Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > 14000 emplois verts grâce au Grenelle de l’environnement

14000 emplois verts grâce au Grenelle de l’environnement



Le Pôle emploi a recensé plus de 14.000 emplois « verts » à pourvoir immédiatement, selon le secrétariat d’Etat chargé du social auprès du ministère du Développement durable ; et parmi ceux-ci, 10.990 découleraient directement des décisions du Grenelle de l’environnement. Les services de la secrétaire d’Etat ont avancé ce chiffre lors d’une journée de l’emploi vert en partenariat avec RTL.

Ainsi, le Pôle emploi aurait dénombré 2.352 postes à pourvoir immédiatement sur des « métiers spécifiquement liés à l’environnement », c’est-à-dire la revalorisation des produits industriels, l’entretien des espaces naturels ou encore l’assainissement. Mais le bâtiment n’est pas en reste. Les nouvelles normes thermiques dans le bâtiment, qui favorisent les économies d’énergie via l’isolation, de nouveaux systèmes thermiques ou des charpentes en bois, auraient aussi généré une bonne partie des 10.990 emplois déjà disponibles. Par ailleurs, Pôle emploi fait état d’une autre catégorie de métiers, dits « inchangés » mais mobilisés par le Grenelle de l’environnement. Il s’agit des travaux publics, de la navigation fluviale, du réseau ferré et de la sylviculture.



Des filières porteuses d’emplois verts

Dans son étude annuelle sur les marchés et métiers des secteurs de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables, publiée fin 2009, l’Ademe avait déclaré que le nombre d’emplois directs liés à ces activités, exportations comprises, correspondait à 294.000 équivalents temps plein, soit 90.000 de plus qu’en 2006. Quelques mois plus tôt, une étude du Commissariat général du développement durable sur les éco-activités et l’emploi environnemental indiquait qu’en 2007, ces métiers employaient quelque 400.000 personnes au niveau national. Près d’un quart d’entre-elles travaillaient dans la gestion des déchets (99.700 personnes). Ce secteur est suivi par celui des eaux usées, qui employait 95.200 personnes en 2007, et des énergies renouvelables (44.200 emplois). Sans oublier la fabrication et la pose de vitrages et de portes d’isolation thermique qui pesait alors 30.000 emplois.

Les formations "vertes" qui forment des ingénieurs mais aussi l’ensemble des métiers supports de l’environnement sont également porteurs, avec près de 40 000 inscrits dans ces filières qui ont cru de 15% de 1997 à 2005, contre 4% pour le reste des formations.

+ : les 5 millions d’emplois verts de Obama



TechnoPropres

Moyenne des avis sur cet article :  1.6/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 18 mars 2010 10:21

    Intéressant, mais :

    " En Espagne, l’industrie des énergies renouvelables fait partie des bénéficiaires d’un fonds de 1,1 milliard d’euros consacré à la création d’emplois dans les secteurs d’avenir. Mais cette aide compensera difficilement la baisse des subventions au secteur de l’énergie solaire décidée fin septembre. L’aide à la production d’électricité par la technologie photovoltaïque doit passer progressivement de 45 centimes d’euro par kilowattheure à 30 environ. Pour la profession, ce coup de frein aurait déjà coûté 10 000 emplois dans un secteur qui en avait créé 24 000 en quelques mois La puissante aide publique avait conduit à un boom inattendu de la filière. Alors que le plan d’énergies renouvelables du gouvernement socialiste de José Luis Zapatero prévoyait l’installation de 371 mégawatts entre 2005 et 2010, il s’en est installé 2 400 au cours de la seule année 2008, durant laquelle l’Espagne est devenue le premier pays producteur au monde. Pour 2009, le ministère de l’industrie a plafonné les autorisations d’installation à 500 mégawatts. Pour Aser Energia, qui regroupe les PME du secteur, 70 % des entreprises seront dans le rouge cette année. " 

    L’Espagne aussi, apparemment subit le poids des monopoles...

    désolé, j’ai perdu le lien.


    • matthius matthius 18 mars 2010 15:18

      La réalité du grenelle de l’environnement est toute autre :
      - Mise en place des OGM en France
      - Création d’une dette qui finance les plus riches
      - Délégation de l’environnement vers les régions en leur donnant moins de moyens

      Je ne vois pas dans vos chiffres ce qui est fait par les régions.
      Quels sont vos arguments pour ce qui est fait par l’état et par les régions ?
      Combien de créations d’emplois en Poitou-Charentes sans aide de l’état ?
      Peut-on s’occuper de l’environnement en créant 10 % du PIB en dettes en 1 an ?
      Pourquoi les entreprises ont-elles des budgets à l’équilibre ?
      La crise n’est-elle pas avant tout la création de dettes ?


    • joletaxi 18 mars 2010 18:26

      L’Espagne aussi, apparemment subit le poids des monopoles...


      il y a peut être d’autres explications bien plus rationnelles que la parano,


      on pourrait tout aussi bien financer les pêcheurs à la ligne, 

    • plancherDesVaches 18 mars 2010 12:38

      Encore un article qui pollue Agoravox...

      Ca fait 20 ans que j’ai viré des services de prod et d’entretien tous les produits susceptibles de dégager des gaz à effet de serre. Et que j’achète des objets qui sont faits pour durer ou peuvent être nettoyé pour réutilisation.
      Ecolo, suis-je... ?? Surtout pas.
      Car l’écologie ne sert qu’à faire des voix politiques et nous taxer pour que les riches en profitent encore plus.

      Alors, ton « écologie », tu te la tailles en pointe et tu te la mets où je pense.


        • Daniel Roux Daniel Roux 18 mars 2010 13:41

          Le grenelle de l’environnement n’a été qu’une mascarade et cet article n’est que propagande.

          La réalité est que Sarko anime en permanence le bal des faux culs, sur ce point comme sur bien d’autres.

          Mettre en place une taxe carbone dont les principaux polluants et pollueurs sont exclus, est une insulte à nos intelligences et à l’honnêteté intellectuelle. Si l’on taxait la fumée, tout son salaire y passerait.

          http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/quotas-et-taxe-carbone-pour-le-67035


          • foufouille foufouille 18 mars 2010 14:33

            14000 en CUI..........

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès