Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Demain une nouvelle Bulle…

Demain une nouvelle Bulle…

A l’occasion d’un entretien accordé à un journaliste la semaine dernière, le Secrétaire d’Etat US au Trésor Tim Geithner a admis que la bulle spéculative ayant implosé en 2007 avait été causée par la politique monétaire d’Alan Greenspan tout en essayant de dédouaner partiellement la Réserve Fédérale Américaine qui n’aurait été à l’époque qu’une des nombreuses Banques Centrales à travers le monde à maintenir pendant un temps assez long cette politique monétaire ultra expansionniste.

Il est toutefois vraiment regrettable que l’intervieweur Charlie Rose n’ait pas eu la présence d’esprit de lui poser la question fatidique : En quoi la situation est-elle différente aujourd’hui ? ...en d’autres termes, pourquoi la politique monétaire sans précédent des taux zéro appliquée par Bernanke, successeur de Greenspan, n’aboutira-t-elle pas cette fois-ci à la formation d’une autre bulle ?

Qui plus est, les taux d’intérêts mondiaux avaient été considérablement réduits après l’implosion de l’autre bulle des valeurs technologiques tout simplement en réponse à la politique extrêmement laxiste de la toute puissante Réserve Fédérale US. Ne bénéficiait-elle pas en effet la devise de réserve principale ? La quasi totalité des pays émergents n’ont-ils pas leur propre monnaie liée de près ou de loin au dollar Américain ? Les Etats-Unis, qui détiennent une hégémonie absolue, exportent ainsi leur politique monétaire à travers l’ensemble du Globe, un bloc comme l’Union Européenne ou un pays comme le Japon considérant avec une angoisse continue le niveau de sa propre Devise vis-à-vis du billet vert...

Comment ignorer le cas d’école représenté par la période 2002-2004 où les taux d’intérêts réels de la Fed étant négatifs en termes réels - en tout état de cause en-dessous de la croissance de la productivité US -, cette politique monétaire avait été servilement suivie par des Banques Centrales Occidentales majeures afin de faire profiter leurs pays respectifs de la manne des liquidités à prix réduits ?

La Banque Centrale Américaine s’est lancée il y a plusieurs mois à corps perdu dans une bataille contre la déflation en usant - et en abusant - de cette politique consistant à inonder de liquidités les marchés et donc à obtenir de facto des taux réels négatifs, au moins sur le court terme ! En vertu de quel changement de réflexe ou d’habitude d’investissement n’assisterions-nous pas aujourd’hui - ou dans un avenir proche - à un rush sur des placements risqués et autres actifs toxiques censés être plus rémunérateurs ?

Pourquoi s’est-on déchaîné contre les agences de notation alors même que les investisseurs et spéculateurs recherchaient précisément et étaient friands de ces valeurs qui leur offraient un rendement plus intéressant ? Pourquoi les taux d’intérêts nuls ou ridiculement bas en vigueur aujourd’hui ne précipiteraient-ils pas tant l’investisseur privé que professionnel dans les bras de la même sirène ? Quant aux gérants de patrimoine et autres Banquiers Privés, ne sont-ils pas quasiment forcés de replonger dans cet océan de placements à risques sous la pression d’une clientèle qui menace d’aller voir ailleurs ?

La semaine dernière, le Financial Times ne dévoilait-il pas un regain d’appétit de l’investissement en faveur des papiers valeurs à haut rendement et à risques, signe - selon lui - que le gros de la récession était passé... ? La théorie de l’efficience des marchés semble toujours reine et si les haussiers (les acheteurs, les bulls) dominent à nouveau aujourd’hui, eh bien c’est qu’ils doivent avoir raison ! L’appréciation substantielle des marchés boursiers, loin d’être comme il se devrait la conséquence de la bonne santé de l’économie, en est - et aux yeux d’une écrasante majorité - le signe le plus infaillible...les marchés ne pouvant se tromper !

Ayant repeint une carrosserie rouillée sans prendre la peine de la traiter, nos Banques Centrales sont engagées aujourd’hui dans une voie à haut risques et dont la résultante sera de créer des distorsions de valorisations sur l’ensemble des marchés et des actifs. Pourquoi ces forces à l’oeuvre sous Greenspan que Geithner qualifie dans son interview d’ "extrêmement puissantes" ne séviraient-elles pas encore aujourd’hui et demain sous Bernanke ?

La vérité est que les autorités monétaires Américaines sont résignées à la formation d’une nouvelle et autre bulle spéculative demain du fait même de leur impuissance : comme un ogre, la pyramide de Ponzi réclame encore et toujours plus de liquidités et de crédits, faute de quoi c’est l’ensemble du système qui est appelé à s’effondrer. 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • John Lloyds John Lloyds 20 mai 2009 10:49

    Ha ben Mr Santi je préfère ça à votre précédent voeu pieu. Au fait avez-vous vous le GEAB 35, qui conclue que tous les indicateurs économiques ont été pipés. Question (très sérieuse) : Comment pensez-vous faire vos articles maintenant, sans référentiel fiable ?

    ______________________________________

    ALERTE INFO


    • Michel Santi Michel Santi 20 mai 2009 10:54

      avec mes tripes


    • TALL 20 mai 2009 12:31

      quand on a des tripes, on mise ...


    • EXPAT456 20 mai 2009 11:41

      Il n’y a rien a redire a votre conclusion !
      Et l’inflation qui va s’ensuivre ne peut qu’encourager l’investissement au plus vite ... repondant ainsi aux attentes de relance de la croissance.
      La question est : "aura t’on su moraliser le capitalisme entre temps pour que cette relance par le credit permette une meilleur repartition des richesses ainsi creees ? A defaut, on repartirait pour un tour ...


      • plancherDesVaches 20 mai 2009 12:12

        Moraliser un pouvoir qui est suppérieur à celui des politiques et des états... ??
        Vous m’expliquerez comment...

        Repartir pour un tour, nous n’aurons pas le temps.
        http://www.latribune.fr/entreprises/banques-finance/industrie-financiere/20090519trib000378069/des-stress-tests-pour-les-trente-plus-grands-assureurs-europeens-en-2010.html
        Ainsi, aprés avoir nationnalisé les pertes du secteur bancaire, les autres secteurs (bien réels, ceux-là) sont en train de s’effondrer.

        Chomâge de masse, hyperinflation et augmentation de tous les services vont achever l’écroulement de la pyramide.


      • fonzibrain fonzibrain 20 mai 2009 12:40

        du coup,je comprend encore moins votre article précédent,

        mr santi,ca va ou ca va pas ?

        je pense pas qu’il soit possible à la fois d’etre optimiste et pessimiste,et john a raison de vous poser cette question,vu que tout est pipé,comment comprendre ?

        mr santi,croyez vous à l’influence des bilderberg ?

        • Michel Santi Michel Santi 20 mai 2009 12:45

          mes deux derniers articles ne sont pas antinomiques : dans le précédent, je misai sur une reprise et la souhaitais alors que dans celui-ci je prévois une nouvelle bulle...En fait, si reprise il y a ou aura prochainement, c’est du fait même de ces taux d’intérêts bas décrétés par nos gouvernants. J’aurais préféré plus de deleveraging - en d’autres termes plus de sang sur les trottoirs - avant la reprise... 


        • alberto alberto 20 mai 2009 12:51

          Je suis un peu comme lui, un pessimisme sans excès est encore la meilleure attitude, vu qu’un optimisme, même modéré serait, par tout le moins, prématuré...

          Bien à vous.


          • plancherDesVaches 20 mai 2009 13:25

            Et... faire preuve de réalisme. Ca vous a effleuré, un jour.

            Il faut espérer que les survivants de cette légère crise retriendront que la spéculation et le cours terme auront tué une grosse partie de l’humanité sur les années 2000 à 2010.

            Rappelez-moi quels sont les états qui ont interdit (puis ont été obligés de rétablir) l’achat à terme...
            Ca ne remonte qu’à septembre de l’année dernière.... Infos à court terme aussi...


            • fonzibrain fonzibrain 20 mai 2009 18:42

              mr santi

              et les bilderberg,vous en pensez quoi,quelle est la teneur de leurs discussion ?
              pensez vous qu’il soit assez dangeureux que ce type de réunion,qui est la négation de la démocratie,se tienne à ce point loin de caméra,est ce inversement proportionnel à leurs influences ?

              • plancherDesVaches 20 mai 2009 21:09

                Bonne réflexion, Fonzibrain.

                Vous remarquerez aussi très facilement que ceux-ci, qui fuient tant les caméras (mais lorsqu’on est puissant, on a pas besoin de transparence...) n’apparaissent même pas dans les listes de milliardaires...
                Et pour cause, les paradis fiscaux sont leur royaume....

                Saint Mafia, prions pour eux.


              • Slumpflation 20 mai 2009 19:25

                Les Bilderbergs sont au pouvoirs, certes, mais le pouvoir suffit-il pour contrôler le monde ?
                Peut-on moraliser un truc amoral ? La pornographie moralisée serait elle bandante ?

                & la slumpflation, c’est pour quand ? (
                http://fr.wikipedia.org/wiki/Slumpflation
                )


                • plancherDesVaches 20 mai 2009 21:48

                  D’autres nouvelles du front....
                  http://www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/2009/05/15/l-administration-obama-veut-mettre-de-l-ordre-sur-les-marches-des-derives_1193493_1101386.html#ens_id=863164

                  J’aime la « volonté affichée »...

                  Si les « actifs » sont valorisés à 500 milliards en mark-to-market, cela vous nous faire une nationalisation de (cours de bourses) 50 000 milliards.

                  Gode bless america.


                  • plancherDesVaches 20 mai 2009 22:04

                    cela VA nous faire...

                    Pardon. Je suis bien plus calé en chiffres qu’en mots ou vente d’arguments fallacieux... Je ne pourrais jamais être un bon américain.


                  • stephanemot stephanemot 21 mai 2009 03:55

                    Pour rappel : a ce jour, aucune reforme de fond n’a vraiment ete engagee a la source de la crise. On en est toujours au stade de limitation de la propagation de l’incendie, pas de son extinction.


                    • ZEN ZEN 21 mai 2009 07:17

                      Bonjour Stéphane,
                      Bien d’accord avec toi
                      On remet du charbon dans une chaudière défaillante qu’il faudrait changer ou on met une couche de peinture sur une voiture rouillée, bonne pour la casse...
                      Tant que WS aura autant d’influence sur la Maison Blanche, cela risque de durer...jusqu’à la prochaine bulle.
                      P.Kruman n’est pas entendu en son pays.


                    • nightflight nightflight 21 mai 2009 08:41

                      la bulle spéculative ayant implosé en 2007 avait été causée par la politique monétaire d’Alan Greenspan

                      Vous accordez quelques millions de prêts immobiliers à taux variables alors que les taux directeurs sont faibles, vous multipliez ensuite ces même taux directeurs par 3 sur une durée de 2 ans, et vous attendez la catastrophe ...

                      Qui est coupable :

                      - Les banques qui ont innondé le marché de prêts à taux variables ?
                      - Le législateur qui autorise taux variables ?
                      - Greenspam, qui de toute évidence ne disposait pas des outils de modélisation économiques indispensables et a augmenté inconsidérément les taux directeurs de la FED ?
                      - Le mécanisme de titrisation des créances ?
                      - L’incompétence de ceux qui ont acquis des titres condannés à s’évaporer ?

                      En tous les cas, au cas où personne ne l’aurait remarqué, lorsque le marché est inondé de prêts à taux variables, que ces prêts sont titrisés, toute politique monétaire devient impossible : On doit choisir entre garder des taux bas, ou les augmenter et voir s’effondrer le système économque.


                      • nightflight nightflight 21 mai 2009 08:46

                        CONCLUSION : MILITONS POUR L’ERADICATION DES PRETS IMMOBILIERS A TAUX VARIABLES


                        • Raphaël DIDIER Raphaël DIDIER 1er juin 2009 19:50

                          Pour ma part, je dirais que la prochaine bulle redoutée est celle des taux d’intérêt obligataires...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès