Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Economie de la Chine : moteur de la reprise mondiale, ou prochaine bulle (...)

Economie de la Chine : moteur de la reprise mondiale, ou prochaine bulle ?

L’économie Chinoise est vue par certains observateurs comme le moteur possible de la reprise mondiale, tirant l’occident dans son sillage. D’autres, au contraire, estiment que les théories du "découplage", entre une Chine qui poursuivrait sa marche en avant, alors que le reste du monde serait en crise, ne tiennent pas la route. Comme d’habitude, il y a autant de scénarios que d’économistes. Essayons d’y voir plus clair.

D’abord, les bonnes nouvelles

Dans une interview, ou plutôt une "conversation à bâtons rompus", pour l’institut Turgot, avec Henri Lepage, Charles Gave, financier établi à Hong Kong, se montre optimiste pour l’avenir à long terme de la Chine (vidéo - la partie sur la Chine ne commence qu’après 13 minutes).

Selon lui, la Chine a compris que son rebond passerait par un développement des échanges intérieurs et avec la zone commerciale de l’extrême orient, la plus peuplée du monde, avec 3 milliards d’individus dont la marge de progression en terme de richesse est considérable. Elle met donc tout en oeuvre pour parvenir à former une sorte de marché économique commun asiatique, utilisant ses réserves de changes pour aider ses voisins les plus pauvres à développer leurs infrastructures d’échange avec elle. Et surtout, elle se prépare à un changement monétaire majeur : la convertibilité du Renminbi (RMB, la monnaie chinoise, parfois aussi appelée Yuan, selon les auteurs, et officiellement Yuan Renminbi, littéralement "la monnaie du peuple"). Nous verrons plus loin pourquoi la convertibilité du Renminbi peut être extrêmement bénéfique pour l’économie chinoise, contrairement à ce que dit la presse mainstream qui n’y voit qu’une menace pour les entreprises exportatrices.

Ajoutons que, selon M. Gave, la Chine utilisera la mutualisation des forces régionales pour en maximiser les fruits par l’échange, ce qui éloigne le spectre de tout conflit avec Taïwan, par exemple. Taïwan dispose d’une classe managériale formée qui manque à la Chine. Depuis la normalisation croissante des relations entre les deux pays, de nombreux taïwanais travaillent à shanghaï pour les entreprises chinoises, qui ne s’en portent pas plus mal. La Chine normalise également ses relations avec le Japon, en vue, entre autres, de développer les échanges technologiques avec leur voisin. Un commerce développé est le meilleur garant de la paix, les adversaires de la mondialisation et autres protectionnistes de chez nous feraient mieux de s’en rappeler... 

Enfin, les chinois disposent d’une épargne considérable (50% du PIB), qui va nécessairement être dérégulée avec la convertibilité du RMB. Cela fera de Hong Kong, à moyen terme, l’épicentre de la finance mondiale, devant Londres sûrement, dans un axe conjoint avec Wall Street.

Toutes ces informations sont évidemment de nature à rendre très optimiste pour l’économie de l’Asie orientale à moyen et long terme. Mais à court terme, l’économie chinoise ne risque-t-elle pas de traverser des turbulences ? Seront-elles modérées ou sévères ?

Maintenant, les mauvaises nouvelles

A long terme, l’évolution positive de l’économie Chinoise évoquée par Charles Gave fait sens. Toutefois, à court et moyen terme, de nombreux autres observateurs de l’économie chinoise observent que cette économie avance aujourd’hui sur le fil du rasoir, car elle est plombée par de nombreux déséquilibres conjoncturels et structurels.

Or, comme aux USA, des politiques économiques et monétaires inopportunes sont la cause de ces déséquilibres, même si ces politiques furent différentes. Les deux leçons sont les mêmes : On ne soumet pas impunément la monnaie, le crédit, et les contrats, à l’arbitraire politique.

Les chinois inquiétés par la FED (mais ils l’ont bien cherché)

Les dernières déclarations d’un officiel chinois, Cheng Siwei, ancien vice président du parti, aujourd’hui ambassadeur itinérant de l’économie chinoise, montrent à quel point les politiques chinois, au moins hors de leurs propres frontières, se montrent à la fois lucides, pragmatiques, mais aussi très embarrassés.

M. Chieng a déclaré, lors d’un symposium au lac de Côme, apparemment sans langue de bois : 

que : "l’or était tout à fait une alternative au dollar, mais que les Chinois ne pouvaient faire que des achats mesurés pour ne pas déséquilibrer les cours", 

que "Si la Fed continuait à créer des dollars à partir de rien pour racheter des bons du trésor, alors le dollar chuterait et l’inflation aux USA réapparaitrait sous une à deux années", 

que "la Chine ne pouvait se désengager brutalement, mais que désormais, les recettes de changes supplémentaires seraient diversifiées en Yen, en euro, autres devises et or", 

et que "le flot d’excédents commerciaux chinois avait aussi provoqué des bulles d’actifs, et notamment immobiliers, en Chine, et que cette bulle menaçait d’éclater, avec des conséquences imprévisibles".

Rien que cela.

Il conviendra de décrypter plus avant les propos de M. Cheng, plus loin dans l’article. 

Dollar Trap

La presse économique évoque fréquemment le "piège", le "dollar trap", dans lequel s’est jeté la Chine ces 10 dernières années. En convertissant massivement ses excédents commerciaux en bons du trésor américain, la Chine se retrouve aujourd’hui piégée par la politique de surendettement menée par l’administration Obama et soutenue par la FED par une politique officielle et rampante de "Quantitative Easing".

Si la Chine, selon les termes de M. Cheng, arrête d’augmenter ses encours de dette du trésor US, alors le trésor US perdra un peu plus de capacité à trouver des clients pour financer l’augmentation de ses dettes, du moins à un taux d’intérêt compatible avec la remise en forme d’une économie malade de surendettement. La FED devra donc poursuivre sa politique de Quantitative Easing, et de répurgation des dettes du système financier américain par création monétaire, ce qui pourrait finir par créer une inflation forte (pronostic controversé, mais partagé par M. Cheng Siwei), et donc faire tomber la valeur des bons du trésor à des niveaux abyssaux.

Mais si elle continue d’en acheter, rien ne dit que ce sera suffisant, tant les besoins du trésor US en nouveaux acheteurs de dette américaine sont immenses. Les réserves de bons de la chine ne représentent "que" 2000 milliards sur un encours circulant qui va atteindre prochainement 12 000 milliards et plus : les achats chinois ne sauraient donc à eux seuls garantir la solvabilité de l’état américain, ne feront pas disparaître le spectre d’un recours au Quantitative easing, et de tensions sur la valeur de la monnaie… Par conséquent, se surexposer en obligations du trésor US aujourd’hui paraît suicidaire, surtout que 2 000 milliards de dollars représentent tout de même, aujourd’hui, près de 50% du PIB Chinois.

Ceci dit, la banque de Chine peut elle réellement cesser de se renforcer en dette libellée en dollars ? Nous y reviendrons plus tard.

Zugzwang

La Chine n’a pas de bonne décision à prendre, elle s’est mise dans une situation où elle devra choisir, entre deux maux, le moyen de réduire ses pertes. 

Ce que la presse dit peu, c’est que les politiques monétaires du gouvernement chinois, fondée sur une parité artificiellement maintenue fixe entre le RMB et le Dollar, ont grandement contribué à le mettre dans cet embarras, prouvant une fois de plus que la monnaie est une chose trop sérieuse pour être gérée sous la contrainte du pouvoir politique. Voyons pourquoi.

Réécrivons l’histoire : Si le RMB avait flotté ?

Dans un régime de monnaies à cours flottant, c’est à dire fluctuant sur un marché international de devises au gré de l’offre et de la demande de RMB, jamais la Chine n’aurait pu accumuler de tels excédents, et ce n’aurait pas été plus mal.

En effet, imaginons qu’un fabricant d’ordinateurs de Shanghai vende pour 200$ de produits à un revendeur américain. Avec ces 200$, il doit payer des salaires, des amortissements d’investissement, des taxes, des intérêts de prêts, le tout libellé en RMB.

Si le RMB était une devise de marché, il proposerait ses dollars (lui ou sa banque) sur ledit marché mondial, et demanderait des RMBs en échange. Or, comme la Chine exporte beaucoup plus vers les USA que l’inverse, une telle politique conduirait à un excès d’offre de dollar et de demande de RMB : le cours du RMB par rapport au dollar s’inscrirait à la hausse. La perte de compétitivité monétaire des produits chinois par rapport aux concurrents payant leurs frais en dollars serait largement compensée par, d’une part, la baisse du coût d’achat des matières premières achetées hors de Chine, libellées en dollars le plus souvent, et d’autre part par la baisse du coût des investissements nécessaires pour augmenter la productivité des salariés chinois, sous réserve que des contraintes politiques et fiscales n’obèrent pas ces investissements. Nous y reviendrons.

Autrement dit, la hausse du RMB sur les marchés mondiaux des devises forcerait les entreprises chinoises à gagner en productivité pour maintenir leurs parts de marché à l’export, mais en contrepartie, permettrait aux salariés chinois d’importer plus de biens que la Chine ne peut produire elle-même, ce qui améliorerait l’offre à laquelle ils ont accès et donc leur pouvoir d’achat. Les excédents commerciaux de la Chine se seraient donc réduits, mais cela n’aurait en rien constitué un appauvrissement pour les chinois.

Rappelons que contrairement à ce que suggère une vision superficielle des choses, exporter, c’est s’appauvrir, car on vend en dehors du pays le produit de son travail, généralement utile, contre de la monnaie, qui n’a d’utilité que indirecte, alors qu’importer, c’est s’enrichir, puisqu’on bénéficie du travail des autres, contre de la monnaie. Dans un monde normal de libre échange, il convient toutefois que ces dits échanges ne soient pas trop déséquilibrés, pour que les importateurs nets ne puissent trop longtemps vivre sur la sueur des exportateurs. Faire l’effort d’exporter ce que l’on sait faire le mieux est donc l’indispensable contrepartie du pouvoir de s’enrichir en important ce pour quoi les étrangers sont plus efficaces. Mais si une nation exporte plus qu’elle n’importe vis-à-vis d’une autre nation, sa monnaie doit prendre de la valeur par rapport à celle du pays importateur, ce qui est une juste reconnaissance de la meilleure contribution du travailleur exportateur à enrichir le consommateur importateur, que l’inverse.

Mais hélas pour lui et sa population, le gouvernement chinois a choisi une autre voie, apparemment porteuse à court terme, mais dont les dangers se matérialisent aujourd’hui. Il a choisi de maintenir arbitrairement un change fixe par rapport au dollar. Quelles en ont été les conséquences ?

Conséquence des parités fixes

L’ouvrier chinois est mal payé, car la conversion de son pays à l’économie de marché, et encore, de marché très dirigé, est récente, et l’on ne rattrape pas en 20 ans des siècles de modèles de développement peu favorables, avec pour paroxysme les années Mao, qui ont coûté au pays des millions de morts et un désastre économique parmi les plus dramatiques, même au sein des pays communistes. Seul le cambodgien Pol Pot a poussé le délire meurtrier plus loin encore.

Voilà donc un pays où une jeune classe d’entrepreneurs co-optés par le parti est priée de faire du business pour sortir le pays de la pauvreté, et où produire ne coûte rien, car les salariés y sont dociles, intelligents, et mal payés.

Notre fabricant d’ordinateurs peut donc exporter des milliers de petites boites qui lui rapportent 200$ chacune. Tout le monde y trouve son compte. Le revendeur d’ordinateurs américain peut faire des marges très correctes tout en vendant plus de petites boites beiges à 500$ que s’il vendait du "made in USA", qui lui reviendrait 600$ pièces, et qu’il devrait suer sang et eau pour arriver à les vendre à 800$.

Notre entrepreneur chinois doit payer ses charges en RMB. Il va donc à sa banque, laquelle va à sa banque centrale, reçoit 200 dollars moins les frais, et émet toujours la même quantité de RMBs.

De fait, les cours des monnaies ne se réajustent pas, et la banque centrale chinoise accumule des dollars et met en circulation des grands volumes de RMBs.

Ajoutons que l’ouvrier Chinois, déjà appauvri par le refus de sa banque centrale de voir reconnaître la valeur de son travail pour l’importateur américain, en laissant s’apprécier ses Yuans durement gagnés, s’appauvrit une seconde fois en se voyant refuser la possibilité d’acheter plus de bons produits étrangers, puisque sa monnaie reste artificiellement sous cotée.

Voilà qui serait, partout ailleurs, fortement inflationniste. En effet, les entreprises chinoises produisent massivement pour l’exportation (donc la chine s’appauvrit), donc la quantité de production accessible aux chinois est insuffisante par rapport à la quantité de RMBs mise en circulation : la politique de changes fixes est donc inflationniste. Mais nous allons voir qu’en Chine, rien ne se passe comme ailleurs.

Vous me direz que si le patron Chinois à plein de RMBs à dépenser, il doit en contrepartie être mis sous pression par ses salariés pour augmenter les salaires, et que de fait, sa compétitivité va baisser, alors que les anticipations salariales vont exercer une pression à la hausse sur les prix à la consommation, incitant alors les patrons chinois à augmenter la part de leur production écoulée sur le marché intérieur, ce qui équilibrerait le système.

Et il est vrai que les chiffres d’inflation en Chine sont plus élevés qu’en occident. Mais pas autant qu’ils le devraient. Pourquoi ? En Chine, rien ne se passe jamais comme on l’attend !

Soft slavery

La chine n’est pas exactement une démocratie, et le parti communiste chinois, même s’il n’ plus qu’un lointain rapport avec ce qu’il était sous Mao, n’ a que peu à faire du bien être de l’ouvrier de base, pourvu qu’il soit maintenu au dessus du seuil de douleur provoquant la révolte.

Les ouvriers chinois peu qualifiés, venus massivement des campagnes pour travailler en ville, sont soumis à un régime d’esclavage soft décrit abondamment par Thierry Wolton (à ne pas confondre avec Dominique Wolton), grand connaisseur des sociétés communistes, dans son dernier opus sur la chine, "Le grand Bluff Chinois" (2007), dont on peut trouver une bonne recension ici.

Lorsqu’il arrive d’une campagne, l’ouvrier chinois doit d’abord obtenir un permis de travail en ville. Ce permis a un coût forfaitaire, représentant plusieurs mois de salaire d’ouvrier. Mais en plus, s’il change d’employeur, il devra racheter un nouveau permis !! Voilà qui n’incite guère les employés peu qualifiés à faire jouer la concurrence inter-employeurs en changeant souvent d’emploi ! 

En revanche, ceux dont les qualifications augmentent suffisamment, ou suffisamment entreprenants pour devenir leur propre patron, n’ont pas se problème, car le prix du permis de travail devient négligeable par rapport à leur revenu.

Notre vendeur d’ordinateurs va donc devoir, avec sa pluie de RMBs, choyer ses cadres, qui vont encaisser la majeure partie des fruits de l’exportation, va lui-même bâtir rapidement une fortune importante, mais en contrepartie, il pourra maintenir ses salariés peu qualifiés à un niveau de rémunération bas.

Ce modèle se révèle incroyablement inégalitaire, permettant à une classe de super riches et un groupe important de classe "moyenne supérieure" de se jeter dans les bras de la société de consommation, ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi, mais maintenant à des niveaux de vie extrêmement faibles 75% d’une population de plus d’un milliard trois cent millions d’individus.

Mais le riche a beau consommer tant et plus, au bout d’un moment, que faire de tous ces RMBs ?

Une spéculation effrénée

Les chinois sont naturellement épargnants, culturellement parlant, souvenir des années difficiles. L’épargne d’aujourd’hui est la promesse d’une vie meilleure demain. En outre, les systèmes de retraites chinois n’inspirent que modérément confiance à une population qui se sait vieillissante. Alors ceux qui le peuvent mettent beaucoup d’argent de côté, argent qu’il faut bien placer. Mais comme partout, les marchés chinois (financiers, immobiliers, etc…) sont encadrés de nombreuses réglementations qui tendent à empêcher les offres de s’adapter aux demandes.

Notamment, les taux de rémunération servis aux épargnants sur livret sont strictement limités par la loi, et tendent à être maintenus artificiellement bas. Les banques ont donc eu à disposition pendant des années des monceaux d’argent à prêter à des taux bas. C’est bon pour l’investissement, me direz-vous ? Et c’est vrai qu’en première approche, les taux d’investissement en Chine sont importants. Mais, tout comme aux USA, les distorsions étatiques à la baisse des taux d’intérêt accessibles aux entreprises tendent à favoriser des projets hautement spéculatifs à la rentabilité douteuse, notamment dans l’immobilier.

Beaucoup de riches ont du capital en excès, et la Chine ne manque pas d’épargne mobilisable pour financer du crédit artificiellement rendu bon marché. Il en résulte la formation de bulles. Bulles d’actifs (la bourse de Shanghaï est connue pour sa volatilité), et surtout une bulle immobilière qui est en train d’éclater. Car dans les grandes cités d’affaires aussi, des immeubles pharaoniques ont été construits massivement, et ces espaces peinent à trouver preneur (vidéo). Selon le LA times, dans la seule ville de Pékin, il y aurait plus de 10 millions de m2 vacants, alors que seuls 700 000m2 ont trouvé preneur en 2008. 14 ans de stocks ! A Pékin, le phénomène a été amplifié par les jeux olympiques (vidéo). Mais des vidéos peuvent être trouvées observent le même phénomène à Shanghaï ou Ghuangzou, et selon des professionnels de l’immobilier, dans plusieurs autres villes d’affaires. Et cela laisse présumer de larges surcapacités dans l’industrie du bâtiment et de l’équipement du bâtiment (ascenseurs, chauffages, etc...). Rien de réjouissant.

La situation ne serait pas meilleure dans le domaine du logement. En Chine, le sol est toujours la propriété de l’état, et la gestion des droits à développer par cet état favorise les bulles immobilières, selon M. Yasheng Hueng, auteur de "Capitalism With Chinese Characteristics". Le ratio prix médian sur revenu médian des logements "middle class" dans les grandes villes d’affaire atteindrait un facteur 10, soit celui des grandes villes de la côte ouest des USA avant l’éclatement de la crise, selon l’interview de M. Cheng citée en début d’article, qui reconnaît l’existence de cette bulle. Résultat : les ventes de logements ont chute de 40% en 2008. Mais ni le gouvernement chinois, ni l’appareil statistique du pays, ne semblent trop expansifs sur cette bulle.

De plus, il semblerait que les investissements massifs consentis par l’économie chinoise aient avant tout favorisé beaucoup de mal investissements mais n’ait contribué à moderniser l’appareil productif qu’au prix de nombreuses disparités entre secteurs. En effet, si l’employeur peut maintenir des salaires artificiellement bas, pourquoi trop investir dans la productivité du capital ? Notamment, les campagnes et l’agriculture restent particulièrement archaïques, selon de nombreux observateurs comme Guy Sorman. Selon Gavekal, la firme de recherche financière de M. Gave, les inégalités sont également géographiques : les échanges mondiaux des chinois reposent à 90% sur 9 régions côtières mais laisse à la traine l’immense majorité du territoire intérieur (22 régions sur 31).

Par contre, d’autres secteurs d’activité semblent connaître des sur-capacités importantes : dans son interview, M. Gave évoque l’acier. D’autres observateurs de la chine évoquent de telles surcapacités dans toute l’industrie en Général : dans une économie tournée vers l’exportation, la chute de la consommation des principaux clients réduit les carnets de commande et provoque une sous utilisation de l’appareil productif.

Quelle est l’exposition des banques chinoises à ces bulles ? Quel effet de levier les chinois ont-ils consenti pour maximiser le rendement de leurs capitaux investis ? Mystère, le moins que l’on puisse dire est que l’appareil statistique chinois ne livre pas grand-chose, du moins en anglais compréhensible. On ne sait pas très bien si les banques chinoises sont assez solides pour supporter des défaillances liées à des mal-investissements de grande ampleur.

Une croissance surévaluée ?

Le plan de relance Chinois, égal à 14% du PIB sur deux ans (si l’on avait eu la même chose en France, le plan de relance aurait totalisé 220 Milliards d’Euros ! Il a été vendu à 26, et en fait plutôt 20), a provoqué une hausse massive des crédits au premier semestre 2009, où les crédits émis sur 6 mois ont largement surpassé les octrois des années entières précédentes ! Bref, la Chine pratique une politique de fuite en avant dans le crédit. Les chiffres de croissance annoncés (plus de 6%) sont donc sujets à caution. Selon le professeur d’économie Michael Pettis, enseignant à Pékin, - et présent depuis quelques mois dans ma blogroll -, les données macro économiques et la gouvernance des entreprises en Chine sont très perfectibles, ce qui encourage des marchés très spéculatifs (voir son post du 31 Août 2009, liens permanents de son blog non fonctionnels à l’heure du bouclage), faute d’information fiable (la spéculation n’étant rien d’autre qu’une manifestation de l’existence d’asymétries d’information) :
 

"For example the stock market was down 6.7% today, bringing its total decline since August 4 to 23.3%. (...)

Why did the market collapse ? Forget about fundamentals. As I have argued many times before, China lacks the necessary tools that fundamental investors use (e.g. good macro data, good financial statements, a clear corporate governance framework, a stable regulatory environment, a market discount rate) and so no matter what people say, there are no fundamental investing here. There is only speculation, and the two things above all that drive the markets are those old speculator favorites, changes in underlying liquidity and government signaling".
 

D’ores et déjà, des annonces de sévères restrictions du crédit bancaire ont été faites au mois d’Août, laissant entrevoir le spectre d’un Credit Crunch. Toujours selon M. Pettis, 

"Today the mainland newspapers were even more worrying. Several reported that new loans in August would be just RMB 300 billion, after last months’ new loan total of RMB 356 billion, and RMB 1,231 billion on average during the previous six months.

RMB 300 billion is nothing to sneeze at, especially since that probably nets out a lot of bills coming due – so that new medium-and long-term investment is likely to be substantially higher. It is also worth remembering that August is normally a bad month for new lending – last year net new loans were only RMB 272 billion.

Still, after the deluge of new lending for the first half of the year, it clearly represents a significant contraction in the rate of credit expansion, and if you believe, as I do, that China’s “impressive” growth rate this year is actually a very disappointing consequence of a huge fiscal and credit stimulus, any indication that the stimulus will slow down cannot be good for sentiment."
 

John Makin, de l’American Enterprise institute, estime quant à lui que la comptabilité publique chinoise fausse totalement les données du PIB chinois, notamment en confondant accumulation de stock et ventes réelles (document PDF - 8 pages). Ce que confirme une fois encore M. Pettissur son blog, chercher “14 septembre 2009” —  : 

A lot of people, via emails, letters and phone calls, have been asking me how I can be so pessimist about consumption growth in China given the spectacular consumption growth figures coming out of China – 15.4% year to date. An editor who asked me for a piece, after reading it also wondered if my view – that China’s GDP growth would be constrained by its consumption growth – was such a worrying thing given China’s 15% growth rate of consumption.

The problem is that these are not consumption growth figures. They are retail sales figures. Fair enough, you might think, but the retail sales growth rate should still be a reasonable proxy for consumption growth. It isn’t. Among lots of other noise retail sales figures include government purchases and shipments to retailers even before these shipments are sold to consumers. That makes it a very bad proxy for consumption.
 

Bref, l’administration de l’économie chinoise par l’état, loin de laisser cours aux forces d’équilibre à l’œuvre dans des marchés libres, a produit moult déséquilibres intérieurs, dont on ne sait s’ils peuvent être supportés par un simple soubresaut d’une économie dont la tendance haussière se maintiendrait en toute vigueur, ou si ils vont au contraire plonger le pays en état de crise pendant plusieurs années, avec des phases de rémission apparentes suivies de nouvelles périodes de fièvre.

Mais ces déséquilibres intérieurs ne sont que la moitié de l’équation. Ceux qui sont apparus entre la chine et le reste du monde, et notamment les USA, ne sont pas moins redoutables.

Exporte ordinateurs contre du vent !

En 2008, patatras, le monde découvre avec stupeur que l’américain moyen achetait ses écrans plats chinois avec de la dette qu’il contractait partiellement sans contrepartie en terme de création de valeur.

L’ouvrier chinois n’a pas de chance. Car il faut reconnaître qu’il n’est pas pour grand-chose dans la bulle de crédit américaine, dont les causes sont massivement endo-américaines.

Certes, le système financier chinois, dont la banque centrale a accumulé des dollars, s’est empressé de racheter avec ces dollars des obligations du trésor américain, dont il détient 2 000 milliards (pour un PIB de 4 400), ce qui en fait le premier créancier de l’Amérique. Cela a permis à l’état américain de financer des déficits massifs à des taux longs qui sont restés raisonnables (cf. cette conférence de Marc Scitivaux), et donc de nourrir l’économie américaine de dollars bon marché. Autrement dit, non seulement l’américain s’enrichissait en important le fruit du labeur chinois, mais il récupérait à crédit les dollars par le biais de dépenses publiques dont il ne payait pas l’intégralité du financement, avec la complicité du gouvernement chinois et des banques de ce pays, que les intérêts versés par l’oncle Sam contentaient bien, quand bien même la Chine d’en bas n’en a vu qu’une partie des fruits.

Aux USA, la pratique généralisée du crédit hypothécaire rechargeable, la distorsion du marché du crédit et du marché foncier par les gouvernements, et une banque centrale victime du syndrome (décrit par Hayek) du planificateur dépassé par les signaux contradictoires, ont fait le reste. Les dollars qui ont servi à payer les consoles de jeux et les fauteuils en cuir made in China étaient en partie fondés sur du vent, et non de la création de valeur réelle.

Et les banques chinoises (la banque centrale, surtout) se retrouvent avec tout ce papier sur les bras ! Avec comme perspective de le voir perdre une grande partie de sa valeur par rapport aux monnaies flottantes, et par rapport aux matières premières libellées en dollars !

Peter Schiff, le financier proche de Ron Paul, qui avait prévu la forme que prendrait la crise dès 2005, synthétise ainsi avec son inimitable talent pédagogique l’escroquerie dont ont été victimes les chinois dans son ouvrage, "crash proof" :

Let’s suppose six castaways are stranded on a desert island, five Asians and one American. Their problem is hunger.

So they sit down and divide labor as follows : One Asian will do the hunting, another will fish, the third will scrounge for vegetation, the fourth will cook dinner, and the fifth will gather firewood and tend the fire. The sixth, the American, is given the job of eating.

So five Asians work all day to feed one American, who spends his day sunning himself on the beach. The American is employed in the equivalent of the service sector, operating a tanning salon that has one customer : himself. At the end of the day, the five Asians present a painstakingly prepared feast to the American, who sits at the head of a special table built by the Asians specifically for this purpose.

Now the American is practical enough to know that if the Asians are going to continue providing banquets they must also be fed, so he allows them just enough scraps from his table to sustain them for the following day’s labor.

Modern-day economists would have you look at the situation just described and believe that the American is the lone engine of growth driving the island’s economy ; that without the American and his ravenous appetite, the Asians on the island would all be unemployed.

The reality, of course, is that the American is not the engine of growth, but the caboose, and the best thing the Asians could do would be to vote the American off the island—decoupling the caboose from the gravy train. Without the American to consume most of their food, they’d have a lot more to eat themselves. Then the Asians could spend less time working on food-related tasks and devote more time to leisure or to satisfying other needs that now go unfulfilled because so many of their scarce resources are devoted to feeding the American.

Ah, you say, but that analogy is flawed because in the real world the United States does pay for its “food” and Asians do receive value in exchange for their effort.

Okay, then let’s assume the American on the island pays for his food the same way real-world Americans pay, by issuing IOUs. At the end of each meal, the Asians present the American with a bill, which he pays by issuing IOUs claiming to represent future payments of food.

The castaways all know that the IOUs can never be collected, since the American not only produces no food to back them up, but also lacks the means and the intention of ever providing any. But the Asians accept them anyway, each day adding to the accumulation of worthless IOUs. Are the Asians any better off as a result of this accumulation ? Are they any less hungry ? Of course not.

Bref, les banques chinoises, et notamment la banque centrale, risquent de devoir admettre que la monnaie qui a servi à financer l’accroissement de la richesse de la Chine d’en haut et du train de vie de l’américain moyen ne vaut pas tout à fait autant qu’ils ne le croyaient. Par conséquent, elles vont devoir enregistrer des pertes massives sur les produits du trésor US qu’ils détiennent… Et entériner ainsi le vol de valeur et de richesse dont leur peuple a été victime, en espérant que celui ci ne comprenne pas trop l’économie...

La Banque centrale chinoise sur le fil du rasoir

La réaction des autorités chinoises est très pragmatique : ils annoncent qu’ils ne couperont pas le robinet des achats de bons du trésor pour les bons venus à échéance, afin de ne pas provoquer de panique, mais ils ajoutent que leurs réserves additionnelles de change seront investies dans d’autres devises et commodités, dont ils moduleront les achats de façon à ne pas provoquer une trop grande disruption dans les cours.

Ceci dit, certains observateurs particulièrement bien placés estiment que les chinois, quand bien même ils le voudraient, ne pourront pas se dégager si facilement de leurs excédents de dollars en dehors d’achat de bons du trésor US. S’ils essaient d’échanger significativement leurs futurs excédents en dollars contre d’autres devises, ou de l’or, ils provoquent aussitôt un déséquilbre de marché qui rend ces achats non rentables. L’achat direct d’actifs américains autres (entreprises, etc...) est incertain dans un contexte de formation d’une bulle de dette étatique. Ils ne peuvent donc avancer que sur la pointe des pieds.

Mais en outre, s’ils coupent trop brutalement le robinet aux américains, ils risquent d’être obligés de réévaluer brutalement leur monnaie par rapport à un dollar en difficulté, ce qui serait catastrophique pour une économie tournée pour un temps encore assez long vers l’exportation. Sans parler de risques de guerre protectionniste que pourrait engager l’administration Obama par pure démagogie. Si demain, la Chine ne vend plus aux américains, ce n’est pas grave pour les américains qui achèteront plus au Brésil ou au Mexique, mais ennuyeux pour l’économie chinoise qui dépend beaucoup de ses exportations, quand bien même la progression de son marché intérieur est significative. Bref, la Chine, pour l’instant, dépend plus des USA que les USA ne dépendent de la Chine. 

Leur "chance" toute relative, par rapport à cette affaire, est que le volume de leur commerce extérieur avec les USA est en forte contraction : les ménages américains ont beaucoup baissé leur consommation, donc leurs importations. Les nouveaux excédents à placer seront donc moins élevés que par le passé. Il est donc plausible que les chinois puissent mettre la tactique évoquée par M. Cheng en application, mais très progressivement, en essayant de ménager tous les équilbres en jeu. Pas simple. 

Sans doute les déclarations de M. Cheng sont elles plus un message envoyé aux américains ("ne jouez pas aux inconscients avec la valeur du billet vert"), qu’une annonce ferme de désengagement de la dette du trésor.

Bref, les chinois se sont exposés à de mauvais investissements, et tentent désormais de limiter les dégâts en douceur. Mais en ont-ils le temps ? Bien malin qui peut le prévoir.

Rien ne sert de vouloir tricher avec les mécanismes du marché.

Tout cela ne serait pas arrivé si le gouvernement chinois avait accepté de voir sa monnaie fluctuer au gré des variations de ses excédents commerciaux, et si la petite main de la chaîne n°18 de l’usine de fabrication de Jeans du quai 5 du port de canton avait pu négocier en meilleure position sa juste part des profits engendrés par les exportations, celle déterminée par les forces du marché libre.

S’il est une loi à retenir de cette crise, elle pourrait s’énoncer ainsi : Trichez avec le marché libre, tentez de le plier à votre volonté politique, et vous serez toujours encore plus fortement exposé à la loi des conséquences inattendues, qui, à la proportion de la Chine, prennent l’allure d’une loi de Murphy au carré.

Car rappelez-vous : les entrepreneurs chinois n’ont pas modernisé autant qu’ils l’auraient pu leur appareil de production, puisqu’ils pouvaient maintenir leurs salaires assez bas. Ils travaillaient et travaillent encore sur un modèle de production de très gros volumes avec des marges faibles.

De fait, lorsque la consommation s’est effondrée aux USA, que les bateaux fantômes sont restés à quai faute de commandes à transporter, ces entrepreneurs n’ont pu s’adapter en douveur à un choc d’une telle rapidité : Les licenciements et les faillites ont été nombreuses, et la Chine a vu son chômage s’accroître de 20 millions d’unités (!) depuis le début de la crise, selon les propres termes de M. Cheng Siwei. Là bas, la loi des grands nombres (la population active est estimée entre 700 et 800 millions...) transforme vite 2 à 3% en pourcentage en un problème majeur d’adaptation de l’économie.

Or, malgré son apparente conversion au marché, l’économie chinoise est encore loin d’être libérale (cf. L’ouvrage de Huan Yasheng). On a vu que le marché du travail était perverti par de mauvaises incitations. Mais en outre, ne devient pas entrepreneur qui veut, et moult secteurs d’activités sont encore corsetés par l’état. Le droit de propriété est une inclusion récente du droit chinois, et dans les campagnes, la terre reste souvent propriété de l’état, ce qui empêche l’agriculture de faire tous les progrès qu’elle pourrait espérer dans un environnement plus libre. Les politiques économiques tendent encore, souvent par réflexe, à favoriser les entreprises nationalisées sur le secteur réellement privé, même si celui ci a pris une importance considérable dans l’économie chinoise en moins de 20 ans. 

Ceci dit, il semblerait que le gouvernement chinois ait pris la mesure du problème et tente de "profiter de la crise", comme aurait pu le dire Tim Geithner, pour moderniser des pans entiers de son économie encore très dépendants de l’état. Services financiers, marchés de capitaux, la liste de mesures prises pour moderniser ces secteurs dans les derniers mois, est impressionnante. Mais comme pour toute décision politique, elle ne produira ses effets que progressivement, quand des milliers d’agents économiques se seront adaptés à la nouvelle donne.

Tout dépendra des progrès du droit chinois vers la rule of law

Bref, on se demande bien où la Chine créera les emplois nécessaires à l’absorption des chocs de l’ampleur de ceux qu’elle vient de subir, surtout s’ils viennent à se répéter, ce que l’on ne peut exclure. Elle ne peut en tout cas plus se contenter d’être l’atelier du monde occidental : le modèle chinois, fondé sur l’exportation au profit d’une classe minoritaire, sans enrichissement palpable des trois quarts de sa population, n’est pas viable quand le reste du monde doit purger d’énormes excès de dettes issues sans création de valeur en contrepartie.

Le relais de croissance de la Chine est donc chez elle et dans le bassin pan-asiatique, et la bonne nouvelle, c’est que le pouvoir chinois le sait. Si le gouvernement libéralise réellement son droit, et notamment son droit de propriété, son droit économique et son droit du travail, cela permettra alors de faire fructifier pour le meilleur la formidable épargne des chinois, permettant de substituer à la demande étrangère atone pour quelques années un boom du marché intérieur et du marché pan-asiatique en train de se constituer. Une convertibilité du RMB sur un marché de devises flottant serait de ce point de vue un signe positif, quoique insuffisant.Il conviendra d’observer si la prévision de Charles Gave sur ce point se matérialise dans les 3 à 5 ans.

Mais le gouvernement chinois a-t-il la moindre velléité d’abandonner une part importante de son contrôle sur sa population ? C’est sans doute là le point le plus crucial qui déterminera la trajectoire future de la Chine. Et là, bien malin celui qui peut prévoir, et rien ne dit que le Parti communiste chinois marche d’un seul pas quant à la réponse à cette question. Si elle est positive, alors, passée une phase de difficile restructurations pour purger les erreurs des années récentes, l’avenir sera rose. Sinon, il sera bien plus chaotique.

Quant à ce que l’avenir de la Chine réserve au reste du monde, mon pronostic à court terme va dans le sens de celui de M. Siwei : "Mr Cheng said China had lost 20m jobs as a result of the crisis and advised the West not to over-estimate the role that his country can play in global recovery". A plus long terme, la présence d’une zone de forte croissance de plus de 3 milliards d’âmes sera une opportunité pour le monde, à condition que les dernières stupidités protectionnistes de l’Europe et des USA (la taxe carbone aux frontières, le Waxman Markey Bill et les campagnes "buy american") ne soient que des paroles en l’air et ne deviennent pas des politiques réellement mises en oeuvre. L’hypothèque protectionniste serait la pire des voies à choisir pour le monde occcidental.

Rien ne sert de se raccrocher à de faux espoirs. Quel que soit son destin, la croissance de la Chine ne sera pas la locomotive de la reprise économique du monde occidental. C’est en nous mêmes que nous devons rechercher les ressources nécessaires à notre sortie de crise.

----------


Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Candide Candide 30 septembre 2009 13:25

    Superbe article ! Une analyse en profondeur, sans parti-pris idéologique, des faits précis et un développement construit. Bref du vrai journalisme, comme j’aime.


    Bravo Monsieur l’ Auteur.



    • Le péripate Le péripate 30 septembre 2009 18:41

      Plus que du journalisme : de l’économie authentique. Vincent Bénard fait partie de ces rares voix libertariennes françaises.


    • goc goc 30 septembre 2009 13:38

      le seul problème pour les chinois, c’est l’approvisionnement en matiere première. Si ce robinet-là se ferme, alors on verra la Chine s’ecrouler, sinon, leur seul marché interieur pourrait suffir à les faire vivre, surtout s’ils reprennent la methode « Ford ».

      l’autre problème pour les chinois actuellement, c’est leur faiblesse dans la R&D, faiblesse due plus a une main-mise américaines a coup de brevet, qu’un problème de competence. C’est peut-etre là qu’on assistera à la guerre economique la plus farouche, entre brevets et copies illegales


      • manusan 30 septembre 2009 14:11

        Bravo, c’est de loin le meilleur article que j’ai lu sur ce pays dans lequel je réside depuis 2002. Certains succès sont incontestables, mais structurellement, c’est l’empire de la poudre aux yeux.

        Concernant les statistiques, un prof universitaire chinois répond à la question : les statistiques chinoise sont avant tout un outil de promotion pour les fonctionnaires du PCC, voila pourquoi la croissance restera à 8% à la fin de l’année.

        http://www.courrierinternational.com/article/2009/09/02/comment-produire-des-statistiques-fiables

        On pourrait aussi s’étendre sur la bourse-casino et la spéculation (due en partis a une monnaie sous évaluée) .... bref de l’ambiance cupidité/argent facile qui règne ici.

        Pour vous donnez un ordre d’idée, l’immobilier a augmenté de 20% en 6 mois dans ma ville (Kunming), et je pense pas que la bulle n’éclatera pas avant 1 an, les banques aux ordres des autorités gouvernmentales vont continuer à distribuer des crédits « toxiques » l’année prochaine. Le plus zarbi, c’est que la Bank of Construction a vu son cours multiplié par 40 en 1 ans !!!!!!


        • Paul Muad Dib 30 septembre 2009 14:58

          un penseur humaniste libéral ????????????????????? contradictoire ,non ? comme moraliser le capitalisme, ..enfin ce que j’en dis..


          • stephanemot stephanemot 30 septembre 2009 15:01

            Comme souvent en Chine, c’est avant tout une question de politique : Hu Jintao veut placer 5 amis sur les 9 pontes au moment de son depart en 2012, et il a decide de sacrifier le long terme au profit de ce dessein.

            Manque de chance, les bulles financieres et immobilieres, deliberement entretenues par le pouvoir central en depit de tous les messages d’alerte les plus alarmistes, eclateront bien avant 2012. Et plus il retarde l’echeance, plus la chute sera rude. Un peu comme le trio Bush Bernanke Paulson.

            On en est toujours au meme stade qu’avant l’explosion de 2006-2008 : en depit des sommes colossales envolees, il y a trop de greedy money en circulation et une vision toujours court terme. L’Occident va un peu corriger le tir, mais ca va peter au plus tard en 2010 en Chine, je vois pas comment ils peuvent tenir encore 3-6 mois dans ces conditions.

            Une chose est sure : la solution a long terme ne viendra pas ni de Smith ni de Karl, et encore moins de Hayek (ah ! je crois relire la presse eco du debut des annees 80 !)


            • Bruno de Larivière Bruno de Larivière 30 septembre 2009 15:38

              Merci pour ce développement étayé. J’ai presque honte de mon dernier papier [ http://geographie.blog.lemonde.fr/2009/09/28/ccclxxxvii-on-a-trouve-le-clown-du-parc-a-theme-du-60eme-anniversaire-de-la-creation-de-la-republique-populaire-de-chine/ ] Rappelez quand même l’existence d’une opinion publique en RPC (à défaut de droits fondamentaux). Les milliers de mouvements sociaux ne trouvent pas de relais dans les médias occidentaux, et c’est regrettable. On en retrouve de nombreux exemples chez Cai Chongguo [ http://caichongguo.blog.lemonde.fr/ ]. Les turbulences économiques que vous évoquez trouveront une répercussion en terme de tensions sociales...


              • lechoux 30 septembre 2009 17:18

                Bravo ! Continuez à nous alimenter. Le point faible de votre démonstration, c’est votre ricardisme. J’aurais bien aimé avoir Ricardo comme copain quand j’échangeais mes billes dans la cours de récréation de la primaire.
                Je vous cite :« ...en important ce pour quoi les étrangers sont plus efficaces. »
                Comment expliquez-vous que la Chine, justement, nous a inondé de ses produits de merde depuis 2 décennies ?
                Vous parlez des paysans qui vont travailler en ville mais vous ne citez pas les usines prisons qui sont les plus compétitives.
                Quand nos économistes nous disent que la reprise de la consommation plombe notre balance commerciale, c’est juste, mais pas uniquement en cas de reprise, c’est structurel. Vous le dites bien, une importation nourri également l’importateur ainsi que le commerçant de détail. Que nos économistes vous lisent !!
                Je n’ai pas eu le temps de terminer la lecture de votre article ; à bientôt.


                • ASINUS 30 septembre 2009 19:00

                  bonjour , tout d abord merci j ai trouvé une foule d informations je suis sur d ailleurs
                  que certaines me sont passées au dessus , la seule chose que je ne retrouve pas ,peut etre n existe elle pas c est l extreme misere et précarité d une masse enorme de gens en chine et qui desormais le savent qu ils sont pauvres et precaires l appareil policier
                  chinois ne risque t il pas d etre emporter par une jacquerie immense ?


                  • L'enfoiré L’enfoiré 30 septembre 2009 19:31

                    @L’auteur,
                     La Chine, le tigre en papier.
                     Votre contrendu est totalement en phase avec ce que je pense depuis longtemps. Plusieurs articles de l’Echo paraissent actuellement sur le sujet. Celui d’aujourd’hui : « Communiste ou pas, le Partis tient la distance ». C’est en effet, par cet intermédiaire que cela tient encore et aussi à cause des Chinois qui ferment les yeux sur leurs problèmes.

                    Institut Hayek je connais. N’y a-t-il pas quelqu’un de chez vous qui est passé sous le questionnaire de la Première radio ?


                     


                    • L'enfoiré L’enfoiré 1er octobre 2009 13:44

                      Cher auteur,
                       Vous faites partie dès lors de mon ancien article « Verso Chine » (3ème d’une série)
                       Merci, pour votre article qui résume bien, une situation bien chinoise.


                    • Vincent Benard Vincent Benard 30 septembre 2009 20:40

                      @ Candide : merci. En tant que non journaliste, j’apprécie encore plus
                      @ Le Péripate : libéral classique, plutôt
                      @ GOC : pour moi, le problème numéro un de la chine est l’environnement, et particulièrement l’eau potable, mais aussi les conditions sanitaires moyennes dans les campagnes qui pourraient vite devenir dramatiques si la croissance n’est pas faite sous la « rule of law », c’est à dire la responsabilité de chacun pour les dommages qu’il cause. Je n’en ai pas parlé parce que sinon, ç’aurait été un livre, pas un article
                      @ stephanemot : oui, les déséquilbres vont produire des très forts remous. Jusqu’ou, ça, je ne sais pas. 20 millions de chômeurs en plus, qui retournent vers des campagnes en panne de productivité... Et je pense que les dirigeants chinois, qui ont peut être lu Hayek, devraient sérieusement se pencher dessus. Autre débat.
                      @ chantecler : « ne pas avoir libéralisé suffisamment ( c’est là qu’on reconnait le libéral : jamais assez !) » : mais pour une fois, je libéralise dans le bon sens, non ? Quand la règle étatique avantage outrageusement le patron, elle doit être abolie aussi. La règle Chinoise qui empêche les salariés de négocier leur salaire à la hausse est du quasi esclavage. Je me situe ici dans la ligne d’un Frédéric Bastiat, qui voulait abolir la loi le chapelier pour permettre les associations syndicales, pourvu qu’elles soient non violentes, émile Ollivier, qui réussit à convaincre le pourtant peu démocrate Napoléon III à établir le droit de grève, ou encore Waldeck Rousseau, qui autorisera les syndicats libres dans les années 1880.
                      @manusan : merci beaucoup
                      @ Asinus : il semble que les jacqueries soient fréquentes, surtout dans les campagnes. le parti réprime. Les mouvements de jacques n’arrivent pas à s’organiser, pour l’instant, l’armée garde le contrôle

                      (.... to be continued ...)


                      • perlseb 30 septembre 2009 22:46

                        C’est cohérent dans l’ensemble. J’ai toutefois noté l’incohérence suivante :

                        But the Asians accept them anyway, each day adding to the accumulation of worthless IOUs. Are the Asians any better off as a result of this accumulation ? Are they any less hungry ? Of course not.

                        Et votre petite phrase :

                        Bref, la Chine, pour l’instant, dépend plus des USA que les USA ne dépendent de la Chine.

                        Moi je pense vraiment que les Chinois n’ont absolument pas besoin des Américains qui achètent des choses réelles avec une monnaie de singe. On ne peut pas être dépendant d’une monnaie de singe, sauf si l’on a trop de scrupules à la créer soi-même : c’est apparemment la seule chose que les Chinois ont et que les Américains n’ont pas, les scrupules.

                        Je constate aussi avec regrets que les gens souhaitent la libéralisation de la Chine (c’est à dire, l’adoption de notre modèle) à un moment où ce modèle s’auto-détruit (et détruit tous les anciens acquis chez nous, en plus de la planète, rien que ça). D’ailleurs la libéralisation chinoise s’accompagne d’une croissance des inégalités très fortes et vous le dites bien.

                        Les croissances saines sont des croissances relativement égalitaires et homogènes. D’après vous, le milliard de Chinois qui ne bénéficie pas de la croissance (« seuls » 300 miliions en profitent, c’est vrai c’est quand même beaucoup), ce milliard de Chinois, il ne va pas être un peu aigri lorsque les promesses d’un monde meilleur ne vont pas arriver ? La Chine, c’est peut-être la grande nation de demain ou ... une bombe à retardement.

                        Espérons que les Chinois vont se réveiller avec leur philosophie légendaire et qu’ils vont aussi nous montrer la voie du système à adopter et que nous n’avons pas trouvé nous-mêmes mais la libéralisation actuelle est tout sauf philosophique, malheureusement.


                        • frédéric lyon 1er octobre 2009 07:07

                          Très bon article qui tranche agréablement.


                          Ne pas surestimer les problèmes que peuvent rencontrer les Chinois. Cela nous rassure, mais cela n’est peut-être pas très important.

                          La réalité est que la croissance et le développement à marche forcée ne sont pas une spécificité Chinoise, car le phénomène touche l’ensemble de l’Asie et c’est un phénomène d’ampleur historique. 

                          Il a commencé au Japon au lendemain de la seconde guerre mondiale, pour ensuite s’étendre à la Corée du Sud (Le Nord étant resté socialiste), à Hong Kong, puis à Thailande, à Singapour, et plus récemment encore au Vietnam et à l’Inde. Et même aux Philippines, qui sera tirée d’affaire dans vingt ans.

                          Plus de trois milliards d’individus dans ces pays dits « émergents », c’est à dire la moitié de l’Humanité. 

                          Il faudrait donc commencer à étudier ce phénomène dans sa globalité et le replacer dans cette perspective pour en comprendre les véritables causes. 

                          Puis s’interroger ensuite sur les causes qui enferment un bon quart de l’Humanité dans le sous-développement. C’est là que se situent les vrais mystères que nous devrions tenter d’élucider. 

                          • sale bête 1er octobre 2009 11:01

                            Pourquoi voudriez vous que la Chine sauve le système financier et l’hégémonie du $

                            Sun Tzu ne dit il pas :

                            Celui qui est capable de faire venir l’ennemi de sa propre initiative le fait en lui offrant quelque avantage ; et celui qui est désireux de l’en empêcher le fait en le blessant.

                            La grande science est de lui faire vouloir tout ce que vous voulez qu’il fasse, et de lui fournir, sans qu’il s’en aperçoive, tous les moyens de vous seconder.

                            Après que vous aurez ainsi disposé du lieu de votre campement et de celui de l’ennemi lui-même, attendez tranquillement que votre adversaire fasse les premières démarches ; mais en attendant, tâchez de l’affamer au milieu de l’abondance, de lui procurer du tracas dans le sein du repos, et de lui susciter mille terreurs dans le temps même de sa plus grande sécurité.



                            La Chine est devenu l’atelier du monde ...

                            elle en sera bientôt, de nouveau, le bureau d’étude

                            (les chinois ont inventé et découvert au moins la moitié de tout ce que la science a fourni à l’humanité, des siècles ou même un millénaire avant l’occident)

                            et le centre financier !


                            • Internaute Internaute 1er octobre 2009 14:51

                              La conclusion m’intrigue « L’hypothèse protectionniste serait la pire des voies à choisir pour le monde occidental ».

                              Les chinois eux-même se rendent compte qu’il vaut mieux orienter leur économie vers un développement interne que vers une dépendace acrrue au commerce mondial.

                              Tout l’article ne fait que dire que les américains ne produisent plus rien et ne peuvent offrir que leur dette irremboursable aux chinois.

                              La conclusion, comme certains paragraphes qui rentrent dans l’imaginaire économique, montre un biais mondialiste quasi religieux chez l’auteur et ne correspond pas au corps de l’article, fort intéressant par ailleurs.

                              Le fonctionnement normal de l’économie est la complémentarité. La cupidité lui a substitué l’économie de remplacement. C’est le chaos partout, chez les exportateurs comme chez les importateurs et seuls les grands marchands internationaux y trouvent leur compte. Le protectionisme bien compris est donc la seule solution durable. Cela ne veut pas dire créer des forteresses mais simplement prendre conscience des différences de développement dans des blocs économiques.

                              L’idée de laisser le plus « efficace » (selon quels critères ? l’auteur se garde bien d’en parler) avoir une situation de monopole est désastreuse. Il faut au contraire multiplier les sources de développement dans le monde entier. L’Afrique ne s’en sortira que le jour où elle aura un minimum d’industries et d’agricultures locales et celles-ci ne pourront croître qu’avec un minimum de protectionisme de leur part.

                              La profession de foi qui dit que la dépendance économique engendre la paix est une erreur. Le seul levier qu’ont les participants en cas de problème est la menace militaire ou la rétorsion économique quand la laision est binaire. La dépendance multiplie les sources de conflits. Imaginez un instant que l’Arabie Saoudite cesse d’approvisionner les USA en pétrole.

                              Je rappelle que c’est justement le refus des USA d’autoriser le CEA a utiliser des ordinateurs IBM pour la mise au point de notre force de frappe qui a conduit de Gaulle à créer le plan calcul afin d’être indépendant. Les gens sérieux savent que le prix à payer pour être indépendant n’est jamais assez élevé.


                              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 4 octobre 2009 04:50

                                @ Internaute :


                                 Je trouve l’article excellent, mais je pense, comme vous, qu’en poussant l’argumentaire jusqu’à sa conclusion logique on en arrive à un protectionnisme de fait, en Chine, reposant sur une réorientation de la production chinoise vers son marché intérieur et une manipulation sans vergogne des taux de change. 

                                Ces deux manoeuvres sont possibles en Chine, comme nulle part ailleurs, car en voyant des riches apparaître en Chine on a voulu croire en un capitalisme traditionnel, alors qu’il s’agit d’un nouveau modèle. Un modèle où tout l’argent accroit à des privés.... mais ne se fait que PAR l’État... 

                                La structure chinoise demeure totalement sous contrôle de l’État... C’est l’État qui est passé sous le contrôle d’une oligarchie qui n’a plus a prétendre qu’elle obéit à une idéologie, seulement à ses intérêts. 

                                On a donc un système post-capitaliste, issu du capitalisme d’État à la soviétique, où ce n’est plus la richesse qui confère le pouvoir, mais le pouvoir qui crée et distribue la richesse à sa discrétion. « Socialiser les pertes et privatiser les profits »  a été dit en boutade, mais C’EST LA RÉALITÉ ! C’est l’intention du nouveau modèle économique.

                                C’est ce que l’on veut faire aussi chez -nous, d’ailleurs - et la crise financière actuelle va y conduire - mais la Chine a une longueur d’avance et l’utilisera pour faire un bond dee géant dans l’économie réelle. Pendant ce temps, l’Occident devra finasser avec les variables de son économie monétaire. Il n’échappera à des désordre sociaux que par la mise en place de régimes autoritaires... ce qui supprimera l’avantage « démocratique » qu’il prétendait posséder sur la Chine !

                                Concrètement, dans cette structure autoritaire à la chinoise, la dette de 2 T$ des USA n’a pas à être remboursée. Elle peut servir de caution à l’émission de 2 T en monnaie locale que le gouvernement peut utiliser à sa discrétion... Sans perdre son pouvoir menaçant de mettre les USA en faillite instantanément. Il ne le fera pas, bien sûr, mais on sera poli... 

                                La Chine va jouer sur du velours, transformant son économie à son rythme et nous envoyant une partie décroissante de sa production à des prix progressivement en hausse... alors que des changements majeurs seront nécessaires avant que GM et toutes les autres industries américaines soient rendues performantes et puissent produire ce dont l’Amérique a besoin. 
                                 Un mauvais moment à passer. 




                                Pierre JC Allard


                              • Blackeagle 4 octobre 2009 02:28

                                Article trés bien écrit et qui manie bien la rétorique. Cependant, la plupart des conclusions sont faussé par un raisonnement erroné qui :
                                1. pose une loi au préalable puis sélectionne ce qui colle avec cette loi pour la justifier en ignoriant d’autres élément.
                                2.tire des conclusion sur comment celà se serait passé si d’autre loi avait étés appliquées alors même qu’il n’y a aucune demonstration de cette réalité vrituelle. En gros 90% de l’article nous dit ce qui n’as pas marché et pourquoi. 10% nous donne ce qu’il aurait fallu faire pour que ça se passe mieux. Mais aucune démonstration réelle n’est faite de ce que ça se serai passé mieux, tout plus est-ce la juxtaposition d’éléments invoquant une logique qui a elle même volée en éclat lors de la crise financière.

                                Celà dit, voilà enfin un libéral qui écrit intelligemment, ne se content pas de répéter vaguement les ineptie les plus caractéristiques de cette pensée qui ont formée la propagande médiatique des 20-30 dernière années. On sent par ailleurs que cette personne a étudié en profondeur la théorie libérale, ce qui mérite le respect.

                                Je donne juste ici un élément évident qui prouve que Keynes avait une analyse bien plus juste de l’économie : il avait déjà observé et prévu que les agent économique ne suis vait aucune loi mais que leur comportement spéculatif s’expliquait par une psychologie proche de celle des joeur de casino.

                                Cet aspect de la théorie de Keynes a toujours été réfuté par les economistes influants, ce qui explique à la fois la stagflagtion utilisée comme pretexte pour abandonner les politiques keynesiennes au profit des politiques neoconservatrice ou neolibérale mais également la crise actuelle dont l’élément déclancheur suit exactement cette logique.


                                • hengxi 4 octobre 2009 12:28

                                  Au sujet de la partie qui traite de l’immobilier et sans vouloir dire que l’herbe est plus verte à la campagne, il est cité en référence encore et une fois Pékin et les « études faites dans de grandes villes. C’est bien vite oublier que ces villes ne couvrent que 10 % de la population et que la situation peut être différente ailleurs, cela expliquant d’ailleurs en partie que de nombreux experts se »plantent" régulièrement sur ce pays.

                                  De nombreuses personnes vivent encore dans les zones rurales dans des habitations misérables qui, si elles pouvaient être acceptés par les parents, sont loin d’être dans la vision des nouvelles générations.

                                  Le prix du terrain a effectivement beaucoup augmenté, mais les crédits sont là et largement distribués à des enfants de paysans qui achètent de nouveaux appartements.

                                  La crise économique qui a fait revenir une partie des jeunes migrants vers leur village d’origine a également été un coup de pouce à la montée de la demande en immobilier.

                                  En créant leur propre entreprise, ce s ex-migrants ont en effet un revenu bien souvent supérieur à celui qu’ils avaient auparavant et souvent des frais en moins.

                                  Parler des villes de 10 ou 20 millions d’habitants ne peut donc refléter ce qui se passe réellement tant les nuances sont parfois très importantes.


                                  • Basile Basile 25 octobre 2009 22:26

                                    Je suis nouveau sur ce forum et j’ai été séduit par les articles très bien argumentés de Vincent Bénard. J’ai aussi relevé de très bonnes réponses (et d’autres moins bonnes !) et j’ai fait une sélection qui diffère des points relevés par Vincent Bénard dans ses réponses (voir ci-dessous).

                                    perlseb

                                    « Moi je pense vraiment que les Chinois n’ont absolument pas besoin des Américains qui achètent des choses réelles avec une monnaie de singe. On ne peut pas être dépendant d’une monnaie de singe, sauf si l’on a trop de scrupules à la créer soi-même : c’est apparemment la seule chose que les Chinois ont et que les Américains n’ont pas, les scrupules. »

                                    @ Internaute 
                                    « Concrètement, dans cette structure autoritaire à la chinoise, la dette de 2 T$ des USA n’a pas à être remboursée. Elle peut servir de caution à l’émission de 2 T en monnaie locale que le gouvernement peut utiliser à sa discrétion... Sans perdre son pouvoir menaçant de mettre les USA en faillite instantanément. »

                                    Internaute

                                    "La conclusion, comme certains paragraphes qui rentrent dans l’imaginaire économique, montre un biais mondialiste quasi religieux chez l’auteur et ne correspond pas au corps de l’article, fort intéressant par ailleurs.

                                    Le fonctionnement normal de l’économie est la complémentarité. La cupidité lui a substitué l’économie de remplacement. C’est le chaos partout, chez les exportateurs comme chez les importateurs et seuls les grands marchands internationaux y trouvent leur compte. Le protectionisme bien compris est donc la seule solution durable. Cela ne veut pas dire créer des forteresses mais simplement prendre conscience des différences de développement dans des blocs économiques.« 

                                    chantecler
                                     »J’ai plutôt le sentiment que d’avoir confié à un pays si peuplé la majeure partie de la production industrielle mondiale n’est pas pour rien dans la ruine de nos pays.« 

                                    J’aime particulièrement cette remarque pleine de bon sens de »Chanteclerc" . Comme souligné par d’autres le point faible de Vincent Bénard est une vision économique quasi religieuse en faveur d’unsystème économique qui bas de l’aile.


                                    • Basile Basile 25 octobre 2009 22:54

                                      Bon, je découvre qu’on ne peut pas « EDITER » pour corriger les erreurs d’orthographe (ou autres..). Lire : « ...d’un système économique qui bat de l’aile »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès