Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Crise du crédit : on commence à sortir les chiffres car il devient (...)

Crise du crédit : on commence à sortir les chiffres car il devient difficile de les cacher !

Lagarde annonce la fin de la crise, le gouvernement placarde sur les murs de la ville, « la relance arrive » , mais les chiffres sont têtus, ils commencent de s’afficher dans la presse spécialisée....

tableauprodcredit2009.jpgG20 : Sarkozy avec l’autorisation d’Obama, joue les durs et se tape sur les cuisses, comme de Funès ( son grand modèle), en pensant à Villepin, l’Iran et la grippe arrivent à point nommés pour faire trembler les foules.

Lagarde annonce la fin de la crise, le gouvernement placarde sur les murs de la ville, "la relance arrive" , mais les chiffres sont têtus, ils commencent de s’afficher dans la presse spécialisée ce jour lundi 28/09/2009 dans les "Echos" via Reuters :

""Crédit à la consommation : contraction en août pour le 11e mois consécutif"

Bien me direz-vous mais que voulez-vous que cela me fasse !

Jetez un coup d’oeil aux chiffres issus de ces tableaux édités par l’ASF (Association Francaises des sociétés financières) et vous verrez la dégringolade de la production de crédit particuliers - entreprises du jamais vu depuis 20 ans aux dire même des professionnels ( l’ASF )

et vous comprendrez que nous ne sommes pas prêt à remonter la pente , contrairement aux voeux du "Gouverne ment " en place, je ne vais pas les citer à nouveau et des banquiers qui dixit le patron de la BNP, sur toutes les TV, vont faire de la "com" sur le crédit pour aider les entreprises !!!!

Alors prêt pour quelques chiffres :des -20, -25, -15, -35, etc...

retouvez tous les tableaux sur le site de l’ASF

Nota : Production de crédit = nouveaux crédits accordés aux acteurs économiques

creditentreprises.jpg
 
creditparti.jpg
 
creditimmoentrepreise.jpg
finacelogement.jpg
Maintenant qui fait l’oeuf ou la poule, les banquiers que ne prêtent plus (ou bien moins) ou les particuliers ou entreprises qui ne veulent plus s’endetter de peur de ne plus rembourser ? quid ?
je n’ai pas la réponse,
mais le constat est évident : c’est la paralysie à très court terme de ce mode de consommation et production capitaliste.
 
Pas bon pour l’emploi c’est certain : il va peut-être enfin falloir réfléchir à d’autres modes de consommation, production, donc de travail et rémunération !
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.84/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Gourmet 30 septembre 2009 13:00

    Le travail ? Quel travail ? Il n’existe plus ou alors il est dévalorisé, mis au rebut, déplacé aux finances publiques ! Quand il ne se solde pas par un suicide !

    Car le libéralisme c’est ça : ce qui coûte DOIT être financé par les fonds publics (on le voit avec la privatisation de la santé par exemple : les traitements lourds restent aux institutions publiques, le reste va au privé), ce qui rapporte DOIT être propriété privée.
    Il en va de même des masses salariales : au public de payer les salaires et les charges sociales. Au privé de gagner du pognon.

    Non mais !

    db


    • herve33 30 septembre 2009 15:16

      Maintenant qui fait l’oeuf ou la poule, les banquiers que ne prêtent plus (ou bien moins) ou les particuliers ou entreprises qui ne veulent plus s’endetter de peur de ne plus rembourser ? quid ?

      La réponse est évidente , les particuliers consomme moins et ils épargnent en prévisions de jours difficiles ou du chomage , les entreprises voient leurs carnets de commande baissaient et évitent les dépenses en attendant des jours meilleurs qui viendront que lorsque que la grosse purge de l’endettement aura fait son travail .

      Quant aux banques , elles ont bien mieux à faire que de prêter aux entreprises ou particuliers , elles ont de l’argent tout frais et sans risques du contribuable qu’elles font fructifier dans les marchés truqués par Wall Street et ces 5 plus grandes banques américaines qui se refilent les actions en elles afin de faire monter artificiellement les cours . 

      Tout cela pour retarder ce que tout le monde sait depuis longtemps , le monde occidental est ruiné et au bord de la faillite .


      • intactsaphir 30 septembre 2009 15:49

        Voici un petit document didactique qui va permettre à tous de comprendre comment faire de l’argent ex-nihilo (à partir de rien).


        Cette  bande dessinée est tirée du film d’animation de Paul Grignon http://vimeo.com/1711304, qui a su expliquer clairement comment on fait de l’argent à partir de dettes...

        Tout le monde joue dans ce jeu, les gouvernements, les banques, les entreprises et les ménages, lesquels, pour ces derniers, sont en majorité les grands perdants.


        Il s’agit d’un système d’« entubage » à grande échelle.

        ICI
        www.factum911.com


        • wawa wawa 30 septembre 2009 16:20

          De funes modèle de Sarkozy
          savoureux , du vent du vent du vent


          • Augustule pipo 30 septembre 2009 16:54

            Comment une relance est elle possible sans création d’emplois ?

            Si je résume :
            pas d’emploi = pas de salaire
            pas de salaire = pas d’achats
            pas d’achats = pas de profits
            pas de profits = pas d’embauche
            pas d’embauche = pas de reprise !

            Je me trompe ?


            • kalon kalon 30 septembre 2009 21:03

              En fait, le systéme ne continue a avancer que sur son aire, terme naval qui signifie que sans moteur, un navire continue à avancer du fait de sa masse calculée par rapport à sa derniére vitesse soutenue.
              Si nous mettons en équation, le dernier taux de croissance positif avec le volume total de la production à ce moment et en y ajoutant quelques ratios tel que le déstockage qui allége le navire, nous devrions connaitre le moment ou le systéme économique se figera


            • kalon kalon 30 septembre 2009 21:07

              Mais il nous reste quelqu’éspoir car tel un navire ne coulera pas du fait de son immobilisme, notre économie ne devrait pas couler du fait que sa croissance est arrétée.
              Seule différence, on vit différement sur un navire en course que sur un navire à l’arrét, mais on vit quand méme ! lol


            • kalon kalon 30 septembre 2009 21:21

              Je pense que cette obsession de croissance à tout prix est un leurre car plus des 9/10émes de la population mondiale n’ont pas besoin de cela pour vivre.
              Il suffirait de supprimer l’O.M.C. et la banque mondiale pour que tout le monde mange a sa faim.
              Et de supprimer l’O.N.U. pour qu’il n’y ait plus de guerre mais cà, c’est une autre histoire  !


            • kalon kalon 30 septembre 2009 21:23

              Quant à supprimer les banques, je n’y pense pas de trop mais là, il est évident que dans ce cas, nous serions , tous, millionnaires !


            • Philippe95 30 septembre 2009 21:40

              @Kalon : D’accord sur le fond. Pour le bateau qui avance sur son inertie c’est « avancer sur son erre » et pas « sur son aire »


            • kalon kalon 30 septembre 2009 21:44

              Oups, là, j’ai été pris en flagrant délit ! lol


            • sentinelle 1er octobre 2009 10:27

              @ kalkon

              tres bon vos commentaires ; quand a l’aire, l’erre, l’air.....l’r......

              je crois qu’en physique c’est la quantité de mouvement engrangée... en populo de bistrot c’est en roue libre , mais peut importe c’est tres juste quand meme,

              l’avenir c’est a la solidarité et au partage.....


            • Croa Croa 1er octobre 2009 23:00

              Autre métaphore : l’avion que l’on voudrait faire monter jusqu’à l’infini... Arrivé à son plafond pratique (très haut donc) si l’on tire encore sur le manche il décroche ! Cela veut dire que tout d’un coup il redescend très vite et bien plus vite qu’il n’est monté !

              On appelle ça une « perte de vitesse ».


            • goc goc 30 septembre 2009 19:10

              @l’auteur

              Maintenant qui fait l’oeuf ou la poule, les banquiers que ne prêtent plus (ou bien moins) ou les particuliers ou entreprises qui ne veulent plus s’endetter de peur de ne plus rembourser ?

              certainement un peu des deux
              d’abord les banques qui préfèrent gagner du fric avec la spéculation plutôt qu’avec le crédit, c’est a rentabilité immédiate, alors que le crédit...

              et puis les particuliers avec le risque de plus en plus grand de chômage ou de réduction de travail. ils n’osent plus prendre de risque avec un crédit. Il serait intéressant de connaitre aussi les tranches d’age, si la réduction de crédit est plus faible chez les retraités que chez les actifs, alors cela confirmera mes propos.


              • BA 1er octobre 2009 01:09

                Voici huit graphiques hallucinants sur la deuxième crise financière qui arrive.

                Ces huit graphiques montrent qu’en réalité, les banques américaines vont subir une deuxième crise encore plus violente que la première.

                Aux Etats-Unis, le chômage explose. De plus en plus d’Américains basculent dans la pauvreté.

                Conséquence  : de plus en plus d’Américains arrêtent de rembourser leurs emprunts car ils n’ont plus les moyens. Le taux de défaut explose.

                Taux de défaut sur les prêts garantis par un bien immobilier  :

                http://www.crisedusiecle.fr/usa-problemes-credits-detail-CO4.html

                Taux de défaut sur les prêts à la consommation  :

                http://www.crisedusiecle.fr/usa-problemes-credits-detail-CO5.html

                Taux de défaut sur les prêts pour une maison individuelle  :

                http://www.crisedusiecle.fr/usa-problemes-credits-detail-CO6.html

                Taux de défaut sur les cartes de crédit  :

                http://www.crisedusiecle.fr/usa-problemes-credits-detail-CO8.html

                Taux de défaut sur les autres prêts à la consommation  :

                http://www.crisedusiecle.fr/usa-problemes-credits-detail-CO9.html

                 

                Aux Etats-Unis, de plus en plus d’entreprises perdent de l’argent, et de plus en plus d’entreprises font faillite.

                Conséquence  : de plus en plus d’entreprises arrêtent de rembourser leurs emprunts car elles n’ont plus les moyens. Le taux de défaut explose.

                Taux de défaut sur les prêts aux entreprises  :

                http://www.crisedusiecle.fr/usa-problemes-credits-detail-CO3.html

                Taux de défaut sur les prêts commerciaux  :

                http://www.crisedusiecle.fr/usa-problemes-credits-detail-CO10.html

                Taux de défaut sur tous les prêts  :

                http://www.crisedusiecle.fr/usa-problemes-credits-detail-CO1.html

                 


                • pépé 1er octobre 2009 08:51

                  Merci pour les liens. Une question : que veulent dire CVS et nonCVS ?


                • Augustule pipo 1er octobre 2009 09:10

                  CVS = Corrigée des Variations Saisonnières


                • pseudo 1er octobre 2009 09:24

                  Aller demander un crédit pour vôtre projet privé ou professionnel, les banques vous dises oui avec un grand sourire puis une foi que vôtre demande officielle avec un dossier bien ficelé déposé se sera NON ! 

                   Depuis plus de deux ans les banques se fichent de nous, ils ont créer la crise et gagnent plus d’argent aujourd’hui. Donc la fin de crise se n’est pas pour demain. Les banques n’ont aucun intérêt à relancer l’économie !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès