Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > J’accuse le FMI

J’accuse le FMI

Quand le FMI maintient mon pays dans le sous-développement

J’accuse les émissaires du FMI de tenir des discours qui participent à maintenir mon pays dans la misère et une dictature au pouvoir opprimant le peuple.

J’accuse le FMI de véhiculer, à travers le discours de ses émissaires dans les mass-médias publics de mon pays, et du monde, des informations qui induisent en erreur les populations et confortent les mauvais droits de leurs gouvernants.

J’accuse les différents émissaires du FMI en Mauritanie de tenir des discours qui ignorent complètement les réalités économiques de mon pays au détriment d’objectifs structurels dictés par leur organisation à nos gouvernants.

J’accuse les mandataires de ces émissaires à Washington et ailleurs de jouer avec la destinée du peuple mauritanien au nom d’engagements pris par des gouvernants qui pillent les ressources publiques et que le FMI conforte dans leur forfait par ses satisfécit publics de leur gestion publique.

J’accuse le FMI de jouer sur les notions d’équilibres économiques pour continuer à maintenir les politiques publiques de mon pays dans un infantilisme qui hypothèque tout développement.

J’accuse les différents émissaires du FMI en Mauritanie de prendre des positions manifestes et publiques hautement médiatisée sur les niveaux de croissance d’agrégats économiques de mon pays, sachant pertinemment qu’ils ne reflètent nullement l’état réel de l’économie ni son niveau de développement.

J’accuse le FMI de continuer à ignorer ce qui advient réellement de ses prêts à facettes multiples quand ils tombent dans l’escarcelle de nos dirigeants et à continuer à les soutenir dans des plans structurels toujours autrement composés et chèrement reconduits.

J’accuse le FMI de continuer à publier dans les travaux de ses experts sur la Mauritanie ce que ses émissaires ne disent pas, maintenant par ses satisfécits annuels nos populations de la misère.

J’accuse le FMI de continuer à multiplier ses mécanismes de prêts, à les diversifier pour soutenir contre toute raison humaine des équilibres macro-économiques qui satisfont sa philosophie économique mais détruisent tout espoir de développement social et humain en Mauritanie.

J’accuse le FMI de continuer à proposer à des pays pauvres et démunies, comme la Mauritanie, des prêts concessionnels, des facilités de crédit, des crédits rapides en misant sur des croissances fictives et des chiffres officiels douteux contribuant à maintenir ces pays dans un endettement structurel sans fin.

J’accuse le FMI, d’avoir démarré depuis plus d’un quart de siècle, des programmes d’ajustement structurel et autres mécanismes subséquents, imposant restrictions et suggestions macro-économiques à mon pays, la Mauritanie, qui est encore, aujourd’hui, pauvre parmi les pauvres.

J’accuse le FMI de continuer d’accompagner par ses satisfécits et prêts concessionnels, les stratégies d’autorités publiques irresponsables et budgétivores spécialisées dans l’utilisation des mécanismes de l’endettement pour « pomper » les moyens du FMI et ceux de la nation.

J’accuse le FMI d’avoir appuyé la Mauritanie dans des programmes d’ajustement structurels, depuis 1985 à nos jours (Plan de redressement économique et financier –PREF-, le Plan de consolidation et de relance- PCR- Plans d’investissements publics (PIP), cadres de lutte contre la pauvreté – CSLP- , des Cadres des dépenses budgétaires à moyen termes –CDMT et autres Budget consolidés d’investissement –BCI- etc. ) avec les résultats qui se reflètent catastrophiquement dans les Indices du développement humain (IDH-PNUD) du pays.

J’accuse le FMI de continuer à féliciter les dirigeants de mon pays pour la « performance » de leur gestion alors que de 1980 et 2012 l'IDH de la Mauritanie n’a augmenté que de 0.5% par an, passant de 0.340 à 0.467 aujourd'hui, ce qui place mon pays au 155ème rang sur 187 pays.

J’accuse le FMI de continuer à féliciter nos dirigeants pour leur gestion publique à travers l’exhibition de taux de "croissance" erronés puisqu’exprimant une exploitation géologique (revenus d’extractions minéralières) constitutive d’une rente financière pour des dirigeants corrompus.

J’accuse le FMI, de continuer à applaudir la « croissance » d’un PIB mauritanien qui n’exprime rien sinon le revenu d’une surexploitation de ressources naturelles non renouvelables et en voie d’épuisement.

J’accuse le FMI de se féliciter, pour mieux appuyer nos gouvernants, d’une croissance dont on sait pertinemment qu’il s’agit d’un "revenu national", détourné par avance, jamais équitablement distribué et qui n’exprime nullement la somme des valeurs ajoutées des unités économiques du pays (s'exprimant par des variations du Produit Intérieur Brut (PIB) réel (corrigé de l'inflation) ou nominal (exprimant la valeur marchande des biens et des services produits par un pays.)).

J’accuse le FMI de continuer à bâtir ses déclarations de satisfaction à l’intention des gouvernants de mon pays sur la variation quantitative d’un agrégat économique (croissance du PIB), alors qu’il n’est pas, loin de là, synonyme de développement.

J’accuse le FMI de justifier ses interventions d’appui et d’endettement de mon pays sur l’appréciation d’une croissance sans développement.

J’accuse le FMI, d’avoir expérimenté avec la Mauritanie, en tant que PVD, PMA et PPTE, tous les circuits de son assistance et que mon pays est aujourd’hui, pauvre, endetté et gouverné dans l’illégalité et l’illégitimité.

Au nom de tous les mendiants qui peuplent les rues de mon pays, de son infrastructure tant industrielle, économique et sociale inexistante, de ses quatre-cinquièmes de la population qui vivent dans la misère et le dénuement complets, de son chômage, lot de toute une jeunesse, de sa capitale qui croule sous l’indigence de ses responsables et le poids de ses quartiers malfamés ; au nom du pays profond qui vit sous le seuil de pauvreté sans les moindres infrastructures de base, son enseignement, faire-valoir de la misère de l’élève, de l’étudiant et de l’enseignant, sa corruption qui gangrène le pays au vu et au su de tout le monde, ses détournements de biens public, commun de la gestion publique, son taux de mortalité (enfant et adultes), l’un des plus élevés du monde, j’accuse le FMI dont les responsables et émissaires en Mauritanie osent déclarer :

« J’ai félicité les autorités pour leur gestion macroéconomique avisée qui a contribué à nourrir le rebond de l’activité économique en 2012, à maîtriser l’inflation et à conforter les marges de manœuvre budgétaire et extérieure. » (Christine Lagarde- Nouakchott- Le 9 janvier 2013)

« Mon séjour m’a permis d'évoquer les excellentes conditions économiques en Mauritanie et les énormes efforts déployés pour le renforcement du niveau de la croissance qui a atteint 7% environ au cours de l'année 2012 ». (Mme Mercedes Vera Martin conduisant une mission du Fonds Monétaire International (FMI)- Nouakchott- jeudi 2 mai 2013)

J’appelle le FMI à revoir à l’égard de mon pays, et certainement de tous les pays dans une situation similaire, ses méthodes et son approche médiatique, celle de ses émissaires afin de ne pas continuer à induire en erreur l’opinion publique dans nos pays.

J’appelle le FMI, à demander à ses émissaires dans mon pays de ne pas conforter par leurs déclarations publiques nos gouvernants dans leur gestion économico-sociale et financière catastrophique.

J’appelle le FMI à remplacer son appréciation publique de la croissance liée au niveau d’un agrégat économique (PIB) non expressif du niveau de développement, par une appréciation de la croissance réelle, celle la somme des valeurs ajoutées des unités économiques du pays à travers leurs exportations de biens (industriels, manufacturés) et de services (issus d’un savoir-faire, de la recherche et développement) et de leur maîtrise technologique et scientifique.

J’appelle le FMI à lier ses appréciations de la Croissance à l’évolution effective de l’indicateur de développement humain (IDH) en Mauritanie pour juger de l’efficacité de son intervention et de l’inefficacité de nos gouvernants.

J’appelle le FMI a ne pas se conforter dans l’appréciation d’équilibres macro-économiques dont il veut forcer la réalisation dans la sphère financière de mon pays à coup de missions d’experts et de prêts concessionnels et de satisfécits, mais de comprendre que depuis plus d’un quart de siècle qu’il intervient en Mauritanie, des générations entières en ont souffert et qu’il aura probablement à rendre compte aux générations futures.

Pr ELY Mustapha


Moyenne des avis sur cet article :  4.57/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • 1 2 + 1 2 + 4 mai 2013 15:54

     J’accuse le F.M.I d’être le plus grand fabriquant de misère, d’injustices et de morts ( dommages collatéraux ) sur toute la planète, d’être uniquement au service des dictateurs financiers pilleurs de richesses, de maintenir un sous-développement dans tous les pays du monde où l’oligarchie mondiale trouve quelque intérêt, d’être le garant le plus immonde du vol de ressources et de matières premières afin de préserver le niveau de vie sans partage des pays occidentaux, d’être un des principaux acteurs dans l’esclavagisme moderne, la tromperie universelle, les contraintes abjectes imposées, la manipulation, les guerres et le malheur sans fin de l’humanité.
     F.M.I = Féroce Meurtrier International


    • volt volt 4 mai 2013 17:45

      dommage, ça commençait bien, on a du mal à piger comment on en appelle à l’accusé, c’est comme nafissatou protestant face à DSK, un peu. 

      navrant la planète-sofitel ..

      • Richard Schneider Richard Schneider 4 mai 2013 19:03

        In fine, je suis en accord avec l’auteur de l’article et avec PAR 1 2.

        Le FMI ne défend que les intérêts des oligarques qui mènent les peuples à la misère, en défendant des gouvernements corrompus et cyniques.

        • Bobby Bobby 4 mai 2013 19:06

          Bonjour,

          Le F.M.I. est en effet le bras séculaire d’une véritable politique internationale visant à imposer une économie de type friedmannien et à la propager pratiquement partout de par le monde.

          On en voit les résultats en Europe, dont l’économie se désagrège... c’est plus criant encore en Afrique !

          Un des rares Pays à avoir pu résister est le Vénézuella... en raison de ses options politiques... et de la présence de pétrole dans ses sous-sols.... mais pour combien de temps encore ?

          Bien civilement vôtre


          • beo111 beo111 4 mai 2013 22:57

            Le FMI ? Un pompier pyromane, tout simplement.


            • adeline 5 mai 2013 19:14

              @auteur et @beo, reflechissez sur tous ces organismes surgit aux us, OMS ONU OMC FMI et d’autres surement... (piste tous on 3 lettres )


            • Alex Alex 4 mai 2013 23:40

              Cher « professeur »

              Vous êtes très injuste !
              La France a fait nommer à la tête du FMI la crème des économistes de gauche (Strauss-Kahn), puis la crème des économistes de droite (Lagarde) et vous trouvez le moyen de vous plaindre ?
              Quelle ingratitude !
              Le monde entier (ou presque) envie ces économes de haut niveau : n’arrivent-ils pas à gérer parfaitement l’économie ?
              Certes, il s’agit de leur économie personnelle : salaires confortables, non imposables et indexés sur l’inflation, tous frais payés, jets privés ou avion en 1re classe, même pour le conjoint, repas dans d’excellentes cantines, etc.
              Ne sont-ils pas de bons exemples que beaucoup de gens souhaiteraient imiter ?


              • Jean-Louis CHARPAL 5 mai 2013 00:14

                Le FMI est une organisation criminelle.

                Stiglitz a bien mis en valeur dans ses ouvrages que cette mafia a ruiné et humilié de nombreux pays d’Amérique du Sud et d’Afrique.

                Ses exactions sont des crimes contre l’humanité. Ces crimes étant imprescriptibles il faut exiger que tous les dirigeants de ce « machin » soient traduits devant un Tribumal pénal international.

                J’ ai honte de constater que le FMI a eu trois français à sa tête : Camdessus, DSK et Lagarde.

                J’espère qu’ ils seront jugés un jour et lourdement condamnés.


                • ecolittoral ecolittoral 5 mai 2013 12:55

                  J’accuse...et j’appelle le FMI ! Erreur ! Grave erreur ! 

                  On appelle pas le FMI !
                  On attend, on souhaite, on provoque sa disparition prochaine !
                  C’est la seule solution pour tous les pays de la terre !
                  Et ça se fera !

                  • Luc le Raz Luc le Raz 5 mai 2013 13:47

                    « La Mauritanie », pas seulement ! On peut s’étonner de constater qu’un continent aussi riche en ressources naturelles, puisse être peuplé par autant de gens aussi pauvres smiley


                    • dominominus Dominique GOUTARD 6 mai 2013 15:39

                      Ce sont les salauds qui ont les pouvoir chez NOUS qui vont piller, par le travail de leurs riches employés ingénieurs et l’esclavage des populations locales...


                    • QUEL BEAU LINGE DSK ET ET LAGARDE EN PETITE JUPETTE QUI SE LA PETENT.

                       escrocs.............affameurs des « peuples »


                      • le moine du côté obscur 6 mai 2013 09:30

                        Ce Front Maffieux Infâme vise à livrer le monde aux élites égoïstes et avides qui cherchent à le dominer absolument tel Sauron du « seigneur des anneaux » même quitte à le détruire. Je crois que plus rien ne devrait nous surprendre et ce genre d’institutions ne peuvent nous surprendre dans le mal. Une fois que l’on a compris la nature maléfique et ignominieuse de ce genre d’outils, il faut réfléchir à une solution pragmatique. Si les peuples « faibles » étaient solidaires dans tous les sens du terme, cet outil diabolique aurait été repoussé. Malheureusement avec des élites corrompues qui se servent au passage, on est mal barré en Afrique notamment. Concernant l’Europe j’avais dit à un ami français que l’Europe ressemblerait bientôt au tiers monde, avec une élite ultrariche sur un océan de misère. Il me disait que j’hallucinais, depuis il me prend pour un visionnaire.... 


                        • dominominus Dominique GOUTARD 6 mai 2013 15:35

                          J’appelle le FMI...... à crever pour le mieux-être de l’Humanité !


                          • Dornach Dornach 6 mai 2013 23:05

                            La vérité sur le FMI

                            Le FMI et la Banque Mondiale, des agents de l’impérialisme américain

                             http://wp.me/p1WnGr-ls


                            • baldis30 12 mai 2013 21:23

                              Faire appel à la conscience de ces gens-là .... que nenni !

                              ils n’ont pas de conscience, et comme tout technocrate ce ne sont que des caisses enregistreuses. Des êtres malfaisants ..... les deux derniers dirigeants, l’un est allé en prison aux USA et l’autre a vu son domicile perquisitionné dans le cadre de l’affaire Tapie ( ou d’une autre affaire si je me trompe d’affaire ) ....

                              Confier la fortune des peuples à des gens qui jadis eussent fini haut et court dans le quartier de la Grange Batelière est-ce bien raisonnable ? 


                              • buygold buygold 15 mai 2013 14:33

                                FMI = Faux Monnayeurs Internationnaux, 

                                Au moyen age, quand la justice existait et etait juste, les faux monnayeurs étaient pendu, décapiter ou bruller si aussi accuser de sorcellerie. 
                                 

                                • buygold buygold 15 mai 2013 14:34

                                  FMI, FED, BCE, BIS, banque mondial = faux monnayeurs et terroristes, 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

FMI


Palmarès