Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Etude Ipsos sur la fiscalité des entreprises dans l’Union (...)

Etude Ipsos sur la fiscalité des entreprises dans l’Union Européenne

La mauvaise image auprès des dirigeants de la fiscalité française se confirme selon la 5e édition de l’étude Ipsos. Les pays relativement plus libéraux restent les plus attractifs.

Selon la cinquième édition de l’étude annuelle d’Ipsos sur la fiscalité des entreprises en Europe, la France reste l’un des pays où la fiscalité des entreprises est vue comme la plus oppressive. Seule la Belgique fait pire.

Alors qu’au niveau européen 36% des chefs d’entreprise trouvent « très élevé » le niveau des prélèvements obligatoires, ce sont 59% des dirigeants français qui partagent ce constat. Cela représente une hausse de 11% par rapport à 2008. A l’inverse, seuls 7% des dirigeants néerlandais et 16% des dirigeants britanniques jugent « très élevés » les prélèvements dans leurs pays. Plus précisément, ce sont les dirigeants de petites entreprises qui soulignent le niveau de prélèvements qui limitent la création d’emplois.

La complexité du système fiscal français est jugée de la même manière : 77% des dirigeants français estiment que la réglementation fiscale devient « de plus en plus compliquée ». Leurs homologues européens partagent ce constat à une majorité légèrement plus faible.

Si pour 61% des dirigeants français, la qualité du service public est satisfaisante, ce niveau tranche de manière surprenante avec les années précédentes ou l’on oscillait entre 36 et 45%, ce qui laisse supposer une anomalie dans les réponses de cette année. Anomalie confirmée par le jugement global des chefs d’entreprises sur l’attractivité de leur pays :

La France est le pays dont l’attractivité est jugée la plus faible des dix pays étudiés. Les pays avec les prélèvements les plus complexes et surtout les plus lourds sont largement vus comme les moins attractifs, alors que les pays aux prélèvements plus faibles sont plébiscités. Comme le note Federico Vacas de l’institut Ipsos, « les pays aux modèles économiques les plus libéraux (la Pologne, le Royaume-Uni) restent en haut du classement d’attractivité établi par l’ensemble des chefs d’entreprise européens ».

Ces résultats sont inquiétants, puisqu’ils pourraient laisser présager une baisse des investissements extérieurs en France, les investisseurs préférant des pays pénalisant moins la création de richesses. C’est également une invitation au gouvernement actuel pour simplifier radicalement la fiscalité en France, marquée aujourd’hui par une créativité fiscale jamais vue. Alors que l’État absorbe déjà la moitié de la richesse produite chaque année en France, les taxes, impôts, contributions continuent à se multiplier, à un rythme toujours plus rapide. Comme le souligne la commission des finances de l’Assemblée nationale, peu encline pourtant à critiquer, « la vitesse de création de nouvelles taxes s’est accélérée au cours de la 12ème législature (2002-2007) et plus encore dans les premières lois de finances et de financement de la 13ème législature » [1].

Parmi les impôts et taxes les plus « créatifs » créés récemment, on peut souligner la « taxe additionnelle à la taxe sur les cartes grises » créée en 2006, les « taxes parafiscales au profit de l’association dite Société nationale interprofessionnelle de la tomate » créée en 2002, le « fonds d’amortissement des charges d’électrification » ou encore la « TGAP sur les imprimés non sollicités ».

A l’opposé de la complexité française,la Slovaquie a confirmé récemment le principe de la Flat Tax, tant pour les ménages que pour les entreprises. Le gouvernement socialiste local de Robert Fico a entériné le taux de 19% pour l’impôt sur le revenu des ménages et l’impôt sur les bénéfices des entreprises. Une solution à creuser pour lutter contre le chômage et la croissance anémique française.

Image : Tax Misery Index (Classement de la misère fiscale, réalisé par Forbes). La France est le pays au monde avec le plus haut taux de misère fiscale.

 

[1] « Six nouvelles taxes depuis janvier », Le Figaro, 12 février 2008


Moyenne des avis sur cet article :  2.73/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • jakback jakback 19 mars 2010 11:29

    D’après la gauche et extrême gauche, la création de richesse est insuffisamment taxée, notre avenir ressemble plus a celui de la Grèce, que de l’Allemagne.
    Suite aux résultats des élections régionales, la majorité des Français, plébiscite cette analyse, plus le mur se rapproche et plus les Français accélèrent.
    C’est a cela que l’on reconnait le génie Français.


    • Pyrathome pyralene 19 mars 2010 11:53

      Création de richesse ou création de dettes ?
      ....l’argent dette de Paul Grignon
      Les Français se sont exprimés , je crois ... ils refusent en bloc le néo-libéralisme , est-ce assez clair ou il faut en remettre une bonne couche ? RDV lundi et dans 2 ans..... smiley


    • tmd 19 mars 2010 12:04

      Les français peuvent bien refuser le néo-libéralisme et réclamer encore plus de subventions et d’assistanat. C’est la réalité économique qui s’imposera à eux, et avant 2 ans !


    • Augustule pipo 19 mars 2010 22:52

      A moins d’être sado maso, comment peut on encore réclamer plus de libéralisme au stade ou nous en sommes ???


    • epapel epapel 21 mars 2010 21:00

      Avec un déficit de 140 milliards, nous sommes comme jamais dans la création de dettes.


    • RilaX RilaX 19 mars 2010 11:52

      Je suis dubitatif face à cet article et cette étude.
      Dans l’étude, on étudie pas la fiscalité de chaque pays, mais le niveau de fiscalité ressentie. Ce n’est quand même pas pareil. Surtout que les français sont unanimement reconnue comme les rois des râleurs. Ce n’est donc pas parcequ’on à l’impression que l’on est soumis à une fiscalité élevé que c’est effectivement le cas. Je ne dis pas que ce n’est pas le cas hein, mais que l’étude ne le dit pas.

      Ensuite, toujours dans la même veine, et là, l’article enfonce le clou, "La France est le pays dont l’attractivité est jugée la plus faible des dix pays étudiés" ... par les francais ! Si on prends l’avis des autres pays européen (colonne juste à coté), la France passe 8ème (on est mieux vu que la suède et l’Italie). C’est pas merveilleux, mais ca montre bien que le francais à une image de sa fiscalité plus élevée que ce que le reste de l’Europe en as.

      Voilà, ce commentaire était surtout pour faire ressortir la différence qu’il peut exister entre quelquechose de ressentie et son effet réel.


      • Pyrathome pyralene 19 mars 2010 12:05

        Ça , une étude  ?  un torchon de propagande et de prosélytisme crasse .....


      • Gandalf Tzecoatl 19 mars 2010 12:16

        En quoi serait-il avantageux d’être attractif pour des LBO, fonds de pension et autres hedge funds qui lessivent une entreprise en 5 ans, y pratiquant la moins-disance salariale, le sous-investissement, la vente compartimentée, la récupération des brevets puis la délocalisation,  ?

        Et puis après, une société boite au lettres dans tel ou tel paradis fiscal permettant d’y concentrer tout les bénéfices avec toute l’activité en France, permettant de bénéficier d’un haut niveau de formation financé à fonds perdus et rubis sur ongle par notre social-démocratie, des infrastructures très développés et une certaine stabilité, c’est déjà pas mal, non ?

        Il est très clairement de notre devoir d’éviter l’analyse émanant des cercles libéreux bien-compris.


        • bob 19 mars 2010 12:20

          Autrement dit, les pays dont la majorité de la population gagne très peu sont supposés ètre attractifs pour les entreprises. Vous ne vous demandez pas qui achètera les produits avec une population insolvable ?


          • epapel epapel 21 mars 2010 21:07

            Les américains ont bien expérimenté une solution : le crédit pour tous. Apparemment ça ne marche pas très longtemps.


          • sleeping-zombie 19 mars 2010 12:48

            Ah les sondages....

            Si pour 61% des dirigeants français, la qualité du service public est satisfaisante, ce niveau tranche de manière surprenante avec les années précédentes ou l’on oscillait entre 36 et 45%, ce qui laisse supposer une anomalie dans les réponses de cette année.

            Génèse d’un sondage :
            Bonjour l’IPSOS, c’est l’UMP ici, on voudrait vous commander un sondage sur la popularité de NS..
            (...)
            -Bonjour l’UMP, c’est l’IPSOS ici, on a les résultats : à la question « trouvez-vous que NS soit un bon président ? », 10% on répondu oui.
            -Si peu ? Vous avez bien fait précéder cette question de pleins d’autre sur les dictatures comme la Corée du Nord ?
            -Oui, oui, 10%...
            -Ben c’est une erreur de donnée, vu que chacun sait que la France se divise en part égales : 30% PS, 30% UMP et 30% qui s’en foutent
            -Ah ? ben la réalité de nos chiffre doit être erronée, puisqu’ils vont à l’encontre de notre conception du monde. On corrige ça et on vous rappelle..


            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 19 mars 2010 14:39

              Si je deviens président rayé du parquet, voici ce que je feraye :

              l’instauration de la T.R.A.P.P.E, Taxe Rapportée aux Produits Provenant d’Europe.
              Puis de la P.O.C.H.E, Prélèvement Occasionnel Calculé sur les Héritages Ego-citoyens.
              Puis de la M.A.I.N, Mesure Attentatoire d’Imposition Notoire,
              Puis de la F.U.I.T.E, Forfait Usité pour Introduire une Equité,
              et enfin, la zone P.L.O.U.F, Paradis Lubrique Ou s’Unissent les Flouseurs...


              • DEEVIN 19 mars 2010 17:01

                Excellent article qui expose un des motifs, ce n’est pas le seul , de la dramatique désindustrialisation de la France et conséquemment de la montée du chômage. Résultat, les entreprises préfèrent investir ailleurs. La seule vraie solution serait de faire des économies en réduisant le poids de l’Etat et des Collectivités Locales pour redynamiser les secteurs de production et y diriger les compétences. Le gouvernement qui s’y essaie a bien du mal a faire passer le message et le ralentissement économique mondial ne facilite pas les choses. Ce qui ne gène nullement la Gauche de faire des promesses à tout va pour ces régionales. Dans les régions acquises elles devront bien être financées par de nouveaux prélèvements, on n’est donc pas près de s’en sortir. A moins finalement que les promesses, comme d’habitude, n’engagent que ceux qui les écoutent
                Deevin


                • titi 19 mars 2010 18:40

                  Turlututu.

                  Ce gouvernement, comme ceux qui l’ont précédé, n’a fait qu’alourdir un peu plus la pression fiscale.
                  IL n’a pas le choix, puisque comme tous les gouvernements, sa seule ambition est de durer qq soit la situation du pays.
                  Et comme tous les gouvernements précédents, il n’a pas le courage de mener la politique d’austérité qui s’impose.


                • DEEVIN 19 mars 2010 19:10

                  à titi,
                  c’est sûr, la politique d’austérité s’imposera de gré ou de force. Et d’autant plus brutalement à ceux qui gobent les surenchères de promesses électorales.
                  Deevin


                • epapel epapel 21 mars 2010 21:03

                  Depuis 2002, la pression fiscale a diminué en France, d’où le niveau élevé des déficits publics.


                • herve herve 19 mars 2010 20:05

                  Est-ce que tout le monde est d’accord pour dire que ce sont les petites entreprises qui créent le plus d’emplois ?

                  Oui ?
                  Alors, pourquoi ne pas mettre en place une fiscalité progressive (comme pour les assujettis personnes physiques) ?

                  • Vincent Marot 19 mars 2010 20:32


                    @Herve
                    Une fiscalité progressive pour tous ? 
                    Aussi simple que la flat tax, plus juste, ma foi il faudrait le soumettre à la perception impartiale de l’échantillon de chefs d’entreprise sondés. Si 61% approuvent, alors on pourra toujours dire qu’il s’agit d’une anomalie du sondage.

                    En attendant, elle est malheureusement plutôt dégressive :

                    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2009/12/14/04016-20091214ARTFIG00563-les-societes-du-cac-40-echappent-a-l-impot-.php


                    • georges 20 mars 2010 05:54

                      Yen a certains que je comprends pas , que voulez vous ? que la France ne joue pas le jeu de la concurrence fiscale et se tiers mondise peu a peu ou qu il participe a ce systeme immoral et en fasse profiter ses citoyens ?

                      On a un chomage structurel , de masse depuis des decennies ainsi qu une croissance toujours inferieure a nos concurrents et TOUT LE MONDE sait que c est en grande partie du a notre cout du travail elevé et notre exces de reglementation .

                      Un petit patron est obligé doit presque etre autant juriste qu entrepreneur pour comprendre ce monde la , et les charges restent dissuasives .comment voulez vous faciliter les autoentreprenariat . ?

                       Pendant ce temps les grandes boites et multinationales n en payent des fois pas ! et sont arrosées de subventions publiques . Elles sont en position de force face aux politiques !

                      On ne fait que créer des contraintes sur l activité la ou il faudrait lacher du lest . Ils ont plein de reformes sociales dans les cartons a l élysée , que les caisses soient vides ca les derange jamais , un cheque transport ausx frais du patron par ci , une taxe sur les fournitures par la ..Pitoyable , culturel !


                      • epapel epapel 21 mars 2010 21:05

                        Si je comprends bien, vous êtes d’accord pour que votre salaire et votre retraite baissent.


                      • sisyphe sisyphe 20 mars 2010 06:05

                        Ah, merde !

                        La France n’est pas « attirante » pour les multinationales et les hedge funds : on ne va pas s’en remettre ! smiley

                        Et si, pour établir un différentiel significatif, on avait testé, en même temps, « l’attractivité » de la France, pour, par exemple, son régime de protection sociale, ses infrastructures sanitaires, son système de santé, etc.... par rapport aux autres pays ; ç’aurait pu être intéressant, non ? smiley

                        Quoique... au rythme où ça va, en sarkozye, on risque de bientôt perdre sur ce terrain là, aussi..

                        Sacrés libéraux ; toujours le mot pour rire...
                        Encore une coupe de champagne ?


                        • DEEVIN 20 mars 2010 14:32

                          Et tout ça, ça se finance avec quoi ? avec de la poudre de perlin pinpin ou avec de la richesse produite par des entreprises que l’on fait tout pour envoyer ailleurs ?
                          Deevin

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès