Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Avec François Hollande, régalons la finance !

Avec François Hollande, régalons la finance !

Le 22 janvier 2012, le candidat Hollande lançait devant une foule conquise, réunie au Bourget : « si l’adversaire est la finance, alors, il faut l’affronter ! » C’était sans nul doute dans cet état d’esprit qu’il avait décidé de convoquer les banques françaises à l’Elysée ce vendredi 19 juillet...

« Maîtriser la finance commencera ici par le vote d’une loi sur les banques qui les obligera à séparer leurs activités de crédit par rapport aux opérations spéculatives » annonçait Hollande au Bourget. La loi adoptée le 18 juillet ne prévoit en rien une séparation, mais une « filialisation des activités ». Pour le chercheur Gaël Giraud, celle-ci revient « à exiger la reconduction du statu quo ».

« Les produits financiers toxiques […] seront purement et simplement interdits » lançait le candidat socialiste. La loi bancaire ne prévoit aucune disposition dans ce sens. Idem pour l’encadrement des bonus des traders ou l’interdiction des stock-options [1].

« Aucune banque française ne pourra avoir de présence dans les paradis fiscaux » promettait le futur Président. Là encore : promesse non tenue. La loi bancaire prévoit des règles de transparence renforcée, loin d’être suffisantes. Les mesures annoncées au lendemain de la démission du ministre du Budget pour évasion fiscale, relève quant à elle de la pure diversion [2]…

« Enfin, concluait Hollande, je proposerais une véritable taxe sur les transactions financières avec ceux en Europe qui voudront la mettre en œuvre avec nous ». Le hic, c’est que, de l’aveu même du Ministre de l’économie, la France veut désormais couler la taxe sur les transactions financières, sous le prétexte qu’elle coûterait trop cher pour les banques françaises [3] !

Il faudrait ajouter à cette liste les récentes déclarations concernant le livret A, dont le taux va à nouveau baisser au plus grand bénéfice des assurances-vie. L’épargne du livret A pourrait même en partie bénéficier aux banques françaises !

N’en jetez plus : les chroniques de l’« affrontement » entre Hollande et la finance se résument à une succession de reculades, de pantalonnades en volte-face et promesses non tenues. Il faut dire qu’Hollande a su s’entourer d’un ministre du budget qui s’est avéré être un fraudeur fiscal, ainsi que d’un ministre de l’économie qui s’autoproclame « ministre des banques » et leur « partenaires »… Lui-même ancien Vice-président du Cercle de l’industrie, lobby patronal fondé avec l’actif soutien de Dominique Strauss-Kahn.

Dans ce contexte, pas de surprise, cette rencontre du 19 juillet avec les banques françaises s’est avérée fructueuse… pour la finance ! Le lendemain, Bercy annonçait que les banques recevront plus de 30 milliards d’euros issus de l’épargne du livret A...

Le programme du candidat socialiste annonçait : « avec François Hollande, régulons la finance ». Une faute de frappe, sans doute. « Avec François Hollande, régalons la finance » semble plus proche de la réalité.

 

[1] « Un collectif dénonce la "non-réforme" bancaire » :http://www.france.attac.org/article...

[2] « Éradication des paradis fiscaux » : assez d’effets d’annonce, la France doit agir :http://www.france.attac.org/article...

[3] L’aveu de M. Moscovici : la France veut couler la taxe sur les transactions financières proposée par la Commission européenne : http://www.france.attac.org/article... Voir également la tribune de Peter Wahl et Dominique Plihon :http://blogs.mediapart.fr/blog/atta...

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.79/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 22 juillet 2013 10:21

    Précisément, c’est le directeur sortant du think tank Bruegel qui a été nommé récemment à un poste stratégique auprès du Premier ministre. Voir notre article :

    http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/07/21/jean-pisani-ferry-hollande-matignon-consensus-49042.html

    Jean Pisani-Ferry, Hollande, Matignon, consensus

    Le 21 juillet 2013, Vosges Matin écrit « Hollande tente de rassembler sa majorité », avec le surtitre « Politique - Le président invite à Élysée demain les chefs de partis qui le soutiennent ». Le principal sujet de l’entretien semble devoir être la cohésion de la majorité. Hollande recevra également Pierre Laurent, dans un contexte où le Parti Communiste aura impérativement besoin des électeurs de la «  gauche » pour préserver ses mairies dans huit mois. Le Parisien rapporte « Corrèze : Hollande en visite surprise chez les Chirac ». Jacques Chirac et François Hollande sont les deux des membres influents des milieux professionnels regroupés autour du G16 (énarques, polytechniciens...), comme souligné dans notre article récent « 14 juillet 2013, G16 et « gestion » de la France ». Mais où nous ont conduit après trois décennies la « bonne gestion » et la « gouvernance » du pays par ces prétendues « élites » ? A son tour, c’est de Supelec que provient Jean Pisani-Ferry, directeur du think tank Bruegel pendant huit ans et nommé récemment en Conseil des ministres Commissaire général à la stratégie et à la prospective. Il y a plus de 20 ans, Jean Pisani-Ferry avait déjà fait partie d’un groupe transversal du Commisariat général du Plan présidé par l’actuel directeur général de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), Pascal Lamy, et comprenant notamment l’alors président européen de la Commission Trilatérale Georges Berthoin, Jean-Louis Gergorin à l’époque dirigeant de Matra, Jean-Christophe Le Duigou (CGT Finances), Pierre Lellouche, Francis Mer (alors à la tête d’Usinor-Sacilor), Alain Minc, Jean-Claude Trichet... Il a par la suite occupé des fonctions influentes sous tous les gouvernements français, et participé à la réunion du groupe de Bilderberg à Athènes il y quatre ans. Il fut notamment membre des cabinets de Dominique Strauss-Kahn et Christian Sautter au Ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie dans le gouvernement de «  gauche plurielle » de Lionel Jospin connu pour son record de privatisations et ses multiples mesures de casse sociale. Membre du Conseil d’Analyse Economique (CAE) de manière presque permanente depuis 1997, et nommé sous Nicolas Sarkozy au Conseil des affaires étrangères auprès du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes, Pisani-Ferry semble incarner une approche « consensuelle » à la stratégie de l’Union Européenne dans la ligne de Jacques Delors. Il est membre du Conseil d’administration du think tank Notre Europe (Institut Jacques Delors) fondé par Jacques Delors et dont Pascal Lamy a été président. Où est le « changement » promis par François Hollande ? Le 21 juillet également, Boursorama emploie le titre « G20 : priorité à la croissance face à une économie fragile ». Dans la vidéo présentée, Christine Lagarde appelle explicitement à des « réformes structurelles » dans toutes les « économies développés ». En clair, la suite de la mondialisation du capitalisme, du nivellement par le bas à l’échelle planétaire et de la casse sociale.

    [la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/07/21/jean-pisani-ferry-hollande-matignon-consensus-49042.html ]

    Cordialement

    Le Collectif Indépendance des Chercheurs

    http://science21.blogs.courrierinternational.com/

    http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia


    • Jacques Jacques 22 juillet 2013 13:53

      Et voici ici les promesses non tenues de Hollande en images : http://www.youtube.com/watch?v=tf1UXLoaR2g


    • Akerios 27 juillet 2013 12:22

      @ Jacques 

       

       

      oui c’est de la trahison et on ressent de la haine en regardant ces images !


    • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 22 juillet 2013 10:25

      Ou encore :

      http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/07/20/big-mac-competitivite-omc-salaires-retraites-49037.html

      Big Mac, compétitivité, OMC, salaires, retraites...

      Le 20 juillet 2013, L’Express annonce « Fin du premier round de négociations sur la réforme des retraites ». L’article cite une source gouvernementale d’après laquelle François Hollande «  a pris des risques sur l’emploi, sur la famille, il le fera aussi sur les retraites ». Mais quel risque prennent Hollande et les membres du gouvernement, dont l’avenir est largement garanti ? A fortiori, avec une politique de casse sociale réclamée par plusieurs tutelles internationales : Union Européenne (UE), Organisation Mondiale du Commerce (OMC), Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE), Fonds Monétaire International (FMI)... sans oublier la surveillance directe exercée par le milieu de la grande finance. Tel est le contexte du bluff médiatique autour du prix du Big Mac : un « indicateur » qui n’a aucun sens, mais chercherait-on à impressionner les « petits ciyoyens » indignés devant l’actuelle politique gouvernementale ? L’opération publicitaire vise à culpabiliser les salaires français. Le Figaro écrit « Le Big Mac confirme la perte de compétitivité de la France », se référant à ce sujet à un article diffusé par The Economist avec le titre « The Big Mac index. Value meal » et à la note « What does euro area adjustment mean for your Big Mac (index) ? – an update » parue sur le site du think tank Bruegel avec la signature de son directeur Guntram Wolff. A la tête de Bruegel se trouve l’ancien président de la Banque Centrale Européenne Jean-Claude Trichet, qui préside également la branche européenne de la Commission Trilatérale. Un ancien président européen de la Commission Trilatérale, Mario Monti, a été aussi président de Bruegel. L’un des fondateurs de Bruegel, Jean Pisani-Ferry, a récemment été nommé commisaire général à la stratégie et à la prospective auprès du Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Sur le Big Mac, TF1 répercute « Compétitivité : la France trahie par son Big Mac », et L’Express « Compétitivité : la France décroche, la preuve en Big Mac ». Challenges répond « Pourquoi le Big Mac Index ne peut pas mesurer la compétitivité ». Mais quel analyste ose s’interroger sur le sens de la notion même de « compétitivité », imposée aux Etats par les règles de l’OMC dans le cadre de la mondialisation du capitalisme ? Le 20 juillet, le NPA se plaint «  Taxe sur les transactions financières : banquiers, vos désirs sont des ordres ». La Voix du Nord rapporte à son tour « Un journaliste allemand à Hollande : « Vous croyez vraiment à ce que vous racontez ? » » et RTL évoque « Hollande : les phrases marquantes du dîner avec la presse ». Des reflets d’un état de l’opinion. Et qui peut sérieusement croire à « l’indicateur Big Mac  » alors que, d’après les données fournies par The Economist, son prix au Brésil (salaire minimum de 230 euros mensuels, équivalent à 57 Big Mac) est supérieur au prix rapporté pour la France ?

      [la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/07/20/big-mac-competitivite-omc-salaires-retraites-49037.html ]


      • Expat2011 22 juillet 2013 10:52

        Si vous voulez qu’on arrête de « régaler » la finance, il faut aussi arrêter de se servir d’elle abusivement : depuis des dizaines d’années, comment l’Etat finance t’il les émoluments des fonctionnaires, ainsi que leurs retraites, primes etc ? 


         Il emprunte à tour de bras : 900 Millions d’Euros par mois en ce moment. 

        Le pillage de vos livret A c’est ça : on se gave de dettes, en empruntant tous les mois pour faire tourner la machine « Etat Providence » qui n’est rien d’autre qu’une sorte de Goulag, qui réclame chaque année plus de victimes du matraquage fiscal, comme le Goulag réclamait tous les ans des charettes de nouveaux condamnés, pour remplir les camps, et s’alimenter en main d’oeuvre destinée à mourir dans les grands travaux de l’Etat tout puissant (les canaux d’irrigation pour la culture du coton, avec le désastre écologique de la Mer d’Aral). 

        Les banques européennes sont courtoisement mais fermement, avec les grandes compagnies d’assurances, appelées tous les mois à acheter partout en Europe la dette publique des états qui ne savent pas se serrer la ceinture. 

        1.700 milliards d’euros dorment ainsi en Europe des les coffres de cette finance honnie, mais qui est celle sans laquelle nos états, la France en tête seraient officiellement en état de cessation de paiement. 

        Si demain on dit aux banques « à partir de maintenant, vous êtes responsables du remboursement des dettes de l’Etat si celui-ci fait défaut » que va t’il se passer : la finance va simplement cesser de prêter à l’Etat. Et que se passera t’il ? Plus d’État. 

        Se passer de la finance, tirer dessus à boulet rouge est dans l’air du temps,, ça ne change rien au problème de fonds : le fonctionnement d’un État hypertrophié, incapable de se réformer, tant les blocages syndicaux et corporatistes sont violents et lourds. 

        Au lieu de se passer de la finance, passons nous de l’overdose de fonctionnaires toutes fonctions publiques confondues, d’élus, de communes (36.000 communes en France, soit 50 % du nombre de toutes les communes de toute l’ UE), passons nous des syndicats et des régimes de retraites particuliers qui créent des situations d’ injustice sociale flagrantes, au nom de la protection d’intêrêts même plus corporatistes, simplement personnel. 

        Les 30 milliards du Livret A servent à quoi à votre avis ? à garantir les émoluments des fonctionnaires pour les deux ans qui viennent. Et en 2017, on verra si ce gouvernement aura réussi ne fut-ce qu’à maintenir la dette publique au niveau actuel. 


        • alinea Alinea 22 juillet 2013 11:24

          Je suis d’accord avec vous : d’abord on vire tous les fonctionnaires, de l’Éducation Nationale, des Hôpitaux, tous les autres qui dépendent des autres ministères, sans oublier l’armée et les Impôts !
          On y verra déjà plus clair et les écoliers seront contents de n’avoir pas de rentrée. Puisque l’État n’aura plus rien à foutre, on vire tous les ministres et tous les élus !
          Comme plus personne n’aura rien à faire, plus d’argent à dépenser, les PME, les artisans, commerçants et même ce qui nous reste d’industries, pourront arrêter le boulot.
          Ainsi, nous pourrons redémarrer sur des bases neuves !
          Au fond, expat, vous êtes un putain de révolutionnaire ! ( c’est de chez moi, ça veut dire : un sacré révolutionnaire !)


        • Gourmet 2012 22 juillet 2013 11:57

          C’est sûr qu’on serait beaucoup mieux sans services publics. Santé, transports... laissons ça aux riches !

          Il fallait y penser...


        • Gourmet 2012 22 juillet 2013 11:59

          D’ailleurs, comme tout le monde le sait, les fuites « légales » et « illégales » de capitaux, les délocalisations... ne sont pour rien dans le « déficit public ».

          C’est l’évidence même...


        • Expat2011 22 juillet 2013 21:46

          expliquez moi pourquoi nous avons besoin d’avoir plus de 26% de la population active fonctionnaire alors que dans les autres pays démocratiques, notamment en Scandinavie, avec 15%, ça marche aussi bien sinon mieux ? 


          Les fonctionnaires, il en faut, mais on en a trop et dire que nous avons un service public exemplaire, et efficace est d’une bêtise infinie. 

          Oui, il faut des infirmières, et mieux payées. Non, il ne faut pas engager 60000 personnes à l’éducation nationale quand on 250000 fonctionnaires de ce ministère qui sont payés sans avoir d’affectation. Et 250000, c’est parait-il loin de la réalité. Pourquoi avons nous encore des départements alors que des régions suffiraient ? la proximité des services publics ? allons donc, pour avoir travaillé pour une collectivité locale pendant quelques années au début de ma vie professionnelle, j’ai vu les doublons, les structures qui se sont accumulées pour rendre les mêmes services, le tout avec deux objectifs :

          - satisfaire les égos des Présidents de Conseils Généraux et de Régionaux, chacun rêvant comme de nouveaux princes d’une république pleurant le temps béni de la royauté, de se conduire en monarque local, avec pour ambition de « marquer » le territoire pendant son mandat, tout en espérant que ces marques - rond-points, ponts, nouveaux réverbères, routes départementales, seraient autant de marche-pieds pour aller plus haut, du département à la région, de la région au maroquin. 

          - embaucher des fonctionnaires pour s’assurer les voix nécessaires à toute réélection. Ça s’appelle du clientélisme. 

        • Expat2011 22 juillet 2013 21:47

          ce message s’adressait á @Alinéa. 


        • Nums Nums 22 juillet 2013 15:46

          On aurait préféré :


          Avec François Hollande, régulons la finance...



          • almodis 22 juillet 2013 18:08

            C’est vite fait , même si ce ne sera qu’une goutte d’eau -(quoique... ) - Dès demain , je vais à La Poste- pardon , la Banque Postale , et je retire mes 8000 euros du livret A . 

            Même si je dois remplir des paperasses , ce dont j’ai horreur , j’ouvre un compte au Crédit Coopératif ou dans une autre structure plus locale . 
            PAS QUESTION QUE MES THUNES SERVENT LES BANQUES , LES ASSURANCES ,ou même les PME !

            • TSS 22 juillet 2013 18:35

              Et la meilleure c’est les20 milliards accordés pour la competivité ! Bercy(Moscovici) a pondu

              un decret interne qui interdit aux inspecteurs des impots de demander la destination et

              l’utilisation des fonds alloués,ça correspond tout à fait a ce qu’avait affirmé Hollande que

              ces fonds seraient scrupuleusement contrôlés ...ha..ha


              • almodis 23 juillet 2013 21:42

                un decret interne qui interdit aux inspecteurs des impots de demander la destination et

                l’utilisation des fonds alloués


                tien , tiens ! 

                prouvez nous ça !


              • TSS 24 juillet 2013 10:04

                 

                Fac-similé de la note !

                l’administration fiscale ne contrôlera pas l’utilisation du CICE : un CICE qui ne serait pas utilisé

                 conformément aux objectifs d’amelioration de la competitivité de l’entreprise ne fera donc l’objet

                d’aucune remise en cause par l’administration fiscale.

                note faite à Bercy le 12/07/2013 par Mr Moscovici (source « le canard enchaîné »)


              • Akerios 27 juillet 2013 12:16

                Ce qui se passe est grave ils vont très loins !


              • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 22 juillet 2013 19:08

                C’est vrai, avant les Traités européens, la France avait 500 000 chômeurs, une horreur !, quasiment pas de dette grâce à la Banque de France, une industrie et une agriculture, des hôpitaux et des services publics qui fonctionnaient...

                Maintenant on croule sous la dette illégitime, on a plus de 5 millions de chômeurs, plus de 8 millions de gens en dessous du seuil de pauvreté, un agriculteur se suicide chaque jour, on fait des lofts dans les usines désaffectées, et le FMI demande une augmentation de l’âge de départ à la retraite....

                Mais chut ! Faut pas dire que c’était mieux avant.., sinon on se fait traiter de rétrogrades et de ringards.

                « Soleil vert », c’est vachement plus moderne et progressiste, non ?


                • SEPH 23 juillet 2013 12:38

                  HOLLANDE L’HOMME QUI SE COUCHE

                  Ce gouvernement se couche devant les banques. Nous sommes gouvernés guignols qui viennent de prêter 20 000 millions aux banques au taux ridicule de 1% .Si ce n’est pas un cadeau, alors c’est quoi !! : Les banques prêteront avec cet argent à combien de % ??

                  Les banques avec cet argent vont pouvoir de nouveau spéculer, mettre les profits dans les paradis fiscaux, puis se déclarer en faillite afin de ne pas rembourser les 20 milliards et de recevoir en bonus de l’argent du contribuable pour les renflouer
                  . C’est pas beau la vie de banquier !!!!!

                  Hollande n’a jamais rien réalisé dans sa vie. En effet, il a géré la Corrèze après Chirac qui a donné à ce département tous les moyens, il est donc pas difficile à prendre la suite. Il a aussi gérer le PS, qu’il a laissé dans un état calamiteux (cf : Martine Aubry), c’est pas glorieux !!. Il laissera la France dans le même état

                  Hollande, n’a été capable que de magouiller pour se maintenir comme premier secrétaire du PS. Il est incompétent dans bien des domaines, c’est le dernier qui a parlé qui a raison.

                  Bref, ceux qui ont voté pour cet imposteur sont floués
                  , car il mène actuellement une politique antisociale proche du MEDEF(1) et une politique pro-USA et sioniste (2).


                  Hollande laisse se développer les injustices, car il fera jamais front à la finance, il l’a sert.

                  Alors, qu’il dégage.

                   -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

                   (1)
                  Hollande augmente la précarité et il va augmenter la durée de cotisations pour les retraites,.... Une politique de droite ultra-libérale comme le demande l’UMP et le FN.

                  (2) - Hollande arme des terroristes en Syrie pour qu’ils mettent à feu et à sang ce pays pour le plus grand bonheur des USA et Israël.

                   - Hollande interdit le territoire français à un grand défenseur des libertés Edward SNOWDEN. c’est un petit toutou qui se couche quand Obama lui demande

                   - Hollande se comporte en colonialiste en Afrique, grâce à ce toutou le bon temps des colonies est revenu.


                  • Akerios 27 juillet 2013 12:11

                    Merci pour la pertinence de ton message !


                  • molotov molotov 24 juillet 2013 13:51

                    Boniour,

                    Le changement sous Hollande, ca ne serait pas encore pour demain,

                    enfin selon le programme euro-étasunien.

                    Nous les moutons bien rangé, sage, et fidéle a chaque appel, pensons encore a voté en 2017 pour notre déstiné !!

                    mais comme disait un certain Henry Ford :

                    «  Si les élections changeais la donne d’un état, cela ferai longtemps que le vote serai interdit ».

                    Alors continuons a nous fatiguer de listé ce qu’il ont fait ou non, menti ou omis, car ce ne sont aujourd huit que de pitoyable clown de vils fonctionnaire aux service de la toutes puissante machine us.


                    • Akerios 27 juillet 2013 12:14

                      Je pense comme toi.....................................................

                      ..........il faut changer Hollande en évitant d’avoir le même avec l’ UMPS !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès