Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Enfin la réforme des ports en France

Enfin la réforme des ports en France

Le secteur portuaire en France reste une activité industrielle sinistrée et surtout incapable de se restructurer pour s’adapter à la nouvelle donne mondiale. Deux raisons à cela : tout d’abord les autorités gestionnaires des ports français et les syndicats des personnels ne semblent pas avoir compris que la compétition est devenue européenne et qu’être compétitif avec le port français voisin et se satisfaire de 2 % d’augmentation du trafic tous les ans quand le marché mondial augmente de 6 % est la démonstration de notre savoir-faire à manquer les opportunités qui se présentent à nous. Deuxièmement que le marché s’est complètement modifié en faveur du transport par conteneur ce qui suppose des adaptations considérables dans l’équipement de nos ports qui n’ont malheureusement pas eu lieu. Heureusement encore que notre armateur principal CMA/CGM a, lui, parfaitement compris les enjeux du marché et s’est reconverti vers les bateaux porte-conteneurs et sur les lignes vers l’Extrême-Orient !! Merci M. SaadéCanalblog317

Comme vous le voyez ci-contre le résultat en est la perte de notre part du marché européen dans le trafic conteneur de 18 en 1989 à moins de 14 % aujourd’hui ! Quant au classement de nos ports dans la hiérarchie mondiale, nous n’en sommes qu’à la 40e place pour Le Havre pour le trafic conteneur et à la 29e pour le trafic de fret avec Marseille. Pourtant avec la façade Atlantique dont nous disposons et la situation unique de Marseille, nous devrions être beaucoup mieux placé que ça. Les raisons de ces mauvais classements sont connues. Une productivité très faible par rapport à la concurrence qui fait que le coût de déchargement d’un conteneur à Marseille par exemple est 50 % plus cher qu’à Gènes ou Barcelone. Une faible réactivité des ports autonomes et de la nomenklatura qui les gèrent aux évolutions du marché qui font que nous sommes toujours en retard d’une guerre et d’un investissement.

Pourtant une première réforme du statut des personnels a eu lieu en 1992 avec celle des dockers, passés des ports autonomes à des sociétés de manutention privées, mais elle a malheureusement conservé un verrou majeur avec le monopole des grutiers/portiqueurs qui imposent leur rythme et leurs conditions de travail au chargement/déchargement des conteneurs. C’est ce qui explique que le projet Port 2000 du port du Havre, pour mettre en place investissement et organisation du travail d’un nouveau terminal à conteneurs privé, n’ait pu être construit et mis en route qu’en... 2007. Pour Marseille, le projet équivalent Fos XXL est encore plus en retard car le problème essentiel, le statut desCanalblog318 portiqueurs, n’est toujours pas réglé. Incidemment, c’est une attitude classique de nos "vieux" syndicalistes de faire passer en priorité leur statut et leur confort personnel au détriment de l’emploi futur de leurs enfants. Une attitude qui se comprenait quand nous vivions en autarcie pendant les Trente Glorieuses, mais qui nous handicape aujourd’hui dans un monde ouvert et hypercompétitif.

Un rapport, le rapport Gressier de juin 2007, a conclu que la seule manière d’améliorer la situation de nos ports consistait à transférer les portiqueurs et les grutiers aux sociétés de manutention privées pour qu’il y ait unicité de commandement de l’ensemble portiqueurs/dockers ou en termes de taches déchargement/manutention à terre. C’est la condition sine qua non pour que les sociétés d’armement maritime se décident à investir dans les gigantesques terminaux à conteneurs qui sont la norme aujourd’hui. Même avec de tels équipements modernes, il faudra beaucoup de temps pour reprendre aux autres ports européens les parts de marché qu’ils nous ont prises car la bataille se situe maintenant dans les infrastructures d’évacuation des conteneurs vers l’hinterland portuaire où nous nous retrouvons face à un problème similaire avec celui de l’inefficacité du fret SNCF.

Le Premier ministre a décidé de suivre les recommandations du rapport Gressier et de mettre en place un plan de relance de nos ports avec, après des négociations syndicales qui seront, sans nul doute, délicates, le transfert total au privé des terminaux portuaires et de leurs personnels et un plan d’accompagnement à la réforme sous la forme d’investissements importants dans les ports. La CGT à Marseille, principal bastion de l’immobilisme syndical, s’y est déjà déclaré opposé. Espérons qu’il ne s’agit, comme à la SNCF Fret, que de prise de postures tactiques et souhaitons bonne chance au secrétaire d’Etat aux Transports, Dominique Bussereau, pour cette négociation critique pour l’avenir de notre activité portuaire.

A suivre avec espoir...


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Yohan Yohan 30 janvier 2008 12:15

    Au vu de la position géographique de choix qui est celle de la France, nous devrions depuis belle lurette être le chef de file du secteur. La ports français sont victimes de leur réputation, notamment celle de dockers suffisants et ingouvernables comme à Marseille. Mais il y a aussi un problème de modernisation. depuis longtemps déjà, Anvers, Rotterdam ont mordu sur nos positions. Tous les gens qui travaillent dans le transport vous diront : Les français se mettent eux mêmes dans la merde et pire : ils chantent 


    • haddock 30 janvier 2008 13:26

      Ca m’ étonnerait que les syndicats fassent des choses pareilles !


      • Jason Jason 30 janvier 2008 14:23

        Oui, il y a bel et bien un problême d’infrastructures et d’absorbtion des produits/conteneurs en France si on veut accroître la capacité des ports. Quand je travaillais en Allemagne à Mayence, nous pouvions recevoir 200 véhicules en 12 heures en provenance de Brême (Bremerhaven) par le train. 200 véhicules en "roll-on roll-off" sur des barges, par le Rhin en provenance de Rotterdam en 36 heures. Lequel Rhin est relié par le canal du "Rhein-Main-Donau" (Rhin-Main-Danube) à la Mer Noire.

         

        Un conteneur qui débarque au Havre va finir où ? A Bonneuil-sur-Marne ou à Teuf-Teuf les Eaux ? Il ne s’agit pas de débarquer les conteneurs, il faut ouvrir les conteneurs quelque part, et c’est là que ça se gâte.

         

        Mais que faire ? Je n’en sais, hélas rien.


        • Argo Argo 30 janvier 2008 17:07

          Vous dites " Heureusement encore que notre armateur principal CMA/CGM a, lui, parfaitement compris les enjeux du marché et s’est reconverti vers les bateaux porte-conteneurs et sur les lignes vers l’Extrême-Orient !! Merci M. Saadé ".

          J’admire Jacques Saadé pour ce qu’il a redressé la CGM et en a fait la 3ème compagnie maritime mondiale, avec des milliers d’emplois créés au passage dans le bassin PACA. Toutefois, M Saadé n’est pas l’inventeur du conteneur et la flotte de la CGM quand il l’a achetée était depuis belle lurette une flotte de porte conteneurs et membre du consortium Scandutch, donc présente sur les lignes de l’extrême orient. J’y ai navigué des années.

          Quant au problème des ports français, il ne se situe pas tant au niveau de la fiabilité (Barcelone et Gênes n’ont rien à envier au bordel Marseillais). Il ya un problème d’aide de l’état à ses ports. Allemands, belges et hollandais subventionnent copieusement les leurs de façon indirecte, y compris via les transitaires, ce qui se ressent très concrètement sur les tarifs.

          Il y a aussi un problème d’investissement dans l’infrastructure portuaire ET terrestre qui va derrière (Fer, route, voie fluviale). Par exemple, pour livrer en région parisienne ou même sur Lyon, pourquoi passer par Le Havre avec un transporteur français alors que débarquer le même conteneur à Anvers et le faire camionner par un routier belge coûte globalement moins cher ? Subvention portuaire + tarif routier, le calcul est vite fait.

          Je voudrais enfin mentionner l’absence totale de "patriotisme" des chargeurs français qui pourrait compenser un surcoût indéniable des ports français.Quand vous songez qu’un allemand de base, situé dans la Rurh fera toujours passer ces conteneurs par Hambourg, Bremerhaven ou Brême alors qu’il n’est tout au plus qu’à une centaine de kilomètres de Rotterdam, vous comprenez la différence.


          • tchoo 31 janvier 2008 10:47

            les mauvaises performances des ports français seraient du aux dockers et plus particulièrement aux grutiers arc-boutés sur leurs "privilèges" ?

            Quel sont-ils ces privilèges ?

            Quelles sont les conditions de travail de ces mêmes personnels dans les autres ports d’europe performants ?

            Des questions simples et basiques, dont il faudrait avoir les réponses avant d’utiliser la nouvelle arme des boucs-émissaires tellement à la mode !


            • makumba 31 janvier 2008 13:48

              Tous dabord je tenais à vous féliciter pour votre carrière des plus impressionante ! Il est évident que lorsque l’on gravite comme vous dans ce genre de sphère, on pense détenir la vérité. Et bien en fait je pense moi, qui ne suis pas dans ces sphères la ( je suis ouvrié au PAM de Marseille) connaitre une partie seulement de la vérité car je reste modeste. En effet vivant au quotident dans l’entreprise, je pense avoir la légitimité d’en parler. Je vais donc essayer de vous expliquer ce qu’une grande partie des employés pensent de la situation actuelle du Port de Marseille/Fos. ( vous excuserez ma syntaxe ainsi que mes fautes d’ortographe).

              Cela fait maintenant plusieurs année que l’état délesse totalement le PAM , en effect malgrès de bons résutats, très peux d’investissements voire aucun n’ont été effectués durant ces dernières années. Plus grave, de l’outillage portuaire a meme était vendu au prix de la feraille à des "privés" , une aubène !!! Une politique de démentellement de l’organisation interne du PAM à été effectué par le précédent directeur ( Mr Brassar pour ne pas le nommé) Plusieurs personnes nommées par le directeur à des postes clées on donc tous fait pour " pourir" la situation ( nous n’avions plus les moyens de travailler correctement) en pointant constament du doigt les organisations syndicales et donner une tres mauvaise image des ouvriers du port .

              Le PAM est actuellement rentable malgrès tout, s’il l’est moins que les autres ports c’est qu’il n’y à pas eut d’investissement. Je me pose alors la question : Pourquoi l’état ne veut pas garder en son sein une entreprise qui fait du profit, alors que notre président ne cesse de nous faire croire que les caisses de l’état sont vide ? N’est-ce pas déroutant ? Peut -etre alors que le probleme n’est pas là ...

              Quelques hypotheses alors : 

              - c’est un appuis politique au Maire de marseille Mr Gaudin ( n°2 de l’UMP) ? 

               - c’est une concession faite a CMA-CGM ? Vous qui n’ésitez pas à idolatrer cette entreprise allez donc demander à leurs osalariés ce qu’ils en pense ( travail préquere)

              - c’est une réforme qui "relancera l’ecomie" comme celle des heures suplémentaire qui pour huit heures sup par mois, augmente le salaire de 10 euros et dont l’application est quasi impossible d’apres les dires de spécialistes en DRH ?

              Je pense moi, et je peux me tromper, que c’est simplement pour enrichir les plus riches, en ayant à terme sur les quais, comme ailleur, de la main d’oeuvre bon marché, voir très bon marché avec les disproportion salariale qu’offre aujourd’hui l’Europe

              Vous voyez, nous n’avons pas la meme vision des choses, Malgrès ce mail, je ne pense pas que vous ayez changé d’opinion, Je vous demande simplement de modifier votre vision des employés, Nous ne sommes pas des "brutes" retranché derriere des positions archaique comme les medias veulent bien faire croire à l’opignon, nous pronnons le grogès, mais pas au détriment des personnes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès