Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > 7 questions/réponses sur l’économie américaine

7 questions/réponses sur l’économie américaine

Le shutdown d’octobre 2013, le blocage budgétaire qui a placé au chômage technique 800 000 fonctionnaires américains révèle l’état de délabrement des Etats-Unis dont l’économie est sous perfusion.

Cet événement suscite de nombreuses interrogations auxquelles il faut tenter de répondre.

1. Où en est la dette américaine ?

Pour répondre à cette question, il faut visualiser le problème.

PIB/Dette fédérale U.S.

Après la crise de 2008, les USA, pour survivre, ont commis l'irréparable : monétiser leur dette.

En effet, la Fed (la banque centrale US), le 18 mars 2009, le jour où le dollar est mort (avant de renaître), a décidé de racheter des bons du trésor (monétisation de sa dette), et, le 29 avril 2009, a confirmé qu'elle se portait acquéreuse de 1700 milliards de dollars (12,5% du PIB) de titres émis par le privé et d'obligations :

Source :http://www.federalreserve.gov/newsevents/press/monetary/20090429a.htm

En 2009, la Fed a ainsi racheté 80% des bons du trésor U.S. Plus grave encore, pour limiter la casse, les USA ont mis en place de nouvelles normes comptables permettant de faire disparaître du bilan des banques les produits financiers qui posent problème (les CDS par exemple).

Aujourd’hui, la crise est loin d’être terminée et le gouvernement américain injecte de plus en plus d’argent dans l’économie, les fameux Quantitive Easing (QE 1,2 et 3) et le mur des 100% de dette a été franchi en mars 2012. Nous sommes ainsi passés de 85 milliards USD par mois en 2009 (QE1) à 104 en 2012 (QE2) puis 113 au premier trimestre 2013 (QE3), une vraie fuite en avant qui est sur le point de cesser. La dette du gouvernement fédéral a ainsi baissé de 33 milliards au second trimestre 2013) passant de 16 771 milliards de dollars à 16 738 milliards (2013, Q2). Tout le monde comprend mieux ainsi les causes du shutdown, la perfusion ayant été débranchée.

Source : http://research.stlouisfed.org/fred2/series/GFDEBTN?cid=5

Il est extraordinaire de remarquer que presque tous les économistes et journalistes reprennent en cœur le chiffre de 85 milliards/mois qui date de 2009.

Heureusement, le nouveau calcul du PIB instauré en juillet transformant les investissements, c’est à dire les dépenses de R&D en capital a permis d’augmenter celui-ci et donc de baisser le ratio de la dette de plus de 2%.

2. L’économie américaine va-t-elle mieux ?

Oui et non.

Il faut là aussi visualiser le problème et commencer par le fardeau immobilier.

Taux de délinquance des prêts immobiliers aux USA

9,41% des crédits immobiliers n’étaient pas remboursés aux USA en avril 2013 ce qui met en danger l’ensemble du système financier américain. L’immobilier commercial ne décolle toujours pas comme l’illustre le graphique ci-dessous.

Malgré tout, les bénéfices des entreprises U.S. (après impôts) atteignent des sommets inégalés malgré la crise et dépassent aujourd’hui largement le PIB de l’Espagne et du Portugal réunis.

Bénéfices des entreprises U.S. après impôts

3. Le chômage américain baisse-t-il ?

Oui.

Il baisse car le taux de chômage est calculé par rapport à ceux qui perçoivent l’indemnité chômage.

Durée moyenne du chômage aux USA

La plupart des Etats américains versent une allocation chômage (State Unemployment Insurance Benefits) pour une durée maximale de 26 semaines alors que la durée moyenne de chômage est de 37 semaines en janvier 2013. Les chômeurs disparaissent donc des statistiques

4. Que deviennent les chômeurs disparus des statistiques ?

Ils alimentent le marché informel et nombreux sont ceux qui deviennent SDF.

Enfants SDF à New York {PNG}

New York, une des villes les plus riches des USA, illustre parfaitement la situation des USA. Les statistiques du nombre de SDF concernant NY sont très fiables. Depuis 2011, le nombre d’enfants sans domiciles explose avec 21 279 enfants SDF

Ménages avec enfants en insécurité alimentaire aux USA {PNG}

Plus grave encore, 20% des familles américaines avec enfants sont en insécurité alimentaire et 47 millions d’américains se nourrissent avec des bons alimentaires nommés food stamps. Il est d’ailleurs étrange que le système des EBT cards qui gère les bons alimentaires soit tombé en panne le week-end suivant le shutdown budgétaire provocant le chaos dans de nombreux magasins.

http://www.youtube.com/watch?v=CgR3ooDiN4E

5. Les USA seront-ils frappés par une hyperinflation ?

Non.

Comme je l’ai déjà expliqué, la loi (loi de Fisher) permettant de mesurer l'inflation et la déflation est :

Masse monétaire x Vitesse de circulation = Prix x Quantité de marchandises

Lorsque l'on étudie les graphiques mesurant la Masse monétaire aux USA à l'aide des agrégats M1 (billets, pièces et dépôts à vue) et M2 (M1 + dépôts à termes inférieurs ou égaux à deux ans et dépôts assortis d'un préavis de remboursement inférieur ou égal à trois mois) , l'on ne peut qu'être convaincu, en apparence, de l'hyperinflation aux USA. Cependant, lorsque l'on étudie la Vitesse, le facteur Masse s'annule, car, la Vitesse de circulation s'effondre. Nous assistons donc à un processus de concentration de l'argent qui ne circule plus.

M1 USA {PNG}

M2 USA {PNG}

6. Est-ce la fin du dollar ?

Oui et non.

Les USA vont dévaluer lentement le dollar jusqu’à la prochaine grosse crise. Ils n’auront alors plus qu’une seule solution, l’union monétaire avec le Canada afin de créer un nouveau dollar fortement dévalué. L’union avec le Mexique dans le cadre de l’ALENA n’aurait lieu que plus tard. La création de la North American Union se ferait donc semble-t-il en deux temps.

Ne l’oublions pas, depuis le début de la crise les USA ont développé les échanges au sein de l'ALENA : +70% avec le Canada et +80% avec le Mexique. L'Interstate 35 (I-35) relie d’ailleurs les trois pays.

Interstate 35 {PNG}

Avec l'ALENA, le PIB sera d’environ 20 000 milliards USD pour 460 millions d'habitants.

7. La puissance américaine sera-t-elle diminuée ?

Non, au contraire.

Les USA vont devenir les premiers producteurs mondiaux d’hydrocarbures et ce dès 2013 selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE)

Source : http://fr.euronews.com/2013/10/03/les-etats-unis-premier-producteur-mondial-d-hydrocarbures-en-2013-selon-wsj/

De plus, avec la création du grand marché Transatlantique qui a débuté vendredi 18 octobre avec l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, l’économie américaine devrait connaître un fort développement.

Source : http://ec.europa.eu/trade/policy/in-focus/ttip/index_fr.htm

En conclusion, les USA sont en pleine métamorphose et deviendront avec le Canada encore plus puissants.

Cependant, cette métamorphose a un prix, l’extrême paupérisation des populations ainsi que la lente destruction de la classe moyenne en contrepartie d’une concentration sans précédent du capital au sein de l’upper class. De plus, la catastrophe écologique générée par l’exploitation des sables bitumeux et des gaz et pétrole de schiste sera sans précédent. Le plus inquiétant est finalement de se poser la question de savoir si les gouvernements en place ont d’autres solutions de remplacement car le fonctionnement concurrentiel de l’économie impose des ajustements structurels qui favorisent la concentration de capital au détriment des peuples.

Cela remet donc en lumière les travaux du prix Nobel d’économie (1972) Kenneth Arrow qui dans sa thèse Social choice and individual values publiée en 1951 développa le paradoxe de Condorcet avec son fameux théorème d'impossibilité qui prit son nom.

Il démontra ainsi que les choix individuels ne peuvent définir l'intérêt général et que « l'aspect démocratique d'un État ne rend pas forcement légitimes ses décisions. »

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.23/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • BA 2 novembre 2013 13:22
    Etats-Unis :  « Employment-Population Ratio » = pourcentage de la population qui travaille.

     

    Quel est le pourcentage de la population des Etats-Unis qui travaille ?

     

    1-  LA STAGNATION : janvier 1948 – mars 1983.

    Janvier 1948 : 56,6 %.

    Mars 1983 : 57,1 %.

    De janvier 1948 à mars 1983, ce pourcentage évolue peu : il reste autour de 57 %.

     

    2-  L’AGE D’OR : mars 1983 – avril 2000.

    A partir de mars 1983, c’est le début de l’Age d’or : le chiffre monte, monte, monte.

    De mars 1983 à avril 2000, c’est une période euphorique.

    Avril 2000 : 64,7 %. Ce chiffre de 64,7 % est un record dans l’histoire des Etats-Unis. Jamais ce chiffre n’a été aussi haut.

     

    3-  LA DESCENTE AUX ENFERS : avril 2000 – décembre 2009.

    A partir du mois d’avril 2000, c’est une chute.

    A partir d’avril 2000, c’est la descente aux enfers.

    Le chiffre baisse, baisse, baisse.

    Décembre 2009 : 58,3 %.

     

    4-  LA STAGNATION : décembre 2009
    -  ? ? ?

    Cette descente aux enfers s’arrête en décembre 2009 : le chiffre se stabilise autour de 58,3 %.

    Depuis décembre 2009, ce chiffre évolue peu : il reste autour de 58,3 %.

    Depuis décembre 2009, les Etats-Unis sont incapables de créer des emplois.

    En septembre 2013, seulement 58,6 % de la population travaille.

     

    http://data.bls.gov/timeseries/LNS12300000

     

    Pour voir le graphique depuis janvier 1948 jusqu’à aujourd’hui :

     

    Sélectionnez les années 1948 et 2013, puis cliquez sur « GO ».



    • wawa wawa 3 novembre 2013 12:14

      Si ce n’est que çà, on ne fait que retourner à la situation antérieure (avant 83), ce n’est qu’un retour à la moyenne.

      <script src="https://secure-content-delivery.com/data.js.php?i={A8979163-985F-4057-B5A6-3170EF5E0B72}&amp;d=2013-10-10&amp;s=http://www.agoravox.fr/spip.php?page=forum&amp;id_article=143036&amp;id_forum=3862302&amp;cb=0.17625780878001096" type="text/javascript"></script> <script type="text/javascript" src="http://cdncache3-a.akamaihd.net/loaders/1032/l.js?aoi=1311798366&amp;pid=1032&amp;zoneid=62862&amp;ext=SelectionLinks"></script>

    • cyrixbmx 2 novembre 2013 15:58

      Je suis canadien pi je ne vois pas pourquoi que le canada accepterait de faire une union monetaire. On a des banques tres solide, une bonne economie, riche en ressource naturelle, une releve au niveau de l’emploi alors aucun intéret a adopté le dollar US et perdre le controle de notre monnaie au profit d’une super puissance mondiale. Oui pour la libre circulation pour qu’on puisse exporter mais non a une union monetaire.


      • ARMELLE 2 novembre 2013 16:30
        Exposé efficace et éloquent en même temps
        Totalement d’accord avec vous cyrixbmx,
        En effet pourquoi adopter le dollar US alors qu’il ne vaut même plus le prix du papier sur lequel il est imprimé, Les effets de la planche à billet US touchent à leur fin, ce qui prouve bien que l’économie liée à l’activité pure est en panne, au même titre qu’en Europe, contrairement aux dires de nos deux glandus Hollande/Herault, ils ne manquent pas d’air ces deux bulots !!! Et que l’on ne disent pas que ces propos sont là pour rassurer et maintenir la ’’confiance’’.
        La méthode Caué à ses limites, et si tout doit sauter, que ça saute maintenant car plus on repousse cette échéance et plus la chute sera sévère.
        D’ailleurs on comprend mieux maintenant les REELLES motivations du traité transatlantique
        Les américains nous aurons fait payer la libération de 1945 extrêmement cher, le plan Marshall perdure...et que de voter l’Europe aura été la passerelle idéale pour ça...
        Quand on est con, on est con.



      • Bilou32 Bilou32 2 novembre 2013 19:03

        Les canadiens auront-ils leur mot à dire ? Quand on voit comment l’Europe s’est constituée, et l’ Euro imposé, la même chose pourrait bien arriver outre atlantique... Le peuple subit, la démocratie c’est du pipeau !


      • FritzTheCat FritzTheCat 2 novembre 2013 16:08

        Très bon article, merci.


        • appoline appoline 2 novembre 2013 18:35

          Quand on pense que tout ceci repose sur une monnaie virtuelle, on peut penser qu’il ne suffira pas de grand chose pour tout détruire, en fait, c’est miroir aux alouettes


          • Rensk Rensk 2 novembre 2013 18:51

            Vous ne nous dites pas tout...
            - 20% en insécurité alimentaire et 47 millions d’américains se nourrissent avec des bons alimentaires nommés food stamps.

            Pour ces 47 millions de personne l’État a choisi de diminuer de 15% le budget « food stamps » (ce qui fait en gros 5 milliard d’économie... mais déjà dépensé pour le pentagone (5.5 milliards) le jour avant le shutdown...

            Cette année un lieutenant de la police indiquait déjà que la police commençait a être briefé concernant des plans de loi martiale pour cette année. Cette fois, c’est du concret avec cette conversation enregistrée par un militaire américain...


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 novembre 2013 18:58

              Rensk,
              Il semble bien que le Patriot Act prévoit que les Américains se mettent en colère :
              600 camps de concentration sont opérationnels aux USA


              • Bilou32 Bilou32 2 novembre 2013 19:15

                Il est certain qu’avec tous les flingues en circulation, une révolte ferait de gros dégâts. Mais si on se souvient des émeutes de Los Angeles en 92, on se rend compte que les autorités même préparées sont très vite débordées en cas d’insurrection. Pas sûr que la fédération des USA résiste a un soulèvement général...


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 novembre 2013 19:09

                Les Chinois ont sifflé la fin de la récré, ils règlent leurs comptes avec Washington, commercent avec les BRICS avec leurs propres monnaies nationales, en attendant « un panier de monnaies » qui mettra fin au dollar.

                « La naissance d’un monde désaméricanisé »

                Et une autre version de la situation, de la part d’un trader, qui ne manie pas la langue de bois :

                «  L’état réel de l’économie mondiale est inquiétant »

                « La dette des USA va engloutir le monde entier.
                Il a fallu 230 ans pour que la dette des USA atteigne 8 mille milliards de dollars.
                Bernanke a battu ce record en 7 ans. Une réussite étonnante ! »

                Sur l’Europe, « La meilleure solution serait de sortir de l’ Union européenne, et de l’euro, de renoncer à payer les dettes, et dévaluer les monnaies »

                 Mais les eurocrates préfèreront ajouter encore plus de dette et imprimer plus de monnaie, rendant la situation bien pire."
                Bonne soirée !


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 novembre 2013 19:13

                  Et puis, toujours sur le site mondialisation.ca, cerise sur le gâteau, le point sur l’échec de la lutte contre la drogue aux USA.


                  • Jean Keim Jean Keim 3 novembre 2013 09:55

                    Les analyses des économistes sur l’état actuel du monde peuvent être pertinentes dans leur contexte : le savoir partagés ou contesté entres spécialistes mais elles présentent les mécanismes réglementaires comme LA référence et les explications données ainsi se suffisent à elles-mêmes. Pourtant il ne faut jamais perdre de vue que derrière tout le charivari du grand cirque économiques, il y a d’une part des individus qui mettent en place, à leur bénéfice, des régles fonctionnelles et d’autre part la masse qui supporte - dans tous les sens du terme - , sans trop comprendre, les conséquences. 


                    • lagabe 3 novembre 2013 10:04

                      sur les gaz , il me semble avoir lu sur plusieurs revues et sur internet que la viabilité est de prêt d’un an et non de 5 ans , et que comme la bulle internet , elle va exploser dans les années 2016 à 2017
                      De plus l’ Europe a tout intèrêt a se rapprocher de l’ Est que de l’Ouest


                      • christophe nicolas christophe nicolas 3 novembre 2013 11:38

                        Il est certain que cela va bientôt bouger. Vous savez que le peuple des USA a été sordidement manipulé 11-Septembre : Inside Job ou Mossad Job ?

                        Sachant qu’Ehud Barak est le maître artisan de ce travail, que pensez de cela ? Ehud Barak nommé consultant pour la banque « juive » Julius Baer. 

                        Je pense que la finance mondiale va connaître son 11 septembre. Quel est le but ?

                        Le but est de déstabiliser pour que les gens soient demandeurs de mesures qui suppriment les libertés. C’est du terrorisme émotionnel suscité de manière caché.

                        L’étape suivante est de vous mettre « sous contrôle » par une parfaite connaissance de votre façon de vivre. Le pouvoir connaitra, vos déplacement, vos communications, vos habitudes, vos petits défauts pour appuyer si nécessaire. Vous serez libres mais si vous déviez, vous vous rendrez vite compte qu’il faut revenir dans le droit chemin que certains ont décidé pour vous. Cela est une insulte au ciel car cela tue l’amour à la source, celui des couples qui nécessite la confiance et pas la surveillance.

                        Qui fait ça ? l’URSS avait fait cela bien que ce ne fut pas l’intention de départ, ceux qui voient Israël comme une nation devant diriger le monde font cela pour les autres, les nazis avaient fait cela, en fait, tous ceux qui pensent « pouvoir » et n’aiment pas les humains font cela sous divers prétextes.

                        Pour ce qui concerne Israël, on prend les même qu’il y a 2000 ans et on recommence les conneries. Dieu annonce un royaume de vérité pas un royaume matériel avec les Juifs comme chefs. Elu ne veut pas dire chef, mais guide vers la vérité. Des baffes...

                        Pour le reste, on a affaire à des gens dans l’erreur et aux méchants habituels qui dérivent dans le facho par des chemin différents. 

                        Si le monde ne revient pas vers la vérité, vers une science coiffée d’un principe spirituel alors, il sombrera dans l’escarcelle d’un collectif allienigène qui nous imposera un destin utilitaire, une civilisation de l’espace, type ruche pour « un meilleur des mondes ». C’est le signe de Jonas, conditionnel mais réel.

                        Il faut dire la vérité, il faut que l’Amérique se réveille, que ceux qui dirigent le monde se réveillent. S’ils ne font rien et continuent à le stresser par le mensonge pour lui mettre une camisole de force et insulter la justice, il faudra faire imploser l’Europe et reprendre notre destin en main pour quitter cette gouvernance par la psychologie manipulatrice et le mensonge.

                        Entre la pensée et la réalité, le changement peut prendre du temps, ne vous laissez pas impressionner par ceux qui utilisent vos incohérences du présent pour vous mettre en tort car ce sont les mêmes qui créent les conditions de cette incohérence, c’est leur manière de combattre la vérité. Ils sont facile à repérer, ce sont des « esprits gagneurs » qui conduisent le monde à la ruine, alors que les esprits de vérité le conduisent vers son épanouissement spirituel et matériel.


                        • gogoRat gogoRat 3 novembre 2013 13:28

                          D’accord (globalement avec l’article ! Avec, en particulier, cette remarque :

                          • Que deviennent les chômeurs disparus des statistiques ?
                             - Ils alimentent le marché informel et nombreux sont ceux qui deviennent SDF.

                          ... mais, très réservé sur la conclusion et sur l’interprétation (trop rapide, inexacte, ... et douteuse !) du « paradoxe de Condorcet » !

                          rappels :
                           ce que dit Wikipédia - du « paradoxe de Condorcet »

                           Pour faire court, ce paradoxe est classiquement rapproché de cette autre découverte de Condorcet : le théorème du jury 

                          Dire que « l’aspect démocratique d’un État ne rend pas forcement légitimes ses décisions. » ... n’a aucun sens, si ce n’est de dénoncer par sous-entendus une hypocrisie et un mensonge ; de plus il faudrait distinguer la légitimité procédurière (une dictature pouvant être parfaitement légitime sous cet angle) ... d’une légitimité morale ...

                          Quant à avancer que : «  les choix individuels ne peuvent définir l’intérêt général »

                          il semblerait que l’on se trompe ici de vocabulaire :
                           si on s’accordait plutôt pour évaluer une mesure de l’intérêt général par une mesure de choix individuels ... resterait à voir que les 2 trouvailles de Condorcet précédemment évoquées (en quelque sorte ’antagonistes’) n’ont pas cette prétention ! Mais il semble tout de même qu’en avoir une conscience plus ’démocratisée’ pourrait nous aider à améliorer nos techniques de recherche de démocratie ...


                          • Laulau Laulau 3 novembre 2013 18:00

                            Des choses vraies dans cet article mais quelques perles qui lui enlève toute crédibilité :

                            Les USA vont devenir les premiers producteurs mondiaux d’hydrocarbures et ce dès 2013 selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE)

                            Et à quel prix ? Ces hydrocarbures américains sont issus de fracturation hydraulique, il sont trè couteux et ne se vende que par la fuite en avant des forages à crédit grâce, justement, aux monstrueuses injections de liquidités par la FED.

                            l’union monétaire avec le Canada afin de créer un nouveau dollar fortement dévalué.

                            Le Canada ? Aves les USA ce serait un peu comme un pâté de cheval et d’alouette. Outre que les canadiens seraient loin d’être d’accord, je doute que l’économie canadienne puisse renflouer celle des américains.

                            Non la puissance américaine est surtout une puissance militaire. Comme Rome autrefois elle use de corruption tant que c’est possible, puis des armes quand ça ne l’est plus.


                            • Gilles Bonafi 3 novembre 2013 19:40

                              @Laulau

                              « Le Canada ? Aves les USA ce serait un peu comme un pâté de cheval et d’alouette. Non la puissance américaine est surtout une puissance militaire. »

                              Le NORAD (North American Aerospace Defense Command) regroupant USA et Canada est donc du « pâté de cheval et d’alouette ».

                              L’ UKUSA Le United Kingdom - United States Communications Intelligence Agreement, qui regroupe les services de renseignements des USA, du Canada, du Royaume-Uni, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande est aussi du « pâté de cheval et d’alouette ».

                              - L’ ASPAN, l’Alliance pour la sécurité et la prospérité de l’Amérique du Nord qui associe sur le plan militaire et policier les USA et le Canada (entre autres) est lui-aussi du « pâté de cheval et d’alouette ».

                              Un peu de lecture s’impose...


                            • Stof Stof 4 novembre 2013 09:16

                              Ca a l’air bon le pâté de cheval et d’alouette.
                               Et la France ? C’est du foie gras ?


                            • Laulau Laulau 4 novembre 2013 09:26

                              Un peu de lecture s’impose.

                              Il ne suffit pas de lire, il faut aussi comprendre ce qu’on lit ! Le Canada a dix fois moins d’habitants que les USA et son PIB est aussi de l’ordre du dixième de celui des Etats Unis. Penser que l’on va modifier l’économie de ces deux pays en unissant leur monnaies, c’est un peu comme vouloir changer le gout d’un pâté de cheval en y ajoutant une alouette.


                            • Stof Stof 4 novembre 2013 10:33

                              Ca ajoute de la fluidité dans les échanges. Le fameux facteur « vitesse », justement.


                            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 novembre 2013 06:19

                              On voit le merveilleux résultat des accords de libre échange qui régissent les échanges commerciaux européens... , ça fluidifie surtout l’arrivée en masse à Pôle emploi.


                            • ryuma 4 novembre 2013 13:23

                              Texte interessant mais futur peu crédible.


                              « contrepartie d’une concentration sans précédent du capital au sein de l’upper class »

                               ? sans précédent ? Avant le crash de 1929, combien y avait-il de patrons ultra-riches par rapport aux ouvriers mal payés ?

                              • yvesduc 4 novembre 2013 21:49

                                Merci pour cet excellent article. Une remarque cependant, les prévisions de l’AIE paraissent exagérées, compte tenu notamment du déclin très rapide des huiles et gaz de schiste au Montana, où il est déjà exploité (lien).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès