Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Salauds de Suisses, ils ont encore voté !…

Salauds de Suisses, ils ont encore voté !…

En ce lendemain d’élections où toute la presse a les yeux rivés vers l’Allemagne et la triomphale réélection de « Mutti » Merkel, c’est avec ce titre accrocheur que j’essaye d’attirer l’attention, non pas sur ma détestation de nos voisins helvétiques, mais plutôt ma jalousie envieuse à l’égard de leur système politique.

En effet, leur pratique du suffrage universel ne se réduit pas à l’élection, ils peuvent aussi recourir à des votations, et alors ce ne sont pas leurs « représentants » qui prennent les décisions mais le peuple lui-même, directement.

JPEG - 101.2 ko
Drapeau suisse sur un bateau sur le lac Léman (CC BY-NC-ND 2.0)
par Airflore http://www.flickr.com/photos/airflore/

Ce dimanche ils ont décidé de valider la loi qui prévoit l’ouverture 24 heures sur 24 des magasins de stations services sur les axes autoroutiers les plus fréquentés, de maintenir le service militaire obligatoire, et ils ont voté aussi une loi sur la prévention des épidémies. Des référendums cantonaux ont également eu lieu. Le Tessin, par exemple, a adopté une loi interdisant la burka dans l’espace public qui n’est pas sans évoquer nos propres lois sur la laïcité. (tous les détails ici : http://www.admin.ch/).

Les résultats de ces référendums ne m’enthousiasment pas plus que ça. J’aurais préféré – par exemple – qu’ils rejettent l’ouverture des magasins 24 h./24 pour épargner le travail de nuit aux salariés de ces magasins. J’ai davantage apprécié par exemple l’interdiction des rémunérations abusives des patrons (le 3 mars 2013), le refus de la loi qui aurait abaissé les pensions de retraite (en 2010), le moratoire sur les O.G.M. (en 2005), et quelques autres décisions du peuple souverain qui sont davantage dans la lignée de mes propres opinions politiques. De même, j’attends avec impatience la prochaine votation du 24 novembre sur la réduction des écarts de salaires dans un rapport de 1 à 12 à laquelle – d’après les sondages – une majorité de Suisses serait favorable.

Quoiqu’il en soit, les Suisses peuvent voter, et si leurs décisions s’avéraient néfastes, ils pourraient toujours réviser leur jugement et lancer une nouvelle initiative citoyenne pour changer la loi. Nous pas. Nous pouvons seulement élire, et rien ne garantit que nos élus respecteront leurs promesses électorales, même pas la crainte de n’être pas réélus, même pas la peur que notre exaspération – qui de trahison en trahison, ne peut que croître – ne nous amène à voter aux extrêmes, histoire de mettre un bon coup de pied dans la fourmilière !

Pour sortir par le haut de ce dramatique manque de démocratie, il n’y a pas d’autre solution que de revendiquer pour nous-mêmes ce dont disposent les Suisses depuis plus de 150 ans : le référendum d’initiative citoyenne ! Chacun comprend les avantages de cet outil pour la promotion de l’intérêt général (82 à 88 % des Français y sont favorables), point n’est besoin de se lancer dans de grandes explications pour convaincre. L’heure est donc venue d’organiser le vaste mouvement citoyen qui concrétisera cette avancée démocratique décisive. Et c’est ici que tout commence : www.article3.fr

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.54/5   (70 votes)




Réagissez à l'article

87 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 24 septembre 2013 10:36

    Alors Camille comme cela vous voudriez une démocratie réelle à la place de notre mafiocratie ? Attention, à réclamer justice, vous gênez nos corrompus de dirigeants et vous risquez de perdre la tête une seconde fois.


    • Camille DESMOULINS Camille DESMOULINS 25 septembre 2013 16:33

      Bonjour Gabriel ! J’assume les risques de mon engagement, et si je devais à nouveau me faire occire, mon âme s’envolerait vers le paradis dans les bras de l’ange... Gabriel ! smiley


    • Rensk Rensk 24 septembre 2013 13:23

      Ce que tu prétends ici c’est que ce serons les « patrons » (les hauts salaire) qui vont diminuer et non pas les bas salaire qui vont augmenter...

      Franchement tu y crois à ça ? Tu pense peut-être que les bourgeois vont arrêter d’aller sur le lac avec leurs beau bateaux, dans leurs avions privé voir leurs 6 voitures par personne ?

      Tu prendrais les Suisse pour des cons de vaudois ???


    • casp casp 24 septembre 2013 13:56

      @ Rensk

      Évidement que si la loi passait ce serait les gros salaires qui baisserait... Vous ne pensez pas sérieusement que les entreprises pourrait faire monter les salaires du bas à un rapport de 1 à 12..
      Vous rêver sur place.

      J’éspère que la loi passera personellement, même si peux être le rapport de 1 à 12 est un choc trop bruptal ; peux être aurait il mieux valu faire d’abord un rapport plus grand pour le baisser par la suite petit à petit.


    • Rensk Rensk 24 septembre 2013 16:40

      Tu sais aussi qu’on va voter pour un salaire minimal de 4’000.-

      4’000 * 13 salaires = 52’000.- annuel * 12 = 624’000.-
      Le salaire d’un conseiller fédéral est d’environ 400’000.- et ils ne sont pas a pleindre !!!


    • Rensk Rensk 24 septembre 2013 18:41

      Selon les statistiques de l’office fédéral :

      Bas salaire en 2010 = 3’986.- dont 19.1% de femmes sont concernées et 6.9% des hommes
      Salaires de ≤ 3’000.- = Femmes env. 5.1% / Hommes env. 1.5%

      Mis à jour le 13.06.2013


    • Rensk Rensk 24 septembre 2013 19:03

      Maintenant si tu sais que la confédération voit dans les 3’986.- un bas salaire (il ne manque que 4.- pour les 4’000.-) et que tu sais que seul 6.3% ont un salaire inférieur de 3’000.- (et qu’ils doivent aller au social) tu vas toujours encore me prétendre que les plus riches vont nettoyer leurs villas tout seul comme des grands, garder la grand-mère a la maison avec les enfants...

      N’importe quel gosse de 8 ans sait que les parents demandent que l’école doit les garder a midi au lieu de rentrer à la maison manger... Puis encore après la fin des cours...


    • YVAN BACHAUD www.ric-france.fr 24 septembre 2013 20:24

      Mais nous avons un fakir suisse.. ! Qui connait déjà les résultats qui seraients contraires aux sondages actuels.
      Ce qui est pour moi important c’est que le peuple suisse va pouvoir se prononcer sur ce sujet comme sur d’autres. Je lui fait confiance avec SA culture il prendra la solution qui LUI convient..

      Espérons que grâce à Article 3 les Français seront bientôt très nombreux à « exiger » le RIC.. !


    • Dominique 25 septembre 2013 06:48

      Un gosse de 8 ans comprend très bien que s’il mange des patates en robe des champs tous les jours alors que les voisins mangent des épinards, c’est parce que son père gagne mal sa vie. 3’200 francs de salaire en Suisse ne permet pas de vivre, cela permet juste de survivre assez pour pouvoir travailler et dormir. Des salaires aussi misérables devraient être interdit. Que les patrons se crèvent eux-mêmes aux boulot si ça leur chante, mais qu’ils arrêtent de vouloir y faire crever les autres.

      Et pour cela, il n’y a qu’un moyen, interdire les salaires de misère ! Si une place de travail n’est pas rentable, il faut éliminer la place de travail, pas le travailleur en lui baissant son salaire !


    • kalagan75 25 septembre 2013 09:14

      3200 francs cela fait 2600 € : si on applique ton raisonnement en france , plus personne ne bosse .
      si on applique ton raisonnement aux créateurs d’entreprises , plus rien ne se crée !


    • Camille DESMOULINS Camille DESMOULINS 25 septembre 2013 16:38

      Il est intéressant de constater qu’un nombre non négligeable de commentaires se focalisent sur la question des écarts de salaire, qui est secondaire dans mon article : ce n’est qu’un exemple de sujets sur lesquels les Suisses, peuple souverain, peuvent se prononcer et avoir le dernier mot. L’essentiel étant bien évidemment l’outil avec lequel ils exercent leur souveraineté, à savoir le référendum d’initiative citoyenne. Discuter du caractère souhaitable ou néfaste d’une telle réforme dans notre pays n’aura de sens qu’à partir du jour où nous disposerons nous-mêmes de l’outil pour imposer notre décision...


    • Alibaba007 Alibaba007 25 septembre 2013 17:28

      @schweitzer.ch 


      Tiens ! Voilà le SPARTACUS d’economiesuisse ... L’équivalent Helvétique du lobbyisme du MEDEF.   smiley

      Oui, le patronat Suisse est influent. 

      Oui, les politiciens Suisses sont également corrompus comme en France par l’économie. 

      Oui, les citoyens Suisses sont facilement influençables, car les partis et associations créées par le lobby de l’économie sont passés maîtres dans l’art de distiller la peur de la perte d’emploi. (Il faut savoir qu’en Suisse, une entreprise n’a besoin d’aucun motif pour licencier un employé en CDI et n’a besoin que de respecter le délais de préavis courant d’un mois à trois mois de salaire selon l’ancienneté).

      Oui, les Suisses sont en général très assidus dans leur emploi, mais aussi assez égoïstes. Ils ont également plusieurs régions linguistiques différentes, ce qui pose aussi des problèmes d’unité car les mentalités sont assez différentes selon la langue et la densité de population et la proximité avec une frontière. (voir Barrière du Röestigraben).

      Les votations sont assez courantes en Suisse (plusieurs votations par année au niveau fédéral, cantonal et communal), elles sont regroupées ensembles pour limiter les frais administratifs et ne pas décourager les citoyens d’user de leur droit de vote.

      L’exemple de la votation fédérale concernant la modification des horaires de travail est typiquement une stratégie de destruction des acquis sociaux et de protection des employés par la fédération des employeurs Suisses, créer un précédent sur lequel s’appuyer pour démantibuler les autres protections et limitations encore en vigueur en flattant le nombril du consommateur sans que l’employée ne soulève un sentiment de solidarité populaire nationale.

      Dès la validation du scrutin du référendum (55,8%), le patronat Suisse s’est félicité et a aussitôt signalé qu’il allait lancer de nouvelles propositions pour pouvoir aller plus loin encore.

      Donc pour récapituler, Oui le peuple Suisse a accès à des droits réellement démocratiques comme le doit d’Initiative (proposition de loi), le droit de Référendum (modification ou abolition de loi existante) et le droit d’élection d’un représentant. 
      Par contre, ce droit est également ouvert aux partis, aux personnes morales et aux associations qui permet d’inonder les citoyens de prises de décisions ayant peu ou au contraire énormément d’importance sur tout ou partie de la population, et pouvant avoir une influence sur des enjeux qui ne concernant pas ou peu le votant. smiley 
       




    • Rensk Rensk 25 septembre 2013 20:30

      Un peu tard... car je dois travailler plus, vu mon salaire de 6.50 de l’heure !

      4’000.- par mois représente 22.- par heures et il y a 329’000 personnes touchée en Suisse par un salaire en dessous de ces 22.- et voici où se trouvent (Branches) les travailleurs pauvres (c’est en allemand mais assez vite vu)


    • Rensk Rensk 29 septembre 2013 13:14

      Salut a tous, Lidl vient de signer pour 4’000.- minimum en bas salaire (aujourd’hui 3’800.-) et ce dès décembre de cette année, les autres « tranches de salaire » serons adaptée et cela coûtera au patron 2.5% en augmentation salarial...

      Schweizer doit être contant que que Migros et Coop ne suivent pas encore et que c’est Lidl qui fait le premier pas !!!


    • kalagan75 24 septembre 2013 11:25

      Les suisses sont juste un peu plus intelligents que nos politiciens ... smiley


    • kalagan75 24 septembre 2013 13:25

      à la grosse différence avec la France , c’est qu’il n’existe pas de demosthene pour crier à la stigmatisation lors de telles propositions.


    • amiaplacidus amiaplacidus 24 septembre 2013 13:58

      @katalgan75 qui écrit :
      « ...Les suisses sont juste un peu plus intelligents que nos politiciens ... ».

      Il faut reconnaitre que c’est un objectif pas trop difficile à atteindre.


    • Stof Stof 24 septembre 2013 12:59

      Je vais demander l’asile politique en Suisse smiley


      • LE CHAT LE CHAT 24 septembre 2013 13:15

        Un referendum pour instaurer le referendum , chiche !  smiley


        • Camille DESMOULINS Camille DESMOULINS 25 septembre 2013 16:25

          Eh oui, le chat ! Notre proposition de modification de l’article 3 de la Constitution tombe sous le coup de l’article 89 (sur la révision de la Constitution) qui stipule que, lorsque la révision est l’objet d’un projet de loi du gouvernement, elle peut être approuvée soit par référendum, soit par un vote du parlement réuni en Congrès (nécessitant une majorité des 3/5èmes), tandis que si c’est une proposition de loi (d’origine parlementaire, donc) elle sera soumise à référendum. Donc il est tout à fait possible que nous ayons un jour un référendum sur la révision de l’article 3 introduisant le référendum d’initiative citoyenne ! smiley


        • Andreï 24 septembre 2013 13:59

          La Suisse, ce sera toujours la Belgique des Alpes, Je me demande à quoi sert ce pays ’neutre’ qu’ainsi soit-il mis à part qu’il accueille notre argent et dilapide les ressources Ivoiriennes en chocolat.
          Comment on fait pour avoir un visa Suisse ? smiley


          • Rensk Rensk 24 septembre 2013 16:44

            Va voir ici


          • Ruut Ruut 24 septembre 2013 14:50

            En effet nous avons de quoi être jaloux des Suisses.
            La seule Démocratie d’Europe.


            • Tall 24 septembre 2013 15:07

              Ah oui, ça c’est une vraie démocratie ... et  SOUVERAINE  !!

              Car c’est eux qui décident de leur budget sans devoir rendre compte à Angela Merkel.

              Et le budget c’est la clé de toute politique.

              • titi 24 septembre 2013 23:04

                « Car c’est eux qui décident de leur budget sans devoir rendre compte à Angela Merkel. »

                Voilà une belle Lapalissade...

                En effet, lorsque le budget est excédentaire (ou presque), on devient d’un seul coup beaucoup plus indépendant. Indépendant de son voisin, indépendant des banques.

                Mais ça les Français ne l’ont toujours pas compris.
                Ils préfèrent dire que les banques et les fonds de pension sont des salauds pour finalement aller tendre la main dès début octobre pour payer les salaires de fonctionnaire jusqu’à Noel.

                 


              • Camille DESMOULINS Camille DESMOULINS 25 septembre 2013 16:55

                @ Titi : les intérêts de la dette sont devenus le principal poste de dépenses de l’État, et quand on s’interroge sur l’origine de la dette, on s’aperçoit qu’elle remonte à un « coup d’État monétaire » perpétré dès 1973 (loi Pompidou-Giscard) et aggravé par le Traité de Maastricht (art. 104) puis celui de Lisbonne (art. 123) : l’État ne pouvant plus emprunter à très faibles taux à sa propre banque centrale, doit se tourner vers les « marchés » financiers et accepter les taux d’intérêt que les marchés lui imposent. C’est cela qu’il faut remettre en question AVANT de chipoter sur la « dépense publique » qui finance les SERVICES publics et contribuent à stimuler l’économie grâce à une clientèle solvable (les fonctionnaires aussi dépensent leurs salaires, participant aux profits des entreprises qui leur vendent les marchandises ou les services qu’elles produisent).
                Cela dit, le référendum d’initiative citoyenne peut aussi nous permettre de nous mêler de politique monétaire ou d’arbitrages budgétaires : dans certains cantons suisses, les dépenses supérieures à un certain seuil (2,5 millions de Francs, me semble-t-il) doivent être approuvées par référendum...


              • Rensk Rensk 25 septembre 2013 20:49

                Il y en a dès qui ne comprennent pas... faut leurs expliquer longtemps.

                La consommation privée a une nouvelle fois impulsé le produit intérieur brut de la Suisse, qui a enregistré une progression de 0,5% au deuxième trimestre 2013.

                Le produit intérieur brut (PIB) de la Suisse a progressé de 0,5% au 2e trimestre 2013, comparé aux trois premiers mois de l’année. En comparaison annuelle, la croissance s’est établie à 2,5%.

                A l’image des derniers trimestres, c’est principalement la consommation privée (+0,7%) qui a été à l’origine des impulsions positives d’avril à juin, a communiqué mardi le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO).

                Baisse de valeur ajoutée de certains secteurs

                Pour la première fois depuis une année, les investissements en biens d’équipement (+2,9%) ont affiché une nette progression. L’évolution de la balance commerciale des marchandises a eu des effets négatifs sur l’expansion du PIB (recul des exportations et augmentation des importations), a ajouté le SECO.


              • titi 25 septembre 2013 22:42

                « les intérêts de la dette sont devenus le principal poste de dépenses de l’État »

                Les intérêts ne sont que la conséquence d’une mauvaise politique.

                Si il n’y a pas de déficit, il n’y a pas d’emprunt, et il n’y a pas d’intérêt. C’est tout simple.
                Dire que les intérêts de la dette sont le principal poste de dépense c’est faux : c’est la mauvaise gestion qui est le principal poste de dépense.

                Comment se fait-il que même dans les périodes de croissance mondiale, genre 1997-2000 les gouvernements ont été incapables de sortir un budget équilibré ? Et je ne demande pas qu’il soit excédentaire, juste équilibré....


              • buratino buratino 26 septembre 2013 16:00

                Pour sauver les banksters de l’UBS et leur filer plusieurs milliards pour continuer à faire joujou

                au casino boursier sous prétexte qu’ils sont too big to fail, ils n’ont pas laisser le temps au peuple de lancer une initiative, démocratie pffff

              • lloreen 26 septembre 2013 17:30

                Bonjour
                L’ origine de la dette est bien plus ancienne et remonte à la création de la FED aux Etats-Unis (1913), ce qui a de facto entraîné la guerre de 1914-1918 et les suivantes.


              • lloreen 26 septembre 2013 17:41

                Les intérêts de la dette ne sont pas le fruit d’une mauvaise gestion ils sont la condition sine qua non du système de l’ argent-dette, imposé dès 1913 par la FED (banque privée).
                Sans dette pas d’ intérêts.La dette assure le bien-être et la prospérité aux banksters et aux cartels (ce qui revient au même) et le malheur de ceux qui y sont assujettis.

                La dette est le moteur de la croissance,le credo de nos politiciens vendus à la haute finance.

                Cette illusion que l’ on fait miroiter à travers les pubs et les discours lénifiants maintient le système esclavagiste en place.

                Mais les éveilleurs de conscience ont dorénavant réussi à se rendre visibles.Je vous invite à suivre attentivement le message en lien.

                http://i-uv.com/the-chair-of-saint-peterthere-isnt-a-bankruptcy-in-detroit-because-all-global-debts-have-been-erased/


              • doctorix doctorix 24 septembre 2013 16:45

                « ils ont voté aussi une loi sur la prévention des épidémies. »


                C’est ici qu’on atteint les limites de cette belle démocratie. Ce qu’ils ont voté, c’est une loi prévoyant l’obligation vaccinale en cas de pandémie : ce qui est une toute autre notion.
                Quand la propagande propage le mensonge et la peur, quand les discours contraires à cette propagande sont muselés (c’est aussi ,le cas sur agora, avec aucun de mes articles dénonçant les vaccins publiés), quand on cache au peuple les multiples dangers des vaccins, qu’on lui fait miroiter des avantages inexistants, et qu’on maximise les pseudo-dangers d’une pseudo-pandémie (et chacun se souvient de celle de 2009, grotesquement minime), alors on contraint le peuple à voter des lois qui lui sont néfastes et qui se retourneront contre lui, tout en favorisant honteusement une industrie vaccinale mortifère et crapuleuse.
                Pour plus de renseignements, voici quelque chose d’à peu près complet :

                • Le printemps arrive Le printemps arrive 24 septembre 2013 18:58

                  Ne vous inquiétez pas doctorix, on peut se renseigner ailleurs et pour ceux qui veulent des arguments solides pour étayer leurs arguments il faut lire cet article.


                • Le printemps arrive Le printemps arrive 24 septembre 2013 19:00

                  rectif : « pour étayer leurs démonstrations »


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 septembre 2013 19:40

                  doctorix,

                  Vous avez raison, les électeurs votent en fonction de leur degré d’information.

                  Cela pose la question de l’indépendance des médias, de la corruption à tous les étages par les lobbys, des conflits d’intérêts, bref des dysfonctionnements qui ne devraient pas exister, mais ne remet pas forcément en cause le principe de la votation.

                  Encore une fois Asselineau fait des propositions qui ne semblent pas inutiles :

                  * examen périodique des conflits d’intérêts.
                  * Adoption d’une loi anti-trust pour les médias nationaux et régionaux.
                  * Interdiction de posséder un média pour une entreprise qui intervient dans un autre secteur économique.
                  * Interdiction dans la Constitution d’une prise de contrôle d’un média de masse par un fonds de pension ou une multinationale.
                  * Renationalisation de TF1 et de TDF
                  * Cour supérieure de l’ audiovisuel composée de magistrats à la place du CSA
                  * Diversité politique des journalistes dans les émissions politiques etc etc

                  Mais rien de tout cela n’est possible dans le cadre de l’ UE, où les médias sont au service de Goldman Sachs, de Monsanto et des labo pharmaceutiques...


                • doctorix doctorix 24 septembre 2013 21:09

                  Bien vu, fifi, comme toujours.

                  Et si les Suisses faisiaent une votation sur le mercure en dentisterie ? Chaque année, 30 tonnes de mercure sont déversées dans les caries des américains. Au bout de dix ans, c’est un gramme de mercure qui se retrouve dans chacune de leurs bouches. Un gramme, ça ne vous parait pas beaucoup, mais le mercure est l’un des neurotoxiques les plus puissants, agissant à des doses minimes, extrêmement volatil de plus (eh oui !). Ce mercure mettra quelques années à s’infiltrer dans les neurones de chacun, bouffant littéralement les gaines de myéline de leurs neurones, et provoquant toutes sortes de maladies neurologiques, ce qui est une des grandes causes de leur dramatique expansion..
                  Voici d’ailleurs comment ça fonctionne (vidéo de l’Université de Calgary) :
                  Et pour plus de détails (utilisez un traducteur) :
                  Mais ici, les preuves sont tellement concrètes et évidentes que ceci ne sera jamais proposé à la votation. Quand on propose un référendum ou une votation, c’est qu’on est sur du résultat, faute de quoi on s’abstient de les proposer. 
                  Votation, piège à con, hélas.

                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 septembre 2013 06:17

                  doctorix,

                  Le mercure, vous avez raison. Vous oubliez l’aluminium, puissant neurotoxique aussi, qu’on retrouve semble-t-il dans la nourriture industrielle, les pâtisseries, les biscottes, mais aussi dans les canettes, les emballages de surgelés etc, et bien sûr comme adjuvant dans les vaccins.....

                  Mais les Hautes z’autorités de la santé disent qu’il n’est pas dangereux, que « rien ne prouve que », et que cela n’a absolument aucun rapport avec la maladie d’Alzheimer...

                  Je suis moins pessimiste que vous. Il semble quand même que les scandales sanitaires à répétition, qui ne sont que la partie émergée de l’iceberg chimique, commencent à provoquer des attitudes de méfiance de la part des citoyens qui sont de plus en plus nombreux à utiliser d’autres méthodes de soins... Le monde médical devra bien s’y adapter.


                • doctorix doctorix 25 septembre 2013 14:41

                  Oui, fifi.

                  J’ai une clientèle que j’informe au mieux, et elle n’est donc pas représentative.
                  Mais mes confrères constatent comme moi un recul énorme de la demande vaccinale, et les gens se contentent du minimum (encore) légal, DTPolio.
                  Nous n’avons pas travaillé pour rien.
                  Déjà, en 2009, l’amère Bachelot a fait un flop retentissant avec 94 millions de doses commandées, et 7 millions injectées. 
                  C’est je crois, ses mensonges qui ont ouvert bien des esprits.
                  Le processus est irréversible, sauf qu’ils vont imposer certaines vaccinations dans le cadre fictif de pandémies imaginaires : c’est ce jour là qu’ils parviendront à imposer leur rêve : l’implantation de puces rfid.

                • Rensk Rensk 25 septembre 2013 21:01

                  Oui, je ne comprend pas non plus ce changement... il y a eu refus total de la vaccination H1N1 en 2009 et l’État a vendu une partie des vaccins acheté au prix fort pour les vendre en « Action » en Afrique juste avant la date limite... (Sacré arnaque, voir « teste a grande échelle » ?!)... et le reste a été détruit.

                  Vous savez ce que j’ai dû lire comme argument d’une personne qui a voté pour (sans se faire vacciner elle-même en 2009) ?

                  Je ne veux pas que les infirmières, qui me soignent à l’hôpital, ne soient pas vaccinées...

                  On croit rêver mais... l’égoïsme prime en Suisse


                • Rensk Rensk 25 septembre 2013 21:03

                  Oup’s... plus utilisé en Suisse !

                  - Et si les Suisses faisiaent une votation sur le mercure en dentisterie ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès