Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > 2008, année noire

2008, année noire

Ce dans quoi nous entrons n’est pas une petite crise financière des agences de notation. C’est une crise économique majeure qui aura des conséquences politiques. La « tempête parfaite » est en train de s’abattre.

Le présent article poursuit notre chronique macro-économique, entamée avec trois articles en 2007 : 2007 année grise, Un peu au-dessous du volcan, 2007 année grise épisode deux. Nous ne nous étions pas jusqu’ici hasardés à prévoir avec certitude une crise systémique et une récession US. Nous n’en sommes plus là. Tout affirme maintenant que 2008 sera une année noire. Le présent article revient sur les principaux événements sans trop d’ésotérisme. Comme j’utilise habituellement celui-ci pour masquer mon incompétence, je compte sur les vrais spécialistes pour corriger ce tableau noir.

« Il faut de la transparence  ! » C’est ce que viennent de clamer la Banque de France, la FED, le FMI, les gouvernements... C’est ce qu’ils ont dit en 2001. Les Etats-Unis ont alors voté la loi Sarbanes-Oxley, obligeant les entreprises cotées à plus de transparence. On a vu alors les fonds spéculatifs fleurir et les entreprises sortir de la cote. L’opacité s’est recréée presque instantanément. Au-delà de ces pieux discours de façade, tout le monde sait ce qu’il en est vraiment : le dollar est au bord du gouffre, et avec lui le système monétaire international.

Je vais beaucoup utiliser dans cet article le symbole « T$ », qui représente mille milliards de dollars, et qui est l’unité pertinente pour regarder l’économie mondiale.

Selon le BEA, équivalent local de l’INSEE, les Etats-Unis ont un PIB voisin de 14 T$. Ils exportent chaque année environ 0,7 T$ et importent le double, 1,4 T$ soit 10% du PIB. Leurs dépenses de santé sont de 2 T$, soit 15% du PIB, et augmentent beaucoup plus vite. La dette US globale est voisine de 50 T$, soit 350% du PIB dont 9 T$ pour les administrations publiques, 13 T$ pour les ménages, les 28 T$ restant concernant les entreprises et établissements financiers. Le taux d’épargne des ménages est 0.

La dette des ménages est surtout hypothécaire, pour environ 10 T$, soit 130 000$ pour une famille de quatre. La valeur moyenne d’un logement US est en 2007 de 300 000$ alors qu’elle était de 200 000$ en 2000. L’actif immobilier US a été réévalué de 50% en 7 ans, et cela a correspondu à une création de valeur hypothécaire d’environ 7 T$. A un taux de 4%, cela injecte dans l’économie 0,3 T$ par an, soit 2% du PIB, soit encore la croissance réelle constatée hors inflation.

Il y a un problème comparable pour les entreprises. Elles sont moins surévaluées qu’en 2001, mais n’ont aucun potentiel d’appréciation. Or il existe de grandes quantités d’argent investies sur leurs perspectives de croissance. Par exemple, le hedge fund Blackstone a été valorisé à 0,04 T$ alors que sa valeur est exactement 0 si tous ses investissements conservent leur valeur actuelle. Il y a une bulle LBO comme il y a une bulle immobilière.

On voit que l’on est loin d’un « petit problème de subprimes » de 0,1 T$. Les US ne peuvent en aucun cas rembourser leurs dettes. La seule issue possible, et on la voit se dessiner, est l’effondrement du dollar. Si la FED monte ses taux, elle accélère la récession. Si elle les baisse, elle tue le dollar. Cette seringue traduit le fait que l’on ne peut pas vivre indéfiniment à crédit. Il y a 50 000 milliards de dollars en circulation dont la valeur va s’écrouler.

Il y a le même petit problème immobilier en UK, Irlande et Espagne. La situation française est différente : les prix de l’immobilier sont tout aussi aberrants, mais la dette des ménages est soutenable. Ils sont simplement souvent mal logés.

Loin des US se trouve la Chine. Son PIB 2006 est de 2,7 T$. Ses exportations sont de 1 T$, soit 37% du PIB, pour 0,8 T$ d’importations. Le solde commercial est voisin de 10% du PIB. La Chine est une machine à exporter. Un tiers de ses exportations, environ 0,3 T$ vont vers les US.

Que va-t-il se passer maintenant ?

L’effondrement programmé du dollar va avoir des conséquences négatives pour tout le monde.

Pour les Etats-Unis, on peut prédire sans trop de risque une récession, peut-être sévère, un appauvrissement généralisé, et une explosion du système de santé et de retraite.

Pour l’UE, il y aura contagion dans les pays pareillement exposés. L’effondrement des valeurs détenues en dollar va créer un effet de pauvreté et bloquer le crédit. La hausse relative de l’euro va ralentir les exportations, et il n’y a pas de protection possible, car il n’y a pas de zone douanière euro. Globalement, l’UE va importer la crise US : la mauvaise monnaie aura chassé la bonne. L’euro ne nous protège pas du dollar.

Il aurait bien sûr été utile de prévenir cette situation, en ayant les finances les plus saines avant la crise, mais il ne faudra pas s’acharner après. Si la coalition allemande poursuit ses démarches d’économie, elle bloquera la consommation dans l’UE au pire moment. J’aimerais bien écrire que j’ai confiance en Mme Merkel et M. Sarkozy pour gérer la tempête qui s’annonce. Ce n’est malheureusement pas le cas. Je n’ai d’ailleurs surtout pas confiance en M. Sarkozy, visiblement très éloigné des sujets économiques, pour annuler son paquet fiscal et pratiquer une dose de relance keynésienne le jour venu.

Le pays de tous les dangers est la Chine. Les US ne pourront plus avec leur monnaie dévaluée importer 10% de leur PIB, dont un quart en provenance de Chine. Les exportations chinoises vont en prendre un méchant coup. Ce ne serait pas trop gênant s’il y avait un système politique fort et légitime, capable de redistribuer rapidement les cartes vers l’économie intérieure. Ce n’est pas le cas. Les relations vont se tendre entre un milliard d’humains.

Nous abordons une des périodes les plus noires de notre histoire. Une des plus grandes bulles jamais fabriquées est en train d’exploser. Elle aurait pu être crevée il y a deux ans. L’administration Bush avait alors d’autres soucis.


Moyenne des avis sur cet article :  4.28/5   (111 votes)




Réagissez à l'article

142 réactions à cet article    


  • Fred 1er octobre 2007 10:08

    Ca fait du bien l’optimiste des le matin. smiley


    • Nougeottier 1er octobre 2007 11:43

      Le mot « crise » me paraît mal utilisé, lorsqu’on l’applique à ce genre de situations que le système a sciemment fabriqué et dont les puissants profiteront. La dégrigolade organisée de notre pouvoir d’achat devait conduire au surendettement, également organisé, et à une rafle progressive des biens des citoyens par les financiers. Tout était prévu, et rien de cela ne met le système en crise, dans la mesure où les victimes subissent mais ne ripostent pas vraiment.

      La superpuissance US a été bâtie entre autres sur la prétendue « crise » de Wall Street, et les centaines de faillites de petites banques qui ont suivi cette crise n’ont fait que renforcer le pouvoir de l’oligarchie US dont Roosevelt a été un représentant de choc. Les années qui ont suivi cette « crise » ont même permis aux financiers US de montrer qu’ils étaient plus forts que leurs collègues britanniques, lesquels ont dû fermer leurs guichets de Londres pendant qu’à New York le calme était affiché.

      Staline n’a sans doute pas dit la vérité, lorsqu’il a qualifié le krach de Wall Street de crise du système capitaliste. Il faut dire qu’à l’époque il n’avait pas à se plaindre des investissements américains en Union Soviétique.

      Aux Etats-Unis, la « crise » des années 1920-30 a permis de réorienter l’économie vers le secteur militaire ; la dépression et la pauvreté ont généré un contingent de volontaires pour la II Guerre Mondiale, etc...

      A présent, comme on nous prépare la mise en place d’une superpuissance militaire européenne que nous devrons payer de nos poches, « il faut bien » une « crise » pour refaire un New Deal (le commis de la grande finance qu’est Bayrou en parlait déjà) et militariser le continent sur les plans industriel, économique, social, politique...

      Lire, par exemple :

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=118

      Après les présidentielles françaises, mine de rien, l’ « Europe militaire » (1)

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=148

      Après les présidentielles françaises, mine de rien, l’ « Europe militaire » (2)

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=182

      Après les présidentielles françaises, mine de rien, l’ « Europe militaire » (3)

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=228

      Sarkozy, Bush, médias, lobbying... et ce qu’on nous prépare (1)

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=235

      Nicolas Sarkozy, capitalisme de choc et alliance impérialiste Europe-USA

      etc...


    • Universitaire 1995 1er octobre 2007 14:18

      On parle de « crise » pour nous faire croire que c’est un « phénomène objectif », qu’on n’y peut rien... alors que tout est orchestré et savamment planifié.

      Wall Street et les années 1930 ne sont qu’un exemple. Depuis les années 1970, les réseaux du capitalisme travaillent activement à l’échelle mondiale. Rien n’est le fruit du hasard.


    • Rage Rage 1er octobre 2007 17:40

      Des le LUNDI matin ! smiley


    • tvargentine.com lerma 1er octobre 2007 10:10

      Les USA ont toujours joué avec le yoyo du dollar pour réduire leur dette et exporter leur crise à l’étranger pour mieux vendre leurs produits redevenu compétitif.

      La recession au USA ? ,non,car l’activité est forte et rien ne laisse penser qu’une recession doit arrivé dans la mesure ou la banque centrale à baisser ses taux d’intérets pour assurer une transition avec le ralentissement économique.

      Le pire est plutot pour les europééns non préparés à un euro fort comme la France qui n’est pas autant exportatrice comme l’allemagne et qui engraine des milliards d’excédents

      Oui,la baisse du dollar est un problème pour la France,oui le ralentissement va se faire sentir en France,mais cela dure depuis 30 ans et il n’y a aucune raison que cela change

      Toutefois,elle constitue l’opportunité de prendre des parts de marché dans les pays dont la monnaie est indexée sur le dollars.

      Des pays comme l’Argentine ou un euro fort permet de faire de très bon investissement (soja,viande,services) par rapport au dollar américain

      La France sera t-elle saisir sa chance ?


      • delsha 1er octobre 2007 16:34

        Décidemment Lerma, vous ne comprenez rien à rien et pourtant vous ne cessez de la ramener. N’y-a-t’il personne autour de vous pour vous dire à quel point vous avez tord ? Non suis-je bête ! s’il y avait quelqu’un, vous ne passeriez pas votre temps à écrire tout et n’importe quoi. Au début, je vous trouvait presque drôle...aujourd’hui, je vous trouve juste...lassant


      • karg se 1er octobre 2007 10:19

        Pour comprendre ce bordel il faut revenir à Reagan qui a fait des USA un pays qui consomment à crédit. Plus rien ne tient le dollars sauf les banques chinoises...


        • Yves Rosenbaum Yves Rosenbaum 1er octobre 2007 10:27

          Bjr Forest,

          Je partage la même inquiétude que toi. Les grands déséquilibres dont tu parles sont visibles déjà depuis plusieurs années, mais l’orthodoxie ultra-libérale n’est pas vraiment du genre à se remettre en question... Ton analyse rejoint celle d’Emmanuel Todd dans « Après l’Empire » où il compare la future chute de l’empire américain avec celle de l’empire romain : un régime qui consomme bien plus qu’il ne produit, déséquilibre qui le conduit à l’implosion. Si les comparaisons s’arrêtent a peuprès là, la prédiction de Todd est la même que la tienne : la chute des US, et de tous les autres avec...

          De quoi bien commencer la semaine ! smiley


          • LE CHAT LE CHAT 1er octobre 2007 10:30

            1 euro = 1,427 USD ce matin sur euronews , le billet vert pâlit de plus en plus , uncle sam va bientôt se retrouver en calbut ! l’once d’or s’envole vers des sommets , on sent vraiment que la confiance n’y est plus , c’est un des signe qui ne trompent pas ! au cas où le petit nico voudrait encore privatiser le peux qui reste , ne vous précipitez pas , ça va plonger sous peu ! il faudra acheter seulement au creux de la vague ( pour ceux qui ont les moyens de jouer à ce loto pour riches ...)


            • Internaute Internaute 1er octobre 2007 12:46

              Le prochain creux de la vague sera le 15 novembre, comme il a été le 15 août. En effet pour sortir d’un hedge fund il faut souvent un préavis de 6 semaines avant la fin du quarter. Le dernier quarter verra aussi la remise à jour des comptes annuels des banques.

              Il y aura du changement mais presque tout va monter. On est rentré en période de hautes eaux, avec beaucoup de vagues.

              Les étrangers (BRIC+Europe+PétroDollars) ne font plus confiance à l’Oncle Sam et pas mal de milliards vont venir s’investir chez nous, tout au moins dans les bourses européennes. Avec un Euro fort on attire cette mane.


            • goc goc 1er octobre 2007 15:46

              a priori le bateau coule et les rats quittent le navire

              "Le secrétaire d’Etat américain a reconnu avoir reçu un communiqué du Ministre des Affaires Etrangères israélien Tzipi Livni demandant à ce que tous les paiements et les prêts d’aide étrangère des Etats-Unis soient faits en euros plutôt qu’en dollars.

              Le Ministre des Affaires Etrangères Livni a cité comme raisons à cette demande la baisse rapide du dollar et son désavantage comme devise mondiale.

              « Dans l’esprit de Yom Kippur, les Etats-Unis n’obligeront pas Israel à accepter des dollars comme paiement pour leur aide étrangère. Nous échangerons nos obligations en euros ou en devises qui conviendront le mieux à Israel » a déclaré le secrétaire d’Etat Rice dans une annonce le 21 septembre dernier.

              « Nous devons placer nos engagements envers les Israéliens au sommet de notre liste de priorité nationale. Israel ne devrait pas souffrir des fluctuations actuelles de notre devise » a déclaré Rice avant de partir pour Camp David.

              Une demande similaire de l’Egypte a été refusée la semaine dernière.

              Source : http://www.wakeupfromyourslumber.com/ "

              meme les copains israeliens ne veulent plus du dollar


            • Internaute Internaute 2 octobre 2007 08:00

              @Goc

              Ce qui me gêne dans vos référence est qu’elles sont bien trop indirectes. N’y a-t-il pas une source plus fiable (AFP, New-York-Times, communiqué de la presse israélienne) ?


            • Vincent 1er octobre 2007 10:45

              Je m’étonne, car j’ai lu un article dans l e magasine Challenge de cette semaine disant exactement le contraire de ce que vous affirmez.

              En résumé il expliquait en gros que si les EU subissaient une crise il n’en serait pas de même pour la Chine et l’Europe, car la part des importations et des exportations dans leurs PIB respectifs n’était pas significative dans leurs économies.

              La crise des subprimes a mis en évidence la bulle immobilière aux E.U. En France l’état met en construction au compte goûte les programmes immobilier afin d’entretenir la spéculation et de garder la demande plus importante que l’offre.

              A l’inverse il y a actuellement env. 4 millions de logement invendu au E.U.

              L’année à venir va voir env. 160 000 logements saisis.

              Je n’ai pas les chiffres en tête mais je ne pense pas que la chute du $ soit si préjudiciable que cela.

              De toute façon la Chine possède énormément d’avoirs aux E.U et je ne pense pas que les Chinois soient idiots au point de laisser leurs investissements partir en fumée.

              Par ailleurs l’effondrement du $ nous permet actuellement de baisser artificiellement notre facture énergétique.


              • goc goc 1er octobre 2007 12:08

                je ne suis pas trop de votre avis

                je pense que la Chine sera la plus touchée, et pour une raison simple, c’est que les dollars qu’elle récupère de ses ventes lui servent aussi a acheter la matière première et l’énergie pour ses fabrications, donc si le dollar s’effondre, les 70% de production hors USA deviendront trop cher. et puis il faudra aussi compter sur l’effondrement du secteur bancaire, or sans banque, la chine se retrouve comme sans pétrole.


              • Forest Ent Forest Ent 1er octobre 2007 12:46

                @ Vincent

                « j’ai lu un article dans un magazine de cette semaine disant exactement le contraire de ce que vous affirmez. »

                Oui, moi aussi. smiley

                « si les EU subissaient une crise il n’en serait pas de même pour la Chine et l’Europe, car la part des importations et des exportations dans leurs PIB respectifs n’était pas significative dans leurs économies. »

                Pour la Chine, il me semble avoir montré le contraire. Pour l’Europe, elle détient une quantité astronomique de dettes en dollars.

                « En France l’état met en construction au compte-gouttes les programmes immobilier »

                J’ai bien dit que la situation immobilière était particulière en France.

                « la Chine possède énormément d’avoirs aux E.U et je ne pense pas que les Chinois soient idiots au point de laisser leurs investissements partir en fumée. »

                Environ 1 T$. Ils n’y peuvent absolument rien. Personne n’a les moyens de sauver le dollar.

                « Par ailleurs l’effondrement du $ nous permet actuellement de baisser artificiellement notre facture énergétique. »

                De la maintenir à peu près au même niveau. Elle va renchérir aux US.


              • NPM 1er octobre 2007 15:56

                « Environ 1 T$. Ils n’y peuvent absolument rien. Personne n’a les moyens de sauver le dollar. »

                Bein si, ils peuvent en racheter (ca fera un peu d’inflation, mais bon..)


              • delsha 1er octobre 2007 16:43

                Lisez le « monde Diplomatique » (n° 642)- « Quand la finance prend le monde en otage », garder en tête votre article de Challenge et celui d’Aroga, faite marcher votre matière grise...et vous aurez j’espère une vision de ce qui nous attends si certains continuent à dire et à penser « que tout va bien dans le meilleur des mondes ». L’avantage des « petits » c’est qu’ils savent déjà faire avec rien...mais pour les autres, l’apprentissage risque d’être très très dur.


              • delsha 1er octobre 2007 16:46

                ...et vous faites quoi d’un md et demi de personnes...car la croissance d’un pays passe avant tout par une production réelle, celle générée par des personnes, et non des plus-values boursières !!


              • Rage Rage 1er octobre 2007 18:14

                Bonsoir Forest,

                Excellent article. Encore une fois, une lumière de lucidité dans l’océan de fumée.

                Non seulement je partage l’analyse, mais en plus je pense qu’elle est le résultat à terme, la consécration pour ainsi dire, de tous les excès cumulés depuis très longtemps.

                L’économie étant mondiale, les marchés interconnectés, la crise de l’un - surtout le premier - entraîne tous les autres. La Chine peut sans doute mieux optimiser la chute du système américain car elle dispose de l’outil de production... que tous les autres pays ont bradés.

                La vision d’un état stratège - vision antinomique de l’état illusionniste français actuel- aurait détecté depuis longtemps le risque que font peser les « gogos » du marché boursier sur les systèmes et donc l’importance de conserver du « dur », de « l’inaliénable » pour subvenir à toute crise.

                Je pense en l’occurence à l’énergie, à la flotte, à l’agriculture, aux infrastructures... En bradant notre système, nous devenons vulnérable aux « aléas du marché », marché non régulé depuis très longtemps (voir scandale ENRON & consors) et plus encore, attaqué de l’intérieur par des spéculateurs sans remords.

                La crise des subprimes n’a pas finie de faire parler d’elle. Les Banques Suisses sont touchées, d’autres le seront. Si la BCE a injecté des liquidités, c’est bien que la situation était grave.

                En économie, plus on me dit que tout va bien, plus je suis certain que ça ne va pas. Quand ça ne va pas, cela signifie que les financiers ne se font pas assez de fric, et donc qu’il y a des régulations qui opèrent.

                La dévaluation du dollar, soutenue par une administration « Bush » incompétente, n’est qu’un signal clair de la crise mondiale qui s’annonce : une monnaie ne peut pas se permettre de peser 50% de moins en 3 ans sans qu’il y ait un souci quelquepart...

                Les USA ont construit leur fortune sur l’emprunt, la plus-value « virtuelle » (comme l’immobilier) sans construire fondamentalement sur du concret, du lourd, du tangible.

                La France souhaite imiter ce modèle - à tord- en aspirant faire monter ses riches très haut et en espérant tirer tout le monde : cela ne peut fonctionner sans une structure économique solide et rationnelle.

                Cette rationnalité, la France comme les USA ou le RU l’ont perdu en donnant trop de valeur à des choses fictives plus qu’à du concret : le travail vaut beaucoup trop face à la matière première, le patrimoine beaucoup trop face à la valeur du travail et immensément plus que la matière première.

                Par ailleurs, la concentration des moyens, des biens et des outils de pouvoirs dans des mains restreintes mais toutes interdépendantes font que, si l’un vient à flancher, tout le monde flanche.

                Il y aura bien sûr des « remises à niveau », mais dans le jeu qui s’annonce, ceux qui vont perdre sont ceux qui n’ont rien de « valorisé » à sa juste mesure dans l’escarcelle, à savoir les propriétaires de bien surcôtés, les détenteurs d’actions « junk bonds » surnotées etc... et les pauvres qui paieront indirectement les erreurs de ceux qui en ont trop voulu.

                Alors 2008 ou pas ? Il faudra voir les élections US.

                Mais une chose est certaine : ce système ne pourra pas éternellement durer s’il se construit sur du vent et de l’analyse macro-économique digne des meilleurs commentaires de « On refait le Match » ou de 100% Foot sur M6... qui a dit Marc Touati ?


              • Bulgroz 1er octobre 2007 18:22

                « La Chine peut sans doute mieux optimiser la chute du système américain car elle dispose de l’outil de production... que tous les autres pays ont bradé »

                De quelle production parlons nous, des indispensables merdes en plastique désignées en Occident, des pales copies de scooters à 2 balles, du blé, de l’eau, de l’énergie et du savoir faire ?

                A part Wall Mart, qui s’en soucie ?


              • aye 1er octobre 2007 21:46

                La plus grosse perte a commencée dans les années 80 pas la fermeture des entreprises et par là même la perte des compétences.

                Il ne nous faudra pas 10 ans pour nous retrouver dans l’état de la Roumanie, crise économique et financière mondiale aidant.

                http://www.lesaffaires.com/article/0/experts/2007-09-27/464991/le-crepuscule-des-illusions.fr.html

                Les gens normaux devraient avoir peur.


              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 1er octobre 2007 23:33

                @ Rage : Vous avez raison. La plupart des gens ne comprennent pas encore que l’illusion monétaire est un passe-temps de riches. Trop jeunes.

                Pierre JC Allard

                http://nouvellesociete.org/706.html


              • aurelie 1er octobre 2007 10:51

                Je partage votre inquiétude. Comment allons-nous réagir alors même que nous avons privatisé une grande partie de la France et que nous nous éloignons de l’autosuffisance énergétique et alimentaire ? J’ai très peur de l’avenir. La plupart des gens, je l’ai souvent remarqué, face à un événement désagréable mais futur, préfèrent se boucher les oreilles et ne pas voir les différents signaux d’alarme qui se présentent, quitte à réagir quand il est trop tard. Ca ne m’étonnerait pas que des gens qui se sont crus tranquilles pendant des années soient soudainement confrontés à la réalité, et ce sera un choc. Un sondage récemment publié révélait qu’un gros pourcentage des français pensaient qu’être SDF ne leur arriverait jamais. Et si ça leur arrivait ?


                • patou1564 1er octobre 2007 10:52

                  Je ne suis pas expert, mais je vous fais part de ma modeste expérience.

                  Aux Etats-Unis, l’ambiance est très morose, et encore, c’est un euphémisme, le plus gros risque est que la confiance des ménages US soit entamée. Confiance qui mène la consommation US, donc, les exportations chinoises. Ensuite, le fonctionnement des prêts en UK et en espagne est presque similaire, donc, cela peut entrainer d’autres organismes, et indirectement l’europe (au sens BCE).


                  • ZEN ZEN 1er octobre 2007 10:55

                    @ Forest

                    Puisses-tu te tromper ! Mais les incantations n’empêchent pas la pluie de tomber..

                    Au fait, qu’est-ce que je fais de mes modestes économies, sans patrimoine ? J’investis dans une modeste chaîne de distribution de soupe populaire ?...

                    Enfin, soyons optimistes. JSK va prendre le taureau par les cornes...


                    • Bernard Dugué Bernard Dugué 1er octobre 2007 11:20

                      Un conseil de placement,

                      achète donc une ou deux toiles d’art contemporain, je suis suis que Démian te fera un prix smiley


                    • Gasty Gasty 1er octobre 2007 11:50

                      Demian va devoir rajouter sur sa biographie « Mon agent en placement Bernard Dugué » smiley


                    • ZEN ZEN 1er octobre 2007 14:53

                      Je voulais parler de DSK , bien sûr...


                    • aye 1er octobre 2007 21:51

                      DSK n’est qu’un pion comme tous les autres.


                    • snoopy86 1er octobre 2007 11:18

                      @ Forest

                      Excellent article qui résume parfaitement bien une situation de crise qui s’apparente davantage à 1929 qu’à 2001.

                      Plus inquiétant encore, l’intervention « keynesiènne » étant devenue la régle depuis quelques années alors qu’elle aurait dû rester l’exception, on ne voit guère de solutions ni pour l’éviter ni pour en sortir.


                      • haddock 1er octobre 2007 11:25

                        Pour appuyer la thèse de la morosité, je peux dire ceci , il va pleuvoir , ensuite neiger , ensuite il fera nuit , après on va attraper de graves maladies contagieuses , et si ça se trouve on va mourrir dans d’ affreuses souffrances , merd’alors . Mal barrés .


                        • haddock 1er octobre 2007 11:28

                          Ouailles , prions , la fin du monde est proche ,

                          Aie les ouailles .

                          Rocla-dock


                        • haddock 1er octobre 2007 11:29

                          Comme sur le Titanic , faisons venir l’ orchestre de plus prèd de toi mon Dieu .


                        • snoopy86 1er octobre 2007 11:30

                          Mon bon capitaine

                          Vous avez raison...

                          Venrz donc m’aider à vider la cave avant de mourir


                        • ddacoudre ddacoudre 1er octobre 2007 20:40

                          ddacoudre haddoc je t’ai ôté un point négatif ton humour noir n’a pas brillé. ne t’inquiéter pas quand l’on est tombé, comme nous ne sommes pas des rampants nous nous en relevons toujours. Maintenant je ne sis pas quand et dans quel état. cordialement.


                        • haddock 1er octobre 2007 20:43

                          Ddacoudre tu ferais mieux de boire juste un dé à coudre de ce bon vin , t’ es pas habitué .


                        • haddock 1er octobre 2007 11:44

                          Bonjour Snoopy ,

                          J’ ai justement quelques bouteilles de Château « Pleure pas Jeannette demain il f’ra beau » 1982 ( bonne année ) à déguster avant le cataclysme annoncé .

                          Nestor , un verre de « Pleure pas Jeannette » à Snoopy .


                          • bernard29 candidat 007 1er octobre 2007 11:56

                            Article refusé par Agoravoc car exprimant une idée personnelle ( !!!!!) Octobre ; Une Tempête nommée « Edward »

                            La commission « Edward Balladur », de révision institutionnelle, rendra son rapport au gouvernement à la fin du mois d’octobre. Les propositions définitives seront soumises aux votes des assemblées puis au Congrès pour adoption fin janvier 2008. c’est le mois « d’Edward ». Une tempête automnale est annoncée.

                            Il est déjà très clair que le régime politique va changer de nature, par une accentuation irrémédiable, voire définitive, de son caractère présidentiel. Monsieur Balladur l’a d’ailleurs admis dans un récent interview donné au « Monde ». (24/09/07) Ces réformes concernent les pouvoirs du Président de la République, ceux du Premier Ministre et les pouvoirs du Parlement. Il serait donc souhaitable qu’un tel changement de la nature de notre constitution soit soumis à la volonté de la souveraineté populaire selon les procédures référendaire ou constituant.

                            Nous savons que ce ne sera pas le cas, parce que le gouvernement et les parlementaires actuels n’en veulent pas, et qu’ils ont le pouvoir de s’en passer. Et s’ils n’en veulent pas, c’est aussi parce qu’ils craignent la remise en cause de leurs privilèges de leur statut ; cumul des mandats et autres cumuls de fonctions, indemnités et avantages divers...

                            9 candidats sur 12 à la Présidentielle, qui ont réuni 56 % des votes au premier tour réclamaient une sixième république, avec les sempiternelles revendications concernant la fin du cumul des mandats des parlementaires qui restent lettres mortes. Le moment est venu de faire passer cette réforme du mandat unique des parlementaires, considérée à juste titre par de nombreux constitutionnalistes comme « la mère des réformes démocratique ». Pour cela il faut enclencher « la Mère des batailles » ; C’est

                            « l’ Opération- Tempête Edward »

                            Le comité du Combat Démocratique vous propose donc de vous associer à cette opération décisive qui a pour objet de réclamer l’inscription dans la constitution d’une règle simple relative au cumul des mandats.

                            « le mandat de parlementaire, renouvelable une fois, ne peut se cumuler qu’avec le mandat de conseiller municipal, à l’exclusion de toutes autres fonctions dans une institution ou organisme, public ou para-public assurant une mission de service public ».

                            Modalités de « l’ Opération Tempête Edward. »

                            La durée de cette opération lancée au mois d’octobre 2007, elle s’étalera durant toute la période d’examen du Rapport de la commission « Balladur » par le gouvernement, jusqu’aux débats devant les assemblées parlementaires, puis jusqu’à l’adoption éventuelle lors du Congrès. Jusqu’aux premiers mois de 2008, il va s’agir de mobiliser, répercuter, envahir les lieux de débats et de forum, de tenter de faire un « buzz » médiatique, selon le langage actuel.

                            Actions : Il faut donc multiplier les moyens d’information

                            les mails, courriers aux élus, aux intellectuels, aux constitutionnalistes, aux universités et étudiants de Droit public, aux individus et groupes , association, clubs et autres... d’établir des pétitions reprenant ces deux exigences, de lancer des blogs ou sites spécifiques sur la révision constitutionnelle, et d’informations civiques

                            Contact : Nous vous proposerons un blog de contacts . Pour le moment utilisons « http://changerlarepublique.ove... » . Pour répertorier et s’informer de nos initiatives respectives, de nos opérations ciblées, de nos interventions et autres actions médiatiques ou mobilisatrices, de suivre les péripéties de l’opération.

                            « Bonne chance camarades citoyens et en avant. » Il n’y a pas de retour possible.

                            C’était un communiqué du G.D.C (Groupe de Combat pour la Démocratie)

                            Merci de votre attention.


                            • Dominique Larchey-Wendling 1er octobre 2007 12:01

                              Et on verra si la république américaine survivra à la crise ou si l’empire (et les néoconservateurs qui s’en nourrissent aux dépends du peuple américain) choisira la dictature, la terreur et la guerre pour essayer de sauver sa peau (leur peau) ... Peut-on encore sauver la « grande démocratie » ? Les enseignements de l’Histoire ne nous incitent pas à l’optimisme ... Les scélérats ont besoin de bouc-émissaires ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès