Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Acropolis Now : L’euro, un étalon mark

Acropolis Now : L’euro, un étalon mark

« Dans ce combat, la France est seule : les Etats Membres suspectent de plus en plus les positions de l’Elysée d’être teintées par une influence pour ne pas dire une domination du secteur bancaire. » comme l’évoque Georges Ugeux le 22 octobre 2011 dans un article intitulé Eurozone : Sarkozy roule-t-il pour les banques françaises ? Parions d’ailleurs à que ce dernier contraigne le Premier ministre grec à abandonner son projet de référendum même « si la démocratie doit être maintenue au-dessus des appétits des marchés » (Déclaration du gouvernement grec)… alors qu’en réalité la Chancelière Allemande se réjouit discrètement de cette initiative démocratique car elle est largement au fait que la migration des comptes des pays méditerranéens (Grèce, Italie, Espagne, Portugal…et France), environ 500 Milliards € de comptes courants sont venus récemment se placer en Allemagne… provoquant à terme le risque pour l’Allemagne de perdre son "AAA" sur les marchés internationaux car la Bundesbank sera "gonflée" de créances qui ne valent plus rien !

Pour la Grèce, déjà le 1er mai 2010 sur la couverture de The Economist !

Après avoir à la tête de ses pirates helléniques, chapardé pour plus de 60 Milliards € de pommes d’or dans les Hespérides germaniques, Georges Papandréou, réincarnation vivante du rusé Ulysse, vient de décider un referendum sur l’avenir des plans européens de sauvetage de la Grèce.

Désormais, les dettes publiques grecques sentent le sapin et la "coupe de cheveux" exigée par l’Allemagne pour les banques, prévue à 50% du montant des emprunts grecs risque fort de passer à 100%.

Bref, les créances sur l’Etat grec ont la boule à zéro. La faillite de l’Etat grec sera aussi celle des Grecs eux-mêmes car les 60 Milliards € de titres d’Etat grec détenus par les banques helléniques valent à peu près, selon l’expression, "peau de balle et balai de crin" ! Quant aux banques grecques, elles ne valent guère plus.

Selon les évaluations de la Banque des Règlements Internationaux, les créances des banques françaises en Grèce atteignent 75 Milliards $ à la fin 2010. Il est peu probable qu’il soit possible de mobiliser les créances grecques et à l’arrivée, on n’en tirera pas beaucoup plus qu’"au marc le franc" comme pour les faillites balzaciennes…

Avec de telles créances, les 8,8 Milliards € prévus par le Plan de sauvetage européen d’octobre 2011 ne vont pas suffire pour recapitaliser les banques françaises. Il y faudra une notable fraction des 75 Milliards $ à provisionner sur les créances grecques.

Reste à trouver les capitaux, les banques françaises ont prévu de vendre les actifs non stratégiques pour un montant de 150 Milliards € (les actifs sont stratégiques quand on les achète très cher, quand ils deviennent non stratégiques, on peut les vendre bon marché)…reste à trouver des acheteurs !

Pourtant les entreprises américaines ont déjà stocké plus de 1600 Milliards $ en liquidités et les entreprises européennes ont stocké 2900 Milliards € en liquidités.

Les liquidités ne manquent donc pas mais en période de crise, tout le monde fuit les risques et stocke les liquidités, cela s’appelle même "la trappe à liquidités", donc les actifs baroques des banques françaises ne trouveront pas d’acheteur, sauf à la rigueur quelques fonds vautours et bien sûr à des prix cassés.

L’évolution des cours en bourse ne permet plus guère aux banques françaises de lever des capitaux sur les marchés. Alors, il ne reste plus que l’Etat français (en fait les contribuables français) pour apporter des capitaux. On comprend mieux que notre Vénéré Président ait réuni le 1er novembre 2011 (le jour des morts) une réunion interministérielle de crise (était-ce une cellule de crise ou la crise dans la cellule ?).

Toutefois, avec pour conseil notre Ministre des finances et notre accorte Ministre du budget, ce sera le Conseil de guerre avant la capitulation ! Auparavant, il faudra avoir téléphoné à la Chancelière de l’Allemagne Fédérale pour prendre les instructions.

En effet, alors qu’en Grande-Bretagne, la Banque d’Angleterre peut émettre 200 Milliards ₤ d’abord, puis 75 Milliards ₤ ensuite pour acheter des bons du Trésor britannique et donc permettre à la Couronne britannique de nationaliser la Royal Bank of Scotland…la France elle, doit trouver des euros !

La Banque Centrale Européenne refusera d’acheter des bons français du Trésor. L’Allemagne refusera aussi, sur le fondement du Traité de Lisbonne. On peut toujours les demander à la Chine…soyons francs, l’Euro est une monnaie étrangère de fait !

Si le Trésor français doit emprunter des dizaines de Milliards € pour recapitaliser les banques, le surcroît pour la dette publique française risque de nous enlever un de nos trois "AAA" chéris. Dans ce cas, la France ne pourra plus utilement participer au Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF) à hauteur de 160 Milliards €.

Mais, si la Grèce entre en défaut de paiement, l’Allemagne a-t-elle encore besoin d’un FESF ?

Il importe donc peu que l’Italie entre en cessation de paiement, d’ailleurs pour des motifs de procédure parlementaire, "il Cavaliere" Berlusconi présentera son plan d’austérité au parlement italien qu’en janvier 2012. Dès le soir du 1er novembre, les taux des obligations italiennes passent au-dessus de 6% qui est le seuil admis pour le refinancement de la dette !

Il importe aussi peu que la France suive. En effet, les différends fonds qui placent en Euro placent en Allemagne, l’Euro est donc moins une monnaie qu’un Etalon Mark.

Morad EL HATTAB & Irving SILVERSCHMIDT

Auteurs de La Vérité sur la crise (Ed. Léo Scheer)


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Capone13000 Capone13000 5 novembre 2011 09:17

    Article interéssant, avez vous lu les analyses sur l« euro et l »europe de François Asselineau ?

    www.u-p-f.fr et http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau


    • wesson wesson 5 novembre 2011 14:26

      Bonjour Capone13000,

      non non, ce n’est plus la peine d’aller regarder le site de Asselineau, car il y a mieux : les vidéos de son porte-parole, Monsieur CaPue

      moi j’ai surtout adoré celui sur la sécu, ou grâce à la liste des médicaments fourni on comprends que M. CaPue a la chiasse (ce qui est une évidence au visionnage des vidéos de ce porte-parole), et qu’en plus il prends un anxiolytique qui s’apparente plus à du placébo !

      Quand on a ça, plus besoin d’aller sur le site d’Asselineau pour savoir ce qu’il raconte !


    • Prometheus Jeremy971 5 novembre 2011 09:44

      Très bon article, très intéressant mais aussi très inquiètant.

      Concrètement la seule option pour l’euro et pour la France est d’accepter sans condition l’argent chinois.

      Les liquidités ne manquent donc pas mais en période de crise, tout le monde fuit les risques et stocke les liquidités, cela s’appelle même « la trappe à liquidités », donc les actifs baroques des banques françaises ne trouveront pas d’acheteur, sauf à la rigueur quelques fonds vautours et bien sûr à des prix cassés.

      Je me demande quand même sur quelle base a été fait le stress test de cet été ?


      • herbe herbe 5 novembre 2011 10:15

        j’aime bien cet avatar : http://fr.wikipedia.org/wiki/Frantz_Fanon


      • Atlantis Atlantis 5 novembre 2011 13:47

        « Concrètement la seule option pour l’euro et pour la France est d’accepter sans condition l’argent chinois. »
        Soyons précis sur les mots je vous prie, c’est TRES important. D’argent il n’est pas question, c’est juste des dollars US. En gros la chine négocie en sous main des accords qui lui seront très profitables tout en fournissant en contre partie une monnaie de singe.


      • Cyril Cyril 5 novembre 2011 18:04

        heu, je crois que les stress test ont été fait sur une décote de 20% de la dette Grecque, mais c’est à confirmer


      • bigglop bigglop 5 novembre 2011 18:27

        Bonjour à tous,

        Merci pour cette analyse précise et inquiétante que je partage.

        Mais notre Grand Timonier n’est pas à une contradiction près, car il affirmé, le 28 octobre, me semble-t-il, que "l’entrée de la Grèce dans l’Union Européenne a été une erreur" et aujourd’hui avec Merkel il hurle "il faut que la Grèce reste dans la zone euro, donc dans l’Union" et ils imposent la question d’un référendum grec qui finalement n’aura pas lieu. Pauvre peuple grec « enpapandréouté », avec le cul aussi rouge que celui du discobole qu’il ont peint.

        Mais qui dirige ce grand orchestre du G20 ?
        Certainement pas les Thénardiers (dixit Ariane) européens, Merkel et Sarkozy.
        Mais plutôt, les représentants très discrets des marchés financiers spéculatifs, des hedges funds, des fonds de pensions, du shadow banking
        B. Obama, représentant de l’ISDA (International Swaps and Derivatives Association) est arrivé pour distribuer les bons points à tous les participants et remettre un peu d’ordre dans cette cacophonie.

        Une rapide analyse du dispositif du FESF mis en place le 28/10/2011 pour démontrer qu’il est catastrophique :

        • l’abandon de créance de 50% par les banques européennes sera limité par l’obligation de recapitalisation des banques grecques aura une efficacité réelle de 19 à 27%. A l’issue de ce G20 inénarrable, il est passé à 60% alors que la provision devrait être de 100%.
          - la garantie de 20% de la première perte sur des obligations souveraines est insuffisante pour rassurer les marchés et les banques, à terme.
          - le renforcement du fond par un effet de levier est dangereux car il peut mener à la création d’une pyramide de Ponzi.
          -la création d’un "special purpose vehicle" ou Fonds Commun de Créances est un clone des supports à l’origine des ’subprimes"
          Après la mise en place du MES (Mécanisme Européen de Stabilité) qui devrait se faire très rapidement, certainement avant les présidentielles de 2012 (et non en juin 2013, comme prévu), nous serons livrés pieds et poings liés à une organisation supranationale européenne qui gèrera directement les budgets de tous les états européens.


        Sur la « démocratie européenne  »

        Je ne reviendrai pas sur la loi de 1973-Pompidou/Giscard, les Traités de Maastricht, Amsterdam, Nice et de Lisbonne (ex-TCE) marqué du sceau de l’infamie, de la forfaiture, notamment du PS.

        Une précision sur " l’astuce juridique " pour faire passer la création du FESF et du MES sans recourir à un référendum  :

        Après la crise de la dette de zone euro qui a conduit au renflouement des États membres de l’Union, il y eut des tentatives de réformer le fonctionnement de la zone euro en cas de crise. Cela a conduit à la création de mécanismes de renflouement : Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF) et le Mécanisme Européen de Stabilité Financière (MESF). Ceux-ci, conjointement avec le FMI, ont pour objectif de renflouer les États membres en difficulté. Toutefois, le FESF et le MESF étaient destinés à être temporaires (jusqu’à fin 2013) car ces deux mécanismes n’avaient aucun fondement juridique dans les traités de l’Union européenne.

        Afin de résoudre le problème du fondement juridique, le gouvernement allemand indiqua qu’un amendement au traité serait nécessaire. Cependant, après la ratification difficile du traité de Lisbonne,certains hommes d’État se sont opposés à une modification du traité, notamment le gouvernement britannique qui s’opposait à des changements affectant le Royaume-Uni. C’est finalement avec le soutien du président français que l’Allemagne obtint l’aval du Conseil Européen d’octobre 2010.

        La proposition allemande demandait une modification minimale visant à renforcer les sanctions et à créer un mécanisme permanent de sauvetage. Cette modification minimale ne répondant toutefois pas à l’exigence allemande de sanctionner les manquements des États par la suspension du droit de vote. En effet, une telle exigence nécessiterait une modification plus importante du traité.

        Le 16 décembre 2010, le Conseil européen trouva un accord pour un amendement de deux lignes au traité, ce qui permit d’éviter la tenue de référendums. En effet, le Président du Conseil Européen, Hermann Von Rompuy fut chargé d’examiner les changements à travers la procédure de révision simplifiée (article 48 TFUE) La modification change simplement le Traité de Fonctionnement de l’Union Européenne pour permettre l’instauration d’un mécanisme permanent.

        Maintenant, quand j’entends politiques, journalistes, experts, parler de « démocratie », j’ai envie de sortir un 357 magnum (que je n’ai pas). A moins qu’ils ne parlent de " démocratie couchée"

        Comme disait un certain Coluche :

        « nos hommes politiques sont très gentils, ils nous laissent des libertés que s’ils nous les enlevaient on ne s’en apercevrait pas ».

        Cela résume parfaitement notre situation, aujourd’hui, dans laquelle nous avons une responsabilité à la fois individuelle et collective.

        ISDA
        http://www.worstlobby.eu/fr/2010/no...

        http://leblogalupus.com/2010/10/06/bale-iii-pousse-le-risque-vers-le-shadow-banking/

        MES

        http://www.courtfool.info/fr_MES_le_nouveau_dictateur_Europeen.htm

        http://blogs.mediapart.fr/edition/la-theorie-du-tout/article/261011/le-mecanisme-europeen-de-stabilite-pour-les-nuls-le-r



      • ma pomme 5 novembre 2011 09:59

        j’adore ces « experts » smiley
        je me demande toujours s’ils comprennent ce qu’ils racontent smiley
        ils nous expliquent la situation à coups de bilans et apportent des solutions qui ne solutionnent jamais rien, bien au contraire.


        • asterix asterix 5 novembre 2011 10:21

          Je voudrais poser une petite question à l’auteur de ce très bon article :
          En suivant bien votre exposé, quelle est encore la valeur de la monnaie ? Laquelle vaut plus que la dette qui tour,ne autour ?
          Retour à la monnaie métal ? Un euro électronique ?


          • Robert GIL ROBERT GIL 5 novembre 2011 11:32

            je suis surement un doux reveur, mais au niveau local dans de nombreux pays il existe des monnaies alternatives. Alors pourquoi ne pas etudier le moyen d’en creer une nationale, qui nous permettrait de controler sa creation et son utilisation, sans sortir de l’euro :

            http://2ccr.unblog.fr/2011/03/13/une-monnaie-alternative-le-franc/


            • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 5 novembre 2011 12:55


              Tout faux.

              Il n’y a pas de problème de liquidité... mais il y a un problème fondamental de solvabilité.

              C’est le modèle économique du capitalisme qui est instable par nature. C’est une pyramide de Ponzi à l’échelle de la plante. Et c’est la fin d’un cycle.

               smiley Et les banques et les gouvernements fantoches s’enfoncent dans le mensonge, dans la violence, en attendant pire.


              • titi 6 novembre 2011 00:43

                « C’est le modèle économique du capitalisme qui est instable par nature »

                Pas d’accord.

                Cette crise est la crise des dettes souveraines. Ces dettes souveraines ce sont bien les gouvernements élus qui les ont fabriqué à coup de subventions aux copains, et en allocations aux électeurs reconaissants.

                Ce n’est donc certainement pas le modèle capitaliste qui est en cause, car ce n ’est qu’un outil, mais bien le modèle social démocrate qui a abusé et dévoyé le système pour des raisons électoralistes.


              • Emmanuel Aguéra LeManu 6 novembre 2011 13:39

                D’accord avec Alexis. Ce torchon de « The Economist » est à l’économie ce que « Science et avenir » est à « Nature »... rien d’étonnant à ce que l’on trouvede quoi continuer d’ausculter le malade et de préconiser des remèdes même après le constat de décès, Alexis...
                D’autant qu’en l’occurence ce sont nos experts-économico-thérapeutes qui, après l’avoir concocté, propage le virus.
                Toujours plus loin...

                Pas de panique ! OUI, il reste des solutions économiques !
                Et notamment : arrêter la branlette et planter ses légumes.


              • Louis Matisse Louis Matisse 5 novembre 2011 13:06

                Vite le retour au franc et à la création monétaire ex nihilo de la Banque de France (et non des banques secondaires comme c’est le cas aujourd’hui), vite le retour à l’indépendance financière avec financement du déficit budgétaire par la Banque de France (et non par les marchés financiers qui se goinfrent d’intérêts), vite le retour à la réalité économique avec une politique monétaire et un taux de change conforme à l’économie française (et non un déficit commercial de plus de 75 milliards d’euros jamais vu auparavant), vite un retour au contrôle des mouvements de capitaux (et non au rachat par des compagnies étrangères de tous les secteurs stratégiques français).

                Vite le retour au franc avant que Etat ne tombe en faillite, vite le retour avant que la France ne soit pillée à son tour, vite le retour avant que l’Europe ne détruise complètement notre modèle social (comme elle l’a prévue et orchestrée par ses directives).

                Quand je pense que la Révolution a privé le Roi de sa souveraineté pour la donner au peuple, et que les gouvernements français d’aujourd’hui l’ont privé au peuple sans son accord pour la donner aux banquiers internationaux, c’est à pleurer. Le Roi au moins construisait la France, eux déconstruisent la France en plus. Il va falloir redresser la République et vite vis-à-vis des marchés, de l’économie, de la finance, et de toutes les chimères supranationales où nous courrons à un asservissement de plus en plus néfaste, car plus nous attendons, plus la France se voit privée de certains atouts stratégiques dont elle dispose encore et qu’on lui enlève petit à petit, subrepticement.


                • titi 6 novembre 2011 00:45

                  « Révolution a privé le Roi de sa souveraineté pour la donner au peuple »

                  C’est faux. La révolution a privé le Roi de sa souverainté pour la donner à des dictateurs, dont le dernier s’est autoproclamé Empereur.


                • BA 5 novembre 2011 13:33

                  Vendredi 4 novembre 2011 :

                   

                  Italie : taux des obligations à 10 ans : 6,370 %. Record historique battu.

                   

                  Les investisseurs internationaux n’ont plus aucune confiance dans la capacité de l’Italie à rembourser ses dettes.

                   

                  Le graphique des taux de l’Italie montre que le quatrième domino va bientôt tomber.

                   

                  Après la Grèce, après l’Irlande, après le Portugal, c’est maintenant le domino italien qui va tomber.

                   

                  http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR10:IND


                  • Marc JUTIER Marc JUTIER 6 novembre 2011 11:51

                    La révolution non violente est en marche !

                    La prise de conscience des peuples est inéluctable.

                    Nous vivons une révolution paradigmatique, un changement de civilisation, c’est indéniable.

                    Je dis ce que je pense partout et tout le temps depuis des années et

                    la victoire des peuples contres les banksters ne fait aucun doute à mes yeux.

                    L’oligarchie (Bilderberg, trilatérale, etc) et leurs serviteurs (technocrates, économistes et journalistes) sont en train d’être démasqués.

                    Chers concitoyens, j’ai rassemblé ici quelques articles, vidéos et documents qui vous permettront d’avoir une vision plus claire de la situation.

                    http://www.lepost.fr/article/2011/11/05/2630758_la-revolution-non-violente-est-en-marche_1_0_1.html

                    10 bonnes raisons de faire à nouveau la Révolution

                    http://www.syti.net/Revolution.html

                    merci de partager

                    Marc JUTIER


                    • Jason Jason 6 novembre 2011 16:22

                      « Alors, il ne reste plus que l’Etat français (en fait les contribuables français) pour apporter des capitaux ».
                      L’Etat français n’apporte pas des capitaux gratis pro deo, il les loue, comme ça a été le cas dernièrement.

                      « la France elle, doit trouver des euros ! » Oui, la France a trouvé des Euros en les empruntant et les a prêtés aux banques en réalisant une plus value. Vérifiez !

                      « En effet, les différends fonds qui placent en Euro placent en Allemagne, l’Euro est donc moins une monnaie qu’un Etalon Mark. » De quels « fonds » parlez-vous ? Placent en Allemagne pour acheter quoi ? Quand ? Auprès de quels instituts ? 

                      Cessez votre délire obsessionnel, la désinformation et la logorrhée.

                      Et Agoravox qui laisse passer des âneries pareilles !


                      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 7 novembre 2011 11:08

                        Résurrection du rêve de « Métropolis » LA COMEDIE FRANCAISE EN PLEINE TRAGEDIE OCCIDENTALE !


                        Il faut avoir suivi le fil des évènements pour comprendre aujourd’hui la tragédie humaine qui commence comme il se doit par celle de la Grèce et par conséquent celle de l’Europe chérie !

                        Le LEURRE DEMOCRATIQUE a craqué en 1991 en Algérie (je ne dis pas le pourquoi du comme de ceci ou de celà...) Je dis seulement que le peuple avait voté en masse, librement et sans contrainte comme il avait l’habitude de le faire. Seule différence fondamentale, il avait en 1991 fait un autre choix, il avait voté pour un autre programme, il avait désavoué le régime en place... On a eu droit à l’apocalypse puis plus tard à l’insolite coalition politico-islamiste qui salit et la politique et la religion !

                        Le LEURRE DEMOCRATIQUE a une seconde fois craqué en 2002 en France (j’ai des centaines de fois expliqué comment le Sorcier CHIRAC avait manipulé la Gaucherie jospiniste et les « jeunes français à la manière de Vichy, en les faisant défiler sur les boulevard et sous le poids de la honte d’être Français... dans le but de voler la victoire certaine au Front National) ! On a eu droit plus tard à l’agonie du leurre démocratique puis à la supercherie universelle de l’UMP, cette coalition obscure qui terrrorise les populations pour les amener à plus de soumission !

                        Le LEURRE DEMOCRATIQUE ETANT AUJOURD’HUI MORT, la compréhension et la prise de conscience collective deviennent possible. OUI ou NON est-ce que la  »DEMOCRATIE«  veut dire la  »VOLONTE GENERALE« , OUI ou NON est-ce que la  »DEMOCRATIE«  s’exprime et se concrétise par les moyens habituels des  »SUFFRAGES, REFERENDUMS, VOTES ET CONSULTATIONS«  ?

                        J’avais expliqué depuis des années ce qu’est la VRAIE DEMOCRATIE, qu’elle n’était pas inventée par les Grecs, qu’elle est la  »même organisation sociale« au sein d’une tribu de l’Amazonie et au coeur de la Nation la plus développée aujourd’hui :  »LA DEMOCRATIE EST LA VOLONTE GENERALE ISSUE DE L’INTELLIGENCE COLLECTIVE DU PEUPLE CONSIDERE«  !

                        Ce qui fait la différence est le sens donné à cette VOLONTE GENERALE qui n’est plus ce qu »elle était et qui n’est plus aussi compacte parce que les individus et les peuples ont compris aujourd’hui qu’ils étaient exploités au profit d’une minorité, celle-là même qui accapare 80 pour cent des richesses de la planète et celle-là même qui veut faire de la mondialistion une batardisation du monde !

                        La VOLONTE GENERALE est en train de se reformer malgré la puissance de la DESINFORMATION qui pollue les esprits et malgré L’IDEOLOGIE DU TERRORISME qui terrorise « l’intérieur » par le chômage forcé et par les politiques de rigueur et détruit « l’étranger » en faisant croire à la menace imminente !

                        Ne sous estimez pas le « MOUVEMENT DES INDIGNES » à travers la planète, c’est au résultat de cette initiative qui veut la NAISSANCE DE LA VRAIE DEMOCRATIE que dépend l’avenir : L’HUMANITE EST-ELLE OUI OU NOM D’ELEVER SA DIGNITE A UN NIVEAU ACCEPTABLE ?


                        La crise de la Grèce et donc celle de l’Occident vient de commencer, il vous appartient de choisir la meilleure solution pour vous en sortir et je vous propose la meilleure !

                        Mohamme MADJOUR.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès