. Ces gens là ne font plus de politique au sens noble du terme (pour et au service de la nation) mais du commerce et de la finance pour eux et leurs donneurs d’ordres. A moins d’être stupide et j’ai du mal à croire en la candeur de ces messieurs, il suivent volontairement et adhèrent totalement à la mise en place d’une dictature financière qu’ils cautionnent et devant laquelle ils se prosternent. Leurs chef de file à débuté sa campagne au frais du contribuable et, ce merveilleux bateleur de foire, va nous sortir de sa manche plein de beaux mensonges la main sur le cœur et le regard contrit. Capable dans ses discours de faire le grand écart du chômeur (dont il se fout éperdument) au milliardaire à rolex (qu’il vénère), il peut avoir l’impudeur (La même qu’il a eu pour aller aux restos du cœur) de vous citer Jaurès et même Gandhi. N’oubliez jamais que ces personnes là sont loin d’être stupide, malheureusement ils mettent leurs savoirs au service du profit et de l’individualisme. Il est temps de virer ces dirigeants qui, je le rappelle au passage, ne sont que des serviteurs du peuple, ce qu’ils semblent avoir complètement oublié. En cinq ans la monarchie sarkosyste a détruit en terme de sociale et d’humanisme ce que nos aïeux avaient mis plus de cinquante ans à bâtir avec leurs sueurs et leurs sangs. Messieurs du gouvernement, nous gardons vos actes en mémoire pour mai 2012.


    • Lisbeth Ker Carradec Lisbeth Ker Carradec 4 janvier 2012 10:12

      Même s’il ne répond pas, même s’il ne viendra plus se risquer à opposer sa démagogie de comptoir à une réflexion posée et solide, sans doute, je l’espère, commencera-t-il à prendre conscience des grondements autour de lui et comprendra-t-il que le bruit sourd qui résonne de plus en plus fort pour monter de plus en plus haut est bien celui de la colère....et que plus lui et les siens continueront à ignorer cette colère, plus son déferlement sera irrépressible.


      • nounourse nounourse 4 janvier 2012 12:33

        Je partage totalement cette réaction à votre trés beau et très solide courrier.
        Merci à vous pour cette démarche réellement citoyenne au sens fort du terme !


      • Scorsonère noire géante de Russie 4 janvier 2012 11:16

        Excellente réponse, bonnes fêtes Brindeau ! Mon impression est que dans cette longue marche de trahison des peuples le niveau baisse chez nos élites, et la langue de bois se durcit à mesure que les arguments s’évaporent. Concernant l’arnaque de l’euro-monnaie de singe, et le bon choix d’ illustration de l’auteur : la semeuse. La pièce de 5f par exemple, pesant 12g dont 10 d’argent pur, nous à gracieusement été échangée au passage du franc à la monnaie unique contre 75 centimes, à 6.56 contre 1. Soit même pas l’intégralité d’une pièce d’1 euro, composée de 7.5g de cupro-nickel, alliage sans valeur intrinsèque. Que ceux qui pensent que nous n’avons pas été volés lèvent le doigt, le papa noël leur apportera un kit tour de magie ! 


        • Scorsonère noire géante de Russie 4 janvier 2012 11:35

          J’ajoute également, pour ceux qui voudraient effectuer le chemin inverse ( hautement recommandé ) et convertir leurs fausses pièces de fausse monnaie en vraies pièces de vraie monnaie stable, qu’il leur sera demandé près de 7.5 euros en échange d’une pièce de 5 francs, soit 10 fois la somme précédemment évoquée. Et pardon pour ce demi hors-sujet dans les commentaires de ce remarquable article. 


        • JahRaph JahRaph 4 janvier 2012 19:50

          Merci pour votre commentaire, il est tout à fait intéressant. Je rajouterais que la Banque de France n’est pas si idyllique, comme notre article le sous-entendait peut-être.

          Voici une vidéo qui parle de la création (mafieuse) de la Banque de France :

          http://www.wat.tv/video/banque-france-4ld0z_4k7at_.html

          Merci à Etienne Chouard !


        • Tristan Valmour 4 janvier 2012 11:49

          Excellent billet et bonne année aux auteurs et lecteurs. Mauvaise année à la sarkosie.

          Il est inutile de débattre avec des hommes politiques, qui ne sont plus les représentants du peuple depuis bien longtemps. L’ont-ils déjà été au demeurant ?

          Les hommes politiques n’argumentent pas mais se livrent à l’argutie. Ils émettent des mensonges éhontés devant les médias, et les journalistes, complices ou serviles, ne leur demandent jamais de prouver leurs dires.

          Les hommes politiques sont des juristes de profession, qui s’appuient sur des lois qu’ils votent en dépit de l’intérêt général, pour imposer leurs vues corporatistes et adopter une politique inique au profit de leurs créanciers. La loi n’est pas la morale ni l’expression de la recherche d’une justice. Elle est le reflet d’intentions corporatistes.

          A voir la composition sociologique de l’AN, on croirait que les Français sont tous des hommes blancs de 60 ans, juristes, médecins ou fonctionnaires. La voilà la représentativité des représentants de la Nation. Pouvoir confisqué oui !

          Le fonctionnement des partis politiques est antidémocratique, les commissions de réflexion comme les modalités des élections internes sont bidons. Les militants sont utilisés au profit de quelques notables.

          Les hommes politiques utilisent leur pouvoir hérité du peuple pour nuire aux personnes qui les gênent comme pour augmenter leur patrimoine personnel et celui de leur clientèle.

          Bref, la démocratie représentative est une illusion, seule la démocratie directe porte la voix du peuple.

          Des individus hyperfortunés qui n’ont besoin de se référer à personne pour prendre des décisions, et qui ont les moyens financiers et économiques de les mettre à exécution dans un environnement mondialisé aux contraintes légales peu nombreuses sont les véritables propriétaires du pouvoir de la vie de la cité.

          Quand on pense que des ordres d’achat et de vente sont effectués à la vitesse de la nanoseconde, et qu’ils ont le pouvoir de faire sombrer des Etats, on devine aisément que les décisions politiques qui prennent des mois voire des années à s’élaborer, sont impuissantes à sauver quoi que ce soit. Tout discours qui prétendrait l’inverse n’est que dilatoire.

          L’Economie n’est pas une science, et le recours aux mathématiques ne saurait faire oublier que le cerveau humain est physiologiquement incapable de traiter les innombrables données issues des multiples interactions entre les différents agents économiques.

          Les économistes veulent faire croire à l’exactitude de leurs prévisions aussi bien qu’aux liens de causalité entre les différents faits économiques. Ils sont à l’image du conducteur qui a les yeux rivés sur son indicateur de vitesse et ne voit plus la route. Quand on se focalise sur un indicateur, on en oublie les autres ; c’est une vérité scientifique issue de la capacité attentionnelle de l’être humain. Et plus un système ouvert est libre et complexe, plus ses agents son nombreux, moins il faut analyser les relations causales.

          Les économistes sont à l’image des anciens chamanes qui se réclamaient d’un pouvoir divin. En réalité, le vérité de l’expérience sensible vient indubitablement contredire leurs chamaneries.


          • Jonathan Moadab L’Incorruptible 4 janvier 2012 12:43

            Alooooooooooooooooooooors, a-t-on vraiment besoin de cet hypocrite corrompu ? 

            Bravo Jennifer et Raphaël d’avoir mis au grand jour sa félonie ! 

            Au fait, n’oubliez pas d’adhérer à la page Facebook ! Vous retrouverez l’historique des différentes lettres et les adresses mails de tous les députés !

            http://www.facebook.com/pages/Action-citoyenne-Lettres-aux-d%C3%A9put%C3%A9s/164063937026639


            • Aldous Aldous 4 janvier 2012 13:08

              Pourquoi chercher à débattre avec une élite capitularde et munichoise qui ne doit sa place qu’à son obédience aux oligarques ?

              Elle ne vous ressortira que des éléments de langage usés jusqu’à la corde selon quoi il n’y a pas d’alternative (dans ce cas en quoi consiste leur démocratie ?) et que seuls nous ne pouvons rien faire. (Tiens ? La Chine elle peut, alors qu’elle est bien plus bas que nous dans plein de domaines, sans parler de l’Argentine ou du Venezuela.)

              Le jour où leur Union Sovétique Libérale s’effondrera tous ces apparatchiks se bousculeront à la TV pour nous expliquer combien le système etait corrompu et combien ils répugaient à jouer le jeu du système dans l’espoir de garder un bon fauteuil.

              En attendant nous sommes contraints de nous coltiner leur sclérose intellectuelle et verbale.


              • efarista efarista 4 janvier 2012 14:25

                Bravo ....pas mieux ! sauf l’aveu « de se garder un bon fauteuil » .....cette engeance n’avoue jamais...elle se planque dans un coin pour se goberger de ses poches bien remplies.


              • JennyJen JennyJen 4 janvier 2012 14:11

                Merci à l’argentin pour son petit rappel historique qui fait froid dans le dos :

                Europe : campagne pour le référendum sur la Constitution européenne

                http://www.agoravox.tv/actualites/politique/article/sarkozy-hollande-nostalgie-du-oui-33184


                • Louis Matisse Louis Matisse 4 janvier 2012 14:50

                  Toute la classe politique française est corrompue puisqu’elle a autorisé et validé par vote les crimes de haute trahison orchestrés par le gouvernement français depuis le traité de Maastricht. Cela fait au moins 20 ans que le corps politique couche avec les euro-atlantistes.
                  Les soi-disant opposants politiques ne sont que des rabatteurs électoraux puisqu’ils finissent par dire de voter au second tour de la présidentielle pour un des deux candidats qu’ils sont censés dénoncer. Et une fois élus députés ou sénateurs ils votent les mêmes lois liberticides et destructives de la nation française.

                  Il n’y a qu’un candidat à la présidentielle, boycotté par les médias malgré la puissance de ses analyses, de son niveau intellectuel et de sa vision de la France, qui a clairement dit qu’une fois élu il sortira la France de l’Union Européenne et de l’euro (en usant juridiquement de l’article 50 du traité de l’Union Européenne), et de l’OTAN. Ce candidat, c’est FRANCOIS ASSELINEAU pour l’UPR. Sans parler du reste de son programme présidentiel (www.u-p-r.fr) pour sauver le modèle social français que tous les français de gauche, de centre et de droite approuveraient.  


                  • JahRaph JahRaph 4 janvier 2012 14:55

                    Vous aurez compris que cette lettre est non partisane. J’en profite pour relayer cette page qui relaie le profile de 6 « petits » candidats pour 2012. C’est assez rare pour être signalé :

                    http://www.lejdd.fr/Election-presidentielle-2012/Actualite/Presidentielle-six-candidats-anonymes-a-l-election-presidentielle-de-2012-presentent-leurs-projet-pour-la-France-444495/


                  • Louis Matisse Louis Matisse 4 janvier 2012 15:01

                    Je l’ai tout à fait compris. Et c’est à ce sujet qu’en commentaire je glisse la réponse politique à ce déni de démocratie, d’indépendance politique et militaire, de fraternité entre les peuples, et d’ouverture sur le monde.


                  • cassandre4 cassandre4 4 janvier 2012 14:58

                    Un grand merci à vous Jennifer et Raphaël, vos arguments sont imparables, et sont le reflet de ce que pensent beaucoup de Français (enfin,.. j’ose l’espérer) car le fait est que, très peu de nos concitoyens ont une vision claire de la situation actuelle, (par exemple : énormément de gens autour de moi, son convaincu « que nous vivons très nettement au-dessus de nos moyens » et que c’est la principale raison de la « dette ».

                     Bref, la majorité des Français sont formatés par les merdias (il faut bien reconnaitre, que de ce côté là, c’est une réussite totale) et le parti unique (UMPS) qui se partage le pouvoir , en alternance, n’est pas enclin à un éveille des consciences qui lui serait préjudiciable.

                     Aussi nous appartient il, de faire évoluer cette conscience, (vaste programme) en parlant haut et fort, ce que pour ma part je ne me prive pas de faire, dans mon entourage.

                     Les choses évoluant, quand même, assez sensiblement, gardons donc espoir !

                     « Amis entend tu le vol noir des corbeaux , sur nos plaines
                      »Amis entend tu le cri sourd des peuples qu’on enchaine...


                    • Louis Matisse Louis Matisse 4 janvier 2012 15:21

                      J’ai oublié aussi de remercier les auteurs de cette lettre apolitique. Merci pour cette

                      Il faut à tout prix diffuser le Chant des partisans - http://www.youtube.com/watch?v=QRhg-Ioik8c - dans les villes et les faubourgs, dans les campagnes et les villages. La simple écoute de ce chant peut faire ressentir à un tout un peuple la vérité de ce qu’ils vivent et l’illusion dans laquelle les médias les plongent. Les paroles sont d’une tragique actualité. Je pense en particulier aux grecs - y-a-t-il une version grecque en ligne de ce chant ? 

                      Quand on sait que c’est de l’espérance même - de personnes qui sachant tout perdu ont quand bien même décidé de faire un baroud d’honneur en résistant - qu’est né la libération de la France, on peut avoir confiance dans l’avenir qui est loin d’être joué. Et quand bien il serait joué par la classe politique, l’Histoire nous a prouvé que le destin peut tourner à la faveur de quelques hommes.


                    • Kevorkian 4 janvier 2012 15:07

                      Excellent article qui prouve une fois encore la vacuité de nos prétendues élites. C’est sidérant de voir la nullité de ces types à travers la médiocrité de leurs réponses : il n’y a strictement RIEN de consistant, aucune analyse de fond, aucune démonstration... ce ne sont que slogans et clichés ressassés des millions de fois qui ont toutefois le mérite de montrer leurs contradictions et incohérences. Ils ne connaissent rien à rien aux sujets techniques, ce sont des pantins habiles dans le seul domaine de la rhétorique POINT BARRE.

                      J’aimerais tout de même ajouter qu’un homme en France analyse très bien cette situation et rejoint votre discours, François Asselineau de l’UPR, candidat pour 2012. Il EXISTE UN ARTICLE du traité qui permet la sortie d’un pays de l’UE en toute légalité, ce que se garde bien de vous dire monsieur Brindeau.

                      Pas de doute, la révolution des esprits est en marche, la question est combien de temps cela prendra-t-il avant d’atteindre la masse critique qui fera basculer le destin du monde ?


                      • JahRaph JahRaph 4 janvier 2012 15:10

                        J’ajouterais que Jacques Attali lui-même avoue dans la première vidéo que sortir de l’Union Européenne est tout de même possible, malgré leurs « manipulations ».


                      • Jonathan Moadab L’Incorruptible 4 janvier 2012 16:42

                        Loooooooooool, j’ai transmis le mail suivant à P. Brindeau : 

                        "

                        Monsieur le député,

                        Les citoyens ne sont pas dupes face à votre hypocrisie et incompétence. 

                        Vous n’êtes semble-t-il pas digne de représenter la Nation !

                        http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/reponse-au-depute-pascal-brindeau-107366

                        Une Assemblée Constituante nous débarrassera des énergumènes dans votre genre...

                        Bien à vous,« 

                        Il m’a répondu : 

                         »Vive les comités de salut public et le retour de la guillotine !

                        L’incompétent vous salue bien"

                        Le petit serait-il susceptible ? 

                        Encore bravo à Jennifer et Raph’ !

                        Vous pouvez dire ce que vous pensez au député destinataire de la lettre ici : pascalbrindeau.depute41@gmail.com


                        • Jonathan Moadab L’Incorruptible 4 janvier 2012 17:02

                          Le gugus sur Twitter : https://twitter.com/# !/pascalbrindeau (pour le mentionner dans vos tweets)


                        • Lisbeth Ker Carradec Lisbeth Ker Carradec 4 janvier 2012 17:07

                          "Vive les comités de salut public et le retour de la guillotine !

                          L’incompétent vous salue bien"

                          Le pire pour moi, dans cette réaction, c’est que le type croit envoyer un vanne, mais qu’il a l’air de vraiment pas comprendre que c’est réellement ce qui risque d’arriver si lui et ses potes continuent à jouer les autistes aveugles et sourds.... J’ai jamais autant reformulé de ma vie, je crois bien...


                        • Jonathan Moadab L’Incorruptible 4 janvier 2012 17:21

                          Nous prônons le retour de la guillotine... intellectuelle ! smiley


                        • JennyJen JennyJen 4 janvier 2012 19:34

                          Ils appellent la guillotine de leurs voeux comme ça ils pourront jeter l’opprobre ! 

                          Discréditer nos revendications en mettant en exergue les crimes de certains commis il y a plus deux siècles ... Monsieur Brindeau sous-entend que nous sommes des criminels en puissance ! Il ne veut pas entendre la légitimité de nos requêtes, on lui a trop bien appris à en avoir peur ! 

                          Monsieur Brindeau, rassurez vous, nous ne sommes pas des hommes et des femmes à l’esprit vengeur qui nourrissent le funeste projet d’assassiner d’autres citoyens ! regardez plutôt ceux qui sont assis au dessus de vous et réfléchissez à la nature de leur projet ! 

                          Ils sont prêt à toutes les malversations pourvu qu’on ne les perce pas à jours... Peut-être même à sacrifier eux-même quelques têtes afin de faire des dévots, des martyrs mort pour la défense de l’Europe ! 

                          Soit Pascal Brindeau est un pion sur cet échiquier, soit il sait très bien ce qu’il fait...

                        • JennyJen JennyJen 4 janvier 2012 20:05

                          La "guillotine intellectuelle c’est démonter leurs discours fallacieux ! 

                          Nous devons refuser de participer à leur semblant de démocratie ! Nous avons d’autres choix que celui d’élire le moins pire !  

                        • Richard Schneider Richard Schneider 4 janvier 2012 16:45

                          @ aux auteurs :

                          Rien à ajouter à cette missive qui met sereinement les points sur les « i ».
                          Toutes mes félicitations.

                          • Giordano Bruno 4 janvier 2012 17:22

                            François Asselineau, sors de ce pseudo !


                            • Jason Jason 4 janvier 2012 19:23

                              Eh ben voilà ! Vous appelez un chat un chat et Brindeau un filou.

                              Ce bonhomme finira sans doute au musée.


                              • Dominique TONIN Dominique TONIN 4 janvier 2012 19:37

                                Au moins, ça, c"est dit !

                                 Votre réponse, est autrement étayée que celle de ce piètre député, dont j’ai déjà oublié le nom ! Preuve, s’il en est, que nous avons raison au PF de les congédier (les parlementaires) tous !
                                Salutations à vousdeux.

                                • bdoume bdoume 4 janvier 2012 19:51

                                  Merci aux auteurs pour cette réronse sans faille dont je n’ai jamais douté.


                                  • JahRaph JahRaph 4 janvier 2012 23:24

                                    Le sujet de l’immigration est complexe : je ne pense pas que l’immigration subie zéro soit possible, ou même souhaitable. Par contre, je rappelle que certains industriels (Bouygues par exemple) ont favorisé la venue en masse de travailleurs maghrébins dans les années 1960 - 1970 :


                                  • JahRaph JahRaph 5 janvier 2012 17:58

                                    Scipion, ou l’art de ne faire dire ce que les gens n’ont pas dit. Un beau troll !


                                  • agocount 6 janvier 2012 02:27

                                    Pourquoi les français font des lettres ouvertes aux politiques ?

                                    Avec la collusion visible au grand jour des politiques avec la finance et les grands patrons, il ne faut plus passer par l’ex rampart politique qu’il y avait entre le peuple et les 2 autres, c’est très clair : le politique est là comme un p****n à sucer et le peuple d’un côté et la finance et les grands patrons de l’autre, en d’autre terme il est corrompu à fond et il ne s’en cache pas voir s’en félicite car justement c’est en ne se cachant pas qu’il teste qu’il a du pouvoir sur le peuple endormi et dominé qu’il « gouverne ». Désolé pour l’image crue mais elle particulièrement adaptée.

                                    L’essentiel est de maintenant s’adresser à ceux qui ont le vrai pouvoir dans la bankocratie : les banquiers. Commencer par convertir en or ou en argent vos billets et pièces qui ne vaudront plus rien bientôt et clôturer le plus de comptes possibles, histoire de bien leur faire comprendre que vous ne vous ferrez pas leurrer par eux et que vous êtes au courant de leurs magouilles.


                                    • Jonathan Moadab L’Incorruptible 6 janvier 2012 15:25

                                      Les banquiers répondent pas, on l’a vu à la Défense.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès