Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Histoire de l’économie physique

Histoire de l’économie physique

L’économie monétaire est présente partout. Seulement cette économie marche sur la tête. Ainsi beaucoup d’économistes se basant sur cette théorie nous trompent. L’argent n’est qu’un moyen pour obtenir des richesses, contrairement à ce qu’implique la logique de l’économie monétaire. L’économie physique vous explique comment ces richesses pouvant pour certaines s’acheter sont produites.

Les grecs utilisaient des esclaves dans leur industrie parce qu’il n’y avait pas les machines à moteur. Cela vous paraît évident mais ce principe de moindre action est remis en question aujourd’hui. En effet en 2013 beaucoup se plaignent des machines-outils. Le problème est avant tout que la France n’en fabrique plus. L’esclavagisme a alors causé l’implosion de la civilisation romaine. Cela mis fin temporairement aux découvertes scientifiques grecques.

Les grecs utilisaient beaucoup la géométrie dans les mathématiques. Ils ont ansi défini le principe de mondre action permettant de créer facilement des figures géométriques. Cela leur permettait d’élever leur esprit pour comprendre comment construire dans l’espace. Aujourd’hui encore la géométrie est essentielle pour comprendre l’infiniment petit. Or elle est insuffisamment enseignée depuis les années 1960.

Au XVe siècle Nicolas de Cuse définit le principe de minimum maximum lié avec la transformation d’arc de cercle en droite. Cette démonstration est issue du principe de moindre action des grecs. Nicolas de Cuse démontre aussi qu’il est impossible de créer un cercle à partir d’un polygone. Il met donc en avant la notion d’infini, présente partout dans l’univers et dans la vie.

Au XVIe siècle Kepler a géométriquement déterminé le poids de la terre en comprenant les trajectoires elliptiques des planètes du système solaire. Avant les trajectoires des planètes n’étaient pas comprises. Pour comprendre les trajectoires des planètes Kepler a créé le cosmographe. En créant le cosmographe, Kepler a ainsi créé les fondements de la physique mathématique, dépendante de la géométrie. Kepler n’aurait jamais pu déterminer la masse de la terre sans son cosmographe.

PNG - 343 ko
Le cosmographe de Kepler

Pourtant en 2013 la géométrie est enterrée au lycée en France. On dit que c’est pour spécialiser les élèves. Seulement beaucoup d’élèves deviennent alors dépendants de leur propre connaissance, et sont incapables d’évoluer pour que la science évolue. La géométrie de Kepler a pourtant permis de grandes découvertes.

Léonard de Vinci a créé au XVe beaucoup de machines. Vous pouvez voir toutes ses créations dans différents livres d’images. Léonard de Vinci a créé toutes sortes d’engrenages permettant d’élaborer une machine à vapeur. Il utilisait le principe de moindre action, permettant de gagner en efficacité. La machine à vapeur va être ensuite élaborée par Denis Papin au XVIIe siècle.

Denis Papin a été le collaborateur de Leibniz. Leibniz a voulu utiliser le principe de moindre action pour révolutionner l’exploitation minière. Les travaux de Leibniz vont de la philosophie à la science, en passant par l’économie. Leibniz a sublimé le principe de moindre action présent dans l’économie physique afin de permettre de résoudre les problèmes liés à l’esclavage avec les machines de l’époque. Il a fourni ses travaux à la Russie de Pierre Ier, qui a sublimé au XVIIIe siècle la Grande-Bretagne dans l’exploitation minière. Christiaan Huyghens, autre collaborateur de Leibniz, va permettre l’élaboration des moteurs à combustion, beaucoup plus tard cependant.

Au XIXe siècle le physicien Sadi Carnot comprenait que la géométrie permettait d’englober des phénomènes physiques afin de construire des machines. Il élabore le premier système permettant de comprendre l’utilisation de la chaleur, sur laquelle nous avons encore des découvertes à effectuer. Sadi Carnot montre très clairement qu’il existe des moments de contraction et de détente de de la chaleur dans sa machine. Ce système permet de comprendre la thermodynamique. La thermodynamique a permis d’élaborer ensuite les moteurs à combustion.

JPEG - 109.7 ko
La machine Carnot ressemble à un piston

Là encore la géométrie et le principe de moindre action vont permettre de créer le moteur à combustion. L’invention du moteur à combustion va permettre avec le pétrole de donner la possibilité à l’être humain d’abolir législativement l’esclavagisme. Les moteurs nous permettraient aujourd’hui de prétendre à une civilisation humaine créative. C’est ce qu’on élaboré Alexander Hamilton et Friederich List avec la banque d’état. Cette banque crée une monnaie qui appartient au peuple avec un protectionnisme utile.

Notre raison créative nous a toujours séparé de l’animal, comme l’explique Friederich Schiller. Seulement l’économie monétaire, en faisant pression sur la production avec le fameux rapport qualité-prix, fait pression sur les industries et casse toute possibilité de protectionnisme à la Roosevelt puis à la Mendès ou à la De Gaulle, permettant à chaque peuple de faire valoir sa raison créative. Ainsi la guerre de l’Opium promue par le libre échange de Adam Smith, le créateur de l’économie monétaire nous mène aujourd’hui à une finance s’associant aux mafias de la drogue.

L’économie physique explique qu’une économie humaine doit se gérer humainement, c’est à dire en protégeant et en englobant la créativité humaine. L’économie physique est une économie englobant le principe de moindre action possible grâce aux énergies denses. On parle alors d’économie de travail grâce à la densité de flux d’énergie. Les machines vont en effet permettre aux ouvriers d’être plus tranquille, encore faudrait-il qu’ils soient favorisés.

Liens


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Marc Chinal Marc Chinal 24 juillet 2013 14:09

    <<<<<L’argent n’est qu’un moyen pour obtenir des richesses<<<<<
    .
    Et voilà, encore une légende !
    Non, la monnaie n’est pas qu’un simple moyen et ne l’a jamais été (car elle est basée sur la psychologie humaine, sur la notion de rareté, etc).
    La monnaie est une « richesse » en soit car sans valeur, la monnaie ne sert à rien du tout ! Vous pouvez essayer de payer avec des feuilles d’arbres, ça ne marchera pas !


    • Roosevelt_vs_Keynes 24 juillet 2013 14:31

      rhôô.... me dites pas que vous avez jugé tout l’article sur ce détail sémantique... ! :)


    • matthius matthius 24 juillet 2013 15:49

      Je suis d’accord avec vous. L’argent n’est utile que s’il est partagé. C’est pour cela que la cupidité nous mène droit vers notre déclin. J’ai donc amélioré l’article en fonction :
      http://www.economie-reelle.org/Histoire-de-l-economie-physique


    • Marc Chinal Marc Chinal 24 juillet 2013 17:47

      @ matthius :
      .
      <<<<<<L’argent n’est utile que s’il est partagé. <<<<<<

      .
      Allez plus loin dans votre réflexion : s’il est réparti équitablement (ce qui est quasi-impossible car intervient la notion d’héritage, de psychologie humaine de vouloir mettre ses enfants à l’abri, de capacités différentes, de rareté des compétences, etc), et bien si tout le monde en a suffisamment (car il peut être équitablement réparti tout en laissant les gens dans la misère), les prix augmentent, jusqu’à ce qu’il y ait de nouveau déséquilibre et stabilisation des prix...
      Donc, même réparti équitablement, ça ne peut pas être une solution.


    • matthius matthius 24 juillet 2013 19:28

      Le protectionnisme à la Roosevelt permet d’éradiquer toute forme d’usure, notamment avec une monnaie équitable à véritable valeur productive. Roosevelt avait cette envie compréhensible de développer l’Afrique, ce que la France n’a malheureusement pas voulu faire. Quand on développe l’autre on se développe soi.


    • L'enfoiré L’enfoiré 25 juillet 2013 09:41

      Absolument. La monnaie est un outil de partage, de communication entre les biens et les hommes.

      Rien de plus.
      Il est conjoncturel, dépendant de l’environnement, de l’histoire et du progrès.
      Il fluctue en fonction de paramètres divers. 
      Un objet vieillit, se déprécie.
      La différence de prix entre le l’achat et la vente potentielle détermine la perte de valeur.
      Que faire avec un million de dollars au milieu du désert ?
      Un appuie-tête ?
       smiley

    • Marc Chinal Marc Chinal 30 juillet 2013 18:44

      <<<<<Le protectionnisme à la Roosevelt permet d’éradiquer toute forme d’usure,<<<<
      .
      HA bon ? le protectionnisme supprime les intérêts bancaires ?
      Roosevelt a supprimé les intérêts bancaires ?
      Il a fait que l’argent n’était plus rare tout en ayant de la valeur ? (poisson d’avril ?)
      .
      <<<<La monnaie est un outil de partage, de communication entre les biens et les hommes.<<<<
      .
      c’est un outil de gestion, pas de « partage ». Le don, c’est le partage.
      Grâce à la monnaie, on est obligé de voler le travail du voisin, on est obligé de faire de « l’activité » même lorsqu’il n’y a aucun besoin (parce qu’il faut bien « payer les factures »).
      La monnaie n’est pas un « simple outil ». C’est la fin de l’humanité smiley


    • pierrarnard 24 juillet 2013 14:20

      En fait,pour éviter de payer des ouvriers et produire de la richesse, on fait fabriquer des voitures par des robots,ou par des esclaves du bout du monde. .

      Mais les robots ni ces esclaves n’achètent de voiture...

      Alors comment favoriser les ouvriers ???


      • Roosevelt_vs_Keynes 24 juillet 2013 14:54

        Comment favoriser les ouvriers ? En découplant leur vie de celle des spéculateurs.

        Pour ça, faut http://www.couperlesbanquesen2.fr/


      • pierrarnard 24 juillet 2013 16:41

        Si ce ne sont plus les ouvriers qui produisent de la richesse, en quoi intéresseraient t’ils le système ?


      • Marc Chinal Marc Chinal 24 juillet 2013 17:41

        Il sera bien en peine de vous répondre...


      • matthius matthius 24 juillet 2013 18:55

        Il est possible de créer une société où chaque citoyen évolue, une société de chercheurs. Le protectionnisme utile a cet avantage de permettre d’accéder à ce genre de société. Quand on a goutté à la créativité on a envie d’évoluer.


      • S2ndreal 24 juillet 2013 14:28

        Vous fondez le néolibéralisme dont nous vivons le triomphe absolu. Dans l’introduction, vous mettez que l’argent n’est qu’un moyen pour obtenir des richesses. C’est la neutralité de l’argent théorisée par les monétaristes. Leur théorie a « permis » de financiariser l’économie avec le résultat visible.

        Vous supposez ensuite que l’analogie entre l’action de l’énergie sur la matière et l’action de (?) l’argent sur l’économie est pertinente. C’est discutable.

        Un des points de la discussion est la création d’argent par les banques. L’idée est que vous déposez de l’argent à la banque avec la croyance que cet argent vous appartient. La banque prête cet argent à quelqu’un. Il se dit qu’il dispose de cette somme. Au prix d’une reconnaissance de dette, il y a subitement deux fois plus d’argent disponible. Il y a eu création d’argent. La banque va toucher des intérêts sur la somme prêtée. Il y a donc plus que deux fois la somme initiale en circulation. Il y a votre argent, l’argent investi dans l’entreprise, les intérêts payés. Dès que l’emprunteur paye, le volume d’argent en circulation diminue. Pour préserver ses bénéfices, la banque a donc tout intérêt à prêter l’argent qui lui est rendu sur le prêt. Plus ça va vite et plus la banque gagne.

        Cela donne une hausse des dettes en circulation. Plus il y en a, plus les banquiers s’enrichissent. Récemment, le niveau des dettes est devenu douteux. Elles ne seront plus payées. Les banques cessent de prêter. Il y a moins d’argent en circulation. La banque exige de très sévères efforts pour revoir son argent. Si les efforts ne sont pas faits, c’est la banque qui coule. C’est le débiteur ou la banque qui doit mourir. Il y a moins d’argent en circulation. Ce qui reste passe chez le banquier. Tout le monde tire la langue, absolument tout le monde.

        Le truc ne marche pas sur la tête. Il va au bout de sa logique. Elle est faite de dettes à un niveau intenable. L’économie physique est ce qui a lancé ce truc. Il suppose que l’argent ne peut pas être créé. Ce serait, dans votre analogie, créer de l’énergie à partir de rien.

        PS : Dans le principe de moindre action, le seul humain présent est le lecteur du principe. Les humains ne sont pas pris en considération dans l’économie physique. Ils sont comme les atomes.


        • matthius matthius 24 juillet 2013 15:40

          Une théorie sert à comprendre un système. Ce système en l’occurrence c’est notre société qui a pu évoluer grâce aux découvertes scientifiques. Ça n’est pas parce que l’on parle des individus qu’on est pour l’humain.

          Vous allez vers la mauvaise direction. Il n’y a jamais eu autant d’argent qu’aujourd’hui. Je croyais avoir amené que l’argent devenant crédit avait alors une réelle valeur productive, permettant de croître, car il nous est possible de croître encore sur terre parce que beaucoup de terres sont vides et parce que nous n’avons jamais eu autant d’énergie avec le thorium, énergie écologique car elle brûle les déchets de l’uranium. Je vois le Malthus qui sommeille en vous.


        • matthius matthius 24 juillet 2013 15:55

          Je vous une société où la créativité est protégée par un protectionnisme utile, ce qui est loin d’être le cas actuellement. Là je ne fais que suivre l’avancée de nos découvertes.

          http://www.dailymotion.com/video/x1276cy_la-loi-bancaire-est-une-trahison-du-peuple-conference-internet-de-j-cheminade_news

          Aussi sachez qu’un ordinateur est incapable d’introspection, donc un ordinateur réfléchissant comme un humain est impossible actuellement. Quand nous aurons goutté à une société créative peu voudront perdre leur droits.


        • bartneski bartneski 25 juillet 2013 13:03

          La machine a remplacé la main d’œuvre et c’est tant mieux. C’est un véritable outil de progrès social. Là où le bas blesse, c’est que les machines ne paient aucune cotisation sociale. Le jour où les machines paieront pour la sécu, les retraites, le chômage etc... alors les capitalistes réinstaureront l’esclavage si ça leurs coûtent moins cher.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès