Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > G 20 : le crépuscule de l’Occident

G 20 : le crépuscule de l’Occident

La guerre des monnaies qui se déroule sous nos yeux ne sera certainement pas réglée ni ne trouvera une issue « pacifique » à l’occasion du prochain G 20 à Séoul. Car ce phénomène consistant à l’appréciation des devises des nations en pleine expansion inversement proportionnelle à la débâcle du billet vert reflète tout simplement le glissement du pouvoir depuis notre Occident en faveur de ces nations. Ce ré équilibrage – dont je me félicite du reste – est intervenu ou, à tout le moins, a été précipité par la crise économique et financière qui n’en finit plus de se déchaîner contre les pays anciennement qualifiés de « développés ». Ainsi, alors que l’Occident lutte quotidiennement pour s’assurer une croissance minimale, certaines nations – autrefois affublées du qualificatif bienveillant d’ »émergentes » - surfent sur des vagues de croissance impressionnantes.

 Les retombées de la crise ont en effet été extrêmement lourdes de conséquences pour l’ancienne élite des nations qui composait naguère le G 7. Le Japon, qui en est un des pays ayant été les plus durement touchés, doit aujourd’hui affronter et tenter de rectifier une grave crise de sa gouvernance doublée d’un déficit démographique significatif et de ce que l’on peut se risquer à qualifier de crise existentielle… notamment (mais pas seulement) provoquée par la perte (au profit de la Chine) de son statut de deuxième économie mondiale. Quant à l’Europe dont on avait pensé un temps qu’elle avait surmonté les affres financières venant des Etats-Unis, elle a subi un choc d’une violence inouïe déclenché il y a un peu moins d’une année à la faveur des tourmentes grecques. Ayant mis implacablement en évidence les écarts de compétitivité au sein des membres de l’Union, ayant mis en doute jusqu’à l’existence et le bien fondé mêmes de cette Union, les épisodes Européens dramatiques qui se sont succédés entre la fin 2009 et l’été 2010 ont en outre révélé des problèmes politiques intra Européens qui avaient été refoulés depuis des années.

 La déconfiture de cette « Europe de tous les égoïsmes » – pour reprendre ma formule utilisée dans un précédent article – a en réalité symbolisé le dernier jalon de cette déchéance de l’Occident. Fin de sa domination économique et financière donc mais également fin de son emprise idéologique car, tandis que les crises précédentes étaient principalement des épisodes nés au sein même des pays émergents (crise Asiatique ou Russe des années 90), les tourmentes présentes résultent directement des abus de l’Ouest et, en l’occurrence de son sanctuaire, les Etats-Unis. Que reste-t-il aujourd’hui de cette économie Américaine – qui brasse annuellement 14’000 milliards de dollars - naguère encore traitée avec déférence parce que considérée à juste titre comme la locomotive du monde ? L’innovation, l’avance technologique et, surtout, l’esprit d’entreprise des Américains sont certes intacts mais leur hégémonie appartient bel et bien au passé. Croulant sous le poids de dépenses militaires tout à fait superflues, ne pouvant plus compter sur une industrie qui se retrouve en lambeaux, les Etats-Unis s’étranglent quotidiennement du fait de leur endettement public avoisinant 100% de leur P.I.B. … et condamné à s’aggraver dans les cinq années à venir.

Ne misez donc plus sur une prospérité économique qui nous viendrait de l’Ouest. Attendez-vous en revanche à un regain des réflexes protectionnistes, mercantilistes et des autres instincts conflictuels qui marquent la fin des Empires. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.48/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Triodus Triodus 9 novembre 2010 10:52

    Bon article, merci M. Santi.

    Le pire a venir sera les USA qui utiliseront tous les moyens pour siphonner ce qui reste de l’europe et de l’abattre définitivement. Ce sera d’autant plus facile que nous sommes une ’cible molle’ peur eux.

    Est-ce un hasard si la france, dernière « puissance » nucléaire en europe à part le Royaume-Uni a déjà jeté son bouclier nucléaire aux pieds des U.S.A. via les Anglais ?

    Une fois de plus l’europe sera le prochain champ de bataille mondial et nous sommes à découvert et désarmés.

    Bonne journée quand-même..


    • Antoine Diederick 9 novembre 2010 12:33

      Certain demandent la réintroduction de l’or comme étalon , du moins partiellement....

      "Ne misez donc plus sur une prospérité économique qui nous viendrait de l’Ouest. Attendez-vous en revanche à un regain des réflexes protectionnistes, mercantilistes et des autres instincts conflictuels qui marquent la fin des Empires. « 

      Le principe sur lequel s’appuie la mondialisation est celui du »relais de croissance« des pays dits »émergents« . Ce credo suppose l’interconnection des économies nationales que nous soyons tous partenaires des pays à pays , et ceci loyalement, sans arrière-pensées..... smiley

      Or donc, le nouvel ordre mondial s’essouffle en effet.....c’est la recomposition géo-politique en cours. Bref, tout le monde veut bien les avantages mais pas les inconvénients du mondialisme....

       »Je veux bien jouer avec vous, si je gagne " smiley


      • labulle 9 novembre 2010 13:18

        « Je veux bien jouer avec vous, si je gagne » c’est bien une réaction de gosse de riche, ce que nous sommes !

        A la fin de la deuxième guerre mondiale, les nazis ont perdu la guerre lorsqu’ils n’avaient plus d’essence à mettre dans leurs véhicules(il existe une photo d’un camion tiré par des mules).
        Ceci pour dire que les américains ont déjà utilisés l’argument de la guerre pour péréniser leur hégémonie et ils continueront jusqu’à la phase vécue par les nazis. C’est bien dit monsieur Santi « Croulant sous le poids de dépenses militaires tout à fait superflues », car les américains sont proches de cette phase de fin de régne. Sauront-ils rapatrier toutes leurs forces ?
        En ce qui concerne l’économie, les chinois ont lancé la curée en investissant leurs dollars en excès sur toute la planète, dont en Europe. Nous sommes les meilleurs nous les européens, nous vendons nos biens (entreprises, moyens industriels) contre des dollars qui n’ont plus de valeur !


        • robin 9 novembre 2010 13:35

          Commencez à lire (ou à relire) la révélation et surtout au chapitre « chute de la babylone »


          • Taverne Taverne 9 novembre 2010 14:33

            « Etalonnage et talonnettes », plutôt !

            Pour être Franc,
            J’aime pas l’Euro.
            Car il s’est fait sur notre dos.

            « Comptez sur moi,
            Je sais compter »,
            Dans son grand désarroi.
            Le peuple que l’on a trompé.

            Et de voir que le prix à payer,
            C’est encore la montée des prix.
            On nous caché l’inflation
            Comme si c’était une fellation.

            Pour être Franc,
            J’aime pas l’Euro.
            Car il s’est fait sur notre dos.


            • Taverne Taverne 9 novembre 2010 14:34

              Erratum : « Dit, dans son grand désarroi,... »


            • plancherDesVaches 9 novembre 2010 15:36

              Taverne.
              Il va falloir essayer de réfléchir, un jour.

              L’argent est un outil. Un moyen. Sauf pour ceux qui en font une religion.

              Que voyons-nous depuis depuis l’Après-Lehman ?
              Nous voyons des zones économiques de plus en plus soudées pour se séparer du dollar. Évidemment. Les US chutent.

              Pourquoi.. ???
              Parce que tout le monde a compris, sauf toi, que depuis l’attaque de la livre anglaise par soros en 1993, il valait mieux se tenir les coudes monétairement face à des spéculateurs qui veulent le maximum ou défendent des fonds de placement en détruisant les humains et leur pays.

              Donc, constate que l’Euro, utilisé par la première puissance économique mondiale, n’est pas si mauvais que ça.

              Maintenant, oui. Il va falloir faire comme toutes les autres zones économiques mondiales, faire tourner la planche à billet pour le dévaluer.
              Les Allemands y viendront malgré Weimar.


            • Taverne Taverne 9 novembre 2010 15:08
              “Etalonnage et talonnettes” ou Sarkozy au G20
              novembre 9th, 2010

              Mes chansons suivent de près l’actualité…

              Pour être Franc,
              J’aime pas l’Euro.
              Car il s’est fait sur notre dos.

              “Comptez sur moi,
              Je sais compter”,
              Dit, dans son désarroi,
              Le peuple que l’on a trompé.

              Et de voir que le prix à payer,
              C’est encore la montée des prix.
              On nous caché l’inflation
              Comme si c’était une fellation.

              Pour être Franc,
              J’aime pas l’Euro.
              Car il s’est fait sur notre dos.

              Ah l’heureux maniement
              Que la palpation des billets !
              On change de table au Fouquet :
              Ah ! Le remaniement !

              On va changer quelques ministres,
              Distribuer des portefeuilles,
              Et récompenser quelques cuistres
              Pour plaire à Neuilly-n’a-qu’un-oeil.

              Pour être Franc,
              J’aime pas l’Euro.
              Car il s’est fait sur notre dos.

              Le Pouvoir est dur de la feuille ;
              Le pouvoir est sourd comme un pot.
              Mais il continue de brandir la feuille
              De route et la feuille d’impôt.

              Et il nous fait payer plein pot
              La déroute des milliardaires.
              Et il nous dit qu’on a du pot
              De pouvoir jouer au Millionnaire.

              Pour être Franc,
              J’aime pas l’Euro.
              Car il s’est fait sur notre dos.

              Etalonnage et talonnettes,
              Sarkozy présidera le G20
              Avec de grands mots, des pirouettes.
              Mais nous savons que son discours est vain.

              Pendant qu’il joue, ce vaporeux,
              L’euro ne fait pas des heureux
              Et les riches nous tiennent en joue. Va pour eux !
              Mais l’heure ne fait pas des heureux…


              • kemilein 9 novembre 2010 15:16

                « parce que considérée à juste titre comme la locomotive du monde ? »

                oué enfin 400 million de moutons consommateurs a qui on vend n’importe quoi, inculte et fanatique, c’est surtout leur impérialisme et leur dictat industriel sur l’Europe (donc en nous exploitant nous aussi) qu’ils ont bâtie leur empire.

                « L’innovation, l’avance technologique »

                Les USA pour ma part n’ont jamais rien inventé, la plus part de leur grande découverte ce sont des étranger qui ont tafer chez eux car ont les payait plus (c’est dire le vice, l’opportunisme et la cupidité de ces savants -excepté pendant le Seconde, c’était pas pour l’argent-). Le reste, ils l’achètent et dépossèdent leur propriétaire, voyez l’affaire GEMPLUS

                "et, surtout, l’esprit d’entreprise des Américains sont certes intacts mais leur hégémonie appartient bel et bien au passé."

                les entreprises ne sont USA que pour leur intérêt fiscal, si demain la chine est plus attractive, elles iront


                • plancherDesVaches 9 novembre 2010 15:40

                  Tout à fait justement vu.

                  Les US n’ont jamais produit de grands chercheurs. Ils ne font que déposer des brevets pour récupérer la recherche d’autres pays.
                  Mais ceci est normal : l’argent est leur seul dieu.


                • plancherDesVaches 9 novembre 2010 17:33

                  Hé hé hé...

                  Sauf que les détenteurs de ces actifs ne sont pas américains, mais des financiers...

                  A force de vouloir « contrôler » l’extérieur, ils ont oublié que l’ennemi était à l’intérieur.


                • fifilafiloche fifilafiloche 9 novembre 2010 18:22

                  Vous avez raison, M. Santi, contrairement à ce que prétendait Attaturk (qui avait motivé l’adoption par les turcs de l’alphabet Romain et une constitution laïque), l’avenir de la civilisation (l’humanité) n’est plus à l’Ouest. 


                  Et comme vous le précisez, il n’y a pas à le regretter, nous ne représentons après tout, Europe et USA, moins de 10% de la population mondiale et sommes sur représentés dans les institutions mondiales (3 sièges permanents sur 5 à l’ONU, monopole sur les présidences du FMI alors que nous sommes les plus endettés).

                  Nous aurons tout de même réussi à imposer l’usage de nos langues européennes à la majorité de la planète (Anglais, Espagnol, Portugais) et aurons structuré des continents (Afrique, Amérique, Australie) à notre image (Etats).

                  Les pays émergents en excès de trésorerie n’ont aucune raison de nous faire plus de cadeaux que nous ne leur en avons fait, il y a dix ans, quand eux même ont connu des difficultés de liquidités (prêts à des taux supérieurs à 10%). Nous profitons encore de notre histoire en pouvant imprimer de la monnaie sans conséquences dramatiques, puisque nos monnaies ont une utilité internationale. Cela ne pourra durer éternellement, la montée de l’or, les trocs sud sud matière première contre produits manufacturés en témoignent.

                  Un simple exemple, ici au Paraguay, les Renault et Peugeot sont ne se voient dans les rues qu’en occasion. Les marques chinoises représentent la grande majorité des véhicules neufs (JAC motors, Geely pour les voitures, Yamazuky, Leopard, Kenton pour les motos). L’influence commerciale européenne y est, comme en Afrique, en régression rapide.

                  Il faudra s’habituer à voir Brésiliens et Chinois arpenter nos rues comme touristes en remplacement des Américains, s’intéresser aux vitrines de luxe et alimenter ainsi une industrie non délocalisable. Il faudra s’habituer aux donneurs d’ordre étrangers qui imposeront leur culture à nos entreprises. Il faudra être capable d’opérer cette révolution culturelle, de parler d’égal à égal avec des pays que nous dominions antérieurement par notre influence économique et culturelle.

                   Comme la révolution féministe, ce bouleversement des habitudes et des certitudes ne va pas se faire sans douleur, sans incompréhension, mais nous n’aurons d’autre choix que l’accepter. Accepter que nos valeurs internationalistes et interventionnistes soient remises en question par d’autres cultures aux approches différentes, et qu’à notre tour nous soyons économiquement obligés de nous aligner sur des choix étrangers. 

                  Bref, accepter contraints et forcés de ne plus se voir comme le centre du monde. Les habitants de Buenos Aires ont eu besoin de la crise de 2003 pour ravaler leur orgueil légendaire, le microcosme parisien souffrira sans doute de la même manière du décalage entre sa compréhension de son importance et ce déplacement des centres de gravité. 

                  Une grande claque qui ne pourra que remettre les idées en place.

                  • dup 9 novembre 2010 18:41

                    par bêtise , par ignorance ,par incompétance et cupidité des policitiens nous ont vendu à ces bankster. Il ne peut y avoir qu’une solution violente et .

                    http://www.crom.be/article.php?id=48

                    le sang va couler c’est innévitable


                    • Rudolph 9 novembre 2010 19:16

                      vous semblez critiquer le protectionnisme...
                      je pense pour ma part cette mesure être indispensable (même si cela doit être fait de façon intelligente) à moins que l’on ne soit libre échangiste en voulant compresser à tout prix le coût du travail ... Non, le protectionnisme est indispensable d’ici que la richesse soit répartie de façon homogène dans le monde, il ne s’agit pas d’un réflexe grégaire mais d’une solution transitoire tant que les égoïsmes engendreront des inégalités dans le monde (cad probablement ad vitam aeternam)


                      • HELIOS HELIOS 9 novembre 2010 22:33

                        Voila un article interressant... pas dans sa réalité ni dans son ecriture, on remercie l’auteur d’avoir fait le boulot, mais dans la démarche.

                        Depuis 2008 on voit tout et rien. La mort du capitalisme, la ruine de l’occident, la domination americaine et le renoncement européen et, pourquoi pas, le NWO.

                        En prenant un peu de recul et en mettant en regard de la vitesse des civilisations, notre petit « detail » des subprimes et des attermoiements qui perdurent un peu, sont noyés dans le « bruit blanc » de l’histoire. Bref, nous le vivons au quotidien, mais cela n’existe pas ou tres peu, exactement comme les avatars des traités européens et de l’avenir de notre sous continent.

                        Evidement, tout peut arriver : accident de l’histoire, recession, guerre civile et peut etre plus, le suicide de l’occident, n’en doutons pas qui toucherait les deux cotés de l’atlantique
                        au minimum, sont des eventualités... Comment imaginer que nous en arrivions la ???

                        Alors, oui, notre societé (americaine, europeenne) est encore bien vivante... elle bouge encore et pour longtemps.
                        Qu’une des solutions soit le repli provisoire sur nous même soit une des solutions les moins douloureuses pour nous, c’est possible, mais je n’y crois pas trop.

                        En regardant bien, je trouve que nous ne nous portons pas si mal que ça. Dans toutes les technologie nous continuons a avoir une tres grande avance, a tout point de vue. Les taux de croissances phenomenaux que l’on mesute dans les zones surpeuplées d’asie et les megapoles sud americaine (notez, je ne parle que des megapoles) ne sont dus qu’a la perception arithmetique des choses. passer de 1 a 2 c’est 50% de croissance, mais passer de 100 a 101 ce n’est plus que 1% !!! et pourtant la production de richesse est identique.
                         
                        Qu’en sera-t-il du bresil ou de la chine lorsqu’ils auront atteint nos niveaux, de leur croissance ? les peuple tiendrons-ils tout ce temps la avant de recuperer la mise, c’est a dire de profiter du developpement que nous, nous avons mis des siecles a enraciner ? Supporterons-ils les injustices les plus criantes... feront-ils leur revolution et feront-ils table rase des modeles spoliateurs que nous mêmes avons rejetés (eh, sarko, si tu m’entends, ta loi sur les retraites...)

                        Notre monde a nous, va peut etre subir quelques soubresauts, mais je pense sincerement que c’est par notre propre nature d’homme blanc que nous allons nous en sortir. encore une fois, a nous de savoir nous preserver dans notr valeur intrinseque. Que l’europe et la russie se rapproche ou pas , que les etats unis se rapprochent ou pas nous avons cette volonté de batir et de developper depuis des millenaires et cela ne s’arretera pas. Nous ne serons jamais les vassaux des indiens, des chinois ou de quiconque et s’il faut changer les regles du jeux pendant la partie, nous le ferons, nous ne sommes pas à cela pres.

                        Les persepectives de l’avenir proche ne sont ni rejouissantes ni catastrophiques, simplement instables et floues. mais comme un automobiliste dans le brouillard, au fur et a mesure de l’avancement le paysage apparait.... et nous agirons en consequence.

                        C’est pour cela que les choix que nous faison actuellement sont capitaux car ils peuvent nous donner des handicaps chers a superer comme des avantages indeniables sur le petit siècle devant nous. a nous de bien choisir et de nous doter des institutions et des acteurs les plus a mêmes de nous defendre...


                        • oj 10 novembre 2010 01:04

                          je trouve ces phénomènes de transfert de richesses assez naturels.

                          c’est a l’image des jeunes entreprises qui se développent puis vieillissent.

                          Beaucoup de commentaires semblent considérer une decadence de l’occident comme une punition méritée.

                          cela me semble erroné, il il faut sans doute prendre du recul et considérer qu’avec la construction de la mondialisation depuis quelques siècles, le jeu des rééquilibrages amènenet un bloc ou au autre a devenir locomotive pour tirer les autres et qu’avec le temps tous les blocs sont gagnants puisque acquiere plus de savoir de technologie et de pouvoir sur la nature et nous aurons bien besoin de ces quelques milliards d’humains pour aborder les defis d’avenir considérables qui nous attendent.

                          Il y a bien en effet des mouvances brutales car cette evolution se fait de manière Pragmatique et non selon un plan clairement determiné mais c’est l’histoire de l’homme qui avance toujours a marche forcée.

                          Quoi qu’il en soit, au regard de l’histoire, je pense que nous allons vers un système intégré , d’une part parceque vivre sur cette petite planete en se combattant sans cesse a au moins 7 milliards d’humains serait un suicide, d’autre part parceque la pression evolutive nous amene a un necessaire systeme global organisé pour enfin pouvoir utiliser intelligemment ces 7 milliards d’humains et passer une nouvelle etape cruciale de l’évolution


                          • JL JL 14 novembre 2010 10:08

                            Mr Santi, que pensez-vous de cette analyse selon laquelle la Chine ne réévalue pas sa monnaie parce que cela défriserait nos investisseurs du CAC40 ?

                            Autrement dit, peut-on faire des analyses sérieuses de niveau mondial si l’on ne dit pas clairement les choses ? L’Europe est un nain politique et un géant économique. Une proie toute désignée pour les économies mondes - c’est comme ça qu’on dit depuis Braudel ? - qui marchent encore sur deux jambes, je me trompe ? Vu comme ça, on peut dire que l’ennemi de l’Europe est davantage un ennemi intérieur qu’autre chose. La faute à qui ?


                            • slipenfer 14 novembre 2010 19:45

                              SLT .JL

                              cadeaux pour toi avec de l’admiration pour ton travail de réflexion
                              modeste cadeau, mais chouette musicien de qualité.a+++++

                              http://www.deezer.com/fr/music/carmen-maria-vega/carmen-maria-vega-395912#music/carmen-maria-vega/carmen-maria-vega-395912

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès