Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Bataille pour l’Arctique

Bataille pour l’Arctique

Depuis quelques mois, flambée des prix des hydrocarbures et crise alimentaire en vue, les spectateurs avisés auront noté la hausse substantielle de dépêches d’actualité concernant la zone arctique. Ce n’est pas une surprise, après les ressources Opep, l’off-shore russe, l’Arctique représente la 3e et dernière étape d’extraction énergétique, avant le basculement aux « techniques d’extractions avancées » (EOR).

Certains prédisent déjà aujourd’hui que l’Arctique, plus que le Heartland, représentera le théâtre de conflit majeur du XXIe siècle.

Comme l’expliquait très bien Krauss Clifford, journaliste et membre du CFR (Think Tank très profondément Atlantiste), « les différends territoriaux concernent les États du monde entier, mais c’est bien en Arctique que les experts s’attendent à voir le plus de conflits » (Krauss Clifford, The New York Times, oct. 2005).

L’Arctique est la région entourant le pôle Nord de la Terre, aux abords du cercle polaire Nord. L’Arctique inclut le Groenland (territoire autonome du Danemark), une partie du Canada, de la Russie, des Etats-Unis (Alaska), de l’Islande, de la Norvège, de la Suède, de la Finlande et la totalité de l’océan Arctique. Le nom Arctique vient du grec ancien ἄρκτος (árktos) qui signifie ours. Il est intéressant de noter qu’on ne trouve les ours polaires que sur la "Terre des Ours" (Arctique) et pas en Antarctique. Si cette région du Nord, au-delà du cercle polaire, couvre 8 % de la superficie du globe, elle ne compte qu’à peine 1 % de la population mondiale. Les trois quarts des habitants sont en Russie.

Dès la fin de la guerre froide, les pays riverains de l’Arctique (Russie, Canada, Norvège, Danemark, Etats-Unis) constituent trois grandes instances de coopération régionale :

  • le Conseil de l’Arctique créé en 1996 sur une initiative canadienne, réunissant les huit États arctiques et les populations autochtones, la Finlande, la Suède, le Danemark, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et la Pologne ;

  • la Coopération de Barents décidée le 11 janvier 1993 à la suite d’une initiative norvégienne. Son but est de favoriser les contacts entre les individus de la région de Barents, ainsi que son développement économique. Le Conseil euro-arctique de la mer de Barents réunit les ministres des Affaires étrangères des six pays membres et de la Commission européenne. La France a le statut d’observateur ;

  • le Conseil des Etats de la mer Baltique (CEMB), créé en 1992, réunit les pays riverains de la mer Baltique. Le Conseil, par son intitulé, favorise les coopérations inter-arctique en rapprochant ses membres de la Russie notamment.

La région arctique, dans laquelle vivent entre deux et quatre millions de personnes, s’est transformée ces dernières années en pomme de discorde entre les Etats riverains. Et il y a de quoi : ce territoire de seulement 1,2 million de km² de fonds marins contiendrait tout simplement 25 % des réserves mondiales d’hydrocarbures !

Pour résoudre les tensions, lors de la dernière réunion du conseil de l’Arctique les Etats ont confirmé le maintien des accords issus de la convention des Nations unies de Montego Bay (CMB) du 10 décembre 1982, sur le droit de la mer qui a permis la création de la ZEE et surtout la théorie des secteurs (qui définit tout territoire sans maître adjacent comme le prolongement naturel d’un territoire étatique. Cette théorie réserve aux seuls Etats dotés d’un littoral sur l’Arctique la souveraineté des terres émergées de cet océan). Ses dispositions donnent encore lieu à des interprétations contestées et tous les pays riverains de l’Arctique entretiennent des contentieux, mais la Russie, dont la côte arctique embrasse 160° de longitude, a été la plus grande bénéficiaire de cette théorie et l’a naturellement reprise à son compte en 1926. En revanche, les autres Etats riverains (Danemark, Norvège et Etats-Unis) s’y sont opposés, le Canada l’ayant abandonné récemment. La Russie entend donc maintenir la réclamation de ces droits sur le plateau continental au-delà de la zone de 200 milles, conformément aux objectifs de l’opération Arctica 2007.

Bien que l’accès à ces ressources soit difficile, la fonte des glaces facilite l’accès aux gisements d’hydrocarbures. Pourtant, selon les estimations des spécialistes, notamment de chez Rosneft, d’ici 2030, il faudra dépenser 345 milliards d’euros pour effectuer la prospection et prouver l’existence des ressources, et plus d’un milliard d’euros pour effectuer leur mise en valeur. "Ces sommes ne sont prévues dans aucun budget. Bien plus, il faut reconnaître que Gazprom et Rosneft n’ont ni l’expérience ni les technologies nécessaires pour travailler dans les conditions du plateau continental arctique", affirme Mikhaïl Kroutikhine, en effet "les chiffres peuvent doubler, voire tripler sur le plateau arctique. Par conséquent, l’extraction ne sera rentable qu’à la condition d’une hausse des prix des ressources énergétiques jusqu’à un point qu’il est difficile d’imaginer aujourd’hui", résume l’expert.

Cette fonte des glaces a une autre conséquence d’une importance capitale, elle permet de rentabiliser de nouveaux corridors de transports. Parmi les principaux :

- la Route Grand Nord contourne le continent eurasiatique par le Nord et permet de passer de l’Atlantique au Pacifique en longeant les côtes de la Sibérie. Longue de 13 000 km, elle traverse les mers de Kara, de Lapev, de Sibérie orientale et des Tchoutchktes. Elle est considérée aujourd’hui « comme la voie de communication unique et la plus accessible qui relie Mourmansk à Vladivostok et les gisements naturels du Grand Nord russe, de Sibérie et de l’Extrême-Orient entre eux ». Inaugurée à la fin du XIXe siècle, c’est Gorbatchev qui, le 1er juillet 1991, fera ouvrir par l’URSS cette route maritime du Nord à toutes les nations. Pour la développer, les Russes vont développer une flotte de 75 navires à étrave et coque renforcée dès 2010 pour principalement transporter les exportations de pétrole et de gaz du Grand Nord russe. Cette route GN (en rouge sur la photo) ;

- la Route Pont Arctique qui relie le port de Mourmansk à celui de Churchill, au nord du Canada. Elle est ouverte de juillet à octobre et serait le chemin le plus court pour acheminer l’abondant pétrole russe vers les marchés canadien et américain.

Par conséquent, la Russie doit être prête à la guerre dans l’Arctique pour « protéger ses intérêts nationaux s’ils sont menacés, car la région contient de grands dépôts inexploités de ressources naturelles », a récemment déclaré Vladimir Chamanov. En effet, à la suite de l’opération sus-citée Arctica, de nombreux pays ont contesté le droit de la Russie de réclamer les surfaces territoriales qu’elle estime lui être due. Par conséquent, celle-ci a immédiatement révisé les programmes militaires pour accélérer le développement de troupes dans l’Arctique, en cas de conflit potentiel.

La presse « internationale » depuis l’année dernière a dénoncé de façon perpétuelle les revendications russes en parlant notamment de «  bataille pour l’Arctique » ou encore de «  guerre froide pour l’Arctique », mais également la militarisation de la situation. En effet, l’Ours a dans le désordre, violé l’espace aérien norvégien, fait patrouiller des chasseurs bombardiers (Tupolevs) ou encore accéléré le développement du «  Boulava ». A cela s’ajoute les déclarations de la Russie sur sa préparation armée à défendre son territoire, et aussi ses frontières.

Pourtant, très curieusement, personne n’a « dénoncé » les récentes grandes manœuvres militaires des Américains, ceux-ci ayant récemment procédé à 12 jours d’exercice à grande échelle en Alaska, impliquant environ 5 000 personnes, 120 avions et plusieurs navires de guerre. La Russie, par la voix du lieutenant colonel Chamanov, a affirmé ne pas pouvoir ignorer une telle démonstration de force militaire à proximité des régions essentielles arctiques. Est-ce que ces manœuvres ont un lien avec les prédictions du «  North Institut », Think Tank violemment atlantiste (tout comme le CFR) et qui « ressort » le risque d’une alliance (continentale) Russie-Chine et une prise de contrôle des réserves du Nord Heartland (lire à ce sujet le scénario II sur la constitution d’un corridor énergétique eurasiatique) ? Il est vrai que, récemment, des États comme l’Iran ont exprimé leur visée sur le continent blanc.

L’Arctique est donc devenu le théâtre des opérations sur lequel tous les pions du grand échiquier sont présents et témoignant bien de la totale continuité de la guerre froide (à plus basse intensité) que les Américains et les Russes n’ont jamais cessé de se livrer.

Au plus fort moment de ce conflit gelé (coïncidence), les Etats-Unis ont compris l’intérêt de l’Arctique, sa traversée constituant pour ses bombardiers B52, puis pour ses missiles, le plus court chemin en direction... de l’Union soviétique. Ils ont développé un réseau nordique de bases aériennes, qui a progressivement perdu de son importance avec le développement des missiles et du ravitaillement en vol. Au début des années 60, le commandement du NORAD a converti ces bases en des centres de détection, qui ont été modernisés dans les années 80, et rebaptisés North Warning System (NWS). Aujourd’hui, les Etats-Unis maintiennent leurs efforts pour y renforcer le réseau des sites radars nécessaires à l’alerte avancée de leur défense antimissile. « La stratégie américaine d’affrontement avec l’URSS remonte de plus en plus vers le Nord [...], la bataille de l’Atlantique évolue pour aboutir, à partir de 1985, à une bataille purement américaine et sous-marine, la bataille de l’Arctique permettant la confluence des deux flottes atlantique et pacifique. Elle entraîne la marginalisation progressive de l’Europe de l’Ouest ».

Durant la guerre froide, l’Arctique a été le théâtre d’un duel russo-américain où les sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) américains se sont toujours efforcés de pister les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) soviétiques. Seuls les Américains et les Russes possèdent de tels sous-marins, capables de naviguer en milieu polaire. Il est raisonnable de penser que l’océan Arctique continue à abriter aujourd’hui des sous-marins américains et russes, non plus dans le cadre d’une guerre sous-marine déclarée entre deux superpuissances, mais plutôt dans celui d’une stratégie de dissuasion « tous azimuts ». De surcroît. Aujourd’hui, l’océan Arctique permet de faire peser une menace de représailles nucléaires sur toutes les grandes villes de l’hémisphère Nord.

De nombreux thinks tanks américains réfléchiraient déjà aux implications en matière d’équipement et d’entraînement. Dans son livre Globalization and Maritime Power, Sam Tangredi consacre un chapitre entier aux implications stratégiques et économiques du réchauffement de l’Arctique. L’auteur regrette que les Etats-Unis n’y aient pas encore affiché une position de leadership, alors qu’ils « devraient et pourraient » le faire. Il imagine déjà les conséquences stratégiques de la réduction de la calotte glaciaire ; qui obligerait en particulier l’US Navy à mener une « vieille mission dans une région nouvelle », qui est celle de la protection des voies maritimes.

Pourtant malgré ces tensions ravivées, la Russie « ne redoute pas un conflit d’intérêts entre les différents Etats riverains de l’océan Arctique », a déclaré Sergueï Lavrov lors de la conférence des cinq pays arctiques. "Nous ne partageons pas les prévisions pessimistes de montée en puissance d’un conflit d’intérêts entre les Etats arctiques et extrarégionaux, qui envisageraient presque une "bataille de l’Arctique" sur fond de réchauffement climatique, qui facilite l’accès à des ressources naturelles dont le prix flambe dernièrement et ouvre de nouvelles voies de transport maritime".

Le chef de la diplomatie russe estime que l’ensemble des problèmes de la région doivent être résolus de manière civilisée en se basant sur le droit international et les négociations.

Que conclure ? La zone arctique n’est pas seulement la zone énergétique essentielle pour la période d’après Opep, qui est sans doute très proche. Elle est aussi et probablement devenue le principal théâtre des opérations, car, après la bataille pour le Heartland (qui contrôle le heartland contrôle le monde), peut-être pourra-t-on dire « qui contrôle l’Arctique contrôle le monde ».

«  Conquis par les airs et sous la glace, l’Arctique a été le siège du seul véritable changement stratégique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et le cœur de la stratégie océanospatiale américaine face à l’union soviétique. Il est désormais le centre de gravité géographique désert et glacé de la CSCE  » (Guy Labouérie en 1993).

A méditer.

Sources :


Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 14 juillet 2008 10:42

    article excellement
    m’en doutais un peu quand meme
    la "fonte" des glaces pourraient avoir une origine fumaine finalement.......


    • catastrophy catastrophy 14 juillet 2008 17:46

       Cela fait froid dans le dos... 


      • fredleborgne fredleborgne 14 juillet 2008 17:58

        Très bon article qui ne perd pas le nord de vue.


        • Yannick Harrel Yannick Harrel 14 juillet 2008 20:17

          Bonjour,

          Bel article bien documenté qui a le mérite d’apporter un point de vue original et sensé sur le conflit latent qui risque d’opposer dans un schéma géopolitique plus global les Etats-Unis et ses féaux à une coalition de pays acculés à se défendre bec et ongles pour ne pas subir un sort analogue à celui de l’Irak.

          Du reste, effectivement l’on pointe souvent unilatéralement le doigt sur les visées Russes concernant ce secteur géographique sensible mais que dire des différentes expéditions scientifiques de ces derniers mois visant aussi à renforcer les prétentions territoriales des pays riverains de l’Arctique (que je mentionnais succinctement dans mon article d’il y a presque un an) ?

          Nous ne sommes qu’au début d’un refroidissement des relations entre le Pygargue (et non l’aigle comme on le croit trop souvent) et l’Ours au fur et à mesure que la banquise, elle, se réchauffe...

          Cordialement


          • Yvance77 14 juillet 2008 23:16

            Superbe post tres bien dans sa construction. J’ai pris un plaisir a vous lire.

            Merci


            • Lisa SION 2 Lisa SION 15 juillet 2008 02:11

              Bel article, passionnant, : pendant la guerre froide, c’était chaud, mais la suivante, la guerre congelée, ça va être brûlant ...à faire fondre les pôles...Qu’en conclure sinon qu’à nouveau, la Russie et les Etats Unis vont encore dominer le monde de demain...Meins, c’est une très mauvaise nouvelle. Demain je bascule toutes mes actions sur Bolloré, le premier producteur de voitures électriques françaises...Mais alors, le reste du monde va-t-il se partager l’Antartique... ? 


              • Olga Olga 15 juillet 2008 17:57

                C’est vrai que la coïncidence est troublante : Les pays "du Nord" provoquent le réchauffement des pôles en brûlant les hydrocarbures puisés principalement par les pays de l’OPEP. Et quand les hydrocarbures produits par l’OPEP viennent à manquer, on peut enfin accéder aux gisements du nord, grâce (à cause) à la  montée des températures polaires.
                La bêtise des hommes n’a pas de limite. Par contre la survie d’une espèce aussi destructrice, va certainement trouver ses limites...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès