Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Guerre USA - Iran : une usine détruite à Aulnay-sous-bois

Guerre USA - Iran : une usine détruite à Aulnay-sous-bois

Après la publication du rapport Sartorius sur la situation financière de Peugeot, on se demande s'il n'y aurait pas comme un oubli.

On a beau commencer à être habitués, ça fait toujours quand même bizarre, ces situations où en lisant la presse, en écoutant la radio, on se demande si on est en train de rêver ou si quelqu’un quelque part nous prendrait pas pour des andouilles.

Pour éviter de sombrer dans la folie, on récapitule alors les événements :

 

1/ Une restructuration depuis longtemps annoncée

Le 12 juillet dernier, le groupe automobile français PSA confirmait le plan de restructuration tant redouté depuis des mois, qui allait aboutir notamment à la fermeture de son usine de fabrication d’automobiles à Aulnay sous bois (93). La restructuration, particulièrement catastrophique (8000 suppressions d’emploi, sans compter les conséquences, encore inconnues, sur les sous-traitants), était expliquée par la baisse du marché européen, où le groupe prévoyait une baisse de 10 % de ses ventes.

 

2/ Où l’on apprend que les Iraniens roulent en Peugeot

Parmi toutes les réactions atterrées que cette annonce avait suscitées, l’une d’elles détonait : le délégué syndical CGT de la boîte pointait comme principal responsable des difficultés l’abandon par Peugot du marché iranien depuis février 2012.

Marché sur lequel Peugeot avait écoulé pas moins de 455.000 véhicules en 2011, en partenariat avec un constructeur local nommé Khodro.

Et ça, 455.000 véhicules, même en partageant le bénéfice avec un autre, c’est pas rien. Ca représenterait même pas loin de 13 % des ventes mondiales de Peugeot en 2011 (3.549.000 véhicules).

Pourquoi diable Peugeot avait-elle donc décidé d’abandonner ce marché considérable ?

La réponse de la direction était confuse, invoquant un problème de financement lié à des sanctions financières européennes prises contre l’Iran qui gêneraient les paiements interbancaires. Elle minimisait par ailleurs l’impact de l’abandon du marché iranien, évaluant le manque à gagner à 640 à 850 millions d’euros. Autant dire trois fois rien.

 

3/ Où l’on apprend qu’Obama est actionnaire de Peugeot

Or l’argument du problème bancaire était ridicule, d’autres firmes faisant sans problèmes des affaires en Iran.

La réalité était plus crue. En février 2012, PSA avait noué une alliance avec General Motors, firme états-unienne détenue à 60 % par l’Etat fédéral (oui, oui, une entreprise publique aux USA : c’est ce qu’on appelle la socialisation des pertes en période de crise), qui est entrée dans le capital de PSA à hauteur de 7 %.

Or l’actionnaire principal du nouvel ami de Peugeot (les USA, donc) est bien connu pour chercher des noises à l’Iran. L’Iran, ennemi de l’impérialisme et d’Israël, qui accueille le sommet des pays non aligné, l’Iran allié de la Syrie. C’est donc l’administration Obama qui a demandé à General Motors d’imposer à Peugeot de se retirer du marché iranien. Cette décision semble même avoir été une condition préalable à l’entrée de GM dans le capital de Peugeot.

Comme quoi une firme capitaliste est capable de sacrifier ses intérêts pour une décision d’ordre purement politique, lorsqu’il le faut vraiment. On aurait pas cru. Ils doivent vraiment pas être sympas, ces Iraniens.

 

4/ Où un rapport gouvernemental nous apprend que Peugeot n’est pas assez mondialisée

Nous voilà arrivés au 11 septembre 2012, date à laquelle le ministère du redressement productif (ne riez pas, merci) a rendu public le rapport dit « Sartorius » qui était censé faire la lumière sur la situation économique de Peugeot et vérifier si le plan de restructuration était inévitable.

Surprise : la restructuration s’avère inévitable.

Les réactions à ce rapport n’ont pas brillé par leur originalité :

Le gouvernement veut limiter la casse, le Front de gauche refuse de sacrifier l’intérêt du plus grand nombre à l’intérêt des bancques, et le FN accuse l’Etat de ne pas tout faire pour protéger l’industrie nationale contre la concurrence déloyale. Thibault et Chérèque, eux, attendent un autre rapport pour se prononcer.

Et c’est vrai que les rapports, on en a jamais assez. Même un troisième ça serait pas mal pour être sûrs.

De son côté, la presse fustige les « erreurs stratégiques » de Peugeot, coupable d’avoir « manqué d’ambition dans l’internationalisation du groupe »

Bah oui, s’ils avaient délocalisé plus tôt la production à l’étranger, z’auraient pas eu besoin de supprimer des emplois aujourd’hui ; logique, non ?

 

5/ Où l’on cherche vainement le mot Iran dans le rapport

Bon, à part ça, on se frotte les yeux, on cherche dans tous les articles de presse, et on trouve rien à propos de l’Iran. Finalement, c’était important ou pas l’Iran ? C’est ça ou c’est pas ça qui a fait couler le groupe ? On aimerait bien savoir, mais on nous dit rien.

Alors puisque les journalistes sont des feignasses, on va remonter à la source, on va se taper le rapport Sartorius. Vu que ça fait 47 pages, il en aura bien consacré une au marché iranien (13 % des ventes en 2011, je le rappelle) ?

Eh bien non, on trouve rien. Mais alors, rien.

Pour en avoir le cœur net, on demande à notre logiciel visionneur de document pdf de rechercher le mot « Iran », des fois qu’on l’aurait loupé. Et là on trouve UNE occurrence, dans un tableau intitulé « Répartition géographique des immatriculations PSA (VP+VC) en 2011 (hors Iran) ».

Vous pouvez faire l’expérience par vous-même. Le seul endroit où le rapport mentionne l’existence du marché iranien, c’est pour dire qu’il en fait abstraction, sans aucunement expliquer pourquoi.

D’ailleurs, dans un autre tableau (page 7), le rapport mentionne sans aucun problème une répartition des ventes dans le monde dont le total est toujours inférieur à 100 %. Ça lui pose aucune difficulté. Il a juste supprimé une ligne comme d’autres effaçaient des visages sur les photos officielles en d’autres époques et en d’autres lieux. George Orwell, si tu nous lis : ne te sens pas dépaysé.

 

6/ Où l’on se demande si l’on ne serait pas pris pour des truffes

C’est donc assez raide à quel point le rapporteur se fiche de notre poire. Même en étant de mauvaise foi, il aurait pu expédier le truc un un paragraphe, du genre « contrairement aux allégations de complotistes mal dégrossis, l’abandon du marché iranien et de ses 455.000 véhicules par an n’a eu qu’une incidence dérisoire sur la santé de l’entreprise  ». Il aurait aligné trois chiffres, embrouillé le bazar, crac, boum, c’était plié.

Mais non, même pas. Ils s’en cognent tellement de ce qu’on pense qu’ils ne prennent même plus la peine d’emballer leurs foutaises.

 

Sinon, le rapport nous apprend quand même que, toutes filiales confondues (banque, équipementier...), le groupe PSA n’est pas en déficit au 1er semestre 2012, vu que seule la branche automobile l’est (page 4). Mais ça, on le savait déjà.

Concernant la branche automobile, les difficultés sont cependant réelles, puisqu’au 1er semestre 2012 le résultat opérationnel courant est négatif de 662 millions d’euros. C’est beaucoup. Mais ceux qui ont lu tout cet article depuis le début savent que l’impact de l’abandon du marché iranien était censé coûter 640 à 850 millions d’euros, et que c’était pas beaucoup. D’accord, c’est sur une année, pas sur 6 mois. Mais quand même.

Bon, ben, sinon, pour finir sur une note positive, le rapport Sartorius trouve que l’alliance de Peugeot avec General Motors est plutôt une bonne idée, mais estime qu'il faut faire gaffe quand même que ça supprime pas encore des emplois à force de trouver des synergies (sur les achats aux sous-traitants, par exemple, qui pourraient désormais tous se faire aux Etats-Unis).

Mais vu la réussite de l'alliance avec GM jusqu'ici, on aurait tort d'être inquiets.


Moyenne des avis sur cet article :  4.8/5   (100 votes)




Réagissez à l'article

55 réactions à cet article    


  • pissefroid pissefroid 14 septembre 2012 09:57

    j’ai fait une recherche yahoo avec « peugeot » et « iran » et je tombe sur :

    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/20110304trib000605972/comment-l-iran-est-devenu-le-deuxieme-marche-de-peugeot-apres-la-france.html

    L’iran est le deuxième marché peugeot après la france (5 mars 2011).
    L’abandon du marché iranien et par conséquence les pertes d’emploi sont donc imputables aux politiques.


    • Aldous Aldous 14 septembre 2012 11:46

      Etait.

      Les travailleurs de Peugeau licenciés sont des victimes collatérales de l’ambargo OTANnesque sur l’IRAN.

      Ils sont donc les victimes de Sarko, qui a fait réintégrer le commandement de l’OTAN à la France et en vertu de quoi nous sommes aux ordres du Pentagone.


    • Chiitedeservice subcommandante 14 septembre 2012 13:34

      pissefroid,

      oui mais ils vont nous bombarder avec une bombe, la liberté n’a pas de prix smiley

    • kaisersam 14 septembre 2012 13:47

      Bon c’est quand qu’on ressort la Guillotine ?


    • bigglop bigglop 14 septembre 2012 17:32

      Bonjour à tous,

      L’explication « technique » est que ces véhicules peuvent être transformés en véhicules de combat en équipant leur châssis de mitrailleuses lourdes ou autres matériels.

      A la suite du Non de la France à la seconde guerre d’Irak, les USA de Bush Jr nous l’ont fait payer :

      Ils ont utilisé le concept de dette odieuse en contraignant la France et d’autres pays à renoncer à leur créance sur l’état irakien, prix à payer soit 3 milliards de dollars

      Chirac et les médias n’en ont pas parlé


    • bigglop bigglop 14 septembre 2012 17:39

      Au fait, aucun politique ou média ne s’insurge de la dette publique odieuse comme l’ont fait les islandais, qui eux ont des « cojones »


    • Jurassix Jurassix 15 septembre 2012 00:12

      @altous : faux, Sarko n’y est pour rien, pas meme l’OTAN. Les entreprises americaines ont interdiction de traiter avec lran. Quand one se fait racheter, on abandonne toutes tractations (vecu), meme si la sante financiere de l’entreprise va en souffrir.

      Ce que l’article montre surtout, c’est qu’a part l’iran, PSA n’a rien hors europe. Un mono marche morose, une stragtegie de delopement nombrilesque, les oila les causes de ce drame industriel, et par consequent humain.

    • Mapaulo Mapaulo 15 septembre 2012 13:53

      Les troll sont encore de sortie ce WE. Éclairage sur l’Iran selon PCA Peugeot Citroën : Si Iran Khodro représentait 450 000 ventes pour Peugeot, il ne s’agit que de collections CKD importées dans l’ex pays du Shah. Un Completely Knock Down (ou CKD) bien connu au pays de la chanson de Brel, cela ressemble à des pièces embouties dans nos usines nationales, huilées et emballées dans des « box anti-rust » à Vesoul pour être expédiées via transport maritime à Téhéran pour être finalement ferrées, peintes et montées à plus de 95% par des Iraniens sur le site de Khodro qui assembla également des Mercedes,Kia,et autres Renault Tondar. Situé à quelques 500 m de là, l’autre site Iranien « SAIPA » qui lui assemblait des Citroën Xantia depuis des lustres. Traduit en terme d’emploi chez PSA, l’Iran pour la marque Peugeot c’est 15 expatriés sur Téhéran (certains avec leurs épouses bâchées sur place) qui n’ont pas grande valeur ajoutée à part quelques audio par mois pour donner les détails sur le dernier process en vue, vu que les Iraniens n’en font qu’à leur tête, et tant pis pour la qualité et les référentiels métiers. Comme Khodro assemble aussi de la 206, chez PSA à Mulhouse celà correspond à 10 employés, à PSA Sochaux environ 5 employés, soit au total l’activité Française générée par PSA en IRAN c’est 30 employés et à Vesoul, à la fermeture du marché environ 300 intérimaires (CDD) variable d’ajustement dans l’automobile.
      Côté financier, la marge opérationnelle part groupe au véhicule assemblé ne dépasse par 100€ au véhicule à comparer aux 1200€ pour la gamme Entry de Renault, ou encore 1400€ pour la marque VW et à la perte de 1000€ par véhicule pour le groupe PSA.
      Aujourd’hui les 15 expatriés PSA d’Iran Khodro sont contents d’être rentrés à la maison, leur épouse encore plus reconnaissante, et ils pourront continuer de boire leur whisky favori à 15€ acheté en France au lieu de 150€ négocié au marché noir sur Téhéran...lol
      Le 1er à se retirer de l’Iran fut le Coréen avec sa marque Kia, le second Mercedes, suivi de Citroën et finalement Peugeot. Il faut dire que les transactions bancaires avec l’Iran étaient fortement perturbées par le mauvais fonctionnement des banques, un peu comme chez Peugeot Nigéria dans ses dernières années. Mais maintenant l’Afrique automobile avec CFAO se conjugue au Yen avec Toyota. Finalement, Khodro est bien content, avec le transfert de technologies PSA il a réussi sur la base de la plateforme 206 à produire sa propre Dena, suivie de sa Runna nationale et même SAIPA a fait sa petite micrator. Les Iraniens « ont chié dans les bottes de PSA en leur faisant croire qu’ils avaient mis le pied dans une merde ».
      Au final, un seul fait de la résistance en Iran, Renault avec sa Tondar équipée de série d’une boussole sur la planche de bord pour que le citoyen Iranien puisse savoir ou se tourner en cas de prière...
      Alors si aujourd’hui le groupe PSA est obligé de se restructurer à l’image de l’ex géant GM, ce n’est surtout pas de la faute des Iraniens mais certainement par manque de profitabilité, manque de vision et de compétitivité. Ps : en Chine à Wuhan, la profitabilité au travers de la Joint-Venture Dongfeng ressort à 130€ au véhicule, pas de quoi en faire ses « choux gras ».
      Conseil : ce WE allez à Maîche à la fête du cheval Comtois, vous y verrez de vrais bourrins, sur 4 pattes et sans chapeu, et avec un peu de chance vous croiserez notre ministre de finances et sa jeune pouliche. Cet article je le dédie à M. Mercier, de la cgt....relol


    • T.REX T.REX 15 septembre 2012 14:48

      MAIS LA QUESTION QUI SE POSE POUR QUE L’ÉNIGME SOIT RÉSOLUE ET LE SCENARIO TIENNE DEBOUT C’est  :

      POURQUOI LE GROUPE PSA SERAIT ASSEZ IDIOT POUR S’ALLIER A GENERAL MOTORS SI LA CONDITION EN EST DE PERDRE SON PLUS GROS ET JUTEUX MARCHE : l’IRAN !!

      Quel entreprise est assez folle pour faire une alliance qui la mette dans le rouge ?
      Qu’est ce que PSA avait à y gagner ? Il faut trouver le (l’auto) mobile pour comprendre qui est le coupable .

      En clair, à qui profite le crime ? Là est la question !


    • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 15 septembre 2012 18:42

      Très interessant, dont acte, Mapaulo.
      euh à part : « (certains avec leurs épouses bâchées sur place) »
      ça question trolling ça se pose là...


    • snoid 15 septembre 2012 20:45

      a Jurassic

      Faux les US vendent du blé aux iraniens sous le faux prétexte humanitaire.


    • lapindebois lapindebois 15 septembre 2012 21:28

      @Mapaulo
      Merci pour toutes ces précisions, vous semblez bien connaître le dossier ; mais la question est : pourquoi ces données ne figurent-elles pas dans le rapport Sartorius ?
      Sur le fond : 100 € de marge par kit sur 455000 kits, ça fait quand même 45 millions en moins dans le résultat, et en période de vache maigre il parait suicidaire de cracher dessus.
      Par ailleurs l’aspect purement financier n’est pas forcément le plus important. En réalité les pertes de la branche auto sont compensées par les bénéfices des autres branches et le groupe reste légèrement bénéficiaire au 1er semestre 2012.
      En fait le principal problème pointé dans le rapport pour justifier la restructuration est la sous-utilisation des moyens de production (61,4 % d’utilisation sur l’ensemble des usines européennes en 2011). Et là, l’abandon de 13 % des véhicules produits a pu fortement peser dans la balance.


    • CHIMERE 16 septembre 2012 06:15

      @Jurassix,


      C’est vrai,Peugeot ne s’est jamais développé à l’étranger,je peux en témoigner,j’ai vécu en Afrique,et bien,j’ai jamais vu une seule Peugeot....

    • Mapaulo Mapaulo 16 septembre 2012 12:17

      Cher Rabbit Hood, les surcapacités de production en Europe sont bien présentes chez PSA comme vous le soulignez si bien, et il leur en coûtera quelque 12500 emplois pour passer le cap de l’ajustement à l’indicateur Harbour dans les 5 ans. Concernant la perte du marché Iranien, rassurez vous, la valeur ajoutée était inexistante pour PSA puisque le Ferrage, la Peinture et le Montage étaient à 100% locaux (Téhéran). Le plus à plaindre restant le site de Vesoul et le fournisseur du bois pour réaliser les caisses du CKD, les transporteurs pour les emmener au port (Fob), les équipementiers de l’automobile et les douaniers Iraniens qui devaient bien « se sucrer » au passage. Maintenant pour le consommateur Iranien, il continuera de rouler Khodro ou Saïpa avec les Dena et Runna locales ou encore la mini SAIPA.
      Le principal problème de PCA Peugeot Citroën pour la construction de véhicules automobiles en France reste le taux de charges sociales patronales qui représentent 780€ par véhicule et ça le Président Goshn l’a compris depuis longtemps avec sa gamme Entry qui ressort avec une profitabilité à plus de 800€ par automobile (quand PSA en perd 1000) ce qui lui permet de maintenir un certain nombre d’emplois en France dans le même temps. Concernant la sphère Peugeot, avec Banque Finance, Faurecia ou encore GEFCO, je vous rejoins mais sachez que ceux ci ne doivent leur existence qu’à la bonne santé du constructeur PSA à l’image de la Fiev (les équipementiers) qui marge encore à 6%.
      Maintenant pour rester compétitif face à des coréens comme Hyundai/Kia qui font une percée en Europe, PSA devra aussi se séparer de 2500 employés, ce qui correspond au différentiel de compétitivité en main d’oeuvre directe. En résumé le rapport Sartorius n’apporte rien de nouveau que nous connaissions et surtout pas la moindre piste pour remettre Peugeot sur les rails...


    • Mapaulo Mapaulo 16 septembre 2012 12:20

      Mdr le guitariste, je vois que vous n’êtes jamais allé à Téhéran avec votre épouse parce que « la bâche » c’est dès l’aéroport de CDG à Paris qu’elle devra la mettre...lol


    • Mapaulo Mapaulo 16 septembre 2012 12:35

      Cessez de vous flagoner avec vos propres Chimères car Peugeot a eu des usines d’assemblage en Afrique : Zimbabwe, Nigéria, Egypte, Algérie, Maroc. Il s’agissait de partenariats de faible cadence (moins de 15 véhicules/heure alors qu’une ligne de production normale représente en général 60 véhicules/heure)


    • Valparaiso Valparaiso 17 septembre 2012 09:16

      Merci pour ces précisions. On sent que vous paitrisez le dossier ! Ca équilibre l’article.
      Par contre, l’orthographe... la maitrise est moins bonne ^^


    • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 14 septembre 2012 10:20

      Très bon votre titre ! Il résume la situation.
      Ceci-dit, quand j’ai vu l’interview d’un ouvrier d’Aulnay qui est reparti dans sa caisse, japonaise, à la fin... je me dit qu’il faudrait aussi éduquer les troupes...


      • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 14 septembre 2012 10:23

        Il est évident que les clefs d’Aulnay ne sont pas dans les mains de Montaubourg, mais dans celles de Fabius, ce qui est aussi logique que désespérant, Fabius servant qui l’on sait.


      • Aldous Aldous 14 septembre 2012 14:10

        ’tisémiiiiite !


      • Png persona-nongrata 14 septembre 2012 15:26

        En effet encore ces putains de sionistes...


      • Aurevoiràjamais Aurevoiràjamais 14 septembre 2012 15:45

        Une grande partie des Iraniens sont sémites !!?

        Alors qu’est-ce qu’on fait maintenant ?


      • Aldous Aldous 14 septembre 2012 18:02

        oui mais antisémite (c) c’est une marque déposée.


      • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 14 septembre 2012 19:08

        j’en ferai part à BHL


      • pat30 pat30 15 septembre 2012 00:39
        Et si on parlait des « Young-leaders »





      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 14 septembre 2012 10:59

        Ben c’est pas compliqué, il n’y a plus qu’à délaisser les marques locaustes comme dacia et skoda qui sont des sous répliques de golf ou des maquillages de renault 12 fabriquées en Europe de l’est.
        Il faut aussi délaisser les mercos et autres bm et odi qui ne peuvent rouler que sur les autoroutes payantes...et rouler en Peugeot ou même Citroën, nos meilleurs ennemis les adoraient pendant la dernière guerre. Toutes les façons la voiture à pétrole est dépassée : http://video.google.com/videoplay?docid=7352118104883452737


        • JM 14 septembre 2012 11:56

          Merci beaucoup à l’auteur pour avoir rassemblé des morceaux éparpillés un peu partout.

          Je peux comprendre qu’un actionnaire fasse pression, mais si le marché Iranien de PSA déplait aux ricains, rien ne les empêchent de quitter le bateau, ou de dédommager PSA.

          Je rappelle quand même à tous, que le merdier actuel issu de l’implosion des Subprimes nous a été concocté par des Banques US (Qui maintenant en profite encore davantage !)

          Par ailleurs, je tiens à rappeler les lecteurs, que PSA a inauguré en grandes pompes une Usine au Brésil et auparavant une en Chine il n’y a que quelques années. C’est pas la merde pour tous les salariés PSA au monde ! Pourquoi ne pas fermer l’usine en Chine pour sauver l’usine française, d’un groupe au départ FRANCAIS !

          Comme on veux maintenant faire trinquer les salariés d’Aulnay, rappelez-vous en si vous deviez acheter une voiture neuve prochainement (pour ceux qui en ont encore les moyens). Voulez-vous vraiment acheter une voiture fabriquée en Europe de l’Est, Brésilienne ou Chinoise ? BOYCOTT. Il n’y a que comme cela, que l’on peut faire fléchir le capital, en le frappant là où ça fait mal.


          • jef88 jef88 14 septembre 2012 18:29

            OUI !
            Mais les ricains imposent au monde des règles qu’eux ne respectent pas .....


          • maQiavel machiavel1983 14 septembre 2012 11:58

            Comme quoi une firme capitaliste est capable de sacrifier ses intérêts pour une décision d’ordre purement politique, lorsqu’il le faut vraiment.

            R / Eh oui , ça parait bizarre mais pourtant ...
            Mais ne vous inquiétez pas en cas de conquête militaire de l’ Iran , les détenteurs du capital vont bien capitaliser ... sauf qu’ ils ne seront pas les mêmes que ceux qui perdent aujourd’hui !
            La plupart du temps les capitalistes sont occupés à se battre entre eux !


            • BlackMatter 14 septembre 2012 12:16

              Que l’UE et la France prennent des sanctions économiques et boycottent l’Iran ne me pose pas de problème. C’est un moyen de sanctions acceptables.

              Mais qu’on ne puisse pas prendre de sanctions contre Israël et qu’on ne puisse boycotter ses produits au prétexte que ce serait raciste et antisémite, j’y vois deux poids deux mesures.

              • Aldous Aldous 14 septembre 2012 14:09

                Il conviendrait de ne pas confondre juif et sioniste.


                On peut être juif et ne pas avoir envie de coloniser la Cisjordanie (et ils sont de plus en plus nombreux a le dire) et on peut être juif sans vouloir que les USA bombardent l’Iran (pour l’instant ceux la ferment leur gueule, mais je pense qu’il y en a)



              • TotoRhino TotoRhino 14 septembre 2012 13:15

                Excellent article, merci !


                • hunter hunter 14 septembre 2012 13:36

                  Salut à tous :

                  autre hypothèse : faire que PSA Peugeot Citroën se casse la gueule, et que GM reprenne tout ça ?

                  On sait bien qu’un des objectifs des psychopathes du NOM est d’avoir au maximum trois constructeurs mondiaux, et surtout pas de français, car ils nous haïssent depuis des lustres, avec nos systèmes sociaux de solidarité ; ils ne rêvent que de nous mettre au niveau de la Chine, et avec 5 ans de Sarko suivis de 5 ans d’Hollande, ben ils risquent bien (malheureusement) d’y arriver !

                  Be seeing you

                  h/


                  • alberto alberto 14 septembre 2012 14:24

                    Concernant le soutien de GM par l’État US : Une question ?

                    On peut constater au passage que l’OMC est vraiment un truc à géométrie variable actionné à bon escient quand ça arrange le Capitalisme : concurrence libre et non faussée, pas de subventions gouvernementale ni d’aides de l’État, bla-bla-bla, etc...Mais que s’amène la crise au cul verdâtre et on s’assoit soudain sur tous ces grands principes pour vanter l’intervention salutaire du même État pour sauvegarder les emplois et rebla-bla, etc...

                    A noter que pour diriger ce machin (l’OMC) on a trouvé le mec idoine : Pascal Lamy grand chantre de la mondialisation, copain de DSK et ex-trésorier du Siècle : une perle !

                    Ainsi qu’énoncé par l’auteur de cet excellent article : on nous prend vraiment pour des andouilles !

                    Bien à vous.


                    • bacchus bacchus 14 septembre 2012 14:33

                      Bonjour,
                      En juillet, un auditeur sur F Inter pose la question à Montebourg concernant l’Iran et Peugeot en lui priant de répondre sans langue de bois. Le ministre botte en touche en expliquant que le rapport Sartorius fera « toute la lumière sur ce sujet ».
                      Quand j’ai vu que dans rapport cela n’a jamais été mentionné, il m’en fallut pas plus pour comprendre qu’on se fou vraiment de nous.
                      Connaissant le fonctionnement des medias et du sens des fameuses « versions officiels », si un tel élément à été éludé, c’est donc certain, la fermeture d’Aulnay n’est pas la conséquence de ce que l’on veut nous faire « gober ».


                      • spartacus spartacus 14 septembre 2012 14:37

                        Sartorius ?

                        Pour ceux qui ignorent c’est le dieu du rapport a la con, qui dit ce qu’on lui dit de dire. Il est capable sans se déplacer de réaliser 48 pages pour ne rien dire...

                        Des exemples passés ?

                        Un rapport inégalable de bêtise sur la terrible « pandémie » grippale H5n1 qui allait s’abattre sur la France ! 
                        A la suite du rapport la France a acheté ......50 millions de vaccins jetables à la poubelle  !

                        Un rapport totalement a coté du sujet sur les « SSII et les SICT » classé sans suite pour "incompétence sur le sujet.

                        C’est dire si ces rapports sont fiables !

                        Sur le fond
                        -L’auteur a raison sur le fait que le marché Iranien est certainement à 75% le 1er problème des difficultés de ce groupe qui jusque présent était géré en père de famille, sainement.

                        -L’auteur impute à l’actionnaire GM la faute. C’est peu crédible, il n’a que 7% des actions, ses exigences peuvent être contenues.
                        Ce qui est vrai le 7 Mars 2012, toutes les banques iraniennes identifiées comme des institutions en violation des sanctions de l’UE ont été déconnectés de la SWIFT , Le système qu’utilisent toutes les banques pour transférer de l’argent.. (source wikipédia).

                        -La vraie raison sont les sanctions économiques contre l’Iran et la fermeture des transactions bancaires. 

                        La question qui se pose est la pertinence de celles ci et l’impact sur la libre circulation du commerce et des services, indispensable à toute économie de marché.

                        • barbapapa barbapapa 14 septembre 2012 15:46

                          C’est bien connu tu tombes de vélo c’est les USA.
                          Tu te casse un bras c’est la CIA.
                          T’as une indigestion c’est coca cola.
                          Il pleut c’est les états unis.


                        • lapindebois lapindebois 15 septembre 2012 21:53

                          Sur le poids de GM dans la décision : Celle-ci est entrée dans le capital de Peugeot en février 2012 dans le cadre d’une augmentation de capital d’un milliard d’euros. Cette arrivée a été décrite comme une bouffée d’air pour Peugeot, non seulement grâce à l’apport de capital mais aussi en raison des bénéfices attendus de cette alliance (même s’ils déchantent aujourd’hui). Il est possible que le sacrifice du marché iranien ait été négocié comme un préalable à l’entrée de GM dans le capital. Ce n’est pas une décision prise après coup par le détenteur de 7% du capital.

                          Sur la fermeture des transactions bancaires avec l’Iran : manifestement celle-ci n’empêche pas Renault d’augmenter ses ventes en Iran de son côté (voir ici). Ca ressemble bien à un prétexte fallacieux.


                        • Mapaulo Mapaulo 16 septembre 2012 11:54

                          Cher Rabbit, vous avez raison pour le groupe Renault qui a su conserver des circuits « hors chemins » pour réussir à se faire payer par les iraniens et ainsi passer au dessus de la jambe des USA...ou de Hillary,lol


                        • PapySkoot 14 septembre 2012 15:07

                          Juste pour savoir. y’a des gens qui ont lu l’article remonté par Pissefroid ?

                          On y apprend que Peugeot ne vend AUCUNE voiture en Iran. Il vend des pièces détachées qui sont totalement intégrées en IRAN et vendue sous licence.

                          On y apprend aussi que cela représente un chiffre d’affaire de 1,5 à 2% du chiffre d’affaire de Peugeot.

                          Bref, l’article confirme que c’est des clopinettes. Maintenant c’est bien d’essayer de trouver un bouc émissaire à la débacle de Peugeot. Plus facile de dire que c’est de la faute du méchant Oncle Sam que de la faute des patrons francais de Peugeot.

                          On vire dans le délire total... Arriver à accuser les USA pour la débacle de Peugeot. On a peur de rien ici.

                          Cdlt

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

lapindebois

lapindebois
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès