Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Tuerie de Toulouse : Bayrou a-t-il été « ignoble » ?

Tuerie de Toulouse : Bayrou a-t-il été « ignoble » ?

Il est temps d’avoir une véritable réflexion nationale sur le creuset républicain que constitue la nation. C’est ce qu’a proposé François Bayrou sans aucune volonté de récupération et avec un souhait farouche d’unité nationale : « Faire grandir la compréhension entre les Français, les citoyens, en tirant par le haut le débat politique ».

La plupart des candidats à l’élection présidentielle ont marqué un temps de pause dans leur campagne pour accuser le coup de l’émotion immense suscitée par la tuerie de Toulouse, l’assassinat de sang-froid de trois enfants et quatre adultes à Toulouse et à Montauban les 11, 15 et 19 mars 2012. Le lendemain a vu cependant démarrer une polémique qui paraît de fort mauvais goût.


De horrible à ignoble ?

À l’origine, sur France 2 le 20 mars 2012, Alain Juppé a affirmé : « Ce qu’il y a de bien dans la classe politique française, c’est que, jusqu’à aujourd’hui, elle a réagi avec dignité et dans un esprit d’union nationale. Alors, n’ajoutons pas l’ignoble à l’horrible. N’essayons pas de tirer parti dans un sens ou dans l’autre, dans quelque direction que ce soit, de ce drame qui n’a rien à voir avec la campagne électorale naturellement. ».

Alain Juppé a évidemment raison lorsqu’il a souligné qu’aucun candidat ne se distingue dans la réaction à avoir face à une telle barbarie, émotion, condamnation, compassion. En revanche, en critiquant implicitement les déclarations qu’a faites François Bayrou à Grenoble dans un discours le 19 mars 2012 devant deux mille personnes, je considère qu’il s’est trompé de cible, d’autant plus que le mot "ignoble" est très fort.

Sans s’être senti visé par ces propos, François Bayrou a réagi en ces termes : « Ces mots-là sont excessifs. Qui ne voit que la société française est malade ? Il faut que ce sujet du racisme, de l’antisémitisme soit traité et que cela cesse. Tout ce qui touche à la société française doit être pris en compte dans la campagne présidentielle. ».

Après de longues interrogations et après s’être rendu sur les lieux du carnage, François Bayrou avait en effet décidé de maintenir finalement son meeting à Grenoble dans la soirée. Il a voulu respecter ceux qui s’étaient déplacés pour s’y rendre mais il n’a pas voulu en faire un meeting électoral à proprement parler mais plutôt un partage d’émotion et de réflexions sur l’acte terrible qui a endeuillé la France entière le matin même : « C’est pour moi une très importante réunion de réflexion nationale. ».


Ils roulent comme une avalanche

Et qu’a dit François Bayrou à Grenoble ?

Qu’il était très inquiet de l’évolution de la société française où des actes isolés de haine communautaire deviennent de plus en plus fréquents : « Ce type de folie s’enracine dans l’état d’une société et ce qui me frappe depuis longtemps, c’est que dans la société française, ce type d’atteintes, d’attentats, d’actes se multiplient. » en rappelant la vie quotidienne de la communauté juive : « des injures, des menaces, des cocktails Molotov et des écoles obligées de vivre derrière des portails blindés ».

Pour François Bayrou, ce climat de haine va croissant : « Il y a un degré de violence, de stigmatisation dans la société française qui est en train de grandir, et c’est purement et simplement inacceptable. ».

Sans viser un candidat particulier, François Bayrou a développé assez crûment : « Le fait de montrer du doigt les uns et les autres en raison de leur présence dans le pays, de leur origine, de leur situation sociale, c’est d’une certaine manière faire flamber ce genre de passion, ce genre de sentiment. (…) Attention, ce n’est pas un bon service à rendre à la société française que de passer son temps à opposer même artificiellement, même électoralement, les gens les uns aux autres. ».

Il a explicité en pesant ses mots : « On lance des sujets dans le débat, on prononce des mots et ces mots-là, après, ils roulent comme une avalanche et quelquefois, ils tombent sur des fous. ».


Ce sont nos enfants

Cet état de sensibilité de la société rend encore plus criant le besoin d’unité nationale : « Notre responsabilité (…), c’est au contraire, au lieu d’attiser les passions, de faire baisser les passions, au lieu de nourrir les affrontements, de cultiver la compréhension réciproque. Et c’est très important dans les temps de crise que nous vivons parce que les temps de crise rendent les hommes plus fragiles et les sociétés plus encore. ».

yartiToulouse02

François Bayrou a précisé aussi l’importance de voir dans cet acte de barbarie une attaque à la notion la plus profonde de la nation, assimilée à une grande famille : « Ce ne sont pas les enfants d’une communauté particulière, ce sont nos enfants, ce sont les enfants de France, sur le sol de France. Ce n’est pas une partie de la nation qui est atteinte, c’est toute la national qui est atteinte. C’est une famille un pays, et on le sent mieux aujourd’hui qu’à n’importe quel moment. (…) Il n’y a qu’une seule réponse, c’est que l’on se serre les coudes et que l’on s’entraide les uns les autres. (…) Tout le monde sent bien maintenant, dans les moments graves que nous vivons, qu’au fond, pour s’en sortir, il va falloir que l’on accepte d’être ensemble au lieu d’être perpétuellement les uns contre les autres. Et ceci n’est pas un message électoral, c’est un message national. ».


La République doit élever les citoyens et pas les abaisser

Il a rappelé l’urgence d’une attitude d’unité et pas de division : « Je vous assure que, cet après-midi, dans une telle émotion et devant un tel drame à Toulouse, on avait envie d’unité nationale. On avait envie de responsables qui, tout d’un coup, se rendent compte à quel point l’essentiel, nous l’avons en commun, l’essentiel ne nous divise pas, l’essentiel nous rassemble (…). C’est vrai pour la crise économique, c’est vrai pour la crise sociale, c’est vrai pour la crise éducative, c’est vrai pour la crise démocratique, c’est vrai pour la crise morale et c’est vrai pour la crise nationale que nous rencontrons. ».

Après avoir rappelé Jean Jaurès qu’il avait cité à Toulouse dans un meeting le samedi 10 mars 2012 devant trois mille personnes : « La République prend son vrai sens lorsqu’elle élève les citoyens au lieu de les abaisser. », François Bayrou a fustigé l’électoralisme et la démagogie qui font entrer dans le débat politique « des sujets [secondaires] qui, au fond, ne cherchent qu’une seule chose, c’est de verser de l’essence sur le feu pour que le feu flambe parce qu’on croit que, dans ce feu-là, il y a beaucoup de voix à prendre ».

yartiToulouse01


On ne peut pas continuer comme cela !

À Valence le 20 mars 2012, François Bayrou a tenu à repréciser ses propos grenoblois : « Ce n’est pas avec une parenthèse de trois jours qu’on mettra un terme [à l’intolérance]. Je ne pense pas à ces événements de façon électorale mais nationale. » en insistant : « Ce climat d’intolérance croissant, il faut y mettre un terme. C’est la responsabilité du Président de la République et du futur Président de la République de dire aujourd’hui : on ne peut pas continuer comme cela ! ».

Il a ajouté : « Les responsables religieux ont exprimé tout au long de la journée [de lundi] les craintes qui sont les leurs sur la montée des intolérances dans la société française. C’est un sujet d’inquiétude depuis des mois. (…) Ce sujet doit être traité durant la campagne présidentielle. La responsabilité du futur Président de la République doit être de faire grandir la compréhension entre les Français, les citoyens, en tirant vers le haut le débat politique et en protégeant ainsi toutes les communautés au sein de la communauté nationale. Ce qu’il faut favoriser et entraîner, c’est l’unité du pays. ».


Questions graves et responsabilité collective

Le journal "Le Monde", qui ne peut pas être soupçonné de bayrouisme extrême, a, le 20 mars 2012 dans la soirée, rendu hommage à ces déclarations pleines de bon sens de François Bayrou : « Il a maintenu le meeting prévu lundi soir. Cela a pu choquer. À tort. Car le candidat centriste a posé, gravement, des questions fortes. (…) La charge est violente. Elle vise une responsabilité collective. Tant il est clair que le rejet de l’autre, plus encore, la haine de l’autre, est un poison mortel pour la République. ».

Espérons que la forte émotion et la prise de conscience à la suite de la tuerie de Toulouse puissent au moins avoir cette conséquence : que l’ensemble de la classe politique, et plus particulièrement les dix candidats à l’élection présidentielle soient particulièrement motivés pour élever les citoyens, selon les mots de Jaurès.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (21 mars 2012)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Unité nationale.
Refonder la démocratie.
L’État impartial.
Ne pas stigmatiser.
Discours de François Bayrou à Grenoble le 19 mars 2012 (texte intégral).
Vidéo de François Bayrou à Grenoble le 19 mars 2012.
Éditorial du journal "Le Monde" sur Bayrou et la tuerie de Toulouse.


Moyenne des avis sur cet article :  3.21/5   (103 votes)




Réagissez à l'article

151 réactions à cet article    


  • Yvance77 21 mars 2012 07:18

    Encore et toujours ces flagorneries à l’endroit de Bayrou. J’ai du mal à croire que l’on vote pour et cela sent comme d’habitude le passe-droit pour la mise en ligne.


    • momo momo 21 mars 2012 13:21

      A pointer le doigt vers les nationalistes français, seuls pourtant suceptibles de porter un coup d’arrêt à l’islamisme, on a finalement donner à ces derniers le temps de commettre un crime de plus.
      Merci Bayrou... et les autres qui ne valent pas mieux.


    • epapel epapel 21 mars 2012 14:03

      Bayrou est cuit, sa campagne est définitivement plombée après ce qu’on sait maintenant.


    • bigglop bigglop 21 mars 2012 19:34

      Bonjour à tous,

      Comme vous tous, je suis frappé par l’horreur de ces crimes « justifiés » par un obscurantisme, une intolérance, une négation de la valeur d’une vie.

      Nous devons rester vigilants sur les dérives qui pourraient en résulter, et notamment sur celle d’un « antisémitisme culturel français ».

      Mais aujourd’hui, peut-on parler « normalement » d’Israël et des juifs ?

      Cependant, une information n’a pas été relayée, ni par les médias, ni par les politiques, à savoir la création d’un Parlement Juif Européen à Bruxelles et ce même 16 février se déroulait une visite des dirigeants de la Conférence des Présidents des associations juives, qui avec d’autres lobbies inluencent la politique étrangère des Etats-Unis.

      Que ce soient Sarkozy, Hollande, ils sont d’ardents défenseurs de l’OTAN et d’Israël.

      N’oublions pas que Sarkozy est le plus grand commun diviseur des français, même s’il tente, aujourd’hui, de renforcer sa stature de « président qui protège tous les français »

      Souvenez-vous d’un temps pas si éloigné :

      Après les débats sur :
      - la Lettre de Guy Mocquet
      - l’Identité Nationale
      - la déchéance de la Nationalité pour les « tueurs de flics »
      - le choix de la nationalité pour les binationaux, proposition de GOASGUEN (député UMP) mais il avait oublié que dans sa circonscription il a été élu par le vote de juifs français dont beaucoup étaient des binationaux (franco-istaëliens).
      - le "si tu n’aimes pas la France, tu la quittes"
      - le droit du sol de la naissance contesté.

      L’UMP, pour exister, avec son bilan catastrophique, chasse sur terres du Front National en réveillant les plus bas instincts de nos concitoyens comme le patriotisme « franchouillard », style « saucisson, gros rouge », le nationalisme exacerbé, avec des relents de racisme, de discrimination d’où suinte une connerie crasse, immonde.
      A croire que "le ventre est encore fécond, d’où a surgi la bête immonde" B. Brecht.

      Mais se posent les problèmes de minorités « influentes » dans la vie économique, politique, sociale comme notamment les associations, organisations israëlites de France comme le CRIF, l’UEJF, l’UPJF (Union des Patrons Juifs de France), le Betar, la Ligue de Défense Juive (classée comme organisation terroriste).

      Les trois premières se font infiltrer par des « lobbies » américains comme l’Aipac
      Cette dernière (LDJ) a recruté 55 volontaires possédant une formation, expérience militaire,"pour prêter main-forte à nos frères face aux agressions des occupants palestiniens,..." pendant la durée du vote de l’ONU sur la création d’un Etat Palestinien.

      De plus en plus, dans la diaspora, apparaissent des mouvements Sayanims, réseaux d’agents dormants du Mossad apportant un soutien logistique à ses actions. Ils sont motives par un sentiment patriotique pour Israël.

      D’autres affirment comme Dominique Strauss-Kanh :
      "En 2004, il déclare lors d’une interview sur France-Inter : « Je considère que tout juif de la diaspora et de France doit apporter son aide à Israël. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il est important que les juifs prennent des responsabilités politiques. En somme, dans mes fonctions et dans ma vie de tous les jours, à travers l’ensemble de mes actions, j’essaie d’apporter ma modeste pierre à la construction d’Israël. "

      Est-ce que cette proposition de l’UMP tient compte de ces mouvements et de leurs membres ? Cette proposition est en contradiction avec la plainte, déposée en France, pour enlèvement de Gilad Shalit (binational), soldat de Tsahal capturé par un commando palestinien (Hams) à Kerem Shalom le 25 juin 2006.

      Par conséquent, tous les Résistants de la IIème Guerre Mondiale ne sont pas des patriotes car ils ont combattu un gouvernement de Vichy « démocratiquement » élu !!!!!

      Si je dois me battre, ce serait pour notre Constitution, les valeurs de notre République et le rétablissement de la Constitution de l’An 1 (1793)


    • epapel epapel 21 mars 2012 20:02

      Complètement hors sujet pour ne pas dire à côté de la plaque.


    • mbdx33 mbdx33 22 mars 2012 12:16

      @bigglop

      Attention à la stigmatisation  !!!

      Juste pour info j’avais répondu dans un autre post en date du 12 mars au sujet du parlement juif européen.

      -------------------------------

      Concernant le parlement juif européen, il s’agit d’une tartuffade !!!
      Ce soi disant parlement n’a rien àvoir avec les institutions européennes et n’a politiquement aucune légitimité
      Les locaux de l’UE peuvent être loués, et c’est ce qu’y a été fait par le milliardaire Igor Kolomoisky
      pour créér de toute pièce sont parlement à partir de représentants de 43 pays ( Rappel l’UE n’en compte que 27)
      plus d’infos sur :
      http://depeches.ameriquebec.net/201...
      http://www.cclj.be/article/3/2396
      http://www.cclj.be/article/3/2210

      Donc ce pseudo parlement est un scandale mais il n’a rien a voir avec les institutions, européennes, ni avec les institutions juives présentes dans les pays de l’UE, ni avec l’Etat d’Israel.


    • Nanar M Nanar M 21 mars 2012 07:54

      Bayrou a parfois des éclairs de lucidité.
      Tellement rares mais tellement justes.


      • a vomir...la reaction de bayrou...qui montre le cynisme de nos hommes politiques...ne respectant ni la mort de ces enfants innocents et de ces paras sans armes..

        ignoble le résultat de la campagne d’incitation a la haine raciale et du meurtre PROPAGE PAR CE TRIO CYNIQUE SARKO...BUISSON...GUEANT

        ELECTIONS OU PAS ILS DEVRONT ETRE JUGES.POUR CE CRIME ...DE POUSSE-AU-MEURTRE......POVTYPES..................


      • epapel epapel 21 mars 2012 13:42

        Bayrou s’est planté : il s’agit d’un acte terroriste et non d’un accès de violence d’un individu.


      • Yohan Yohan 21 mars 2012 08:17

        Bayrou a été ignoble, tout comme Momo, Peachy Carnehan et d’autres qui ont tenté d’exploiter cette affaire pour promouvoir leurs thèses complotistes et faire leur propagande crasseuse et grossière sur le dos de leurs adversaires


        • Taverne Taverne 21 mars 2012 10:46

          Bayrou n’a pas été ignoble. Juppé l’a été à son égard. Je pense néanmoins que les propos de Bayrou sur la déliquescence de la société étaient inopportuns, que le moment était mal choisi. L’endroit était, en revanche, bien choisi : Grenoble, ville où Sarkozy avait tenu son discours intolérant. Errare humanum est. Il va falloir que Bayrou rattrape le coup et surtout qu’il se défende efficacement contre les accusations de récupération politique qui ne vont pas manquer de pleuvoir.


        • epapel epapel 21 mars 2012 13:41

          Il aurait pu au moins attendre que les corps refroidissent avant de tirer parti de la situation.

          il aurait pu aussi attendre les résultats de l’enquête ce qui lui aurait évité de dire des bêtises puisqu’on sait maintenant qu’on affaire à un djihadiste.


        • Taverne Taverne 21 mars 2012 14:18

          Que dire de l’erreur grossière de Longuet qui a parlé de l’oeuvre isolée d’un fou après la tuerie des militaires ? Il a vite classé l’affaire dans le sens qui l’arrangeait alors qu’on le sait maintenant, c’était un acte fanatique et terroriste. Je rappelle que Longuet est ministre...


        • epapel epapel 21 mars 2012 16:38

          Longuet n’est pas candidat à l’élection présidentielle, donc on se fiche pas mal de ce qu’il raconte.


        • Pierre Régnier Pierre Régnier 22 mars 2012 09:28

          Dites Taverne, ça fait combien d’années, combien de décennies maintenant, que « le moment est mal choisi » pour parler, en France, des problèmes les plus graves ?


        • Pale Rider Pale Rider 21 mars 2012 10:05

          Puisque Juppé trouve Bayrou « ignoble », ça règle la question d’une éventuelle coopération entre Bayrou et lui, que je ne souhaite pas.
          Par ailleurs, il est frappant de voir que les propos très finement pesés de Bayrou résistent aux derniers développements de cette affaire. Avez-vous remarqué que les média insistent pour dire que le tueur présumé, qui s’appelle Mohammed, est français ? Cela prouve qu’il y a des Français qui ne se vivent pas comme français, et cela ne fait que souligner que Bayrou a raison de vouloir qu’on mène une réflexion approfondie sur ce que veut dire être français et pourquoi certains ne se reconnaissent pas dans l’identité nationale : Liberté, Egalité, Fraternité.
          On peut considérer que (c’est mon cas) Dieu passe avant la nationalité. Mais quand Dieu sert à broyer la solidarité qu’on peut ressentir avec ses compatriotes, au point de vouloir exterminer des Français musulmans, catholiques et juifs comme cela vient d’être le cas, alors ce dieu-là, c’est lui qui est ignoble. C’est lui qui pervertit la fraternité nationale. C’est une idole et non Dieu.
          Cela souligne aussi le fait qu’un laïcisme revanchard est nuisible. Il faudrait que les religions, au lieu d’être renvoyées dans leurs églises, chapelles et salles de prières, puissent librement participer au débat public. ça éviterait d’ouvrir un boulevard du crime à leurs extrémistes. La laïcité ne privilégie aucune religion, mais elle ne les marginalise pas.


          • appoline appoline 21 mars 2012 12:10

            Bayrou n’est pas plus ignoble, qu’Hollande ou Sarkosy qui vont miauler chez les uns et les autres alors que nous savons tous ce pourquoi ils sont là, uniquement pour tenter de marquer des points, quelle hypocrisie


          • epapel epapel 21 mars 2012 13:45

            Avoir de la compassion sera toujours moins ignoble que de tirer profit du malheur des gens.

            En l’occurence, cette hypocrisie n’est que le reflet de relations sociales normales.

            Vous refusez de serrer la main aux gens que vous n’aimez pas, vous ?


          • Reflexions 21 mars 2012 23:07

            Je cite une article de « Peachy Carnehan  » de Septembre 2011

            « Affaire Sarkozy-Bettencourt : Panique dans le Milieu

            Révélations, menaces de mort, c’est la panique chez les caïds du Milieu des Hauts-de-Seine. Dans un livre à paraître ce jeudi, la juge Isabelle Prévost-Desprez rapporte que plusieurs témoins sont passés à table pour charger le « parrain » du « Gang des riches », le tristement célèbre Nicolas Sarkozy.

            C’est la panique chez les caïds du Milieu des Hauts-de-Seine. Dans un livre à paraître ce jeudi, la juge Isabelle Prévost-Desprez rapporte que plusieurs témoins sont passés à table pour charger le « parrain » du « Gang des riches », le tristement célèbre Nicolas Sarkozy.

            Plus connu dans la pègre sous les pseudonymes de « Sarko » et de « Bling Bling », Nicolas Sarkozy se serait fait remettre des enveloppes d’oseille par une riche receleuse de produits de beauté de Neuilly, une certaine Lilianne Bettencourt (dite « Mamie Zinzin »), pour financer illégalement son élection à la présidence de la République en 2007.

            Flots d’oseille pour Sarko, menaces de mort pour les témoins

            Après avoir cuisiné plusieurs de ses indics infiltrés dans le milieu interlope de Neuilly-sur-Seine, la magistrate a livré deux de leurs témoignages à des journalistes du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme. Les aveux recueillis sous le sceau du secret, publiées hier dans Libération et L’Express, sont extrait d’un livre à paraître jeudi chez Stock : « Sarko m’a tuer ». La juge Isabelle Prévost-Desprez y passe à table : « L’un d’eux m’a dit qu’il avait vu des remises d’espèces à Sarko ». Elle précise : « L’infirmière de Liliane Bettencourt a confié à ma greffière, après son audition par moi : »J’ai vu des remises d’espèces à Sarkozy, mais je ne pouvais pas le dire sur procès-verbal« . »

            La réaction des membres du gang de l’UMP a été immédiate. Les hommes de main de Sarko ont rapidement défouraillé leur artillerie pour faire taire cette bande de bavards. Contactée par l’hebdomadaire « Marianne », l’infirmière de Liliane Bettencourt affirmait mercredi soir avoir reçu des menaces de mort en raison de son témoignage dans l’affaire Sarkozy-Bettencourt et qu’elle... démentait la version de la juge Isabelle Prévost-Desprez. « On m’a fait savoir qu’on allait retrouver mon corps dans la Seine ». Lien, Marianne2.fr

            Le clan des Sarkozy sous les verrous en 2012

            Pour la pègre qui squatte le palais de l’Elysée depuis mai 2007 il reste néanmoins d’autres témoins à intimider - ou à liquider - afin de garantir la sécurité du « pacha » (à talonnettes). Va-t-on les retrouver suicidés au fond de la Seine lestés par du plomb, ou accidentellement décédés de trois balles dans le dos ? Suspens, car c’est l’avenir de la bande qui en dépend. En cas de « malheur », c’est la totalité du « clan des Sarkozy » qui pourrait terminer sa fulgurante carrière à l’ombre, sans passer par la case Fouquet’s. »

            Fin de citation


          • epapel epapel 21 mars 2012 14:05

            De là à se tirer dessus les uns autres, il y a un pas.

            C’est peut-être ça le vivre ensemble : cohabiter dans un même espace sans en arriver aux mains.


          • emphyrio 21 mars 2012 10:32

            Entièrement d’accord avec Bayrou. Nous avons un gouvernement fautif qui stigmatise les haines et est devenu partie prenante dans des conflits aux développements incertains et aux buts inavoués... pour le plus grand profit de ceux qui téléguident notre politique. Nous précipiter dans un choc global est le but recherché. Qui peut être surpris de l’implication d’Al Qaida dans cet évènement ?


            • appoline appoline 21 mars 2012 12:12

              Même si le geste est grave, je trouve très malsain le matraquage médiatique qui se fait autour de cette affaire. 


            • BOBW BOBW 21 mars 2012 12:25

               smiley Vous gobez illico les jolis appats et leurres empoisonnés de la CIA et diffusés par TF1, fort opportuns en cette pèriode électorale pour faire renaître la peur et le réflexe hyper sécuritaire ,éculé , qu’ont toujours utilisé la droite et l’extrême droite ( Par exemple lors de l’horrible attentat en gare de Bologne et imputé aux Brigades Rouges alors que la suite a prouvé que c’était un complot droite-extrême droite-maffia !!!)


            • epapel epapel 21 mars 2012 13:46

              T’as écouté les infos de ce matin, Bob ?

              Tu ne te sens pas très con maintenant ?


            • BOBW BOBW 21 mars 2012 17:03

              @ epapel :  smiley les dernières nouvelles qui tombent remettent de nouveau en cause Al Qu... zombie de la CIA et du pouvoir ici.


              Au fait je trouve bien des ressemblances avec l’affaire Oswald (meurtre de Kennedy) !

              Et puis n’oubliez pas le dicton « Cherchez à qui profite le crime » :
              Vraiment trés étrange à quelques semaines de l’élection avec cette alliance objective de Sarko et Hollande , d’accord tous les 2 pour interrompre la campagne alors que le mouvement d’insurrection citoyenne démarre fortement.

              Peut-être suis-je con à plus de 70 ans de réfléchir me poser des questions ??? smiley

              Je m’en pose encore :une bombe dans une grande ville ne serait-elle pas salvatrice pour Notre Saigneur ?? (quoique actuellement nombreuses sont les retombées imprévues)

            • epapel epapel 21 mars 2012 19:38

              Le délire ne s’arrange pas avec l’âge, à ce que je vois.


            • eric 21 mars 2012 11:17

              Face a ces evenements tragiques, il etait sans doute effectivement urgent, legitime et necessaire que quelqu’un garde la tete froide pour rapeller la responsabilite evidente d’un certain candidat a la presidentielle que l’on ne nommera pas pour apaiser les esprits, garder un minimum de dignite et ne pas faire d’exploitation electorale du drame.
              Un regret peut etre, ne pas avoir assez insiste sur son role nefaste et non moins direct dans la diffusion de ce genre d’actes a travers le monde. Car si il y a eu des 2006 une explosion du nombre d’actes terroristes dans le monde, il est difficile de ne pas les rapprocher du debut de comportements completement stigmatisant et en rupture avec notre pacte republicain consistant par exemple a reconduire a la frontiere des migrants illegaux. http://www.liberation.fr/actualite/010118412-20-498-victimes-du-terrorisme-dans-le-monde-en-2006
              les memes causes produisant les memes effets, on peut se demander si cette obsequiosite mediatique, se refusant a aller jusqu’au bout de la mise en cause de ce candidat que nous ne nommerons pas, n’est pas le temoin de la reverence gardee de ces medias pour ce pouvoir illegitime.
              En minimisant ainsi la responsabilite ecrasante de ce candidat que nous ne nommerons pas, Bayrou ne s’en fait il pas complice ?
              Il me semble que la question meritait d’etre posee.


              • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 21 mars 2012 11:25

                Bravo de l’avoir posée aux valeureux enquêteurs, journalistes et analystes politiques d’Agoravox, dont ce matin et depuis que le meurtrier présumé est cerné, nous attendons avec impatience les lumières sur le complot dont cette histoire relève pour pousser les forces internationales progressistes au crime afin d’établir une dictature contre-progressiste mondiale.


              • docdory docdory 21 mars 2012 12:06

                @ Cosmic Dancerr

                Je suppose qu’après sa « brillante » série de trente articles sur « les manipulateurs de marionnettes derrière Breivik », Morice va s’atteler de bon coeur à la rédaction d’une série de trente articles consacrés aux « manipulateurs de marionnettes derrière Mohamed Merah » .
                J’attends avec impatience la lecture de cette future contribution, qui, n’en doutons pas, fera date dans les annales d’Agoravox ...

              • Denis Rezler 21 mars 2012 12:29

                Je crois que que vous allez attendre longtemps Cosmic. Heureusement pour eux, le ridicule ne tue pas.


              • epapel epapel 21 mars 2012 14:07

                Effectivement, elle a fumé la moquette.


              • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 21 mars 2012 20:16

                C’était de l’humour sur antiphrase, epapel...


              • Ornithorynque Ornithorynque 21 mars 2012 11:17

                Si Bayrou accepte d’appliquer mot pour mot, toutes accusations et sous entendus qu’il a énoncé, à la source d’inspiration réelle de l’assassin, et à la communauté qui le protège pendant ses allers-retour vers l’afghanistan, ... alors on pourra parler de courage.

                Mais il n’en fera rien car c’est un lâche.


                • epapel epapel 21 mars 2012 13:47

                  Et surtout ça ne correspond pas à l’idée qu’il se faisait de l’affaire.


                • JACKTURF JACKTURF 21 mars 2012 11:21

                  Je ne sais pas si M. Bayrou a été ignoble, le mot me semble un peu fort, mais il y a une certitude, il a tenté de surfer sur la vague et s’y est cassé les dents !

                  Tel est pris qui croyait prendre !

                  J’attends sereinement le résultat des sondages ! nous verrons bien !

                  Sinon, une chose est sure, de sa confortable ferme, il n’a pas le droit de stigmatiser (comme d’autres d’ailleurs) une partie de la population française au travers de ses déclarations, car je lui rappelle qu’il y a 5 millions de chômeurs 8 millions de pauvres ! Mais ça c’est trop compliqué à résoudre pour ses petits neurones. Alors on parle d’autre chose...


                  • epapel epapel 21 mars 2012 14:07

                    La bonne nouvelle, c’est que l’hypothèque Bayrou est définitivement levée.


                  • Pale Rider Pale Rider 21 mars 2012 15:51

                    D’une part, il ne passe pas l’essentiel de son temps à la ferme (ce qui, au demeurant, est un peu plus sain pour les neurones que l’air pollué de Neuilly s/Seine) ; il faut se rappeler qu’il a été fort bien accueilli en banlieue.
                    D’autre part, ce sont les stigmatiseurs qu’il stigmatise.
                    Quant à se casser les dents, je vois plutôt des articles fort élogieux à son endroit et je parie que, sur la durée, on verra qu’il a mérité le titre de prophète que lui a décerné Le Point.


                  • epapel epapel 21 mars 2012 17:07

                    Nul prophète n’est écouté dans son pays, c’est bien connu.

                    Ceci dit, les prophéties de Bayrou sont des secrets de polichinelle : c’était déjà dans LEAP2020 et chez Paul Jorion il y des années.


                  • Taverne Taverne 21 mars 2012 11:24

                    Là où Bayrou a raison - entre autres - c’est quand il dit qu’une minute de silence ne saurait suffire et qu’une réflexion nationale s’impose. Je traduis à ma manière : il ne suffit pas de prendre des décisions symboliques, comme de gommer le mot « race » de la constitution par exemple. Il faut ancrer l’action en profondeur.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès