Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > EDF, exemplaire entreprise citoyenne

EDF, exemplaire entreprise citoyenne


boîtierLa société Voltalis a inventé un système ingénieux sous la forme d’un petit boîtier (photo ci-contre) "qui s’installe sur le circuit électrique de votre logement ou bureau pour permettre de moduler au cours du temps et ainsi d’optimiser la consommation de certains équipements électriques (radiateurs, ballons d’eau chaude, climatiseurs…)". Comment ça marche ? "L’électricité ne se stocke pas sur le réseau, explique Voltalis sur son site. Il faut donc à tout instant équilibrer la production d’électricité et la consommation. Dès qu’apparaît un déséquilibre même très faible (bien inférieur à 1%), il faut le compenser d’urgence. A défaut, c’est la panne générale, comme on l’a connue le 4 novembre 2006 : plus de 10 millions de consommateurs en Europe furent soudain plongés dans le noir parce qu’un déséquilibre s’était produit en Allemagne. Pour maintenir l’équilibre lorsqu’il est menacé, différents moyens d’ajustement sont mis en œuvre, dont notamment : le démarrage des groupes de production supplémentaires, par exemple des générateurs à carburant fossile (gaz, pétrole, voire charbon), dont le fonctionnement en appoint est à la fois coûteux et générateur de gaz à effet de serre ; des réductions de la consommation de sites industriels, ce qui présente aussi des inconvénients, puisque de tels arrêts sont susceptibles de perturber grandement le fonctionnement des usines, avec des conséquences économiques, écologiques voire sociales tout à fait significatives. Voltalis a mis au point une technologie radicalement nouvelle pour répondre au besoin d’équilibre du réseau électrique selon un principe simple. Faire appel à la solidarité de nombreux consommateurs, et leur proposer de mettre en pause pendant quelques minutes certains de leurs équipements dont la consommation est flexible : radiateurs, ballon d’eau chaude, climatisation qui peuvent s’arrêter ponctuellement sans que le confort s’en ressente. Ce faisant, chacun peut offrir quelques kilowatts de puissance flexible, et un grand nombre de consommateurs agissant ensemble peuvent apporter les 10, 30 ou 100 MW nécessaires pour assurer l’équilibre du réseau." Sont concernés uniquement les bâtiments équipés d’un chauffage électrique. L’installation du boîtier est entièrement gratuite et la société promet au consommateur : "Diminution jusqu’à 5 à 10 % de votre consommation annuelle d’électricité quel que soit votre fournisseur ; réduction jusqu’à 30% des émissions de CO2 d’un bâtiment". Tout ça a l’air parfait !

Mais comment Voltalis, si rien n’est facturé au particulier, y retrouve-t-elle ses petits ? SuperNo l’explique clairement : "RTE (l’organisme public qui gèrer le réseau d’électricité, sans le droit de la vendre, depuis la scission de l’entité EDF requise par l’ouverture à la concurrence, Nda) rémunère Voltalis quand elle fait diminuer la consommation à certaines périodes. En effet, au moment des pics de consommation, RTE est obligé d’acheter de l’électricité “sur le marché”, au moment où elle est la plus chère. C’est là qu’intervient Voltalis, qui coupe donc au moment opportun (pour lui, pas forcément pour le client) le chauffage de ses “clients cobayes” pendant 15 à 30 minutes, évitant ainsi à RTE d’acheter de l’électricité au prix fort, et pouvant éviter de devoir démarrer une ultra-polluante centrale à charbon ou à gaz". A nouveau, tout ça a l’air parfait. Sauf pour... EDF  ! Pour l’opérateur, une économie d’énergie revient à une baisse de son chiffre d’affaires. EDF a donc saisi la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Le Parisien raconte la suite : la CRE "vient de donner raison à EDF qui réclamait une « taxe pb » pour compenser le manque à gagner résultant des économies d’énergie réalisées par les clients de Voltalis. (...) Cette taxe serait de l’ordre de 70 à 80 % des revenus de Voltalis, autant dire une ponction qui pourrait se révéler fatale pour l’entreprise." Et son patron, Pierre Bivas, de s’insurger : "Ceci signifie que, si un ensemble de clients d’EDF acceptent de réduire leur consommation, EDF exige d’être payé comme s’ils avaient consommé ! C’est une décision contraire à la mission de la CRE de servir les intérêts du consommateur, contraire au Grenelle de l’environnement et contraire aux lois du car elle constitue une entrave à la concurrence". Précision du Parisien  : "Une décision d’autant plus surprenante que le 18 juin, la Ferc, l’équivalent américain de la CRE, encourageait au développement d’un système analogue qui permettrait d’économiser 20% de l’énergie électrique consommée aux heures de pointe. Pierre Bivas ne compte toutefois pas en rester là : "Voltalis se réserve la possibilité de recourir à toutes les voies de droit pour faire rétablir la prééminence des consommateurs sur l’intérêt des fournisseurs, et au-delà de l’intérêt général comme de la protection de notre planète, tous menacés par cette décision."

factureLe NouvelObs.com nous apprend que la CRE a tenté de justifier sa décision : "La CRE souligne que les fournisseurs d’électricité, comme EDF, sont obligés de maintenir leur production au même niveau, même en cas de baisse ponctuelle de la consommation. La raison : maintenir l’équilibre du système. De ce fait, la CRE explique que les fournisseurs doivent être payés pour l’énergie qu’ils produisent, même si celle-ci n’est pas consommée. La rémunération de Voltalis doit donc prendre en compte ce système". Rappelons le slogan d’EDF  : "l’énergie est notre avenir, économisons-la". Et relisons la position de la CRE  : " les fournisseurs doivent être payés pour l’énergie qu’ils produisent, même si celle-ci n’est pas consommée". Ne marcherait-on pas un peu sur la tête ? Le Réseau "Sortir du nucléaire"* ne mâche pas ses mots : "La décision absurde de la CRE est la conséquence directe du système nucléaire français, basé sur une consommation maximale d’électricité au détriment des citoyens et de l’environnement. Le Réseau "Sortir du nucléaire" exprime sa plus grande colère face à la décision sidérante de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) qui entend imposer une véritable taxe sur les économies d’énergie, en l’occurrence sur les économies d’électricité. En effet, la CRE a rendu le 9 juillet une décision (1) visant à la mise en place d’une taxe sur les boîtiers qui permettent aux usagers d’économiser 5 à 10% de leurs consommation électrique. Cette taxe serait versée aux producteurs d’électricité, c’est à dire principalement à EDF, au titre d’un supposé "maque à gagner". A ce compte, il va bientôt être obligatoire en France de logoconsommer beaucoup d’électricité, sous peine de taxes ou d’amendes, et pourquoi pas d’emprisonnement. Les usagers veulent faire des économies d’énergie, mais pour la CRE il s’agit d’ "effacements diffus", une "non-consommation" coupable et donc à taxer. Le Réseau "Sortir du nucléaire" demande la dissolution de la Commission de régulation de l’énergie et son remplacement par une structure citoyenne indépendante dont la mission serait d’agir véritablement au profit des usagers et de l’environnement, et donc prioritairement en faveur des économies d’énergie, et non d’être au service d’entreprises commerciales comme EDF."

La position d’EDF, soutenue par la CRE, est effectivement scandaleuse. Cela dit, permettons-nous de sourire quand le patron de Voltalis parle de "solidarité" et invoque "l’intérêt général" et "la protection de notre planète". Remettons les choses à leur place avec cette pertinente saillie de SuperNo : "Précisons tout de même que l’activité de Voltalis est par ailleurs largement parasitaire, et n’aurait aucune raison d’être dans un système qui serait géré par un opérateur de service public unique, qui pourrait agir sur toutes les manettes sans conflit d’intérêts commerciaux, et dont l’objectif serait autant l’intérêt des usagers que la préservation de la ressource." Exact, camarade, mais ce n’est pas du tout le système voulu par les libéraux qui gouvernent l’Europe, au détriment des consommateurs et de l’environnement, mais au bénéfice des milieux d’affaires.

* Lire sur 20 minutes EDF a fait espionner l’association Sortir du Nucléaire.

PS  : pour mémoire, le patron d’EDF, Pierre Gadonneix, a eu le toupet de réclamer une augmentation des tarifs de 20% sur trois ans, ce qui suscite un légitime tollé.


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 21 juillet 2009 12:07

    C’est l’enfumage de la propagande libérale... En matière d’énergie, c’est une catastrophe.


  • ZEN ZEN 21 juillet 2009 12:13

    Tant pis, je la refais...

    Marcel Boiteux (ancien président d’EDF) « Je ne pensais pas que cela arriverait, que les autorités européennes de la concurrence auraient une vue si dogmatique et voudraient appliquer la concurrence dans le secteur de l’électricité où pourtant cela s’applique très mal », analyse l’ancien président d’EDF. Entré dans l’entreprise en 1949 avant de la diriger entre 1967 et 1987, il a fait EDF. C’est lui qui mit au point la péréquation tarifaire, le service universel, la planification à long terme..Aujourd’hui, il regarde soixante années d’efforts mis en morceaux. « La situation d’EDF n’est pas très heureuse. L’esprit de service public s’effiloche, cela a coûté des fortunes pour assurer la séparation des activités et les prix vont augmenter alors qu’ils étaient censés baisser »

    EDF privatisée = électricité plus chère :


    • plancherDesVaches 21 juillet 2009 12:18

      Ch’est bio, tout de même le « développement durable » et l’écologie....

      Mais comme le foutage de gueule est à la mode, pourquoi se priver ?

      Et attendez : le plus bio est à venir : la « taxe carbone ». Là où ils seront roulés, c’est quand je vais bien produire du gaz carbonique en rallumant ma cheminée.
      Et pour ce qui est du tri.... : cheminée aussi.


      • MarcDS MarcDS 21 juillet 2009 12:37

        Excellente analyse, avec une conclusion qui démontre bien que tant qu’on prétendra faire de l’écologie à la sauce néo-libérale on n’arrivera à rien. Merci !


        • mimok 21 juillet 2009 14:19

          Votre article ainsi que les articles disponibles sur le net (le monde, nouvel obs, ...) présentent les faits de façon erronée. La remarque du Nouvel Obs « De ce fait, la CRE explique que les fournisseurs doivent être payés pour l’énergie qu’ils produisent, même si celle-ci n’est pas consommée. » est particulièrement fausse. Car cette énergie est, en réalité, effectivement consommé même si elle n’est pas payée au producteur.

          L’annexe du document de la CRE (http://www.energie2007.fr/images/upload/090709effacementsdiffus.pdf) explique de façon claire la position d’EDF.

          Pour faire court, voici le problème. Lorsqu’un producteur d’énergie prévoit mal la consommation de ses clients, la solution de Voltalis consiste à reduire la consommation de certains foyers afin de pouvoir augmenter la consommation d’autres foyers tout en conservant un niveau de production identique (quelque soit le producteur). Un effet pervers de ce système est que ces foyers qui ont vu leur consommation augmenter se mettent alors à consommer l’énergie produite par un producteur qui n’est pas le leur tout en payant l’énergie consommée à leur propre producteur qui reverse ensuite l’argent à Voltalis. Ce que la CRE propose c’est que Voltalis reverse un certain pourcentage de ces gains aux producteurs lésés.

          Je vous invite une fois de plus à lire l’annexe du document de la CRE qui est certainement plus clair que moi.


          • plancherDesVaches 21 juillet 2009 14:29

            Mimok : j’ai un message : le fichier est endommagé et ne peut être réparé.

            En tout état de cause : il est impossible d’augmenter la consommation électrique d’un « autre » foyer.
            Il faut être logique, de temps en temps.
            J’attends vos éventuelles explications.


          • mimok 21 juillet 2009 14:52

            Le document PDF s’ouvre correctement avec la version 9 d’acrobat reader. Peut être que vous utilisez une version plus ancienne et que cela est à l’origine du problème.

            Ce que je voulais dire c’est que si un producteur A prévoit la production de N unités d’énergie et que ses clients en consomme en réalité N+1, il apparait un problème. Voltalis propose alors de réduire de 1 unité la consommation des clients du fournisseur B afin que l’énergie produite par B puisse être utilisée par les clients de A. Le producteur A paye alors (par l’intermédiaire de RTE) 1 unité d’énergie à Voltalis. Le problème c’est que le producteur B n’est pour l’instant pas rémunéré, d’où la requête de EDF.


          • plancherDesVaches 21 juillet 2009 16:21

            Ok. Vous me parlez de swap de devises. Deux producteurs peuvent ainsi compenser des manques et excés par échange de puissance.

            Hors, Voltalis n’est pas producteur : mais LIMITATEUR.

            Votre phrase : « Un effet pervers de ce système est que ces foyers qui ont vu leur consommation augmenter se mettent alors à consommer l’énergie produite par un producteur qui n’est pas le leur tout en payant l’énergie consommée à leur propre producteur qui reverse ensuite l’argent à Voltalis. »
            est complètement fausse.

            Car si la puissance consommée vient d’un autre, c’est toujours le monopolistique qui facture. Que l’un ou l’autre ait un courant d’un prix différent ne change RIEN.

            Et je vous soupsonne donc de vouloir « noyer le poisson » avec des arguments fallacieux.

            Voltalis coupe momentannément certains appareils, ce qui permet de faire des économies d’énergie.
            Et c’est ce qui gène l’écologique EDF.


          • mimok 21 juillet 2009 17:02

            Avez vous eu l’occasion de lire l’annexe au document de la CRE ?

            Lorsque qu’un pic de consommation apparait il y a deux solutions, soit on augmente la production totale d’énergie, soit on limite la consommation de certains pour qu’à production identique on alimente plus de foyer.
            Voltalis propose de revendre aux producteurs l’énergie qui n’est plus consommée (mais qui est toujours disponible) lorsqu’elle coupe un appareil, de cette façon il n’est pas nécessaire d’augmenter la quantité totale d’énergie produite. Sauf que cette énergie que voltalis revends elle ne l’a ni acheté ni produite, elle se l’approprie.

            En quelque sorte Voltalis revend une partie de la capacité de production d’un producteur à un autre productuer sans rien reverser au premier. C’est ce qui est à l’origine de la décision de la CRE.


          • jetudie jetudie 21 juillet 2009 16:22

            Bonjour à tous,

            Ceci est très inquiétant...Pourquoi ? Tout simplement parce que l’installation boîtier Voltalis est gratuit et que cela est censé faire des économies d’éléctricité...Pourquoi offrir ce genre choses à une population qu’on taxe déjà très largement sur les prix au kWh ?.....(eh oui, nos confrères allemands payent moins cher le kWh alors que nos grands-parents ont financé les infrastrucutres électriques en Allemagne mais aussi un peu partout en Europe, nous serions légitimiment en droit d’exiger de payer moins cher...).

            Je ne crois pas que ces gens soient animés de bonnes intentions...au contraire !!!

            Cela fait quelques mois que j’ai entendu parler d’un boîtier similaire installée d’ores et déjà en Suède....

            Je vous transmets le lien d’une info parue le 14 avril 2009...A méditer....

            http://www.betapolitique.fr/L-Energybox-le-meta-giga-brother-26537.html


            • c.d.g. 21 juillet 2009 16:52

              il y a presque 30 ans, quand j etais eleve dans une ecole d ingenieur, un professeur nous avait explique le reve d EDF (a l epoque avec les pompes a chaleur. rappelez vous les pubs sur celles ci au debut des annees 80)
              Le probleme d EDF etait deja les pointes de consommation et l idee etait alors de faire demarrer les pompe a chaleurs chez les particuliers a partir d un endroit centralisé pour soulager le reseau
              Je vois que 30 apres, le reve est toujours la (j espere que cette fois ca se traduira pas par un fiasco)

              Pour le reste je vois pas en quoi cette activité de Voltalis est du parasitisme. Si ca correspond a une demande solvable, ils la satisfont.
              Il est utopique de croire qu un service public va prendre en compte des interets antagonistes. on va soit favoriser les producteurs soit les consommateurs (et selon des criteres probablement electoraux) mais certainement pas les deux


              • Yaka Yaka 21 juillet 2009 16:59

                Faudrait voir les comptes d’EDF avant de parler.
                EDF a du faire de très lourds investissements pour augmenter sa production, donc quand on lui trouve un truc qui diminue ses recettes je comprend qu’il flippe un peu.
                J’ai bien peur que si la consommation diminue de 5%, EDF ne serait noyée par ses dettes. (je ne suis pas allé verifier, mais pour avoir un raisonnement objectif il faudrait).


                • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 21 juillet 2009 17:20

                  Les résultats semestriels seront publiés le 30 juillet.


                • Céline Ertalif Céline Ertalif 21 juillet 2009 17:31

                  J’ai lu ces jours-ci (dans le Monde, je crois) que ce système de contrôle de consommation était quasiment généralisé en Italie, et que l’Union Européenne avait confié une mission à l’opérateur italien en vue de généraliser cette installation au niveau des compteurs individuels.

                  EdF nous doit plus que la lumière, et ce n’est pas une nouveauté... C’est vrai qu’en lisant l’article de presse puis celui-ci ici on est tout de même parfois étonné que des sujets de taille reste dans le quasi-silence alors qu’on nous parle pendant des heures d’Amstrong et de Contador.

                  Cet article devrait être en une.


                    • Papybom Papybom 21 juillet 2009 18:12

                      Bonjour Monsieur Bonnet ,

                      Cette information n’avait fait bondir. Maladroitement, j’ai réagi et naturellement mon article ne passa pas. En lisant le votre, je comprends les modérateurs. Votre article est plus fouiller et mieux construit. Félicitation.

                      Pour info, le style de mon coup de sang  :

                      Une société installe gratuitement chez vous, des boitiers pour faire des économies d’électricité.(Pour faire simple). C’est bon pour nos finances et également pour la planète. Tous le monde devrait être ravi.

                      Et bien non. EDF, suivie par d’autres fournisseurs (Poweo, Direct Energie...), réclame une taxe pour le manque à gagner. Tout en affirmant soutenir la démarche de Voltalis, la CRE a délibéré, le 9 juillet, en faveur d’une telle rémunération. Si nous économisons, les actionnaires d’EDF vont gagner moins.

                       

                      Je propose, dans ce cas,

                       

                      - Que les Pompes Funèbres attaquent l’état. A causse des radars, il y a moins de morts sur les routes. Donc un manque à gagner pour ces entreprises

                      - Que les vaccins soit interdits. Plus de malades, c’est plus de travail pour les médecins et les hôpitaux.

                      - Que l’on arrête l’entretien des routes. Nous changerons plus souvent de voiture. Et pour les fabriquant de pneus, c’est la réouverture des usines.

                      On peut imaginer d’autres aberrations, pour que les entreprises du CAC 40, continues à s’enrichirent.

                      A ce stade, la connerie n’à plus de limite.

                       

                      Sans rancune Monsieur Gadonneix, rien que pour vous ce cadeau. http://www.dailymotion.com/video/xd396_brassens-quand-on-est-con

                      Cordialement.


                      • ZEN ZEN 21 juillet 2009 18:26

                        @ Papybom
                        Bonjour
                        C’est le monde à l’envers, oui...
                        J’ai bien aimé l’exemple des Pompes funèbres ; C’est vrai qu’il y a un manque à gagner et le PIB va baisser...
                        La France est devenus importatrice en électricité dans les périodes de pointe... ! Un comble !...
                        Un politique d’investissement par à-coups...
                        A une certaine époque , le chauffage électrique était encouragé par EDF
                        Quid des économies d’énergies ? RIEN
                        Que d’aventures purement financières , argentines ou anglaises, qui ont mal tourné !
                        Il faut payer maintenant...
                        Les intérêts de l’emprunt vont se retrouver sur notre facture..
                        Un conseil : achetez un groupe électrogène , des lampes à, alcool...ou même des bougies


                      • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 21 juillet 2009 18:49

                        @ Papybom : j’aime bien votre coup de gueule !


                      • Papybom Papybom 21 juillet 2009 18:58

                        Bien le bonsoir, Zen.

                        Arrivons-nous au stade ou trop, c’est trop  ?

                        Hier, les sondages bidons, mais rapportant du pognon.

                        Aujourd’hui, l’article d’Auto-plus, sur le parc de l’Elysée.

                        La destruction de la démocratie est lancée depuis longtemps, la France doit se réveiller.

                        Un peu de pub  : mon article sur Corbeil. Le constat est triste.

                        Bien cordialement.


                      • ZEN ZEN 21 juillet 2009 18:14

                        Des investissements différés . Pouquoi ?

                        "...Les dépenses d’investissement sont tombées à un seuil critique dans le groupe. Au cours des dix dernières années, EDF a vécu sur sa rente, engageant moins de quatre milliards d’euros par an pour l’entretien et le renouvellement de ses équipements. Résultat ? Des manques criants partout. Un réseau de distribution au bord de l’apoplexie, un parc nucléaire souffrant de pannes à répétition et allant jusqu’à manquer de pièces de rechange indispensables.-La situation n’est pas nouvelle. Et pendant les quatre premières années à la tête d’EDF, Pierre Gadonneix n’a rien fait pour la changer, continuant à maintenir au plus bas niveau les investissements français. L’affichage de résultats en constante augmentation, la conquête des marchés internationaux, la tenue du cours de Bourse, étaient prioritaires. La prise de conscience de la nette dégradation de son système électrique est venue il y a à peine un an. Brusquement, la direction d’EDF a réalisé la vulnérabilité de sa position : le groupe public est devenu acheteur net d’électricité, et dépense désormais des milliards pour assurer l’approvisionnement de la France. Déstabilisées par le manque d’investissement et une organisation inadaptée (lire EDF : les salariés du nucléaire en fusion), ses centrales affichent un taux de disponibilité – calcul économique qui mesure l’efficacité industrielle et économique – en baisse constante. D’un peu plus de 80%, ce taux est tombé officiellement à 79%, dans les couloirs du groupe, on évoque même le chiffre de 75%. Un point de moins signifie des milliers de KWh en moins, des dizaines de millions d’euros envolés.-D’où la nécessité de dégager d’importants moyens financiers pour réorganiser une entreprise totalement déréglée. Mais EDF n’a plus la flexibilité financière nécessaire pour le faire. « Tous les bénéfices de la rente nucléaire ont été reversés aux Français », explique Pierre Gadonneix pour expliquer l’impasse dans laquelle se trouve le groupe public aujourd’hui. Dans les faits, il n’en est rien. Les consommateurs français ont certes profité d’une électricité bon marché, alignée sur l’inflation mais désindexée de coûts pétroliers et gaziers. Mais c’était l’objectif même du programme nucléaire lancé à partir de 1975.-La rente nucléaire a surtout servi à payer la conquête internationale du groupe. Entre le rachat de l’allemand EnbW, du britannique London Electricity et de l’italien Edison, EDF a dépensé plus de 20 milliards d’euros entre la fin des années 1990 et 2005. Sans parler des 10 milliards investis dans les années 1990 dans des sociétés en Amérique du Sud (Brésil et Argentine) qui se sont révélées des opérations calamiteuses et ont été liquidées dans des conditions tout aussi désastreuses. Contrairement à ce qu’assure Pierre Gadonneix, aucune des filiales internationales du groupe ne s’auto-finance, et l’endettement lié à ces acquisitions n’a toujours pas été remboursé..." (Mediapart)



                        • 140437 21 juillet 2009 19:10

                          Vraiment !! EDF se prend pour qui ?Taxer une « quantité » non consommée !! on rêve cauchemard ! le scabreux n’a plus de bornes ; bravo Mr Gadonneix !!! vous étiez bien mieux naguère !!


                          • mimok 21 juillet 2009 19:11

                            Comme je l’ai dis plus haut, il faut faire attention ! La plupart des articles traitant du problème entre EDF et Voltalis sont dans le faux !

                            Le document de la CRE (attention certaines version d’adobe semble ne pas pouvoir le lire) ou encore le site d’une conseillère municipale affiliée au parti écologiste montre que Mr Bonnet se trompe quant à son analyse du problème.

                            Avant de parler il me semble qu’il est préférable de se renseigner à partir de plusieurs sources différentes (en tout cas c’est ce qu’on apprend à l’école...).


                            • Papybom Papybom 21 juillet 2009 20:21

                              Monsieur Mimok,

                              Vous avez, certes raison sur la revente. Mais avouez que le patron d’EDF, nous pompe à tous les sens du terme  !

                              • D’abord un emprunt pour invertir, ou  ?
                              • Ensuite l’augmentation de + 20%
                              • Maintenant, cette demande…

                              Il doit être sur de ses appuis politique, ce Monsieur  !

                              A oui, c’est vrais  : «  Un homme qui connaît le prix de chaque chose et la valeur d’aucune.  »

                              Telle est la définition du cynique d’Oscar Wilde.

                              Cordialement.


                            • mimok 21 juillet 2009 20:52

                              Certe j’avoue qu’EDF se fiche du monde en se moment. Mais si on veut pouvoir être crédible lorsqu’on veut critiquer EDF il s’agit de ne pas dire tout et n’importe quoi....

                              Il me semble que la fonction première d’un journaliste est de fournir une information claire, objective et non biaisée. Or ce n’est pas le cas de l’article de Mr Bonnet qui tient des propos manifestement faux...

                              Pour finir l’initiative de voltalis me semble intéressante et prometteuse, il s’agit juste de rémunérer de facon équitable tous les acteurs mis en jeux quelque soit leur identité (EDF, Poweo, Direct Energie, Voltalis...) .


                            • Papybom Papybom 21 juillet 2009 21:26

                              Mon cher Mimok,

                              Actuellement, qui détient la vérité  ? Les brebis suivent le troupeau. Même vous, avouez que vous ne connaissez qu’une partie de la vérité. Il n’est pas facile de chausser les bottes d’un Montaldo  ! Ne pas confondre une carte de journaliste et une carrière de journaliste d’investigation. Moi, je ne prendrais pas ce risque.

                              Poussant volontiers le coup de gueule, je n’ai pourtant pas la science infuse, ni les renseignements de première main.

                              Ensemble, tachons de faire la lumière sur EDF..

                              Cordialemrnt.


                            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 21 juillet 2009 19:55

                              « C’est une décision contraire à la mission de la CRE de servir les intérêts du consommateur, contraire au Grenelle de l’environnement et contraire aux lois du marché car elle constitue une entrave à la concurrence  ».

                              Oui, mais cette décision est en alignement parfait avec la volonté de NS d’aller chercher la croissance avec les dents coûte que coûte...au contribuable une nouvelle taxe, fusse-t-elle en désaccord avec toutes les belles intentions issues de toutes les bouches à promesses dont sont pavés les trottoirs de l’enfer politique.

                              Je copie texto : « Cette taxe serait versée aux producteurs d’électricité, c’est à dire principalement à EDF, au titre d’un supposé »maque à gagner « . Olivier, je ne me serais pas permis ce lapsus tellement vrai. 

                              Nous voilà prévenus : Tous nos efforts et investissements quotidiens pour diminuer nos consommations et optimiser notre bilan carbone particulier et citoyen, seront immédiatement compensés par de nouvelles »taxes maintien croissance"

                              Voulez que je vous dise, j’ai inventé un concept pour vivre de façon absolument autonome et gratuite, mais je vous le loue mille euros par mois...

                              Le slogan de la prochaine pub : Dans tous les cas... EDF vous ’’ allumera ’’... !


                              • Papybom Papybom 21 juillet 2009 21:38

                                Lisa SION 2,

                                Un concept gratuit à mille Euros, bigre c’est brillant  ! Le payant c’est combien  ?

                                Dans votre genre, vous devez être une lumière. Eclairez nous.

                                Et je ne vous prends pas pour un illuminé.

                                Cordialement.


                              • Lisa SION 2 Lisa SION 2 24 juillet 2009 11:37

                                Papybom,

                                « Un concept gratuit à mille Euros, bigre c’est brillant  ! Le payant c’est combien ? »

                                Le payant, il est gratuit ! il est payé par les mille euros de ceux qui achètent le gratuit payant !

                                Bien à vous.


                              • krolik krolik 22 juillet 2009 00:43
                                Si j’ai bien compris le patron de Voltalis est un petit malin.
                                En fait sa boite n’est pas un délesteur ordinaire qui réagit à la limitation de consommation.
                                La boite et commandée à distance intégralement par Voltalis pour son intérêt strict.

                                Voltalis vend du courant « heure de pointe » très cher sur le marché des producteurs.
                                En fait il vend le courant que l’abonné ne consomme plus en le délestant autoritairement.

                                Mais au final ça n’allège pas la charge de production des producteurs.
                                Le système Voltalis bénéficie du fait que la courant de pointe est facturé à l’abonné moins cher que le producteur ne l’achète sur le marché de gros.

                                Il est certain que l’intérêt de Voltalis est de prendre de l’importance, mais pas trop. Sinon il n’aurait plus de pointe à satisfaire.
                                La vente de ce courant Voltalis ressemble étrangement à une partie de poker.

                                Il me semblait bien qu’il y avait « un loup » et que l’on ne disait pas tout dès le départ.

                                @+

                                • sisyphe sisyphe 22 juillet 2009 08:53


                                  Krolik, toujours en ardent défenseur du producteur, au détriment de l’usager :

                                  Voltalis vend du courant « heure de pointe » très cher sur le marché des producteurs.
                                  En fait il vend le courant que l’abonné ne consomme plus en le délestant autoritairement.

                                  Magnifique sophisme : « délester autoritairement » d’un courant que « l’abonné ne consomme pas » : trop fort !!
                                  Quand monsieur Krolik ne se sert pas de sa voiture, les compagnies distributrices d’essence seraient donc fondées à l’attaquer, parce qu’il les « déleste autoritairement » d’un produit qu’elles produisent  : lumineux !!

                                  Mais au final ça n’allège pas la charge de production des producteurs.

                                  Ben voila ; c’est dit clairement : le seul intérêt qui compte, aux yeux de monsieur Krolik, c’est celui des producteurs ; l’usager, lui, n’a qu’à consommer et fermer sa gueule ; merci de l’aveu !


                                • fhefhe fhefhe 22 juillet 2009 07:04


                                  L’

                                  E clairage
                                  D émocratique (une)
                                  F outaise !!!!

                                  Si toutes les foyers Français coupaient leur courant 4X1heure aux heures de pointes +
                                  s’abstenaient de faire le plein 1 fois par mois.....l’ Etat , de part « son » manque à gagner ...utilsera la force pour INSURRECTION !!!!!

                                  Les « ESCROlogistes qui nous gouvernent ne connaissent que les

                                  E ntrées
                                  D e (nôtre)
                                  F ric.... !!!

                                  Ayons une CONSOM’action ...citoyenne.... !!!!
                                  Achetons plus de bougies... !!!
                                  Achetons des »perceuses« des pays »sous-développés (vous savez celles qui marche avec une ficelle et de l’huile de coude...)
                                  Revoyons les plans des constructions des cathédrales...et surtout comment elles ont été édifiées...
                                  L’odeur de la « Merde » des chevaux qui circulaient dans nos villes il y a plus d’un siècle...sentirait moins mauvais que la « Merde » extraite des textes de lois de nos gouvernements et des dirigeants des Grands groupes qui nous

                                  E mpapaoutent (en)
                                  D ouceur (et)
                                  F anfare...meRdiatique !!!

                                  L’huile de coude....a , toujours, été et sera toujours « un » carburant Non Nocif...et peu Coûteux !!!!


                                  • Lapa Lapa 22 juillet 2009 10:44

                                    Hum revendre du courant que d’autres ont produit... un nouveau casse tête juridique...en perspective.

                                    L’article est intéressant mais comme le dit Mimok, fortement biaisé et avec un seul point de vue. Du journalisme habituel donc qui veut faire passer ses idées...


                                    • krolik krolik 22 juillet 2009 11:37

                                      On trouve l’explication détaillée du CRE ici :http://www.energie2007.fr/images/upload/090709effacementsdiffus.pdf

                                      L’auteur qui se réclame d’être unjournaliste exemplaire aurait pu fouiller u peu le sujet avant d’enfourcher un point de vue simpliste.
                                      Que les gens s’installent des délesteurs, aucun problème.
                                      Qu’ils les fassent fonctionner aucun problème non plus.
                                      Mais que des petits malins encaissent deux ou trois fois le prix du kWh économisé, ça commence à craindre, et pas seulement pour EDF, mais pour tous les producteurs.
                                      LOrsqu’une banque fait un SWAP ils gagnent quelques pourcent du sujet et pas 200% de l’objet en question.
                                      @+


                                      • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 22 juillet 2009 12:08

                                        Vous commencez sérieusement à me courir ! Pour commencer, je « ne me réclame » pas « d’être un journaliste exemplaire » (vous parlez aussi français ?), je suis journaliste, point. J’ai jamais dit que j’étais exemplaire. Pour le reste, vous avez décidé que la CRE avait raison et vous vous appuyez sur ses arguments. On peut être d’un autre avis. Qu’EDF se fasse rembourser l’énergie économisée par les usagers du boîter est profondément choquant, ne vous déplaise.


                                      • krolik krolik 22 juillet 2009 12:40

                                        Je crains que vous n’ayez jamais lu / compris l’explication du CRE. Je n’ai pas dit non plus que j’adhérais à la position du CRE. Je dis simplement qu’il me semble l’avoir comprise.
                                        Maintenant vous n’êtes peut-être pas « journaliste-exemplaire », mais dans votre présentation vous vous targuez d’un certain nombre de « reconnaissances », un certain « ego » affiché tout de même... !!!

                                        @+


                                      • Mycroft 23 juillet 2009 14:55

                                        Si je comprend bien, EDF ne se retourne pas contre les utilisateurs, mais contre Voltalis. En gros, ce n’est pas la baisse de consommation qui est en cause, c’est ce qu’elle finance.

                                        J’avoue que Voltalis, dans l’affaire,ne m’a pas l’air très net. En effet, il n’est absolument pas saint qu’une entreprise extérieur à EDF face cette opération. Si Voltais vend de l’électricité, il est normal qu’il rétribue le producteur d’électricité.

                                        En fait, le plus saint et le plus logique, serait que Voltais soit mise sous controle de EDF, et que cet dernière face directement profiter la population de la technologie mise en place.


                                        • keféLepeuple ? keféLepeuple ? 25 juillet 2009 19:43

                                          privatisé=servir un copain... sa ne rend jamais service, l’amerique latine en a été forcée par ces cons de chicago boys... il y a deja quelques années, ici on nous dit, faut reformez tt le monde le fait... Bein oué ducon... fait les memes conneries que les autres, liberal de merde


                                          • Alciaquois 26 juillet 2009 22:53

                                            eh oui pour le plus grand bonheur des powéo et autres... des sfr et autres... démantèlement de l’outil public pour les poches des affidés financiers politiques. Le consommateur est le grand couillon en toutes circonstances... ces prestations ’moins chères’ sont souvent suivies d’une médiocrité de service... ce qui revient en fait...plus cher. EDF est obligé de racheter l’électricité solaire et éolienne à un prix prohibitif, et est obligé de la revendre au ras des paquerettes à ces prestataires qui font de tout ... cherchez le chmilblick !!! c’est de la stratégie umpiste .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès