Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Actualités > Economie > Bancopoly : le jeu qui fait fureur !

Bancopoly : le jeu qui fait fureur !

Vous ne connaissez pas le Bancopoly ? Pourtant vous y jouez tous les jours, sans le savoir. L'avez-vous vraiment compris ?

Bancopoly : juste une nouvelle petite règle.

Qui n'a jamais joué au Monopoly ? Ce jeu est amusant parce qu'il est chaotique : en partant de la même situation initiale, on arrive immanquablement à une situation de monopôle, où l'un des joueurs va prendre l'avantage sur les autres. Rien ne permet au début de prévoir qui va gagner, en partant à chaque fois d'une situation pourtant identique.

Le Bancopoly, c'est un Monopoly qui change seulement la règle suivante :

  • quand un joueur passe la case départ, c'est le joueur désigné comme banquier qui reçoit la monnaie de la case départ : le joueur qui passe ne reçoit rien.

Qui va accepter de jouer au Bancopoly ? Aucun enfant sensé qui y joue une fois ne veut plus y rejouer : il voit bien que cette petite modification, bien innocente, change complètement le jeu. Essayez et vous verrez : seul le banquier peut alors gagner la partie.

Même un enfant comprendrait...

Étonnant que n'importe quel enfant comprenne immédiatement, alors que les millions d'adultes occidentaux présents sur Terre acceptent de jouer quotidiennement au Bancopoly : car la distribution de monnaie à chaque tour, c'est la création monétaire.

La création monétaire des Euros, ou des Dollars, ce sont les banques privées qui la reçoivent, au vu et au su de tout citoyen.. averti !

Chaque fois qu'un banquier accorde un crédit, il ne prête pas son argent ni l'argent qu'il a en dépôt : non, il crée de l'argent, et il est le seul à avoir ce droit étonnant. Sa seule limitation, c'est qu'il doit avoir un petit pourcentage des sommes créées dans ses comptes. Actuellement, il peut créer de 5 à 10 fois plus de monnaie que ses fonds propres, selon les pays : pas mal, non ?

Non seulement il peut créer cette monnaie, mais il se fait payer des intérêts pour cela, qui viennent donc en déduction de la monnaie créée chaque année pour permettre les échanges économiques de la société humaine.

Qui va se retrouver sur la paille à ce jeu ? Maintenant, vous savez que vous jouez au Bancopoly, pas trop dur de comprendre : vous pouvez travailler plus, travailler autant que vous voulez, mais vous allez tout perdre, obligatoirement. Et si ce n'est vous, ce sont vos enfants qui perdront tout, car il n'existe aucun moyen de lutter contre une création monétaire exponentielle.

Vous ne le croyez pas ? Prenons les chiffres de la Banque Centrale Européenne sur la quantité de monnaie depuis 1980 (Cf figure 800% : inflation monétaire de la zone €uros de 1980 à 2008) : si votre revenu à travail constant n'a pas été multiplié par 8 depuis 1980, vous avez... perdu !

JPEG - 90.7 ko
800% : inflation monétaire de la zone €uros de 1980 à 2008
Tiré des publications de la Banque Centrale Européenne

Car au Bancopoly réel, les banquiers européens ont reçu plus de 16 millions de millions d'€uros pendant ce temps (ou 16 000 milliards, on a du mal à apprécier un tel nombre astronomique) : c'est le montant des encours de crédits en 2011 (colonnes 8 et 9 des statistiques monétaires de la BCE) . C'est ce qui leur permet de financer n'importe quel projet en piétinant la démocratie, sans demander l'avis des citoyens, comme pour le nucléaire.

Je veux sortir !

Pour ne plus perdre à ce jeu stupide, il y a seulement 2 solutions :

  • devenir banquier : c'est possible, selon la Banque de France, il vous faut seulement déposer 5 millions d'euros de garantie pour commencer, mais surtout vous faire coopter par une commission de banquiers, en démontrant d'abord votre expérience dans le métier... Perdu d'avance !

  • sortir du système actuel...

Rectification : il y a une seule solution, sortir du système actuel !

Pour cela, on peut vivre sans monnaie : de nombreuses civilisations l'ont fait et certaines le font encore. Mais leur « pauvreté » apparente fait peur, même s'ils ont peut-être mieux compris que nous, occidentaux, où est la vraie vie ?

En attendant que chacun comprenne cela, une autre solution est d'appliquer un droit fondamental de l'humain : le droit de créer et d'utiliser toute monnaie qui lui plaît.

Une monnaie démocratique, c'est possible ?

Reste à créer une monnaie démocratique : les bases théoriques et mathématiques d'une monnaie démocratique sont décrites dans ce petit livre : Théorie Relative de la Monnaie

Sa conclusion est simple : elle revient à définir une « Coopérative Monétaire » : un ensemble d'humains qui acceptent l'organisation d'une monnaie partagée entre eux, selon des règles transparentes, définies démocratiquement et contrôlées par les coopérateurs. Chacun peut en sortir quand il le veut et participer à autant de « coopératives monétaires » qu'il le souhaite.

Les deux règles suivantes sont démontrées :

  • R1 : Toute monnaie démocratique doit créer de la monnaie de manière récurrente : par exemple chaque mois ;

  • R2 : Toute monnaie créée doit être répartie équitablement entre chaque membre de la coopérative monétaire ;

Vous ne voulez plus jouer au Bancopoly ? Allez déjà lire ce livre... et parlez-en autour de vous. Il est plus facile de trouver une solution quand on a compris la cause du problème.

Question dérangeante...

La question qui me tourmente : comment ai-je pu vivre aussi longtemps dans ce système sans me rendre compte auparavant de son inégalité structurelle ? Cette ignorance, c'est la raison de fond qui maintient le système actuel.

Le plus pervers dans l'histoire, c'est que c'est moi qui implore le banquier de se créer de la monnaie pour me la louer...

Pour résoudre le problème, je dois corriger à la source : mes propres demandes. Des taxes pour corriger ce déséquilibre majeur, c'est comme demander une obole à son voleur.

Pour explorer le sujet :


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

55 réactions à cet article    


  • Galuel Galuel 26 octobre 2011 11:49

    Excellent article, très bien résumé.


    • Ruut Ruut 26 octobre 2011 12:32

      Moralité, l’euro c’est du PQ


      • ObjectifObjectif 26 octobre 2011 13:30

        Je comprend l’effet émotionnel du slogan smiley

        Mais il peut aussi entretenir une idée fausse que je voudrais éliminer :

        - la forme « physique » de la monnaie (billets, pièces) est très marginale : 857 milliards de billets en circulation sur 16 000 milliards d’Euro soit environ 5% (cf http://www.ecb.int/stats/euro/circulation/html/index.en.html) ;

        - l’impression de la monnaie (ie la planche à billet) n’est plus du tout de la création de monnaie : c’est bien le crédit accordé par les banques privées qui crée la monnaie dans les comptes. Comme au monopoly, les billets dans la boite sont « inactifs » : ils sont « activés » seulement quand ils sont données aux joueurs.

        Le billet dans un distributeur est « inactif » : quand je le retire, il est « activé » par la soustraction d’une quantité équivalente de monnaie sur mon compte en banque. C’est seulement un transfert, une transformation, et en aucun cas une création.

        Enfin, la qualification de « PQ » appliquée à l’Euro n’est pas liée au fait qu’il s’appelle l’Euro ou le Franc, mais au fait que la création de ces monnaies n’est pas et n’était pas démocratique.


      • rastapopulo rastapopulo 26 octobre 2011 13:48

        L’€ cloue sur place l’industrie des pigs qui après une balance commercial déficiente et du crédit menace notre économie.

        Merci de ne pas trop le défendre.


      • ObjectifObjectif 26 octobre 2011 14:35

        Rastapopulo, j’ai dû mal me faire comprendre : je ne défend pas l’€uro, je veux juste qu’il n’y ait pas erreur sur la cible.

        Le problème n’est pas sur le nom de la monnaie. il est sur le fait que les règles du jeu soient transparentes, bien comprises par tous et démocratiques : ce qui n’est pas le cas actuellement.


      • rastapopulo rastapopulo 26 octobre 2011 13:55

        Je voudrais que le parallèle avec le calcul de l’inflation soit fait le plus souvent possible :

        Pendant les 30 glorieuses (crédit publique sans intérêt, plan industriel et lois anti-finance folle = 0 dettes publiques), l’inflation était calculé sur la masse monétaire. Si tôt le crédit publique annulé, justement pour cause d’inflation (! !!), le calcul de l’inflation a changé ! C’est devenu augmentation du prix d’un panier de produit délocalisable. Pareil pour les ratio de solvabilité des banques qui ont atteints le plancher de 4%, 

        Cela rejoint le graphique ou il y a eu 100% d’inflation de la masse monétaire en 10 ans dans l’UE sans que personne ne trouve bon de le commenter à part Cheminade. 


        • olivier cabanel olivier cabanel 26 octobre 2011 14:10

          Objectif

          article passionnant, et très drôle, merci de l’avoir proposé
           smiley

          • ObjectifObjectif 26 octobre 2011 14:39

            C’est un plaisir smiley

            C’est drôle comme une caméra cachée... dont on est l’acteur sans le savoir !


          • Yoann Yoann 24 janvier 2012 12:03

            Excellent article, je m’en veux de le lire si tard ...

            il y a cependant un problème avec la monnaie démocratique, c’est sa mise en place ... Les banquiers qui contrôlent la monnaie actuelle vont lutter bec et ongles à coup de lobby contre cette monnaie démocratique, quitte à la faire passer pour dangereuse pour l’équilibre économique ou tout simplement anti-démocratique, un comble, mais on a déjà vu pire, non ?

            Pastelle


          • al.terre.natif 26 octobre 2011 16:16

            Très bon article.

            Un ajout sur la seule solution présentée « sortir du système » : c’est bien sûr LA solution, fonctionner sans cet argent qui n’en est plus ! Mais, on peut tout à fait le faire progressivement (et personnellement) déjà en arrêtant la course à un salaire toujours plus élevé : avec l’argent que je gagne aujourd’hui, pour augmenter mon « pouvoir d’achat » et sans crédit supplémentaire, que puis-je faire ? => réduire mes dépenses par exemple ...,

            Un autre point qui empêche souvent de se passer de cette création monétaire : l’accession à la propriété. A moins d’hériter, ou de gagner au loto, l’acquisition d’un bien immobilier est presque toujours soumise à l’obtention d’un crédit, et donc à la création de nouvel argent (donc l’inflation dont l’auteur parles). Du coup, ayant pris conscience de ce qu’est l’argent, et du « bancopoly » dans lequel nous sommes joueurs, le choix n’est pas facile : soit rester locataire, soit emprunter et devenir propriétaire, mais au bout de 15 ou 20 ans, en ayant en fait créé par son travail l’argent que l’on donne à la banque ... (plus les intérêts) ...


            • ObjectifObjectif 26 octobre 2011 16:39

              Bien d’accord. On pourrait aussi imaginer qu’un loyer est un achat de part dans le bien immobilier loué, permettant un transfert progressif de la propriété.

              Comme on peut supposer que les « élus » qui se croient « au pouvoir » ne vont pas accepter de changer immédiatement les règles de création de l’€uro, il faut se préparer pour organiser une/des monnaie(s) démocratiques comme l’initiative d’openUDC veut le faciliter : http://www.creationmonetaire.info/2011/08/openudc-standard-monetaire-respectueux.html

              Dans ce cas, l’Euro va vite disparaître avec l’illusion qui le faisait exister.


            • rastapopulo rastapopulo 27 octobre 2011 01:26

              C’est surtout du novisme perpétuelle. au lieu de revenir sur des bases saines. Beau cadeau au statut quo d’après moi. Mais c’est vous qui voyez...


            • rastapopulo rastapopulo 27 octobre 2011 01:28

              Et le calcul de l’inflation est le nerf de la guerre. Si il revenait à la masse monétaire, le prix des maisons serait dedans et on pourrait au moins discuter concrétement.


            • Robert GIL ROBERT GIL 26 octobre 2011 16:26

              La grande majorité de l’argent existe seulement sous forme de chiffres dans des comptes bancaires. Par la loi, ces chiffres ont la même valeur que des billets de banque et des pièces de monnaie. Une petite réserve d’argent réel suffit pour faire face aux besoins courants. La loi stipule le minimum des réserves que les banques doivent maintenir. C’est souvent quelque chose comme 10 % à 20%. Lorsque vous allez faire un emprunt dans une banque, le banquier ne regarde pas s’il a de l’argent à vous prêter : il le crée à la demande. L’argent n’est donc pas fonction de richesses produites mais de crédits, donc de dettes. Si toutes les dettes étaient remboursées en même temps, il ne resterait donc dans les banques que le minimum prévu par la loi. Mais avec les intérêts, il faut rembourser plus que l’argent mis en circulation......

              http://2ccr.unblog.fr/2010/10/19/vous-croyez-que-la-monnaie-est-creee-par-letat/


              • ObjectifObjectif 26 octobre 2011 16:48

                Robert Gil a écrit : "Mais avec les intérêts, il faut rembourser plus que l’argent mis en circulation...« 

                Votre remarque montre que le problème de base est le même que la monnaie soit créée par une banque privée ou une banque publique : la structure »pyramidale" va s’écrouler dans les 2 cas, inexorablement, provoquant désordres voire guerres, dont 14-18 et 39-45 sont des exemples.

                La seule solution mathématique au problème est que ce sont les citoyens qui créent la monnaie, en quantités égales. cf http://www.creationmonetaire.info/2011/06/theorie-relative-de-la-monnaie-20.html


              • saviez_vous_que 26 octobre 2011 16:52

                Cela fait bien longtemps maintenant que j’ai compris le mécanisme scandaleux de la création monétaire, et je me réjouis toujours de voir qu’il y a de plus en plus de gens qui se donnent du mal à en parler autour d’eux ou à rédiger des articles. Il est essentiel de rabâcher sans arrêt car ce sujet n’est vraiment pas simple à appréhender.

                Sur le constat, on commence tous à être d’accord je pense, le boulot étant désormais de le rendre accessible au plus grand nombre.
                Et là il faut savoir être créatif, car la façon d’aborder ce genre de sujet pas très sexy au premier abord est essentielle pour que cela ne reste pas que du blabla entre personnes converties ; votre choix de le traiter sur un ton humoristique, voire cynique est par conséquent la bienvenue.

                Ceci dit, il me reste toujours un sentiment d’inachevé après avoir lu les articles du même genre, la plupart sur AgoraVox, et le votre ne fera pas exception :
                ce qui manque cruellement, ce sont les propositions d’alternatives viables ;
                pourquoi ne pas réfléchir sur la pertinence des réserves fractionnaires et au rôle de l’intérêt qui, rassemblés dans des mains privées, forment le vrai coeur du scandale ? Cet effort serait louable car il participerait non seulement à faire progresser la discussion mais permettrait également, j’en suis sûr, aux novices de mieux comprendre le mécanisme actuel que vous dénoncez.

                Au lieu de cela, vous préférez dire à tout le monde de retirer leurs billes des banques, d’aller cultiver leur potager loin de tout ou de créer leur propre monnaie (même si dans le même genre, le développement de monnaies locales est une excellente idée, mais locale smiley ). Ce faisant vous vous retirez toute crédibilité et par effet ricochet vous parasitez malheureusement le message légitime que vous souhaitiez faire passer.

                Même moi, qui suis pourtant d’accord avec vous sur le constat, vous m’avez refroidi.
                Alors j’imagine les autres qui n’y ont jamais réfléchi smiley

                • ObjectifObjectif 26 octobre 2011 18:05

                  Etre d’accord sur le diagnostic, c’est déjà un énorme progrès !

                  La notion de « local » est toute relative, particulièrement avec internet : si vous connaissez 48 personnes de manière directe, et que chacun connaisse 48 personnes à son tour il suffit de 6 niveaux successifs pour atteindre 12 milliards de personnes, le double de la population mondiale smiley

                  On a maintenant une définition claire et simple d’une monnaie démocratique : créer une monnaie démocratique, donc stable, c’est d’abord mettre en place un système de signature fiable, ce que fait OpenUDC actuellement, j’espère.

                  Avançons à petits pas !


                • saviez_vous_que 26 octobre 2011 20:52

                  Je crois qu’on s’est mal compris. 

                  Les monnaies locales dont je parlais sont des monnaies locales complémentaires, papiers et « fondantes », c’est à dire qui perdent de la valeur avec le temps afin d’encourager la dépense et non la capitalisation. Une sorte d’inflation voulue. Le Chiemgauer en Bavière ou l’Abeille en France en sont des exemples. Philippe Derudder a un site sur ce sujet : http://monnaie-locale-complementaire.net/2011/02/mc-europe/

                  Pour revenir à votre idée de monnaie démocratique, basée sur le cryptage électronique, je n’y crois pas une seconde. J’avais déjà lu quelque chose de semblable sur le projet BitCoin et bien que l’idée soit séduisante, je ne crois pas une seule seconde à la possibilité de le mettre en place, en tout cas pas à court/moyen terme. C’est beaucoup trop abstrait pour les gens. Ils ne comprennent déjà pas quels sont les tenants et les aboutissants de la création monétaire actuelle, alors les convaincre d’utiliser ce système à base d’informatique et de cryptographie me semble assez improbable.

                  On ne changera le système qu’en partant de celui-ci. Ce serait déjà une révolution si on arrivait à faire que la création monétaire redevienne un service public. Le reste n’est que de la science fiction.

                  Partez du système actuel, sinon vous allez nous faire tous passer pour des doux rêveur. Réfléchir à des alternatives de ce type, c’est bien, mais il faudrait plutôt se concentrer sur des choses faisables politiquement, sinon on perd notre temps.

                • ObjectifObjectif 26 octobre 2011 21:16

                  « Je crois qu’on s’est mal compris. » 

                  Possible smiley

                  "Les monnaies locales dont je parlais sont des monnaies locales complémentaires, papiers et « fondantes », c’est à dire qui perdent de la valeur avec le temps afin d’encourager la dépense et non la capitalisation. Une sorte d’inflation voulue.« 

                  Je vous suggère de prendre le temps de lire les liens que j’ai cités et en particulier http://www.creationmonetaire.info/2011/06/theorie-relative-de-la-monnaie-20.html Il démontre en particulier la nécessité de »l’inflation monétaire« par une création récurrente et la nécessité que cette création soit distribuée égalitairement à tous les citoyens, permettant d’obtenir le caractère fondant que vous indiquez tout en neutralisant l’effet moyen de l’inflation sur les citoyens.

                   »Pour revenir à votre idée de monnaie démocratique, basée sur le cryptage électronique, je n’y crois pas une seconde. J’avais déjà lu quelque chose de semblable sur le projet BitCoin« 

                  Le cryptage électronique est un juste un outil pour faciliter le processus de »signature« de la monnaie par chaque citoyen. Cet outil ne garanti pas le respect des règles démocratiques, et par exemple Bitcoin ne respecte pas ces règles démocratique :
                  http://www.creationmonetaire.info/2011/09/le-monopole-du-code-monetaire.html

                   »Ils ne comprennent déjà pas quels sont les tenants et les aboutissants de la création monétaire actuelle, alors les convaincre d’utiliser ce système à base d’informatique et de cryptographie me semble assez improbable."


                  En faire un système simple est un enjeu : le fonctionnement d’un téléphone gsm est autrement plus complexe, et son adoption a été plutôt rapide.

                  Adopter une monnaie qui vous accorde un revenu mensuel de base sera naturellement attractif.


                • saviez_vous_que 26 octobre 2011 23:32

                  Désolé, c’est peut-être très bien mais je n’y comprends strictement rien ! Je passe donc mon tour.

                  Bon courage pour la suite ! smiley

                • ObjectifObjectif 27 octobre 2011 10:28

                  saviez-vous-que a écrit : « Désolé, c’est peut-être très bien mais je n’y comprends strictement rien ! Je passe donc mon tour. »

                  Vous illustrez bien le comportement de la majorité, dommage...

                  Si vous posiez des question pour expliquer ce qui n’est pas compréhensible pour vous ? Ce serait un apprentissage pour tous : vive l’échange !


                • saviez_vous_que 27 octobre 2011 11:09

                  Vous illustrez bien le comportement de la majorité, dommage...

                  Je dirais plutôt que je fais parti de la minorité qui s’est donné du mal à lire votre article jusqu’au bout...et c’était pas gagné...

                  Je fais de la politique et vous, de la théorie monétaire ; là est notre différence.



                • ObjectifObjectif 27 octobre 2011 11:19

                  Si vous m’indiquez vos idées pour m’indiquer ce qui passe mal dans cet article et comment présenter pour que cela passe mieux, je lirais avec plaisir.


                • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 11 juin 2014 18:43

                  euh, peut-être que j’ai mal lu mais vous ne semblez pas évoquer dans votre échange le 100% monnaie.
                  Tel que je le comprends il résoud le problème de la création monétaire en en privant complètement les banques privées (sic) smiley.

                  La création monétaire par le peuple organisé en état souverain n’est-elle pas une solution suffisante ?


                • ObjectifObjectif 12 juin 2014 14:58

                  Bonjour,

                  La création monétaire par l’état a existé en France de 1945 à 1985, tant que les banques étaient nationalisées.

                  La privatisation de la création monétaire, faite par le PS et la droite unis, sans en parler du tout, a démontré que l’état n’a pas été capable de protéger le pouvoir régalien du peuple. Pourquoi le serait-il plus maintenant ?

                  Par ailleurs, l’escroquerie, c’est faire croire que la monnaie est un bien qui doit être créé par un pouvoir central.

                  Un système monétaire est un système comptable qui doit être transparent et contrôlé par tous ses utilisateurs, sinon on revient TOUJOURS à une catastrophe, comme le prouve l’histoire de la terre depuis plus de 2700 ans.


                • eric 27 octobre 2011 10:12

                  N’importe quoi ! La création monétaire n’est pas équivalente à l’inflation puisqu’elle finance aussi la croissance et est dépendante notamment de la vitesse de circulation de la monnaie etc.... Donc Smic horaire en 1980 de l’ordre de 2,18 euro de l’heure, Inflation sur la période de l’ordre de 200%, Smic théorique pour suivre l’inflation 7 euro de l’heure, Smic réel aujourd’hui 9 euros. et je ne parle pas du passage au 35 heures et autres rémunération indirectes, telles que la baisse de l’âge de la retraite, la hausse des congés payés et la formidable augmentation des services publics au moins en quantité ( +2,5 millions d’agents en plus sur la période pour mieux nous servir. Donc augmentation après inflation équivalente à ce qu’était la totalité du salaire à l’époque, Après inflation une hausse réelle de 50%
                  Conclusion ? En valeur absolue, les plus défavorisés ont vu leur niveau de vie augmenter plus que pendant les trente glorieuses.
                  Quand on sait que la part des ménages dans le PIB si on compare 81 et 2010 aurait baissée de 11% et que la part de l’État dans le même PIB aurait augmentée de 11% on ne peut s’empêcher de rêver à ce qu’aurait été la progression du pouvoir d’achat des français si on avait eu un État aussi économe que par exemple l’État suédois.
                  D’où ma sempiternelle question : vous mentez délibérément et en toute connaissance de cause parce que tous les moyens sont bons en période électorale, ou vous croyez sincèrement à ces trucs ?


                  • ObjectifObjectif 27 octobre 2011 10:37

                    L’« inflation monétaire » est par définition du mot (gonflement,...) l’augmentation de la masse monétaire, qui diminue mécaniquement la valeur d’une unité de monnaie relativement à la masse monétaire totale.

                    Après, vous mélangez tellement d’aspects que je n’arrive pas à suivre : avançons pas à pas smiley


                  • ObjectifObjectif 27 octobre 2011 10:51

                    Stabilob0ss, vous êtes largement en dessous de la réalité avec 50 milliards d’intérêts par an !

                    La référence http://sdw.ecb.europa.eu/reports.do?node=100000141 indique que les encours de crédit sont de plus de 16000 milliards d’Euros (c’est aussi la masse monétaire : colonnes 8 et 9).

                    Nous payons de l’ordre de 5% d’intérêt pour la location de notre monnaie, soit 800 milliards d’euros par an à la louche.

                    Si la demande de crédit ralenti en dessous de 5% par an, les intérêts sont supérieurs à la création de monnaie, et l’activité économique ralenti.


                  • Gérard Foucher Gerard Foucher 27 octobre 2011 10:53

                    Bonjour, et merci pour cet excellent article, très marrant et surtout très pédagogique !
                    Bon maintenant, il faudrait peut-être s’attaquer au problème de la coercition...
                    L’euro, comme toutes les monnaies du monde, a été imposé - c’est le cas de le dire - aux populations par un moyen très simple : l’impôt. Impossible de payer l’impôt autrement que dans la monnaie unique. L’impôt, comme chacun sait, ou devrait le savoir, est une extorsion par la contrainte d’une partie de la production et du patrimoine de chacun.
                    Nul doute que dans ces conditions, l’existence d’une monnaie unique et privative soit indispensable, sinon au pays, du moins à ceux qui en profitent.
                    Réfléchissons donc à ces deux choses :
                    1. La possibilité de payer ses impôts dans une autre monnaie, ne serait-ce qu’un niveau local. (http://minilien.fr/a0kz8j)
                    2. L’éventualité de remplacer le système pyramidal et autoritaire de la démocratie représentative par un nouvel accord social plus humain, plus équitable et plus libre. (http://minilien.fr/a0kz8k et http://minilien.fr/a0kz8n


                    • ObjectifObjectif 27 octobre 2011 11:24

                      Tout à fait d’accord !

                      Sur le 1, une monnaie démocratique implique la distribution aux citoyens de la monnaie créée chaque mois, ce qui assure du même coup un revenu inconditionnel de base : ce qui fait aussi que la monnaie sera facilement adoptée.

                      Sur le 2, on peut essayer d’appliquer ce principe démocratique à l’Euro, mais il faut alors réformer d’abord notre système politique, en retrouvant la représentativité des représentants, et comme l’explique Etienne Chouard, la désignation au hasard comme pour les jurés d’assise me parait la seule solution viable.

                      Mais je crains que cela prenne plus de temps que la création d’une nouvelle monnaie, ne serait-ce que parce que la puissance du marketing est financée par l’ancienne monnaie centralisée...


                    • alcodu 27 octobre 2011 12:53

                      Etablir une allocation universelle sur la création monétaire me parait-être une aventure dangereuse. Le volume de monnaie créée serait énorme.
                      Il y aurait donc une inflation très importante.

                      Certes, l’un des défauts de l’inflation serait éliminé, à savoir que la nouvelle monnaie serait distribuée directement aux particuliers donc l’effet inégalitaire d’une monnaie créée près des cercles du pouvoir et son corollaire, la dévalorisation de la monnaie créée loin des cercles du pouvoir, n’existerait pas.

                      Pour autant il y a un vrai danger d’hyper-inflation et surtout, surtout le très gros défaut de cette méthode c’est que le volume de monnaie reste décidé de façon centralisée. Or personne , aucune institution, aucun économiste, aucune banque centrale ne pourra jamais savoir la quantité de monnaie qui est adaptée à l’économie (ce serait comme prévoir la météo sur plusieurs années). ll y a toujours trop ou pas assez de monnaie donc il y a toujours des crises monétaire, et ce depuis 4000 ans.

                      Enfin autre défaut important, en admettant qu’une inflation constante et maitrisée soit possible, ce dont je doute fortement, cette méthode est une marche vers la croissance forcée. Un individu ou un ménage qui décide de lever le pied - congé - retraite volontaire, « tour du monde » etc sera pénalisé. Tout pécule sera pénalisé. Il faudra tout dépenser tout de suite ou bien l’argent se dévalorisera.

                      Je crois donc que cette méthode n’est ni viable ni souhaitable.

                      Seule la solvabilité de chaque acteur de l’économie peut déterminer la création monétaire. Autrement dit il faut partir du bas, pas du haut.


                      • ObjectifObjectif 27 octobre 2011 22:32

                        J’apprécie vraiment de pouvoir discuter sur le fond de cette manière constructive.

                        Alcodu a écrit : "Certes, l’un des défauts de l’inflation serait éliminé, à savoir que la nouvelle monnaie serait distribuée directement aux particuliers donc l’effet inégalitaire d’une monnaie créée près des cercles du pouvoir et son corollaire, la dévalorisation de la monnaie créée loin des cercles du pouvoir, n’existerait pas.« 

                        Bien vu, c’est un point essentiel.

                        Alcodu a écrit : »Or personne , aucune institution, aucun économiste, aucune banque centrale ne pourra jamais savoir la quantité de monnaie qui est adaptée à l’économie (ce serait comme prévoir la météo sur plusieurs années)."

                        C’est bien là que pour la 1ère fois, au moins pour moi, mais peut-être bien depuis 4000 ans, il y a un critère simple pour fixer le taux de création monétaire, lié à l’égalité entre citoyens nés et à naître et à l’espérance de vie : cf page 43 de http://www.creationmonetaire.info/2011/06/theorie-relative-de-la-monnaie-20.html

                        A quoi ça sert que je mette des liens si personne ne les lit smiley


                      • alcodu 27 octobre 2011 23:15

                        Pas eu le temps de lire mais je le fais demain - promis !
                        cdlt


                      • Gérard Foucher Gerard Foucher 28 octobre 2011 00:56

                        Pardon à tous, erreur de clic :^)
                        Mon message précédent était destiné à Alcodu. Je me permets de le reposter ici :

                        Pourriez-vous définir « énorme », dans "Le volume de monnaie créée serait énorme.« et »très importante« dans »Il y aurait donc une inflation très importante."
                        Parlez-vous d’inflation des prix ou des revenus, ou des deux ?
                        Merci.
                        PS : Je vous rappelle que le montant de la part création monétaire du Revenu Universel est asservi aux variations du PIB.


                      • Gérard Foucher Gerard Foucher 28 octobre 2011 01:04

                        Toujours pour Alcodu : Cela ressemble-t-il à votre définition d’un volume de monnaie créée énorme ? http://ow.ly/i/k2xx


                      • Galuel Galuel 28 octobre 2011 08:05

                        Je cite :

                        "Enfin autre défaut important, en admettant qu’une inflation constante et maitrisée soit possible, ce dont je doute fortement, cette méthode est une marche vers la croissance forcée. Un individu ou un ménage qui décide de lever le pied - congé - retraite volontaire, « tour du monde » etc sera pénalisé. Tout pécule sera pénalisé. Il faudra tout dépenser tout de suite ou bien l’argent se dévalorisera.« 

                        Tout d’abord rien ne dit que l’argent se dévalorisera, puisque si globalement la production de la même chose croit au même rythme ce n’est pas vrai. Pourquoi ce qui est vrai dans le sens où l’on prétend créer de la monnaie en regard de la production ne s’appliquerait dans le sens où les acteurs économiques ajustent leur production en fonction de la monnaie créée ? Ca n’a évidemment qu’un sens arbitraire et unilatéral. C’est un premier point.

                        Ensuite quand on affirme que l’épargne se dévaloriserait c’est archi faux évidemment. L’épargne n’a jamais été proprement monétaire. Ainsi l’écureuil épargne des noisettes, et les indiens ont pris pour habitude d’épargner en or, et celui qui prétend vouloir »épargner de la valeur« qui croit qu’une valeur quelconque a cette prétendue propriété, eh bien il épargne »dans cette valeur« . Il n’y a aucune obligation à tripatouiller l’outil d’échange économique pour en faire une pseudo réserve de valeur, activant ainsi deux propriétés contradictoires.

                        Qu’après un »épargnant« se rende compte que son épargne basée sur la pseudo »valeur" qu’il a choisie pour telle ne remplit pas son office n’est pas un problème lié à la monnaie. C’est un problème lié à l’ignorance fondamentale qu’il n’existe que des valeurs relatives dont l’échange relatif dépend du temps et de paramètres complexes entre les acteurs économiques, dont le stock, l’offre et la demande.

                        L’épargne est donc possible, a toujours été possible, mais il n’y a jamais eu d’obligation pour les autres acteurs économiques d’accepter de se priver de leur outil d’échange économique en faveur des épargnants pour défendre leur pseudo croyance en un droit privilégié à épargner sur le dos des échanges économiques d’autrui.

                        Il n’existe pas un tel droit, il est parfaitement incompatible avec la liberté qui est non-nuisance.

                        Que celui qui croit en des valeurs absolues épargne ces valeurs sans nuire à autrui, et ainsi il fera une épargne conforme aux libertés.


                      • alcodu 29 octobre 2011 21:51

                        J’ai examiné le lien sur la TRM 2.0. j’étais déjà tombé sur le site via certains liens amis.
                        Je ne porterai pas de jugement sur la théorie elle même ni sur ses calculs avant de les avoir bien compris et apprécies.

                        Sur le plan de la philosophie politique je relève quelques erreurs de définition assez étonnantes, notamment celle de la liberté.

                        Pour répondre à quelques questions soulevées par mes interlocuteurs.
                        Si aujourd’hui une allocation de 750 € (la moitié pour les enfants) était distribuée mensuellement par création monétaire - c’est une hypothèse - cela représenterait environ 600 Md d’euros par an.
                        il y aurait donc création de 600 Mds d’euros tous les ans, indéfiniment. pour une masse monétaire M3 de 1800 Mds actuellement. Comment qualifier ça ? énorme ? beaucoup ?
                        Contrairement à la mécanique du prêt, il n’y aurait pas de création monétaire suivie de destruction monétaire lors du remboursement.
                        C’est une création sans fin.
                        Je n’ai peut-être pas compris la mécanique proposée - il faut me corriger si c’est le cas -

                        Galuel, il me semble que la théorie monétaire de base (maintes fois vérifiée) prédit que si vous augmentez la quantité de monnaie, à biens constants, vous provoquez une hausse des prix c’est à dire que la valeur de la monnaie diminue. Il me parait difficile de soutenir le contraire.


                      • Galuel Galuel 30 octobre 2011 09:25

                        @alcodu

                        « Je ne porterai pas de jugement sur la théorie elle même ni sur ses calculs avant de les avoir bien compris et apprécies. »

                        Ce serait mieux oui.

                        "Sur le plan de la philosophie politique je relève quelques erreurs de définition assez étonnantes, notamment celle de la liberté.« 

                        Ben non. Par définition une définition est une définition. Il n’y a pas d’erreur à une définition. Ainsi si je pose »une droite est un objet géométrique tel que deux droites parallèles ne se coupent pas« , c’est vrai en géométrie euclidienne, c’est faux en géométrie non-euclidienne qui pose que »deux droites parallèles peuvent se couper".

                        Il ne peut donc y avoir aucune erreur vis à vis d’une définition. On peut par contre refuser de comprendre qu’on peut préciser la nature d’un concept, en posant les bases d’un espace logique cohérent. Ca c’est tout à fait possible, mais certes pas obligatoire, et il n’y a pas de vérité absolue qui ne contredise la liberté dans ses fondements ultimes.

                        "Pour répondre à quelques questions soulevées par mes interlocuteurs. Si aujourd’hui une allocation de 750 € (la moitié pour les enfants) était distribuée mensuellement par création monétaire - c’est une hypothèse - cela représenterait environ 600 Md d’euros par an.« 

                        M3 vaut au bas mot 10 000 milliards d’euros en zone euro et 330 millions de citoyens. Un DU ne se pose pas à priori sur une base arbitraire (ici 750 €) mais sur la base du calcul de la TRM, qui est basé sur l’espérance de vie, en % de la masse monétaire. http://www.creationmonetaire.info/2011/02/quel-montant-pour-le-revenu-de-base.html

                         »il y aurait donc création de 600 Mds d’euros tous les ans, indéfiniment« 

                        Ben non donc. Cf réponse précédente. Lire la TRM avant de la critiquer en affirmant des choses qu’elle ne dit pas.

                         »Contrairement à la mécanique du prêt, il n’y aurait pas de création monétaire suivie de destruction monétaire lors du remboursement« 

                        Ben c’est idiot. Yoland Bresson a bien précisé que le DU était un prêt de monnaie de base distribué sans remboursement direct. Ca n’empêche en rien que sur la base des recettes générées par la collectivité la collectivité décide d’en rembourser une partie.

                         »C’est une création sans fin."

                        La succession des générations est sans fin. Ca ne pose pas de problème particulier depuis plus de 40 000 ans, et plus de 10 000 ans de puis l’apparition des proto-monnaies. Cet argument est totalement abscon, d’autant plus que toutes les masses monétaires du monde ont toujours été créées sans fin. Et ceci est bien évident quand on comprend qu’une nouvelle génération peut parfaitement décider de créer sa propre monnaie à tout instant soit sur la base d’une ancienne, soit sur la base d’une nouvelle (ex Bitcoin, OpenUDC, WoW, WIR Suisse, Chiemgauer Allemand, Crédits Facebook etc...)

                        "Galuel, il me semble que la théorie monétaire de base (maintes fois vérifiée) prédit que si vous augmentez la quantité de monnaie, à biens constants, vous provoquez une hausse des prix c’est à dire que la valeur de la monnaie diminue. Il me parait difficile de soutenir le contraire« 

                        Il est logiquement totalement incohérent de se baser sur une mesure expérimentale DANS un système logique donné (ici un système monétaire FRAUDULEUX), pour dire »regardez dans votre système logique qui est différent, ça ne pourra pas marcher puisque dans mon système mafieux ça ne marche pas« .

                        Cela revient à dire à Gauss »mais non vous ne pouvez pas développer votre géométrie non-euclidienne puisque vous arrivez au résultat que la somme des angles d’un triangle est supérieure à 180° ce qui est manifestement faux en géométrie euclidienne depuis 2500 ans !« 

                         »Ben oui eh banane" répond Carl Friedrich Gauss puisque je développe la géométrie non-euclidienne justement, et que ce sera la base de la Relativité Générale à l’origine de la découverte de l’expansion des trous noirs, de l’avance du périhélie de Mercure, des lentilles gravitationnelles, et de la synchronisation relativiste des horloges permettant la mise au point des satellites GPS.

                        Il est évident que la création monétaire dans ce système mensonger n’est pas réalisée sur la base d’un Dividende Universel, mais en distribuant arbitrairement le surplus monétaire à des individus privilégiés sans aucune légitimité autre que le pouvoir de coercition.

                        Au contraire donc, et un scientifique se base sur l’expérience uniquement pour valider ou invalider sa modélisation théorique, dans les systèmes monétaires à DU, la production s’adapte au flux monétaires, permettant à tous les individus de développer leur autonomie productive et d’échange, développant fortement l’économie, alors qu’elle est asséchée dans les systèmes monétaires frauduleux.

                        Les expériences en démontrent parfaitement le principe :

                        http://www.courrierinternational.com/article/2010/04/29/les-miracles-du-revenu-minimum-garanti

                        http://fr.wikipedia.org/wiki/Allocation_universelle#Applications

                        Le principe de l’obscurantisme c’est d’être intellectuellement incapable de reconnaître ses propres croyances comme étant un dogme particulier auquel on s’accroche coûte que coûte. C’est de rejeter les modèles de changement de paradigme qui déroutent l’esprit obtu. Devant l’expérience, le dogmatique tentera d’interpréter le phénomène observé qui ne rentre pas dans son dogme comme étant la conséquence de telle ou telle déviance, et pas la manifestation de la vérité expérimentale comme seule confirmation légitime d’un modèle théorique donné.

                        C’est ce qui distingue l’esprit scientifique de l’esprit dogmatique.

                        Le premier ne reconnaîtra la validité d’un système théorique qu’en regard de l’expérience et sera donc prêt à abandonner tout modèle qui n’est pas conforme à l’expérience, à adopter tout modèle qui s’accorde le mieux à l’expérience, tandis que le dogmatique s’accrochera à des vérités qu’il juge comme absolues.


                      • alcodu 31 octobre 2011 11:32

                        La liberté ne consiste pas « à ne pas nuire à autrui ». La liberté consiste à ne pas nuire au Droit d’autrui. ce qui est très différent. On a parfaitement le Droit de nuire à autrui. Si j’ouvre une boulangerie et que je produis un meilleur pain que le boulanger du coin, je lui nuis. Si en plus je séduis sa femme, je lui nuis doublement. Rien ne me l’interdit dans le cadre d’une société de liberté basée sur le Droit Naturel.

                        Ceci dit votre réponse est très intéressante : vous voulez fonder une monnaie sur une géométrie non euclidienne. C’est très inquiétant car malheureusement nous vivons dans un monde euclidien.

                        Vous niez que lorsqu’on augmente la quantité de monnaie à richesses constante, on provoque une hausse des prix. Je crois effectivement que votre monde est non euclidien. Donc je ne vois pas l’intérêt de creuser cette théorie fumeuse pour le monde réel.

                        Lorsque je critique la définition de la liberté exposée sur le site creationmonetaire vous vous retranchez derrière la notion de « définition » (prétendument arbitraire), mais lorsque je fais l’hypothèse d’une allocation universelle de 750 € - c’était pourtant une simple hypothèse, je l’ai explicitement mentionné - vous me répondez qu’il faut se référer au dogme de la TRM. 
                        Vos postures de raisonnement changent en quelques paragraphes. Curieux.
                        Une simple règle de trois permettait pourtant d’adapter le résultat au montant actuel de DU préconisé par la TRM.

                        Dans tous les cas ce qui est important c’est qu’il y a création monétaire sans destruction monétaire, donc inflation. Qui dit inflation, même si la monnaie est distribuée à tous, signifie que la monnaie ancienne, accumulée sous forme d’épargne, se dévalorise.
                        la TRM est donc bien, dans son principe, une forte incitation à la production et à la croissance. C’est une mesure dirigiste.

                        La revendication d’affiliation au logiciel libre est d’ailleurs assez étonnante. Voila un système centralisé qui « distribue » de la monnaie suivant des règles construites mathématiquement à une population précise. Il est difficile de trouver un système plus éloigné de l’esprit 2.0. C’est une vraie cathédrale constructiviste.

                        La monnaie ne peut être émise que localement entre personnes capables de vérifier et d’apprécier la solvabilité d’un emprunteur. Ca c’est du 2.0 ! cela ne fait intervenir aucune banque centrale ni aucune martingale miraculeuse de création monétaire. C’est parce que les Etats veulent absolument « piloter » l’économie en contrôlant la masse monétaire que nous avons 4000 ans de crises monétaires cycliques derrière nous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès