Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Cette baisse de l’euro qui disqualifie les critiques de la (...)

Cette baisse de l’euro qui disqualifie les critiques de la dévaluation

Au premier semestre 2014, l’euro oscillait entre 1,35 et 1,4 dollars. Aujourd’hui, il est tombé jusqu’à 1,05 dollar, une baisse de près de 25% en moins d’un an. La plupart des analystes s’en réjouissent, contredisant totalement ceux, parfois les mêmes, qui critiquaient les partisans d’une dévaluation.

Contradictions monétaires
 
Les partisans d’un démontage de la monnaie unique se sont souvent heurtés à des critiques pointant les dangers de la dévaluation, puisqu’en général, nous soutenions que l’objectif était de dévaluer le nouveau franc, d’environ 20% par rapport à la zone mark. Un tel scénario était souvent critiqué comme aventureux, au point de déclencher les sept plaies d’Egypte économiques : explosion de l’inflation et perte de pouvoir d’achat (le Monde, terrifié, évoquait l’augmentation du prix des téléphones), explosion de la dette, qui serait réévaluée, impossibilité de financer des déficits commerciaux croissants. Tout ceci devait aboutir à une grave crise économique et à une envolée du chômage.
 
Problème, les mêmes qui prédisaient un cataclysme économique en cas de dévaluation, constatent, même s’ils les minorent, les bienfaits de la forte baisse de l’euro, qui a perdu environ 25% en une seule année. Le pouvoir d’achat ne souffre pas puisque l’inflation est au plus bas (y compris le prix des biens industriels, largement importés, dont les fameux téléphones hermétiques aux variations des taux de change), jamais les Etats n’ont emprunté à si bon marché, le commerce se redresse et, conjugaison de tout cela, la croissance semble enfin vouloir quelque peu se redresser. Bref, toutes les vertus des dévaluations, que nous avions défendues, se matérialisent avec la baisse de l’euro.
 
L’euro cher, veau d’or moderne
 
Bien sûr, les opposants au démontage de la monnaie unique objecteront, pas totalement à tort, que la baisse de l’euro n’affecte que 40 à 50% du commerce européen, ce qui pourrait limiter les effets néfastes. Sauf que, dans le cas d’un démontage de la monnaie unique, le nouveau franc n’aurait pas baissé de manière uniforme. Il aurait baissé par rapport au bloc mark, mais progressé par rapport aux monnaies d’Europe du Sud. Au final, la dévaluation aurait porté sur une part un peu plus importante de notre commerce, il y aurait eu une réévaluation sur une partie, et, au global, l’évolution des taux de change aurait sans doute été comparable à ce qui se passe maintenant.
 
En outre, si les effets (dynamisation du commerce, sans poussée inflationniste, du fait du climat économique global) sont positifs quand près de la moitié du commerce est concerné, comment ne pas comprendre que cet effet resterait positif s’il en concernait une part plus importante ? Bref, ce faisant, les monétaristes obtus doivent bien concéder que les dévaluations ont des vertus (mais elles ont des inconvénients, ce qui faut reconnaître, même s’ils sont limités dans le cadre de l’UE). Ce faisant, c’est le veau d’or de l’euro cher qui semble vouloir s’effondrer sous nos yeux depuis le début d’année. Le mythe d’un euro sous testostérone a vécu et l’Europe redécouvre les vertus d’une monnaie au juste prix.
 
Malheureusement, il est aussi possible que ce constat ne soit pas fait par ceux qui diaboliser la dévaluation il y a quelques temps, qui ne voudront pas reconnaître les failles de leurs arguments d’hier. Voilà pourquoi il faut bien tirer les leçons des mouvements monétaires des 9 derniers mois.

Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • jako jako 25 mars 2015 11:56

    Attendons la nouvelle balance commerciale, ce sera clair cette fois-ci


    • Spartacus Spartacus 25 mars 2015 14:15

      Sauf que toute la population va payer plus cher ce qui vient du monde entier. Tous les Français sont devenus plus pauvres part rapport à la planète entière.


      Et le souverainiste vient expliquer que c’est le bonheur. 
      Il est vrai qu’en matière d’analyse, étatiste-dépendant pour vivre, que ceux qui voyagent subissent de plein fout cette connerie, lui il s’en branle. Il ne met pas d’argent de coté, il a une rente d’état assurée.

      Toute la population vient de perdre 15% de pourvoir d’achat par rapport au monde entier.

      Pour faire simple et comprendre :
      Si t’avait un terrain en Suisse, au Mozambique ou à Sydney à 200 000€ et un autre identique en France. Avant tu pouvais l’échanger. Maintenant t’es obligé de donner de l’argent en plus de l’échange.

      A court terme les exportations vont augmenter....Tant que les productions seront basées sur des matières premières en Stock ou européennes....A long terme les prix vont se stabiliser et rein ne changera sauf la richesse moyenne des Français.

      • _Ulysse_ _Ulysse_ 25 mars 2015 14:38

        @Spartacus

        « que ceux qui voyagent subissent de plein fout cette connerie »

        Lol, tout est dit smiley . Si vous ne vous préoccupez que des français qui « voyagent » vous êtes loin de vous préoccuper de l’intérêt général. smiley

        Même moi qui ne suit pas à plaindre et nettement au dessus la moyenne des français en terme de revenus je suis ravis de cette baisse de l’euro. Je n’ai pas les moyens de passer ma vie dans les avions. Je passe l’essentiel de mon temps à travailler tout simplement, je prend peu de vacances. La baisse de l’euro a clairement relancé l’activité, je l’ai moi même constaté à ma modeste échelle concernant mon activité (j’ai une entreprise de 3 personnes) et ma comptable m’a confirmé que l’activité est repartie brutalement en février et elle travaille dans un cabinet qui gère la comptabilité de centaines d’entreprises dans tous les secteurs.

        Vous pouvez nous raconter tout ce que vous voudrez l’euro était surévalué pour l’économie française. Aujourd’hui il est à un bon niveau pour nous autour de 1 dollard c’est l’idéal. Après faudrait pas que ça baisse en dessous de 0,8 dirons nous.

        On verra la balance commerciale à la fin de l’année.

        Ce que je peux vous dire c’est que ma comptable m’a dit que les entreprises industrielles exportatrices après avoir perdu 35% de CA en 2014 ont maintenant un carnet de commande rempli presque jusqu’à la fin de l’année !


      • amiaplacidus amiaplacidus 25 mars 2015 17:11

        @Spartacus
        L’immense majorité des Français n’a pas de terrains en Suisse, au Mozambique ou à Sydney.
        Déjà que ceux qui ont un terrain en France.

        Alors, la petite minorité de privilégiés ...


      • gjou 25 mars 2015 17:19

        @Spartacus
        Pas par rapport aux autres pays de la zone euro qui représentent l’immense majorité de nos échanges ..


      • _Ulysse_ _Ulysse_ 25 mars 2015 17:29

        @amiaplacidus

        Le coup du français voyageur c’est déjà pas mal mais le coup des terrains à l’étranger c’est juste énorme smiley . Personnellement, je ne connais personne qui ait des biens immobiliers à l’étranger.
        Mais je dois pas être dans la norme sans doute smiley .


      • Spartacus Spartacus 25 mars 2015 21:21

        @_Ulysse_

        Félicitation pour votre PME de 3 personnes et vos réflexions intellectuelles d’activité franco française

        Imaginez, supposition « hautement improbable », que des entreprises avec un peu plus de 3 personnes existent. Monde fictif car vous n’en connaissez pas. 

        Qu’elles disposent d’implentations à l’étranger. Et curieusement utilisent les autres monnaies comme valeur d’échange.......Qu’elles importent et exportent sur le monde entier...

        Je sais c’est « vachement étonnant » et tellement pas dans la « norme » vous n’e voyagez pas« . 

        Imaginez donc que ces entreprises aient besoin de commercer. Et avec une monnaie moins forte, le container hors marchandise est passé de 2800 à 3200€.
        Que la France soit un »petit marché et que tous les représentants de cette entreprise hors zone €uros le salaire à fournir augmente de 15%. 

        C’est a ce moment là que le patron se félicite d’avoir investi à l’étranger qu’en France ou europe.....Mais trouve cela triste que son propre pays soit tenu par des gens qui ont un raisonnement limité au trottoir d’en face ou le bout de la rue.

      • _Ulysse_ _Ulysse_ 26 mars 2015 11:06

        @Spartacus

        Une dévaluation a aussi des perdants bien sur mais qui sont-ils ?
        Ceux qui ont tout délocalisé et qui ont abandonné la France justement parce que sa monnaie était trop forte.

        Airbus a bien délocalisé aux USAs à cause de l’euro par ex.

        Une fois de plus, vous vous démasquez encore vous êtes obnubilé par les entreprises non pas exportatrices mais qui produisent à l’étranger. Que dites vous aux PME industrielles exportatrices qui ont été ravagées par une monnaie trop forte pendant des années ?

        Vous ne vous intéressez qu’aux réussites à l’étranger, peu importe si votre voisin crève sous vos yeux. smiley


      • BA 25 mars 2015 17:58

        La Grèce se finance en émettant des obligations à trois mois et aussi des obligations à six mois.

        Problème : personne au monde ne veut acheter ces obligations pourries.

        Du coup, il n’y a plus que les banques privées grecques qui acceptent d’acheter les obligations de l’Etat grec.

        Ensuite, les banques privées grecques refourguent ces obligations pourries à la Banque centrale de Grèce.

        La Banque centrale de Grèce accepte ces obligations pourries en collatéral, et elle prête des milliards d’euros aux banques privées grecques : c’est le mécanisme ELA (en français : « Prêt de liquidités en urgence »).

        Encore un tout petit problème : la Grèce est INCAPABLE de rembourser ces obligations d’Etat, et la Banque centrale de Grèce est en faillite.

        Conclusion : mercredi 25 mars, la BCE ne veut plus que la Banque centrale de Grèce continue d’accepter toutes ces obligations pourries. Pour couper complètement le financement de l’Etat grec, la BCE vient d’interdire aux banques grecques d’acheter les obligations pourries.

        MAIS ALORS ...

        ... MAINTENANT, QUI VA ACCEPTER D’ACHETER LES OBLIGATIONS DE L’ETAT GREC ?

        Mercredi 25 mars 2015 :

        La BCE demande aux banques grecques de ne plus acheter de dette d’Athènes.

        http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/la-bce-demande-aux-banques-grecques-de-ne-plus-acheter-de-dette-d-athenes-463735.html


        • fred.foyn Le p’tit Charles 26 mars 2015 07:37

          25% et rien en vue ma soeur Anne...Une preuve que notre mafia au pouvoir est incapable de nous sortir du trou ou depuis 50 ans ils nous enfoncent... !

          Faut savoir que plus de 80% de nos lois viennent de Bruxelles.. ?
          Restez dans l’UE et mourrez comme des jambons... !

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 mars 2015 11:15

            Pour relancer les exportations, c’est mieux ainsi, mais cela ne permettra pas de solutionner tous les autres problèmes gérés par les Traités européens et la Troïka...

            Cela ne permettra pas de faire un audit de la dette, ni d’emprunter à nouveau à 0% à la Banque de France.


            Ni de faire les lois en France ou gérer le budget, désormais sous tutelle.

            Cela ne permettra pas d’annuler l’article 63 du TFUE et de remettre un contrôle des mouvements de capitaux pour éviter l’achat et le siphonnage d’entreprises françaises.

            Cela ne permettra pas de faire une politique intérieure nationale dans l’intérêt général.
            Les « réformes structurelles » qui vont détruire le modèle social français, continueront.

            Cela ne permettra pas d’échapper à TAFTA et autres accords de soumission aux USA. etc

            Pour tout cela, il faut aussi sortir de l’ UE, pas seulement de l’euro, qui peut remonter à tout moment et qu’il n’est pas possible de dévaluer. Que peut-on changer en sortant de l’ UE ?
            Beaucoup de choses : « Le jour d’après ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès