Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Chronique d’une agonie à venir

Chronique d’une agonie à venir

L’économie US flirte avec le précipice, les bourses étant plus ou moins à leur niveau de l’été dernier dans une atmosphère étrange où les investisseurs du monde entier déversent leurs masses de liquidités vers le seul placement qui leur semble encore sûr, à savoir les Bons du Trésor. A 2.06%, le rendement du Bon US à 10 ans ne s’approche-t-il effectivement pas de son plus bas historique atteint le 30 Décembre 2008 ? Comment s’en étonner alors que la Réserve Fédérale US elle-même a annoncé la reprise de son programme de rachat de papiers valeurs émis par la Trésorerie de son propre pays…

Bienvenue dans la »japanification » des Etats-Unis ! Cette expression, utilisée tout récemment par le stratégiste de Merrill Lynch, Michael Hartnett, n’est-elle qu’une boutade ou insinue-t-elle que le pays est à l’orée d’une longue traversée du désert jalonnée de déflation, d’une interminable récession et d’un grand cycle baissier affectant les bourses ? Les Etats-Unis subiront-ils le même sort que le Japon qui n’en finit plus de se battre et dont les taux d’intérêts sont à zéro depuis 20 ans ? En fait, Merrill Lynch et quelques rares analystes lucides, quoique terriblement pessimistes, prévoient des taux Américains sensiblement réduits jusqu’à 2020 ponctués d’une croissance moyenne de 1 à 1.5% sur les 20 ans à venir, un Dow Jones dont les valorisations seraient divisées en deux et un marché immobilier condamné à chuter de 30% supplémentaires pour la même période… Ce scénario catastrophe est-il vraisemblable après les 7’300’000 emplois déjà perdus aux USA, après les faillites immobilières, bancaires et en dépit des multiples plans de relance … ou ces précédents le rendent-ils au contraire crédible ?

Quoiqu’il en soit, notre monde semble avoir aujourd’hui complètement perdu ses repères : Comment interpréter sinon le rendement actuel sur les Bons du Trésor Britannique à 10 ans qui rémunère à hauteur de 3% quand le taux d’inflation est de … 3.1% ? Une seule signification : que les investisseurs sont disposés à placer gratuitement, voire à perdre même un peu, en échange d’avoir la certitude de recevoir leur placement dans 10 ans ! En d’autres termes – et énoncé brutalement – le monde se prépare à la « japanification » Occidentale et ajuste ainsi ses portefeuilles en fonction de la déflation à venir.


Moyenne des avis sur cet article :  4.83/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • manusan 1er septembre 2010 10:22

    Il faut rappeler cependant que le Japon a pu tenir le coup ces 20 dernières années gràce à la consommation US et européenne.

    Maintenant qui va consommer pendant que les occidentaux et les japonais se mettent au régime ?


    • plancherDesVaches 1er septembre 2010 14:15

      Effectivement, Manusan.

      Et j’ai déjà écrit sur un article de Santi qu’il ne fallait pas espérer faire un parallèle avec la situation du Japon, soit une déflation, mais que nous allions passer directement à la phase suivante.

      Il n’a toujours pas percuté car il reste sous les informations fausses qui nous sont données pour nous manipuler.


    • Kalki Kalki 1er septembre 2010 10:30

      Et dire que la société est un contrat

      et qu’il y a une ligne rouge à ne pas dépasser : et l’illusion du chiffre n’aidera pas à repousser cette ligne ROUGE


      • tchoo 1er septembre 2010 11:14

        Le constat est le même pour tous le monde : cela ne peut pas continuer comme cela, ce monde là est mort.
        Qui aura le courage d’en inventer un autre avant que nous sombrions deans le chaos et l’anarchie ?


        • Jiache 1er septembre 2010 13:47

          Inventer un autre monde oui mais ...
          Avant le courage, il faut d’abord avoir l’idée de ce que l’on veut pour après. Et quand bien même on aurait tous de bonnes idées qui choisira / décidera de la meilleure idée.


        • rastapopulo rastapopulo 1er septembre 2010 14:22

          Surtout la complète amnésie sur les mesures que le CNR avait pris au sortir de la guerre pour ne plus avoir de dictature de la finance et qui a permit d’avoir bien plus que de la reconstruction pendant les 30 glorieuses !!!

          La fuite en avant amorcer par 68 (en 73 asservissement de la banque de France dans l’indifférence GENERALE) est la plus mauvaise option. Avec les mesures du CNR (scission des banques par activité pour ne pas avoir de prise d’otage des dépôts, crédit publique sans intérêts pour le productif non inflationniste,...) la nation redeviendrait fortes ET l’économie. Nation = citoyen, donc rien n’empêchera d’avoir du protectionisme environnementale pour empêcher le dumping environnementale = nivellement par le haut (import subordonné à une taxe si non respect de nos normes strictes de pollution).

          Le protectionisme pourrait servir aussi a empêcher le dumping social (si minima sociaux plus bas taxe à l’import pour « forcer » à investir dans le social !!!).

          Bref, faire l’impasse sur le passé alors que les principes de l’économie productives de List et Leibnitz (primauté de la production sur le marchand) rappelle très bien l’usure décrié depuis l’antiquité est une aberration très anglosaxonne.

          C’est fresh , c’est new,... à part dans la technologie, c’est un reflexe de merde.


        • rastapopulo rastapopulo 1er septembre 2010 14:28

          Interviewé sur CNN, l’ami et assistant du Dr King, Andrew Young, a appelé au rassemblement, au delà des ressentiments et de la confusion.

          Bien que la question économique fût partie intégrante du discours de 1963, a expliqué Young, l’intervention de King était avant tout politique. « Aujourd’hui, la question n’est plus politique en premier lieu. Nous faisons face à un problème économique (…) Je dirais que cela a commencé en 1973, lorsque nous avons enterré les accords de Bretton Woods qui avaient créé une économie juste pour l’ensemble du monde. A l’époque, le baril de pétrole était à 3 dollars. En six mois il passa à 30 dollars et continua d’augmenter. L’autre tournant eut lieu lors du deuxième mandat du Président Clinton où nous avons modifié la ’régulation Q’ et abrogé la loi Glass-Steagall. Ces trois évènements ont contribué à façonner l’économie d’aujourd’hui. Je pense qu’ils ont causé la crise immobilière. Je pense qu’ils ont causé le déséquilibre bancaire (…) Ce que nous voyons [la marche des Tea Parties, ndt] est le rassemblement de gens qui se sentent véritablement frustrés et confus. Ils veulent jeter le blâme sur quelqu’un mais ils ne savent pas sur qui. Et ils ne comprennent pas vraiment la situation dans laquelle nous sommes plongés. »

          http://www.solidariteetprogres.org/article6945.html



        • asterix asterix 1er septembre 2010 11:58

          J’sais pas où placer mes dix mille billets de 111 dollars. Z’avez pas un conseil, un petit truc ?


          • fonzibrain fonzibrain 1er septembre 2010 12:16

            la deuxième phase de l’effondrement arrive....



            • Peretz Peretz 7 septembre 2010 17:19

              Et le P.S. a eu de la chance de perdre les élections présidentielles.www.citoyenreferent.fr


            • Gollum Gollum 1er septembre 2010 12:39

              Je ne crois pas que les US soient en voie de japani-machin-chose...


              Je pense plutôt que tout va exploser.. et cela incessamment sous peu.. 

              Déjà Obama va perdre les élections de novembre (déculottée historique d’après les plus récents sondages, du jamais vu depuis 70 ans) et se retrouver paralysé... au plus mauvais moment sans doute, les gens commençant à s’énerver (Mini-émeutes récemment à Atlanta..), les dernières stats économiques américaines étant catastrophiques... 

              Bref, un hiver difficile en perspective..

              • Kalki Kalki 1er septembre 2010 12:53

                L’hiver pourrait commencer en septembre


              • rastapopulo rastapopulo 1er septembre 2010 14:33

                Le vote électronique a déjà fait ses preuves... Je crois beaucoup au réveil de l’Amérique mais la mise sous tutelle des USA CIA/Rockfeller+Wall Street mondialiste anti-nation ne va pas finir comme ça pouf. Le projet est comme même de tuer les monnaies nationales.

                Il parait qu’il y a 1 américain sur 300 avec accréditation service secret aussi. Beau ficelage de la société.


              • friedrich 1er septembre 2010 13:04

                Il y a quelques temps vous prévoyiez la reprise pour la rentrée, maintenant c’ est au tour de japanification de l’ Occident. C’ est mieux, même si vous avez toujours deux ou trois trains de retard par rapport au LEAP. Quant à Celente, c’ est pas dit qu’ il y aura encore internet quand vous aurez rattrapé ses prévisions.


                • robin 1er septembre 2010 13:42

                  A l’auteur :

                  Je vous conseille de lire le dernier chapitre de la Bible : « La révélation » ça parle de votre problème et vous devriez commencer à acheter des poules, des chèvres, faire un potager, vous installer tranquille au bord d’un cours d’eau et vous acheter des fusils et énormément de munitions, ça constituerait juste un début de commencement de compréhension de ce qui nous attend tous....lol !


                  • plancherDesVaches 1er septembre 2010 14:11

                    Ce qu’il y a d’amusant, même si je ne suis pas économiste, mais un putain de gestionnaire industriel, est que je remarque de plus en plus que vivre au dessus de ses moyens vous retombe toujours dessus.
                    Ca, c’est pour le coté société de crédit en général. (s’endetter est avoir confiance en l’avenir : dixit le candidat français « élu » président)

                    Et, comme je n’arrête pas de l’écrire depuis deux ans : nous sommes revenus à une concentration de richesse qui est maintenant même SUPERIEURE à celle de 1929.
                    Même cause, mêmes effets.

                    Youpi !!!


                    • Marc Bruxman 1er septembre 2010 19:36

                      Il est clair qu’une bulle de la dette publique est en formation et qu’elle va avoir des conséquences désastreuses. 


                      Car, personne absoluement personne ne pourra faire un plan de sauvetage quand celle-ci explosera. Mais il est clair que cette bulle parachévera la transition vers la société post-industrielle. Après la phase de trouble qui suivra l’explosion de cette bulle, le monde sera redevenu stable. 

                      Les états nations modernes sont apparus avec l’industrie et ont appuyés celle-ci lors de sa phase ascendente. Lorsque nous sommes sortis de l’ére industrielle au début des années 70 ils ont commencés à s’endetter et à décliner. Le nouveau système économique n’avait pas besoin d’un état aussi puissant et n’était donc plus prêt à en payer le prix. 

                      Il n’est donc pas étonnant que le déclin des états commence au millieu des années 70 et que l’idéologie économique libérale va prendre du poids à partir des années 80 sans pour autant totalement s’imposer dans la pratique, le poids du secteur publique restant imposant dans toutes les sociétés occidentales. 

                      Le système étatique le plus lourd, le communisme tombera en premier, incapable idéologiquement de s’adapter à la diminution de puissance de l’industrie. En occident, la société s’adaptera petit à petit avec une montée en puissance du libéralisme et de la finance. Mais tout ceci ne fait qu’affaiblir l’industrie et donc les états qui sont interdépendents avec elle. 

                      Les années 2010 vont voir les derniérs bastions du privé se transformer en délégations de service publique ou en société privées. Dès lors, les états ne seront plus qu’un pacquet de dette mortifères assurant de moins en moins de services sociaux en échange de plus en plus d’impôt. Ils ne pourront pas faire face à leurs obligations et créeront une calamité économique sans précédent. Mais du fait que la plupart des services publics auront déja été privatisés, cette calamité sera plus simple à gérer que la chute du communisme. A condition qu’un état « minimal » puisse être mis en place sur leurs cendres. 

                      Afin d’éviter ce scénario noir, il est urgent de réduire la dette publique. Soit nos états gérent eux mêmes la transitrion vers un état minimal et la casse sociale sera alors relativement modérée soit ils la subissent de force et il faut s’attendre à des troubles graves (grêves, coup d’états, montée de fascismes). Une fois que la société post-industrielle aura trouvé le mode de gouvernance qui lui convient, elle pourra se développer de façon harmonieuse et nous auront gagné quelques dizaines d’année de répit avant la prochaine révolution. Cela sera lorsque la singularité technologique aura été atteinte. 



                      • cantalouse* 1er septembre 2010 19:51


                        j’ai lu sur la chronique agora un article du wall street journal parlant du présage de hindenburg.
                        tous les indicateurs montreraient que ns sommes au bord d’un krach mondial.
                        même les échos en ont parlé.
                        à voir !


                        • Pyrathome pyralene 2 septembre 2010 00:30

                          Il y a une très grosse différence entre le Japon et les US, le Japon est endetté par ses propres banques, tandis que les US doivent à tout le monde et en particulier à la Chine.....
                          Je suis de l’avis de Gollum, c’est pas une « Japanisation » qui va se produire, mais un cataclysme dans tous les sens du terme......malgré les spéculateurs du jour qui ont trop sniffé la coco, tous les voyants sont au rouge vif ! Pour l’heure, ils ne font que récurer les fonds de plat comme les bons charognards qu’ils sont.....la planche à billet est en surchauffe !!
                          Et la guerre civile à suivre qui mènera directement à la dictature et au chaos......


                          • vertimpek vertimpek 2 septembre 2010 01:15

                            « Quoiqu’il en soit, notre monde semble avoir aujourd’hui complètement perdu ses repères » : C’est un doux euphémisme : une France en panne économique, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis dont les consommateurs vivaient à crédit depuis des lustres, des emplois qui filent vers les pays émergents qui nous refourguent en retour des produits merdiques qui concurrencent le peu industrie qu’il reste d’aux pays occidentaux, des banquiers qui fourguent des produits tellement pourris qu’à côté Mesrine fait gentil amateur question hold-up, un chômage endémique et des déficits publics abyssaux. C’est certain qu’aucun système économique ne peut valablement perdurer sur de telles bases.


                            • Internaute Internaute 2 septembre 2010 09:05

                              Pour répondre à M. Santi, les USA ne finiront pas comme le Japon. Vous oubliez que le Japon est un gros exportateur net ce qui lui permet de supporter le contre-coup de ses mauvaises stratégies financières. Les USA sont un importateur, ce qui change tout. Les deux ne sont pas comparables à mon humble avis.

                              Les prévisions financières m’ont toujours bien fait rire.

                              Ceux qui comprennent quelque-chose à la haute-finance sont capables de déchiffrer ce charabia :
                              « le bureau DayByDay note la formation d’un long chandelier blanc formant un gap de corps au-dessus de 3490 points : la figure en triple creux a ainsi été validée et le développement haussier a bien eu lieu. »

                              Moi j’ai vu passer un hectoplasme puis plouf !

                              Ceux qui croient comprendre quelque-chose à la haute-finance vous annoncent fièrement leurs prévisions. Ainsi dans son numéro 1000 de décembre 2008, le journal Le Revenu conseillait à ses lecteurs 10 actions à privilégier pour 2009 et 10 autres à éviter. Résultat des courses : les 10 à privilégier ont augmenté de 11% alors que le Cac40 a augmenté de 23% et que les 10 à éviter ont augmenté de 32%.


                              • pierrot123 2 septembre 2010 09:08

                                Citation (Tchoo) :
                                « Le constat est le même pour tous le monde : cela ne peut pas continuer comme cela, ce monde là est mort.Qui aura le courage d’en inventer un autre avant que nous sombrions dans le chaos et l’anarchie ? »

                                A mon humble avis, nous devrons d’abord en passer par le chaos et l’anarchie...

                                Ce n’est que devant l’impossibilité absolue de faire autrement que nous (et nos dirigeants) saurons nous résoudre à raisonner différemment.

                                En attendant c’est la loi ordinaire du libéralisme qui continuera de régner : Business as usual...(bien obligé.)

                                (Sachant que les mieux nantis, ceux qui décident, ont les moyens de se mettre à l’abri des tourmentes financières et sociales, au besoin en ayant recours à l’armée, ou aux milices privées, et que eux auront toujours assez d’argent pour vivre mieux que bien.)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès