Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Encore le gazoduc de Schröder qui bafouille...

Encore le gazoduc de Schröder qui bafouille...

Je vous avais signalé, dans un article du 27 septembre 2007, les difficultés rencontrées par le gazoduc dit Nord Stream qui doit permettre au gaz russe de venir alimenter l’Allemagne directement en passant au fond de la mer Baltique et donc en évitant de passer par la Pologne, l’Ukraine et la Biélorussie. Tous pays qui n’ont pas apprécié la manoeuvre à tout le moins inamicale de l’Allemagne, pour les écarter de l’accès au gaz russe.canalblog216

Depuis, les choses ne s’arrangent pas vraiment pour Nord Stream. Tout d’abord, fin septembre, l’Estonie a refusé que le consortium dirigé par Gazprom puisse effectuer une étude de faisabilité du gazoduc dans ses eaux territoriales.La Suède s’est opposée à ce que le tuyau passe trop près d’une île classée au patrimoine mondial de l’Unesco, Gotland. Qu’à cela ne tienne, Nord Stream veut maintenant installer une base importante dans un petit port de cette zone le temps de la construction du gazoduc et quitte à en repartir immédiatement après. C’est maintenant la Finlande qui, après avoir émis de sérieuses réserves sur l’aspect écologique de l’installation de ce tuyau au fond de la Baltique, reprend ces mêmes réserves.

Tout ceci n’arrêtera pas la construction, par contre elle fera et a déjà fait changer le tracé initial. Cela risque également de retarder les travaux et la date de mise en gaz du tuyau. C’est ce que Vladimir Poutine a souligné lors des rencontres germano-russes de Wiesbaden en demandant à Angela Merkel de "faire le forcing" pour que le tracé et le délai de construction du gazoduc soit respectés. Sans doute croit-il que l’Europe, c’est comme la Russie, une dictature qui s’ignore...

Quant à Angela Merkel, contrairement aux pays de la première couronne autour de la Russie dont je vous signalais l’attitude dans un message du 20 octobre 2007, elle souhaite que les deux pays développent des relations économiques étroites, pas seulement sur le plan énergétique mais également sur le plan industriel avec des prises de participation respectives entre entreprises russes et allemandes. Dernier exemple annoncé à l’occasion de Wiesbaden, la prise de contrôle de la société énergétique russe OGK-4 par E.ON. Même une prise de participation significative de groupes russes dans EADS ne l’effraie plus ! Gros projets également dans le domaine de la coopération technique dans des projets de recherches très avancés.

L’identité et la solidarité européennes dans tout cela semble bien oubliées par rapport à l’attractivité de l’argent du pétrole et du gaz russes...


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Yannick Harrel Yannick Harrel 8 novembre 2007 02:56

    Bonjour,

    Etrange que votre article ait suscité aussi peu de commentaires... La question de l’approvisionnement de l’Europe en gaz me parait pourtant être d’une importance essentielle, et pas seulement dans un futur plus ou moins lointain mais dès à présent !

    Il ne faudrait d’ailleurs pas croire la France à l’abri de telles déconvenues : elle a choisi une solution alternative au projet supporté par Gazprom : le tracé Nabucco, du gaz de la Caspienne (Iranien et Azerbaïdjanais) transitant par l’Azerbaïdjan et la Turquie. Seul hic : des experts Autrichiens (l’Autriche est associée au projet via sa compagnie OMV Gas) ont dénombré quelques obstacles majeurs lié non seulement au tracé mais aussi aux volumes escomptés. Mais ce projet est porté en sous-main par les Américains, et forcément ces derniers ne veulent pas reculer et obligent les Européens à maintenir le cap (France y comprise bien entendu).

    A contrario, et malgré les soucis rencontrés que vous mentionnez dans votre article, il faut savoir que Gasunie, compagnie gazière Néerlandaise, vient de s’associer au projet de gazoduc Germano-Russe très récemment. Un autre allié de poids dans la balance.

    Cordialement


    • Jacques 8 novembre 2007 10:49

      Tout ceci montre bien les limites de l’Europe politique. L’Allemagne se méfie d’un tracé qui passerait par la Pologne, les pays baltes ou la Biélorussie. Et avec raison : ce sont des pays qui n’ont qu’une sympathie très limitée pour la Russie et qui ont plus la fibre atlantiste qu’européenne. Alors pour éviter d’être pris en otages entre la Russie et les US et leurs sympathisants, ils essayent de contourner le problème.

      De plus, entre l’Allemagne et la Pologne, ca ne semble pas vraiment être le grand amour non plus. Les allemands défendent leurs intérêts énergétiques et ils ont bien raison.


      • gnarf 10 novembre 2007 23:01

        Vous vous trompez. Ca n’est pas l’Allemagne qui decide dans cette histoire, c’est la Russie.

        C’est la Russie qui a decide du projet, qui a choisi les interlocuteurs, le trace...Gerard Schroeder s’est vu offrir un poste important a la tete de ce gazoduc des sa fin de mandat.

        La Russie veut distribuer son gaz a l’Europe de l’Ouest pour se meler des affaires Europeennes. L’obsession de Poutine est de faire renaitre la Russie comme acteur international incontournable. La creation de ce gazoduc s’accompagne du rachat simultane de nombreuses entreprises Europeennes du domaine de l’energie, par des conglomerats Russes controles par le gouvernement Russe.

        Etre un fournisseur premier d’energie en Europe de l’ouest...tout en gardant la possibilite de faire chanter les Ukrainiens et les Polonais en fermant l’autre gazoduc.

        Un tel projet n’aurait jamais du avoir lieu juste apres l’elargissment Europeen. Depuis toujours ce sont tous les voisins de l’Allemagne qui se mefient d’elle, souvent malheureusement avec raison, et pas l’inverse.

        Contrairement aux idees recues, les Polonais sont largement plus pro-europeens que les Francais par exemple, et cela a encore ete confirme par une etude recente.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès