• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Trop d’élus, trop de dépenses ou les deux ?

Trop d’élus, trop de dépenses ou les deux ?

En France, 1 élu pour 100 habitants et 1 médecin pour 1100 habitants. A priori, pas de comparaison possible sauf que pour les médecins, on peine à en trouver dans des zones rurales alors que des élus, il y en a partout.

Pour les élus, il en va comme pour les médecins, il y a des spécialistes (parlementaires, conseillers intercommunaux, départementaux, régionaux) et des généralistes.

Maires et conseillers municipaux, en lien avec l’intercommunalité jouent ce rôle de généralistes sauf que la plupart du temps, ils ne gèrent pas grand-chose, faute de moyens financiers, humains et techniques pour remplir leur compétence prétendue générale. Les « spécialistes », eux, se trouvent au Conseil Départemental ou Régional ou bien à Paris ou à Bruxelles autant dire qu’on ne les voit le plus souvent sauf lors des campagnes électorales, et encore…

Trop d’élus ?

A cette question, on nous répond invariablement que les quelque 500 000 élus communaux ne coûtent quasiment rien et qu’ils sont sur le terrain tous les jours pour régler les problèmes du quotidien des administrés. On aimerait s’en persuader, mais la difficulté liée à l’émiettement des compétences entre les différents niveaux de gestion cités plus haut ne rend pas la vie facile aux élus municipaux qui répondent le plus souvent aux administrés : « Ce n’est pas de notre compétence, mais de celle de… (cochez le bon niveau). Pas simple pour les usagers !

Le nombre d’élus est trop important mais le diminuer ne résoudra jamais à lui seul la question de la dépense publique des collectivités locales.

A chaque niveau de collectivité, sa structure

Pas d’économies importantes à attendre de la diminution du nombre de communes si on ne touche pas à l’environnement politique, administratif et technique qui accompagne chaque assemblée délibérante en gros à tout ce réseau d’obligés et d’interdépendance.

 L’exemple de la création des communautés de communes ou des Métropoles est là pour nous dire que les économies d’échelles qu’on aurait pu imaginer se sont traduites au contraire par de nouvelles embauches, étant entendu qu’un élu sans troupes n’a pas l’impression d’exister, et donc par des doublons.

La réforme calamiteuse des Régions censée produire des économies s’est au contraire traduite par une augmentation des dépenses étant entendu qu’on a gardé l’ensemble des élus des anciennes régions, qu’il a fallu construire ou louer des locaux plus grands, que les régimes indemnitaires des personnels ont été alignés sur la région la mieux-disante et que tout cela créé des frais de fonctionnements supplémentaires.

Les Conseils départementaux dans leur souci d’être au plus près (de maintenir sous tutelle ?) des communes et intercommunalités ont créé des « Maisons du Département » coûteuses en fonctionnement et qui ont été l’occasion de recruter de nouveaux agents : quels résultats aujourd’hui ?

Les freins aux économies « consenties »

Le réseau des collectivités locales, plus dense en France que dans d’autres pays européens a une utilité mais qui ne concerne pas les administrés : elle sert au Sénat à maintenir son influence dans le paysage politique français. Selon la Constitution, le Sénat est le représentant des collectivités locales. Aucune raison, donc, qu’il se tire une balle dans le pied en acceptant la diminution de leur nombre et de leurs élus.

Le second frein au changement est que les collectivités locales sont une formidable pépinière pour les partis politiques et elles favorisent l’entre soi et la cooptation pour les futures échéances électorales. On ne connait pas le nombre exact de conseillers, chefs de cabinet, chargés de mission ou de communication et emplois politiques recrutés par les collectivités locales ( surtout dans les moyennes et les plus importantes), qui œuvrent moins pour le bien des administrés que pour celui de leur Maire ou Président et également pour le parti qu’ils représentent, le tout payé avec nos impôts locaux. Une forme de financement des partis politiques méconnue des citoyens… Par ailleurs, le cumul de mandats locaux est toujours d’actualité.

Le troisième frein, déjà évoqué, est qu’un élu dont les compétences sont confiées à une autre collectivité répugnera à voir ses effectifs de fonctionnaires diminuer et trouvera de nouvelles missions, pas toujours utiles, à leur faire assurer.

Voilà comment la dépense publique locale prospère… Et encore, on ne parle pas des contrats et marchés passés avec des entreprises pour leur assurer leurs fins de mois : la dépense publique a parfois du bon…

La contrainte, seule voie envisageable ?

Le précédent gouvernement avait déjà décidé de diminuer les dotations financières de l’Etat aux collectivités locales, les obligeant de fait à faire des économies sans trop avoir recours aux impôts locaux.

Cet épisode a permis de parvenir à des regroupements autoritaires d’intercommunalités ainsi qu’à des fusions de communes consenties. Les élus locaux semblent avoir découvert, à l’occasion de cette mesure de contrainte financière les vertus de la coopération avec les voisins, et c’est bien.

Le nouveau gouvernement, lui, va plus loin puisqu’il supprime la taxe d’habitation perçue par les communes et intercommunalités en affirmant compenser le manque de recettes occasionné : une belle hypocrisie à 10 Milliards.

L’Etat n’envisage pas un seul moment de compenser en totalité cette perte de recettes et le ferait-il que cela se résumerait à augmenter d’autres impôts qui annuleraient les quelques gains de pouvoir d’achat concédés aux plus modestes. L’augmentation du prix du diesel et du tabac procède d’ores et déjà de cette escroquerie. D’autre part, les communes et intercommunalités étant ainsi mis à la diète se hâteront d’augmenter les impôts fonciers et procèderont à des révisions à la hausse des tarifs des services publics locaux ou à leur suppression.

Au final, c’est bien le contribuable qui paiera la facture, pas le possédant.

D’autres solutions ?

Oui : supprimer un niveau de collectivité et à ce jeu-là le Conseil Départemental qui a perdu beaucoup de ses compétences au profit de la Région lors des derniers transferts de 2015, apparaît comme le maillon faible entre des Régions puissantes et des intercommunalités désormais bien assises.

Il tire sa légitimité de l’action en faveur des populations fragile (aides sociales) ce qui constitue désormais environ les deux tiers de son budget. Certains Présidents de conseils départementaux demandent que l’Etat, qui ne compense plus la totalité des dépenses de RSA reprenne cette compétence à son compte. Allons plus loin, et recentralisons toutes les dépenses sociales au niveau de l’Etat qui les fera assumer par les CAF, déjà sur ce créneau.

Il ne restera plus alors qu’à confier la gestion des collèges à la Région (qui s’occupe déjà des lycées et des transports des élèves) ainsi que la gestion du réseau routier et de quelques politiques résiduelles pour vider totalement le Conseil départemental de son utilité et donc de supprimer un peu plus de 4100 mandats d’élus ainsi qu’un nombre indéterminé (mais important) de petites mains politiques, faire valoir de leurs élus.

Au bas mot, il y a plus d’un milliard d’euros à économiser sans que le service public soit altéré.

Intéressant, non ?

Poussons le bouchon un peu plus loin et intégrons les communautés de communes dans les Pays en leur donnant le statut d’une collectivité locale. Quatre ou cinq Pays par département, travaillant avec la Région sur l’aménagement du territoire au lieu d’une quinzaine de communautés de communes, il y a également là de belles synergies à trouver et aussi sans doute des économies à réaliser.

Mais il y a un hic à tout cela : si on laisse faire les élus, on n’a aucune chance d’arriver à cette organisation économe et pourtant toute aussi efficace, voire plus.

La parole est donc aux citoyens.


Moyenne des avis sur cet article :  4.68/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 23 juillet 06:25

    Les politiciens ne sont que des « mafieux » en col blanc...Que le peuple accepte cette donne est pitoyable !


    • Michel DROUET Michel DROUET 23 juillet 07:36

      @bob14
      Mafieux, le terme est un peu fort, mais il faut reconnaître que la caste des élus, qui représente la société française, se distingue souvent dans l’actualité judiciaire alors qu’elle devrait être irréprochable.
      Le degré d’acceptation du peuple est étonnant, mais ne serait-ce pas plutôt de la résignation compte tenu des délais pour juger une affaire impliquant un élu ou un ex-ministre (Tapie par exemple) et la grande mansuétude dont font parfois preuve les juges (Christine Lagarde, déclarée coupable, mais dispensée de peine...). Tout est dit !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 juillet 21:19

      @Michel DROUET
      Toujours au ras des pâquerettes, le Michel Drouet  !

      Le but de tout ce micmac est de remplacer le triptyque hérité de la Révolution française :« Etat - Département- commune », par l’idéologie européiste : « UE- Eurorégions- Comtés », afin de construire les Etats Unis d’Europe et de liquider les Etats Nations.


    • Michel DROUET Michel DROUET 23 juillet 22:43

      @Fifi Brind_acier
      Toujours à côté de la plaque la Fifi qui n’a rien compris, comme d’habitude et qui nous ressert le vieux couplet élimé de l’UPR ;


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 juillet 05:37

      @Michel DROUET
      Voici la carte d’ Europe telle que Bruxelles la souhaite.
      Une Europe entièrement balkanisée où les frontières et les Etats Nations ont disparus.

      Vous faites croire que vous défendez les finances publiques, alors que vous passez votre temps à justifier la fin de la France. Cela s’appelle de la Haute trahison.
       


    • Michel DROUET Michel DROUET 24 juillet 07:13

      @Fifi Brind_acier
      Toujours dans la nuance Fifi... Je compte faire appel de votre condamnation auprès de la Cour Européenne de Justice...


    • bob14 bob14 23 juillet 06:27

      Les politiciens ne sont que des « mafieux » en col blanc...Que le peuple accepte cette donne est pitoyable !


      • JMTLG 23 juillet 07:33

        Donc Mr Drouet,

        Vous souhaiteriez un medecin pour 100 habitants ?

        Donc que chaque medecin actuel perde 90% de ses clients ? Et voient leurs revenus mecaniquement divisés par 10 ?

        Les pauvres medecins ayant deja bizn du mal à boucler leurs fins de mois. Ils sont notoirement sous payés, roulent dans de vieilles guinbardes, ont des studios minuscules, ne prennent jamais de vacances, etc.

        Les pauvres sont meme obligés sous menace de mort de prendre 1 patient par quart d’heure.

        Plus serieusement, je suis d’accord avec le fond de l’article, vraiment.

        Mais qu’on cesse de plaindre les medecins. Vraiment.

        Oui ils sont indispensables, comme la plupart des metiers. Mais sont les plus gros « assistés » quenje connaisse, et en vive tres bien contrairement a la majorité de la population.

        Que ceux se plaingnant sans cesse de trop de travail bossent moins, et alors on reglera le vrai problème : leur mauvaise répartition, due au fait que leur prioritée première reste avoir un revenu important.

        Et non 10 ans d’etudes n’est pas une excuse. Beaucoup dint je fait partie auraient aimés etudier 10 ans mais ne le pouvaient pas pour X raisons.


        • Michel DROUET Michel DROUET 23 juillet 07:41

          @JMTLG
          Je ne plains pas les médecins dont nous payons les études et qui n’ont aucune obligation vis à vis du contribuable une fois diplômés, ce qui est scandaleux.
          La comparaison élus/médecins m’a parue intéressante, parce que nous avons trop d’élus inopérants, notamment en zone rurale, mais qui tiennent à y rester, alors que la médecine est de plus en plus attirée par les beaux quartiers ou les régions riches et ensoleillées.


        • bob14 bob14 23 juillet 08:20

          @Michel DROUET....Les gens ont perdu leur âme avec le genre de société actuelle..seul l’argent compte...


        • Michel DROUET Michel DROUET 23 juillet 08:34

          @bob14
          Pour ceux qui en ont, oui


        • bob14 bob14 23 juillet 08:52

          @Michel DROUET....Allons du SDF aux richards tout le monde à de l’argent..


        • Michel DROUET Michel DROUET 23 juillet 09:03

          @bob14
          Oui, ce sont les besoins de chacun qui font la différence...


        • bob14 bob14 23 juillet 09:53

          @Michel DROUET..non..ce sont les gens qui donnent qui font la différence...


        • Michel DROUET Michel DROUET 23 juillet 10:15

          @bob14
          Peut-être mais on les trouve rarement parmi les richards


        • alain_àààé 23 juillet 14:19

          je suis d accord avec l auteur il faudrait supprimé le département qui nous coutent cher et diminué les élus communales.vive les économies


          • JP94 23 juillet 16:32

            Trop d’actionnaires, surtout, et trop de profits pour les multinationales.

            Casse de l’emploi, casse du droit du travail, casse du système de santé, casse de ’’Education.
            Là est le vrai problème.

            Les départements, créés à la Révolution, c’est pas pour rien, et pour le peuple, pour que le peuple ait une structure démocratique de pouvoir ... décentralisée !!

            Les régions , l’UE,, créés par qui et pour qui ? pour et par le Patronat atlantiste. C’est tout ça qu’il faut combattre.( voir l’ARE Agence pour la Régionalisation de l’Europe, officine créée par de petits nazis qui ont voulu continuer leurs projets autrement ... et ça nous a donné l’UE, leur petit bébé mosntrueux.

            • Michel DROUET Michel DROUET 23 juillet 17:25

              @JP94
              D’accord sur le premier paragraphe mais pas sur le second : où voyez vous une structure démocratique dans le Département (qui n’est pas la même chose que le Conseil Départemental, sujet de mon article, en passant) ?.
              Où voyez-vous la structure démocratique avec un Préfet qui dirige sous les ordres du gouvernement ?
              Le Département, dirigé par le Préfet est une organisation déconcentrée et pas décentralisée. C’est un instrument du pouvoir politique central, c’est tout : aucune démocratie la-dedans, mais du contrôle, c’est tout !


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 juillet 21:51

              @Michel DROUET
              « L’ Europe, c’est la PAIE ! »
              Penchez-vous donc un peu sur les dépenses de l’ UE, vous allez en tomber de l’armoire .


              Et où voyez vous de la démocratie dans le fonctionnement de l’ UE qui nous gouverne ?
              La Commission européenne passe 90% de son temps avec les lobbies. Elle est constituée de non élus. Elle est à l’initiative des lois, les fait appliquer et contrôle l’application des traités. 
              Ce qui est contraire à la séparation des pouvoirs.

              Et elle nous coûte 14 milliards d’euros par an, pour faire des lois contraires à l’intérêt général des Français ! C’est cette grosse merde européenne qui est responsable du mille feuille que vous dénoncez sans cesse ! Mais l’ Europe, vous ne la dénoncez jamais.

              Le mille feuille provient de la cohabitation provisoire entre deux systèmes, celui issu de la Révolution, auquel les Français sont très attachés, les Communes en particulier. Le maire est le personnage public auquel les Français sont les plus attachés.

              Et celui voulu par l’ UE : les euro-régions à la place des Départements, les intercommunalités ( « Comtés à la mode américaine » à la place des Communes .


            • aimable 23 juillet 23:10

              @Fifi Brind_acier
              l’argent versé a l’UE permet aux états d’utiliser cet argent sans contrôle puisque qu’aucun état ne contrôle l’UE


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 juillet 05:52

              @aimable
              L’argent de l’ UE, c’est le nôtre, il est comptabilisé par la Cour des Comptes, comme le reste.

              J’ai fait une erreur dans mon commentaire précédent. La France verse plus de 20 milliards par an au budget de l’ UE, il en revient 14, et l’ UE nous coûte 8 à 9 milliards chaque année.


              - La France paye aussi des rabais de plusieurs milliards à plusieurs pays plus riches qu’elle  : la GB, la Suède et l’ Allemagne.

              - Dans les manque à gagner au budget de l’ Etat, on peut noter aussi les 173 milliards de niches fiscales aux entreprises.

              - Les 40 ou 50 milliards des intérêts de la dette illégitime, chaque année.

              - Et les 150 ou 200 milliards de fraudes et d’évasion fiscale .

               


            • Michel DROUET Michel DROUET 24 juillet 07:22

              @Fifi Brind_acier
              Bizarre votre raisonnement : vous ne critiquez jamais les dépenses des collectivités locales françaises. Vous devriez vous pencher sur le sujet, vous en tomberiez de l’armoire !
              Je vous précise par ailleurs que les lobbies sont également bien introduits auprès des élus des collectivités locales et des parlementaires français, mais cela ne semble pas vous choquer.
              Enfin, si vous interrogez les français sur les compétences respectives de chacune des strates du mille feuilles vous ou apercevrez rapidement qu’ils sont incapables de dire qui fait quoi.
              Je suis convaincu que c’est votre cas également.
              Vous êtes une « spécialiste » de l’Europe, mais éviter de donner des leçons à ceux qui connaissent mieux que vous les dérives des collectivités locales françaises et arrêtez de ressasser « que le Maire est le personnage public... » : ça ne coûte pas cher, mais cela ne veut absolument rien dire.


            • Lugsama Lugsama 24 juillet 09:05

              @JP94

              Non les départements ce n’était pas pour rien, c’était pour avoir un centre administratif à 1 journée de cheval maximum dans toute la France..

              On peux quand même s’interroger en 2017, à l’heure de la voiture et des télécommunications instantanée si tout ce découpage est bien utile et optimal. Si Napoléon revenait quelque chose me dit qu’il ne prendrait plus le cheval comme référence en 2017, juste une intuition..


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 juillet 19:08

              @Michel DROUET
              Je n’ai jamais dit que les Collectivités locales ne posaient pas de problèmes.
              La question est la suivante : les réformes proposées résolvent-elles les problèmes ?
              La réponse est non, vous le dites vous -même !

              Les réformes n’ont fait qu’aggraver les choses, complexifier le système et coûtent encore plus d’argent qu’avant. Plus personne ne sait qui fait quoi !


              Donc l’argument avancé par les gouvernements : « simplifier & faire des économies », ne tient pas la route. Alors, s’il ne s’agit, ni de simplifier le mille feuille, ni de faire des économies, il s’agit de quoi ?

              Il s’agit de décisions politiques : découper tous les pays européens en rondelles, de détruire les Etats Nations et détruire la France.


              NB : l’ UPR n’est pas la seule à tirer la sonnette d’alarme.
              - Le Monde diplomatique : Etats en miette dans l’ Europe des régions« 

              -  »Les Econoclastes :le démantèlement des Etats« 

              - Le livre de Pierre Hillard : La décomposition des Nations européennes », qui donne les documents officiels européens et les cartes prévisionnelles publiées depuis les années 70.

            • Le421 Le421 23 juillet 17:38

              Je me méfie de tout ce qui mène à systématiquement restreindre la voilure quand le bateau n’a jamais été aussi chargé d’or.
              Je rappelle que nous habitons le pays où on a le record européen de versement de dividendes et le troisième rang mondial en nombre de millionnaires.
              Alors, toujours réduire pour réduire, c’est ce que j’appelle le complexe de la sclérose.
              Enlevons les fonctionnaires, par exemple, et confions tout au privé.
              De façon artificielle, la dette publique va diminuer.
              Par contre, la dépense globale des citoyens du pays va considérablement augmenter.
              La mutualisation des moyens sera toujours plus rentable que la privatisation.
              Ensuite.
              Un fonctionnaire, par exemple.
              On regarde uniquement ce qu’il coûte, connement, sans réfléchir.
              Personne ne voit ce qu’il dépense dans le système économique.
              Un entrepreneur du bâtiment* va construire la maison d’un fonctionnaire parce qu’au titre de sa relative sécurité d’emploi, il aura eu le crédit pour le faire...
              Et le fraude fiscale recensée est toujours estimée à 80 Milliards annuels.
              Et pas près de diminuer, maintenant !!

              *le même qui gueule sur « ces feignasses d’enseignants » !!


              • Michel DROUET Michel DROUET 23 juillet 19:09

                @Le421
                C’est vrai, mais je vous rappelle que je propose simplement de supprimer des élus et leurs cohortes de faire valoir, les services publics continuant à exister et étant gérés par d’autres collectivités


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 juillet 21:35

                @Michel DROUET
                Supprimer les élus, vous pouvez aussi supprimer les élections et les Partis politiques, non ?
                Comme l’ UE ressemble de plus en plus à l’ URSS... , où serait la différence ?


              • Michel DROUET Michel DROUET 23 juillet 22:44

                @Fifi Brind_acier
                Toujours dans la dentelle, la Fifi qui nous ressert toujours les mêmes commentaires écrits au burin.


              • kalachnikov kalachnikov 23 juillet 23:00

                @ Michel Drouet

                Mais Fifi a raison parce que le contrat social, c’est ce qui lie les individus entre eux de façon égale (d’où la notion de Fraternité), le rôle de l’Etat étant simplement de garantir ce contrat social. La base, c’est l’individu (que l’on dit souverain).

                Dans l’Ue, et la vision de nos élites désormais tout acquises à ce machin, il y a un renversement total de perspective. Leur vision est celle de l’Etat fasciste par excellence.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 juillet 06:17

                @Michel DROUET
                Le problème, c’est que vous ne démontrez pas que l’ UPR à tort, vous vous contentez d’insulter et de dénigrer. Hollande, pour justifier le redécoupage des régions, a expliqué dans son discours de Tulle, qu’il fallait « des Régions à taille européenne ». Nous sommes donc bien au coeur du sujet.


                Si on regarde la carte des euro régions prévues en Europe, c’est la même que la carte des ethnies d’Hitler.

                Car Hitler, on l’oublie souvent, était pour « une Europe nouvelle », lui aussi !
                « Hitler et le projet européen » Ecoutez attentivement le discours d’Hitler, tout y est : la Banque centrale européenne, une monnaie unique, la fin de la démocratie et des acquis sociaux, le Parlement élu mais sans pouvoir, au profit de la finance et des entreprises etc

                Sur le plan économique, l’ UE est aussi le projet d’Hitler

                 Une zone économique européenne
                 sans frontières
                 sans barrières douanières
                 un marché unique,
                 une politique agricole commune,
                 la relocalisation des usines au plus rentable,
                 un taux fixe entre les monnaies,
                 et l’idée que plus cette zone économique de libre échange est large et plus elle aura de poids pour négocier dans le commerce international.


                Voilà d’où vient le projet européen que vous soutenez : du cerveau d’un dictateur financé par les puissances d’argent. A cause des Russes qui ont fait basculer le sort de la 2e guerre mondiale à Stalingrad, Hitler a été mis en échec, et son projet avec.

                Ce sont donc les anglo-saxons qui repris le projet de la construction européenne après la guerre.
                Avec le Congrès européen de 1948 à la Haye auquel Mitterrand a participé.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 juillet 06:28

                @Michel DROUET
                Les services publics seront progressivement privatisés. C’est l’article 106 du TFUE qui prévoit leur démantèlement au profit des grands groupes privés. La Sécurité sociale en particulier, sera progressivement privatisée au profit des mutuelles.


                Macron a soit disant découvert « un trou » dans les finances publiques.
                Alors qu’il était Ministre des Finances, qui peut croire à une pareille fable ?

                C’est une invention utile pour éviter d’expliquer aux citoyens que c’est Bruxelles qui impose une réduction des dépenses publiques.


                Pratiquer des coupes sombres dans les dépenses publiques lorsqu’un pays est déjà en période de stagnation économique est une politique qui ne peut mener qu’à la récession. Et c’est en outre contre-productif puisque la récession entraîne une baisse des recettes fiscales souvent supérieure aux économies réalisées par la réduction des dépenses. En d’autres termes, cela revient paradoxalement à creuser le déficit que l’on prétendait combler…

              • Michel DROUET Michel DROUET 24 juillet 07:09

                @Fifi Brind_acier
                Pas besoin de démontrer que l’UPR a tort, les 0.8% obtenu par Asselineau suffisent...


              • Michel DROUET Michel DROUET 24 juillet 07:50

                @Fifi Brind_acier
                Comme d’habitude vous n’avez pas lu l’article : ce que je propose, c’est de supprimer une instance élue qui ne sert plus à rien (le Conseil Départemental) en confiant les compétences à d’autres qui les exerceront tout aussi bien (Région, intercommunalités). Il ne s’agit donc pas de faire des coupes sombres dans les dépenses publiques, mais de supprimer des élus qui ne servent plus à rien ainsi que leurs faire valoir politiques.


              • Lugsama Lugsama 24 juillet 08:58

                @Fifi Brind_acier

                Tout ce qui est excessif est insignifiant, encore plus quand on fait moins de 1% aux élections. Allez donc comparer l’UE à Hitler sur les forums de votre secte..


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 juillet 19:23

                @Michel DROUET
                Bien sûr que j’ai lu votre article ! C’est un copié/ coller de ce que souhaite Bruxelles, faire disparaître les Communes et les Départements. Et comme à terme, il s’agit de faire disparaître la France, je me permets de vous dire que je ne suis pas d’accord. Voilà.


                Vous savez comment ils vont faire disparaître les frontières ?
                En mettant tout autour de la France des Régions à cheval sur les frontières.
                Ce n’est pas un projet, ça fonctionne déjà.

                - Euro région Alpes Méditerranée avec un morceau de l’ Italie.


                - La Navarre espagnole rejoint la région Aquitaine.

                - L’Euro région Pyrénées Catalogne.

                - Espace Pamina : Alsace + Pays de Bade

                - Région France + Wallonie.

              •  C BARRATIER C BARRATIER 24 juillet 09:20

                tres bon article

                les citoyens sont pour payer moins d’impots, sauf les élus rémunérés, tres nombreux et qui unanimement defendent leur ptétendue irremplaçabilité.
                Le gouvernement ne devra pas compter sur le sénat, lieu géométrique des profiteurs, pour l’aider, l’assemblée nationale introuvable permettrait de réagir si le gouverneent prenait conscience du ras le bol citoyen

                Elus : des minus totalitaires s’imaginent au dessus des lois http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=294

                • zygzornifle zygzornifle 24 juillet 13:41

                  Oui et alors ? cela fait 40 ans que cela dure et c’est reparti encore pour longtemps ..... touche pas a mon poste ......


                  • Le421 Le421 24 juillet 15:57

                    les conseillers municipaux des villes de plus de 100.000 habitants peuvent recevoir jusqu’à 228 euros bruts par mois...
                    Peuvent.
                    Tout est dans le « peuvent ».

                    Voilà le malaise.

                    On compte comme « élu » des gens qui ne touchent pas un radis et dépensent leur temps parfois sans compter et sans recherche du moindre gain honorifique ou pécuniaire.
                    La France est un pays d’apparences et de « on dit que », « il paraît », etc...
                    En réalité, ne vous faites pas d’illusions.
                    Ceux qui touchent le pactole sont ceux qui prennent les décisions.
                    Si vous attendez qu’ils se coupent les vivres eux-mêmes, je vous laisse à vos rêves.
                    Ceux qui vont éventuellement morfler, ce sont les petits, les sans-grade, les obscurs, ceux qui servent les citoyens. Les plus utiles, quoi.
                    Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage.
                    En Allemagne, il y a bien moins de fonctionnaires qu’en France.
                    Sauf que, la manière de compter est totalement différente, à l’exemple type des enseignants.
                    On compare toujours ce qui n’est pas comparable et on s’aligne maintenant toujours sur le moins-disant.
                    J’ai répondu, peut-être, de façon plus explicite à votre article, bien écrit soit dit en passant.
                    Même si je ne suis pas d’accord sur le fond, je le trouve un peu trop simplifié...


                    • Michel DROUET Michel DROUET 24 juillet 16:20

                      @Le421
                      Je n’attends pas qu’ils se coupent les vivres eux-mêmes, ils l’ont déjà prouvé en torpillant toutes les réformes des collectivités locales depuis 10 ans.
                      Mais je répète qu’il est possible de supprimer 4100 élus et leurs faire valoir sans toucher à la qualité du service public, c’est à dire en transférant des compétences à d’autres collectivités.


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 juillet 19:25

                      @Michel DROUET
                      C’est aussi ce que dit Macron, dit « Top Gun ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires